Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

HEBDOLETTRE n°99 – La victoire de la démocratie sur la technocratie (édito) – Conférence UDI-FDP-ALDE : allumage du moteur parlementaire franco-allemand ! (Vidéo) – Conférence des territoires de l’UDI avec Jean-Louis Borloo – Sénat : débat sur la réforme de la CFE, Caisse des Français de l’étranger (Vidéo) – Commission Défense : journée immersion à la Légion au camp de Carpiagne – Colloque hydro-diplomatie au Sénat : le bassin du Nil (compte-rendu) – En circonscription CAMBODGE – Phnom Penh & Siem Reap / 4 – 8 janv. 2018 – En circonscription THAÏLANDE – Bangkok, Pattaya, Leam Chabang, Phuket / 8 – 13 janv. 2018 – L’écho des circos décembre 2017 : Vietnam, Égypte, Irak, Liban, Soudan, Corée du Nord – République Serbe – L’écho des circos janvier 2018 : Arménie, Canada, Liban, Afrique du Sud – Djibouti, Vietnam, Australie, Corée du Nord.

Lire : l’HEBDOLETTRE n°99 – 27 février 2018Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°99

La victoire de la démocratie sur la technocratie

Une semaine ! C’est ce qu’il aura fallu aux députés LREM et Modem des Français de l’étranger, Roland Lescure en tête, pour que le gouvernement renonce à augmenter de 1,7% les prélèvements sur le montant brut de la retraite des pensionnés résidant à l’étranger, hausse que je dénonçais dans mon édito précédent (lire HL98 du 6 fev. 2018).

Exit donc l’application du décret n°2017-1895 du 30 décembre 2017 prévoyant une hausse du taux de cotisation à l’assurance maladie de 4,2% à 5,9%. Au total, 1,7 point supplémentaire qui correspondait à la hausse de CSG à laquelle ces contribuables « échappaient », car n’étant pas soumis aux contributions sociales CSG et CRDS (Lire le communiqué du ministre Gérald Darmanin).

Ainsi, ce qu’un décret institue un mois, un autre peut l’annuler le mois suivant …d’un claquement de doigts ! En faisant subir une cuisante défaite à l’administration de Bercy, les députés LREM ont réhabilité l’action politique. Cette efficacité mérite d’être soulignée, car c’est la victoire de la démocratie sur la technocratie.

Le reproche majeur des députés au ministre Darmanin sur l’affaire des cotisations maladie est que son initiative n’a fait l’objet d’aucune consultation préalable, ni même de discussion dans le cadre de la loi de finances votée au parlement (PLFSS 2018) !

Visuel HL97 J’approuve leur démarche. Seul le législateur, représentant le peuple souverain, peut créer une imposition. La dénomination d’impôt désignant tout prélèvement fiscal (taxe, contribution ou redevance), il incombe au législateur de voter « l’assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toutes natures » (art. 34 de la Constitution).

Il faudrait également s’interroger sur une autre dérive : le relèvement de 6 à 9% de la participation financière des établissements conventionnés au profit de l’AEFE (assise sur les frais de scolarité) à partir de janvier 2018. Un établissement public national à caractère administratif peut donc désormais prélever directement de quoi boucler son budget auprès de structures privées, sans passer par le législateur.

Il est heureux qu’Emmanuel Macron ait annoncé à Tunis en début de mois qu’il attend du gouvernement, pour l’été, un projet de réforme en profondeur de l’AEFE Découvrir l’HebdoLettre n°99

En circonscription au Cambodge (2) – Siem Reap (6 au 8 janv. 2018)

(A l’image) avec Arnaud Darc, devant le Malis, son somptueux restaurant cambodgien.

Siem Reap fut une étape passionnante avec la visite du chantier de rénovation archéologique du Mébon piloté et financé par la France, la préparation de la première Semaine française organisée par nos entrepreneurs, la galette des rois organisée par les associations ADFE et UFE ou encore la rentrée des classes de l’Ecole française.

Je soutiens totalement l’initiative d’Arnaud Darc qui réunit les énergies pour ouvrir une nouvelle Alliance française à Siem Reap à horizon de septembre 2018. Je remercie Laurent Triponey, Premier conseiller de l’ambassade, qui m’a accompagné lors de toutes ces étapes.

Entrepreneuriat

Semaine française

J’ai rencontré le comité d’organisation de la 1ère Semaine française de Siem Reap 2018, programmée en mars prochain.

Pour cette première édition, les organisateurs souhaitent réunir une trentaine d’entreprises pour créer une « envie de France ». J’ai été séduit par l’approche collective et dynamique de ces entrepreneurs locaux.

Ceux-ci s’étaient donné rendez-vous dans l’atelier du maître laquier, Eric Stocker, pour me présenter leur projet : Eric Raisina (couturier) ; Françoise Gouëzou (Biniky – accessoires voyages) ;  Loïc Dumas (Sirivan – prêt à porter) ; Vanessa Voukovitch (Brandrui – produits de beauté bio) ; Florian Bohême (B. Consulting – conseil en tourisme) ; Yannick Aillerie (directeur de l’aéroport de Siem Reap) ; Philippe Bes (directeur de l’école hôtelière Sala Baï) ; Arnaud Darc, président d’Eurocham – Chambre de commerce européenne). + d’images

Communauté française

Galette des rois

Merci à Jean Lestienne, conseiller consulaire pour le Cambodge (au micro), qui a animé à mes côtés la « Galette des rois » pour la communauté française de Siem Reap en présence de Laurent Triponey, Premier conseiller.

Une rencontre conviviale organisée par les deux associations Français du Monde – Adfe, représentée par son vice-président, Florian Bohême et l’Union des Français de l’étranger (UFE), représentée par Jean-Pierre Chennu, délégué. Nous nous sommes retrouvés au restaurant français le Barrio. 

Echange avec Marc Franiatte, consul honoraire, qui m’a confirmé tout l’intérêt d’une assurance rapatriement, au vu de nos compatriotes qui aboutissent à l’hôpital de Siem Reap sans être en mesure d’acquitter les soins reçus… + d’images

Lire aussi l’article de Raphël Ferry, correspondant Siem Reapois du LePetitJournal.com, que je remercie : ‘Les Français de Siem Reap, heureux de rencontrer le sénateur O. Cadic‘.

Enseignement

Ecole française

Quel plaisir d’avoir assisté à la rentrée scolaire de l’Ecole française de Siem Reap (EFSR), établissement homologuée et créé en 2003 grâce à une initiative privée.

Actuellement 84 élèves (61% de Français) sont scolarisés de la maternelle au CM2. Ensuite, c’est le CNED qui prend le relai avec l’assistance d’un tuteur.

Accompagné par Jean Lestienne, conseiller consulaire, et Laurent Triponey, nous avons été reçus par Aline Clément, dynamique directrice de l’EFSR qui partage son temps avec son rôle d’enseignante.

Pour l’anecdote, sa classe de CE2 était en train d’étudier « Le tour du monde en 80 jours » de Jules Verne. Ses élèves ont découvert que je vivais en Angleterre comme Phileas Fog et étaient curieux de connaître les 66 pays que j’avais traversés … + d’images

Culture française

Francophonie

L’antenne de l’Institut français à Siem Reap a dû fermer en 2014, pour des raisons budgétaires. Qu’à cela ne tienne, le serial entrepreneur Arnaud Darc, pdg de Thalias et président d’Eurocham, m’a présenté son projet de création d’une Alliance française.

