Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Manifestez-vous promptement pour la création d’une free school primaire bilingue à Bromley !

Le challenge est simple : il faut au moins une centaine d’inscriptions potentielles, d’ici fin décembre, pour démontrer au Department for Education l’intérêt d’ouvrir une nouvelle école bilingue à Bromley, dans le sud-est de Londres.

Bromley High Street

Ce projet, porté par Hasina Harris, est un beau prolongement à l’ouverture réussie de l’Ecole Tricolore à Bromley, une de ces « petites écoles du samedi » réservées aux très jeunes enfants, dans le cadre du programme Flam (lire : « Une nouvelle école Flam dans le Kent : l’Ecole Tricolore » du 28 août 2012).

En effet, un groupe de parents et d’enseignants se sont mobilisés autour du dossier d’ouverture d’une une Free school primaire bilingue pour offrir « le meilleur de l’enseignement primaire en anglais et en français ».  Ils espèrent bien ouvrir les portes de cet établissement en septembre 2014 pour y accueillir les enfants en classe de Reception, Year 1 et Year 2.

Forte de ses réussites passées, Hasina Harris veut être en mesure de déposer son dossier dès la fin de l’année et elle bat le rappel des troupes avec l’enthousiasme contagieux qu’on lui connait. Je vous avais raconté au printemps dernier qu’elle ambitionnait de transformer La Marelle, petite école du samedi de 120 élèves, dont elle est la directrice pédagogique, en école primaire bilingue. (Lire : « La Marelle, à peine trois ans et des ambitions de géant » du 14 mai 2012)

Si vous êtes intéressés par cette opportunité de Free Scholl à Bromley, merci de suivre le lien ci-dessous afin de remplir un questionnaire d’information qui ne constitue en aucun cas un engagement de votre part, mais qui va aider à crédibiliser la démarche d’une équipe motivée et vaillante auprès des autorités britanniques : https://sites.google.com/site/bromleybilingualschool/register-your-interest

Pour toute question, vous pouvez écrire à cette adresse : info.bromleybilingual@gmail

En outre, vous pouvez consulter la page « Bromley Bilingual Primary School » sur Facebook.

Je me joins à Laurent Batut, attaché de Coopération éducative à l’ambassade de France, pour vous demander de diffuser le message d’Hasina le plus largement possible et lui adresser mes plus vifs encouragements.

Photo Flickr de drchrispinnock

Naissance de l’UDI, sous le signe de l’Europe

Pour le poète René Char, la lucidité est la blessure la plus proche du soleil.

Est-ce pour cela que le congrès fondateur de l’UDI (Union des démocrates et indépendants) a réussi à marier si justement l’analyse la plus crue de l’état de notre société avec l’élan le plus chaleureux de ses participants ?

Seule la lumière froide du réalisme pourra dissiper nos ténèbres où luisent faiblement, çà et là, quelques braséros idéologiques, aussi dérisoires que trompeurs. Alors seulement, nous discernerons les solutions. Parce qu’elles sont là, juste au bout de notre nez, comme l’évidence même.

Jean Arthuis, à la Mutualité, le 21octobre 2012

Par exemple, comment faire face à la « réalité d’une menace de chaos généralisé sur le continent européen » nous interpelle Jean Arthuis. Il clame qu’il faut doter l’Union d’une gouvernance spécifique de la zone euro. Ce n’est pas une option pour favoriser la sortie de crise, mais un impératif : « L’alternative est simple : le fédéralisme ou le chaos ! », a-t-il lancé devant les travées des fondateurs de l’UDI, à la Mutualité, le 21 octobre dernier à Paris.

Lui, le fondateur de l’Alliance centriste, parle désormais au nom d’un nouveau parti, l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), dont il est le vice-président. « L’UDI est le seul parti engagé sans réserve et unanimement pour une Europe politique, proclamant son option fédérale », résume-t-il d’un trait fougueux (lire aussi : « Les élus des Français de l’étranger débattent avec Jean Arthuis de l’avenir du centre et de la droite » du 12 septembre 2012).

« Nous sommes la famille européenne », entérine Jean-Louis Borloo, président charismatique de ce mouvement naissant. Il lui semble une évidence que tout Etat qui a adopté la monnaie unique a déjà choisi un partage de souveraineté. C’est aussi sous le signe de l’Europe que l’ex-ministre de l’Ecologie a décliné avec gravité ses prétentions environnementales.

