Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Le métro transmanche, un projet toujours à quai.

Pourquoi le projet du métro transmanche n’avance-t-il pas ? Pourquoi une espérance si largement partagée, regroupant citoyens, entreprises, élus, et orientée vers le bien commun peine-t-elle à éclore ? Pourquoi les décideurs ne nous paient que de mots ? Parce que la démocratie, le pouvoir par le peuple, s’est laissée obscurcir par la technocratie, serait-on tenté de conclure dans un moment de découragement…

Richard Honvault, Olivier Cadic et Catherine Fournier au café Citoyen de Boulogne sur Mer

Richard Honvault, Olivier Cadic et Catherine Fournier au café citoyen de Boulogne sur Mer

Richard Honvault, lui, ne se décourage jamais. Candidat à la mairie de Boulogne sur Mer, dont il est conseiller municipal, il a organisé vendredi dernier un café citoyen sur le thème « comment sortir les Boulonnais du tunnel ? ». Richard m’a invité à cette rencontre, ce que j’ai accepté avec d’autant plus plaisir que je retrouvais Catherine Fournier, maire de Frethun et porte-étendard de ce combat pour le métro transmanche. L’enjeu est de taille, puisque ce nouveau moyen de transport ne peut que booster la performance sociale et économique de la côte d’Opale.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit de créer une catégorie de travailleurs transfrontaliers entre la France et l’Angleterre, plus précisément entre le Kent qui manque de main d’oeuvre et le Nord Pas-de-Calais qui se débat avec un taux de chômage très élevé atteignant des pics supérieurs à 15% à Boulogne/Mer et Calais.

Les travailleurs transfrontaliers présentent la particularité de traverser une frontière le matin, pour aller travailler, et le soir, pour rentrer chez eux. L’Allemagne, la Suisse ou la Belgique, par exemple, accueillent journellement un flot de Français.

Entre le Kent et la côte d’Opale, séparés par quelques kilomètres d’eau salée, aucun phénomène de ce type. Le moyen est cependant à portée de main : le tunnel sous la Manche. Le tunnel et non pas l’Eurostar, de toute façon hors de prix pour jouer les navettes entre Calais et Ashford. Voilà l’astuce : le tunnel n’est utilisé qu’à 52% de ses capacités, une marge suffisante pour ajouter quelques trains régionaux , afin de transporter des travailleurs transfrontaliers, à prix modique et en 30 minutes.

Par ailleurs, les résidents du Kent se réjouiraient de pouvoir se rendre en France aussi simplement qu’ils se rendent à Londres. Cette navette multiplierait les échanges et dynamiserait le commerce local des deux cotés de la Manche.

J’ai souligné à Boulogne sur Mer que la volonté des élus et des acteurs économiques n’avait pas faibli et que le bien-fondé du projet n’avait fait que se renforcer. Mais le temps a filé ! Il y a deux ans déjà, les médias s’emparaient avec enthousiasme du dossier, pour ne citer que la Voix du Nord (« Le métro Transmanche sur de bons rails ? », le 14 décembre 2011) et France 3 (lire : « Le métro transmanche s’invite sur France 3 » du 23 novembre 2011).

Deux ans déjà que notre sénatrice des Français établis hors de France, Joëlle Garriaud-Maylam, avait obtenu du ministre des Transports, Thierry Mariani, « un avis extrêmement favorable » ainsi que « de précieux encouragements aux porteurs du projet » (lire : « Le gouvernement acquiesce au projet de métro transmanche » du 14 décembre 2011).