Les locaux sont tout trouvés, flambants neufs, que nous avons visités au coeur d’une ville qui accueille 3 millions de touristes par an, dont 150.000 Français, ce qui signifie que les hôtels, restaurants ou commerces ont besoin de personnel parlant notre langue.

Outre les cours de langue, l’AF pourrait abriter une succursale de la chambre de commerce française au Cambodge.  + d’images

Coopération

Sauvegarde du patrimoine / Angkor

A Angkor, après l’achèvement de la restauration du temple du Baphuon (1995-2011), le MEAE pilote et finance désormais le chantier emblématique et complexe du Mébon (temple situé au milieu d’un lac, le Baray occidental).

J’ai visité ces deux monuments avec les explications de l’architecte Maric Baufeïst de l’Ecole française d’Extrême Orient (EFEO). En effet, la France opère au Cambodge dans le domaine de l’archéologie préventive et la restauration, notamment grâce à l’EFEO.

Le chantier du Mébon aura besoin de financements pour se poursuivre. + d’images

En circonscription au Cambodge (1) – Phnom Penh (4 au 6 janv. 2018)

Ma gratitude à Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France, qui a résolument placé ma visite sous le signe de l’entrepreneuriat à travers diverses rencontres avec des acteurs économiques français au royaume du Cambodge (CCEF, CCIFC, dirigeants, cadres, organisateurs de la Semaine française…). Face à l’omniprésence chinoise et l’activisme américain, les Européens doivent regagner un précieux terrain.

Je suis reparti de Phnom Penh avec un coup de cœur : l’ONG « Toutes à l’école » qui m’a été présentée par sa fondatrice, la journaliste Tina Kieffer.

Politique

Sénat cambodgien

(g à d) Oum Sarith, secrétaire général du Sénat ; T’y Borasy, pdte de la commission des Affaires  étrangères et de la Coopération internationale, pdte du groupe d’amitié Cambodge-France ; Olivier CadicEva Nguyen Binh, ambassadrice de France.

Depuis sa création en 1999, la Chambre Haute du Cambodge a accueilli dix délégations sénatoriales françaises, tandis que ses membres se sont rendus quinze fois à Paris, la dernière mission datant d’octobre 2017.

La sénatrice T’y Borasy défend avec vigueur la francophonie. Elle travaillait à organiser un séminaire, le 16 mars prochain, intitulé « La langue française : son apprentissage comme vecteur de développement de la francophonie cambodgienne ».

A la lumière de l’exemplarité de son parcours, nous avons évoqué la place de la femme dans la vie politique locale.

J’ai marqué ma préoccupation face aux évolutions de la politique intérieure cambodgienne. En réponse, Oum Sarith s’est prononcé en faveur d’une intensification du dialogue dans son pays, en voie de démocratisation.

Solidarité

« Toutes à l’école » (ONG)

(g à d) Olivier Cadic ; Chantal Thomass, marraine officielle de l’association ; Tina Kieffer, présidente-fondatrice de Toutes à l’école ; Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France au Cambodge.

Visite de l’école Happy Chandara, financée par « Toutes à l’école », association française créée par la journaliste Tina Kieffer en 2004, suite à son adoption d’une petite cambodgienne orpheline et nécessitant des soins médicaux.

L’école scolarise désormais 1181 jeunes filles du CP à la terminale, dont une centaine en internat. Une quarantaine d’élèves est envoyée en séjour linguistique chaque année en France.

Pour Tina, seule une bonne éducation peut garantir l’avenir de ses élèves. Saluons aussi sa vision inclusive, puisqu’elle offre un suivi social et sanitaire aux familles de ces jeunes filles. A ce titre, l’école dispose d’un dispensaire et d’un cabinet dentaire. Chapeau bas !  + d’images

Entrepreneuriat

Chambre de Commerce et d’Industrie

Petit-déjeuner avec les membres de la CCI France-Cambodge et son président, Guillaume Massin, ainsi que des représentants de l’EuroCham.

En 2017, la CCIFC a été l’initiatrice de plusieurs événements promotionnels, comme la Semaine française, l’opération « Goût de France/Good France » en mars, le Grand dîner français du 14 juillet qui a rassemblé plus de 1.300 convives et, enfin, le gala annuel, qui s’est tenu en novembre sur le thème de la coopération historique franco-cambodgienne en matière de valorisation du patrimoine.

En outre, la CCIFC a produit un ouvrage remarquable : « Entreprendre au Cambodge ».

EuroCham

Fondée en 2013, la Chambre de commerce européenne (EuroCham Cambodia) est présidée par Arnaud Darc.

Une subvention importante de l’Union européenne (2,5M USD sur cinq ans dans le cadre du programme ICI+) lui a permis de bâtir une équipe pour développer plusieurs lignes d’action. L’une des plus accomplie est l’Advocacy autour du Livre Blanc rédigé l’EuroCham qui rassemble ses recommandations aux autorités.

L’action d’EuroCham a largement relevé la visibilité et l’influence des entreprises européennes auprès des autorités, tout comme celle de leurs partenaires cambodgiens. Sur le terrain, les bannières concurrentes sont très actives, comme l’IBC américain (International Business Chamber), le réseau des chambres chinoises (1000 entreprises) ou le club d’affaires japonais (240 membres).

Incubateur

Visite de l’incubateur « Confluences », accompagné de son fondateur Soreasmey Ke Bin.

Notre consulat recense 453 « artisans, chefs d’entreprises ou commerçants » parmi les 5.084 compatriotes enregistrés au Cambodge. Les entrepreneurs français, créateurs d’entreprises locales, sont donc surreprésentés dans notre communauté !

J’ai rencontré quelques-uns de ces entrepreneurs à des phases différentes de leur développement. Confluences a eu l’heureuse idée de mettre en place une activité de distribution au profit des PME françaises qui souhaitent accéder au marché cambodgien.  + d’images

Diner de la communauté d’affaires

Un dîner organisé par notre ambassadrice Eva Nguyen Binh a réuni une douzaine d’hommes d’affaires représentant une palette variée du savoir-faire français au Cambodge.

Une quarantaine de filiales et de bureaux de représentation constituent la vitrine de notre potentiel économique au Cambodge, dont certains poids lourds tels que Total, Vinci, Sanofi, Bolloré, Banques populaires (Bred)… J’ai salué le niveau de coopération de notre communauté d’affaires avec la Chambre européenne.

Mes remerciements à Arnaud Darc (pdg de Thalias et président d’EuroCham) ; Eloi Courcoux (pdg de Meas Development Holding – restauration), Serge Pak (pdg de Pex Pipes / Béton Block and Pave – construction), Antoine Fontaine (secrétaire général du comité des CCEF, Avocat), Guillaume Perdon (directeur de la banque Bred), Franck Touch (président de KhmerDev et pdg de K-Digidata – services informatiques), Pily Wong (pdg du groupe Hung Hiep – agroalimentaire), Soreasmey Ke Bin (vice-président de la CCIFC et directeur général de l’incubateur Confluences).

Communauté française

Ambassade

Accueilli par Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France au Cambodge, j’ai visité les locaux de l’ambassade et rencontré des agents très impliqués.