Jean-Louis Borloo, président de l’UDI, ambitionne de devenir le premier parti de France

S’il fut abondamment question d’Europe dans le cadre d’un événement national c’est que l’esprit d’ouverture des centristes y conduit naturellement, considérant comme Jean Arthuis que l’Union européenne n’a « sans doute jamais été aussi nécessaire qu’aujourd’hui » à condition de la sortir de son statut de « nain politique ». L’ouverture d’esprit s’incarne aussi dans une défiance innée vis-à-vis des corporatismes et des conservatismes. Ainsi, la naissance de l’UDI, soutient Jean-Louis Borloo, est « une bonne nouvelle pour tous ceux qui veulent une France ouverte sur le monde, ouverte sur l’Europe, ouverte à l’autre, pour les libertés, pour l’humanisme, pour la République, le refus du repli sur soi et du sectarisme ».

Le président a donné le ton et trouvé les mots qui ont suscité l’enthousiasme des 3000 participants au congrès, heureux de vivre l’union de la famille centriste, un terrain en friche totale il y a encore quelques mois ! Je m’enorgueillis d’être l’un des membres fondateurs de l’UDI, prolongeant ainsi mon engagement au sein de  l’Alliance centriste de Jean Arthuis où je représente la fédération des Français de l’étranger. A noter que nous étions plusieurs Français établis hors de France, présents à la Mutualité, en provenance du Royaume-Uni, de la Belgique, du Maroc ou de la Tunisie.

Si « l’UDI a vocation à constituer une coalition avec l’UMP »,  nous dit Jean-Louis Borloo, il ambitionne néanmoins d’en faire « le premier parti de France ». Je crois que c’est possible, je crois que c’est souhaitable et je m’y emploierai obstinément.

Pour rejoindre la fédération des Français de l’étranger de l’UDI, informations et inscriptions à udi.ffe@gmail.com.

Lire le discours de Jean Arthuis du 21 octobre 2012, vice-président de l’UDI (fichier pdf)

Le site de l’UDI : www.parti-udi.fr

Je vous invite à découvrir cette courte vidéo « Je suis UDI ! », présentée avant le discours de Jean-Louis Borloo.

Je suis UDI par TV-udi

Le Dispensaire français vous invite à sa soirée de gala, vendredi 16 novembre

Une soirée Champagne et Cinéma s’offre à votre plaisir, comme à votre générosité puisqu’il s’agit d’amasser des fonds pour le Dispensaire français de Londres.

Sa mission est d’offrir une assistance médicale aux Français et francophones n’ayant pas accès aux soins sur le sol britannique. Cette association caritative est l’héritière directe de l’Hôpital français né à Londres en 1867 ! Aujourd’hui, un corps de 26 médecins généralistes et spécialistes, ainsi qu’une équipe de paramédicaux y oeuvrent bénévolement.

Soirée de gala au profit du Dispensaire français de Londres
Vendredi 16 novembre 2012, 19h30
Ciné Lumière de l’Institut français
17 Queensberry Place, SW7 2DT

Le ticket d’entrée pour la soirée est de £30 (les billets seront à retirer à la caisse). Merci de vous faire connaitre auprès de Blandine à cette adresse email :
blandinecharteris@dispensairefrancais.org.uk

Par ailleurs, vous aurez le loisir de participez à une tombola et peut-être de gagner, moyennant un ticket de £10 seulement, l’un des trois gros lots : une nuit pour deux au St Pancras Renaissance Hotel de Londres ; un réveil de voyage Cartier baptisé Ballon bleu ; une photo de l’équipe d’Arsenal signée par tous ses joueurs de renommée mondiale.

Je compte sur votre implication pour soutenir le Dispensaire qui lutte au quotidien, sur la base du volontariat, pour offrir ce droit élémentaire à la santé à des personnes qui sont parfois en grande difficulté.

