Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Mon Infolettre n°18 de juin est disponible

J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon Infolettre n°18 qui liste les articles publiés en ce printemps 2013, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, monsieur, chers compatriotes du Royaume-Uni,

Ingrid Loyau-Kennett, une mère de famille française établie au Royaume-Uni a commis un acte héroïque lors du lâche attentat de Woolwich. Je souhaite commencer ma lettre en lui rendant hommage. Elle fait la fierté de notre communauté.

Dans l’article du magazine Marianne intitulé « Ces ministres qui ne servent à rien (… ou à si peu)», Hélène Conway, notre ministre des Français de l’étranger a justifié l’utilité de son portefeuille en présentant deux réformes : celles des bourses scolaires et de l’AFE (assemblée des Français de l’étranger).

La première réforme a retiré 15,5 millions d’euros à l’aide à la scolarité aux Français de l’étranger (110,3M€ en 2013 contre 125,5 M€ en 2012), en formelle contradiction avec l’engagement de campagne du parti socialiste. Cette économie ne compense pas le coût annuel estimé à 17 millions d’Euros pour financer la création d’un ministère de plein exercice pour Mme Conway.

Les bourses scolaires sont calculées d’après les revenus des bénéficiaires. La réforme autorise les commissions locales à diminuer la bourse de l’un pour augmenter celle d’un autre, de manière discrétionnaire. Je regrette cette démarche. Elle ouvre la voie au favoritisme et aux pressions individuelles sur les membres des commissions. Nous constatons que les parents boursiers de Londres font partie des perdants de cette réforme. En refusant d’accéder à ma demande de divulguer aux élus la répartition du budget des bourses par pays, l’administration nous empêche de vérifier si la répartition de l’argent public est équitable.

La réforme de la représentation des Français de l’étranger épaissit le millefeuille représentatif et n’a pas tenu compte de l’orientation proposée unanimement par l’AFE. Elle crée des postes de conseillers consulaires dont nous ne connaissons pas les attributions. Pourquoi les députés socialistes des Français de l’étranger tiennent impérativement à vous retirer la possibilité d’élire directement les membres de l’AFE ? Mystère !

Il n’est pas sain qu’un seul parti politique puisse imposer ses vues en matière électorale. La recherche du consensus est préférable pour réformer efficacement. C’est cet esprit qui anime l’équipe du plan Ecole à Londres. Les progrès enregistrés ainsi pour l’enseignement français au Royaume-Uni sont spectaculaires et historiques. Mais pour maintenir cette unité, il faut veiller à ne pas politiser le sujet de l’école.

C’est pourquoi il me paraît important d’obtenir la transparence et la neutralité dans l’attribution des aides publiques accordées aux associations. L’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) s’est opposée à cette démarche suite à l’arrivée du nouveau gouvernement. Cette année encore, les aides aux petites écoles du samedi du programme FLAM sont attribuées par l’AEFE dans la plus totale opacité. Ces petites associations ne doivent pas non plus devenir les otages de parlementaires qui chercheraient à les instrumentaliser politiquement ou les assujettir moralement en contrepartie d’aides publiques complémentaires et discrétionnaires.

En demandant à Bernard Masson, Président de la section britannique de l’association des membres de l’ordre national du mérite, de lire l’appel du 18 juin à Carlton Garden lors des cérémonies commémoratives, notre ambassadeur Bernard Emié a honoré toutes les associations françaises établies en Grande-Bretagne. Merci à toutes celles qui organisent des festivités à l’occasion de notre fête nationale, et toutes mes félicitations à Londres Accueil qui a fêté son 30ème anniversaire avec éclat.

Le mandat des élus à l’AFE a été prolongé d’un an par le parlement, décision validée par le conseil constitutionnel. Je poursuis donc mon action à votre service avec le même engagement et vous souhaite de bonnes vacances.