On estime que le nombre de Français résidant au Cambodge s’élève à 10.000 personnes, alors que la moitié seulement est référencée au consulat.

Il s’ajoute une population croissante d’enfants issus de mariages mixtes. Déjà 50 % des Français résidents ont la double nationalité. On constate un afflux régulier retraités masculins français venant profiter d’un coût de la vie plus adapté à leurs ressources.

Pour leur part, nos actifs (43%) sont fortement représentés au sein d’ONG et dans le secteur tourisme/restauration.

Élus et associations

Ma visite a été suivie d’une réunion de travail avec les élus consulaires et divers représentants associatifs.

Je remercie Theany Phal (conseillère consulaire), Bruno Bogvad (trésorier général de l’UFE), Yvon Chalm (président de Français du Monde-ADFE), Didier Fontenille (directeur de l’Institut Pasteur), Geneviève Hussenot-Labic (présidente de Phnom Penh Accueil), Rémy Hallegouet (responsable du développement du Volontariat international en Asie – France Volontaires).

(à l’image) Avec Yvon Chalm (UFE Cambodge) qui a rappelé l’importance de développer le réseau des écoles françaises, tant pour la communauté française que pour notre rayonnement et Borin Pin, pdt de Anvaya, l’association des khmers d’outre-mer qui m’a fait mesurer le dynamisme des jeunes franco-khmers.  + d’images

Problématiques

Les retraités français sont nombreux à fonder des foyers avec de jeunes femmes cambodgiennes. Cette situation participe évidemment à l’inflation des demandes de bourses scolaires.

(à l’image) Bruno Bogvad a attiré mon attention sur les Français non-assurés et la difficulté pour eux d’accéder à des soins. Il préconise que l’on oblige nos compatriotes à souscrire une assurance rapatriement, comme nous l’imposons aux Cambodgiens qui souhaitent venir en France.

Enfin, les administrations cambodgiennes, longtemps permissives, ont drastiquement renforcé leurs contrôles (permis de travail, fiscalité…) au grand dépit des Français en situation irrégulière.

Culture

Institut français

Visite de l’Institut français du Cambodge en présence de Laurent Triponey, Premier conseiller à l’ambassade et Eve Hermann, secrétaire générale de l’IFC.

L’Institut français du Cambodge est un acteur incontournable de la francophonie à Phnom Penh, grâce à son centre de langues qui est le premier opérateur dans le domaine des cours de français avec près de 5.000 élèves par an sur 4 sessions !  + d’images

En circonscription en Thaïlande (3) – Phuket (11 au 13 janv. 2018)

Merci à Christian Chevrier, conseiller consulaire pour la Thaïlande et président de l’UFE Phuket et à Claude de Crissey, consul honoraire (à dte sur la photo) pour l’organisation de l’ultime étape de ma tournée dans le sud-est asiatique sur l’île de Phuket.

La tragédie du Tsunami de décembre 2004 a marqué les esprits à jamais. L’Agence consulaire de Phuket a développé un système permettant de localiser les ressortissants français en cas de crise ou de catastrophe, grâce à des phablets mises à disposition des chefs d’îlots par Claude de Crissey. J’ai eu droit à une démonstration. Formidable initiative.

Politique

Gouverneur

J’ai été reçu par Khun Notapat Plotdong, gouverneur de l’île, en compagnie de Claude de Crissey, consul honoraire, et Christian Chevrier, conseiller consulaire pour la Thaïlande.

Phuket est jumelé avec la ville de Nice. Le Gouverneur viendra en France en juin prochain. Il m’a dit combien il avait été peiné par l’odieux attentat qui avait touché Nice. Les questions de sécurité sont prises très au sérieux dans son pays et chacun se montre très vigilant.

J’ai remercié le gouverneur pour la qualité de l’accueil des Thaï à l’égard de nos compatriotes sur l’ile et mis en avant le développement de l’école française et internationale Claude Berda.

Entrepreneuriat

PME

De nombreux entrepreneurs ont fait le choix de Phuket pour créer leur entreprise. Hôtellerie, restauration, construction, tourisme, les tentatives sont nombreuses.

Ainsi, j’ai testé les créations de la Napoleon Bakery, une boulangerie-salon de thé qui attire la clientèle européenne en mal de produits du Vieux continent. J’ai aussi visité la nouvelle usine de Dual Boat qui développe des hydrofoil.

Le temps m’a manqué, hélas, pour découvrir la rhumerie Chalong Bay Rhum, créée par un Français dans ce pays qui compte parmi les grands producteurs mondiaux de canne à sucre.  + d’images

Sécurité

Système de protection de nos ressortissants

Visite de l’agence consulaire installée dans des locaux mis à disposition par Claude de Crissey, consul honoraire depuis septembre 2013.

(à l’image) J’ai été impressionné par la présentation du logiciel créé par l’agence consulaire qui permet de recenser les Français pour les mettre rapidement en sécurité en cas de tragédie  climatique, par exemple.

Installé depuis plus de 20 ans en Thaïlande, infatigable serviteur de la communauté française, Claude assiste quelque 2000 compatriotes résidant sur l’île, ce qui n’est rien comparé au flot de touristes qui peut s’élever à 20.000 individus par mois ! Et parmi ses attributions, Claude visite régulièrement les Français incarcérés à Phuket…  + d’images

Communauté française

Réunion

Accueilli par Cedric Besler, directeur du Novotel Phuket Phokeethra, qui a ouvert récemment dans le centre-ville de Phuket, j’ai tenu une réunion publique organisée par Christian Chevrier, conseiller consulaire pour la Thaïlande et président de l’UFE Phuket, en présence de Claude de Crissey, consul honoraire.

J’ai retenu les difficultés d’obtention de visas pour les épouses thaï des ressortissants français et du coût de ces formalités parce qu’elles leur imposent de se rendre à Bangkok. Par ailleurs et ici aussi, les regrettables interruptions de versement de pension leur font penser que le système de certificat d’existence devrait être revu.

Nos compatriotes s’interrogent sur la notion de service de proximité, parce qu’ils aimeraient pouvoir faire leurs demandes de passeports ou de visas auprès de l’agence consulaire de Phuket… comme cela était possible par le passé.  + d’images

Enseignement

Ecole Claude Berda

Visite de BCIS, l’école française et internationale Claude Berda, un établissement unique, écologique, pour des élèves de tout âge de la garderie à la terminale, en compagnie de Christian Chevrier, conseiller consulaire.

Laurent Minguely, fondateur et directeur, m’a présenté son école qui a pu s’établir grâce à l’entrepreneur à succès Claude Berda.

Sur une superficie de 4.000 m², l’école accueille 260 élèves, veillant à ne pas dépasser 20 élèves par classe. 40 enseignants leur offrent des curriculums français-anglais ou thaï-anglais.

L’école se distingue par un ensemble d’équipements haut de gamme pour les sciences, la culture ou le sport (piste de course, complexe multisport couvert), ainsi que par son environnement sécurisé 24h/24, incluant le port d’un bracelet magnétique pour les enfants !

En septembre 2018, l’école sera capable d’accueillir jusqu’à 1200 élèves. Un dossier de demande d’homologation a été déposé auprès de l’Éducation nationale.  + d’images

En circonscription en Thaïlande (2) – Leam Chabang & Pattaya (10 janv. 2018)

Prenant de la distance avec la capitale thaïlandaise, j’ai poursuivi de ma route vers Pattaya pour rencontrer notre communauté, et je suis allé ensuite à Leam Chabang dans le dessein de découvrir l’usine Michelin, située entre Bangkok et Pattaya.

