Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

David Douillet représentera les Français de l’étranger

Le remaniement ministériel nous a réservé une double surprise : la création d’un secrétariat d’Etat aux Français de l’étranger et la nomination de David Douillet à sa tête. Je me réjouis donc doublement de la décision du Président de la République et de son Premier ministre.

En faisant ses premières armes au sein d’un gouvernement, David Douillet aura à coeur de se distinguer en défendant la cause des expatriés. Cette responsabilité était précédemment dévolue à Henri de Raincourt (lire : « Notre ministre s’appelle Henri de Raincourt » du 08 décembre 2010).

David Douillet, nouveau secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger

Au micro d’Europe 1, notre nouveau secrétaire d’Etat s’est déjà engagé à « protéger et écouter » ses compatriotes vivant hors de l’Hexagone, considérant qu’ils sont aussi des ambassadeurs de la France.

Retiré des tatamis depuis 2000, notre légende vivante du judo n’a jamais dissimulé son attirance pour le ministère des Sports, tout en se montrant ouvert à toute opportunité en politique, après s’être essayé tour à tour aux métiers d’entraineur, de commentateur sportif ou encore d’investisseur. L’année 2009 consacre hardiment son goût de l’action publique puisqu’il devient secrétaire national de l’UMP en charge des sports et qu’il est élu député de la 12e circonscription des Yvelines

Double médaillé olympique et quadruple champion du monde, David Douillet demeure un poids lourds imbattable en termes de notoriété publique et internationale, ce qui devrait être un net avantage pour remplir sa nouvelle mission.

Je lui adresse toutes mes félicitations et mes plus vifs encouragements.

Photo Flickr du Medef

Un plan Ecole pour le monde, présenté au conseil des ministres

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et européennes, a présenté au conseil des ministres son plan de développement de l’enseignement français à l’étranger

Le 15 juin dernier, Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, a présenté au conseil des ministres  le plan de développement de l’enseignement français à l’étranger.

Nous pouvons remarquer, non sans fierté, que le plan Juppé a été clairement inspiré par le plan Ecole actuellement déployé au Royaume-Uni depuis trois ans!

Ce plan est l’aboutissement d’une consultation organisée par le ministère des Affaires étrangères et européennes depuis trois ans auprès de tous les partenaires concernés. Il poursuit trois grands objectifs :

1. Conforter les missions et les moyens du réseau scolaire homologué, en consacrant des moyens significatifs (420 millions d’euros par an pour 2011-2013) à ce réseau de 470 établissements qui accueille près de 300.000 élèves (dont 55% étrangers) dans 130 pays et qui est cofinancé par les familles. En outre, un effort particulier est fait par l’Etat pour l’aide à la scolarité des enfants français grâce aux bourses scolaires et à la prise en charge de la scolarité au lycée décidée par le Président de la République. Le rôle de la Mission laïque française, acteur associatif historique, est conforté par la conclusion d’une convention avec l’Etat et d’un protocole avec l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger ;

Cet objectif correspond à l’objectif n°1 du plan Ecole du Royaume-Uni qui vise à accroitre de 1500 places l’enseignement français.

2. Mieux piloter la politique scolaire à l’étranger, avec une « cartographie de l’enseignement français à l’étranger », qui doit permettre d’élaborer une véritable stratégie de l’offre scolaire, et associer l’ensemble des partenaires français et étrangers de l’enseignement français dans le monde ;

Cet objectif correspond à notre tableau de bord. Etabli en amont du plan école, ce tableau nous a permis d’établir nos objectifs. J’avais demandé en mai 2010 à la réunion de pilotage du plan Ecole de systématiser le recours aux indicateurs pour anticiper nos besoins (lire : « Anticiper les besoins des Français du Royaume-Uni en matière d’enseignement » du 19 mai 2010). Cela s’accomplit grâce au groupe de travail sur les indicateurs qui améliore constamment ce tableau de bord.

3. Créer un nouvel instrument pour développer la présence éducative française dans le monde, avec la création d’un label « FrancEducation », qui sera délivré à partir de l’année scolaire 2011-2012 à une centaine d’établissements d’excellence étrangers. Ce label concernera les établissements qui, tout en maintenant l’éducation de leurs élèves dans les programmes du pays, souhaitent lui donner une dimension internationale en l’adossant au modèle éducatif français. Enfin, la France proposera aux bacheliers à l’étranger d’intégrer, dans les pays d’accueil et en France, les filières universitaires d’excellence créées par et avec les universités françaises.

Cet objectif correspond à l’objectif n°2 du plan Ecole du Royaume-Uni qui vise à développer l’enseignement bilingue. Puisque nous ne pourrons pas créer des écoles françaises aux quatre coins du Royaume-Uni, nous devons trouver une solution souple pour développer l’enseignement bilingue, si possible au sein même des écoles publiques anglaises. Rappelons que 70% des enfants français vivant au Royaume-Uni sont scolarisés en dehors du réseau scolaire français. Cette démarche qui s’incarne dans un label est destinée à leur offrir l’accès prochain à un enseignement bilingue à proximité de chez eux (lire : « Vers un label France pour encourager l’enseignement bilingue dans les écoles anglaises » du 11 janvier 2011)

Olivier Cadic et Jean-Paul Rebaud, sous-directeur de la Diversité linguistique et du Français

Jean-Paul Rebaud, sous-directeur de la Diversité linguistique et du Français au ministère des Affaires étrangères et européennes, a été l’artisan de ce plan. Je sais combien il estimait l’action de Michel Monsauret, l’ancien conseiller culturel adjoint à Londres. Il m’avait confié que notre plan Ecole inspirait sa réflexion. J’avais découvert son projet de label «FrancEducation» lors du séminaire de Marcoussis, en septembre 2009, pour bâtir le plan d’Orientation stratégique de l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger. J’avais immédiatement soutenu sa démarche.

