Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Jeannette Bougrab sensible aux attentes des jeunes Français à l’étranger

Le 17 décembre dernier, j’ai eu le privilège d’être invité par Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la Vie associative, pour participer à un dîner convivial, dans son ministère parisien en compagnie d’élus à l’AFE.

Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice des Français établis hors de France, avait eu l’heureuse initiative de cette rencontre, afin de sensibiliser notre « jeune ministre, aussi méritante qu’emblématique » aux besoins des jeunes Français de l’étranger et de nos associations.

En effet, Jeannette Bougrab n’occupe ses fonctions que depuis le 14 novembre dernier, abandonnant son poste de présidente de la Halde (Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) pour entrer dans le nouveau gouvernement de François Fillon.

Lors de mon intervention, je me suis concentré sur la situation des Jeunes à la recherche d’un emploi, notamment les « Oubliés de St Pancras » si chers à notre consul Edouard Braine, en expliquant la mission du centre Charles Péguy qui leur offre diverses facilités pour s’insérer dans la vie active outre-Manche. On estime que seul un tiers d’entre eux s’établira durablement au Royaume-Uni tandis qu’un autre tiers des jeunes Français reviendra au pays avec pour nouveau bagage une meilleure maitrise de la langue de Shakespeare. Et le troisième tiers me direz-vous ? Fort de son expérience en terre britannique, il osera l’expatriation plus lointaine, et comme me l’a dit un jour Jeanine Sandmayer, élue d’Australie très impliquée sur les questions d’emploi : « Tous les jeunes Français que nous voyons arriver à Melbourne sont passés par Londres. »

J’ai naturellement invité notre sémillante ministre à se rendre à Londres, pour visiter le centre Péguy et rencontrer notre communauté. En l’écoutant rendre un chaleureux hommage à l’action de Joëlle Garriaud-Maylam ou bien partager à table sa volonté de développer le service civique à l’étranger et ses inquiétudes pour les Jeunes localisés à Haïti en raison d’incidents susceptibles de mettre leur sécurité en danger, j’ai mesuré combien Jeannette Bougrab pouvait nous être précieuse en faveur des Jeunes expatriés, autant par ses fonctions que sa personnalité.

Invitée du «Talk Orange-Le Figaro» le 19 janvier, Jeannette Bougrab s’est prononcée sur des sujets d’actualité, tout en évoquant deux projets dans le cadre de sa mission : faciliter l’accueil des étudiants tunisiens en France, en vertu d’un accord de mobilité passé entre nos deux pays, et en France « voir de quelle manière le bénévolat pourrait être pris en compte dans l’insertion professionnelle et la valorisation des CVs au cours de la carrière professionnelle. » Belle initiative lorsque l’on sait que 14 millions de Français sont engagés dans des activités associatives au service de l’intérêt général.

Le consulat lance sa lettre d’information

Je salue la dernière initiative du consulat de Londres en matière de rapprochement de l’administration auprès de nos compatriotes inscrits au consulat du Royaume-Uni par la création d’une lettre d’information. Ce nouveau support d’information répond très exactement au souhait que j’avais formulé sur ma profession de foi lors de l’élection à l’AFE en 2006.

L’ensemble est concis, bref et alerte. Le premier numéro se focalise sur les élections de 2012 avec les présidentielles et, pour la première fois, l’élection de 11 députés représentant les Français de l’étranger.

L’objectif poursuivi par notre consul général, Edouard Braine, est de compléter l’information disponible sur le site internet du consulat, en s’adressant directement aux Français expatriés sur des sujets pratiques et quotidiens comme vous le constaterez.

Le numéro 1 a été transmis par email ce vendredi 28 janvier 2011. Si vous ne l’avez pas reçu, c’est que votre adresse email n’est pas renseignée auprès du registre ou que vous n’êtes pas inscrit.

Figurez-vous bien sur les listes électorales ?

Pour s’inscrire au registre du consulat suivez ce lien.

Félicitations au consul général et à son équipe pour la création de cette infolettre et longue vie à ce nouveau support.

Lire la lettre d’information n°1 du consulat de janvier 2011

Mediator : les expatriés ne doivent pas être moins égaux que les autres

Je viens de recevoir un email d’une compatriote en Angleterre qui m’a laissé pantois.

