Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Joëlle Garriaud-Maylam réélue au Sénat

Dimanche dernier, j’étais parmi les 155 conseillers de l’AFE à être convié au quai d’Orsay pour voter aux sénatoriales afin de procéder au renouvellement de 6 sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Ce fut une immense joie, une grande fierté et énorme soulagement (pour ne pas dire une délivrance) d’apprendre la réélection de Joëlle Garriaud-Maylam au poste de sénatrice.

Joëlle le mérite amplement. Et je l’affirme, croyez-le ou non, sans esprit partisan.

Joëlle est un modèle d’engagement personnel et une élue vivace et exemplaire. Entre 2004 et 2011, la sénatrice a signé 3 rapports d’information, 11 rapports législatifs, 10 propositions de loi déposées, 84 propositions de loi cosignées, 77 interventions en séance (sur 47 propositions ou projets de loi) et 146 questions au gouvernement… On peut rappeler ici que Joëlle est juriste internationale de profession.

Je lui suis fort reconnaissant d’avoir toujours soutenu et relayé mes initiatives qui entraient dans le droit fil de ses sept dossiers prioritaires en faveur des expatriés (éducation ; fiscalité ; accès au droit ; démarches administratives/état civil/nationalité ; protection sociale ; sécurité/défense ; communication).

Pour connaitre tous les détails de son action, la sénatrice a rédigé un bilan détaillé  et illustré de ses sept années de mandat qui l’ont conduite à visiter 77 pays ! Vous avez bien lu. Elle s’en explique en ces termes : « Dans la plupart des pays visités, outre les rencontres ‘classiques’ avec notre communauté française (permanences au consulat, écoles et lycées, associations, chambres de commerce, dispensaires…), je me suis attachée à contribuer à l’action de promotion de notre pays par des conférences, la participation à des colloques internationaux ou des rencontres avec des personnalités locales, en accord avec nos autorités diplomatiques. J’ai ainsi pu rencontrer chefs d’Etat ou de gouvernement, ministres, présidents d’Assemblée et parlementaires. En leur parlant de la France, de nos valeurs et des enjeux de notre relation bilatérale ou multilatérale, j’espère avoir contribué à les convaincre de soutenir nos positions en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et de la francophonie. »

Le site/blog de Joëlle Garriaud-Maylam

Bel hommage rendu à René Cassin

Tout s’est déroulé comme sur du velours, comme si l’esprit fin et bienveillant de René Cassin avait pris possession de chacun au cours de cette soirée de gala, au sommet de la tour BT, en l’honneur de l’auteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, point d’orgue de son parcours de haut diplomate et de résistant.

(de g. à d.) Edouard Braine, Olivier Cadic, Olivier Cassin, Caroline Sivilia-Cassin, Simone Abel et Jay Winter, auteur américain de l'ouvrage "René Cassin"

Edouard Braine, notre consul général, a honoré la réception de sa présence. Nous nous sommes salués d’un sourire malicieux et étonné de nous trouver au même endroit sans concertation préalable. Il m’a fait l’agréable confidence d’avoir découvert l’annonce de cette soirée sur mon blog. Notre consul a eu l’opportunité de rencontrer René Cassin par le passé et il avait tenu à faire un cadeau qui a fait partie de la vente aux enchères organisée au profit de l’association anglaise dirigée par l’exquise Simone Abel. Celle-ci nous a révélé que le montant des fonds récoltés avait dépassé ses espérances.

Rappelons que l’organisation René Cassin a été créée en 2000 par le Consultative Council of Jewish Organisations (CCJO), regroupant des militants au sein de divers pays, pour faire entendre la voix du peuple juif en faveur des droits humains universels. L’association est de tous les combats du côté du faible et de l’opprimé, menant campagne sur le Darfour, la détention des demandeurs d’asile, l’éducation des enfants auprès de l’Unicef, l’esclavage moderne ou encore la protection des gens du voyage (lire : « Jews, Gypsies and Travellers: a particular empathy » paru le 18 september 2011 sur OpenDemocraty et signé Simone Abel, Keith Kahn-Harris et Shauna Leven).

Fréderic La Verde avait hissé son piano rouge au sommet de la tour BT pour enchanter cette soirée sur le toit de Londres

Les participants à cette soirée du 8 septembre dernier furent très sensibles à la présence de l’auteur américain Jay Winter venu dédicacer son nouvel ouvrage intitulé « René Cassin ». L’auteur de la biographie nous a fait une présentation du grand homme, habilement ponctuée d’images d’archives, parfois étonnantes. « La postérité ne lui a pas accordé la place qui pourtant lui revient », écrit Jay et son livre tente de rehausser le souvenir de celui qui a « vécu en fait plusieurs vies dont chacune mériterait une biographie particulière » ! A la lecture des premières pages, on sait que Jay va réussir son pari (« René Cassin » chez Fayard, de Jay Winter et Antoine Prost).

J’ajoute ma touche au bouquet de félicitations reçu par Simone Abel pour la qualité de son organisation et mes plus vifs encouragements à cette association dont la mission me va droit au cœur.

Un chaleureux merci à Caroline Sivilia-Cassin, épouse d’Olivier Cassin, descendant du père de la déclaration universelle des droits de l’homme, de m’avoir permis de découvrir cette noble et fraternelle institution.

Le site René Cassin
Liste des actions René Cassin menées avec succès (fichier pdf)

Et si les Français de Londres arboraient le Bleuet pour commémorer l’Armistice ?