J’ai rendu hommage à son action à la tribune de l’Assemblée des Français de l’étranger le 11 mars dernier : « Ce label «FrancEducation» est un outil pour développer le bilinguisme à l’étranger. Je crois que c’est vraiment l’orientation d’avenir. Dans dix ans, vingt ans, parce qu’un jour, quelqu’un comme monsieur Rebaud était là, nous aurons certainement un grand réseau bilingue qui, je l’espère, ne coûtera pas grand-chose à nos finances publiques.»

Enfin, je n’oublie pas que ce résultat a pris sa source au séminaire de Marcoussis qui avait réuni tous les acteurs de l’enseignement français à l’étranger. Ce séminaire avait été remarquablement conduit par Anne-Marie Descôtes, directrice de l’AEFE. Je pense également au sénateur André Ferrand qui a initié dans une note le concept de plan école que je m’emploie à appliquer au quotidien. Sa vision est désormais partagée au plus haut niveau.
En plaçant l’avenir de l’enseignement français à l’étranger à l’ordre du jour du conseil des ministres, Alain Juppé démontre l’intérêt porté par les plus hautes autorités de l’Etat à un sujet de préoccupation majeur des expatriés. La mise en œuvre de ce plan revient à Anne-Marie Descôtes. Elle mérite notre plein soutien et tous nos encouragements.

Photo Flickr A.Juppé de Poland MFA

French radio London propage la chanson française

La fête de la Musique à Londres ? Oui ! L’expression est si belle que l’équipe de French Radio London, emmenée par Pascal Grierson, a tenu à importer le concept. Combien d’entre-eux étaient nés en 1982 lorsque Jack Lang, ministre de la Culture, a eu cette joyeuse idée qui a depuis essaimé dans quelques pays ?

J’ai pu me rendre compte de l’engouement suscité par l’événement auprès de notre communauté. L’affiche était à la hauteur de cette grande première. De brillants artistes français ont eu la chance de se produire sur la scène internationale du Koko club, certains de l’acabit de Julien Doré, l’enfant chéri de la Nouvelle Star ou bien de Gaëtan Roussel, récompensé par trois trophées aux Victoires de la Musique 2011.

Laurent Burin des Roziers, conseiller culturel, Pascal Grierson, French Radio London, O.Cadic

La veille, French Radio London avait organisé une réception en hommage à ses sponsors, l’occasion pour Laurent Burin des Roziers, conseiller culturel et moi-même de venir féliciter Pascal pour sa contribution au rayonnement culturel français. Joli coup pour cette radio 100% francophone et généraliste fondée il y a quelques mois seulement (lire : « Longue vie à French Radio London (FRL) » du 18 novembre 2010).

Cette manifestation nous rappelle que notre rayonnement ne saurait être l’apanage de l’action publique, notamment par le biais de l’Institut français de Londres. Toutes les démarches ou projets destinés à promouvoir nos talents à l’étranger méritent notre soutien, tout au moins notre attention. A cet effet, je préconise à l’Institut de créer une plateforme qui permette de recenser et de valoriser toutes les initiatives privées qui concourent à notre influence culturelle et artistique.

Vous pouvez écouter FRL sur la DAB, sur internet à l’adresse frenchradiolondon.com

L’Appel du 18 juin sous le regard singulier du Dr Dorfsman

Carlton Gardens, 18 juin 2011, un jeune touriste français se trouve par hasard sur le lieu de la cérémonie officielle. Il demande naïvement ce qu’il se passe. « Oh, pas grand chose, lui répond son interlocuteur, des Français parlent d’un Français ! »

C’est ainsi que débute un petit conte historique rédigé par le Docteur Thierry Dorfsman de l’UFE GB. Il nous présente tour à tour les acteurs présents à la commémoration à la manière du roman « Le monde de Sophie » qui fait découvrir la philosophie à une jeune fille en répondant à ses questions les plus banales.

Je vous laisse découvrir ce petit bijou d’humour dont le but est de rendre de plus en plus attrayante une cérémonie à priori bien rébarbative aux yeux de notre adolescent de passage : « Ce 18 juin 2011 à Carlton Gardens » (fichier pdf).

Je remercie Thierry Dorfsman d’avoir cédé à ma demande de raconter les événements à sa façon. Je m’attendais à de l’insolite, je n’ai pas été déçu ! Je précise que lui était à Carlton Gardens pour honorer la mémoire de son père, acteur du débarquement le 6 juin 1944 sous les ordres du commandant Kieffer avec 176 de ses camarades.

Photo Flickr de Florriebassingbourn

Figure de la Résistance, Marcelle Hugonnier-Adamson devient officier de la Légion d’honneur

Marcelle Hugonnier-Adamson reçoit de la part de Bernard Emié, ambassadeur, les insignes d’Officier de la Légion d’honneur, au cours des cérémonies du 18 juin 2011

« Vous faites partie, madame, de ces héros qui ont sauvé la France et son honneur ». Bernard Emié, ambassadeur de France, a estimé que tout l’honneur était pour lui de remettre les insignes d’Officier de la Légion d’honneur à Marcelle Hugonnier-Adamson.

Déjà décorée de la croix de Guerre et de la médaille de la Résistance, notre glorieuse ainée accède donc au grade d’officier après avoir été nommée Chevalier de la Légion d’honneur en 1989. Son infatigable travail destiné à perpétrer la mémoire et l’héritage de ces Français ayant combattu le joug nazi justifierait à lui seul cette promotion.

Qui est Marcelle ?

Une dame charmante au regard tendre et pétillant que l’on aime sur le champ. Comment imaginer que cette frêle silhouette a passé sa jeunesse à déjouer la vigilance de la Gestapo pour organiser des parachutages clandestins destinés aux maquis du Sud-Est de la France ?