Avant de s’expatrier, mon interlocutrice a consommé du Mediator, plus de trois mois entre 2006 et 2009, ce qui lui vaut d’être classée sujet à risque de troubles cardio-vasculaires par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Cet institut lui recommande de consulter rapidement un médecin, considérant que les coûts des examens et des soins seront intégralement pris en charge par l’Assurance maladie, selon l’engagement de Xavier Bertrand, ministre de la Santé, fin décembre.

De plus, un numéro vert (0 800 880 700), gratuit, a été mis en place pour orienter les personnes inquiètes sur leur état de santé. Notre compatriote a donc téléphoné pour s’entendre dire : « il n’est pas possible de répondre au cas de ceux qui vivent a l’étranger ». Déconcertée, elle me demande ce qu’elle doit faire…

J’ai immédiatement multiplié les contacts auprès du consulat, du ministère des Affaires étrangères et du Parlement afin que l’égalité de traitement soit respectée entre tous nos citoyens.

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant des réponses obtenues.

Je rappelle que le Mediator, en service depuis 33 ans, était à l’origine destiné aux diabétiques en surpoids mais il a été souvent détourné en coupe-faim. Suspecté d’avoir causé le décès d’au moins 500 personnes, ce médicament a été retiré du marché en novembre 2009. Il faut savoir que le risque de complications, notamment sur les valves cardiaques, perdure jusqu’à deux ans après l’arrêt du traitement.

« Pour l’avenir, je vais proposer que, lorsqu’un médicament est retiré du marché dans un pays dans le monde, que ce soit à la demande du laboratoire ou des agences sanitaires, tous les autres pays en soient systématiquement informés », a déclaré Xavier Bertrand, dans les colonnes du Figaro.

Photo Flickr de Farm Studio Field

Fundraising 2011 : les parents d’élèves du lycée de Gaulle préparent leur diner de gala (1er avril)

Qu’on se le dise : il n’est nullement obligatoire d’être un parent d’élève du lycée Charles de Gaulle pour se joindre au diner de gala, de haute réputation, qui se tiendra le vendredi 1er avril prochain au Park Lane Hotel, Piccadilly .

Ce diner, comme chaque année, lance la campagne de Fundraising de l’APL, l’association des parents d’élèves du lycée français de Londres, dans le but d’appeler à la générosité des particuliers et des entrepreneurs pour améliorer les conditions de scolarité de 3900 élèves étudiant sur l’ensemble des sites de South Kensington, André Malraux, Marie d’Orliac et Wix.

Florence Quattrocchi, présidente du Comité APL, a annoncé qu’une large mobilisation avait permis de récolter plus de 150 000 l’an dernier, qui ont notamment servi à l’achat d’équipements sportifs, la création des nouvelles salles d’art et de musique, la rénovation des salles de physique-chimie, l’aménagement du foyer des élèves, la rénovation de l’infirmerie… De plus, cette campagne alimente un fonds de solidarité.

Vous pouvez également offrir des lots de valeur pour les ventes aux enchères ou la tombola qui contribue beaucoup au cachet de la soirée de gala.

L’argent collecté est juridiquement drainé vers deux associations caritatives (deux « charities ») qui soutiennent le lycée :
Friends of the Lycée permet de financer divers équipements, de rénover les locaux, de participer à des bourses et de contribuer à des projets éducatifs. En 2010, votre générosité a permis de récolter plus de
100.000.
APL Welfare Fund contribue aux frais de scolarité, de cantines, de livres ou encore de voyages scolaires des enfants dont les familles traversent des difficultés financières. En 2010,
95.000 ont été affectés à une cinquantaine d’élèves.

Lorsque j’évoque de telles performances financières, tous mes interlocuteurs en ont le souffle coupé. Il faut reconnaître que l’implication et la dynamique générée par les parents d’élèves de Charles de Gaulle est sans égale dans tout le réseau scolaire français à l’étranger. Le conseil d’administration de l’AEFE (Agence pour l’enseignement du français à l’étranger), où je siège, en sait quelque chose puisqu’il doit approuver les dons supérieurs à 30.000 €. L’APL a récemment remis 97.000₤ à l’AEFE pour lui permettre d’améliorer les conditions de scolarité du lycée. Et le seul don qui dépassait 30.000€ en 2010 était celui de l’APL (lire : « L’APL, championne des dons auprès de l’AEFE » du 23 décembre 2010).

