Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Le Petit Journal qualifie l’UFE de « repère essentiel »

Je ne vous présente pas Le Petit Journal, « journal des Français et francophones à l’étranger. » Ce site est connu pour vous dénicher un tas de bons plans : sorties, immobilier, shopping, santé… mais aussi pour ses deux chroniques quotidiennes dressant le portrait de Français faisant l’actualité à Londres.

En effet, Le Petit Journal est surtout un vrai journal publiant de nombreux articles chaque jour et j’apprécie sa politique éditoriale variée, cosmopolite et rigoureuse.

Un papier, signé Magali Barthès, porte aujourd’hui sur la section britannique de l’UFE que j’ai l’honneur de présider : « L’UFE, ciment de la communauté française« 

Une présence, un lien, un réconfort. L’Union des Français de l’Etranger est tout cela à la fois. Son identité se résume en trois objectifs : développer un contact étroit entre les Français de Grande-Bretagne, défendre leurs intérêts matériels et moraux, resserrer les liens d’amitié entre la France et le Royaume-Uni. Aujourd’hui présidée par Olivier Cadic, la section britannique de l’UFE s’ancre principalement dans une dimension sociale. Beaucoup de projets concernent la jeunesse, pierre angulaire de l’association… lire la suite

Site Le Petit Journal

L’école française de Bristol : un petit coin de ciel bleu… blanc, rouge

Une bâtisse en pierres grises aux allures de manoir victorien laisse entrer un cortège de bouts d’chou qui viennent apprendre le français tout en jouant, dessinant ou chantant, autrement dit sans s’en rendre compte, auprès d’enseignantes et d’assistantes maternelles françaises. Les plus âgés sont tout aussi immergés dans la langue française et son contexte culturel par des professeurs des écoles qualifiés.

C’est un poncif : être bilingue constitue un vrai trésor, au delà de la nécessité pour certains de ces enfants de réintégrer, à terme, le système scolaire français.

En compagnie d’Annie Burnside, consul honoraire, j’ai visité avec ravissement l’école française de Bristol, une des villes anglaises plus dynamiques et attrayantes.

Nous avons eu le privilège d’assister au jour de la chandeleur. L’attrait des crêpes était trop fort pour que les Petits ne s’attardent à la sieste.

L’école accueille 60 élèves dont 17 en maternelle. Pour le primaire, la directrice, Monique Pellois, nous a expliqué que les enfants sont scolarisés dans les écoles anglaises et viennent une journée par semaine pour parfaire leur niveau de français oral et écrit, il s’agit donc de classes de niveaux différents sur les 4 jours, soit 60 enfants de la grande section au CM2 :

Classe du mardi: 16 enfants CP-CE1 ♦ Classe du mercredi: 21 enfants Maternelle Grande Section-Cours Préparatoire ♦ Classe du jeudi: 8 enfants CE2 ♦ Classe du vendredi: 15 enfants de CM 1 et 2

Lors de ma visite, la professeure Claire Vallorge m’a montré un projet qui permet aux enfants de construire collectivement une bande dessinée. Cet exercice éveille les élèves anglophones aux fondements de notre culture, tout en laissant libre cours à leur créativité.

Olivier Cadic, Monique Pellois (directrice de l'école de Bristol) et Annie Burnside (consul honoraire)

Monique Pellois conçoit l’EFB comme une école de village avec son aspect communautaire et sa mixité culturelle, où l’on ne manque pas de célébrer nos fêtes traditionnelles, tout en réunissant les familles aux origines sociales et géographiques assez diverses. Le goût du partage, la passion de la pédagogie et l’amour infini des enfants s’incarnent noblement dans cette association à but non lucratif qui veille aussi à la modicité de ses frais de scolarité.

L’école française de Bristol fêtera ses 30 ans en juin prochain ! Souhaitons-lui encore longue vie !

le site le l’Ecole française de Bristol

Audition à l’Assemblée nationale sur l’Enseignement français à l’étranger

Depuis septembre 2009, je représente l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) au conseil d’administration de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

C’est à ce titre que, jeudi 4 mars, je serai auditionné à l’Assemblée nationale par la Mission d’évaluation et de contrôle (MEC) de la commission des Finances et du Contrôle budgétaire.

