Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Comment profiter d’une retraite anticipée pour longue carrière ?

Un nouveau décret est paru relatif aux nouvelles conditions d’ouverture du droit à la retraite anticipée pour longue carrière. Le décret n° 2012-847 du 2 juillet 2012 étend en effet le dispositif, dont la mise en oeuvre sera effective pour les départs en retraite à compter du 1er novembre 2012.

Les assurés nés à compter du 1er juillet 1951 pourront partir à 60 ans s’ils ont commencé à travailler avant l’âge de 18 ans.

Le gouvernement a indiqué que ce dispositif concerne au moins 110 000 personnes pour un coût allant de 1,1 milliard en 2013 à 3 milliards d’euros en 2017. Malheureusement, le gouvernement n’indique pas les prévisions du coût de cette mesure pour les années suivantes qui sera à la charge de ses successeurs.

Pour financer cette mesure, les cotisations sociales des employeurs et des salariés sont encore alourdies, de 0,1% en 2013 à 0,25% en 2017. Je regrette cette décision qui handicape encore un peu plus la compétitivité des entreprises et des salariés localisés en France.

Un récapitulatif des conditions d’ouverture pour une retraite anticipée vous est fourni par la CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse) dans sa nouvelle lettre d’information destinée aux Français de l’étranger (lire : LIFE_JuilletAout_2012, fichiers pdf).

Photo Flickr de eryn_rickard

Une nouvelle école Flam dans le Kent : l’Ecole Tricolore

Chaque année, la kermesse d’été de La Marelle agit sur moi comme un bain de jouvence lorsque je déambule entre le château gonflable et les buffets de spécialités culinaires des parents d’élèves. Et ce ne sont pas quelques gouttes de pluie sur le Kent, comme lors du 14 juillet dernier, qui pouvaient doucher l’enthousiasme général des 120 élèves de cette « petite école du samedi ».

Sur ce blog, nous en étions restés avec le projet d’Hasina Harris, directrice et co-fondatrice de la Marelle, d’ouvrir une école primaire bilingue à Dartford  (lire : « La Marelle, à peine trois ans et des ambitions de géant » du 14 mai 2012). L’idée suit son cours au travers de la concrétisation d’un autre projet auquel elle est étroitement associée : l’ouverture d’une nouvelle école à Bromley, baptisée l’Ecole Tricolore, dans le cadre du programme Flam (Français langue maternelle).

Cette association à but non lucratif proposera d’abord des classes de maternelle française et étoffera son offre avec le temps et les aspirations des parents de la région de Bromley. Lire le programme détaillé de l’Ecole Tricolore (fichier pdf).

Les préinscriptions sont déjà ouvertes et vous êtes invités à une journée portes ouvertes le samedi 8 septembre de 10h a 12h00.

J’adresse tous mes vœux de réussite au nouvel établissement qui s’inscrit dans la belle dynamique du programme Flam rassemblant déjà 3000 enfants au Royaume-Uni, dont 10% dans le Kent (lire : « Au Royaume-Uni, le nombre d’écoles Flam a été multiplié par 4 depuis 2008 ! » du 24 décembre 2011). Je rappelle que Flam correspond à l’objectif n°3 du plan Ecole, dont je vous parle souvent.

Ecole Tricolore
22 Dorcis Avenue
Bexleyheath, Kent DA7 4RJ
Tel: 07986 031 845
Mail: elina.ecoletricolore@gmail.com

Site de La Marelle

J.O : La grande fierté du maire de Nice, Christian Estrosi

L’image fut savoureuse aux yeux des Niçois : Camille Muffat, Yannick Agnel, Charlotte Bonnet, Clément Lefert , tous licenciés à l’Olympic Nice Natation et médaillés olympiques à Londres, juchés sur un bus à impériale pour défiler sur… la Promenade des Anglais, évidement.

Christian Estrosi et Olivier Cadic au Club France à Londres

Puis, la municipalité azuréenne offrit une fête en leur honneur, ponctuée d’un feu d’artifice. Pour nos nageurs, il faisait bon de rentrer en héros à la maison et de trinquer avec Christian Estrosi, remis de ses émotions, puisque le député-maire de Nice était au bord du bassin olympique, comme au bord de la Tamise où j’ai eu le grand plaisir de le rencontrer au Club France.