Comme les années précédentes, j’espère que nous serons nombreux au diner de l’APL où l’on ne s’ennuie jamais !

Pour toute information (dons, réservation de table, contact…), merci de télécharger la brochure APL Appeal 2011 (pdf)

Le site de l’APL

Naissance de l’Institut français , tête du réseau culturel français à l’étranger

Xavier Darcos, président du nouvel Institut français, lors de son intervention à l'AFE.

Xavier Darcos, ambassadeur, chargé de mission pour l’action culturelle extérieure de la France, vient de prendre, à ce titre, la direction de l’Institut français, dont le siège est à Paris. Cette nouvelle agence diplomatique remplace Culturesfrance depuis le 1er janvier 2011 en reprenant la même mission qui est de promouvoir la culture française dans le monde. Un récent décret n° 2010-1695, publié dans le JO du 31 décembre 2010, nous détaille son mode de fonctionnement.

Doté d’un budget de 20 millions d’euros, l’Institut français est d’un établissement public industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministre des Affaires étrangères. Ainsi, ce ministre réunira, au moins une fois par an, le conseil d’orientation stratégique qu’il préside pour élaborer sa stratégie de rayonnement de la culture et de la langue françaises à l’étranger. Deux conseillers élus à l’Assemblée des Français de l’étranger siègeront à ce conseil.

En septembre dernier, lors de son audition auprès de l’Assemblée des Français de l’étranger, Xavier Darcos avait évoqué les grandes orientations de l’Institut et annoncé la nomination de Laurence Auer, bien connue des Français de Londres, au poste de secrétaire général. Laurence sera donc le numéro 3 de l’organisation, après son président et sa directrice générale, Sylviane Tarsot-Gillery. Je lui présente tous mes vœux de réussite.

L’Institut français a été créé, par la loi du 27 juillet 2010, avec l’idée de chapeauter tout le réseau culturel français à l’étranger, pour mieux concourir à la politique culturelle extérieure de la France. Une idée ambitieuse et prudente. Ambitieuse, car il faudra animer et gérer un réseau recouvrant 143 instituts et centres culturels français, en participant « à la programmation et au suivi de ses activités, à la gestion de ses ressources humaines, financières et immobilières », précise le décret.

Xavier Darcos et Oliver Cadic évoquant les orientations du nouvel Institut français qui remplace Culturesfrance depuis le 1er janvier 2011

Une idée prudente aussi, puisque les trois prochaines années, « le gouvernement conduit une expérimentation du rattachement à l’Institut français du réseau culturel de la France à l’étranger », nous dit la loi. Comprenez qu’on va d’abord essayer si cela marche auprès de treize établissements (*) du réseau choisis pour « constituer un échantillon représentatif de la diversité des postes en termes d’effectifs, de moyens et d’implantation géographique. »

Des rapports réguliers seront transmis au Parlement, dont le prochain en mars 2011, avant d’entériner le rattachement ou non du réseau à l’Institut dans trois ans.

Je me félicite que nous soyons aux avant-postes de cette réforme qui me parait relever d’une démarche pragmatique et responsable.

(*) Cambodge, Chili, Danemark, Emirats arabes unis, Géorgie, Ghana, Grande-Bretagne, Inde, Koweït, Sénégal, Serbie, Singapour, Syrie

Lire le décret n° 2010-1695 du 30 décembre 2010 relatif à l’organisation et au fonctionnement de l’Institut français.
Lire la loi n° 2010-873 du 27 juillet 2010 relatif à la création de l’Institut français.

Crédit Photos : Olivier Bolvin, MAEE

François Fillon apprécie qu’on cherche, mais préfère qu’on trouve !

La visite du Premier ministre à Londres, jeudi dernier, m’incite à vous raconter cette anecdote professionnelle qui fonde mon estime à l’égard de François Fillon depuis bientôt dix-sept ans.

À vingt ans, je décidais de créer ma société Info Elec pour exploiter les avantages de l’informatique encore naissante en 1982 au bénéfice de l’industrie électronique.