Fidèlement – Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°18 (avril – juin 2013)

Photo Flickr de Leo Reynolds

CSG sur les revenus immobiliers des non-résidents : la Commission examine la conformité du dispositif

En octobre dernier, je regrettais la décision du gouvernement de maintenir son prélèvement social (CSG) de 15,5 % sur les revenus immobiliers des non-résidents (à effet rétroactif au 1er janvier 2112). Lire : « Le gouvernement fait de l’optimisation fiscale sur le dos des Français de l’étranger » du 01 août 2012.

En effet, ces Français expatriés ne bénéficient pas de la protection sociale française et il n’est donc pas légitime de les astreindre à ce prélèvement.

Claudine Schmid, députée UMP des Français de l’étranger de la 6ème circonscription (Suisse), a pris l’initiative d’interroger la Commission européenne sur le bien-fondé de l’imposition des prélèvements sociaux CSG-CRDS sur les revenus non-résidents.

La réponse de la Commission nous est parvenue : Lettre de la représentation de la Commission du 19 juin 2013 (fichier pdf).

A la lecture du document, nous retenons d’abord que de « nombreuses plaintes » ont été adressées à la Commission à ce sujet, et ensuite que cet organisme s’est déjà penché sur la question. Où en sommes-nous ? Avant de décider « l’ouverture ou non d’une procédure d’infraction », la Commission étudie, en ce moment même, la réponse des autorités françaises à ses interrogations.

Nous sommes reconnaissants à Claudine Schmid de défendre les non résidents au nom de l’équité et de nous informer de l’évolution de la situation.

Photo Flickr de Wendell

Création d’une fédération des écoles Flam au Royaume-Uni

A l’Institut français, les participants partagent leurs bonnes pratiques, lors des premières Rencontres des écoles Flam du Royaume-Uni, le 16 juin 2013

La décision de créer une fédération des écoles Flam est prise ! L’idée a été consacrée dans les salons de l’institut français de Londres, le 16 juin dernier, lors des premières Rencontres Flam. Les nombreux bénévoles présents qui se dévouent pour faire vivre ces « petites écoles du samedi », retiendront que c’était un dimanche et le jour de la fête des pères !

Il faut féliciter Yves Letournel, attaché de coopération pour le français à l’ambassade de France, pour avoir pris l’initiative de cette grande journée pédagogique. Son organisation fut sans faille. Le contenu fut riche d’intérêt pour tous les participants.

La journée du 16 juin 2013 est historique. Elle a permis de créer une structure fédérant les associations Flam du Royaume-Uni. En présentant son projet de comité d’organisation des écoles FLAM, Yves a clairement exprimé le souhait que les associations puissent prendre en main leur propre développement et ne soient plus dépendantes d’une structure administrative. L’attaché de coopération a suscité l’adhésion et la reconnaissance générale !

Yves Letournel, attaché de coopération pour le français à l’ambassade de France, entouré de candidats pour créer une charity qui fédèrera les associations Flam du RU

Quant au planning de la journée, la matinée fut animée par Adeline Douard pour favoriser l’échange d’expériences entre les écoles. Au cours de l’après-midi, divers intervenants ont présenté leur méthodologie avec cet impératif commun de donner aux enfants le plaisir d’apprendre et d’éveiller l’envie de progresser.

Axelle Oxborrow a présenté le diplôme d’études en langue française (DELF Prim) qui récompense le travail des enfants par un diplôme ; Emmanuelle Fournier-Kelly (Maskarade Languages) a expliqué l’intérêt de faire parler les enfants en les amusant ; Tania Czajka (Le Petit Monde) a fait une démonstration pédagogique avec une marionnette ; Anne-Laure Cano (Catfish) a exposé son matériel pédagogique pour les enfants de 5 à 11 ans ; enfin, Gabrielle Gazi (Hachette Education) a détaillé une méthode baptisée « Les Loustics ».

La pyramide d’apprentissage illustre l’objectif de Maskarade : faire parler les enfants en s’amusant puisque que 70% se souviendront de ce qu’ils ont dit.

