Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

L’UFE Corporate souhaite bâtir un pôle d’experts, au service des entrepreneurs français

Le magazine Ici Londres dans son édition de janvier publie un dossier consacré aux entrepreneurs français à Londres, en présentant diverses structures destinées à favoriser les relations d’affaires : la Chambre de commerce franco-britannique, la Jeune chambre de commerce, Frog Valley, Ubi France, the LEEG ou London Expatriate Entrepreneurs Group et, enfin, l’UFE Corporate, née de l’esprit de « la France libre d’entreprendre. » (lire : L’UFE Corporate, pour renouer avec l’esprit « France Libre… d’Entreprendre » du 22 avril 2011).

En passant, je remercie l’auteur, Sandra Saadi, de me considérer comme l’exemple emblématique de l’entrepreneur français venu s’installer outre-Manche. Quinze ans, déjà…

L’UFE Corporate est le bras entrepreneurial de l’UFE, Union des Français de l’étranger que je préside. Ce business club existe de façon informelle depuis plusieurs mois, notamment grâce aux apéros « Apéros entrepreneurs » animés avec passion par Loic Dumas chaque premier jeudis du mois ou encore par l’organisation du grand colloque à Ashford en octobre dernier (lire : « Conférence UFE Corporate (1) : SBE marque les esprits » du 21 octobre 2011).

L’UFE Corporate organise 2 événements dans des lieux distincts,

jeudi 2 février 2012

Evénement n°1
Tout d’abord, l’Apéro Entrepreneurs au Bluu, 1 Hoxton Square, N1 6NU, London à partir de 19h00. Cette réunion mensuelle gratuite et ouverte à tous permet aux Français entreprenants de faire du networking.

Evénement n°2
Ensuite, pour les adhérents de l’UFE Corporate, une réunion Pôle Experts est prévue de 18h à 20h30 à l’Institut français (17 Queensbury place, South Kensington, London).

Autour d’Eric Lambert, ils se concerteront pour:

1. Offrir un pôle d’experts, couvrant le spectre des besoins d’une entreprise en phase d’implantation ou de croissance au Royaume-Uni.
2. Animer un réseau professionnel,
3. Organiser l’évènement annuel autour de l’entrepreneuriat français au Royaume-Uni (stands, tables rondes, témoignages…).

Pour participer à l’apéro entrepreneur, contactez Loic Dumas : loic@frogvalley.net

Pour rejoindre le pôle d’experts de l’UFE Corporate, contactez Eric Lambert : eric.lambert@eande-partners.co.uk

Pour ma part, je participerai aux deux événements. J’espère vivement vous y retrouver.

Photo Flickr de Fractal Ken

My French Film Festival bat son plein

Et si on se faisait une toile ? L’expression prend une connotation toute contemporaine depuis My French Film Festival qui se déroule intégralement sur la toile du Net, via la plateforme myfrenchfilmfestival.com
.
La 1re édition de ce festival de cinéma français en ligne avait attiré 320.000 internautes originaires de 171 pays différents ! 40 000 visionnages de films ont été alors comptabilisés.

Forts de ce succès, le ministère des Affaires étrangères et européennes et l’Institut français, son opérateur pour l’action culturelle, ont lancé la 2e édition du festival, organisé par Unifrance, du 12 janvier au 1er février 2012. Poursuivant son effort d’ouverture, le festival est désormais accessible en 14 langues : allemand, anglais, arabe, chinois, coréen, espagnol, français, hébreu, italien, japonais, lituanien, polonais, portugais et russe. Impressionnant.

Actuellement, 10 longs métrages et 10 courts métrages sont au programme, incarnant une nouvelle génération de comédiens et de cinéastes.  Ils correspondent à des premiers et deuxièmes longs métrages sortis depuis janvier 2010 en France et à des courts métrages produits depuis 2010. Citons parmi les films : Belle épine (Rebecca Zlotowski), D’amour et d’eau fraîche (Isabelle Czajka), Entre nos mains (Mariana Otero) ou Huit fois debout (Xabi Molia).

Les internautes du monde entier pourront exprimer leur choix à travers le prix du public. Par ailleurs, le prix de la presse internationale et le prix des réseaux sociaux seront attribués aux films en compétition.
Et après ? Les 3 longs et 3 courts métrages primés seront diffusés à bord des avions Air France durant six mois. Puis, l’Institut français en assurera la diffusion non commerciale auprès du réseau culturel français, Instituts français et Alliances françaises.

Au moment où je publie ce billet, 50 772 internautes déclarent aimer cette initiative. Ce festival contribue de belle manière au rayonnement culturel de la France.