Instant privilégié pour exprimer notre gratitude au nom des Français du Royaume Uni

Son fait d’armes se déroule la nuit du 16 avril 1943 au cours de laquelle huit personnalités majeures de la Résistance sont exfiltrées en avion à partir d’un terrain sous contrôle ennemi.

Combien vous doivent la vie, Marcelle ?

En choisissant Carlton Garden pour théâtre de la remise de cette décoration, l’ambassadeur a permis aux élus, aux militaires et au public présent de témoigner de notre considération pour cette héroïne de la France combattante.

Lire le discours de Bernard Emié consacré Mme Hugonnier-Adamson (ficher pdf)

Appel du 18 juin : l’ambassadeur Bernard Emié fait vibrer notre Histoire

Le 18 juin 2011, Bernard Emié, ambassadeur de France, à Carlton Garden : "Je sais qu'en cet instant, tandis qu’en Lorraine émerge de la brume l'immense croix de l'homme qui a dit Non, avec nous, les âmes de tous ses compagnons vibrent à l’unisson."

Il faut être Français et vivre en Angleterre pour ressentir pleinement l’Appel du 18 juin dans sa dimension patriotique et dissidente. Par les premiers mots de son discours, Bernard Emié, s’est engouffré dans nos coeurs et il a entretenu jusqu’au bout une douce réverbération intérieure:
« Parmi toutes les dates, heureuses ou dramatiques, qui ponctuent notre riche histoire, le 18 juin tient une date particulière, sans égale sans doute pour le XXème siècle. Elle symbolise le courage de dire non à la défaite et la volonté de combattre pour la liberté et pour l’honneur quel qu’en soit le prix. »

On ne pouvait souhaiter de meilleure date pour la première apparition devant le grand public de notre nouvel ambassadeur que cet anniversaire qui exprime ce que la France et l’Angleterre « peuvent donner de meilleur à leurs peuples et au monde, lorsqu’ils décident de travailler ensemble », a-t-il déclaré d’une voix parfois éraillée par l’émotion.

Bernard Emié est aussi revenu sur le discours historique de Nicolas Sarkozy, venu dire l’an dernier à Londres qu’en « reconnaissant au général de Gaulle le droit de parler et d’agir au nom de la France, l’Angleterre a rendu à la France le plus bel hommage qu’elle ait jamais reçu parce que cela voulait dire qu’à ses yeux elle ne pouvait se confondre qu’avec la conception la plus élevée de l’honneur. » (lire : « Nicolas Sarkozy magnifie l’amitié franco-britannique » du 22 juin 2010).

Devant la statue du Général à Carlton Garden, l’ambassadeur a mis en perspective le 18 juin 1940 avec les combats franco-britanniques actuels contre tous les fléaux modernes, même au prix du conflit armé comme le montre notre intervention en Libye pour « lutter contre  la tyrannie et la barbarie ».

Bernard Emié a réservé sa dernière intervention de la journée aux élèves du lycée Charles de Gaulle, regroupés devant les bornes interactives et les vitrines regroupant des objets en souvenir des Françaises et des Français libres. Avant d’être frappés par un destin tragique, ces héros de l’ombre, ces héros ordinaires, « comme nos jeunes lycéens d’aujourd’hui, souriaient à la vie en croyant en l’avenir », insuffle l’ambassadeur avec ces mots simples et tendres plus propices à « l’exaltation de ce lien intergénérationnel qui constitue la vraie raison de cette seconde cérémonie. »

Lire le Discours de Carlton Garden
Lire le Discours au lycée Charles de Gaulle

Le retrait de la double taxe foncière pour les non résidents me vaut des échos dans les médias britanniques

Deux articles ont paru en début de semaine relatifs à la décision du Président de la République d’annuler le projet de taxe foncière additionnelle réservée aux non résidents. Ils font suite à l’article du Times, publié le 10 juin 2011, “France ready to beat retreat over tax on second homes” qui, le premier, a repris mes propos. En effet, je souhaitais rassurer sans attendre les personnes affectées par ce projet.

Je suis heureux et flatté d’observer que mon blog est suivi par les médias britanniques : “Olivier Cadic, who represents the UK for the Council for French Abroad, and a vocal opponent of the tax since it was first proposed, said on his blog (www.oliviercadic.com) following the announcement “I am very happy with the decision, which will be a huge relief to non-residents with a second home in France.” He goes on to say: “I think 18th June was a particularly good choice of date for the tax to have its Waterloo!” (article « U-turn on holiday home tax sparks relief » dans French Property News)

Je suis également content que mes propos n’aient pas été édulcorés ! : “Olivier Cadic, a member of the Council for the French Abroad, said Mr Sarkozy had also realised the law would have been ‘electoral suicide’ as French expatriates will be able to elect MPs for to parliament next year. “All those French living abroad with homes in France would have been scandalised,” he said. He also faced the threat of opponents taking their case to the European courts, arguing the tax is discriminatory.” (article « Nicolas Sarkozy drops controversial tax on second homes in France » dans le Telegraph)

Photo Flickr de Dweinberger

Le 18 juin, une journée particulière

De retour chez moi, samedi soir, j’ai eu envie de vous raconter le déroulé de ma journée de conseiller élu à l’AFE (Assemblée des Français de l’étranger) un jour de cérémonies officielles.

8h30. Départ du train Canterbury-Londres. Je ferme les yeux et me souviens : il y a tout juste cinq ans les Français du Royaume-Uni me témoignaient leur confiance en m’élisant à l’Assemblée des Français de l’étranger.