La journée s’est achevée autour de trois tables rondes, animées par des responsables d’école chevronnées, portant sur ces trois sujets : la gestion d’une école FLAM (Aline McDermott, La Petite Ecole Française d’Elmbridge), celui des programmes éducatifs (Joëlle Simpson, de la Petite Ecole d’Ealing) et, pour finir, celui de la création et de l’animation de l’équipe pédagogique (Hasina Harris, de La Marelle et de l’Ecole Tricolore).

L’assistance étant enchantée et la seule présence de tous ces bénévoles qui mettent tout leur coeur au service de la culture française était émouvant. J’ai voulu en féliciter individuellement le plus possible ! Pour certains parents, ces « petites écoles » sont le seul espace où leurs enfants peuvent pratiquer notre langue.

Dans mon discours, j’ai rappelé les raisons qui avaient conduit Michel Monsauret et moi-même à créer l’objectif n°3 du plan Ecole, dédié au programme Flam. C’était en 2008 et nous voulions mettre en commun diverses expériences pour construire le premier maillon d’un réseau d’écoles bilingues. Résultat, nous sommes passés en 5 ans de 12 à 46 écoles de ce type au Royaume-Uni, ce qui place notre communauté au 1er rang dans le monde !

En démonstration, Tania Czajka, marionnettiste et directrice de la compagnie Le Petit Monde, associe le plaisir et l’éducation

A propos des écoles bilingues, Hasina Harris (La Marelle à Dartford, Ecole tricolore de Bromley) démontre que l’ objectif n°3 participe pleinement à l’atteinte de l’objectif n°2 du plan Ecole avec l’ouverture prochaine de l’école de Bromley Bilingual Primary School.

J’ai également souligné que cette fédération, sous forme juridique de Charity, permettra à l’Administration, représentée par Yves Letournel, de se concentrer sur un rôle de facilitateur.

De leur côté, les représentants des petites écoles FLAM deviennent les véritables leaders de l’objectif 3 du plan Ecole. Ils peuvent organiser leurs réunions et mutualiser les ressources necessaires à leur développement. Pour ma part, je vais agir pour leur permettre de contrôler eux-mêmes les attributions de subventions publiques aux associations Flam. Cet impératif de transparence évitera aux associations de devenir les otages de parlementaires qui chercheraient à les instrumentaliser politiquement ou les assujettir moralement en contrepartie d’aides publiques complémentaires et discrétionnaires.

Je poursuis ainsi mon engagement à les aider sur la voie du libre développement, au sein d’un réseau solidaire et indépendant !

Jean Arthuis veut réveiller l’Europe

J’ai participé au conseil national de l’UDI, ce samedi, qui a adopté dix décisions d’urgence pour combattre la crise en France. La première vise à relancer la croissance et l’emploi.

«Nous voulons une Europe de la croissance, car c’est l’Europe du plein emploi !», nous a déclaré Jean Arthuis, lors de ce conseil.

« Au moment où l’Europe est consacrée par le prix Nobel pour la paix établie sur le continent, l’Europe est le maillon faible de l’économie mondiale. Paradoxe! » déclare le vice-président de l’UDI en introduction.
A l’heure où les partisans des égoïsmes nationaux font valoir avec force leurs propositions démagogiques, beaucoup s’interrogent sur la destinée de l’Union européenne. Jean Arthuis, en charge du projet européen pour l’UDI, nous a proposé une vision pour l’Europe qui aurait plu à ses pères fondateurs.

Il a d’abord rappelé les principes sur lesquels cette Union a été construite, entrainant la nécessité d’une monnaie commune pour mettre un terme à l’instabilité monétaire qui brisait l’emploi.

Jean Arthuis constate que c’est l’absence de gouvernance de la zone euro qui a provoqué les errements budgétaires des pays membres de l’Union Européenne et les effets dont l’Europe souffre actuellement. Il trace une voie: « le cercle de l’euro devrait être le noyau de cristallisation du fédéralisme ». Seule l’Europe peut tenir tête aux Etats-Unis et à la Chine. L’affaire des panneaux photovoltaïques chinois vient justement de révéler publiquement nos dissensions à l’heure où l’Europe a tant besoin d’une politique commerciale favorisant l’emploi. Et pas seulement, « nous avons besoin d’harmoniser nos fiscalités, plaide-t-il, d’harmoniser notre politique environnementale, nos dispositions sociales et nos prélèvements obligatoires ».