Le 11 novembre approche et les Poppies vont refleurir immuablement sur les cols de tous les Britanniques dans un élan patriotique et fraternel. J’avais raconté, l’an dernier, l’histoire de ces coquelicots en papier que l’on porte en souvenir de ceux qui fleurissaient réellement sur les champs de bataille de la Somme et des Flandres… pour disparaître la guerre finie (lire : « 11 novembre, jour des Poppies » du 13 novembre 2010).

Au cours de la Seconde guerre mondiale, on arborait son poppy pour exalter la ténacité du peuple anglais face à l’agresseur. A l’instar du coquelicot, combien savent aujourd’hui que l’on portait le Bleuet en France, couleur rappelant l’uniforme bleu horizon des Poilus ?

En 2011, le colonel Laurent Kolodziej, attaché des Forces terrestres, veut rallumer le flambeau en sa qualité de responsable au sein de la mission Défense du volet « Devoir de mémoire » : « (re)lancer la dynamique du « Bleuet de France » dans notre communauté pour faire écho à celle du « Poppy » qui est ici un succès spectaculaire. Le but serait de faire porter à nos compatriotes voire à nos amis britanniques le Bleuet aux côtés du Poppy qui est arboré à peu près par tous ici. Bleuet et Poppy ont la même origine, véhiculent les mêmes valeurs de solidarité et de souvenir et les réunir aurait donc beaucoup de sens. » On ne saurait dire mieux que ces quelques mots rédigés à l’attention des responsables de nos réseaux consulaires et diplomatiques outre-Manche.

J’adresse au colonel Kolodziej toutes mes félicitations pour cette initiative et je l’assure de mon soutien, d’autant que cette idée me trotte dans l’esprit tous les ans connaissant l’existence du Bleuet qu’il s’agit bien de rappeler et faire connaître à notre communauté, comme l’entend le colonel.

Pour l’anecdote, la vente traditionnelle de Bleuets remonte à 1934, à l’initiative conjointe d’une infirmière et d’une fille de général, et elle n’est pas tout à fait tombée en désuétude puisque l’association Les  Bleuets de France en propose toujours, tous les 11 novembre et 8 mai, sur la voie publique. Grâce aux fonds récoltés, cet organisme caritatif vient en aide annuellement à près de 20.000 anciens combattants, victimes de guerre et pupilles de la Nation, tout en finançant quelque 450 manifestations mémorielles dans toute la France (voir le prospectus des Bleuets). Vous pouvez évidemment faire un don en ligne sur leur site.

Si notre ambassadeur de France, Bernard Emié, décide de lancer l’opération, nous aurons à nouveau une belle initiative émanant de Londres. Le colonel Kolodziej ne doute pas du succès de la démarche qui a déjà acquis à sa cause, l’an dernier, la représentation militaire française au sein de l’Otan. Bernard Masson, président de l’association des membres de l’Ordre du mérite a déclaré son soutien à cette initiative. C’est un premier pas.

Et si le prochain 11 novembre, tous les ministres, élus et hauts fonctionnaires arboraient le Bleuet ? Qu’en pensez-vous ?

J’en ai donc parlé à mon ami et collègue Jacques Janson, élu du Canada à l’AFE et rapporteur de la commission temporaire des Anciens Combattants. Il soumettra cette idée à la commission qui se réunira ce lundi au Sénat.  J’en suis heureux et je le remercie sincèrement de porter ce projet au sein de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE).

Le métro transmanche à la une de « France in London »

Oui au métro transmanche ! C’est le titre vibrant et sans équivoque de l’excellent article paru il y a quelques jours dans France In London. Le journaliste Florian Bercault fait habilement le tour de la question sans minimiser les difficultés de mise en oeuvre, notamment juridiques et financières. A remarquer aussi, le témoignage d’Hélène qui enseigne le Français en Angleterre ce qui lui vaut 3 heures de transport quotidien et un tiers de son salaire englouti en frais de déplacement…

Je remercie Florian d’avoir rappelé que l’Union des Français de l’étranger (UFE GB) organisait le 20 octobre prochain, à Ashford, une grande conférence intitulée « 15 ans après, les Français qui ont vu le bout du tunnel ». Et pour cause : « l’UFE GB mobilisera la société civile pour qu’une première navette soit mise en route, reliant Calais-Fréthun à Ashford », justifie le journaliste.

En effet, quel meilleur outil pour favoriser l’emploi transfrontalier et le développement des affaires ?

Notre objectif est de permettre aux entrepreneurs français intéressés par une implantation au Royaume-Uni de rencontrer les Français déjà installés avec succès.

Par ailleurs, nous souhaitons clairement utiliser cette manifestation pour vaincre les résistances à la création du métro transmanche qui permettrait à chacun d’aller et venir librement et, surtout, à moindre coût entre le Kent et le Nord Pas de Calais.

Vous trouverez le programme complet de la journée du 20 octobre (10h00 – 17h00) et vous pourrez inscrire sur le site suivant : www.ufecorporate.org.uk. Rappelons que la participation est seulement de £45.00, comprenant le déjeuner.

Je vous enfin renvoie à la lecture de l’article « Oui au métro transmanche ! » sur Franceinlondon.com.
en version française
en version anglaise

Rentrée des classes historique à Londres

La première rentrée au CFBL

Jamais autant d’élèves n’auront été scolarisés dans l’enseignement français à Londres ! Ce vendredi 16 septembre 2011, le deuxième collège français a ouvert ses portes à Kentish Town. Le chantier-marathon lancé le 18 juin 2010 est enfin achevé et 570 élèves se sont rués plein de curiosité dans un bâtiment victorien entièrement rénové et agrandi.