A l’époque, on osait espérer notre métro pour les Jeux olympiques de Londres ! Et puis, rien de bien concret. En mai dernier, Edouard Braine, notre ancien consul général de Londres a rappelé qu’avant de devenir un projet économique, ce projet est éminemment politique (lire : « Emploi : Un métro transmanche nommé désir ! » du 21 mai 2013)

L’élan observé en fin d’année 2011 pour le métro transmanche s’est frigorifié au contact du conservatisme de gauche conforté en 2012, combiné à l’apathie du ministre chargé des Transports, Frédéric Cuvillier. Il s’était fait représenter par un sous-préfet pour débattre avec moi sur la question en mai 2013. On comprend que de nombreux élus de gauche freinent des quatre fers plutôt que de faciliter ce projet. Alors ministre du gouvernement Jospin, Martine Aubry, maire de Lille, déclarait « qu’il valait mieux être chômeur en France que travailleur en Angleterre ».

L’espoir doit vivre. Richard Honvault ne se résigne pas à voir sa ville passer à 45% de logements sociaux alors que les forces vives commencent à déserter et que la population décline. En soutenant cette idée de transfrontalité au service de l’économie locale et de l’emploi, Richard Honvault est un élu visionnaire et volontariste en matière d’action publique.

En défendant avec énergie l’idée du métro transmanche et en œuvrant pour une mobilisation populaire en faveur de ce projet, Richard Honvault multiplie les propositions économiques pour rendre son lustre d’antan à Boulogne/mer. Cela n’a pas échappé à la Voix du Nord qui décrit: « Démographie en berne, perte d’attractivité du centre-ville, crise économique et entreprises en difficultés, déclin du port, mauvaises relations avec la CCI… la liste est longue. Aux électeurs de lui faire confiance en mars prochain s’ils veulent retrouver fierté et panache ».

Voilà pourquoi j’appelle les habitants de Boulogne-sur-Mer à voter en faveur de Richard Honvault lors des prochaines élections municipales.

Mon Infolettre n°21 de janvier est disponible

Infolettre n°21J’ai eu plaisir d’adresser à un grand nombre d’entre-vous mon Infolettre n°21 qui liste les articles publiés en fin d’année 2013 et début 2014, regroupés par rubriques.

A l’attention des non-abonnés, je vous reproduis, ci-après, l’éditorial.

Madame, monsieur, chers compatriotes,

A l’aube de cette nouvelle année, je vous présente mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de réussite, pour vous-même et tous ceux qui vous sont chers. A toutes et à tous, une très belle année 2014 !

Centenaire de la Première guerre, 70ème anniversaire du Débarquement, 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin, l’année 2014 va raviver notre devoir de mémoire. Le 11 novembre dernier, notre ambassadeur Bernard Emié nous a invité à réfléchir à ces paroles de Winston Churchill : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre».

A chacune de mes réunions publiques en dehors de Londres, les participants se plaignent de la difficulté à renouveler un passeport. Ils illustrent tout le bien-fondé du combat du député Meyer Habib, en faveur d’un « choc de simplification », notamment au sujet des passeports. De son côté, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam a interrogé le Gouvernement sur les modalités de mise en œuvre du dispositif « Itinera » de recueil à distance des données biométriques destiné aux Français souhaitant renouveler leur passeport et ne pouvant se rendre au consulat en raison de l’éloignement. Et pour cause. Les deux valises Itinera reçues à Londres en 2011 et 2012 étaient défectueuses ! Celle reçue en novembre 2013 sera testée en janvier. Je souhaite que la patience de tous ceux qui attendent ce système mobile soit récompensée dès février.

De la patience, il en faudra aux non-résidents qui acquittent une CSG (contribution sociale généralisée) de 15,5% sur les revenus du capital de source française (revenus fonciers et plus-values immobilières). La Commission Européenne a ouvert une procédure d’infraction contre la France à ce sujet mais le Conseil d’Etat a saisi la Cour de justice de l’Union européenne afin de l’interroger sur l’application du Règlement (CEE) sur les prélèvements sociaux. L’action de la commission est donc suspendue dans l’attente du jugement de la Cour Européenne.