Je serai entendu conjointement avec la sénatrice Monique Cerisier-Ben-Guigua et John Mac Coll, président de la commission des Affaires culturelles, de l’Enseignement et de l’Audiovisuel à l’AFE et Marc Villard, président de la commission Finances et Affaires économiques à l’AFE.

Cette audition, d’une durée d’une heure environ, a pour objet d’éclairer la Mission sur les acteurs, les financements et les enjeux de l’Enseignement français à l’étranger.

L’audition sera ouverte à la presse et la Mission pourra décider, dans son rapport, tout ou partie du compte-rendu qui en sera fait.

Vous trouverez en pièces jointes la lettre reçue ce jour, la liste des membres de la MEC et le texte des articles de la loi organique relative aux lois de finances régissant ses travaux.

Photo Flickr de Ma Galli

Kentish Town (12) : L’Anefe accepte de garantir l’emprunt

La nouvelle est d’importance : le financement de la future école de Kentish Town sera garanti par l’Etat français.

Le Comité des Prêts de l’Anefe s’est réuni hier (22/02/10) à Paris.

Andre Ferrand, président de l'Anefe et sénateur des Français de l'étranger

Présidée par le sénateur André Ferrand, l’Anefe (Association nationale des écoles françaises de l’étranger) vient d’accepter de garantir l’emprunt immobilier de 21M£, ce qui aura pour effet d’alléger les taux offerts par les trois banques prêteuses dans cette affaire.

Saluons la décision du Comité de Prêts, dirigé par Anne Barnaud, qui doit permettre un remboursement plus rapide et des frais de scolarité plus faibles lors de l’ouverture de l’établissement en septembre 2011, après rénovation.

Prochaine et dernière étape, une commission paritaire devrait se réunir lors de la première quinzaine d’avril réunissant des représentants des ministères des Finances, de l’Education, et des Affaires étrangères pour boucler le dossier.

Lire aussi : Kentish Town (6) : Un modèle de financement inventif et pérenne (du 15 novembre 2009)

Édouard Braine : une personnalité, un projet pour les Français du Royaume-Uni

Edouard Braine, consul général

Au consulat de France, le 21 janvier dernier, j’ai eu le plaisir de présenter les voeux de notre communauté à Edouard Braine, consul général à Londres.

Je vous avais raconté, l’automne dernier, qu’il revenait au Quai d’Orsay après un accident qui l’a rendu tétraplégique, il y a sept ans.

Depuis sa nomination, j’avais eu le privilège d’avoir plusieurs échanges qui m’ont permis de découvrir une personnalité hors du commun. Lors de cette cérémonie des voeux, je lui ai demandé ce qu’il souhaitait apporter de neuf aux expatriés français en Grande Bretagne. ll m’a fait part de son ambition, en ces termes :

« D’abord, bien sûr, je dois m’employer à remplir pleinement la mission qui est la mienne en surmontant les difficultés découlant du handicap. Pour cela ma longue expérience de diplomate est un atout précieux, qui me permet d’animer au mieux la formidable équipe qui m’est confiée et de donner tout son sens à l’action consulaire. Mais, au delà, je voudrais élargir notre champ d’action à certains de nos compatriotes, les plus jeunes et les plus entreprenants, aujourd’hui ignorés du consulat. L’action remarquable du centre Charles Péguy pour venir en aide à ces «Oubliés de St Pancras», qui viennent vivre en Grande Bretagne la première étape de leur vie professionnelle, doit nous ouvrir de nouvelles ambitions, pour lesquelles il faudra trouver de nouveaux moyens et de nouvelles procédures. »

Afin de lancer la réflexion, le consul général réunit ce jour les élus à l’AFE, les représentants de l’UFE et de l’ADFE avec une équipe du consulat et le directeur du centre Charles Peguy.