La veille au soir, dans les locaux aux relents de peinture fraiche, Arnaud Vaissié présidait la première réunion du comité de gestion du CFBL, Collège français bilingue de Londres, fruit du  Plan Ecole initié par le service culturel de l’ambassade de France.

Le directeur de l’établissement, François-Xavier Gabet, et les enseignants qui animeront les 22 classes du CFBL ont accueilli les collégiens dans la matinée du vendredi (3 classes par niveau de la 6ieme a la 3ieme), puis les enfants de maternelle et de primaire dans l’après-midi qui ont particulièrement apprécié la cour de récréation.

Le soir même, au cours de la soirée des conseillers du commerce extérieur français au Royaume-Uni, j’ai eu le plaisir de féliciter Arnaud Vaissié pour cet accomplissement dont va pouvoir bénéficier la communauté française de Londres.

Au sujet du montage financier, rappelons que la garantie de l’Etat avait été accordée à la French Education Property Trust Limited (FEPT), organisme à but non lucratif, qui a contracté un prêt de 26 millions de livres à bas taux pour financer les travaux, remboursable sur 25 ans avec une garantie de l’Etat grâce au soutien de l’Association nationale des écoles françaises de l’étranger (Anefe).

Pour sa part, le lycée Charles de Gaulle a accueilli 3895 élèves sur l’ensemble de ses sites. Un nouveau challenge pour le proviseur Bernard Vasseur qui a bien débuté, si j’en crois tous les retours positifs qui m’ont été adressés. Je souhaite la bienvenue aux deux nouveaux proviseur-adjoints : Gaëlle Barfety et Christophe Guérard, respectivement en provenance de l’académie de Nice et de Toulouse.

Le nouveau CFBL de Kentish Town a résorbé le flux de nouveaux élèves que l’établissement Charles de Gaulle n’aurait jamais été en mesure d’intégrer. Et pourtant, on sait déjà que les places dans l’enseignement français feront largement défaut à l’horizon 2013 ou 2014  (lire : : « Vers un troisième établissement secondaire français à Londres » du 23 août 2011).

Pour lire toute l’histoire du projet CFBL, il suffit de cliquer sur la rubrique ‘Enseignement – Kentish Town‘, dans la colonne de droite.

Muriel Byck, ancienne élève héroïque du lycée Charles de Gaulle

C’est la rentrée des classes. Les élèves sont heureux de se retrouver, les nouveaux sont anxieux de pénétrer dans cet établissement qui leur semble gigantesque. Tous passent devant la stèle des anciens élèves du lycée Charles de Gaulle. Combien se soucient de lire leurs noms ? Et ces noms que signifient-ils ? Pourquoi sont-ils à jamais gravés dans la pierre ? Tout comme ces enfants qui courent et rient en toute insouciance, Muriel faisait sa rentrée au lycée Charles de Gaulle, il y a 70 ans.

Eric Simon, conseiller principal d’éducation de la section britannique du lycée CDG, auteur du livre, «Londres, balades au fil des ombres», a eu l’excellente idée de rédiger une biographie de Muriel Byck afin que je puisse la partager avec vous.

« Sur la stèle des anciens élèves du lycée français Charles de Gaulle figurent une dizaine de noms d’anciens, morts pendant la dernière guerre. Certains ont été tués par les Nazis à cause de leurs origines, d’autres furent abattus dans leur Spitfire, d’autres torpillés dans un convoi sur les pavés de l’Atlantique nord ; enfin quelque uns parachutés en France ne reviendront jamais à South Kensington ! » Lire la suite du texte d’Eric Simon « Muriel Byck, ancienne élève du lycée » (fichier pdf)

Enseignement à distance : le Cned présente sa formule Royaume-Uni 2011

L’offre du Cned intitulée « Formule Royaume-Uni » vient de sortir. Et la formule est complète car elle recouvre l’enseignement français depuis la maternelle jusqu’à la terminale !

La grande majorité des enfants français scolarisés au Royaume-Uni ne fréquente pas l’un des établissements du réseau AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger. Tandis qu’ils suivent un cursus dans une école anglaise, il peut être judicieux de les familiariser avec les contenus fondamentaux du programme français.

Ces matières sont dispensées par le Cned, Centre national d’enseignement à distance, notre fameux service public qui relie près de 15.000 élèves dans le monde travaillant à distance, avec copie et correction en ligne, tout en étant assistés au téléphone par des enseignants de l’Education nationale.

Laurent Batut, conseiller culturel adjoint et attaché de coopération éducative, oeuvre activement, en partenariat avec le Cned, pour favoriser l’extension de l’enseignement bilingue dans les écoles britanniques, ce qui constitue l’objectif n°2 du plan Ecole. Cette vision alternative est capitale puisqu’on le réseau AEFE ne peut multiplier les écoles françaises comme des champignons pour promouvoir notre langue (lire : « Vers un troisième établissement secondaire français à Londres » du 23 août 2011).

Sur le terrain, Laurent Batut attribue un agrément officiel aux écoles anglaises désireuses de s’engager dans l’enseignement bilingue dès lors qu’elles vont utiliser les méthodes pédagogiques développées du Cned.

Vous pouvez inscrire vos enfants à la Formule Royaume-Uni jusqu’au 31 décembre.