Michelin est l’emblème de notre génie industriel. Basée à Clermont-Ferrand, l’entreprise est présente dans 170 pays, emploie 111.700 personnes et exploite 68 usines dans 17 pays ! Ces usines, dont 6 en Thaïlande, produisent ensemble près de 200 millions de pneumatiques !

Pattaya

Communauté française

Réunion d’information

Près de 2000 compatriotes ont choisi de s’installer à Pattaya et dans ses environs.

Je me suis rendu dans cette ville balnéaire située à 2 heures au sud de Bangkok, en compagnie de Samira Abdelli, Consule et Caroline Schmitt, attachée de coopération éducative.

Lors d’une réunion d’information, nous avons échangé avec une cinquantaine de Français, à l’hôtel Pullman, en présence de Marie-Laure Peytel et Eric Miné, élus consulaires, pour la Thaïlande.

Enseignement

Ecole francophone

Créée en 2009, homologuée en 2013 pour le primaire, l’Ecole francophone de Pattaya, dirigée par David Micallef, accueille 124 élèves.

Les élèves en collège et au lycée bénéficient des services du CNED.

J’ai souhaité visiter l’école qui a obtenu une dotation parlementaire, après avoir reçu le parrainage de la conseillère consulaire Marie-Laure Peytel. J’étais accompagné par Samira Abdelli, consule et Caroline Schmitt, attachée coopération éducative.

Le développement de l’établissement et les contraintes administratives locales ont conduit au projet de construction d’un nouveau site scolaire sur un terrain de 14.000m², acquis en location-vente en avril 2015. Ce projet repose sur l’auto-financement et s’évalue à près de 2 millions d’euros. + d’images

Leam Chabang

Entrepreneuriat

Michelin

Visite de l’usine Michelin Leam Chabang, située entre Bangkok et Pattaya en compagnie de Samira Abdelli, consule et Caroline Schmitt, attachée de Coopération éducative.

2600 employés travaillent sur ce site, créé en 1989. Au total, Michelin emploie 7000 salariés répartis sur 6 sites de production en Thaïlande, pays qui produit 30% du caoutchouc mondial.

A Leam Chabang, une nouvelle usine va être construite sur un terrain mitoyen pour produire 5 millions de pneus d’ici à 2022. Déjà 7,5 millions de pneus sont produits localement par la firme française. 85% de la production est destinée à l’Asie, le reste est exporté vers les USA.

Merci à Jean-Claude Arnaud, directeur général, Antoine Sautenet, conseiller Affaires publiques et Frédéric Cauquil, directeur Qualité pour leurs explications patientes sur la fabrication des pneus.

En circonscription en Thaïlande (1) – Bangkok (8 au 9 janv. 2018)

Mes remerciements à Gilles Garachon, ambassadeur de France, qui m’a reçu à deux reprises à la Résidence à la faveur de ma venue en Thaïlande, troisième pays visité en début d’année après le Vietnam et le Cambodge, où je me suis rendu successivement à Bangkok, Leam Chabang, Pattaya et Phuket.

On associe spontanément la Thaïlande au tourisme de masse et c’est incontestable lorsqu’on sait que 800.000 touristes français s’y rendent chaque année en villégiature

J’ai observé que c’était aussi une terre d’opportunités pour les industriels. L’attractivité est entretenue par les autorités : un grand plan d’infrastructures et de transports de plus de 60 milliards de dollars est programmé pour la période 2015-2023.

Politique

Sénat

Rencontre avec le Dr Thamrong Dasananjali, secrétaire du groupe d’amitié Thaïlande-France, en présence de Patrick Mansier, conseiller politique et de presse de l’ambassade de France en Thaïlande.

Je lui’ai remis une invitation officielle à se rendre en France signée par ma collègue Jacky Deromedi, présidente du groupe interparlementaire d’amitié Asie du Sud-Est.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce Franco-Thaï

Visite des locaux de la chambre de commerce franco-thaïlandaise avec Marc Thuillier, adjoint au conseiller économique et commercial de l’ambassade.

Échanges fructueux avec Alexandre Dupont, président de la Chambre et Sukanya Uerchuchai, directrice. Le 1er partenaire de la Thaïlande est l’Asean, zone de libre échange qui, d’ici 10 à 15 ans, va gagner 150 millions d’habitants. Les dirigeants de la Chambre sont convaincus que la Thaïlande va devenir le hub de l’Asie du Sud-Est.

La CCI a fêté l’an dernier ses 50 ans et compte 336 membres. Elle dispose aussi d’un service Emploi qui place des postulants par dizaines. En effet, avec un taux de chômage de 1%, ce pays attire nombre les jeunes Français en quête d’expérience professionnelle internationale.

Communauté française

Réception

Notre ambassadeur, Gilles Garachon, a réuni une cinquantaine de représentants de de la communauté française, manifestement dynamique et entreprenante.

Cela m’a permis d’échanger à la fois avec des personnalités installées dans le pays de longue date, mais également avec de jeunes entrepreneurs venus installer leurs start-ups.

Lors du diner d’accueil en présence des chefs de service du poste diplomatique, j’ai pris la mesure de l’attractivité du pays qui reçoit 35 millions de touristes chaque année !  + d’images

Consulat

Visite de la section consulaire sous la conduite de Samira Abdelli, consule.

La moitié de nos 13.000 compatriotes enregistrés au consulat est domiciliée dans la capitale. Un tiers d’entre eux a plus de 60 ans et les mariages entre retraités français et jeunes femmes thaïs ne sont pas rares. Le consulat a enregistré 475 naissances en 2017.

Notons que les touristes français n’ont pas tous un comportement exemplaire… On dénombre une à deux arrestations par semaine de nos compatriotes (80 en 2017, contre 99 l’année précédente)!

Service des Visas

Dirigé par Laurent Cuenoud, le service des visas du consulat en Thaïlande, fonctionne grâce à une équipe de 10 personnes. Leur rythme de travail est soutenu et en accélération : 46.000 visas accordés en 2017, contre de 44.000 en 2016

La mise en place de « France-Visas » est annoncée pour le 30 janvier 2018 en Thaïlande, un système équivalent à celui proposé par TLS, société auprès de laquelle nos autorités externalisent leurs demandes de visa.

Mais tant que les documents annexes ne seront pas téléchargeables, les agents devront continuer à manipuler des dossiers papiers. C’est prévu, dit-on, dans une version future… Le problème est toujours de savoir quand. Les parlementaires représentant les Français de l’étranger réclament cette fonctionnalité depuis près de 10 ans….

Enseignement

Lycée français International

Visite du lycée français International de Bangkok (LFIB) avec Joël Planté, proviseur de la section française et Fabian Forni, conseiller culturel. J’ai aussi eu l’opportunité d’échanger avec les représentants élus des élèves.

Cet établissement homologué, doté d’une convention avec l’AEFE, est le 3ème établissement scolaire français de la zone par sa taille. Il scolarise 1060 élèves qui sont français pour 83% d’entre-eux.

