Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Kentish Town (5) : Une future école qui a déjà une longue histoire

Le bâtiment, qui va accueillir la nouvelle école française a été construit en 1874, dans un style victorien pure sucre par Edward Robert Robson, un architecte qui a beaucoup essaimé dans Londres.

Établissement scolaire dès l’origine, puis consacré à la formation des adultes en 1931, l’immeuble est désormais classé aux monuments historiques.

Ses riverains se réjouissent de sa réhabilitation, tant il est devenu un repère familier dans Kentish Town, ce quartier londonien situé dans le district de Camden, au nord-est de la capitale.

L’édifice a été repéré l’été dernier. La proximité d’équipements sportifs de qualité est déterminante. Afin d’accueillir 700 enfants, de la maternelle à la troisième, dès septembre 2011, les travaux seront menés tambour battant à partir de mars 2010.

L’alliance de la tradition et de la modernité s’incarnera, en premier lieu, dans un parc informatique flambant neuf et la mise en réseau de toutes les salles.

La signature de la promesse de vente doit avoir lieu la semaine prochaine..

Trois ans de mandat d’élu à l’AFE pour quoi faire ?

En début de semaine, dans le cadre d’une réunion UFE, j’ai présenté mon bilan d’élu à l’AFE (Assemblée des Français de l’Etranger). Il me semblait important d’évaluer les résultats obtenus tout au long de ces trois ans de mandat.

Je reproduis ci-dessous les slides qui ont servi de support à mes propos. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez des éclaircissements.

Après avoir rendu compte de mon activité, j’ai demandé à l’assistance : quelles sont les nouvelles priorités pour répondre aux attentes des Français établis au Royaume-Uni ?

Je vous pose aujourd’hui la même question et je vous remercie de vos commentaires.

Ufe Gb Bilan O Cadic 2006 2009

Plein écran, cliquez sur la touche ‘full’ et ‘Echap’ pour revenir

.

Kentish Town (4) : Dernière visite avec le sénateur Ferrand avant le grand saut

J’ai profité de la venue du sénateur André Ferrand à Londres à la faveur de l’inauguration du bureau d’UBI France pour lui proposer de visiter le site de Kentish Town.

de gauche à droite, Arnaud Vayssié, président de la Chambre de commerce française en GB, le représentant de l’Agence immobilière, André Ferrand, sénateur et Olivier Cadic.

André Ferrand est aussi président de l’Anefe, organisme attribuant la garantie de l’Etat pour les emprunts destinés à financer les établissements scolaires à l’étranger.

L’ambassadeur, Maurice Gourdault-Montagne, a décidé lors de notre réunion du Plan Ecole du 20 octobre dernier de réunir une délégation pour accompagner le sénateur. L’objectif est de se faire une idée partagée sur le site avant de prendre la décision définitive d’acquisition.

Ainsi, se sont joints à nous les membres du Trust de l’ambassade Arnaud Vayssié, président de la Chambre de commerce française en Grande-Bretagne, arrivé le matin même de Singapour, et l’avocat Richard Fairbairn.

Michel Monsauret, conseiller culturel adjoint, assisté de Frédéric de la Borderie nous prodiguaient toutes les informations et les potentialités du local.

de gauche à droite, l’ambassadeur Maurice Gourdault-Montagne et le sénateur André Ferrand

.

Kentish Town (3) : Présentation du projet par Frédéric de la Borderie

Lors de la réunion de l’équipe du Plan Ecole, présidée par notre ambassadeur Maurice Gourdault-Montagne à la résidence de l’ambassade, le chargé de mission du Plan Ecole, Frédéric de la Borderie, a présenté le projet « Kentish Town ».

Il s’agit d’un site à usage éducatif (D1) comprenant 4000 m2 de bâti sur un terrain de 8000 m2. Soit une capacité d’accueil de 650 élèves environ, selon les normes habituelles.

Cette propriété du Kingsway College est localisée à Kentish Town, NW5, dans le borough de Camden, proche de la station de métro et à seulement trois arrêts de St Pancras.

Le promoteur immobilier, Hollybrook, dont l’offre d’achat a été retenu par le vendeur en septembre 2009 propose de revendre le site immédiatement (« back to back ») et sans marge à condition d’être impliqué dans les travaux de rénovation de la nouvelle école.

L’échéancier comporte deux dates butoirs imminentes :

. 28 octobre 2009 pour signer la promesse de vente («exchange of contracts»)

. 28 novembre 2009 pour signer la vente

Pour la partie Acquisition, 0.8 M£ à verser le 28 octobre pour la promesse et 7.2 M£ à verser le 28 novembre pour la vente.

En incluant le montant des travaux, l’investissement total s’élève à 20.4 M£.

Photo Flickr de Mackenzie 377.

Certificats de vie (4) : La sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam se bat pour l’égalité de traitement des retraités français

Suite à mon intervention à l’AFE le mois dernier, j’ai demandé à Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice des Français établis hors de France de relayer la question des certificats de vie au Sénat.

Joëlle Garriaud-Maylam

Des certificats de vie sont exigés de la part des retraitésrésidant à l’étranger. Si les bénéficiaires de pensions n’envoient pas, dans les délais requis, ces certificats à leur caisse de retraite, le versement de leurs prestations s’interrompt immédiatement.