Le site du Cned

Lire aussi : « 10 places supplémentaires en seconde sont disponibles à Londres, grâce au Cned » du 13 juillet 2011

Photo Flickr de Kurt Wagner.

Mon Infolettre n°7 de septembre est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à nombreux d’entre-vous mon Infolettre n°7 qui liste les articles publiés cet été, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial:

Madame, Monsieur, chers compatriotes,

Depuis plus de deux ans, j’ai entrepris une action de solidarité en faveur de nos aînés. Avec le soutien de la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam, je travaille à les affranchir de la remise régulière et contraignante d’un certificat de vie pour continuer de percevoir leur pension. En France, une simple déclaration sur l’honneur suffit.

J’appuie donc la démarche d’une personne qui vient de déposer plainte pour discrimination auprès de la Commission européenne. Je décris sur mon blog la procédure à suivre pour ceux qui veulent imiter son exemple. Si les plaignants sont suffisamment nombreux, la plainte deviendra une « plainte multiple », soumise à un traitement particulier qui devrait accélérer la restauration de l’égalité entre tous les retraités français résidant dans l’Union européenne et, de plus, éliminer une charge de travail conséquente qui pèse sur nos consulats pour établir ces certificats de vie.

Les récentes annonces de progression du chômage en France démontrent la nécessité et l’urgence de mon engagement au service du plan Emploi. Grâce au tunnel et à l’Eurostar, de très nombreux Français se sont installés ici pour créer leur entreprise ou trouver leur emploi. Je souhaite que leur réussite inspire notre pays. C’est pourquoi je remercie ceux qui viendront partager leur expérience le jeudi 20 octobre prochain à Ashford dans le Kent.

Cet événement sera une excellente occasion d’appuyer publiquement l’émergence d’un métro transmanche destiné à instaurer un flux journalier de travailleurs transfrontaliers entre le Nord Pas-de-Calais et le Kent. Notre consul général Edouard Braine sera présent. Il multiplie avec succès les actions vers l’accomplissement de ce qui constitue, rappelons-le, l’objectif n°2 du plan emploi.

J’espère que cette manifestation permettra une avancée décisive pour ce métro transmanche et sait-on jamais, d’écrire une nouvelle page de l’amitié franco-britannique. Je compte sur votre soutien.

Très cordialement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°7 (juillet-août 2011)

Photo Flickr de Mag3737

La rentrée du CFBL différée au 16 septembre

Je vous fais part de deux lettres émanant d’Arnaud Vaissié, président du Board du CFBL et de François-Xavier Gabet, directeur du CFBL qui font état d’un nouveau report de la date de rentrée au collège français bilingue de Londres (CFBL). Les élèves sont attendus :

le vendredi 16 septembre
à 9h pour les classes de secondaire
et à 13h pour les classes de maternelle et primaire

L’ensemble de l’équipe du CFBL continue à mettre les bouchées doubles pour que les enfants soient accueillis dans des conditions idéales, après ces quelques jours de report. J’ai toute confiance dans la capacité de l’équipe éducative pour rattraper le retard lié à cette rentrée différée.

« La création du Collège Français Bilingue de Londres est une longue course contre la montre depuis l’acquisition des locaux il y a 22 mois et les dernières semaines ont été particulièrement tendues pour assurer à vos enfants l’ouverture de cet établissement dans des locaux de grande qualité et entièrement rénovés », justifie Arnaud Vaissié.

La communauté scolaire peut toutefois se réjouir d’avoir reçu l’autorisation du Department for Education pour l’ouverture du Collège français bilingue de Londres.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur site du CFBL

Lettre de Arnaud Vaissié (9 sept 2011) (fichier pdf).

Lettre aux parents de François Xavier Gabet, directeur de l’école

Chers Parents,

Comme vous en avez été informés par le courrier de Monsieur Arnaud Vaissié, Président du Comité de Gestion, l’établissement ne pourra recevoir vos enfants avant le Vendredi 16 Septembre et ce, malgré les efforts coordonnés de tous les acteurs de ce projet.

Sachez que je suis totalement conscient des problèmes que ce nouveau report de rentrée occasionne dans l’organisation de vos vies privées et professionnelles. Je le regrette sincèrement.

Je suis au jour le jour, l’évolution du chantier en m’y rendant quotidiennement depuis maintenant plusieurs semaines. Je n’ai qu’un seul souci, celui de pouvoir accueillir vos enfants dans des conditions de confort et de sécurité optimales. Ce qui, à ce jour n’a pas été possible.

Il est probable que certains d’entre vous aient eu l’impression de ne pas être volontairement tenus informés de la situation générale. Je le regrette. Mais l’école n’étant pas en charge du chantier, et les intervenants étant nombreux, les prises de décision étant lentes et complexes, il n’est pas toujours facile de divulguer en temps réels des informations.

Après concertation avec l’ensemble des équipes enseignantes, il a donc été décidé que cette journée du Vendredi 16 Septembre constituera une journée de prérentrée pour nos élèves. Il n’y aura pas de service de restauration scolaire ce jour-là. Les élèves seront accueillis soit le matin (classes du secondaire) soit l’après-midi (classes du primaire et de maternelle). Elle sera organisée de la façon suivante :

De 9h00 à 12h30 : Accueil des élèves du secondaire.

Les élèves arriveront  par le portail situé sur Willes Road.

Ils seront accueillis par leurs professeurs principaux.

