Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Emploi (4) : Revoir les critères de performance justifiant l’existence d’une bourse de l’Emploi

La sous-commission Emploi et Formation professionnelle à l’AFE, dont je suis le rapporteur, s’est réunie aujourd’hui.

Il est apparu à chacun la nécessité de réévaluer les priorités de l’action dans le domaine de l’emploi-formation avec la traduction budgétaire que cela implique.

Les crédits du ministère de Affaires étrangères et Européennes (MAEE) affectés à l’emploi et la formation professionnelle s’élèvent à 700.000 euros en 2008. Il convient d’ajouter environ 500.000 euros provenant du ministère de l’Emploi, destinés à la formation professionnelle.

Ces crédits font fonctionner 42 bourses de l’Emploi dans le monde. La formation professionnelle est principalement de la formation locale dans des pays d’Afrique subsaharienne et du Maghreb, avec des centres de formation situés localement.

Deux critères de performance justifient l’existence d’une bourse de l’Emploi : le nombre de placements et leurs coûts. Les membres de la commission s’interrogent sur la pertinence de ces indicateurs.

L’Europe représente près de ¾ des placements (68%), notamment grâce au Centre Charles Peguy à Londres.

J’observe que si le nombre de placements est le critère de performance, les bourses de l’Emploi seront naturellement localisées dans les pays à taux de chômage réduit. Il n’est donc pas surprenant de voir s’ouvrir une bourse en Norvège où le taux de chômage est de 1,5% et de constater que l’essentiel des placements s’opère en Europe.

Il faut s’interroger sur l’opportunité d’affecter des moyens financiers pour concurrencer, sur leur sol, l’action publique pour l’emploi des divers pays européens, dont certains sont mieux lotis que d’autres en termes de créations de jobs.

L’action publique européenne en matière d’emploi est déjà coordonnée par Eures. Il convient d’analyser la valeur ajoutée de ces aides et d’orienter nos efforts vers des zones situées en dehors de l’Europe, et en particulier dans les pays où le système d’aide à l’emploi local est défaillant.

Espérons que nous serons entendus !

Photo Flickr de Revlimit.

Emploi (3) : Une Bourse d’emploi à Oslo… ubuesque !

Une Bourse d’emploi a été créée à Oslo, en novembre 2007.

Dans le même temps, la Norvège met au service des Français trois conseillers Eures parlant le français, dont deux à Oslo. Ajoutons que le pays affiche un taux de chômage de 1,5%.

Oslo en hiver

J’ai lu dans un rapport de la Direction des Français à l’étranger (DFAE) : zéro placement en 2006 et zéro aussi en 2007 au palmarès de cette nouvelle entité.

Alors, on se demande bien quels services offre cette structure tricolore que n’apportent pas les services à l’emploi norvégiens et combien coûte-t-elle au contribuable ?

La DFAE a fait savoir que si cette bourse d’Oslo ne rend pas les services attendus, comme d’autres en Europe, elle mettrait un terme à son activité.

Ce qui me désole, c’est que la DFAE ferait mieux d’orienter ses crédits en matière d’emploi vers les zones comme l’Afrique, l’Amérique du Sud ou l’Asie. Là-bas, cette assistance serait la bienvenue, car nos compatriotes n’y disposent pas de services d’aide à l’emploi comme en Europe.

Verbatim de mon intervention et la réponse d’Alain Catta, directeur des Français à l’étranger : Bureau Emploi Oslo (Assemblée des Français de l’étranger, session d’ouverture du 22 septembre, au Quai d’Orsay)

Photo Flickr de Leo-avelon.

Emploi (2) : Mettre un terme aux pratiques discriminatoires du bureau Emploi du consulat de Londres

Au consulat à Londres, les offres d’emplois sont réservées aux seuls Français établis au Royaume-Uni.

Réserver des offres d’emplois selon un critère de nationalité est en contradiction, non seulement avec nos engagements européens, mais aussi avec un des principes élémentaires de la Déclaration universelle des droits de l’Homme.

Cette discrimination est double puisqu’elle atteint aussi les Français de France !

Les Français de France paient les impôts qui financent les traitements des employés de la Bourse d’emploi à Londres. Mais, Ils n’ont pas un libre accès aux annonces qui sont recueillies par cette officine !

Rappelons qu’il existe le réseau Eures, portail européen pour l’emploi des travailleurs au sein de tous les pays de l’Union européenne.

Rappelons aussi que nous exigeons des autres pays européens que leurs offres d’emploi soient ouvertes à nos compatriotes. Alors, au nom de quoi pourrions-nous justifier des pratiques discriminatoires ?

Tel est le sens de mon intervention, aujourd’hui, à l’Assemblée des Français de l’étranger dans sa session d’ouverture au Quai d’Orsay.

Verbatim de mon intervention et la réponse d’Alain Catta, directeur des Français à l’étranger : Bureau Emploi du consulat

Copie d’une page du site du Consulat à Londres remis au Directeur de la DFAE : Avis aux employeurs (site du Consulat)

Le site Eures, le portail européen sur la mobilité de l’emploi

Photo Flickr de Cayusa.