Le site : myfrenchfilmfestival.com
Pack longs métrages (27,99€) ; Pack courts métrages (5,99€), Pack full films (29,99€)

Hommage à Jacques Iselin, ancien professeur d’art au lycée Charles de Gaulle

Ils seraient fort étonnés les élèves du lycée Charles de Gaulle si on leur disait que Jacques Iselin a traversé bien souvent la grande salle qui porte désormais son nom. Rien à voir avec un général d’Empire, un parlementaire de la IIIème République ou autre vieille baderne qui peuplent nos dictionnaires. Non, juste un ancien prof d’arts plastiques du lycée, de 1956 à 1997. Un prof que ses élèves adoraient. Si cela ne tenait qu’à Jacques Iselin, il se satisferait amplement de cette image posthume.

Jacques Iselin (1933-2003)

Nous ajouterons qu’il était un grand artiste.

Enseigner ce n’est pas remplir des vases, mais allumer des feux. Cette formule de Montaigne illustre au mieux la démarche de Jacques. Combien sont-ils les élèves dont il a révélé la sensibilité intérieure, développé le sens du beau et, parfois même, fait éclore une vocation?

Son immense culture ne présentait pour lui de sens que si elle pouvait aider autrui, en commençant par se mettant à la portée de chacun. Pourtant, il se gardait bien d’être professoral. Il suffisait de lui demander ce que représentait telle ou telle peinture pour qu’il vous réponde, un sourire en coin : « Mais, tu y vois ce que tu  veux… ». Le théâtre étant son péché mignon, il adorait produire ces petits effets, à contre-emploi de la posture traditionnelle du prof.

Si pendant quarante ans il a enseigné avec passion, sa nature réservée, parfois secrète, reprenait le dessus dans son atelier de Fulham, où il réalisé avec intensité une oeuvre picturale abondante, dont nous pourrons voir une partie à Hastings, dès le 29 février prochain. L’anecdote est plaisante : la galerie d’art a prié Hélène, femme de Jacques, de donner un titre pour chaque pièce exposée, un détail dont ne s’était pas encombré son peintre de mari.

Dans cette tâche délicate, elle a pu compter sur l’assistance précieuse et réconfortante de Jean-Luc Muller, l’ami musicien de Jacques, le complice de quinze années de conversations tous azimuts et de créations théâtrales. « Nous avons, ensemble, essayé de ne pas trahir  le message que Jacques voulait transmettre lorsqu’il nous a fallu traduire par des mots les images, les sentiments et l’esprit de ses oeuvres », explique Hélène. « Y sommes-nous arrivés?… Avons-nous réussi ?… Seul Jacques pourrait l’affirmer ou l’infirmer », sourit-elle.

Un jour glacial de janvier 2003, devant la dernière demeure de son ami, le musicien Jean-Luc Muller s’était déjà chargé de trouver les mots qui convenaient. Et il les a prononcés ces mots, si justes et denses qu’ils ont résonné au coeur de tous comme la complainte d’un violoncelle :

« … Je vois ce regard, cet oeil qui écoute et l’autre qui pense.. Je vois cette barbe de patriarque respecté.
Jacques était un créateur, un concepteur d’idées, un artiste authentique chez qui, d’ailleurs, je trouvais un petit côté visionnaire.
C’était un plaisir de le voir en action… tour à tour conteur, historien ou homme de terrain et bien sûr, prof d’art hors pair.
Altruiste, il insufflait cette énergie qu’il  aimait appeler la “charge émotionnelle”, une espèce d’énergie ravageuse  dont on ne sortait pas indemne.
Je garde de Jacques une image, celle d’une palette de couleurs vives, comme ses peintures. »

La biographie de Jacques Henri Iselin (fichier pdf)

Exposition Jacques Iselin, du 29 février au 14 mars 2012
Hastings Arts Forum, 36 Marina, Saint Leonards on Sea, Sussex, TN 38-OBU.
e-mail:info@hastingsforum.co.uk
www.hastingsartsforum.co.uk

Europa School offre deux postes de direction

C’est un vrai plaisir de reparler de l’Europa School de Culham quelques semaines après avoir annoncé sa prochaine ouverture (lire : « La première « free school » bilingue franco-anglaise va ouvrir ses portes en 2012 près d’Oxford » du 30 octobre 2011).

Je relaie aujourd’hui l’appel à candidature de cette école, située à proximité d’Oxford dans une région qui attire de nombreuses entreprises et programmes de recherche  internationaux.

Si vous êtes disponible à compter d’avril, l’école recrute :

son directeur / sa directrice d’établissement (The Principal, fichier pdf)

ainsi que

son directeur / sa directrice du Primaire (Headteacher Of Primary, fichier pdf)

Date limite de candidature : 14 février 2012 (par email ou courrier)

Le délai de réponse est donc très court pour postuler à ces deux prestigieuses fonctions. A noter que les entretiens auront lieu du 27 février au 8 mars et que les détails pratiques, ainsi que les coordonnées de vos interlocuteurs figurent dans les deux fichiers pdf, ci-dessus.

Rappelons que cette  free school, née de la volonté tenace des parents d’élèves, s’inscrit dans la continuité de l’Ecole européenne dont la fermeture progressive s’étendra jusqu’en 2017. Europa School UK, qui va ouvrir en septembre prochain en comptant d’entrée deux sections bilingues (franco-anglaise et germano-anglaise), assumera donc la continuité pédagogique au-delà de 2017.