Programme de la demi-journée : Tests de niveaux de langue – visite de l’établissement – Découverte des emplois du temps – Présentation et Etude du règlement intérieur.

Il s’agit d’une demi-journée de pré-rentrée et non pas de cours. Les élèves ne doivent pas venir avec leurs manuels scolaires ni leurs cahiers mais simplement avec de quoi prendre des notes.

Les élèves quitteront l’établissement à 12h30 par le portail de Willes Road.

De 13h00 à 15h30 : Accueil des élèves du primaire

Les élèves seront accueillis dans la cour de récréation des classes primaires dans laquelle ils accèderont  par le portail situé sur Cathcar Street.

Les élèves de CE1, CE2, CM1 et CM2 devront rentrer dans la cour sans leurs parents, trop petite pour contenir parents et enfants. Ils seront appelés par leurs enseignants.

Les parents des enfants de CP et GSM resteront avec leur enfant à l’extérieur de la cour jusqu’à la fin de l’appel des plus âgés. Puis ils accompagneront leur enfant jusqu’à la porte de leur classe.

Après la classe, les parents des élèves de CE1, CE2, CM1 et CM2 attendront leurs enfants dans la cour.

Les parents des élèves de GSM et CP iront chercher leurs enfants à la porte de leur classe.

Si cette organisation s’avère efficace, permettant à la fois de sécuriser les moments d’entrée et de sortie des élèves sans pour cela encombrer la cour de récréation ni gêner la circulation de Cathcar Street, elle sera reconduite durant toute l’année.

Durant cette demi-journée, les enfants rencontreront leurs deux enseignants qui leur feront visiter l’école et qui leur présenteront le fonctionnement des classes.

Vous aurez sans doute remarqué une information contradictoire dans la version anglaise de notre précédent email. Il s’agit d’une erreur. Veuillez s’il vous plait ne retenir que la version décrite dans cette lettre de l’organisation de la journée du vendredi.

En attendant d’avoir le plaisir de vous rencontrer je vous prie chers parents de croire  en mes sentiments dévoués.

Ps :

— Nous sommes conscients du besoin que de nombreuses familles ont de voir leurs enfants confiés à une garderie avant et après l’école. Sachez qu’avec l’aide de certains parents,  je suis à la recherche d’une solution que nos locaux pourraient nous permettre d’organiser.

— Les professeurs des classes secondaires vous feront parvenir dès lundi des propositions de travaux à faire cette semaine, afin que vos enfants scolarisés au collège puissent reprendre le travail. Ces travaux s’appuieront sur l’utilisation des manuels scolaires qui ont été listés sur le site de l’école.

François Xavier Gabet, Directeur

Crédit Photo CFBL

11 septembre : la mémoire reste intacte

Dix ans ont passé. Comme chacun d’entre vous, aujourd’hui, je me souviens.

Les victimes de la tragédie du 11 septembre ne seront jamais oubliées. L’héroïsme des pompiers de New York est entré dans la légende.

Je relis l’éditorial que j’avais écrit au lendemain de ce désastre pour le magazine que je dirigeais. Une publication américaine l’avait repris. Dix ans après, l’émotion est intacte :

« Il est des jours qui rassemblent. Il est des événements qui marquent les êtres humains et l’histoire pour toujours. La tragédie du 11 Septembre 2001 relativise toutes les difficultés économiques traversées par l’électronique mondiale ces derniers mois. En avril, je dînais à Manhattan avec Hayao Nakahara afin que nous échangions nos points de vue sur le futur de l’industrie mondiale du circuit imprimé. Ses visites permanentes aux principaux fabricants de la planète, son parcours professionnel dont l’origine remonte aux années 60, en ont fait un des observateurs les plus avertis du marché mondial. Hayao réside à Long Island dans la banlieue de New York depuis plus de 25 ans. Son choix avait été guidé à l’époque par la facilité d’accès à tous les endroits du monde depuis cette ville. Nous étions loin d’imaginer que tous les scénarios envisagés ce soir-là devraient être repensés à la lumière d’événements alors inconcevables. En m’envolant le 11 Avril, j’admirais donc les majestueuses « Twin towers »… pour la dernière fois.  Comme le reste du monde, nous étions insensibles et aveugles face à des signaux qui ne semblaient pas nous concerner.