Doté d’infrastructures sportives de qualité, le lycée affiche 100% de réussite au bac. 70% des élèves font le choix d’études supérieures en France.   + d’images

Culture

Alliance française

Visite de l’Alliance française de Bangkok en compagnie de Vanessa Silvy, attachée culturelle et Laurent Cuenoud, consul adjoint.

Située au sein d’un futur complexe immobilier, l’Alliance déménagera en septembre, avant le début de sa construction. Ce sera mieux… et pourtant, Bangkok dispose déjà de l’une des plus belles Alliances du réseau avec des salles de cours nombreuses et remarquablement équipées.

Accueillis dès l’âge de 3 ans, les enfants bénéficient d’espaces adaptés, d’activités variées et originales… comme le choco-philo mensuel, une introduction à la philosophie pour les 7-12 ans, en français et autour d’un chocolat chaud ! + d’images

L’écho des circos / janvier 2018

Arménie – Canada – Liban – Afrique du Sud – Djibouti – Vietnam – Australie – Corée du Nord

ARMÉNIE

Président de la République (23. janv)

Le groupe d’amitié France-Arménie de l’Assemblée nationale, présidé par le député Jacques Marilossian, a organisé une réception en l’honneur du président de la République d’Arménie, Serge Sarkissian, en visite officielle en France.

Serge Sarkissian a rappelé que les liens d’amitié entre nos deux pays étaient solides et anciens, en marquant son attachement à la culture française. Le 17ème sommet de la francophonie se tiendra à Erevan, les 11 et 12 octobre prochains

CANADA

Ambassadrice du Canada (24 janv.)

Merci à Isabelle Hudson, ambassadrice du Canada en France, pour ses mots chaleureux à l’égard de notre pays, lors de ses vœux aux parlementaires français.

Pour ma part, je forme le vœu que la France ratifie le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) au plus tôt cette année.

Cet accord économique et commercial global permettra d’étoffer significativement les échanges commerciaux entre l’Union européenne et le Canada.

LIBAN

Ambassadeur du Liban (24 janv.)

Ambassadeur du Liban en France, Rami Adwan, est intervenu au Sénat, à l’invitation du groupe interparlementaire d’amitié France-Liban, présidé par Dominique de Legge.

Il nous a fait partager les défis que doit surmonter son pays confronté à l’accueil de 1.450.000 réfugiés syriens. Le Liban compte 4 millions d’habitants. A l’échelle de notre pays, c’est comme si la France avait reçu 24 millions de réfugiés sur son territoire en 3 ans !

Lire aussi :
En circonscription en Liban – Beyrouth / 26-29 mars 2017
En circonscription au Liban – Beyrouth / 20-22 juillet 2016
En circonscription au Liban – Beyrouth / 20-22 février 2015

AFRIQUE DU SUD

Conseillère consulaire (24 janv.)

Rencontre au Sénat avec Sophie Ferrand-Hazard, conseillère consulaire pour l’Afrique du sud, afin de m’aider à préparer mon déplacement, prévu fin février.

Ce déplacement va me conduire à Johannesburg, puis au Cap. Sophie est un précieux relais auprès des acteurs associatifs et des entrepreneurs de notre communauté.

DJIBOUTI

Ambassadeur de France (24 janv.)

Audition de Christophe Guilhou, ambassadeur de France à Djibouti, par le groupe interparlementaire d’amitié « Pays de la Corne de l’Afrique », présidé par Cédric Perrin.

Ce fut l’occasion pour notre ambassadeur, très soucieux de diplomatie économique, de pointer diverses opportunités d’affaires offertes par ce pays.

VIETNAM

Entrepreneuriat (24 janv.)

Heureux d’avoir reçu Guy Lacombe, entrepreneur talentueux installé de longue date au Vietnam.

Ce fut l’occasion de faire le point sur quelques dossiers étudiés lors de mon déplacement à Ho-Chi-Minh City, trois semaines auparavant.

Lire aussi : En circonscription au Vietnam – Hô-Chi-Minh-Ville (29 déc. 2017 – 4 janv. 2018)

AUSTRALIE

Délégué consulaire (26 janv.)

J’ai fait la connaissance de Pierre Elias, délégué consulaire en Australie, lors de mon déplacement à Sydney en septembre dernier.

Installé à Brisbane, Pierre incarne à merveille la jeune génération de nos compatriotes expatriés en Australie, engagés dans les nouvelles technologies. Nous avons évidemment évoqué les opportunités économiques offertes à Brisbane pour les entrepreneurs.

Lire aussi :
En circonscription en Australie (1) – Melbourne (5 au 7 sept. 2017)
En circonscription en Australie (2) – Sydney (8 au 11 sept. 2017)
En circonscription en Australie (3) – Canberra (12 au 13 sept. 2017)

GROUPES INTERPARLEMENTAIRES D’AMITIÉ

Au cours de ce mois de janvier, j’ai participé à l’assemblée générale et la constitution du Bureau de certains des 47 GIA auprès desquels je suis inscrit :

– GIA France – Afrique Australe (pdt Guillaume Chevrolier), le 16 janv.
– GIA France – Roumanie (pdt Daniel Santot), le 16 janv.
– GIA France-Belgique/Luxembourg (pdt Mathieu Darnaud), le 17 janv.
– GIA France-Australie (pdt Marc Daunis), le 17 janv.
– GIA France- Afrique de l’Ouest (pdt André Reichardt), le 17 janv.
– GIA France- Algérie (pdte Samia Ghali), le 23 janv.
– GIA France-Irlande (pdte François Laborde), le 24 janv.
– GIA France-Royaume-Uni (pdt Eric Bocquet) le 24 janv.
– GIA France-Etats-Unis (pdt Antoine Lefevre), le 24 janv.
– GIA France-Pays Andins (pdt Philippe Adnot), le 30 janv.
– GIA France-Balkans occidentaux (pdte Marta de Cidrac), le 31 janv.

CORÉE DU NORD

Présidence du groupe (23 janv.)

J’ai été désigné président du « groupe d’études et de contact France-République populaire démocratique de Corée » au Sénat.

Première décision, l’organisation d’une rencontre avec le responsable du secteur Asie au Quai d’Orsay. Un entretien avec le délégué général de la Corée du Nord est également envisagé. 19 sénateurs ont rejoint ce groupe parmi lesquels des collègues représentant les Français établis hors de France : Hélène Conway, Jacky Deromedi et Christophe Frassa (VP).

L’écho des circos / décembre 2017

Vietnam – Égypte – Irak – Liban – Soudan – Corée du Nord – République Serbe

VIETNAM

Président UFE Vietnam (5 déc.)

Au Sénat, visite d’Edouard George, président de l’UFE Vietnam à Ho-Chi-Minh-Ville et lui-même professionnel du tourisme. Il m’a donné plusieurs repères pour préparer mon voyage au Vietnam, où il réside depuis 20 ans.

Edouard m’a parlé de l’attractivité de ce pays pour les entrepreneurs français, première étape idéale pour conquérir l’Asie du Sud-Est et à fortiori la Chine. La présence française s’incarne aussi sur le terrain de la coopération scientifique et culturelle.

Lire aussi : En circonscription au Vietnam – Hô-Chi-Minh-Ville (29 déc. 2017 – 4 janv. 2018).

VIETNAM

Groupe d’amitié sénatorial (6 déc.)