Le film qui sera projeté n’a pas été choisi par hasard. « La guerre est déclarée » est un titre peu commun pour une grande histoire d’amour entre deux jeunes parisiens. Tout participe à leur bonheur et de leur amour naît Adam. A l’approche de ses deux ans, la santé de l’enfant vacille. Ses parents engagent alors une long combat pour sauver leur petit garçon. Un film puissant qui parle d’un malheur sans jamais s’apitoyer et qui a récolté toute l’attention du public et de la critique avec 5 nominations aux César 2012 (meilleur film, réalisateur, scénario original, meilleure actrice (Valérie Donzelli), son et montage).

Pour acheter un ticket d’entrée et des billets de tombola suivez ce lien : Dispensaire français sur Paypal

Si vous ne pouvez pas venir, un don par chèque sera le bienvenue à cette adresse : Dispensaire Français 184 Hammersmith Road, London W6 7DJ. Si vous préférez verser des fonds par carte de crédit, merci de téléphoner à ce numéro : 020 82228822

La soirée est été rendue possible par le soutien de l’Institut français, de FranceInLondon.com et de Cartier.

Le site du Dispensaire français

Le plan Emploi accomplit son premier objectif !

Signature de la convention entre le Centre Charles Péguy et six entreprises socialement responsables

Je vous en ai souvent parlé : l’objectif n°1 du plan Emploi visait à pérenniser et renforcer l’action du centre Charles Péguy à Londres qui a pour mission d’accueillir et de faciliter l’intégration des jeunes français sur le sol britannique, notamment en les aidant à trouver un emploi.

Le centre Péguy, présidé par Guillaume Dufresne, a toujours tenu son rôle à merveille en permettant chaque année de placer 700 compatriotes, principalement dans le domaine de la restauration, de l’hôtellerie, des soins à la personne et des services familiaux. Sous la direction de Marine Deneux, seuls deux chargés Emploi sont dédiés à cette vaste tâche. Ses locaux accueillent près de 10.000 Jeunes par an, âgés de 20 à 25 ans, venus tenter leur chance au Royaume-Uni, sans aucun billet de retour et parfois dans une totale improvisation.

Et pourtant, le centre Péguy a bien failli disparaitre. C’était il y a deux ans. Il semble aujourd’hui sauvé grâce au plan Emploi, dont l’objectif 1 lui était consacré (lire : « Le centre Charles Péguy, pivot du Plan Emploi » du 12 novembre 2010).

Ce plan Emploi que j’appelais de mes voeux, sur le modèle du plan Ecole, est officiellement né le 22 février 2010, de la détermination de notre ancien consul, Edouard Braine, personnellement soucieux du parcours erratique de ces « Oubliés de Saint Pancras » qui ignorent souvent que l’Etat français peut les aider même à Londres, lorsqu’ils débarquent de l’Eurostar (lire : « Le plan Emploi fête ses deux ans » du 01 mars 2012).

Ainsi donc l’objectif 1 du plan Emploi est atteint. Trois faits rendent tangibles cette affirmation.

En premier lieu, dès l’année dernière, la subvention publique de 55.000 euros a été reconduite, sous l’effet d’une forte et audible mobilisation des élus de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE), de l’UFE GB et de Pierre Dagonnot, Président de l’ADFE UK.  (lire : « Le centre Charles Péguy financé et médiatisé » du 25 mars, 2011)

Ensuite, le sénateur André Ferrand avait soutenu ma demande d’attribution de la réserve parlementaire de 15.000 euros pour financer les investissements informatiques et mobiliers du centre Péguy, notamment pour offrir des outils de travail à un chargé Emploi supplémentaire (lire Lettre Ferrand 18.01.2011).

Et l’embauche de ce chargé Emploi supplémentaire, troisième point, vient d’être rendue possible grâce à la générosité de six entreprises implantées au Royaume-Uni. En finançant, à hauteur de 7000 Livres par an, la rémunération ce nouveau collaborateur, ils permettront au centre Péguy de passer allègrement la barre des 1000 emplois pourvus par an !

Le 27 septembre dernier, journée qualifiée d’historique par Guillaume Dufresne, une convention de partenariat, souscrite pour une période de trois ans renouvelable, a été signée entre le centre Charles Péguy et ces entreprises françaises « socialement responsables » : Bouygues UK, Edf Energy, Eurotunnel, Fondation Société Générale, International Sos, TLS Contact. J’adresse mes félicitations à Véronique Revington qui s’est mise en quête de trouver ces fonds privés, dans le cadre des missions du consulat.