En conclusion et clairement, Jean Arthuis prône une orientation de l’Europe vers une intégration politique pour la zone euro. Un second cercle réunissant les 27 pays de l’Union Européenne.

Je vous suggère de regarder cette vidéo de 4 minutes consacrée à l’intervention de Jean Arthuis, au Conseil national de l’UDI du 15/06/2013 au CNIT La défense :

La City de Londres, exemple de succès d’immigration qualifiée

L’immigration professionnelle et étudiante en France a fait l’objet d’un récent débat parlementaire au sénat les 24 avril et 29 mai derniers. Ce débat préfigure un projet de loi sur l’immigration prévu en juillet prochain.

David Blanc

David Blanc, associé chez Vestra Wealth LLP, vice-président de l’UFE GB (Union des Français de l’étranger) et membre du Cercle d’outre-Manche, a publié cette semaine un billet dans Les échos qui reprend le thème du dernier ouvrage du Cercle : « Immigration et Travail : Quelques bonnes pratiques à intégrer ». Le Cercle d’Outre Manche est un groupe de réflexion qui rassemble des dirigeants français de groupes internationaux opérant au Royaume-Uni et en France. Il a pour objectif de mettre en avant les meilleures pratiques des deux pays.

Dans cet article intitulé « Un exemple de succès d’immigration qualifiée : la City de Londres », David nous éclaire sur les bonnes pratiques qui valorisent l’apport d’une immigration qualifiée à une économie. Je vous invite à lire ce texte passionnant consacré à l’histoire de la City de Londres qui repose sur une addition continue de talents rares, souvent venus d’ailleurs…

« Il est utile de rappeler que l’immigration contribue à la prospérité économique d’un pays et c’est une nécessité pour un pays vieillissant, mais il est important de s’accorder sur le fait qu’elle doit être gérée de manière à augmenter les richesses.

Certains pays, comme le Royaume-Uni, ont fait le choix d’une immigration professionnelle qualifiée et ciblée dont l’objectif premier est l’intégration économique au sein de la société. La City de Londres en est une illustration.

Depuis le Moyen Âge, la City, qui n’était à l’origine qu’un vaste marché de poissons et de viandes, n’a jamais cessé d’attirer – et de retenir – les étrangers. Si l’on sait aujourd’hui qu’il s’agit du plus grand centre financier au monde, on oublie trop souvent qu’il s’est bâti grâce des flux d’immigration considérables. » Lire la suite sur le site Le Cercle – Les Echos

Rappelons que David Blanc était intervenu lors d’une table ronde consacrée au financement des entreprises, au cours de la conférence UFE Corporate du 20 octobre 2011, à Ashford (lire : « Conférence UFE Corporate (7) : Tout incite à financer les PME au Royaume-Uni » du 01 décembre 2011).

Le programme de la commémoration du 18 juin

J’invite tous les Français de Londres à se joindre aux associations françaises établies en Grande-Bretagne pour célébrer l’Appel du 18 juin 1940. Cette année encore nous aurons rendez-vous à Carlton Gardens, avant de nous rendre au lycée Charles de Gaulle, puis à l’Institut français, après une courte halte au Bistrot Couture.

10h45-11h45 : Hommage devant la statue du Général de Gaulle

Cérémonie à Carlton Gardens, St James, SW1, organisée par la mission de Défense de l’Ambassade de France. Bernard Masson, Président de la section britannique de l’association des membres de l’ordre national du mérite de France, lira l’appel du 18 juin.

12h15-12h30 : Dévoilement de la vitrine dédiée aux « Pilotes Français Libres » au Lycée Charles de Gaulle, 35 Cromwell Road, South Kensington, organisé par les associations patriotiques du « Devoir de Mémoire ».