Le groupe d’amitié France-Vietnam, présidé par ma collègue Catherine Deroche, a organisé un diner en l’honneur d’une délégation de députés membres de la commission de la Culture, de l’Éducation, de la Jeunesse et de l’Enfance de l’Assemblée nationale du Vietnam.

A cette occasion, la sénatrice Catherine Morin-Desailly, présidente de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation du Sénat, a accueilli son homologue à l’Assemblée nationale du Vietnam.

Une belle entrée à matière dans la perspective de mon déplacement en Asie à partir de la fin du mois de décembre.

Lire aussi : En circonscription au Vietnam – Hô-Chi-Minh-Ville (29 déc. 2017 – 4 janv. 2018)

Moyen-Orient : ÉGYPTE, IRAK, LIBAN, SOUDAN

Colloque hydro-diplomatie : le bassin du Nil (11 déc.)

Après l’Oronte et le Jourdain, la 3ème édition du colloque sur hydro-diplomatie que j’organise avec Fadi Comair a été consacrée au Nil.

Nous sommes heureux d’avoir accueilli cinq ministres et deux ambassadeurs pour évoquer le partage équitable et l’utilisation raisonnable des eaux du Nil, au service de la paix, ce qui est le principe de l’hydro-diplomatie :

(g. à d.) Ehad Badawi, ambassadeur de la République arabe d’Égypte en France ; Seif El Din Hamad Abdullah, ancien ministre des Ressources en Eau du Soudan ; Daffa-Alla Elhag Ali Osman, ambassadeur du Soudan en France ; Mahmoud Abou Zeid, président du Conseil Arabe de l’Eau, ancien ministre ; Hussein El-Atfy, secrétaire général du Conseil arabe de l’Eau, ancien ministre ; Catherine Morin-Desailly, sénatrice de la Seine-Maritime ; Mohammed Abdel Ati, ministre des Ressources hydriques et de l’Irrigation d’Égypte ; Fadi Comair, président d’honneur du REMOB ; Olivier Cadic ; Hasan Al-Janabi, ministre des Ressources hydriques d’Irak.

Lire aussi : Colloque hydro-diplomatie au Sénat : le bassin du Nil

CORÉE DU NORD

Débat sur l’avenir de la Corée du Nord (12 déc.)

L’Institut Diderot nous a accueilli pour passionnant déjeuner-débat organisé, autour des intervenants Juliette Morillot, co-auteur de « La Corée du Nord en 100 questions » et Antoine Bondaz, auteur de « Corée du Nord, plongée au cœur d’un état totalitaire ».

Peut-on accepter une Corée du Nord nucléarisée ? La tension n’a jamais été aussi forte depuis l’accélération du programme balistique nord-coréen qui met désormais le territoire américain à portée de missile. Il faut coûte que coûte ouvrir la table des négociations. Seuls deux pays de l’Union européenne n’ont pas d’ambassade à Pyongyang : l’Estonie et la France…

Lire aussi : interviews de J. Morillot et A. Bondaz

RÉPUBLIQUE SERBE

Frédéric Mondoloni, ambassadeur de France (12 déc.)

A la faveur de la visite du président de la République serbe, Aleksandar Vučić, à Paris, pour assister au One Planet Summit, j’ai fait la connaissance Frédéric Mondoloni qui venait de prendre son premier poste d’ambassadeur de France.

Celui-ci connait parfaitement les problématiques de l’Est de l’Europe, puisqu’il était précédemment ministre conseiller à l’ambassade de France en Russie.

Je me suis rendu en Serbie, début novembre, où j’avais eu le privilège d’un entretien avec le président Vučić.

Lire aussi : En circonscription en Serbie – Belgrade (1-3 nov. 2017)

Conférence UDI-FDP-ALDE : allumage du moteur parlementaire franco-allemand !

L’idée semble aujourd’hui évidente : puisque l’UDI et le FDP partagent le même projet européen, ils pourraient s’exprimer d’une même voix au sein de la Alde (Alliance of Liberals and Democrats for Europe), le parti qui réunit une quarantaine de pays européens. Unis dans l’action, nous pourrions ainsi faire progresser plus rapidement certains sujets a imaginé Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI.

(g. à d.) Olivier Cadic ; Dr Jürgen Martens, membre du Bundestag et ancien ministre d’Etat ; Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI et député ; Oliver Luksic, membre du Bundestag et président du FDP-Sarre.

Afin de rapprocher les élus UDI et FDP, j’ai organisé une conférence à Paris sur ce thème : Quels sont les avantages d’un moteur parlementaire franco-allemand ? 

Pour l’heure, n’abandonnons pas l’avenir du couple franco-allemand aux chancelleries, car les parlementaires ont eux aussi une aventure à écrire en lien contigu avec les populations. Jean-Christophe Lagarde propose également que l’on décline ce travail en commun aux élus locaux.

Jean-Christophe Lagarde : « Au-delà des parlementaires, je propose que les élus locaux de nos deux partis travaillent ensemble »

Il faut être au plus proche des préoccupation de terrain car le risque le plus important que court l’Union européenne est « la perte de confiance de ses citoyens » a postulé d’emblée le Dr Jürgen Martens, membre du Bundestag et ancien ministre d’Etat.

Même envie de concret chez le député de la Sarre, Oliver Luksic, frontalier de la Moselle, qui souhaite que les Français et les Allemands collaborent  davantage entre voisins dans leur intérêt commun (hospitalisation, apprentissage…).

C’est cette démarche pragmatique qui a inspiré le programme Erasmus et ré-enchanté l’Europe auprès des Jeunes des deux bords, supplantant le rêve américain de la génération précédente, ai-je rappelé.

Oliver Luksic : « Il faut des projets qui apportent une plus-value concrète pour les citoyens »

Oui, l’Europe est capable d’exceller. Mais pas en tout. Nous sommes tous tombés d’accord sur l’idée que l’Union devrait se concentrer sur l’essentiel, avec suffisamment de pouvoir et de moyens associés.

Il peut s’agir de la sécurité, avec un FBI européen, ou la mobilité professionnelle des citoyens. Dans le domaine économique, on pense à l’aéronautique, l’énergie ou la défense, tout comme la « reconquête de notre souveraineté vis-à-vis des Américains » dans la numérisation des échanges et des données, si chère à Jean-Christophe Lagarde.

La prochaine rencontre de cette nature devrait se tenir à Berlin, au printemps prochain.

(au premier rang) Jacques Le Nay, sénateur du Morbihan ; Dr Wolf Klinz, député européen FDP ; David Hartlapp, président FDP-Paris

Nous avons démarré le moteur parlementaire franco-allemand et il devrait ronronner sous l’ère Merkel-Macron, d’autant que ces deux dirigeants disposent désormais de quatre ans de temps politique devant eux, a noté avec optimisme le président de l’UDI.

Je remercie mes collègues sénateurs Annick Billon, Loïc Hervé, Laurent Lafon et Jacques Le Nay qui m’ont fait l’honneur de leur présence à cette conférence, ainsi que Patricia Lalonde, députée européenne UDI, qui était des nôtres lors du déjeuner préparatoire.

Benoit Mayrand, conseiller consulaire Roumanie Moldavie ; Bruno Théret, conseiller consulaire Luxembourg ; Martine Schoeppner, vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire Stuttgart

J’ai été heureux de la présence de Benoit Mayrand, conseiller consulaire Roumanie Moldavie, Martine Schoeppner, vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire Munich et Bruno Théret, conseiller consulaire Luxembourg qui sont venus de leur circonscription pour enrichir les débats.