En ce même lieu, Nicolas Sarkozy avait prononcé son discours aux Français de Londres en janvier 2007. Christian Estrosi a apprécié que je lui rappelle l’anecdote, lui qui vient de marquer son attachement à l’ancien président de la République en cofondant l’association des Amis de Nicolas Sarkozy, en session de travail à Nice actuellement.

J’ai aussi saisi l’occasion de lui confier mes inquiétudes, en sa qualité d’ancien ministre de l’industrie, face aux déclarations de son successeur Arnaud Montebourg, notre ministre du « Redressement productif » qui mériterait bien une médaille de nage en eaux troubles.

Le ministre socialiste vient de présenter l’expert Sartorius comme la personnalité capable de dire ce qu’il convient de faire pour la filière automobile française. L’homme ne m’est pas inconnu. J’ai vu à l’oeuvre cet expert, il y a près de dix ans, lorsque que Nicole Fontaine, alors ministre de l’industrie, l’avait missionné pour sauvegarder la filière électronique française.

Vous trouverez ci-dessous l’édito que je lui avais consacré à l’époque, car j’avais été particulièrement frappé par sa capacité… à enfoncer les portes ouvertes. Lire ‘Sartorius‘, édito du magazine Pistes de Pastilles, de mai 2004 (fichier pdf).

Le gouvernement fait de l’optimisation fiscale sur le dos des Français de l’étranger

Une CSG (cotisation sociale généralisée) de 15,5% sera appliquée sur les biens locatifs des Français de l’étranger situés en France, de manière rétroactive au 1er janvier 2012.

Ainsi en a décidé le gouvernement appuyé par sa majorité socialiste à l’Assemblée nationale et au Sénat qui a voté l’article 25 du projet de loi de finances rectificative 2012 (Assujettissement aux prélèvements sociaux sur le capital des revenus immobiliers de source française – revenus fonciers et plus-values immobilières – perçus par les non-résidents).

Les sénateurs UMP représentant les Français de l’étranger Joëlle Garriaud-Maylam, Robert Del Picchia, Christiane Kammermann, Christophe-André Frassa, Louis Duvernois, Christian Cointat et André Ferrand (dans l’ordre des interventions en séance) et Jean Arthuis, sénateur UCI (Union centriste et Indépendants) sont brillamment intervenus pour s’opposer à l’instauration de cette nouvelle taxe et demander le retrait du projet. (Lire l’intégralité des débats au Sénat du 27 juillet 2012).

C’est cocasse. Les sénateurs socialistes eux-mêmes, comme Yves Leconte, Claudine Lepage et Richard Yung, ont présenté un amendement pour éviter la rétroactivité au 1er janvier 2012, en argumentant sur le principe de sécurité juridique. Argument balayé par notre nouveau ministre du Budget Jérôme Cahuzac pour qui, tant que l’année n’est pas finie, les taux peuvent encore évoluer pour étoffer les ressources.

C’est « l’optimisation fiscale », façon ministre du Budget, qui lui permet de boucler ses comptes en créant des recettes sur des revenus passés.

Il est temps que l’Europe mette un terme à cet autoritarisme législatif et nous ramène au sens de l’équité.

Les sénateurs socialistes ont obtempéré et retiré leur amendement, qui fut immédiatement repris par le sénateur UMP Frassa. Ainsi, les sénateurs socialistes représentant les Français de l’étranger ont voté contre l’amendement qu’ils avaient eux-mêmes présentés et défendus ! Bel exemple de la duplicité de la nouvelle majorité.

112 sénateurs du groupe UMP ont décidé de soumettre à l’examen du Conseil constitutionnel, conformément à l’article 61 de la Constitution, le deuxième projet de loi de finances rectificative pour 2012 aux fins de déclarer contraires à la Constitution certaines de ses dispositions dont celle portant sur les biens locatifs des non résidents.

Photo Flickr de Llars Hammar