Protectrice de ses concitoyens, l’Union européenne a reçu le prix Nobel fin 2012 pour avoir fait avancer la paix, la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe. Elle nous donne rendez-vous le dimanche 25 mai 2014 pour l’élection des députés français au Parlement européen. Le même jour auront lieu les élections consulaires. Olivier Chambard et Pierre-Alain Coffinier, consuls généraux de Londres et d’Edimbourg auront besoin d’un grand nombre de volontaires pour faire fonctionner les bureaux de vote. Nous comptons sur vous.

Fidèlement, Olivier Cadic

Accédez à l’infolettre n°21 (décembre 2013 – janvier 2014)

Photo Flickr de Leo Reynolds

Rencontre avec Yves Jego à Londres : L’UDI, une certaine idée de l’Europe

Chers compatriotes, chers amis,

Le Club UDI de Londres a le plaisir de vous convier à une rencontre avec Yves Jégo, délégué général de l’UDI, député-maire de Montereau et ancien ministre

Le thème abordé sera le suivant :

L’UDI, une certaine idée de l’Europe
Evénement reporté à une date ultérieure avec toutes nos excuses
Université de Westminster, Marylebone Campus, Wood lecture Theatre,
35 Marylebone Road,  London NW1 5LS (Métro : Baker Street)
(entrée située en face du musée de Mme Tussaud)

Yves Jégo

Yves Jégo

L’UDI, la nouvelle formation politique qui rassemble la famille centriste, est la plus populaire aux yeux des Français selon un récent sondage BVA (lire : « L’UDI organise son réseau à l’étranger et lance le club UDI-Royaume-Uni » du 02 novembre 2013).

Refonder une Europe plus intégrée et fédérée, protectrice de ses concitoyens et mieux armée dans la compétition internationale est la première priorité de l’UDI.

A moins de quatre mois de l’élection européenne, cette rencontre avec Yves Jégo sera l’occasion d’échanger sur les enjeux de cette grande échéance pour la France et l’avenir de l’Europe.

La rencontre sera suivie du verre de l’amitié.

Les portes ouvriront dès 18h00 pour une séance dédicace du livre d’Yves Jego : « La Campagne de France 1814 ».

L’entrée est libre, mais nous vous remercions de bien vouloir nous informer de votre présence par e-mail : clubroyaumeuni@parti-udi.fr

Eddy Hasson, Français libre, nous a quittés

Il aurait eu 100 ans, le 4 septembre prochain.

Eddy Hasson et Olivier Cadic

Eddy Hasson et Olivier Cadic

Eddy Hasson venait d’être nommé chevalier de l’ordre national du Mérite, lors de la toute dernière promotion. Trop juste pour recevoir sa décoration des mains d’un représentant de la République. Eddy était rompu à cet exercice puisqu’il collectionnait les distinctions, avec cette particularité d’avoir gagné ses premières médailles au feu de l’ennemi. Eddy a rejoint les Forces françaises libres à Londres le 1er juillet 1940, soit moins de deux semaines après l’appel du Général de Gaulle sur les ondes de la BBC. Eddy était un héros de guerre.

Né en Turquie, il a bourlingué avant de s’établir en Angleterre auprès de son épouse Gwen et de devenir un membre actif et singulier de notre communauté française. Chaleureux, drôle, attentif à tous, l’homme savait donner de la saveur à chaque instant, comme ceux qui ont survécu aux bourrasques de l’Histoire.

Derrière l’homme, c’est le soldat qui s’incarnait lors de chaque cérémonie officielle. Ces rendez-vous étaient importants pour Eddy. Pas pour lui-même, pas pour la gloriole, loin de là, mais importants pour la France d’aujourd’hui, pour les copains d’hier, pour le devoir de mémoire, en somme.

Eddy était un personnage, comme on dit. Brigitte Williams, déléguée de la « Fondation de la France Libre » m’a confié que le 14 décembre 2013, au matin du jour de son départ, il lança avec un large sourire à l’infirmière : « Vous avez de beaux yeux ! ». Il laisse ici-bas un grand vide et des amis emplis de tristesse.