Edouard Braine est une personnalité qui en impose, sans jamais intimider car il insuffle bienveillance et abnégation. Pour vous permettre de mieux le connaître, il m’a transmis son interview dans la Revue des Anciens de l’Ena (fichier Pdf : Entretien Edouard Braine). Il se confie à son camarade de promotion Jean Picq (François Rabelais 1973), président de chambre à la Cour des comptes, qui fut le principal inspirateur de la réforme du ministère des Affaires étrangères par Alain Juppé en 1993.

Une leçon de vie qui illumine et réchauffe nos consciences.

Lire aussi : Emploi (11) : Une enquête pour mieux connaitre les « oubliés de St Pancras » (du 12 février 2010)

Crédit photo : AFCA.

En 2012, les Français de l’étranger auront des députés !

C’est fait ! Les Français établis hors de France auront bientôt leurs représentants au palais Bourbon.

La loi ratifiant l’ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions n’est pas contraire à la Constitution. Ainsi en a décidé le Conseil constitutionnel, le 18 février dernier.

La révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 a permis la création de 11 sièges de députés pour la représentation des Français de l’étranger.

Le découpage des circonscriptions législatives a eu lieu en Conseil des ministres cet été, juste avant les vacances. La planète a été divisée en 11 zones géographiques qui seront chacune représentée par un député.

Chaque zone regroupe entre 100.000 et 120.000 électeurs inscrits, ce qui correspond au nombre moyen d’électeurs pour un député métropolitain.

Les Français du Royaume-Uni sont inclus dans la 3ème circonscription qui comprend les pays suivants : Irlande, Danemark, Estonie, Finlande, Islande, Lettonie, Lituanie, Norvège, Suède.

Vous pouvez, dès à présent, consulter sur Legifrance le détail des 11 circonscriptions pour l’élection des députés des Français établis hors de France.

Photo Flickr de Ell brown

Rachida Dati à Londres, un moment d’exception

Mercredi soir, à l’invitation de l’UMP Londres et d’Alumni UK (association des Sciences-Po), j’ai rencontré pour la première fois Rachida Dati. Comme tout un chacun, j’en avais une image préconçue et j’ai été surpris. Séduit même.

Je garderai le souvenir d’une femme pleine d’éloquence, sincère et impliquée dans son rôle de parlementaire européen, chevronnée et captivante sur le thème de la Justice.

Je n’ai pas manqué l’occasion de l’interroger sur l’habeas corpus. L’Habeas Corpus Act est une loi limitant la détention provisoire arbitraire, votée par le Parlement anglais en 1679, soit plus d’un siècle avant la Révolution française. Ses principes furent repris dans la Constitution des États-Unis.

Pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy avait proposé que l’on « instaure en droit français une authentique procédure d’habeas corpus. » A l’époque, le désastre judiciaire d’Outreau illustrait l’urgence de mettre fin au système du juge unique qui prend ses décisions dans la solitude de son cabinet, au risque de se muer en juge inique.

Mme Dati m’a assuré que l’habeas corpus était toujours d’actualité et que ce dispositif s’inscrivait dans le cadre de la réforme générale du Code pénal et du Code de procédure pénale, préparée par le comité Léger. Outre la révision du statut du juge d’instruction ou l’allégement des procédures criminelles, le rapport Léger préconise de renforcer les droits et les libertés du mis en cause (la nouvelle formulation du « mis en examen »), notamment par une procédure publique et collégiale et la présence d’avocat dès le tout début.

L’ancienne Garde de Sceaux m’a confié que tout est sur la table pour que le Parlement puisse légiférer dès qu’une fenêtre se présentera dans son calendrier, instaurant un « véritable habeas corpus à la française » avant la fin de la législature.

Je la crois sur parole : je me souviens qu’en juillet 2007, Rachida Dati s’était rendue en Grande-Bretagne afin de rencontrer l’inspectrice en chef des prisons britanniques. Quelques mois plus tard, elle créait la fonction de « contrôleur général des lieux de privation de liberté ». Ce contrôleur intervient en prison, en hôpital psychiatrique, en centre de rétention, en garde à vue…pour s’assurer du respect des droits fondamentaux des personnes et vérifier leurs conditions de vie.