Ma société travaillait pour les plus grands programmes de la nation, civils ou militaires. Elle bénéficiait d’un agrément Recherche, ce qui permettait à mes clients de profiter du crédit-d’impôt recherche.

En 1993, pour obtenir le renouvellement de l’agrément Recherche, nous avions rempli, non sans fierté, un dossier faisant état de l’aboutissement de nos travaux, notamment un procédé permettant de réduire le coût de l’électronique des commandes de vol du Rafale. Le renouvellement de l’agrément nous fut refusé… parce que nous n’avions pas fait assez état de nos recherches n’ayant pas abouti. Une preuve manifeste aux yeux des fonctionnaires que nous n’avions pas vraiment cherché !

Le motif nous apparut si incongru et si injuste qu’il alimenta toutes les conversations au sein de notre entreprise.

Un de nos ingénieurs commerciaux, Thierry, s’en était ému auprès de l’un de ses anciens professeurs. Le hasard fit bien les choses. Ce professeur avait une amie et collègue qui était la mère du nouveau ministre de la Recherche, un certain… François Fillon. Elle demanda une copie du dossier qu’elle soumis à son fils à la faveur d’un déjeuner dominical.

Plus tard, le professeur nous invita à représenter notre demande de renouvellement directement au ministère et l’agrément nous parvint en retour.

Le souvenir reste vif d’une période très oppressante, d’autant qu’il fallait faire face à un contrôle fiscal au même moment. L’inspectrice des impôts nous avait ouvertement déclaré que son objectif était de remettre en cause toutes les déductions fiscales au titre de notre activité Recherche. Sans le renouvellement de l’agrément, l’Administration aurait pu aisément contester des dégrèvements réalisés par les clients d’Info Elec et l’entreprise aurait clairement été en péril…

Quelques mois plus tard, notre ingénieur se rendit à une inauguration à laquelle participait François Fillon. Il eut l’opportunité de croiser le ministre de la Recherche et de le remercier au nom d’Info Elec. François Fillon lui répondit : « Info Elec ? Ah oui, les chercheurs qui trouvent ! » Cette répartie du ministre a marqué nos esprits.

Cette anecdote a été relatée dans le livre de Thierry Desjardins, « Foutez-leur la paix ! », ainsi que dans un article qui fit la une du Figaro : « Pourquoi les entrepreneurs s’exilent ? » du 19 février 2000. S’inspirant d’une célèbre phrase de De Gaulle (*), François Fillon aurait rappelé l’incident à ses collaborateurs en précisant qu’il préférait « ceux qui trouvent à ceux qui cherchent. »

(*) « Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche. » C
harles de Gaulle

François Fillon à Londres : « Votre communauté donne l’exemple »

Maurice Gourdault-Montagne, ambassadeur de France, Olivier Cadic, François Fillon, Premier ministre

En visite officielle au Royaume-Uni, les 12 et 13 janvier, François Fillon a rencontré David Cameron, Nick Clegg, ainsi que les acteurs de la City. Sa visite aura aussi été l’occasion de saluer les Français du Royaume Uni qui représentent, par leur nombre, la première communauté française expatriée au monde.

Comme tous ceux qui ont fait leur valise, sous l’effet d’une impérieuse nécessité, j’ai beaucoup apprécié d’entendre la voix de France en la personne de François Fillon déclarer qu’il est « inutile d’occulter que certains de nos compatriotes se sont installés en Grande-Bretagne parce qu’ils avaient le sentiment qu’ils n’auraient pas dans notre pays les mêmes moyens pour réaliser leurs aspirations. Ils ont quitté une France qui se reposait beaucoup sur le souvenir d’une grandeur acquise ; qui retardait le moment de regarder en face la réalité du monde. Une France qui négligeait de mesurer ses forces et ses faiblesses et souvent d’engager les réformes nécessaires. »

François Fillon se démarque, car il ne déplore aucun exode. Au contraire, à travers nous, les expatriés, nos initiatives, nos ambitions, il juge que la « France projette ses forces. Elle projette aussi une image, une image d’ouverture, une image de dynamisme, une image de diversité et donc vous contribuez autant à la richesse de la Grande Bretagne qu’à celle de notre pays. » Que dire de plus ?