13h00-14h00 : Cocktail / Buffet offert par notre consul au « Bistrot Couture » de l’Institut français aux représentants des associations françaises de Grande-Bretagne.

14h30 : Présentation et projection de  « In Search of René Mouchotte » au Cinéma de l’Institut,17 Queensberry Place.
Le film de la BBC réalisé Jan Leeming raconte l’histoire de René Mouchotte, pilote de chasse et héros de guerre qui a rejoint le général de Gaulle dès juin 1940. Accueilli par la RAF il s’est illustré dans les combats aériens aux côtés de ses camarades britanniques et français. Il a commandé l’escadrille « Alsace » en 1943 jusqu’à sa disparition en aôut de la même année.
Ian Reed, directeur du musée de York, viendra nous parler des bombardiers lourds stationnés à Elvington.

J’espère avoir le plaisir de revoir beaucoup d’entre-vous, mardi prochain, dans le cadre de ce programme qui nous réservera quelques belles découvertes.

Photo Flickr de Ed Uthman

Un premier parlementaire UDI élu par les Français de l’étranger

Toutes mes félicitations à Meyer Habib, candidat UDI victorieux à la législative partielle dans la 8ème circonscription des Français de l’étranger (Chypre, Grèce, Italie, Israël, Malte, Saint-Marin, Saint-Siège et Turquie). Il l’emporte largement (53,38%) sur la candidate UMP, Valérie Hoffenberg.

Meyer Habib

Le candidat de l’UDI, Union des démocrates et indépendants, a su rassembler largement après avoir éliminé le candidat PS au premier tour. Son ancrage local semble avoir été décisif. Souhaitons que cette leçon soit retenue à l’avenir par les état-majors parisiens dans le choix de leurs candidats.

Par ailleurs, dans la 1ere circonscription, chez les Français d’Amérique du nord (Canada, Etats-Unis), la revanche éclatante de Fréderic Lefebvre, candidat UMP, avec 53.72% des voix sur le candidat PS est aussi une excellente nouvelle. L’opposition s’est rassemblée grâce au soutien sans faille de Damien Regnart, élu AFE des Etats-Unis, et de Louis Giscard d’Estaing (UDI).

Ces résultats démontrent que le gouvernement n’est plus suivi par les électeurs. La majorité PS au parlement s’érode à la faveur de chaque scrutin partiel. J’espère que le gouvernement prendra en compte ces désaveux successifs et changera sa ligne politique.

Découvrir tous les détails des résultats sur le site France Diplomatie

L’Institut français de Londres sollicite votre participation pour rénover sa médiathèque

La salle de lecture Art déco de l’Institut est la plus grande bibliothèque française à l’étranger

Pour les Londoniens, le bâtiment de l’Institut français situé à South Kensington est un point familier de leur décor, un repère visuel à l’architecture pittoresque, un témoignage illustre de l’Art déco, un coin de France vibrionnant de pratiques culturelles (lire : « Le bâtiment de l’Institut français méritait bien un film » du 06 septembre 2012).

La médiathèque de l’Institut, qui abrite la superbe salle de lecture Art déco datant de 1939, a besoin de faire une cure de jouvence. Je me joins à Laurent Burin-des-Roziers, conseiller culturel, pour en appeler à votre soutien financier.

Le 22 mai dernier, j’étais à ses côtés pour soutenir la démarche de collecte de fonds au cours d’une soirée de présentation du projet de rénovation auprès des grands donateurs traditionnels de l’Institut. Pour notre grand plaisir, le comédien Christian Clavier était de la partie.

Christian Clavier et Laurent Burin-des-Roziers, conseiller culturel, lors de la soirée de présentation du projet de rénovation du 22 mai 2013

L’institut est déjà parvenu à lever £200,000 grâce au Trust des Amis de l’Institut français, ainsi qu’aux dons des particuliers, entreprises et fondations. C’est notable et encourageant, mais nous n’en sommes qu’à mi-parcours puisqu’il manque environ £200,000 pour lancer à l’automne prochain la rénovation de locaux d’exception, patrimoine classé.