Retrouvez-moi en direct sur le plateau de TV5 Monde

News21.tv et TV5 Monde consacrent une heure d’émission à Londres, à laquelle j’aurai le plaisir de participer, dans le cadre des « 24 heures Chrono de l’international » :

ce mardi 24 janvier à 16h00
(17h00 heure française)

Vous pouvez suivre l’émission en direct sur les sites suivants
www.mondissimo.com ou www.tv5monde.org

Il s’agit de la 6ème édition d’une opération qui vous offre de faire le tour du monde en 24 heures, à travers 24 villes et en 24 émissions. A chaque étape, des intervenants et des vidéos vous apporteront un éclairage sur la présence économique française (opportunités d’affaires, création d’entreprise, environnement juridique, marchés d’avenir…), ainsi que sur la vie des Français sur place : s’installer et y trouver un emploi, le coût de la vie, les différences culturelles, l’intégration sur place, la santé …

A chacune des éditions, plus de 100 entreprises, PME ou grands groupes, et environ 200 expatriés apportent leur témoignage unique et leur expérience en images.

Mon Infolettre n°11 de janvier est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à nombreux d’entre-vous mon Infolettre n°11 qui liste les articles publiés en cette fin d’année, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial:

Madame, monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Je vous présente mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même et tous ceux qui vous sont chers. A toutes et à tous, une très belle année 2012 !

Il y a tout juste deux ans, lors de mes vœux, j’appelais à la constitution d’un plan Emploi. Sous la conduite du consul général, Edouard Braine, nous avons constitué une équipe dont le premier objectif vise à permettre à 1000 jeunes de trouver chaque année un emploi au Royaume-Uni grâce au centre Charles Péguy. Je forme le vœu que des entreprises sponsorisent cette démarche en complétant l’aide de l’Etat. Je souhaite également que le métro transmanche devienne une réalité pour dynamiser l’emploi des deux côtés de la Manche.

Notre ambassadeur, Bernard Emié, sera au centre Charles Péguy le 21 février prochain pour célébrer le 2ème anniversaire du plan Emploi. Il manifestera ainsi tout l’intérêt des pouvoirs publics pour un organisme qui affiche des résultats incomparables.

L’enseignement français au Royaume-Uni, lui aussi, se développe en respectant un plan. L’année 2011 a été un grand cru pour le plan Ecole. Qu’on en juge: 2/3 des 1.500 places supplémentaires prévues dans l’enseignement français sont déjà créées ! Nous avons pulvérisé notre objectif de doubler le nombre de petites écoles du samedi sur le territoire du Royaume-Uni. Nous sommes passés de 10 à 46 écoles accueillant près de 3.000 enfants au total. Par ailleurs, la formule d’enseignement à distance « Cned Royaume-Uni », lancée en septembre, scolarise déjà près de 200 enfants. Je souhaite que cette dynamique se poursuive en lançant le projet d’un troisième collège français à Londres et en offrant un premier accès à l’enseignement bilingue dans des établissements britanniques dès la rentrée de septembre.

La campagne de communication orchestrée par nos consulats de Londres et Edimbourg pour appeler à s’inscrire sur les listes électorales a clairement porté ses fruits, et je voudrais remercier tous ceux qui ont relayé cet appel. En 2011, le consulat a enregistré 16.250 inscriptions sur la seule liste électorale de Londres, dont plus de 1.500 dans les dix derniers jours de décembre.

Je souhaite vivement que cet élan se confirme par un taux de participation exemplaire lors des échéances électorales de 2012.

Très cordialement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°11 (déc 2011-janv 2012)

Photo Flickr de MaretH

Emmaüs UK fait honneur à son fondateur

Le 22 janvier 2007, il y a cinq ans exactement, l’abbé Pierre rendait son dernier souffle, mais son esprit attise toujours cette petite flamme intérieure en chacun de ses Compagnons, comme lui dévoués, altruistes et infiniment humbles.

Depuis l’hiver 1954, le monde a tant changé, il s’est reconstruit et industrialisé, mais c’est une constante de toutes les époques : sans argent, vous dormez dans la rue. Et c’est le point de bascule, dont vous ne pouvez revenir seul. « C’est malheureux à dire, mais on a de plus en plus besoin de nous », me confiait Selwyn Image, fondateur d’Emmaüs UK, il y a quelques mois.

Il serait donc déplacé de parler de succès en précisant que Emmaüs UK compte désormais 21 communautés et un total de 505 Compagnons à travers le Royaume-Uni, offrant à des hommes et des femmes la possibilité de prendre un nouveau départ. L’aventure avait commencé à Cambridge, en 1991, ou trône depuis cet été une sculpture en fer, haute de 4,60m, à effigie de l’abbé, réalisée et offerte par Tony Hillier (lire : « Emmaüs UK fête ses 20 ans ! » du 06 juillet 2011).