9h00. Rencontre avec Corinne dans le train, une Française vivant à Ashford. Excellente occasion pour évoquer mon idée d’emplacement idéal du futur bureau de vote à Ashford pour les échéances de 2012 : une école accessible à pied depuis la gare et disposant d’un parking gratuit.

10h00. Arrivée à Carlton Garden où j’ai le plaisir de retrouver la communauté française qui s’est déplacée pour assister à la cérémonie du 18 juin.

De gauche à droite, Mme Emié, Amiral de Coriolis, Bernard Emié, ambassadeur, Gérard Maréchal, consul général adjoint, Olivier Cadic

10h15. Je me tiens aux cotés de Gérard Maréchal, consul général adjoint pour commémorer l’appel du Général de Gaulle. L’ambassadeur, Bernard Emié, prononce son premier discours devant la statue du Général. L’émotion est palpable. Un élève du lycée Charles de Gaulle lit l’appel du 18 juin. Bernard Emié remet à Marcelle Adamson Hugonnet la Croix d’officier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, après une allocution émouvante en hommage à son action de résistante au cours de la seconde guerre mondiale.

11h00. Entretien privé avec Gérard Maréchal. Le consul général adjoint sait que l’accueil du standard téléphonique du consulat constitue une de mes principales préoccupations. Une mission destinée à rénover l’auto-commutateur téléphonique doit arriver la semaine prochaine. Nous échangeons sur mes attentes en matière d’outils statistiques sur les appels sans réponse du consulat et mon souhait d’obtenir un service de rappel automatique pour éviter à l’usager de rappeler lorsque son appel a été infructueux.

Brigitte Williams Pdte Fondation de la France Libre, Marcelle Adamson Hugonnet, résistante et officier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, Olivier Cadic

12h00. Cérémonie dans le hall d’accueil au lycée Charles de Gaulle pour célébrer les nouvelles vitrines du souvenir de la Fondation de la France Libre. L’ambassadeur prononce un discours avec une adresse remarquée à l’attention des jeunes générations. Bernard Emié remet le diplôme d’honneur et l’insigne de porte-drapeau à MM Eric Trevor Dennis et Daniel Steck.

12h30 Vin d’honneur offert par le lycée Charles de Gaulle à l’initiative du proviseur Bernard Vasseur. J’assiste aux cotés de l’ambassadeur à la présentation des nouvelles bornes interactives de la France Libre par Brigitte Williams, présidente de la Fédération de la France Libre. Après avoir échangé avec les participants aux cérémonies, je remercie le Colonel Kolodziej pour la remarquable organisation des événements du jour placés sous son autorité.

14h00. Café au bar de l’Institut français que j’ai organisé en qualité de président de l’UFE GB pour prolonger l’événement. Brigitte Williams et le Dr Thierry Dorfsman, membres éminents de l’UFE m’aident à accueillir nos invités. Une trentaine de personnes savourent ce moment d’échange privilégié.

De gauche à droite : Guy Audibert, pdt de l'ass. des Mutilés et Combattants, Brigitte Williams Pdte Fondation de la France Libre, Olivier Cadic, Bernard Masson, pdt ass. des membres de l'Ordre national du Mérite, Dr Thierry Dorfsman, UFE GB, Gérard Maréchal, consul général adjoint

14h30. Je prie le consul général adjoint, Gérard Maréchal, et Bernard Masson, président de l’association des membres de l’Ordre national du Mérite et Guy Audibert, président de l’association des Mutilés et Combattants, de bien vouloir me rejoindre auprès de Brigitte Williams et Thierry Dorfsman pour rendre hommage à l’action héroïque de Mme Adamson Hugonnet et à tous les combattants de la Liberté. Les clients présents à l’Institut se lèvent et se joignent à nous pour un formidable ban en l’honneur de notre héroïne et de ses compagnons qui ont permis la libération de la France.

16h00. La sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam me téléphone pour m’annoncer que le Président de la République a manifesté sa volonté de retirer la double taxe foncière des non-résidents. Je lui fait entendre en retour un tonnerre d’applaudissements de la part d’un auditoire soulagé et reconnaissant de la pugnacité de ses élus.

Olivier Cadic, Benoit Belhomme Pdt comité de gestion Ile aux Enfants et Sophie Routier

17h00. Arrivée à la kermesse de l’Ile aux Enfants à Kentish Town, dans le nord de Londres. Je suis en compagnie de Brigitte Williams et de Laurent Batut, conseiller culturel adjoint. Nous retrouvons Sophie Routier, qui a porté le dossier de l’établissement dans le cadre du plan Ecole. Il y a trois ans, l’école était menacée. Le plan Ecole a fait son œuvre. Une page se tourne : à la rentrée, l’Ile aux Enfants se fondra dans le nouveau collège franco-bilingue de Londres (CFBL). Je me complais trois heures durant à  partager le ravissement des enfants et de leurs familles au milieu des animations.

22h30. Me voici de retour à Canterbury pour un moment de bonheur familial : aujourd’hui, 18 juin, je fête le 17ème anniversaire de ma fille Margot !

Crédit photo 1 à 3 : Bernard Masson

Double taxe foncière pour les non-résidents : Nicolas Sarkozy, le pouvoir de dire non

C’est confirmé. Comme promis, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam m’a appelé à sa sortie de réunion à l’Elysée, ce samedi 18 juin (lire : « Double taxe foncière pour les non résidents : Alain Juppé demande sa suppression, le Président devrait arbitrer demain » du 17 juin 2011)

Au cours de cette réunion le Président de la République a rendu son arbitrage – en accord avec le ministre du Budget – sur l’article du projet de loi de finances rectificative prévoyant une taxe sur les résidences secondaires des non-résidents. Nicolas Sarkozy a écarté le principe de cette nouvelle taxe.

Le Président a rappelé lors des entretiens son attachement à la communauté française expatriée.