Dans l’hypothèse où un bénéficiaire ne peut se déplacer, il doit faire appel à un médecin qui lui établit un certificat médical, acte payant au Royaume-Uni. Il doit ensuite faire parvenir ce document au service social du consulat accompagné d’une copie du passeport ou carte nationale d’identité, carte consulaire…

Ensuite, un formulaire lui est retourné et il doit le renvoyer auprès de son organisme de retraite en France. Toutes ces démarches sont contraignantes pour les personnes âgées et il arrive parfois que les documents s’égarent pendant leur acheminement.

Depuis la parution du décret n°2000-1277 du 26 décembre 2000 portant sur la simplification des formalités administratives, les Français situés en France doivent produire une simple déclaration sur l’honneur.

Dix ans plus tard, à quand l’égalité de traitement pour tous les retraités français ?

Ce sujet n’est pas inconnu pour la sénatrice qui avait déjà tenté par le passé d’agir sur le sujet.

Aujourd’hui, Joëlle Garriaud-Maylam a officiellement attiré l’attention du ministre des Affaires étrangères et Européennes pour mette fin à cette discrimination ou, du moins, assouplir la procédure en remplaçant, par exemple, le certificat médical visé par le consulat par une attestation sur l’honneur contresignée par un consul honoraire, un conseiller de l’Assemblée des Français de l’étranger ou même un président d’association reconnue d’utilité publique.

(Question écrite n°10546 / JO Sénat du 15.10.09 p.2391)

Lire aussi « Certificats de vie (3) : La DFAE répond au mauvais sort des retraités expatriés »

Lire aussi « Certificats de vie (2) : Simplifier la vie de nos concitoyens et fonctionnaires »

Photo Flickr de Laurence LT.

EGD (2) : Le lycée Charles de Gaulle revendique plus d’autonomie

Marchons-nous vers une réforme du statut de l’EGD (Etablissement en gestion directe) pour offrir plus d’indépendance à nos d’écoles françaises à l’étranger, tout en garantissant l’esprit public ?

Lycée Charles de Gaulle à Londres

Lors du conseil d’établissement du lycée Charles de Gaulle du 8 octobre dernier, j’ai transmis la position exprimée par la directrice de l’AEFE lors du séminaire de Marcoussis au sujet des établissements à gestion directe (EGD).

« La lourdeur de fonctionnement des EGD a été soulignée. Un consensus s’est établi sur l’idée d’une expérimentation avec d’autres idées à chercher, qui permettrait davantage de souplesse et de réactivité, tout en garantissant l’esprit public. » La directrice a évoqué l’idée de créer un statut du type EPLE (Etablissement public local d’enseignement).

J’ai indiqué que le statut du type EPLE démocratiserait etassouplirait le fonctionnement du lycée Charles de Gaulle. Il permettrait une autonomie de décision sur les sujets portant notamment sur la construction et l’entretien de l’établissement, le budget de fonctionnement, l’accueil, la restauration, l’hébergement des élèves ou encore la gestion des personnels liés à ces services (les personnels TOS).

Depuis longtemps, Bernard Vasseur, proviseur du lycée Charles de Gaulle à Londres, avait exprimé son souhait de disposer d’une plus grande marge de manœuvre dans la gestion de son établissement.

De leur coté, les parents d’élèves et les élus souhaitent être parties prenantes aux décisions stratégiques de l’établissement (nombre et répartition des classes, frais de scolarité, priorité des travaux…).

Dans ce schéma, l’Etat conserverait toutes ses prérogatives en matière de programme d’enseignement, de délivrance de diplômes et de respect des grands principes éducatifs, mais également pleine compétence au sujet du recrutement et de la gestion des personnels, hormis les personnels techniques, ouvriers et de service (TOS).

Les membres du conseil d’établissement ont acté la décision d’étudier une évolution du statut de l’EGD pour leur institution.

A suivre….

Lire aussi  EGD (1) : Les dessous pas chics d’un sigle autocratique

Photo Flickr de Julie 70

Bienvenue à Édouard Braine, nouveau consul général à Londres

Notre communauté accueille un nouveau représentant de l’Administration, en remplacement de Bertrand Cochery.

Hier, Edouard Braine, notre nouveau consul général à Londres a participé au conseil d’Etablissement du lycée Charles de Gaulle, ce qui a permis à nombre d’entre nous de faire sa connaissance.

Edouard Braine, 60 ans, énarque (promotion 1973) arrive à Londres, après avoir été précédemment nommé en Grèce, en Algérie ou bien Ambassadeur en Malaisie. Sa grande connaissance des marchés militaires l’ont amené à exercer de hautes responsabilités à la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE). Il est ravi de retrouver sa carrière de diplomate en Grande-Bretagne au service de 300.000 compatriotes.

Tétraplégique après une chute de cheval, il y a sept ans, Édouard Braine est devenu administrateur du conseil national du Handicap et membre d’Artistes et Compagnie, une troupe de chanteurs, comédiens et musiciens, tous handicapés.

Photo Flickr de Wallyg