Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Plan Ecole (4) : Texte de mon intervention publique à l’Institut Français – 21 mai 2008

Un cinquantaine de personnes se sont rendues à l’Ambassade de France à Londres pour une réunion initiée par Michel Monsauret, conseiller culturel adjoint.

Vous trouverez, ci-dessous, mon discours. Je ne vous cache pas mon optimisme pour la suite des événements !

« La sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam m’a téléphoné pour me dire combien elle regrettait de ne pas pouvoir être parmi nous aujourd’hui. Elle rentrait du Niger, et je sais qu’elle doit rencontrer le secrétaire général de l’Elysée à la suite de son voyage. Nous avions préparé ensemble cette réunion, et je l’informerai de son compte-rendu. Lors de la campagne pour l’élection à l’AFE, le premier engagement de l’UFE était de parvenir à la création d’un « Plan Ecole » pour le Royaume-Uni, établi en concertation avec toutes les parties prenantes de la communauté scolaire. Cela ne fut pas sans effort, mais nous nous rapprochons du but.

Ce plan école doit répondre à 2 attentes de la part de notre communauté.

1°) Offrir un nombre de places croissant dans les établissements scolaires français du Royaume-Uni.

Grâce à nos efforts conjugués avec Michel Monsauret, nous avons recensé fin 2007, 11 écoles pour 4902 places. Cet indicateur sera suivi chaque année, et nous pourrons juger de l’efficacité des efforts mis en oeuvre par le Plan Ecole.

J’ai pris bonne note du désir de Michel Monsauret de créer 1000 places supplémentaires dans les deux prochaines années. La création de 500 places nouvelles par an crée un mouvement positif attendu.

Cela passe par la poursuite d’implantations comme Fulham, et le développement d’implantation de la Mission Laïque ou des Ecoles Européennes, où les entreprises employant de nombreux français sont présentes.

Il faudra s’interroger sur le financement de ces opérations afin d’offrir le service de qualité attendu par les parents d’élèves et une rémunération des enseignants prenant en compte le coût de la vie locale.

2°) Garantir à nos enfants, en particulier dans les familles binationales, la maîtrise de la langue française et le contact avec la culture de notre pays.

J’avais demandé au consul général de nous fournir la pyramide des âges des mineurs inscrits au consulat fin 2007. Les trois quarts des enfants français du Royaume-Uni sont scolarisés dans des établissements britanniques par choix de leurs parents ou du fait de leur localisation géographique éloignée des écoles françaises du pays. Pour environ 21.000 mineurs français enregistrés au consulat à Londres, seuls environ 4.000 fréquentent les établissements français du Royaume-Uni.

Pour défendre l’intérêt général, nous ne devons pas nous limiter aux Français qui peuvent accéder aux écoles françaises. Il faut aussi travailler activement au développement de filières bilingues dans les établissements scolaires britanniques publics ou privés et à créer un diplôme reconnu par les deux pays pour valider la formation. Cela passe aussi par le soutien renforcé à toutes les petites écoles de français et la promotion de l’Alliance française.

Comme pour les établissements français de Grande-Bretagne, nous souhaitons qu’un recensement des lieux et des nombres de places offertes dans des classes bilingues soit divulgué chaque année afin d’évaluer la pertinence des actions déterminées dans le cadre du Plan Ecole.

En conclusion, je souhaite remercier Michel Monsauret pour son écoute et son implication personnelle afin d’établir la première version de ce Plan Ecole pour le Royaume-Uni.

Un plan ne saurait être un document figé. Il conviendra d’établir des équipes chargées de vérifier l’application des actions définies dans le plan école, de suivre les résultats et de faire vivre ce plan en l’améliorant de manière continue. »

Lire aussi :
Plan Ecole (3) : Avez-vous des suggestions sur le plan en gestation ?

Photo Flickr de Blessedbullet.

Soirée de soutien à Emmaüs UK par la communauté française

Comme vous le savez l’UFE GB a décidé de promouvoir l’association Emmaüs UK pour l’aider à se développer en Grande-Bretagne.

Grâce à Caroline Sivilia et Eric Jaoui du Groupe London Macadam, le London French Wednesday du mercredi 21 mai, au Maya, fut une très belle fête, mobilisant notre communauté. Je leur fais part, au nom de l’UFE GB, toute notre gratitude.

Une tombola a été organisée au profit d’Emmaüs UK. Pour constituer les lots, Galen Naturopathic Centre avait offert pour £600 de produits de beauté, Marc Levy avait donné son dernier roman dédicacé « Toutes ces choses qu’on ne s’est pas dites », Cinebook avait apporté diverses BDs, tandis que les sponsors de London Macadam ont envoyé des T-shirts.