Je me réjouis de cette décision qui va soulager les non-résidents propriétaires d’une résidence en France.

Photo Flickr de Downing Street

Talk show sur l’enseignement français au Royaume Uni, mardi 21 juin 18h00 à 19h00, sur French Radio London

J’aurai le plaisir d’aborder les questions relatives à l’enseignement français au Royaume-Uni, sur French Radio London, mardi 21 juin, de 18h00 à 19h00, dans Prêt à Parler, un talk-show, animé en direct par Jean-Michel Duffrène.

Cette émission se déroulera la veille de la réunion du comité de pilotage du plan Ecole, à Londres (lire : « Première réunion du plan Ecole sous l’autorité de Bernard Emié, le 22 juin » du 16 juin 2011).

A l’antenne, j’évoquerai notamment le « plan de développement de l’enseignement français à l’étranger » présenté par Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et européennes, en conseil des ministres ce mercredi 15 juin, vous voyez que c’est tout récent. Je raconterai comment  le plan école actuellement déployé au Royaume-Uni a clairement inspiré le plan présenté par le ministre d’Etat Alain Juppé.

Vous pouvez écouter FRL sur la DAB, sur internet à l’adresse frenchradiolondon.com, rubrique ‘En direct’.

Double taxe foncière pour les non résidents : Alain Juppé demande sa suppression, le Président devrait arbitrer demain

Le ministre d’Etat Alain Juppé se prononce en faveur du retrait de la double taxe des non résidents

Mercredi dernier, à l’occasion de son audition par la commission des Affaires étrangères du Sénat, Joëlle Garriaud-Maylam a interpellé Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et européennes, sur le projet de double taxe foncière pour les non résidents. Sans ambages, Alain Juppé a indiqué qu’il avait personnellement saisi par lettre François Baroin sur ce projet aberrant d’imposition supplémentaire des expatriés. Voilà un renfort de poids qui met du plomb dans l’aile de cette taxe.

Nous avons appris depuis que le Président de la République recevra ce samedi 18 juin à 15h30, au palais de l’Elysée, des sénateurs des Français de l’étranger, auteurs de l’amendement de retrait (lire : « Dépôt d’un amendement pour le retrait de la taxe foncière supplémentaire pour les non-résidents » du 15 juin 2011).

Le ministre du Budget, François Baroin, devrait être présent.

Ce sera l’occasion pour Nicolas Sarkozy d’exprimer ouvertement une position favorable au retrait de la taxe sur les résidences secondaires des non-résidents (lire : « Vers un retrait de la taxe foncière supplémentaire pour les non-résidents » du 10 juin 2011).

La date du 18 juin me paraît bien choisie pour que cette taxe subisse un Waterloo !

Lire aussi : « Sept sénateurs de la majorité dénoncent la double taxe foncière auprès du Président de la République » du 23 mai 2011.

Photo Flickr du Medef

Première réunion du plan Ecole sous l’autorité de Bernard Emié, le 22 juin

En se présentant auprès des représentants d’associations chez le consul général, la semaine dernière, Bernard Emié a tenu des propos très chaleureux à l’égard de son prédécesseur, Maurice Gourdault-Montagne, confiant même qu’il n’y aurait aucune indignité à faire moins bien que lui, tant il avait hissé haut la barre.

Au cours de ses précédentes missions à l’étranger, Bernard Emié a parfois été confronté à des situations de crise qui trempent le caractère d’un diplomate et qu’il nous a relatées avec beaucoup d’humour. Heureusement, Londres devrait le tenir éloigné d’événements aussi dramatiques que ceux qu’il a vécus en Inde ou à Beyrouth. Pour connaitre les détails de son périple, je vous invite à lire l’excellent portrait (fichier pdf) dressé par Amandine Jean pour le magazine Ici Londres.

la Résidence de l’ambassadeur à Londres où se tiennent les réunions du plan Ecole

Notre ambassadeur reconnait que le manque de place dans l’enseignement français à Londres constitue vraisemblablement le défi majeur qui l’attend à son nouveau poste. En organisant une réunion du plan Ecole, mercredi 22 juin à la Résidence, il perpétue la tradition des rencontres semestrielles, tout en apportant, d’ores et déjà, sa griffe.

En effet, Bernard Emié souhaite que les participants soient exclusivement des représentants es qualité : élus, directeurs d’école, représentants élus des parents d’élèves et des professeurs, représentants des Français de l’étranger au travers des deux associations reconnues d’utilité publique… Au total, près d’une quarantaine de personnes sont concernées (Liste des participants).

L’ambassadeur veut structurer  un comité de pilotage du plan Ecole, uniquement composé de personnalités légitimées par un mandat. Je partage ce point de vue. Lorsque Bernard Emié avait demandé le 6 mai dernier aux élus quelles évolutions leur semblaient nécessaires, j’avais plaidé pour une institutionnalisation du plan Ecole.  Cette nouvelle configuration évoluera d’ailleurs sans doute et les grandes réunions de travail resteront ouvertes à toutes et tous afin de garantir la transparence nécessaire à l’établissement du consensus.

Pour pérenniser l’action entreprise, il est nécessaire de s’assurer qu’aucun des acteurs  représentatifs ne manquent aux réunions décisives présidées par l’ambassadeur.

Il est aussi souhaitable de formaliser le fonctionnement du plan Ecole. Ainsi, chacun pourra comprendre et mieux participer aux mécanismes démocratiques qui aboutissent à la prise de décision ultime par l’ambassadeur en matière éducative.

Pour lancer le plan Ecole, Maurice Gourdault-Montagne avait avec raison ouvert les réunions de la Résidence à toutes les bonnes volontés afin de créer une dynamique. L’initiative de Bernard Emié traduit que la mise en œuvre du plan est parvenue à maturité et qu’il est désormais judicieux de professionnaliser la nature des débats à la Résidence. Les enjeux auxquels nous sommes confrontés justifient pleinement son approche.