La plus récente communauté, Emmaüs Hastings & Rother, qui a ouvert en juin 2011 mobilise déjà neuf Compagnons qui travaillent durement pour mettre sur pied un fonds de commerce à but social afin de parvenir à l’autonomie financière. Ils recherchent des fonds en parallèle pour achever les travaux d’aménagement devant offrir à terme une chambre à 23 Compagnons sur leur site.

Début 2012, deux nouvelles communautés, Emmaüs Norwich et Emmaüs Medway, devraient ouvrir leurs portes. Celles-ci n’émergent pas par hasard, puisque 15 groupes animés par des bénévoles travaillent à leur édification, de plus en plus effarés par la paupérisation galopante de nos sociétés.

Heureusement, l’abbé Pierre n’avait rien d’un illuminé, mais tout d’un brillant entrepreneur doublé d’un fin  »réseauteur », dirions-nous aujourd’hui, parvenant à s’implanter dans un quarantaine de pays en mettant les grands et puissants dans sa poche. Rappelons qu’il fut aussi résistant et député. Rien que les ventes d’objets récupérés rapportent plus d’une centaine de millions d’euros en France, auxquels s’ajoutent dons et subventions pour une part équivalente. Des montants colossaux, mais on ne gaspille pas un centime. Aujourd’hui, l’organisation perdure sur ce modèle de rigueur et d’autofinancement.

Je vous invite à prendre connaissance du rapport annuel 2011 d’Emmaüs UK. Outre les informations financières, vous pourrez découvrir les messages de nombreux soutiens : SAR la Duchesse de Cornouailles, qui parraine Emmaüs UK ; la directrice générale, Arvinda Gohil ; le président du conseil d’administration, John Noble ; ainsi que le président d’Emmaüs UK, Terry Waite.

Vous lirez également le beau témoignage de l’un des premiers Compagnons, Mathieu Delarue, devenu leader de la communauté de Brighton.

Et n’oubliez pas, chaque fois que l’un d’entre vous fait découvrir à un Britannique l’action de l’Abbé Pierre, vous aidez Emmaüs UK à se faire connaitre.

L’importance du salaire annuel moyen dans le calcul de vos retraites

Le salaire moyen annuel constitue un élément essentiel du calcul de votre retraite.
Qu’est-ce que le salaire annuel moyen ? Quelles sont les années retenues, les années exclues ? Que se passe-t-il si vous avez été affilié à plusieurs régimes de retraite en France ou à l’étranger. C’est ce que la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse) vous explique dans sa nouvelle lettre d’information destinée aux Français de l’étranger (lire : Life_Nov-Dec_2011_, fichiers pdf).

Lire aussi :
« Retraites et minima revalorisés de 2,1 % » du 23 novembre 2011
« Retraites et minima revalorisés de 2,1 % » du 22 mai 2011
« Votre retraite, à l’heure des réformes » du 28 avril 2011

Photo Flickr de e y e / s e e

Le chef de l’Etat promet un service public d’accompagnement de l’expatriation

Lundi dernier, depuis Madrid, Nicolas Sarkozy a présenté ses voeux à tous les Français vivant à l’étranger, soit près de deux millions et demi de personnes, une communauté « qui n’a jamais été aussi importante », note-t-il, puisqu’elle progresse au rythme de 3% par an pour les motifs les plus divers. Alors, 11 députés ne seront pas de trop pour les représenter, en juin prochain, pourrait résumer les propos du Président sur ces prochaines élections.

Le chef d’Etat a tenu à nous rappeler qu’il nous aime, parce que nous représentons une « force » et une « richesse » pour la France. Ce qu’il aime le plus chez nous, c’est notre capacité d’adaptation. Qui le contredirait ? « A ce titre, par votre capacité d’adaptation, vous êtes une leçon pour l’ensemble de la communauté nationale », juge-t-il.

Selon Nicolas Sarkozy, deux réseaux caractérisent notre volonté de rayonnement international et notre souci des compatriotes expatriés : d’abord, le réseau d’enseignement français qui scolarise 300.000 élèves, dont 110.000 Français, au sein de 485 établissements répartis dans 130 pays ; ensuite, notre réseau consulaire qui est « le deuxième du monde par le nombre de ses implantations. Et le premier par l’étendue de la gamme et de la qualité des services qu’il rend », revendique-t-il. Une réalité à laquelle acquiesce Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice des Français établis hors de France et véritable globe-trotter, qui faisait évidemment partie du déplacement.

La crise fait sérieusement froncer les sourcils du gouvernement pour savoir où réaliser des coupes sombres, mais on conçoit mal de pénaliser les enfants d’expatriés. C’est pourquoi « l’aide à la scolarité a doublé en 5 ans pour atteindre 125 millions d’euros », précise Nicolas Sarkozy. « Malgré la crise, 32.000 élèves français bénéficient d’une aide à la scolarité, ils étaient 22.000 en 2007 (…) En 5 ans, les crédits consacrés aux bourses scolaires ont doublé, 50 millions d’euros en 2007, près de 100 millions d’euros en 2012 », a-t-il continué d’égrener ces chiffres qui sont évidemment à mettre à son crédit politique.