Plusieurs pages lui sont consacrées dans le livre d’Eric Simon « Londres, au fil de la France Libre ». Sous le coup de la nouvelle, l’auteur m’a adressé ces quelques lignes en hommage à Eddy :

Eddy Hasson, notre légionnaire

À chaque commémoration, Eddy, coiffé de son képi blanc portait le drapeau des anciens combattants, arborant avec fierté son insigne de la France Libre au revers de son veston. Eddy était un personnage droit, discret. Sa vie, c’était celle d’un jeune immigré qui avait découvert notre pays en 1919 et qui lui donna beaucoup. Des sables du désert, en passant par les plages de Narwick, jusqu’à sa petite maison d’Ealing, il devait se donner sans cesse à sa communauté. Chez lui, sur les murs, on pouvait voir des témoignages signés par le général de Gaulle, des décorations gagnées au combat. Eddy Hasson Légionnaire

Eddy remontait notre moral à grands coups de bonne humeur et d’humour. Son dernier combat aura été pour Gwen, son épouse malade. Homme de devoir, volontaire déterminé, Eddy passa les dernières années de la guerre à aider à déterrer les cadavres des victimes des bombardements. Nul ne l’a jamais entendu gémir ou se plaindre; nul ne l’a jamais entendu se vanter. Pauvre Eddy, soldat, légionnaire, chanteur d’opéra, artiste, tu nous as quittés au moment même où la France venait de te faire chevalier de l’ordre du Mérite ! Tu nous as quittés dans la discrétion, sans qu’un drapeau tricolore orne ton cercueil et c’est dommage. Merci de nous avoir considérés comme tes amis !

Éric Simon

Photo : Eddy Hasson, entouré d’Eric Simon et Brigitte Williams, déléguée de la Fondation de la France Libre

Pour en connaitre davantage sur la vie d’Eddy, je vous invite à lire son portrait réalisé par Julie Philippe, l’an dernier, et publié dans Lepetitjournal : « Eddy, combattant poète de la seconde Guerre mondiale » du 28 juin 2012

Gala de bienfaisance du CFBL, le 1er février 2014

Vous êtes invités, dès à présent, à réserver cette date importante sur votre agenda.

Soirée de gala du Collège Français Bilingue de Londres
Samedi 1er février 2014 aux Grand Connaught Rooms
A partir de 18h30 (ou 17h pour vivre France-Angleterre de Rugby)

Pour toute information, veuillez visiter le site du gala 2014.

Affiche Gala CFBL 2014Par ailleurs, les organisateurs font un appel aux dons pour la vente aux enchères silencieuse qui a lieu pendant le dîner. Toutes les idées sont les bienvenues : objets ou services, consommables ou œuvres d’art. Pensez que votre générosité peut être l’opportunité de faire connaitre vos activités au sein de notre communauté.

Cette seconde édition prend très bonne forme, nous dit Elisabeth O’Regan, présidente de l’association des parents d’élèves du CFBL, avec des innovations, des surprises, bref tout sera encore mieux que la première fois (lire : « Le premier diner de gala du CFBL » du 11 octobre 2012).

Les fonds recueillis serviront à alimenter l’opération Orphée, un projet formidable qui vise à faire chanter un opéra aux 700 élèves du collège sur une scène londonienne, en juin prochain  (lire : « Le CFBL lance l’opération Orphée » du 18 décembre 2013).

On rappelle que le premier diner de gala a servi à financer les £18.000 du projet « cour verte » qui devrait s’achever en 2015 pour donner un cadre de verdure aux élèves. En outre, votre générosité a permis de créer un fonds de solidarité au profit des parents ne pouvant couvrir la participation de leurs enfants à des voyages éducatifs (5000£) , ainsi qu’un « welfare fund » dont la responsabilité a été confiée à Sophie Routier pour aider les parents ne pouvant faire face aux frais de scolarité (7000£).