Dépôt d’un amendement pour le retrait de la taxe foncière supplémentaire pour les non-résidents

Comme je vous l’indiquais précédemment, le Premier ministre, François Fillon, avait confié qu’il serait favorable à ce que l’on revienne sur le projet de taxe sur les résidences secondaires des non-résidents, en accord avec le Président de la République (lire : « Vers un retrait de la taxe foncière supplémentaire pour les non-résidents » du 10 juin 2011).

Cependant, le soir même, l’amendement de retrait de l’article 17 déposé par M. de Courson, M. Vigier et M. Perruchot, députés du Nouveau Centre était rejeté par les collègues avec le soutien du ministre du Budget, François Baroin (lire : Amendement 1478 art17 Ass Nle).

Pire, le socialiste Jérôme Cahuzac, président de la Commission Finances de l’Assemblée nationale allait plus loin en proposant un nouvel amendement  pour  «créer une contribution de solidarité nationale due par les ressortissants français dont le domicile fiscal est situé hors de France» (lire : Amendement 804 pdf). Sachant pertinemment que sa proposition serait rejetée, il a certainement voulu prendre date pour le futur, en reprenant une idée soumise à l’origine par Dominique Strauss-Kahn lors de la présidentielle 2007.

Il est intéressant de noter que seuls 77 députés sur 577  étaient présents pour voter à ce moment là…

Hémicycle du Sénat

Hier matin, mardi 14 juin, les sénateurs UMP représentant les Français de l’étranger ont prévenu François Baroin, en réunion de groupe, qu’ils déposeraient à leur tour  conjointement un amendement de retrait. Voilà qui est chose faite (lire : Amendement article 17 PLFR Senat 14juin2011, déposé par MM. Del Picchia et Ferrand, Mme Garriaud-Maylam et Kammermann, MM. Frassa, Guerry, Cointat, Cantegrit et Duvernois).

Comme vous pourrez le lire, cet article 17 bafoue, pêle-mêle, le principe d’égalité de traitement devant l’impôt, le principe de territorialité de l’impôt et le droit européen.

Désormais, il reste à attendre le vote du Sénat qui aura lieu lors des débats sur le projet de loi de finances rectificative, prévus du 21 au 24 juin. Si le Sénat vote le retrait de l’article 17, le texte reviendra en seconde lecture à l’Assemblée nationale.

Je ne vous cache pas qu’une certaine nervosité règne désormais à Paris sur le sujet entre partisans et adversaires de la mesure. L’arbitrage du Président de la République ou du Premier Ministre est désormais très attendu. J’espère qu’il interviendra le plus tôt possible et que cette mesure invraissemblable sera rangée au plus vite au musée des horreurs parlementaires. Je reste confiant.

Photo Flickr de Sénat

Claude Guéant assure que la France jouera son rôle pour contribuer à la réussite des JO de Londres

La France et le Royaume-Uni ont des relations privilégiées et harmonieuses, c’est l’heureux constat de notre ambassadeur, Bernard Emié, devant les présidents d’associations réunis vendredi soir chez le consul général, Edouard Braine. La rencontre des ministres de l’intérieur de nos deux pays respectifs, le 6 juin dernier à Calais, Theresa May et Claude Guéant en témoigne. Elle était destinée à faire un point sur la coopération franco-britannique en matière de sécurité.

Cette manifestation s’inscrit dans la perspective des JO de l’été prochain qui vont drainer dix millions de personnes à Londres, notamment via le Pas-de-Calais qui sera, en outre, le terrain d’entrainement d’un certain nombre d’équipes nationales.

Les deux ministres de l’intérieur ont pu juger de l’efficacité des dispositifs de sécurité en visitant le terminal d’embarquement du tunnel, le contrôle des passeports de Coquelles et les installations portuaires. Sur place, ils ont vu à l’oeuvre 700 fonctionnaires britanniques présents sur le sol français pour contrôler la frontière maritime et lutter avec zèle contre l’immigration clandestine, le trafic de drogue et les activités terroristes.

Si tout est perfectible, la coopération bilatérale est aujourd’hui qualifiée d’excellente par les autorités des deux pays qui soulignent les progrès considérables en matière migratoire puisque le nombre d’étrangers en situation irrégulière a baissé de 75% dans le Calaisis entre 2010 et 2011. La prochaine étape se tiendra au cours du Conseil européen (24 et 25 juin) qui étudiera la question de l’harmonisation des procédures européennes sur l’accueil des réfugiés politiques.

Je me réjouis de ce travail commun des deux gouvernements sur la sécurité puisqu’il est aussi une condition indispensable pour favoriser l’émergence d’un métro trans-Manche, entre Ashford et Calais-Frethun, que nous appelons de nos vœux.

Je vous propose d’entendre le discours de Claude Guéant dont il émane une autorité qui sied à sa fonction.

Voir la vidéo du discours de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l’Immigration, à Calais, le 6 juin 2011 :


Déplacement de Claude GUEANT à Calais dans le… par Ministere_interieur

Voir le DIAPORAMA de la visite de Theresa May et Claude Guéant, le 6 juin 2011 à Calais, dans le cadre de la coopération franco-britannique en matière de sécurité et d’immigration

Rendez-vous aux cérémonies du 18 juin

L’an dernier, divers événements avaient donné un relief et lustre particulier au 70ème anniversaire de l’Appel du général de Gaulle.

Le président de la République française a fait spécialement le déplacement à Londres. Après une visite au siège de la BBC, Nicolas Sarkozy avait découvert les locaux occupés par le général de 1940 à 1943, au 4, Carlton Gardens, avant de rejoindre David Cameron au Chelsea Hospital pour un discours fraternel et reconnaissant au « seul peuple libre qui sur la terre continuait de résister de toutes ses forces au nazisme. » (lire : « Nicolas Sarkozy magnifie l’amitié franco-britannique » du 22 juin 2010).