Les voeux 2012, formulés depuis la Résidence de France à Madrid, nous ont réservé une bonne surprise en répondant à une attente maintes fois exprimée par l’Assemblée des Français de l’étranger. Le chef de l’Etat a déclaré vouloir « mettre sur pied un véritable service public d’accompagnement de l’expatriation et de la réinsertion, afin qu’une personne ou une famille puisse aborder ces changements, importants dans une vie, sans subir un traumatisme. »

Nicolas Sarkozy a paru plutôt grave en considérant les crises et les mutations qui secouent les nations, mais il ne s’est jamais départi d’un optimisme de coeur et de raison, en concluant que le monde était, somme toute, « passionnant, parce qu’il faut inventer des idées nouvelles, parce qu’il faut être ouvert sur ce monde, et parce que la France a une opportunité de construire une nouvelle relation avec ce nouveau monde. »

Texte des voeux 2012 à l’ensemble des Français de l’étranger de Nicolas Sarkozy, à Madrid, du 16 janvier 2012 et lien vidéo.

Le plan Emploi en couverture de Ici Londres

Il y a tout juste deux ans, lors de mes vœux, j’appelais à la création d’un plan Emploi. Aujourd’hui, ce plan est évoqué en couverture du magazine Ici Londres. Et pour cause, le consul général, Edouard Braine, a réuni autour de lui une équipe d’individualités toutes pénétrées des questions d’emploi pour accomplir ce projet.

Toujours à son initiative, une étude avait été commanditée, en février 2010, à Ewen Ledain, un étudiant français dont la mission assignée était d’observer l’activité du CEI et du centre Charles Péguy afin de caractériser les attentes et les besoins des jeunes Français. Ceux-ci se rendent généralement en Grande-Bretagne pour pratiquer l’anglais, étoffer leur cursus ou bien encore se confronter à une première expérience professionnelle dans un cadre plus en rapport avec le « monde globalisé » que ne le propose notre « modèle français ».

Cette étude a considérablement orienté notre réflexion vers cette réalité sociologique baptisée les « Oubliés de St Pancras », du nom de gare londonienne où se déversent des flots de jeunes Français venus tenter leur chance et qui se fondent aussitôt dans la nature urbaine, sans laisser de trace. Difficiles à cerner, disparates, ils n’en demeurent pas moins l’un des maillons les plus dynamiques de la communauté française de Grande Bretagne.

L’équipe du plan Emploi a jeté les bases d’une politique d’aide à l’emploi et à la formation professionnelle à destination de ces « oubliés ». En 2010, la première urgence était d’assurer la pérennité de l’aide publique au centre Charles Péguy qui fournit, à lui seul, 700 jobs par an à nos jeunes compatriotes débarquant à Londres. Cette année critique s’était joyeusement terminée en présence de Martin Hirsch venu inaugurer les nouveaux locaux du centre Péguy, plus modernes et spacieux (lire : « Le centre Charles Peguy, pivot du Plan Emploi » du 12 novembre 2010).

Début 2011, l’équipe du plan Emploi avait décidé de réfléchir aux actions à mettre en œuvre pour atteindre son premier objectif qui est de fournir à Péguy les moyens complémentaires pour passer de 700 à 1000 placements annuels. Pour y parvenir, il est nécessaire d’étoffer l’équipe d’une personne et de renforcer le dispositif informatique. En termes d’équipement, j’ai pu obtenir un soutien financier de 15 000 euros émanant du Sénat grâce à l’appui du sénateur André Ferrand (lire : 110120 Lettre à Peguy – fichier pdf). Restait donc à trouver un financement pérenne pour le recrutement d’un agent. Nous avons considéré que cet effort ne pouvait provenir exclusivement de l’Etat, dont la contribution est déjà significative.

L’équipe du plan Ecole a alors imaginé d’impliquer cinq entreprises qui se partageraient le coût de l’embauche, avec la fierté de permettre le recrutement supplémentaire d’un jeune par jour à Londres, grâce à leur soutien public. C’est dans ce contexte que Véronique Revington a été appelée par Edouard Braine pour assurer cette mission complexe.

Nous avions fait du sujet de l’Emploi un des thèmes de la journée du 20 octobre à Ashford, organisée par l’UFE Corporate. En décembre, j’ai eu l’occasion de remercier personnellement Vincent de Rivaz, président d’EDF Energy pour avoir été le premier à répondre à notre appel. Nul doute de l’effet incitatif d’une signature aussi prestigieuse dans notre prospection de nouveaux partenaires.

Je vous invite vivement à lire l’article de Veronique Revington paru ce mois-ci dans Ici Londres, intitulé « Objectif 2012 pour le plan emploi des jeunes ».