Ouvert en 2011, le Collège Français Bilingue de Londres (CFBL) a atteint sa pleine capacité et accueille plus de 700 élèves en primaire et en secondaire. Il est le deuxième établissement scolaire francophone de Londres, après le Lycée Charles de Gaulle.

A l’instar du lycée de Gaulle, l’établissement bénéficie de l’épatant dynamisme de ses parents d’élèves, multipliant les projets : lire le petit abécédaire des activités sur le site de l’association des parents d’élèves du CFBL.

L’année 2014 va raviver notre devoir de mémoire


En 2014, les peuples des cinq continents vont commémorer le centenaire de la Première guerre. On se souviendra aussi du 70ème anniversaire du Débarquement de Normandie.

Bernard Emié, ambassadeur de France, et Olivier Cadic au cimetière de Brookwood, devant le monument où figurent les noms des 226 Français Libres, aviateurs, marins et soldats

Bernard Emié, ambassadeur de France, et Olivier Cadic au cimetière de Brookwood, devant le monument où figurent les noms des 226 Français Libres, aviateurs, marins et soldats

Qu’est-ce que le devoir de mémoire ? Ne pas oublier ceux qui ont payé de leur vie notre liberté, a dit Bernard Emié, notre ambassadeur, le 11 novembre dernier devant la statue de maréchal Foch à Grosvenor garden.

Quelques drapeaux qui claquent au vent, un air de clairon qui fige l’assistance, des paroles protocolaires… la mise en scène peut paraitre bien sommaire, mais le sens est profond, abyssal même. « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre », pensait Winston Churchill, lui, qui a vécu les deux guerres. Il suffit à notre bonheur que les soldats portent des uniformes de parade et des fusils vides, parce que « c’est avant tout la paix que nous célébrons aujourd’hui », a rappelé Bernard Emié dans son discours.

Au cours de la Grande guerre, un million trois cent mille soldats français, de tous âges et de toutes conditions, ne sont jamais revenus dans leurs foyers. « Sacrifice ultime », « morts au champ d’honneur », nous les payons de mots, certes, mais perpétuer leur souvenir fait assurément avancer l’humanité. Cent ans après, nous partageons la même monnaie avec l’Allemagne…

Lors des cérémonies de l’Armistice, notre ambassadeur de France à Londres s’est rendu, pour la première fois, au cimetière de Brookwood, le plus grand d’Angleterre, où reposent plus de 5000 combattants de toutes nationalités.

Brookwood 1 nov 2013

Bernard Emié salue Guy Audibert, pdt de l’association des Anciens combattants. En arrière-plan, Olivier Renard, pdt du Souvenir Français au Royaume-Uni. Au premier-plan, le contre-amiral Henri Schricke, élevé au rang d’officier de la légion d’honneur, le jour même, par notre ambassadeur.

Bernard Emié s’est recueilli devant le carré français où se projette l’ombre de la croix de Lorraine lorsqu’un rayon de soleil parait. Ce plan de verdure regroupe « 226 tombes des Forces françaises libres, marquées par la croix latine, le croissant ou l’étoile de David », nous a-t-il fait observer en expliquant que « les hommes et les femmes de la France Libre, par leur exil patriotique, sont venus servir l’espoir et l’ambition d’une France fidèle à elle-même, celle qu’incarnait le Général de Gaulle ».

Ils sont morts « pour une certaine idée de la France » a-t-il résumé, en citant ces mots célèbres du Général.

Cette vision gaullienne de la France outrepasse largement le cadre guerrier : elle a suffisamment de chaleur et de lumière pour rappeler le peuple français à son propre destin.

Nous l’avons compris lorsque l’ambassadeur nous a lu ce fameux extrait des Mémoires de Guerre: « La France n’est réellement elle-même qu’au premier rang : que seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même ; que notre pays tel qu’il est, parmi les autres, tels qu’ils sont, doit, sous peine de danger mortel, viser haut et se tenir droit. Bref, à mon sens, la France ne peut être la France sans grandeur ».