Les représentants de ces six entreprises ont eu les honneurs de la République en étant chaleureusement remerciés par Bernard Emié, notre ambassadeur.

Signature du partenariat public-privé avec le centre Charles Péguy, le 27 septembre 2012. (g à d) : Peter Alfandery, Bruno Deschamps, Philippe Chalon, Guillaume Dufresne, Madani Sow, Bernard Emié, Vincent de Rivaz, Axelle Lemaire, Edouard Braine, Cécile Jouenne-Lanne, Bertrand Weisgerber et Olivier Cadic.

Lors de la cérémonie, j’ai eu le loisir de rappeler que cette journée était l’aboutissement d’un travail de longue haleine et de souligner combien le partenariat public-privé était une solution d’avenir. J’ai défendu cette vision dès la création du plan Emploi. Aujourd’hui, l’idée d’associer les entreprises privées dans une démarche en faveur de l’emploi est officiellement soutenue par le ministère des Affaires étrangères et tous les conseillers élus à l’AFE, Assemblée des Français de l’étranger (lire : François Fillon à Londres : « Votre communauté donne l’exemple » du 16 janvier 2011)

Peter Alphandéry, vice-Président de la Chambre de commerce franco-britannique, a paraphé le document, tout comme les conseillers du Commerce extérieur, représentés par Bruno Deschamps qui est venu offrir à Péguy un coaching/parrainage gratuit afin d’aider le centre à  professionnaliser ses pratiques et diversifier les emplois proposés.

L’objectif n°1 du plan Emploi était à la fois ambitieux et atteignable dès lors que efforts des décideurs du public et du privé se sont conjugués vers ce noble dessein d’offrir une expérience internationale à nos jeunes les plus entreprenants et, par-dessus tout, une espérance !

Les six entreprises signataires qui ont décidé de relayer l’action publique en finançant le centre Charles Péguy pour favoriser l’emploi des jeunes Français au Royaume-Uni :
Bouygues UK, représenté par son président Madani Sow.
EDF Energy représenté par son CEO, Vincent de Rivaz,
Eurotunnel représenté par son président Jacques Gounon,
Fondation de la Société Générale, par le truchement du président de la Société Générale au Royaume-Uni, représentée par Ian Fisher,
International SOS représenté par son président Arnaud Vaissié,
TLS et sa maison mère Téléperformance représentée par son vice président M. Weissberger.

Crédit photo : Pearl Marjorie Draps

Une école d’art bilingue ouvre à Earl’s Court

Londres compte une nouvelle école d’art bilingue à Earl’s Court, baptisée Arpeggios.

Ce samedi 13 octobre, jour d’inauguration, les visiteurs se sont montrés aussi nombreux que souriants pour découvrir, en musique évidemment, ce centre culturel de 400m², dont les salles se succèdent sur 3 étages et regorgent d’instruments.

C’est un jeune enfant qui a officiellement ouvert la conférence de presse en chantant a capella. Signe d’audace et de confiance de la part d’Arpeggios qui se veut une école résolument différente, en favorisant notamment la créativité individuelle de ses élèves, tout en facilitant le jeu en formation. Rien d’académique, en effet.

Olivier Cadic et Jacques Nazaire directeur de l’école Artpeggios

Il faut dire que le parcours de son directeur, Jacques Nazaire, est du genre atypique. Il commence par apprendre la guitare tout seul dans son coin, comme un forcené. Les années passent, la reconnaissance arrive et les influences se multiplient. Une fois rompu aux enregistrements studio et aux tournées sur tous les continents, cet autodidacte décide de s’asseoir sur les bancs de la prestigieuse Université Goldsmiths de Londres pour y passer des diplômes en musicologie et composition ! Ajoutons que Jacques ne débute pas dans la pédagogie : avant d’ouvrir son école, il a enseigné aux adultes pendant sept ans au Kensington et au Chelsea College et aux enfants des écoles de St Clemens et de St Johns à Notting Hill.

Située tout à côté du métro Earl’s Court, le lieu est idéal pour accueillir les Londoniens.

Je vous aussi invite à lire l’article de Camille Belsoeur du Petit Journal : « Artpeggios – Une académie artistique novatrice et bilingue ouvre ses portes »

Le site de Artpeggios

Sprint final pour Wheels for Wellbeing !