Du reste, en deux ans passés à la Chancellerie, Rachida Dati n’a pas chômé et elle peut se dire « fière d’avoir appliqué la feuille de route du président. » On se souvient, qu’en 2007, elle fait adopter la loi sur les peines plancher pour les criminels récidivistes, puis, en 2008, elle fait voter la loi sur la rétention de sûreté qui permet de prolonger la détention de graves criminels qui « présentent une probabilité très élevée de récidive. » En 2009, elle accomplit le tour de force de modifier de la carte judiciaire (autre promesse présidentielle) qui supprime des tribunaux dans les zones dépeuplées, tout en améliorant la sécurisation de ceux-ci. Rachida Dati a rappelé que la carte judiciaire n’avait pas été revue depuis…1958. Enfin, la ministre de la Justice quittera son ministère en ayant mis sur les rails le futur Code pénal des mineurs.

L’autre soir, toute l’assemblée a pu apprécier sa ténacité et son courage, notamment lorsque son discours abordait les cas de criminalité les plus extrêmes.

Personnalité d’ouverture, ministre fort populaire, son image fait vendre. Il me semble qu’elle prend beaucoup de recul avec le jeu des médias qui vous collent une étiquette aujourd’hui et une autre le lendemain.

Rachida Dati est maire du VIIème arrondissement de Paris et élue députée européenne depuis juillet dernier. Je lui souhaite bonne fortune dans cette nouvelle mission.

Lire aussi « J’apporterai mon suffrage à Nicolas Sarkozy » (du 15 avril 2007)

Emploi (11) : Une enquête pour mieux connaitre les « oubliés de St Pancras »

J’ai le plaisir de reproduire l’intégralité d’un message rédigé par Edouard Braine, consul général, invitant nos jeunes expatriés à répondre à une enquête pour mieux cerner leurs intentions et leurs besoins en Grande-Bretagne. On peut répondre en ligne.

« Dans ma lettre du 20 janvier 2010 je vous proposais de vous associer à une réflexion sur « les oubliés de St Pancras », avant de tenir la première réunion du comité de pilotage prévue le 22 février. Je suis heureux de vous informer du lancement sans délai de l’étude préliminaire sur ce qui pourrait être un grand chantier d’avenir pour l’action consulaire en direction de la communauté française de Grde Bretagne.

Les responsables du Centre Ch.Péguy ont accueilli le 1er février un stagiaire (Ewen Ledain, étudiant en master de droit) qui travaille en lien étroit avec Diane Fauconnier au consulat, chargée de mission sur ce dossier. Le premier fruit de ce travail est le questionnaire suivant, disponible en ligne et sous forme imprimée au centre Ch.Péguy et au Consulat (lien ci-dessous et disponible sur le site du Consulat) . Il fera l’objet d’une première exploitation qui, si les réponses sont en nombre suffisant dans deux semaines, vous seront présentées le 22 février.

Ce document ouvert destiné aux jeunes français, clients de Ch.Péguy, venus à Londres « vers les rivages d’une autre vie », est complété par une enquête d’opinion, de nature plus qualitative, en direction de ceux, nombreux, que faute de capacités suffisantes, le Centre est contraint de refuser. On pourrait les nommer « les doublement oubliés de St Pancras ». Leur nombre croissant montre que le sujet qui nous mobilise est réel, voire prioritaire.

En un mot, le plan de marche sur ce sujet passionnant est respecté. J’en remercie tous les acteurs et tous les soutiens et je reste disponible à vos critiques et vos suggestions en attendant notre premier débat collectif le 22 février.

Dans cette attente, je vous prie de croire à mes sentiments les meilleurs.

Edouard Braine  »

Répondre à cette enquête en ligne

Lire aussi :  Emploi (10) : Un premier pas vers les « oubliés de St Pancras » (du 28 janvier 2010).