Parce que l’expatriation est avant tout un acte de courage, le Premier ministre a tenu à saluer notre travail d’élus à l’Assemblée des Français de l’étranger, associé à celui du consul général, Edouard Braine, en faveur de l’insertion de jeunes français en quête d’emploi et d’intégration au Royaume Uni, en faisant même mention des « Oubliés de Saint-Pancras » pour saluer l’action « originale et novatrice » du centre Charles Peguy.

La suite du discours nous permet d’apprécier sa parfaite connaissance de notre communauté : « Au fond, de l’innovation qui caractérise les Français au Royaume Uni, peut être que l’un des meilleurs exemples c’est l’effort collectif qui inspire le « plan école ». Toutes les composantes de la communauté française, soutenues par vos élus du Sénat, de l’Assemblée des Français de l’Etranger s’y sont associées pour développer l’offre scolaire. » Lorsque le Premier ministre a prononcé ces mots, l’ambassadeur Maurice Gourdault-Montagne et moi avons échangé un long regard complice et satisfait. Mes pensées sont allées immédiatement à Michel Monsauret, précédent conseiller culturel adjoint, co-fondateur du plan Ecole et aux sénateurs Joëlle Garriaud-Maylam et André Ferrand qui se sont investis dès le premier jour pour sa réussite.

Toutes les parties prenantes au plan école apprécieront les félicitations reçues pour leur « intelligence de promouvoir ce partenariat public-privé novateur » afin de financer de nouvelles places dans l’enseignement public français et qui va « « se concrétiser par la prochaine ouverture du CFBL, un collège de 700 places à Londres, première étape d’une opération qui connaîtra, j’en suis sûr, d’autres développements en Grande-Bretagne », nous dit François Fillon. Ce mode opératoire pourrait être « un exemple pour d’autres pays dans lesquels j’espère que votre initiative sera imitée », nous ravit le Premier ministre.
Il a ainsi justifié notre logique en rupture avec l’idée que le financement de l’enseignement français à l’étranger doit reposer essentiellement sur le contribuable français.

En ma qualité d’administrateur de l’AEFE, je ne pouvais que me réjouir d’entendre le chef du gouvernement vanter « la qualité exceptionnelle de l’enseignement » au lycée Charles de Gaulle. Le proviseur, Bernard Vasseur, les cadres du lycée et les représentants des enseignants étaient présents. Tous ceux qui contribuent au bon fonctionnement du lycée français peuvent être fiers de cette juste reconnaissance de leur travail.

François Fillon a également cité la Fédération des Associations françaises de Grande-Bretagne reconnue comme un « partenaire précieux de l’action de l’Etat » et honoré avec émotion les représentants des anciens combattants et ceux de la France Libre qui « furent les témoins et les acteurs de l’épopée du général de Gaulle. »

Auprès de la communauté française, le Premier ministre a tenu à développer sa politique économique. Après un bilan de ses trois années de modernisation de la France, il a estimé qu’une croissance à hauteur de 2% était à notre portée en 2011. Pour s’en convaincre, il a annoncé que 35 milliards d’euros seraient injectés pour soutenir les projets d’avenir des universités, des centres de recherche ou de l’industrie. En parallèle, les efforts du gouvernement porteront sur l’insertion professionnelle des Jeunes. Par ailleurs, le travail de réforme en 2011 visera surtout la fiscalité du patrimoine et le financement de la dépendance des personnes.

Pour conclure, François Fillon a touché le cœur de chacun d’entre nous en estimant que « chaque Français a la même valeur, mais enfin ceux qui sont à l’étranger jouent pour le rayonnement de notre pays un rôle qui est absolument indispensable. Et nous devons tout faire pour vous encourager, vous aider dans l’entreprise qui est la vôtre. En tout cas votre communauté donne l’exemple. »

Voir plusieurs discours en vidéo de la visite de François Fillon au Royaume-Uni (12 et 13 janvier 2011)

Texte du discours_du_Premier_ministre_devant_la_Communaute_francaise_de_Londres (13 janv 2011)

Proposition de subvention reconduite pour le centre Charles Péguy

Le 7 décembre dernier, je participais à la réunion du CCPEFP, Comité consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle, qui devait se prononcer sur la demande de subvention du centre Charles Péguy (CCP), tout comme l’an dernier à la même époque (lire : « Nouvelle subvention demandée pour le centre Charles Peguy » du 11 décembre 2009).