Nombre d’entre nous ont participé à des séminaires sur les technologies duales. Afin de réduire les coûts des équipements militaires, l’Industrie de l’Armement doit autant que possible utiliser des composants destinés aux applications civiles. En transformant des avions de lignes en missiles, les Terroristes ont appliqué à la lettre cette philosophie et porté un coup sérieux à la crédibilité des généraux sensés assurer la protection des civils. Il est trop tôt aujourd’hui, pour tenter d’évaluer les conséquences des attentats ayant endeuillés l’Amérique. Encore faudrait-il en comprendre les causes. Peu de gens sont en mesure d’apprécier la stratégie des commanditaires de ces actions. Quelque part dans le monde, des individus ont décidé qu’une terre était sacrée et devait être exclusivement foulée par des fidèles de l’Islam. Une guerre sainte est proclamée pour chasser les « Infidèles », à l’image de ce qui s’est passé, il y a près de 1000 ans. A une différence près, en ce temps là, les infidèles étaient les musulmans. La croisade favorisait l’élaboration de l’idéal du chevalier chrétien par le combat au service de l’église contre les infidèles, moyen de rachat et de salut éternel. La première croisade se finit par la prise de Jérusalem le 15 Juillet 1099 dans un terrible carnage. « … après avoir enfoncé les païens, nos hommes saisirent dans un temple un grand nombre d’hommes et de femmes, et ils tuèrent ou laissèrent vivant qui bon leur semblait. Au dessus du Temple de Salomon s’était réfugié un groupe nombreux de païens des deux sexes, auxquels Tancrède et Gaston de Béarn ( deux chefs croisés ) avaient donné leurs bannières (pour les protéger). … Le matin suivant, les nôtres escaladèrent le toit du Temple, attaquèrent les Sarrasins, hommes et femmes, et ayant tiré l’épée, les décapitèrent. Quelques-uns se jetèrent du haut du Temple. A cette vue Tancrède fut rempli d’indignation.* » La vue insupportable de ces New-Yorkais se jetant par les fenêtres pour échapper aux flammes et les justifications des fondamentalistes Islamistes m’ont renvoyé à ce texte et à cette époque. En voyant, il y a quelques mois aux actualités, un reportage sur les conditions de vie des femmes en Afghanistan, drapées et interdites d’éducation et de travail, j’avais été décontenancé par la réaction de ma fille Margot, âgée de 6 ans. Elle, qui semblait  imperméable au monde extérieur, et soupirait d’ordinaire en levant les yeux dès que le journal télévisé commençait, m’indiqua « qu’ un jour quand elle serait grande, elle empêcherait ça ». Ce qui m’apparaissait seulement anachronique lui était inacceptable. Face à cette insoutenable méchanceté d’êtres convaincus d’œuvrer pour le bien, il m’a fallu attendre la 11 septembre pour ouvrir les yeux. J’aspire désormais à comprendre les causes d’un désastre qui nous marquera tous à jamais. L’économie mondiale prend sa source aux Etats-Unis. Leur réaction déterminera vraisemblablement notre avenir. Hayao Nakahara et sa famille vont bien. La vie continue. SCI systems et Sanmina, Solectron et Cmac ou encore Hewlett-Packard et Compaq ont décidé de fusionner. Imagine que les Religions fusionnent. »

* Histoire anonyme de la première croisade, éditée et traduite par L.Bréhier, Paris 1964

10e anniversaire du 11 septembre 2001 – Discours du Président Nicolas Sarkozy et de l’ambassadeur des Etats-Unis Charles H. Rivkin (9.9.2011 – Ambassade des USA)

Photo Flickr de Treviño

Invitation à tester le vote par internet

Dans le cadre de la préparation des élections législatives de 2012, le consulat organise un test du vote par voie électronique / Internet, qui sera effectué début décembre 2011.

L’échantillonnage nécessite d’atteindre 12.000 votants dans le monde entier.

Nous vous serions reconnaissants de prendre part à ce test grandeur nature.

Pour ce faire, merci de vous faire connaitre auprès de la cellule Elections du consulat général de Londres

AVANT LE MERCREDI 7 SEPTEMBRE 2011 (13 heures),
à cette adresse : elections.londres-fslt@diplomatie.gouv.fr

Pour y participer, vous devez :
– être inscrits sur la liste électorale consulaire de Londres en vigueur 2011 et avoir opté pour le vote à l’étranger ;
– disposer d’une adresse courriel (pour recevoir l’authentifiant) ;
– disposer d’une connexion Internet ;
– être disponibles pour voter par voie électronique (vote en une session d’une durée de 5 à 10 min maximum) lors du premier tour (ouverture le 4/12 à 18h et fermeture le 6/12 à 18h heures de Paris) et du deuxième tour (ouverture le 8/12 à 12h et fermeture le 10/12 à 12h, heures de Paris). Ces dates sont à ce stade encore prévisionnelles.

Je m’associe au consul général, Edouard Braine, pour vous remercier pour votre précieuse collaboration.

Photo Flickr de JC Lepoulet

Le certificat de vie objet d’une plainte pour discrimination auprès de la Commission européenne

Est-il acceptable qu’on exige un certificat de vie aux Français résidant dans l’Union européenne pour continuer de leur verser leur pension, tandis qu’une simple déclaration sur l’honneur adressée aux caisses de retraite suffit en métropole ?

En imposant des tracasseries à des allocataires âgés et fragiles qui résident hors de France, les caisses de retraite portent atteinte au droit de liberté d’établissement dont bénéficient les citoyens de l’Union Européenne, au nom des traités européens.

Mes diverses interventions, relayées par la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam au Sénat, n’ont pas permis à ce jour d’unifier les formalités des retraités résidant dans l’Union européenne sur celles qui sont exigées en France.  Aussi, j’appuie la démarche d’un citoyen britannique qui vient de déposer plainte auprès de la Commission européenne pour exercice d’une discrimination en imposant le formulaire de certificat de vie à tous les pays étrangers (y compris ceux de l’UE), alors qu’une simple déclaration sur l’honneur suffit pour les résidents en France.