« Il faut tout reconstruire, à commencer par nous même pour continuer d’aller de l’avant » (Jacques Marie à Haïti)

J’ai lu avec un grand plaisir le courrier de mon collègue et ami Jacques Marie à l’attention des élus de l’AFE.

C’est son deuxième message de Port-au-Prince depuis le séisme, tout aussi saisissant de réalisme et d’espérance.

Fort touché par les mots de réconfort qui lui sont parvenus de tous horizons, Jacques nous raconte que la vie reprend, tant bien que mal, au milieu des tentes et des camions d’eau. Il nous brosse un quotidien fait de petits détails, chacun d’une importance vitale.

Il salue l’efficacité de l’aide internationale, pilotée par une Amérique omniprésente, tout en notant l’image exemplaire que laisseront les secouristes français aux yeux de Haïtiens, fruit de leur dévouement et leur attitude bienveillante.

Jacques conclut en nous parlant généreusement et magnifiquement… de la nature.

J’ai l’honneur de partager son témoignage avec vous : lettre du 10-02-10 de Jacques Marie, élu de l’AFE à Port-Au-Prince

Le site HPFE, association Haïti Partenaires France Europe

Lire aussi « Des nouvelles de Port-au-Prince par notre élu local AFE » (du 20 janvier)

Photo Flickr de IFRC.

Kentish Town (11) : Deux journées portes ouvertes !

Plan d'accès - Cliquez pour agrandir

Il sera possible de visiter les locaux de la nouvelle école de Kentish Town, qui accueillera ses premiers élèves lors de la rentrée de septembre 2011, au cours des 2 journées suivantes :

Le vendredi 12 février de 10h à 20h

Le lundi 15 février de 10h à 18h

Le bâtiment est situé sur la Holmes Road. La station de métro la plus proche est Kentish Town.

Chacun sera le bienvenu pour découvrir à quoi ressemblera cette future école. Merci de diffuser cette information aux enseignants, aux associations et à toute personne intéressée..

Elections régionales : la priorité, c’est l’emploi !

Lors du conseil national de l’UMP qui s’est tenu le 30 janvier dernier, j’ai eu l’opportunité d’avoir un échange avec Xavier Bertrand, secrétaire général de l’UMP. L’occasion pour moi de le remercier à la fois pour sa récente venue à Londres et pour avoir souligné que l’emploi devait être notre priorité.

Xavier Bertrand a dit le matin même : « L’emploi, cela passe par l’investissement, par la promotion du travail, par la formation. Contre le chômage, l’assistanat n’a jamais été et ne sera jamais la solution. L’histoire le prouve, l’économie le prouve, le bon sens le prouve également. Voila pourquoi c’est par le travail que nous sortirons plus vite et plus forts de cette crise. »

Lors de l’élection à l’AFE, j’avais pris l’engagement d’agir pour contribuer à la réduction du chômage en France.

C’est tout le sens de ma promotion pour la mobilité internationale de nos compatriotes au travers d’Eures.

C’est aussi la raison qui justifie mon soutien actif à l’initiative de notre consul général, Edouard Braine, en faveur des « oubliés de St Pancras ».

Olivier Cadic et Xavier Bertrand

Voici le socle des engagements nationaux de l’UMP pour les régionales de mars prochain :

1. Zéro fiscalité supplémentaire

2. 1 entreprise, 1 apprenti – Aider davantage les apprentis et les entreprises qui font confiance à l’apprentissage…

3. Plan de croissance régional – Investir pour les emplois de demain…

4. 100% des gares et des lycées sous video-protection

5. Carte mobilité – Une carte régionale de mobilité sur laquelle seront chargés tous les abonnements de transports…

6. Préparer l’arrivée du véhicule électrique

7. Maisons des médecins – Développement des maisons de santé pluridisciplinaires…

8. Objectif -20% sur les factures d’énergie du logement


.

Consulat de Londres : Un service des visas qui ne chôme pas

J’ai rencontré Patrick Poinsot, consul adjoint et responsable du service des Visas au consulat général de France, le 21 janvier dernier. C’était l’occasion de saluer l’activité de son service qui est, de loin, le premier émetteur à Londres de visas pour l’espace Schengen.