Isabelle Clément vous transmet tous ses remerciements pour vos nombreux soutiens. Pour mémoire, j’ai appelé à voter en faveur de l’association qu’elle représente « Wheels for Wellbeing » dans le concours organisé par la National Lottery (lire : « Juste un petit clic pour Wheels for Wellbeing ! » du 20 juillet 2012).

Mais les jeux ne sont pas encore faits ! Vous avez jusqu’au vendredi 26 octobre pour donner votre voix à cette association caritative qui permet aux personnes handicapées de pratiquer le cyclisme sur de drôles de machines adaptées aux particularismes de chacun, y compris en version tandem.

Gagner la finale lui permettrait de décrocher quelques subsides. « Les £2,000 seraient très utiles mais plus que cela, module Isabelle Clément, la publicité au niveau national pour le cyclisme par les personnes handicapées serait merveilleuse. »

Merci de prendre un tout petit instant pour voter sur le site de la National Lottery, où l’on ne requiert que votre email, en suivant ce lien :
http://www.lotterygoodcauses.org.uk/project/wheels-wellbeing

Pensez aussi à mobiliser autour de vous !

Le site de Wheels for Wellbeing

Photo: South London Press

Mon Infolettre n°15 d’octobre est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon infolettre n°15 qui liste les articles publiés au cours de la rentrée 2012, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Je souhaite la bienvenue à Olivier Chambard, notre nouveau consul général à Londres et à son adjoint Eric Bayer qui ont désormais la lourde tâche d’administrer le plus important poste du réseau consulaire.

Notre précédent consul général Edouard Braine est nommé conseiller diplomatique du gouvernement. Sa mission s’achève par l’atteinte du premier objectif du plan Emploi : offrir au centre Charles Péguy des moyens supplémentaires pour lui permettre de placer 1000 jeunes par an au lieu de 700 auparavant. C’est chose faite grâce à la générosité de six entreprises (Bouygues UK, Edf Energy, Eurotunnel, Fondation Société Générale, Sos International, TLS Contact).

Le succès appelant le succès, le premier objectif du plan écoles, à savoir la création de 1 500 places à Londres, est désormais à notre portée. Le 24 octobre prochain, notre ambassadeur Bernard Emié réunira le comité de pilotage du plan Ecole pour étudier le dossier du troisième établissement d’enseignement secondaire français à Londres. L’Anefe (Association nationale des écoles françaises à l’étranger) a émis un avis favorable pour une garantie de l’Etat à l’emprunt qui financera l’acquisition du futur site.

Deux tiers de nos compatriotes ont leurs enfants scolarisés dans une école britannique et tous n’ont pas les moyens de s’offrir une formule d’enseignement payante. Aussi, j’ai proposé que le plan Ecole réunisse désormais une équipe dédiée à la création de free schools bilingues en s’inspirant de l’exemple réussi de l’Europa school UK de Culham près d’Oxford. A ce propos, le choix du gouvernement Ayrault de diminuer l’aide à la scolarité à l’étranger de 16M€ en 2013 est édifiant. Suite à l’annulation de la PEC et aux déclarations de François Hollande à Londres, ceux qui s’attendaient légitimement à davantage de générosité dans le système des bourses, en seront pour leurs frais, au sens propre.

Historique d’après le gouvernement Ayrault, son budget 2013 révèle, pour d’autres, une saignée fiscale qui pourrait ne laisser que l’impôt sur les os de certains. Augmenter indéfiniment les taxes ne réglera pas le triple défi de la croissance, de l’emploi et de la stabilité budgétaire. Je regrette la décision du gouvernement de maintenir son prélèvement social (CSG) de 15,5 % (à effet rétroactif au 1/1/12) sur les revenus immobiliers des non résidents. En effet, ces derniers ne bénéficient pas de la protection sociale française. Dans le cas des résidents du Royaume-Uni, cette taxe pèsera uniquement sur les foyers imposés aux tranches inférieures ou égales à 20%. Les autres pourront la déduire de la part d’impôt sur les tranches supérieures versée ici. C’est une forme de justice fiscale que les intéressés apprécieront.

A l’occasion du 11 novembre 2012, je vous invite à vous mobiliser pour créer des points de diffusion du Bleuet de France au Royaume-Uni et ainsi collecter des fonds au profit de l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre. Si vous souhaitez créer un point de diffusion, merci de vous faire connaitre par email à cette adresse : bleuet2012uk@gmail.com.