Le service « L’Europe vous conseille »
(http://ec.europa.eu/citizensrights/front_end/index_fr.htm), a fourni l’avis juridique ci-joint (Your Europe Advice reply  Word ; Your Europe Advice reply Pdf) sur plusieurs points concernant les formalités réclamées par les caisses de retraite françaises. Cet avis démontre :

i) que le formulaire CERFA 11851 (qui impose la validation consulaire à l’exclusion de toute autre) n’est pas compatible avec l’article 5 (1) du Règlement 987/2009, qui impose aux autorités françaises d’accepter des documents validés par les autorités britanniques;

ii) qu’il existe, dans les articles 5 (2), (3) et (4) du Règlement 987/2009, une procédure qui doit satisfaire les autorités françaises en matière de lutte contre la fraude : les autorités britanniques sont obligées de vérifier tout certificat britannique sur lequel les autorités françaises auraient des doutes. Par ailleurs, ces contrôles seront renforcés par une base de données européennes en voie de création ;

iii) que le droit français impose actuellement deux formulaires uniquement — le CERFA 11753 (déclaration sur l’honneur) pour ceux qui résident en France, et le CERFA 11851 pour tous ceux qui habitent à l’étranger (voir La Documentation Française, http://vosdroits.service-public.fr/F2543.xhtml) ;

iv) que l’application de conditions plus rigoureuses aux retraités qui résident dans un autre pays de l’UE qu’à ceux qui résident en France pourrait constituer une discrimination contraire à l’article 4 du Règlement 883/2004, dans la mesure où les proportions de ressortissants français et d’étrangers seraient différentes dans les deux cas ;

v) qu’imposer un délai de réponse aussi bref que deux semaines n’est pas compatible avec l’article 76 (5) du Règlement 883/2004.

Fort de cet avis, et suivant les conseils donnés, la personne a déposé une  plainte auprès de la Commission européenne, d’une part contre la caisse de retraite pour avoir imposé à son épouse un formulaire du type CERFA 11851 et pour ne lui avoir accordé qu’un délai effectif de réponse de deux semaines, et, d’autre part, contre la Documentation française pour avoir publié sur son site internet le formulaire CERFA 11851 comme applicable à tous les pays étrangers (y compris ceux de l’UE) imposant une discrimination alors qu’une simple déclaration sur l’honneur suffit pour les résidents en France.

Si vous résidez au Royaume-Uni et que votre caisse de retraite vous réclame un certificat de vie du type CERFA 11851, je vous suggère de suivre cette procédure préparée à votre intention :

1. Remplir et envoyer le formulaire en ligne « L’Europe vous conseille » (http://ec.europa.eu/citizensrights/front_end/enquiry/index_fr.htm), en insérant à la rubrique « Demande » un texte similaire au modèle ci-joint (LEurope vous conseille Word ; LEurope vous conseille Pdf).

2. Si la réponse qui vous parviendra vous conseille de le faire, vous pouvez déposer une plainte auprès de la Commission européenne, en joignant copie de la réponse adressée par « L’Europe vous conseille » et une photocopie (ou une copie électronique) d’un certificat de vie du type CERFA 11851 et de la lettre qui l’accompagnait.

3. Envoyer à son MP un courriel ou une lettre similaire au modèle ci-joint (Draft letter or e-mail to MP Word ; Draft letter or e-mail to MP Pdf). (Pour trouver ses coordonnées : http://findyourmp.parliament.uk).

4. Envoyer à son MEP un courriel ou une lettre similaire au modèle ci-joint (Draft letter or e-mail to MEP Word ; Draft letter or e-mail to MEP Pdf). (Pour trouver ses coordonnées : http://www.europarl.org.uk/ section/your-meps/your-meps)

5. M’envoyer copie de votre plainte auprès de la Commission européenne  à o.cadic@assemblee-afe.fr

Pour les Français qui sont résidents dans les autres pays de l’UE, les modèles ci-joints nécessiteront de légères modifications.

Si vous êtes suffisamment nombreux à soumettre la même plainte, celle-ci deviendra une ‘plainte multiple‘, soumise à un traitement spécial et publiée au Journal officiel de l’Union européenne

Photo Flickr de Winnifredxoxo

L’ouverture du CFBL retardée de quelques jours

Le collège en chantier (août 2011)

J’ai été averti par les services culturels et des représentants du Board du report de l’ouverture du CFBL, Collège français bilingue de Londres.

Durant l’été, les travaux n’ont pas cessé comme en témoigne cette photo prise le 20 août dernier.

Je vous reproduis le message d’Arnaud Vaissié, président du CFBL, adressé aux parents d’élèves.

Chers Parents,

En accord avec le Service Culturel de l’Ambassade et l’Agence de l’Enseignement Français à l’Etranger, le Comité de gestion du Collège Français Bilingue de Londres (CFBL) a décidé de retarder la rentrée scolaire.

En effet des retards imprévus dans les travaux de rénovation sur certaines parties du bâtiment ne permettaient pas d’obtenir des autorités britanniques les certificats de sécurité pour le mercredi 7 septembre.

Nous nous sommes engagés auprès de vous à garantir le bien-être, la sécurité et une scolarisation de qualité à vos enfants, c’est pour ces raisons que nous avons décidé de n’ouvrir les portes du CFBL que

le lundi 12 septembre à 8H45 pour les classes de collège

et le mercredi 14 à 9H00 pour les classes de maternelle et primaire.

Sachez que nous sommes conscients des difficultés logistiques que cela entraîne pour vos familles. Nous vous prions de bien vouloir nous en excuser.

Nous espérons compter sur votre soutien dans ce projet passionnant et historique, puisque le CFBL est le premier établissement secondaire créé à Londres depuis 1915.

Bien cordialement,
Arnaud Vaissié
Président Board de CFBL

Crédit Photo : Xavier Zuniga

Le centre des impôts des non-résidents communique sur les avis d’imposition

Tous les semestres, la commission des finances de l’AFE à laquelle j’appartiens, auditionne Cyril Maloine, directeur du pôle gestion fiscale à la DRESG, Direction des résidents à l’étranger et des services généraux. Le 26 septembre prochain, nous l’entendrons faire le point sur les nouveautés fiscales.