Enfin toute ma reconnaissance à David Hartlapp, président FDP-Paris et Yves D. Robert, coordinateur de Alde IM France, pour leur aide précieuse dans l’organisation de cette première rencontre UDI-FDP-ALDE.

Voir l’intégralité du débat (50mn)

Commission Défense : journée immersion à la Légion

On a retrouvé la 7ème compagnie ! Ou alors on s’y méprendrait à voir nos sénateurs lourdement casqués et engoncés dans leur parka camouflage, au beau milieu du parc national des Calanques.

En effet, le 25 janvier dernier, le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre, avait invité les membres de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat à passer une journée au camp de Carpiagne (Bouches du Rhône) auprès du 1er Régiment Étranger de cavalerie.

L’objectif proposé à notre commission, conduite par Christian Cambon (à mes côtés sur l’image), fut parfaitement atteint : découvrir, de façon concrète et pratique, les capacités de l’armée de Terre et ses problématiques, tout en prenant en compte de la dimension complète du soldat, ce qui intègre aussi sa famille, un point que n’a pas voulu escamoter le colonel Olivier Baudet.

Et ces légionnaires aguerris nous ont offert d’impressionnantes démonstrations opérationnelles, avant de nous impliquer dans une séance tir avec le tout nouveau fusil d’assaut HK 416 F.

Les visites de terrain sont toujours révélatrices. Nous avons bien entendu le besoin de modernisation des matériels ou encore le manque de temps pour la formation et l’entrainement.

Cette journée d’immersion a fourni un excellent éclairage à notre commission chargée d’examiner la loi de programmation militaire 2019-2025 qui va conditionner l’engagement militaire de la France pour les cinq prochaines années. En se fiant aux propos du Président de la République, cette loi va « traduire une remontée en puissance de nos armées », s’est félicité le général Bosser.

Tous mes remerciements et mes félicitation au 1er REC, seul régiment de la Légion étrangère au sein de notre cavalerie.

Voir la VIDÉO de la journée sur la plate-forme vidéo du Sénat.

Débat sur la réforme de la Caisse des Français de l’étranger (Vidéo – 2m)

Le Sénat a adopté l’ensemble de la proposition de loi relative à la réforme de la caisse des Français de l’étranger (CFE), en ce qui concerne sa gouvernance et son offre.

En 2015, avec mes collègues de la majorité sénatoriale, nous avions préféré attendre les conclusions de l’IGAS avant de réformer. Grâce au travail participatif conduit par le rapporteur Yves Daudigny, nous avons examiné un texte arrivé à maturité et qui satisfait le président de la Caisse, Alain-Pierre Mignon.

J’ai donc soutenu la PPL présentée par Jean-Yves Leconte et plusieurs de ses collègues.

Ce fut l’occasion de saluer l’équilibre des comptes de la Caisse dans un environnement concurrentiel et de souligner l’atout qu’elle représente pour notre commerce extérieur en offrant une protection aux salariés français expatriés.

Voir la VIDÉO (2m) ou lire l’intervention

HEBDOLETTRE n°98 – Bercy, un réservoir inépuisable d’astuces pour taxer toujours plus (édito) – Mon bilan à mi-mandat – Conférence FDP-UDI – L’UDI soutien des candidats En Marche (partielles mars 2018) – Maroc : Contrat de travail étranger (CTE) – Enquête « Handicap et vie à l’étranger » (appel à contributions) – Consultation mondiale « Mon idée pour le Français » (appel à contributions) – Trophées des Français de l’étranger : votez pour le prix du Public – Consultation des entreprises sur la surtransposition des directives européennes par la Délégation sénatoriales aux entreprises – Ma question à Business France sur ses résultats (Vidéo) – Ma question à Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État, sur l’actionnariat populaire (vidéo) – Bioéthique : tribune publiée dans Le Monde – En circonscription VIETNAM – Hô-Chi-Minh-Ville / 29 déc. 2017 – 4 janv. 2018.

Lire : l’HEBDOLETTRE n°98 – 06 février 2018Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°98

Bercy, un réservoir inépuisable d’astuces pour taxer toujours plus.

Cette semaine, nous avons découvert que Bercy a décidé, par décret pris le 30 décembre 2017, d’augmenter les prélèvements de 1,7% sur le montant brut de la retraite des pensionnés résidant à l’étranger.

La loi de finances 2018 indiquait pourtant que l’augmentation de 1,7% de CSG ne concernait pas ceux qui en sont exonérés, tout comme ceux qui touchent une retraite inférieure à 1400 euros net par mois.

Qu’à cela ne tienne. Les services de Gérald Darmanin, ministre du Budget, ont réservé un traitement particulier pour cibler nos retraités de l’étranger qui sont pourtant exonérés de CSG-CRDS : leur taux de cotisation à l’assurance maladie augmente de 1,7%. Il passe en effet de 4,2% à 5,9% à compter du 1er janvier 2018. Et ce, quel que soit le montant de la retraite. Ainsi même les pensionnés modestes sont impactés.
Visuel HL97
Ceux qui perçoivent leur retraite mensuellement ont découvert la mauvaise surprise, jeudi dernier. De leur côté, ceux qui reçoivent leur pension trimestriellement seront prélevés le 1er avril prochain, et ce ne sera pas un poisson d’avril.

Vendredi dernier, lors de mon audition par Anne Genetet, députée LREM de la 11ème circonscription des Français de l’étranger, celle-ci était aussi sidérée que moi de ne pas avoir été avertie de la mesure… Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°98

En circonscription au Vietnam – Hô-Chi-Minh-Ville (29 déc. 2017 – 4 janv. 2018)

Tous mes remerciements à Vincent FLOREANI (au centre en cravate rouge), un consul général soucieux de mettre son expérience au service de notre diplomatie économique et d’aider au mieux nos entreprises à réussir localement.

Notre consul a avancé son retour de vacances pour présider un diner de travail réunissant Henri-Charles Claude, président de la chambre de commerce française au Vietnam qui compte 280 membres (à gauche sur la photo) et des CCEF afin d’explorer les diverses façons de renforcer les relations franco-vietnamiennes.

Je suis reparti avec une priorité, celle de suivre et de soutenir le déménagement du Centre médical international (CMI), une formidable initiative française, source de financement de l’Institut du Cœur de Saigon qui a sauvé la vie de milliers d’enfants.

Santé

CMI

Le Centre médical international (CMI), créé par le Pr. Alain Carpentier, est une clinique française employant des médecins français et vietnamiens.

J’ai visité ce centre, situé en plein cœur d’Hô-Chi-Minh-Ville, en compagnie de Maëlle Jarlier directeur administratif et financier, du Dr Nicolas Lagüe, spécialiste des maladies tropicales installé depuis 15 ans au Vietnam, et de Trinh Thi Minh Ngoc, chargée de développement (santé, art de vivre) chez Business France.

Nous nous sommes ensuite rendus sur le nouveau site qui doit permettre au CMI  de tripler sa surface et donc étoffer son offre. Je resterai très attentif à la réussite de ce projet de déménagement, capital pour l’avenir de l’établissement, qui est en attente de toutes les autorisations nécessaires.