Très cordialement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°15 (août-octobre 2012)

Photo Flickr de Leo Reynolds

2012, cru exceptionnel pour le cinéma français au Royaume-Uni

Natacha Antolini (Institut français), Bernard Emie (ambassadeur de France), Patricia Connell (France in London), Eleonore de Mailly Nesle (France in London)

« The Artist » n’en finit plus de collectionner les distinctions. Il a été consacré meilleur film par le « London’s Favourite French Film », un rendez-vous désormais incontournable qui célèbre le film français au Royaume-Uni, à l’initiative de France in London, le site dirigé par Patricia Connell.

Rappelons que Entertainment film distributors, distributeur du film The Artist au Royaume-Uni avait déjà reçu à Londres même les Academy Awards du meilleur film et du meilleur acteur.

Ce 9ème festival a récompensé une dizaine films français en s’appuyant sur les votes en ligne de plus de 5,000 cinéphiles outre-Manche, notamment  « Potiche » avec Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, ou « Elle s’appelait Sarah » avec Kristin Scott Thomas, tous deux distribués par Studio Canal.

Le palmarès a été dévoilé devant 240 personnes réunies au cinéma Lumière de l’Institut français, lors d’une cérémonie placée sous le patronage de l’ambassadeur de France Bernard Emié et inaugurée par Laurent Burin des Roziers, directeur de l’Institut. Cette soirée de gala a été rendue possible grâce au partenariat d’entreprises tricolores, dont The City Apartment, Perrier Jouët, Eurostar, Androuët, Histoire du Vin, Maison Blanc et Renault. Qui a dit que les entreprises françaises ne travaillaient pas de concert à l’étranger ?

Michael Wilde (Entertainment film distributors) présentant « Intouchables »

2012 marquera une année exceptionnelle pour le cinéma français dont 40 films ont été projetés dans les salles britanniques. Il y a toutes les chances que Entertainment film distributors soit de nouveau à la fête lors du prochain festival puisqu’il assure la distribution du film «Intouchables» qui fut projeté à cette occasion en avant-première de sa sortie au Royaume-Uni.

Comptabilisant 23,11 millions d’entrées dans le monde, le film réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache a déjà battu tous les records de fréquentation pour un film français projeté hors de nos frontières, avant même sa sortie au Royaume-Uni.

Si ce n’est pas déjà fait, je vous recommande d’aller voir cette comédie, formidablement portée par François Cluzet et Omar Sy. Elle possède cette vertu toute particulière de montrer que le handicap ne devait jamais être synonyme d’incapacité et d’exclusion.

Comment aider au foisonnement des Bleuets de France au Royaume-Uni ?

Ceux qui vivent au Royaume-Uni savent que le 11 novembre n’est pas un jour ordinaire. Chacun veut témoigner ostensiblement de son civisme et de sa solidarité : à chaque Anglais, son Poppy. Et à chaque Français ? Son Bleuet, évidemment !

Une gageure qui prend tournure. Il ne s’agit pas d’imiter une pratique fort populaire outre-Manche, mais plutôt de raviver notre propre tradition du Bleuet, en référence à la couleur des uniformes des Poilus, née en 1934 et dont l’engouement s’est progressivement estompé.

Il fut un temps où le général de Gaulle arborait un signe bleu sur sa veste.  En 2011, le colonel Laurent Kolodziej a rallumé le flambeau à Londres. Il affirmait justement que « Bleuet et Poppy ont la même origine, véhiculent les mêmes valeurs de solidarité et de souvenir et les réunir aurait donc beaucoup de sens ». (lire : « La mémoire en partage et le Bleuet à la boutonnière » du 15 novembre 2011)

Colonel Alain Bayle, attaché de Défense adjoint Terre près de l’ambassade de France, en charge de l’opération Bleuet

Pour sa première année de lancement, Londres a récolté 1651€. Un résultat qui « ferait rougir quelques grandes agglomérations françaises », écrivait le magazine du Bleuet de France. L’opération se fit dans l’urgence et le regret de n’avoir pu multiplier les points de distribution (lire : « Bilan de la première campagne du Bleuet à Londres » du 06 décembre 2011).