Après la cérémonie, notre ambassadeur s’est rendu dans le pub de Brookwood pour partager le verre de l’amitié avec nos anciens combattants.

Sa venue à Brookwood constitue un geste fort qui a touché tous ceux qui sont attachés au devoir de mémoire. Lire Discours de Bernard Emié – Cérémonie du souvenir au cimetière militaire de Brookwood – 2013 (fichier pdf)

Red Carpet Day Report (7) : Pour le fisc français, les honnêtes gens sont-ils des fraudeurs qui s’ignorent ?

Lorsqu’on vient sonner à votre porte à l’aube, c’est rarement bon signe. Vous risquez de trouver, sur votre paillasson, quelques spécimens de cette France qui se lève tôt : les agents du fisc et les gendarmes. Sous le regard interloqué de votre famille, il faut d’abord faire bonne figure et se montrer rassurant. Il doit s’agir d’un malentendu. Du reste, vous avez la conscience tranquille et vous avez toujours prôné le respect vis-à-vis de l’autorité publique. Mais, petit à petit, et c’est tout naturel, vous allez vous sentir envahi par un sentiment d’indignation, surtout au moment où les « Men in Black » décident de monter à l’étage pour fouiller la chambre de vos enfants.

Catherine Fournier, maire de Frethun, fut "victime" d'un contrôle fiscal dont elle a fait le récit devant une assistance médusée

Catherine Fournier, maire de Frethun, fut « victime » d’un contrôle fiscal dont elle a fait le récit devant une assistance médusée

Catherine Fournier a vécu cette expérience, comme tant d’autres entrepreneurs installés en France et qui ont des activités à l’international. Elle a accepté de témoigner en préambule de l’intervention d’Alain Marchand, lors du Red Carpet Day, à Paris.

Catherine est maire de Frethun, une petite commune du Pas-de-Calais, depuis 1995. Elle est connue pour organiser chaque année en octobre, dans sa ville, les « Rencontres jobs transfrontaliers » où des entreprises du sud-est de l’Angleterre, mais aussi de Belgique ou de la Côte d’Opale viennent proposer des centaines de jobs ou de stages.

Catherine est aussi chef d’entreprise qui, avec son mari, a voulu étendre ses activités en Angleterre, à quelques minutes de Frethun à vol d’oiseau. Mal lui en a pris. L’établissement en question n’a pas fait l’objet d’un redressement sur la notion « d’établissement stable », mais l’Administration ne s’est pas privée d’effectuer un contrôle sur ses autres sociétés.

Ne rentrons pas dans les détails d’une affaire pour laquelle elle fut totalement blanchie.

Le souvenir, lui, reste indélébile. Pour elle-même, pour ses enfants, ses voisins, ses salariés, disons tous ceux qui l’ont vue passer sous petite escorte.

Epilogue de l’histoire. Catherine fut invitée à se rendre sur le parking de l’administration fiscale pour la restitution de ses documents. N’y voyez pas une ultime brimade ! Non. Il est simplement plus facile de transférer des cartons de documents d’un coffre de voiture à l’autre. Des documents remis en vrac, pèle mêle. Debout devant ses cartons, taraudée par une envie de démarrer en trombe et de mettre un point final à ce mauvais feuilleton, Catherine a pourtant dit non. Elle a exigé et obtenu de l’Administration le tri des pièces saisies.

Le sourire et l’humour de Catherine ont empêché l’assistance de se congeler d’anxiété. Les applaudissements n’en furent que plus chaleureux et nourris lorsqu’elle céda la tribune à Alain Marchand, expert en fiscalité internationale.

Sur le plan des libertés publiques, Alain Marchand est clair : « il y réellement péril en la demeure » pour le contribuable. Et les atteintes aux libertés individuelles se font de plus en plus « violentes » souligne celui qui fut, lui-même, inspecteur des impôts pendant dix ans, dans les années 70.