On se souvient aussi de l’hommage rendu par le lycée Charles de Gaulle par l’exposition d’objets et de documents évoquant la Résistance et son émouvante chorale entamant le Chant des partisans, après le discours de l’ambassadeur (lire : « Hommage aux anciens combattants de la France Libre au Lycée CDG » du 15 juin 2010).

Je vous invite à vous rendre à la commémoration de l’Appel du général de Gaulle

Samedi 18 juin 2011

– 10h00 : cérémonie à Carlton Gardens devant la statue du général de Gaulle
– 12h00 : cérémonie dans le hall du lycée Charles de Gaulle
Vous trouverez le détail du dispositif officiel à Carlton Gardens et au lycée dans cette note d’organisation.

– 14h00 : café au bar de l’Institut français
(17 Queensberry Place – SW7 2DT – Métro South Kensington)
Je vous invite à nous retrouver devant un café en compagnie de Brigitte Williams, présidente de la fondation de la France Libre et du Dr Thierry Dorfsman, tous deux éminents représentants de l’UFE GB très attachés à la célébration de cet événement.

A voir ou revoir le film « Libres Français de Londres » sur Planète+
Vous pouvez profiter de la rediffusion sur la chaine Planète+ du film « Libres Français de Londres » réalisé par réalisé par Timothy Miller que j’avais découvert avec émotion à l’Institut français, l’été dernier. Ce documentaire retrace le parcours des Français libres de la première heure, partis dans un élan patriotique irrésistible, abandonnant tout derrière eux et, le plus beau, sans même savoir qu’un certain général de Gaulle les avait précédés à Londres (lire : « Libres Français de Londres, un film exceptionnel » du 16 juin 2010).
Rediffusions : 12 juin à 22h40 et 16 juin à 10h30

Photo Flickr de Metro centric

Happy Birthday Mister Edouard Braine

Hier, vendredi, les présidents d’associations et les consuls honoraires étaient réunis à Londres chez le consul général, Edouard Braine, pour rencontrer notre nouvel ambassadeur, Bernard Emié.

Happy Birthday Mister Edouard Braine

Subtile attention de Bernard Emié, la date choisie par l’ambassadeur pour nous réunir chez le consul général était le 10 juin, jour anniversaire d’Edouard Braine.

En poste depuis la fin de l’année 2009, après avoir été précédemment ambassadeur en Malaisie et en Grèce, je pense qu’Edouard Braine a transformé l’action du consulat de Londres en ouvrant les portes et les fenêtres. La quête de l’intérêt général inspire constamment le redéploiement de ses missions, y compris vers ceux qui ne demandent rien ! Je pense aux « Oubliés de Saint-Pancras », comme les surnomme affectueusement Edouard Braine, ces Jeunes qui débarquent de l’Eurostar avec un sac à dos en gare de Saint-Pancras, avant de se fondre dans la nature pour tenter leur chance.

Infatigable, disponible, Edouard Braine étonne aussi par son souci du réalisme sur tous les chantiers engagés, qu’il s’agisse de conduire le plan Emploi pour participer à la lutte contre le chômage en France, ou bien de favoriser le plan Ecole grâce à ses analyses statistiques, ou encore mettre à jour la liste électorale pour organiser les quatre scrutins de 2012 dans les sept villes, au lieu de quatre jusqu’alors. En face de chaque situation, il a l’art d’impliquer chacune des parties intéressées, puis de dégager des objectifs clairs et mesurables.

Grâce à cet esprit d’ouverture, mon action au service des Français du Royaume-Uni a pu prendre une plus grande envergure.

Au sein du consulat, Edouard Braine impulse une saine dynamique dont je me fais souvent l’écho dans ce blog lorsque je relate son désir de rénover l’accueil téléphonique, ou la résolution des difficultés d’état civil ou bien encore la création une lettre d’information pour aider les expatriés sur des sujets pratiques et quotidiens.

Alors au nom de tous les Français du Royaume-Uni, Happy Birthday Mister le consul général.

Vers un retrait de la taxe foncière supplémentaire pour les non-résidents

Hourra ! J’ai reçu un message de la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam m’informant que le Premier ministre, François Fillon, lui a confié qu’il serait favorable à ce que l’on revienne sur le projet de taxe sur les résidences secondaires des non-résidents, en accord avec le Président de la République.

Un amendement gouvernemental de suppression de l’article 17 (voir : Article 17 Projet Loi de finances rectificative 2011) pourrait être déposé à l’Assemblée Nationale.

Je me réjouis de cette excellente nouvelle qui démontre que notre mobilisation a  été entendue.

Lire aussi : « Sept sénateurs de la majorité dénoncent la double taxe foncière auprès du Président de la République » du 23 mai 2011

Service médical par internet, une solution pour les expatriés

A la faveur d’une émission sur Capital (M6), j’avais découvert l’existence d’un site mettant en relation directe un psy avec toute personne en situation de mal-être ou de détresse. Il s’agissait de www.jeconsulteunpsy.com, une plateforme de dialogue 24h/24, 7jours/7, mobilisant 40 psychologues diplômés à votre écoute.

Un groupe de médecins vient de créer sur le même modèle un site de conseils médicaux, baptisé www.lavismedical.com, accessible en permanence sur la base d’un entretien téléphonique.