Justement, pour la campagne 2012, je vous invite à vous mobiliser pour créer des points de diffusion et ainsi collecter des fonds au profit de l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre.

Si vous souhaitez créer un point de diffusion du Bleuet au Royaume-Uni, merci de vous faire connaitre par email à cette adresse : bleuet2012uk@gmail.com.

Concrètement, quel objectif est-il souhaitable pour 2012 ? Le Bleuet de France a recueilli 1.070.000 euros en France. Si on considère que 0,5% des Français vivent au Royaume-Uni, il faudrait donc que nous nous mobilisions pour atteindre 5.350€  pour faire aussi bien que les Français de l’Hexagone, soit trois fois mieux qu’en 2011.

Cette année, nous travaillerons sous la responsabilité du colonel Alain Bayle, responsable au sein de la mission Défense du volet « Devoir de Mémoire », en relation avec l’Office national des anciens combattants à Paris. Il succède au  colonel Kolodziej reparti en France en août dernier.

On se souvient que le colonel Alain Bayle a été élevé au rang d’officier de l’Ordre national du mérite, l’an dernier, par Bernard Emié, notre ambassadeur, grand facilitateur et promoteur du Bleuet, lui aussi (Texte de l’intervention de Bernard Emié, lors de la remise).

A l’occasion du 11 novembre 2012 et des semaines précédentes, j’appelle la communauté française à poursuivre la dynamique du « Bleuet de France » pour faire écho à la spectaculaire campagne du Poppy.

La liste des points de diffusion sera publiée sur ce blog et transmise dans ma prochaine lettre d’information, début novembre. Pour recevoir un courriel de la liste des points de diffusion dès publication, veuillez vous enregistrer en suivant ce lien.

Nous comptons sur vous tous !

 Le site du Bleuet de France

Participez à l’enquête 2012 sur les Français expatriés

Près de 2 millions de Français vivent hors de France, où ils contribuent activement au rayonnement de notre pays. Lors de la réunion consulaire de la semaine dernière, j’ai eu le plaisir d’apprendre que la barre des 125,000 enregistrés aux consulats de Londres et Edimbourg venait d’être dépassée.

La Maison des Français de l’étranger (MFE) lance sa quatrième enquête sur l’expatriation des Français. Je rappelle que la MFE est un service du ministère des Affaires étrangères qui a pour mission d’informer tous les Français envisageant de partir vivre ou travailler à l’étranger.

Cette enquête vise à recueillir l’avis et les attentes des Français expatriés ou en partance pour l’étranger, afin de mieux répondre à leurs préoccupations concrètes (préparation au départ, difficultés rencontrées, services consulaires, scolarisation, etc.).

J’invite mes compatriotes à y participer. Pour ce faire, il convient de se connecter au site suivant : www.enquete.mfe.org

Cette enquête, qui est anonyme, s’achèvera le 31 décembre 2012.

Les résultats de l’étude seront présentés début 2013 sur le site www.mfe.org

Aide à la scolarité : Hollande désavoué par Cahuzac

En juillet, le Président de la République avait pourtant annoncé à Londres, devant la communauté française, qu’il tiendrait bien la promesse du candidat Hollande,  à savoir de reverser l’intégralité de l’enveloppe budgétaire de la mesure de prise en charge des frais de scolarité à l’étranger (PEC) vers le budget des bourses scolaires. En effet, le nouveau gouvernement a supprimé la PEC, financée par l’Etat, pour cause de « gratuité indifférenciée ». (lire : « En visite à Londres, François Hollande rend hommage à notre communauté » du 14 juillet 2012).

Ou en est-on ? Précisons d’abord que la dotation 2012 pour l’aide globale à la scolarité était 125.5M€ (119M€ en 2011), comprenant 93.6M€ pour les bourses et 31.9M€ pour la PEC.

Jérôme Cahuzac, ministre du Budget a tranché : celle de 2013 sera de… 110 M€.

Ainsi, sur les 31,9M€ de la prise en charge (PEC) de 2012, seuls 16.4M€ seront reversés sur le budget des bourses. La moitié !