L’explication d’une telle dérive relève en premier lieu de « l’apathie complice de tous les législateurs successifs depuis une quinzaine d’années », puis, s’ajoute l’évolution technologique et l’ouverture des marchés qui ont sérieusement compliqué la tâche du fisc. En effet, à l’époque d’internet, l’impôt repose toujours sur le principe de la territorialité, sanction pénale à la clé. Face à la dématérialisation, une tendance de fond conduit à une sévérité accrue des contrôles, prévient Alain Marchand.

Enfermé dans sa paranoïa, le fisc finit par "rendre douteux ce qui est légal", explique Alain Marchand, avocat fiscaliste international

Enfermé dans sa paranoïa, le fisc finit par « rendre douteux ce qui est légal », explique Alain Marchand, avocat fiscaliste international

De plus en plus d’exemples, dramatiques et ubuesques, montrent que cette tendance lourdement répressive vire carrément à la « paranoïa fiscale ».

A côté des procédures traditionnelles de droit commun ont émergé des procédures « coup de poing » (droit de visite, flagrance fiscale), en même temps qu’un renforcement des moyens (police fiscale) et des sanctions.

Consterné, Alain n’hésite pas à faire un parallèle avec la « loi des suspects » votée le 17 septembre 1793 sous la Terreur ! Tous les suspects devaient être immédiatement arrêtés. Le texte étendait la qualité de suspect à « ceux qui n’ont pas constamment manifesté leur attachement à la révolution » ! Bref, tout le monde, potentiellement.

Ce climat anxiogène est funeste pour la vie des affaires, puisqu’il « rend douteux ce qui est légal », stigmatise Alain.

Un exemple, basé sur un fait réel : vous avez créé une entreprise au Royaume-Uni et vous rentrez le week-end en France pour retrouver votre famille. Tout est absolument légal dans votre vie. Mieux vaut ne pas transporter un ordinateur portable qui pourrait prouver que vous gérez, de fait, votre organisation anglaise depuis la France…

Seule la poursuite de la construction européenne pourra restaurer nos libertés, du moins on peut l’espérer. Pour Alain Marchand, il ne faut rien attendre de gouvernements qui justifient leur pouvoir inquisitorial par une « connotation moralisante » qui fait mouche dans l’opinion publique, à fortiori en période de crise.

De nombreux témoignages de harcèlement fiscal à l’encontre d’entrepreneurs travaillant à l’international depuis la France me sont parvenus ces derniers mois. J’ai évoqué cette question lors de mes rencontres, en septembre dernier à Bercy, avec Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, puis à l’AFE avec Fleur Pellerin, ministre des PME. Les deux m’ont répondu que le ministre du Budget devait faire rentrer dans les caisses de l’état plusieurs milliards d’euros « pris sur la fraude fiscale ».

L’administration fiscale met sous pression nos entrepreneurs exportateurs car elle ne peut contrôler l’intégralité de leurs opérations situées à l’étranger.
Le Red Carpet Day a permis de prendre conscience de cette réalité. Merci à Catherine Fournier et Alain Marchand d’avoir décrit cette situation avec objectivité.

Jeremy Burton, consul honoraire au service des Français de Leeds

Chaque année à la même période depuis mon élection à l’AFE, je me rends dans le Yorkshire. Je suis très attaché à ce voyage tant j’ai plaisir à retrouver la petite école de Leeds que je vois grandir depuis 2006.

Olivier Cadic et l'équipe de la Petite école de Leeds : Fabienne Harrigan, Céline Faure, Olivia Neligan, Jeremy Burton

Olivier Cadic, l’équipe de la Petite école de Leeds : Fabienne Harrigan, Céline Faure, Olivia Neligan et Jeremy Burton, consul honoraire (18 nov. 2013)

En novembre dernier, une réunion publique m’a permis de discuter avec les parents de tous les sujets qui les préoccupent. Comme je vous l’avais annoncé, j’ai eu le privilège d’être accompagné par Jeremy Burton, consul honoraire de Leeds, dans les locaux de la Petite école de Leeds (lire : « Invitation à deux réunions publiques à Leeds » du 18 novembre 2013).