Vous découvrirez que SOS International, la société conduite par Arnaud Vaissié, président de la Chambre de commerce franco-britannique, appuie cette initiative, tout comme Bruno Deschamps, président de la section britannique des conseillers du Commerce extérieur. Tous deux nous portent à croire que nous rencontrerons bientôt d’autres entrepreneurs socialement responsables qui aideront à incarner les valeurs du plan Emploi : optimisme, ouverture d’esprit, mobilité internationale, développement des compétences, esprit d’initiative…

Comme vous le voyez, les conditions se mettent en place pour nous permettre d’atteindre notre objectif 2012 : permettre à 1.000 jeunes de trouver un emploi grâce au centre Péguy !

FundRaising 2012 : les parents d’élèves du lycée CDG vous espèrent à leur diner du 30 mars

Impliqués et généreux, voilà en deux mots comment définir les parents d’élèves du Lycée Français Charles de Gaulle (CDG), réunis au sein de l’APL, présidée par Florence Quattrocchi.

Je ne vous présente plus la campagne annuelle de FundRaising qui sert à étoffer les infrastructures à disposition des 3895 élèves répartis sur l’ensemble des sites. Cette année, Virginie Royer, vice-présidente – Comite APL 2011-2012 et coordinatrice à l’école primaire Marie d’Orliac, assume la responsabilité de mener cette campagne.

L’édition 2012 se tiendra une nouvelle fois au Park Lane Hotel, Piccadilly, le vendredi 30 mars 2012.

Les bénéfices réalisés lors de cette soirée (diner, tombola, ventes aux enchères) auxquels s’ajoutent vos dons, permettra au comité de l’APL de financer deux « Charities » associées au lycée, d’une part Friends of the Lycée et d’autre part l’APL Welfare Fund :

Friends of the Lycée a pour rôle d’acquérir des équipements scolaires, de rénover des locaux, de participer à des bourses et de contribuer à des projets éducatifs.

Une fois encore, en 2011, le conseil d’administration de l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, a été stupéfait de la générosité de l’APL qui lui a versé £172.000 (196.000 euros) destinés à l’amélioration du lycée. La contribution précédente s’élevait à 97.000₤ (soit 111.550 €) en 2010.

APL Welfare Fund donne un coup de pouce aux familles qui traversent des difficultés financières pour régler les frais de scolarité. Concrètement, en 2011, £50.000 ont permis à plus de 35 élèves de poursuivre leur scolarité à CDG.

Comme de coutume, j’espère avoir le plaisir de revoir beaucoup d’entre vous au diner de l’APL qui ravit le cœur autant que le palais.

Je remercie d’avance les participants de leur mobilisation et de leur contribution, sous forme de dons ou de lots de prestige, faisant de ce diner l’emblème de l’engagement des parents du Royaume-Uni et un brillant exemple au sein de notre réseau d’enseignement français à l’étranger.

La brochure APL Appeal 2012 vous permettra de réserver votre table et de connaitre les détails.

Date limite des demandes de Prise en charge des frais de scolarité avancée au 10 février !

La date limite de dépôt des dossiers de Prise en charge (PEC), initialement fixée au 17 février, a été avancée au 10 février 2012, en concertation avec M. Mathieu, directeur administratif et financier du Lycée Charles de Gaulle, en raison des vacances scolaires.

Je vous joins, à cet effet, la fiche information famille PEC rectifiée :  Informations familles PEC 2012-13 (fichier pdf)

Où déposer le dossier ?
– Pour le Lycée Charles Gaulle, auprès du service des vies scolaires des classes de seconde, première et terminale.
– Pour l’Ecole Européenne de Culham, auprès du secrétariat. Contact : Mme Gill Brook.

Lire aussi : « Bourses : date limite le 17 février ! » du 05 janvier 2012

Photo Flickr de simone|cento

Haïti, deux ans déjà

Il est souvent reproché au monde politique de fluctuer en même temps que l’opinion publique, de passer son temps à réagir en fonction de l’événement, plutôt que d’agir par réflexion ou anticipation. Il faut reconnaitre que certaines situations vous tombent dessus comme la foudre.

Il y a exactement deux ans, le 12 janvier 2010, le monde apprenait avec effroi qu’un séisme avait enseveli des milliers d’Haïtiens sous les décombres de leurs habitations. On dénombrera 300.000 morts. Deux ans plus tard, les progrès sont patents puisque les deux tiers des personnes réfugiées dans les camps ont pu trouver un logement. Il demeure cependant qu’un demi-million d’Haïtiens vit toujours dans des abris de fortune autour de Port-au-Prince.

On se souvient que la mobilisation internationale fut immédiate et d’ampleur pour conjurer les effets de cette catastrophe humanitaire. J’avais observé que de nombreux Français du Royaume-Uni s’étaient impliqués pour récolter des fonds de toutes les manières possibles. Ceux-ci seront satisfaits de la teneur des propos du ministre d’Etat, Alain Juppé, lors du point presse du 11 janvier dernier.