Je vous invite à écouter l’interview de Terry Waite, président d’Emmaüs UK sur London Macadam Radio: www.londonmacadam.com/radio

Un grand merci à Diane Fauconnier et Eve qui ont passé une bonne partie de leur soirée près de la caisse pour vendre près de 100 billets de tombola aux participants. Merci à Brigitte Williams pour son travail de préparation et de concertation avec Emmaus, à Katherine Passerieu et Robert Zaigue pour leur contribution dans la recherche des lots pour la tombola.

www.emmaus.org.uk

Lire aussi : « Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques… »

Photo Flickr de Drinksmachine.

Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques…

A l’initiative de Selwyn Image, un homme d’affaires de Cambridge, la première communauté Emmaüs vit le jour en 1992 à Cambridge. Elle compte désormais 30 compagnons.

Selwyn Image, homme d'affaires et initiateur d'Emmaüs UK

Toutes les communautés britanniques offrent le logement aux sans-abri, un travail et l’opportunité de regagner le respect de soi-même au sein d’un environnement qui les soutient.

Depuis 1992, 14 communautés ont ainsi été fondées. Emmaüs UK projette d’en compter au moins une vingtaine sur le sol britannique d’ici à 2010.

J’ai visité la communauté de Douvres l’été dernier, et je peux témoigner de leur vitalité. Selwyn Image m’a demandé ce que je pouvais faire pour aider Emmaüs UK à mieux se faire connaître. Je lui ai répondu : « Moi tout seul, pas grand-chose. Mais tous les Français connaissent l’abbé Pierre. Si chaque Français du Royaume-Uni parle d’Emmaüs à quatre Britanniques de leur connaissance, nous aurons fait connaître votre organisation à un million de Britanniques ».

L’UFE GB a décidé de promouvoir l’association Emmaüs UK pour l’aider à se développer en Grande-Bretagne.

London Macadam Group, London French Wednesday et l’UFE GB vous présentent « Sous les pavés, la fête ! », une soirée en l’honneur de l’association de l’abbé Pierre, le mercredi 21 mai à partir de 20h00, au Maya. Plus de 300 Français seront attendus.

Une tombola sera organisée au profit d’Emmaüs UK.

Vous trouverez ci-joint une affiche au format A4 que vous pouvez imprimer et afficher afin de favoriser la participation.

Pensez-y : simplement en racontant aux Britanniques le parcours de l’abbé Pierre, vous favoriserez la popularité de son organisation caritative.

Le site d’Emmaus UK : www.emmaus.org.uk.

Télécharger l’affiche : Sous les pavés la fête, avec Emmaüs Uk.

Plan Ecole (3) : Avez-vous des suggestions sur le plan en gestation ?

Une réunion animée par Michel Monsauret, conseiller culturel adjoint de l’ambassade de France, destinée à répondre à cette question :

Quel réseau d’enseignement français en Grande-Bretagne voulons-nous dans cinq ans et comment parvenir à le constituer ?

le 21 mai prochain à Ambassade de France à Londres.

Elle contribuera à la finalisation du Plan Ecole pour le Royaume-Uni, dont nous avions fait notre cheval de bataille lors de la dernière campagne pour l’élection de notre liste à l’AFE.

Si vous souhaitez discuter avec moi avant la tenue de cette réunion, je serais content d’entendre vos suggestions et points de vue sur le sujet. Veuillez me faire parvenir un email à olivier@cinebook.co.uk.

Une première réflexion sur le développement de l’enseignement français au Royaume-Uni avait été mise en place l’an dernier. Elle s’est poursuivie cette année par la définition sommaire d’une stratégie dont l’objectif global est :

Augmenter de façon sensible et rapide la capacité de scolarisation au Royaume-Uni des enfants français dans un cursus qui préserve les apports linguistiques et culturels nécessaires à une éventuelle insertion dans le système scolaire ou universitaire français.

Par les moyens suivants :

– Développant les filières bilingues dans le cadre de partenariats avec les établissements anglais publics (maintained schools) ou privés (Independents schools).

– Développant les possibilités d’implantation de la Mission Laïque ou des Ecoles Européennes dans les sites où les entreprises françaises sont implantées.

– Encourageant le développement des initiatives associatives telles que celles qui bénéficient du programme « FLAM » (Français Langue Maternelle)

– Poursuivant la stratégie d’implantation d’école du type « Wix » dans les « boroughs » de Londres et des environs.

Photo Flickr de Pink Sherbet.