Les lecteurs de ce blog n’en seront pas surpris, puisque j’avais anticipé la manœuvre dès le 30 mars dernier : « Quel futur pour la PEC ? Certains suggèrent que l’enveloppe actuelle soit intégralement reversée au service des bourses scolaires pour que seuls les plus modestes bénéficient d’une aide à la scolarité. (…) Compte tenu de l’état des finances publiques, le ministère du budget préfèrera surement l’option de récupérer le maximum de cette somme (PEC) pour baisser le déficit de l’Etat. » (lire : « Quel futur pour la prise en charge des frais de scolarité (PEC) ? » du 30 mars 2012).

Les parents qui ont besoin d’une bourse pour financer la scolarité de leur enfant dans un établissement français à l’étranger, notamment les anciens bénéficiaires de la PEC, vont devoir être attentifs, puisque que le gouvernement annonce qu’il prévoit de changer les conditions d’attribution pour rendre le système … plus juste.

Manière élégante d’expliquer que la France ne peut plus répondre à la demande, malheureusement croissante, émanant des familles modestes à l’étranger.

Au cours de son mandat, Nicolas Sarkozy avait financé une revalorisation des bourses scolaires en particulier de +13 % par an en moyenne, en parallèle de la PEC. En 2013, la progression des bourses sera de +18% mais sans la PEC ! (le chiffre de 18% s’expliquant par la réversion des 16.4M€, dont je parlais plus haut). Quel changement !

Ceux qui ont voté pour François Hollande en s’attendant légitimement à davantage de générosité dans le système des bourses, surtout du fait de l’annulation de la PEC, en seront pour leurs frais, au sens propre.

Et comme l’a justement souligné la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam sur son blog, cette décision fait mentir le Président de la République (lire : « Bourses scolaires à l’étranger: encore un mensonge de Hollande ? » du 01 octobre 2012)

Photo Flickr de Niccolò Caranti

Edouard Braine, un consul d’exception

Les mousquetaires du plan Emploi : Olivier Cadic, président de l’UFE GB, Guillaume Dufresne, président du centre Charles Péguy, Edouard Braine, Pierre Dagonnot, président de l’ADFE UK.

Edouard Braine nous quitte.

Appelé à d’autres missions, il aura fait du consulat de Londres un consulat d’exception, de l’avis même de responsables du ministère des Affaires étrangères et européennes.

Pour lui dire au revoir, comme le veut la tradition, il y eu d’abord un diner organisé avec soin et élégance par notre ambassadeur Bernard Emié et son épouse Isabelle, à la Résidence ;  Puis, le surlendemain à l’Institut français, un concert magnifiquement interprété par Clara Cernat (violon) et Thierry Huillet (piano) .

Ce 27 septembre au soir, de nombreuses personnalités sont venues saluer Edouard Braine et son épouse Chantal : notre ambassadeur encore, les élus, les consuls honoraires,  ainsi que les représentants du consulat, de l’ambassade et de l’Institut français, sans oublier des présidents d’association.

Dans un discours empreint de lyrisme, émaillé des vers de Baudelaire et de Heinrich Heine, nul doute que les mots de Véronique Revington ont charmé l’esprit de ce fin lettré tout en touchant son coeur (lire : le Discours de Véronique Revington – fichier pdf).

Véronique a fait valoir son humanisme. Oui, Edouard Braine est un humaniste qui imagine sans relâche un monde meilleur, mais qui agit avec un réalisme cru et tenace, refusant d’escamoter les enjeux rugueux, relevant le gant de défis tombés dans l’oubli et secouant les rangs pour réchauffer les tièdes. A son contact régulier, chacun éprouve ce curieux ressenti d’avoir gagné en épaisseur…

Chantal Braine et Odile Blanchette, consul honoraire de Guernesey

J’ai voulu donner la mesure du personnage à travers le récit de ses réalisations dans le discours ci-après :

Mesdames, Messieurs, bonsoir,

Je remercie Chantal qui nous a donné l’opportunité et le privilège, à Véronique et à moi, de dire quelques mots ce soir à la faveur de cet événement.

Edouard n’a pas de goût pour la flatterie. Alors ne parlons pas de lui, mais intéressons-nous cinq minutes à ce qu’il a accompli de novateur à Londres dans trois domaines : l’action consulaire, l’emploi et la cause du handicap.

Lire la suite du Discours du 27.09.2012 en hommage à Edouard Braine (fichier pdf).