En effet, notre pays a tenu tous les engagements pris par Nicolas Sarkozy lors de sa visite à Port-au-Prince quelques jours après le drame. Outre une aide financière de 326 millions d’euros, la France a participé activement aux efforts de reconstruction et au secours de la population.

Le ministre des Affaires étrangères a expliqué que l’aide continue de se déployer, notamment :
– par la construction à Port-au-Prince d’un hôpital ultra moderne, en partenariat avec les États-Unis ;
– par la reconstruction de deux quartiers de la capitale, en coopération avec l’Union européenne ;
– par un renforcement de l’action éducative et la formation : accueil de 700 étudiants haïtiens sur deux années scolaires, envoi de quelques 80 volontaires du service civique et un projet d’enseignement numérique à distance ;
– par une coopération administrative avec l’appui à la confection du cadastre, la formation de policiers ;
– par la relance de projets de développement agricole.

Pour conclure, j’adresse mon plus amical salut à Jacques Marie, notre élu à l’AFE pour Haiti, qui poursuit au quotidien son action de solidarité envers son pays hôte, avec une totale abnégation et un courage sans faille (lire : « Haïti, toujours en survie » du 16 novembre 2010).

Photo Flickr de NewsHour

La directrice de l’AEFE, Anne-Marie Descôtes, vous présente ses vœux

J’ai le plaisir de publier les voeux d’Anne-Marie Descôtes, directrice de l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger. A la tête d’un réseau unique en son genre, la directrice nous rappelle les temps forts de l’année écoulée et souligne les priorités de 2012. Il s’agit notamment du plan de développement, annoncé par Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et européennes (lire : « Un plan Ecole pour le monde, présenté au conseil des ministres » du 29 juin 2011), du programme LabelFrancÉducation (lire : « Vers un label France pour encourager l’enseignement bilingue dans les écoles anglaises » du 11 janvier 2011) qui viendra compléter le programme FLAM (lire : « Au Royaume-Uni, le nombre d’écoles Flam a été multiplié par 4 depuis 2008 ! » du 24 décembre 2011)

Puisque je siège au conseil d’administration de cette grande institution qui a pris racine dans 130 pays, je suis le témoin privilégié de tous les progrès qui s’accomplissent au service du rayonnement français. J’ai le plaisir de m’en faire régulièrement l’écho dans ce blog.

Présentation vidéo des activités de l’AEFE.

L’association franco-britannique SLL Chevaux Blancs lance un appel

Jakki Cunningham, responsable de l’association SLL (Sète-Lorient-Londres) Chevaux Blancs lance un appel du cœur concernant le projet « Caravane de l’espoir 2012 » (fichier Pdf) qui doit débuter en Camargue en mai prochain.

De quoi s’agit-il ? Des Jeunes socialement désavantagés traverseront la France à cheval jusqu’à Londres dans une démarche écologique.  A la fin du périple, leurs chevaux de race Camargue seront offerts à des centres pour personnes handicapées, situés en France et au Royaume-Uni.

Née d’une mère marseillaise, ayant rejoint le général de Gaulle en 1940 à Londres, et d’un père anglais journaliste, Jakki Cunningham avait besoin de tisser un lien entre les deux patries qui lui tiennent à cœur. Son vœu s’accomplira dans le cadre de l’association bretonne SLL, sous la forme de cette croisade équestre franco-britannique.

Maman d’une fille malentendante et très présente auprès d’un neveu trisomique qui trouve joie et équilibre grâce à l’équitation, elle portait en elle la force de conviction pour faire éclore son projet.

Je vous invite à regarder un petit film émouvant consacré à la précédente caravane de l’espoir, récemment projeté lors du concert «Beyond difference – Musique en Selle», du 8 novembre 2011 à l’Institut Français.

Aujourd’hui, Jakki m’informe qu’elle toujours pas bouclé son budget pour la campagne 2012, malgré les soutiens obtenus lors de la journée organisée par le consul général à Londres Edouard Braine (lire : « Notre consul Edouard Braine vous donne rendez-vous au concert «Beyond difference – Musique en Selle » du 24 octobre 2011)

Pour mener à bien la « caravane de l’espoir 2012 », l’association lance un appel au don.
Pour faire un don : www.sllassoc.com/make-a-donation
Site de l’association : www.sllassoc.com

Bourses : date limite le 17 février !

Depuis ce mercredi 4 janvier 2012, vous pouvez déposer votre demande de bourse scolaire ou de prise en charge auprès du consulat pour l’année scolaire 2012-2013, si vos enfants fréquentent le réseau de l’enseignement français en Grande-Bretagne ou bien s’ils vont l’intégrer.

Même si vous êtes déjà bénéficiaire, votre demande de bourse ou de prise en charge doit être renouvelée chaque année. De plus, rappelons que ces demandes sont indépendantes de la procédure d’inscription de vos enfants.