 J’ai récemment relaté l’inauguration des nouveaux locaux londonien du CCP, en présence de Martin Hirsh, qui lui permettront de recevoir plus efficacement nos jeunes français (18-30 ans) désireux de s’installer en Grande Bretagne pour travailler et maitriser l’anglais (lire : « Le centre Charles Peguy, pivot du plan Emploi » du 12 novembre 2010). Le CCP était menacé de fermeture fin 2009.  Edouard Braine a mobilisé les énergies et trouvé les ressources destinées à garantir la survie du Centre Charles Péguy (CCP).

 Je rappelle que le centre est un des piliers du plan Emploi, initié à ma demande par notre consul général Edouard Braine en mobilisant tous les acteurs de notre communauté. A souligner que ce plan s’adresse aussi à une catégorie de Jeunes que le consul nomme les « Oubliés de Saint Pancras », du nom de la gare londonienne où débarquent chaque jour des dizaines de compatriotes, avant de se dissiper dans la nature avec leur sac à dos. Ils ne comptent que sur leur bonne étoile. Comme ils n’imaginent pas une seconde qu’ils auraient intérêt à s’immatriculer auprès des services consulaires, Edouard Braine avait vu dès son arrivée à Londres que notre administration les connaissait mal. 

Deux représentants du centre Peguy étaient venus pour justifier la demande de subvention devant la Commission consulaire pour l’emploi et la formation professionnelle. Il s’agissait de Marine Deneux, directrice, et Alexandre Auddin, conseiller emploi, qui ont dressé un bilan d’activité et évoqué les projets de leur association d’aide à l’insertion professionnelle.

 Le CCP place près de 700 jeunes Français par an (voir graphique), ce qui est loin d’être une goutte d’eau puisque ce chiffre équivaut à 20% du volume global des placements (3121 postes) réalisés par les 31 CCPEFP dans le monde ! Ajoutons à la performance que le coût moyen d’un placement est de 309 euros, contre 208 euros à Londres (lire : « Charles Péguy champion du monde des placements ! » du 13 mai 2010). Vous serez alors étonnés d’apprendre, si vous ne le savez, que Peguy dispose d’un effectif de 5 personnes seulement : une directrice, 2 VIA (volontaire international de l’Administration), une réceptionniste et un comptable.

 Lorsque j’ai demandé comment le centre pouvait parvenir au seuil des 1000 placements en 2011, la réponse a fusé : « il faut recruter un conseiller emploi supplémentaire ! ». J’ai suggéré de faire appel à la générosité des sociétés qui pourraient contribuer à l’action solidaire en sponsorisant le recrutement d’un conseiller dans le cadre du service civique. Ce serait une double bonne action, à la fois pour le jeune embauché et pour Peguy.

 De plus, on pourrait imaginer la création d’un certificat justifiant du nombre d’embauches et d’entretiens permis grâce au conseiller sponsorisé. Une forme de reconnaissance dont l’entreprise pourrait se prévaloir, ce qui favoriserait encore la notoriété du CCP.

 La commission s’est prononcée à l’unanimité en faveur du maintien de la subvention de 55.000€ au centre Charles Péguy. Avec ses chaleureuses félicitations. Souhaitons que la Commission nationale suive notre demande.

Le consul général peut être satisfait d’avoir conduit l’action emploi en 2010 qui a permis au CCP de voir désormais l’avenir plus de sérenité. Mais son expérience de l’entreprise privée lui a enseigné qu’il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers et s’imposer toujours de nouveaux objectifs plus ambitieux.

 L’objectif 1 du Plan Emploi est désormais d’aider Peguy à placer 1 000 jeunes par an !

Plan Ecole (21) : Vers un label France pour encourager l’enseignement bilingue dans les écoles anglaises

Tiphaine Beausseron a publié cette semaine un très bon article pour le Petit Journal au sujet du développement des classes bilingues au Royaume-Uni pour lequel elle m’a interviewé, suite à la réunion du plan Ecole consacrée au bilinguisme, à Dartford, début décembre.