Je vous invite à cliquer sur « commentaires » pour m’adresser vos questions ou vos observations concernant le centre des impôts des non-résidents (CINR). Je les transmettrai à M. Maloine et vous ferai part de ses réponses.

Par ailleurs, j’ai le plaisir de vous transmettre son communiqué à destination des Français à l’étranger sur les avis d’imposition des non-résidents.

Je le remercie d’avoir formulé sa note avec concision et d’avoir rappelé à votre attention toute l’importance de la rubrique « Vivre hors de France » dédiée aux non-résidents sur le site www.impots.gouv.fr.

Objet : Information sur les avis d’imposition des non-résidents

Cyril Maloine

Madame, Monsieur,

La Direction des résidents à l’étranger et des services généraux (DRESG) dans un souci constant de faciliter les démarches des usagers non résidents, porte une attention particulière à l’actualisation et la mise à jour de la rubrique dédiée aux non-résidents « Vivre hors de France » sur www.impots.gouv.fr.

Aussi, les non-résidents pourront trouver dans la rubrique « Votre actualité » de « Vivre hors de France », dont vous trouverez le lien ci-après, des informations pratiques sur leur avis d’imposition ainsi que sur les modalités de paiement. J’attire plus particulièrement votre attention sur deux nouveautés:

– L’indication du revenu fiscal de référence (RFR) sur la première page de l’avis d’imposition. Cette information fait partie des trois informations utiles aux usagers non résidents pour accéder de façon sécurisée à leur compte fiscal et tous les services qui s’y rattachent : consultation des avis d’imposition sur le revenu, de taxe d’habitation et de taxes foncières et les paiements qui y sont associés;

– Le renouvellement de la notice explicative jointe aux avis d’imposition avec sa traduction anglaise au verso.

Nous attirons votre attention sur le fait qu’une partie des avis d’imposition est à régler avant le 15 septembre, les autres seront à régler avant le 15 novembre 2011 ou le 15 mars de l’année prochaine. Aussi, nous recommandons vivement aux non-résidents qui s’interrogent sur l’envoi de leurs avis d’imposition de consulter leur compte fiscal sur www.impots.gouv.fr, accessible sous leur espace personnel.

Nous vous remercions de communiquer ses informations à nos compatriotes expatriés ou à vos salariés étrangers.

Je vous remercie pour l’attention que vous voudrez bien porter à ce message et reste, avec les équipes de la Direction des résidents à l’étranger et des services généraux, à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Pour le Directeur de la DRESG
Le Directeur du pôle gestion fiscale

Cyril Maloine
Directeur du Pôle Gestion Fiscale
Direction des Résidents à l’Etranger et des Services Généraux (DRESG)

Crédit photo : Olivier Bolvin – MAEE

Métro trans-Manche : transformer le rêve en réalité

Et si la création d’une navette trans-Manche reliant Calais-Fréthun à Asford en 35 minutes n’était pas si éloignée ? On l’espère car ce projet est destiné à instaurer un flux journalier de travailleurs transfrontaliers entre le Nord Pas-de-Calais et le Kent.

Je suis d’autant plus optimiste que nous pouvons compter sur Jacques Gounon, président d’Eurotunnel qui devrait se révéler un acteur déterminant dans cette opération. Pour l’heure, il m’a touché par son volontarisme lors de sa visite au consulat de Londres, le 28 juin dernier, à l’initiative de notre consul Edouard Braine qui multiplie avec succès les actions vers l’accomplissement de ce qui constitue, rappelons-le, l’objectif n°2 du Plan Emploi (lire : « Le métro transmanche fait la une de la presse régionale » du 02 juin 2011).

L’idée du « Cross Channel Tube » crée l’effervescence dans les médias anglais et le Times a évidemment cherché à connaitre la nature des propos du président d’Eurotunnel face aux représentants du plan Emploi dans le bureau du consul général.

J’ai expliqué à Adam Sage, correspondant du Times à Paris, que la société civile, des deux côtés de la Manche, réclamait ce moyen de transport pratique et économique. J’ai ajouté qu’à mon sens, la question n’était plus de savoir si le projet allait aboutir, mais seulement de savoir quand. Qui irait à son encontre s’opposerait au sens de l’Histoire.

Quant à ses questions sur les solutions techniques, j’ai dit à Adam Sage qu’il était grand temps de démystifier le tunnel sous la Manche qui est un tunnel comme un autre, susceptible d’accueillir n’importe quel type de train ! (lien payant : « French commuters pin their hopes on Cross Channel Tube » du 5 juillet).

Nous l’évoquerons tous ces points, le 20 octobre prochain, à Ashford, à l’occasion de la journée de l’Union des Français de l’étranger (UFE GB) pour fêter les 15 ans de la France libre d’entreprendre (FLE). Je suis flatté que notre consul Edouard Braine ait accepté de faire le point sur les progrès enregistrés sur ce dossier conduit par l’équipe du plan Emploi qu’il anime.

Cet événement est une merveilleuse occasion d’appuyer publiquement cette démarche et, sait-on jamais, d’écrire ce jour même une nouvelle page de l’amitié franco-britannique. Je compte sur votre soutien.

Pour tous renseignements et inscriptions pour la journée du 20 octobre 2011

Renseignements et inscriptions : www.ufecorporate.org.uk

Photo Flickr de Jos Rozen