Aperçu des dossiers de bourses scolaires traités par le service social du consulat général de France à Londres

En premier lieu, les bourses scolaires sont allouées par l’AEFE, Agence pour l’enseignement français à l’étranger, à tout élève français résidant avec sa famille à l’étranger et qui est inscrit dans son réseau d’établissements. La bourse pourra couvrir tout ou partie les frais de scolarité, selon le niveau de revenu de la famille. Les revenus de toute nature (ex: voiture de fonction) seront pris en compte pour calculer un « revenu pondéré » qui sera comparé avec un minimum de référence, fixé par la Commission locale des bourses, tenant compte évidemment du nombre d’enfants ou encore du fait que vous êtes monoparent.

A noter que les bourses attribuées s’entendent largement puisqu’elles incluent les frais d’inscription, l’achat de manuels et de fournitures scolaires, les coûts de demi-pension ou d’internat, le transport scolaire, l’assurance ou l’inscription aux examens.

Second type d’aide possible : la prise en charge (PEC). Elle est versée par l’AEFE pour les élèves français de son réseau en classe de seconde, de première et de terminale sans condition de ressources. Sont exclus du dispositif, les enfants français dont les frais de scolarité sont pris en charge par votre employeur, une collectivité territoriale, ou un état étranger…

Les dépenses qui peuvent faire l’objet d’une prise en charge concernent les frais annuels de scolarité, comme les droits d’inscription annuels et de première inscription.

Conformément aux dispositions fixées par le décret n°2011-506 du 9 mai 2011, les frais de scolarité sont pris en charge à hauteur des tarifs de l’année scolaire 2007/2008. Le dispositif de prise en charge des frais de scolarité ne couvre donc plus la totalité des frais engagés (lire : « L’Etat renonce à la gratuité des lycées à l’étranger » du 14 mai 2011).

Toutefois si vos frais ne sont pas entièrement pris en charge par la PEC, vous pouvez vous estimer éligible à une bourse pour le complément, notamment pour les frais parascolaires (cantine, matériel…). Il vous faut donc déposer un dossier pour une bourse.

Rendez-vous sur la page Enseignement-Bourses scolaires du site du consulat pour télécharger le formulaire, la liste des justificatifs, la brochure, le barème…

Bourses: Le dépôt des dossiers s’effectue auprès du service des Affaires sociales, après avoir pris rendez-vous sur le site internet du consulat (page RV) du 4 janvier au 17 février 2012, délai de rigueur !

Prise en charge: le délai a été avancé au 10 février 2012!
Vous pouvez déposer le dossier du 4 janvier au 10 février 2012!

– Pour le Lycée Charles Gaulle, auprès du service des vies scolaires des classes de 2nde, 1ère et terminale.
– Pour l’Ecole Européenne de Culham, auprès du secrétariat. Contact : Mme Gill Brook.

Un finish en beauté pour les inscriptions sur la liste électorale

Ils sont arrivés jusqu’à la dernière minute, samedi 31/12 au soir, pour s’enregistrer sur la liste électorale du consulat (LEC) à Londres. Au total, 33 concitoyens se sont pressés le dernier jour, accueillis par le consul adjoint Olivier Tulliez et sa douzaine d’infatigables collaborateurs, contre une soixantaine de visiteurs la veille, vendredi. Dans le même temps, la Royal Mail délivrait 287 dossiers juste avant la clôture des inscriptions.

L’année 2011 aura été un bon cru puisque 16.250 inscriptions ont été officialisées, dont plus de 1.500 à compter du 21 décembre dans un beau rush final.

La campagne de communication a clairement porté ses fruits, notamment vers les cibles les plus sensibles comme les Jeunes ou les Français vivant hors Londres. Ce sont plusieurs dizaines de milliers de courriers et de courriels expédiés par le consulat qui ont incité au sens civique et diffusé de l’information pratique. L’action de Véronique Revington recrutée pour l’occasion et le partenariat mené avec le centre Charles Peguy ont été déterminants. Dans les médias, French Radio London a vigoureusement relayé le message.

Au total, la LEC de Londres (Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord) représente 77.500 inscrits, contre 64.846 seulement en 2011, soit une progression de plus de 15%.

Lors de la réunion sur les élections 2012 organisée par le consul général, Edouard Braine, le 13 décembre dernier, j’ai pu constater que 12% des inscrits avaient émis le choix de voter en France contre 88% des inscrits qui s’exprimeront au Royaume-Uni.

Les Français de Londres ou des environs pourront se rendre aux urnes du consulat, du Lycée Charles de Gaulle ou bien du CFBL (Collège français bilingue de Londres), tandis que sept bureaux de vote accueilleront ceux qui vivent loin de la capitale anglaise à Ashford, Belfast, Birmingham, Bristol, Chesterfield, Leeds et enfin Liverpool.

Pour découvrir le bureau de vote correspondant à votre domicile, suivez ce lien : www.ambafrance-uk.org/Repartition-des-9-centres-de-vote#uk

Photo Flickr de alancleaver_2000