Lors du conseil d’administration de l’AEFE (Agence pour l’enseignement française à l’étranger) du 25 novembre dernier, je suis intervenu pour connaître les progrès du « label France« . J’avais soutenu cette démarche lors d’une réflexion engagée, en septembre 2009, pour bâtir le Plan d’Orientation Stratégique de l’AEFE. En effet, puisque nous ne pourrons pas créer des écoles françaises aux quatre coins du Royaume-Uni, nous devons trouver une solution souple pour développer l’enseignement bilingue, si possible au sein même des écoles publiques anglaises. Rappelons que 70% des enfants français vivant au Royaume-Uni sont scolarisés en dehors du réseau scolaire français. Cette démarche qui s’incarne dans un label est destinée à leur offrir l’accès prochain à un enseignement bilingue à proximité de chez eux.

Comme me l’a indiqué Jean-Paul Rebaud de la direction générale de la mondialisation du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE), lors du conseil d’administration de l’AEFE, un décret portant création du Label France est en cours de préparation. Le projet devrait être présenté en Conseil des ministres par la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, début 2011. Ce décret définira précisément les conditions requises pour garantir un enseignement d’excellence à la française intégré à un enseignement local.

Vincent Gleizes, attaché de coopération pour le français au service culturel de l’ambassade de France, anime la réunion à Dartford sur le développement des sections bilingues dans les écoles anglaises, le 29/11/2010.

Cette alternative structurée mais plus légère à mettre en place que l’homologation permettra d’encourager et de soutenir, indirectement, les écoles britanniques qui instaurent un enseignement bilingue anglais-français. C’est l’outil qui nous manquait pour promouvoir un enseignement bilingue auprès des Britanniques.

Lors de la réunion organisée, début décembre, sur ce thème par le service culturel de l’ambassade de France, à Dartford (Kent), le Kent County Council représenté par Maureen Smith semblait intéressé par notre démarche.

L’école primaire Loose Infant à Maidstone que j’ai visité en novembre dernier dispense déjà des cours en français et souhaite les renforcer. Un nouveau rendez-vous a été fixé début avril avec le service culturel.

L’avenir du développement des classes bilingues dans les écoles d’Etat anglaises dépendra beaucoup de la capacité de coopération éducative entre les services publics de l’éducation britanniques et le service culturel de l’ambassade de France au Royaume-Uni, dirigé par Laurent Burin des Roziers. Laurent Batut, conseiller culturel adjoint, attaché de coopération éducative, épaulé par Vincent Gleizes, attaché de coopération pour le Français, œuvrent au quotidien pour mener à bien cette mission.

Lire l’article du Petit Jounal : « Le développement des classes bilingues au Royaume-Uni »

Lire aussi :   « Plan Ecole (20) : des écoles bilingues pour démocratiser l’accès à l’enseignement français » du 17 novembre 2010

Mes vœux à la communauté française du Royaume-Uni pour 2011

Madame, Monsieur, chers compatriotes,

Je souhaite que 2011 vous apporte une santé rayonnante, qu’elle accomplisse vos espoirs, tout en vous réservant d’heureuses surprises…

Dès son arrivée à Londres, fin 2009, le Consul Général Edouard Braine s’est engagé en faveur de nos jeunes compatriotes venus au Royaume-Uni à la recherche d’un premier emploi. Il les a baptisé les « Oubliés de Saint -Pancras ». Edouard Braine a exaucé le vœu que j’exprimais l’an dernier et réuni une équipe motivée pour créer un Plan Emploi. Il a mobilisé les énergies et trouvé les ressources destinées à garantir la survie du Centre Charles Péguy (CCP), qui permet à environ 650 jeunes compatriotes de trouver chaque année un emploi au Royaume-Uni ! Désormais, le premier objectif du Plan Emploi est d’offrir à Péguy des moyens supplémentaires pour lui permettre de placer 1000 jeunes par an. Le second objectif est de créer un « RER transmanche », reliant Calais-Frethun à Ashford. Permettre l’éclosion d’une nouvelle génération de travailleurs transfrontaliers, désenclaver le Nord-Pas-de-Calais, offrir de nouvelles perspectives pour les entreprises des Français du Kent justifient cette ambition. Je forme le vœu que sous la conduite de notre Consul Général, ce Plan Emploi aboutisse et contribue à la réduction du chômage en France.