Voici les éléments d’informations concernant l’activité de son service en 2009 qu’il m’a communiqué.

J’ai ainsi appris que le consulat a été saisi de 72.000 demandes de visas en 2009, soit l’équivalent de la population d’une ville comme Bourges ou Cannes ou bien encore de 94 trains Eurostar, bien remplis !

Notre consulat traite environ 40% de la totalité des visas Schengen demandés dans la capitale britannique, loin devant l’Allemagne qui arrive en seconde position avec 20.000 dossiers instruits.

La fin de l’année dernière a été marquée par la levée de l’obligation de détenir une autorisation de travail pour la France pour les salariés en Grande-Bretagne (dont les employés de maison) devant se rendre en France pour y exercer une activité professionnelle pendant une durée limitée.

Un visa peut désormais être délivré sur présentation aux services consulaires de leurs contrat et autorisation de travail au Royaume-Uni, la dernière fiche de paye et une formulaire E101 attestant de leur couverture médicale durant leur séjour en France.

Pour obtenir plus d’information sur les visas, vous pouvez consulter le site internet du service.

Photo Flickr de Zach Klein.

Lettre de l’UFE : Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l’étranger multiplié par 4, au plus tard le 1er janvier 2011

Il est presque toujours nécessaire de racheter des trimestres pour carrière à l’étranger lorsque l’on a cotisé dans différents pays, même lorsque tous ces pays ont signé une convention avec la France.

L’article 72 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2010 modifie les conditions de rachat de trimestres effectués à l’étranger. Un assuré âgé de 60 ans et disposant de revenus supérieurs à 34 620 € annuels (plafond de la tranche A) devra verser au minimum 4 273 € pour racheter un trimestre, au lieu d’un maximum de 1 533 € avec le dispositif actuel.

Voici la Lettre de l’UFE du 31 janvier 2010 sur les conséquences de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 sur le rachat de trimestres pour carrière à l’étranger.

Retrouvez aussi cette lettre sur le site de l’UFE
.

Bourses & Frais de scolarité : hâtez-vous de déposer vos dossiers !

Attention, il ne vous reste plus qu’une semaine pour déposer une demande de bourse scolaire ou de prise en charge de frais de scolarité, notamment si votre enfant est lycéen à la rentrée prochaine.

Tous les détails dans ces deux articles publiés récemment :

Prise en charge des frais de scolarité des lycéens

La campagne des bourses scolaires 2010-2011 est ouverte !

Photo Flickr de Bug-a-Lug.

Élections régionales : Les 3 enjeux de l’élection, selon le Premier ministre

J’ai assisté au discours du Premier ministre, lors du conseil national de l’UMP samedi 30 janvier 2010.

François Fillon distingue « trois enjeux communs » dans l’élection régionale de mars prochain pour justifier d’apporter son soutien à l’ensemble des candidats de la Majorité présidentielle:

la démocratie locale qui doit être clarifiée en fédérant d’un côté l’action des communes et des intercommunalités, et de l’autre celle des régions et départements.

la reprise économique qui nécessite un accompagnement régional que cela soit dans le domaine de l’investissement que de la maîtrise des comptes publics, ainsi que de la responsabilité fiscale.

la réforme des collectivités locales

Chacun sait combien je suis attentif à la défense de l’intérêt général face aux intérêts partisans. Je réprouve donc la thèse qui veut que les régions pourraient – ou devraient – être un contre-pouvoir à l’Etat. Aussi, ces propos du Premier ministre m’ont paru très opportuns :

« Nos régions ne sont pas des bastions hors de la République. Elles n’ont pas vocation à être des forteresses derrière lesquelles se réfugient les conservatismes. Il n’y a pas d’un côté l’Etat et de l’autre les collectivités locales, chacun travaillant de son côté, chacun faisant bouillir sa petite marmite. Les défis de la compétition internationale, de la désindustrialisation, de l’emploi, du développement durable, du rétablissement de nos comptes publics : c’est une affaire collective, c’est une affaire qui transcende les clivages partisans, bref, c’est une affaire républicaine ! »

L’intégralité du discours de François Fillon du 30-01-10
.