Nous avons été chaleureusement accueillis par Olivia Neligan qui, avec Fabienne Harrigan et Céline Faure, constituent la nouvelle équipe dirigeante de l’école. Fondée en 2005 par Patricia Lefèvre, Catherine Blain et Corinne Lapierre, elle regroupe 120 élèves tous les samedis matin répartis en neuf classes de niveaux différents (de la maternelle à la classe ado, équivalent de la 6ème) pour découvrir la langue française à travers diverses activités.

Lors de la réunion d’information proprement dite, les participants se sont plaints de la difficulté à renouveler un passeport. Jeremy Burton a mis en relief les disparités de traitement administratif par les pays d’Europe pour établir le même document à l’attention de leurs ressortissants.

Le Royaume-Uni se satisfait d’une demande de renouvellement du passeport électronique par La Poste ; L’Allemagne permet aux consuls honoraires de prendre les empreintes biométriques contre 30 euros de défraiement ; la France, quant à elle, impose le déplacement de ses expatriés au consulat général, sauf pour les mineurs de moins de 12 ans…

Les participants ont plébiscité le modèle allemand : payer 30 euros au lieu de se rendre au consulat de France à Londres !

Entourés par Isabelle Emié et Bernard Emié, ambassadeur de France au Royaume-Uni, Jeremy Burton arbore sa Légion d'honneur à coté de son épouse Martine

Entourés par Isabelle Emié et Bernard Emié, ambassadeur de France au Royaume-Uni, Jeremy Burton arbore sa Légion d’honneur à coté de son épouse Martine.

Cette réunion a permis aux Français de Leeds de saluer aussi unanimement l’hommage que la République vient de réserver à Jeremy Burton, en le décorant des insignes de l’Ordre national de la Légion d’honneur, par l’entremise de notre ambassadeur Bernard Emié.

La cérémonie a eu lieu à Londres il y a deux mois. Notre ambassadeur a vu en Jeremy « l’incarnation de notre diplomatie d’influence ».

Son engagement au service de la France s’est officialisé en 1985. En effet, depuis bientôt 30 ans et à titre bénévole, Jeremy est le consul honoraire de France à Leeds, ville qui l’a vu naitre en 1951.

Sa mission consiste à rapprocher nos services publics de la communauté française du  nord du Royaume-Uni. Sous l’autorité du consul général de Londres, il est ainsi habilité entre autres à délivrer des procurations de vote ou remettre des passeports (lire : « La remise des passeports confiée aux consuls honoraires » du 13 septembre 2010). D’une manière générale, il apporte assistance aux Français vivant sur place ou à ceux de passage, notamment auprès des autorités locales.

Au-delà de ses attributions administratives, le consul honoraire joue le rôle d’un diplomate local au service des intérêts de la France. Ils sont une vingtaine au Royaume-Uni à agir quotidiennement avec talent et abnégation au service de nos compatriotes éloignés de Londres.

Lorsque l’ambassadeur,  Bernard Emié, a brossé le portrait de cette « personnalité si attachante », chacun a mesuré la profondeur et la latitude avec laquelle Jeremy conçoit son rôle. Diplomatie économique, culturelle ou encore diplomatie des territoires, égrena notre ambassadeur. Concrètement, lorsque le Tour de France  va prendre le départ à Leeds, le 5 juillet 2014, ou encore lorsque Lille et Leeds décident de tisser des liens particuliers, c’est que Jeremy a mis son grain de sel, dirons-nous seulement pour ménager sa modestie.

J’ai été très heureux de pouvoir adresser mes plus vives félicitations à Jeremy Burton à la Résidence de France puis en compagnie de nos compatriotes de Leeds pour lesquels il ne ménage ni son temps, ni ses efforts.