Avec l’emploi, l’essentiel de mes efforts se porte sur l’éducation. Ma conviction est que nous devons démocratiser l’accès à l’enseignement français au Royaume-Uni tout en favorisant le bilinguisme dans les écoles anglaises. Depuis trois ans, Maurice Gourdault-Montagne, Ambassadeur de France au Royaume-Uni, conduit remarquablement un Plan Ecole en y associant les représentants de notre communauté scolaire et les élus. Notre objectif premier vise à accroitre de 500 places par an la capacité d’accueil de l’enseignement français au Royaume-Uni. Nous avons déjà créé près de 500 nouvelles places depuis le lancement du Plan Ecole.

Afin de créer de nouvelles écoles sans peser sur nos finances publiques, le Plan Ecole a décidé la création d’un Trust à vocation immobilière. Avec le soutien du Sénateur André Ferrand, nous avons obtenu la garantie de l’Etat afin de diminuer le coût d’emprunt finançant l’acquisition d’un premier bâtiment. L’ouverture en septembre du collège français bilingue de Londres (CFBL) couronnera les efforts des acteurs du Plan Ecole.

Tous ces succès ne me font pas oublier que l’inflation à deux chiffres des frais de scolarité du lycée Charles de Gaulle menace la mission de continuité du service public de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE). Je forme le vœu que nous parvenions à plus de transparence sur les coûts et je prendrai l’initiative d’organiser un grand débat sur ce sujet en mai prochain.

Les 70% des enfants français vivant au Royaume-Uni scolarisés dans le système éducatif local ne sont pas oubliés. Cette année, le Gouvernement va publier un décret instituant un « label France« . C’est l’outil dont nous avions besoin pour favoriser le développement du bilinguisme dans les écoles britanniques, objectif n°2 du Plan Ecole.

Notre dynamisme doit beaucoup à l’engagement des parents d’élèves. A Londres, leurs opérations de levées de fonds ont apportés en quelques années plus d’un million de livres sterling au profit du lycée Charles de Gaulle. Dans le cadre du programme Français Langue Maternelle (Flam), partout dans le Royaume-Uni, ils ouvrent des petites écoles du samedi qui familiarisent les plus petits à la langue française. Nous comptons désormais 39 écoles de ce genre contre 28 l’an dernier ! Invité en 2010 par leurs directrices (à Bristol, Canterbury, Colchester, Dartford, Leeds, Maidstone…), j’ai ressenti à chaque fois la même passion et le même amour pour ces 2 000 enfants aujourd’hui concernés par le programme Flam, la plupart binationaux. Je souhaite que cet élan formidable s’amplifie, d’autant que notre sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam a permis le financement d’une méthode novatrice d’apprentissage du français spécifique aux plus jeunes. Tous ces progrès n’auraient pu se concrétiser sans l’action formidable du Service Culturel conduit par notre nouveau Conseiller Culturel Laurent Burin des Roziers.

Je poursuivrai aussi mon action pour que le Ministère dégage un budget pour moderniser le standard du consulat de Londres afin d’améliorer l’accueil téléphonique. Car comme le souhaitent Edouard Braine et les agents du consulat, tout doit être mis en œuvre pour ne pas rebuter nos compatriotes lorsqu’ils cherchent à entrer en contact avec leur administration. Ils ont d’ailleurs mené une action exemplaire en 2010 afin que le consulat soit enfin conforme aux exigences britanniques d’accessibilité au public.

2011 précédera une année historique pour les Français de l’étranger. L’an prochain, pour la première fois, vous aurez l’occasion d’élire un député représentant les Français du Royaume-Uni et d’Europe du Nord. Edouard Braine a initié une démarche de mise à jour de la liste électorale qui devrait aboutir à radier prochainement 15000 noms. Je vous invite à vérifier votre situation électorale au cours de l’année.

Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les plus cordiaux,

Olivier Cadic
Canterbury, le dimanche 9 janvier 2011

Pour télécharger ce texte en pdf : Voeux à la communauté du RU 2011

Photo Flickr de Mooi