Kentish Town (10) : Le comité des Prêts de l’Anefe devrait statuer le 22 février prochain

J’ai appelé, ce jour, Anne Barnaud, directrice du comité de Prêts à l’Anefe afin de m’assurer du bon déroulement de ce dossier. Voici où nous en sommes.

Porte d'entrée de l'école

Le dossier de demande de garantie de l’Etat, concernant le prêt en faveur de l’établissement de Kentish Town, a bien été reçu dans les délais et il sera présenté lors de la prochaine réunion du comité des Prêts de l’Anefe le 22 février 2010.

Présidé par le sénateur André Ferrand, ce comité est composé de la directrice de l’Anefe et de représentants des ministères des Finances, de l’Education, et des Affaires étrangères et Européennes (dans ce cas, le responsable Europe de l’AEFE).

Si la décision du comité des Prêts est positive, l’Anefe demandera une réunion de la commission interministérielle présidée par un conseiller maitre à la Cour des comptes qui convoquera, à son tour, des représentants des ministères des Finances, de l’Education, et des Affaires Etrangères et Européennes.

La commission interministérielle se réunit généralement dans le mois qui suit la décision du comité des Prêts de l’Anefe.

C’est seulement après avis favorable de la commission interministérielle que le ministère des Finances émet un arrêté pour publication au Journal Officiel, deux semaines plus tard.

Si tout se passe bien, ce processus trouvera son terme fin mars ou début avril. Les bénéficiaires de cette garantie seront les trois banques prêteuses.

A la clé, un coût du crédit plus modéré qui doit permettre d’offrir aux parents des frais de scolarité plus avantageux.

Le site de l’Anefe

Lire aussi « Kentish Town (6) : Un modèle de financement inventif et pérenne »

Crédit Photo : Sophie Routier.

Elections régionales : le vote par procuration

Les élections régionales des 14 et 21 mars 2010 renouvellent les 26 conseils régionaux de métropole et d’outre-mer.

Les Français établis hors de France qui ne peuvent pas se déplacer personnellement dans leur commune ou jusqu’au bureau de vote de leur circonscription consulaire doivent, pour pouvoir voter, faire établir une procuration.

La personne qui souhaite faire établir une procuration (le mandant) doit se présenter personnellement munie d’une pièce d’identité et attester sur l’honneur être dans l’impossibilité de se rendre au bureau de vote le jour du scrutin.

Elle doit fournir les renseignements suivants : nom, prénoms, date de naissance et adresse de son mandataire (personne à qui le mandant donne procuration). Le mandataire doit jouir de ses droits électoraux et être inscrit sur la même liste électorale consulaire ou dans la même commune que le mandant.

La procuration est établie :

· à l’étranger, par l’ambassadeur pourvu d’une circonscription consulaire, le chef de poste consulaire ou un consul honoraire de nationalité française habilité à cet effet par arrêté du ministre des Affaires étrangères ;

· en France, au tribunal d’instance, au commissariat de police ou à la gendarmerie du lieu d’inscription.

Si la procuration est établie à l’étranger pour un vote en France, c’est l’ambassade ou le poste consulaire qui se chargera de la faire parvenir à la commune d’inscription du mandant. La démarche doit être effectuée suffisamment tôt pour que le formulaire de procuration parvienne à la commune avant le jour du scrutin.

La procuration peut être établie pour l’un des deux tours ou les deux tours de scrutin. Sa durée peut également être portée à trois ans maximum à compter de sa date d’établissement.

Pour les Français résidant au Royaume-Uni, vous trouverez de plus amples informations sur les liens suivants :

Consulat à Londres

Consulat Edimbourg

Liste des Consuls honoraires habilités à recevoir des procurations de vote

Photo Flickr de Quelquepartsurlaterre.