Les travaux devraient s’articuler en trois étapes, sur la période 2013-2015 :
– Restitution de l’architecture Art déco d’origine à la salle de lecture (parquets, vitraux, boiseries)
– Création d’un deuxième niveau dans la bibliothèque pour enfants
– Création d’un « pôle étude et création », espace dédié au cinéma, à la musique et à l’apprentissage du français
Par ailleurs, toute la médiathèque sera équipée des dernières technologies : matériel audiovisuel, tableaux blancs interactifs, tablettes aux contenus préchargés…
Pour plus d’information, lire « IFRU – Renovation de la Mediatheque DEF » (fichier pdf) ou vous rendre sur le site sur la page Rénovation.

Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Tous ceux qui souhaitent aider l’Institut Français à mener à bien cette rénovation sont les bienvenus. Merci d’adresser vos dons en vous rendant sur cette page internet dédiée chez BigGive

La MFE publie les résultats de l’enquête 2013 sur les Français expatriés

Je vous avais incité, il y a quelques mois, à participer à la quatrième édition de l’enquête de la Maison des Français de l’étranger (MFE) qui a permis de recueillir le témoignage de près de 9.000 Français expatriés !

Les résultats de l’enquête sont désormais accessibles à tous : Enquete expatriation 2013 (fichier pdf).

Rappelons qu’il y a plus de deux millions de Français hors frontière. Au 30 avril 2013, on comptabilisait 1.610.000 de nos concitoyens inscrits au Registre mondial des Français établis hors de France. Le complément vient de l’estimation des postes consulaires qui signalent quelque 500 000 Français « non inscrits »

Les informations fournies par l’enquête sont précieuses pour l’Administration parce qu’elles lui permettent de cerner l’évolution des besoins des expatriés dans le but de mieux calibrer l’offre des consulats en termes d’accueil et de traitement des demandes. En effet, la population française établie à l’étranger a progressé sur un rythme annuel de 3 % à 4 %, ces dix dernières, nous apprend aussi l’étude.

Pour les consulats, cette croissance a signifié un afflux de nouveaux inscrits oscillant entre 100.000 et 115.000 Français chaque année. L’administration a donc dû gérer ce flot de nouvelles sollicitations puisqu’une large majorité d’expatriés s’est déjà adressée à l’administration consulaire. Le premier sujet de contentement porte sur la qualité de service : une majorité des usagers se déclare satisfaite des services rendus. La proximité est l’autre atout de l’administration, l’étude soulignant, à juste titre, « la densité exceptionnelle du réseau consulaire français » (au total plus de 230 postes consulaires, et plus de 500 agences consulaires).

Je vous laisse le plaisir de découvrir les résultats détaillés de l’enquête concernant le profil des expatriés, leurs motivations ou encore leurs destinations.

On retiendra que le principal motif de l’expatriation est le travail. L’expatriation est en effet de nature professionnelle dans plus d’un cas sur deux, « ce qui n’exclut pas le désir d’enrichissement culturel », commente l’étude. Une fois sur place, près de 8 expatriés sur 10 travaillent … et gagnent pour plus de la moitié (57 %) plus de 30.000 € nets par an. Sur un plan familial, ajoutons que les conjoints des expatriés sont souvent actifs et que plus de la moitié des expatriés interrogés (59 %) a au moins un enfant.

A propos des zones d’expatriation, l’Europe occidentale est la première destination des expatriés, suivie par la région Afrique francophone, puis par l’Asie-Océanie en troisième position.

On ne peut que se féliciter de pouvoir disposer d’un tel outil grâce à l’initiative du ministère des Affaires étrangères, dont dépend la MFE qui, rappelons-le, a pour mission d’informer tous les Français envisageant de partir vivre ou travailler à l’étranger (Lien vers les résultats de l’enquête sur le site de la MFE).

Photo Flickr de Stuart Boreham