Voilà un outil qui devrait rassurer, en premier lieu, certaines de nos communautés expatriées isolées, mais aussi ceux venus pour un bref séjour et qui ne se sentent pas à l’aise pour écouter un diagnostic dans une langue qu’ils maitrisent mal. Où que l’on soit, un médecin français peut désormais immédiatement se prononcer sur vos soucis de santé et vous assister. Une solution qui permet, à coup sûr, de dédramatiser bien des situations. Ceci dit, le site ne délivre pas d’ordonnance, mais seulement des avis médicaux de la part de spécialistes de toutes les pathologies.

L’Avismédical se positionne sur la qualité de l’échange pour mieux vous informer et souvent vous déstresser, en vous expliquant par exemple la nature de vos soins ou le déroulement d’une prochaine intervention, le tout dans un langage simple, loin du jargon médical. L’anonymat de la relation peut aussi aider à libérer la parole vis à vis du médecin ou du pharmacien en ligne, notamment en matière d’addictologie.

A l’occasion, n’hésitez pas à m’adresser vos commentaires sur l’efficacité de ce nouveau service.

Je profite de ce billet pour rappeler que Londres bénéficie d’un réseau de praticiens francophones. J’espère que nous aurons un jour un site qui les recense de manière exhaustive. Voici trois adresses :

Dispensaire français (www.dispensairefrancais.org.uk)
Une institution à but non lucratif pour Français et Francophones n’ayant pas accès à la médecine locale (problèmes de compréhension de la langue anglaise ou du système NHS, manque de moyens financiers)
184 Hammersmith Road, London W6 7DJ

Medicare français (www.medicare-francais.com)
Tous les médecins sont bilingues français
3 Harrington Gardens London SW7 4JJ

The Medical Chambers (www.themedicalchambers.com)
Une équipe multilingue dans une clinique privée au coeur de Kensington
10 Knaresborough Place, London SW5 0TG

Quelles solutions pour un retour de l’éthique en politique ?

Lundi soir j’ai suivi un reportage du magazine « Complément d’enquête » sur France2  relatant la condamnation, en mars 2010, de Jacques Mahéas, sénateur et maire socialiste de Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) pour des faits d’agressions sexuelles contre une ex-employée municipale. Au terme d’un calvaire judiciaire qui aura duré 6 ans, la victime a été obligée de déménager et n’a aujourd’hui pour perspective que des petits boulots. Son témoignage et son courage m’ont ému (voir la vidéo ci-dessous sur Dailymotion)

PARLER ET FAIRE TOMBER LE MUR DU SILENCE par nouveauxmessagers

Toujours en exercice malgré sa condamnation définitive en appel à quelques 10.000 euros d’amende, le sénateur-maire commente la décision de justice face aux caméras et continue à mettre en cause la victime. Indécent !

Dans ce reportage, on voit Martine Aubry, premier secrétaire du Parti Socialiste, ignorer délibérément les journalistes qui tentent de savoir pourquoi le Parti Socialiste n’a toujours pas pris de mesure d’exclusion depuis plus d’un an contre le sénateur-maire condamné. Edifiant !

Notre sénatrice des Français de l’étranger, Joëlle Garriaud-Maylam, est consternée par les ravages des affaires DSK ou Tron sur l’image de notre classe politique à l’étranger, à l’heure même où une « véritable soif de sens et de morale s’exprime ».

Joëlle Garriaud-Maylam a rédigé une tribune publiée dans le magazine Reforme, dont vous trouverez le texte ci-joint “Pour un retour de l’éthique en politique”. Il s’agit d’un beau plaidoyer en faveur de la transparence et l’éthique « parce que c’est à travers nos élites politiques que se façonnent l’image et la crédibilité internationales de la France, parce que les dérives alimentent le populisme, parce que seule une conduite vertueuse tant sur le plan personnel que professionnel peut permettre d’adopter des décisions politiques justes, nous devons redonner de la valeur à l’éthique en politique. »

C’est parce que je partage ce désir d’éthique en politique défendu par Joëlle Garriaud-Maylam que je me suis engagé avec confiance à ses côtés dans la vie publique. Quelque soient les époques et les partis, le pouvoir et son cortège de privilèges peuvent griser certains élus, au point de leur faire prendre certaines libertés avec les bonnes manières ou le code Pénal.

L’élaboration d’un code de déontologie allant au-delà des dimensions économiques des conflits d’intérêts comme le suggère la sénatrice peut être la bonne solution. Mais en observant l’attitude complaisante du parti socialiste face au comportement de Jacques Mahéas, je me dis que le plus difficile sera de le faire appliquer.

Ce serait à l’honneur de notre pays de ne plus tolérer que des élus puissent poursuivre leur mandat après une condamnation pour violences sexuelles. J’espère que les parlementaires feront évoluer le code pénal en ce sens.

L’AEFE lance sa Web télé

Quelques mois après avoir rénové son site internet (lire : « Un site tout nouveau tout beau pour l’AEFE » du 17 février 2011 ), l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, dispose désormais de sa propre WebTV pour « témoigner en images du dynamisme de notre réseau scolaire mondial », justifie Anne-Marie Descôtes, directrice de l’agence.

Elle invite donc les établissements scolaires à enrichir cette plate-forme audiovisuelle de leurs réalisations qu’il s’agisse de projets éducatifs, de reportages ou de travaux d’élèves. Ce nouvel outil de communication et d’animation couvrira également l’actualité de l’AEFE, notamment par des captations d’événements.

Sur Aefe.tv, vous verrez que les vidéos, recouvrant des sujets les plus variés, sont judicieusement classées par continents et que la technologie mise en oeuvre permet un visionnage confortable.

On ne peut que féliciter l’AEFE de cette initiative permettant fédérer un large public au moyen de la vidéo, dont la production est désormais à la portée de chacun, et qui constitue aujourd’hui le principal moteur d’attractivité de la Toile.

Voir la vidéo de présentation par Anne-Marie Descôtes, directrice de l’AEFE

www.aefe.tv