Fait exceptionnel : le CMI reverse tous ses bénéfices à la fondation Alain Carpentier qui permet aux enfants souffrant de maladies cardiaques et indigents d’être néanmoins opérés à l’Institut du Cœur de Hô-Chi-Minh-Ville.

Des compatriotes m’ont également parlé du FV Hospital du District 7 (Franco-Vietnamese Hospital) qu’ils qualifient de meilleur hôpital du Vietnam et qui est accrédité « Joint Commission International » (JCI).

Institut du coeur

Créé en 1992 par le Pr. Alain Carpentier et le Pr. Duong Quang Trung, l’Institut du Cœur soigne les troubles cardiaques. Grâce aux dons du CMI,  4300 enfants ont déjà pu être sauvés.

La demande en chirurgie cardiaque croit au même rythme que la réputation de l’Institut, d’autant que l’accès est facilité aux plus démunis par le département d’aide sociale.

La fondation Alain Carpentier a permis la création de deux établissements du genre et s’emploie à transmettre son expertise de pointe en formant des chirurgiens cardiaques vietnamiens.

Communauté française

Communauté dynamique et entreprenante

(à l’image) Avec Edouard George, président de la section UFE Vietnam et fondateur de Phoenix, agence de voyages touristiques en Asie et Patrick Molko, conseiller consulaire pour le Vietnam.

Je les remercie d’avoir partagé leur long vécu dans un pays qui les passionne.

On estime la communauté française au Vietnam à 11.000 personnes (8.000 sont inscrits sur le Registre). Elle est installée pour les 2/3 dans la capitale vietnamienne. Il s’agit d’une population dynamique (60 % d’actifs), majoritairement masculine (62 % d’hommes) et comprenant de nombreux entrepreneurs.

(à l’image) Parmi ces Français prometteurs, citons les deux chefs  qui accompagnent le chef vendéen étoilé Thierry Drapeau, dont j’ai découvert le restaurant ouvert deux semaines auparavant… en compagnie de quelques uns de ces entrepreneurs installés au Vietnam de longue date.

Créer une entreprise est une solution de plus adoptée par les jeunes diplômés et les anciens stagiaires, parfois même avant de chercher un premier emploi, tant les opportunités de marché semblent foisonnantes

(à l’image) A Vinh Long situé à 2 heures de route de Saigon dans le delta du Mekong, j’ai rencontré nos retraités, membres  de l’UFE Delta du Mékong, section présidée par Bernard Verneveaux. L’obligation de produire un certificat de vie est un sujet épineux dans cette partie du monde. Il ne faut pas être naïf : obtenir la signature d’un certificat d’existence par les autorités locales n’est pas gratuit. Sans parler de la lenteur des services postaux qui entraine la suspension du paiement des pensions par les caisses de retraite basées en France.

Patrick Molko m’a alerté sur des problèmes bancaires récurrents. On a vu des banques françaises fermer unilatéralement des comptes, au motif que les requêtes de nos services des impôts leur faisaient perdre trop de temps !

Enseignement

Lycée bilingue

Fierté de l’éducation vietnamienne, j’ai découvert le lycée Nguyen Thi Minh Khai aux côtés de Jean-Philippe Rousse, conseiller culturel. Nous avons été reçus par la proviseure de l’établissement, Mme Nguyen Thi Hong Chuong et la proviseure adjointe, Mme Nguyen Minh Bach Lan, ainsi que le chargé de mission auprès du service de l’Éducation et de la Formation, M. Pham Quan Tam.

Le lycée propose le programme bilingue et le programme de français LV2. Avec 520 élèves inscrits à la rentrée 2017, il s’agit du plus important contingent d’élèves francophones de niveau secondaire à Ho-Chi-Minh-Ville.

Le Vietnam comptait à la rentrée 2015 environ 48.400 élèves francophones dans l’enseignement scolaire (dont environ 3650 élèves à Hô-Chi-Minh-Ville) : 12.900 en classes bilingues et 35.500 ayant choisi le français comme 1ère (LV1) ou 2e langue vivante (LV2).

Besoins en scolarité

La question scolaire est cruciale. Fermé pour la période des vacances scolaires, je n’ai pu visiter le lycée français Marguerite Duras à Hô-Chi-Minh-Ville qui compte 865 Français sur 1.130 élèves, soit 76 %. Dans la capitale vietnamienne, les Français représentent le groupe le plus important d’expatriés européens !

Un entrepreneur français m’a confié que des investisseurs vietnamiens seraient prêts à créer une école française de 6.000 places !… si l’homologation était acquise avant l’ouverture.

Si seulement on pouvait faire évoluer les procédures d’homologation pour qu’elles génèrent un élan, au lieu de freiner le développement de l’enseignement français à l’étranger…

Entrepreneuriat

Gameloft

Visite du site de Gameloft, éditeur de jeux pour mobiles et tablettes, avec Nguyen Ngoc Thuan, directeur RH pour l’Asie Sud-Est. Trente Français y travaillent à des postes stratégiques.

Créée en 1999 par UBI Soft, Gameloft est devenue indépendante en 2008, avant d’être rachetée par le groupe Vivendi en 2016. L’entreprise emploie 6000 personnes dans 38 pays. 30% de ses effectifs se trouvent en Asie du Sud-Est pour seulement 8% du coût global du personnel…

En Asie sud-est, Gameloft est présent dans 3 pays (Vietnam, Indonésie et Philippines) : 7 studios et 2166 employés. En 10 ans, la société a multiplié sa taille par 20 dans cette région. Son catalogue présente plus de 500 jeux vidéo.

Dans ce secteur industriel en surchauffe, il faut prévoir une augmentation annuelle de 10-15% aux employés et affronter une vive compétition pour recruter les talents !

Linkbynet

Linkbynet a été fondée en 2000 par deux frères dionysiens (93), Patrick et Stéphane Aisenberg, ayant juste le baccalauréat en poche.

Pionnière de l’informatique en nuage (Cloud Computing), Linkbynet propose à ses quelque 800 clients, de la PME aux grands noms du CAC40, des solutions d’hébergement et d’infogérance.

Linkbynet Vietnam a ouvert ses portes en 2014. La filiale ne comptait alors qu’un seul collaborateur ; elle en compte une cinquantaine désormais. Linkbynet Vietnam est gérée par Thuy Bui, un Français d’origine vietnamienne qui m’a reçu, en présence de Benoit Lauvray, directeur de la production.

Justifiant d’une croissance annuelle moyenne de 25 %, le groupe compte 650 employés (dont 250 à son siège) et réalise un CA de 45M€.

Culture & Sciences

Institut culturel

Visite de l’IDECAF (Institut d’échanges culturels avec la France), dirigé par Mme Nguyen Ngoc Lan.

Ce centre culturel français placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères vietnamien, dont les cadres sont des diplomates vietnamiens, constitue une véritable exception dans notre réseau culturel !

En effet, l’IDECAF a été créé en 1982 par accord intergouvernemental, en reprenant les bâtiments de l’Institut français de Saigon, lui-même créé en 1954.

L’institut assume avec dynamisme la promotion de la culture française, d’abord en termes d’apprentissage de la langue : 2000 élèves annuels ; 60 professeurs, dont 10 Français. Salle de spectacle, salle d’exposition et médiathèque (25.000 références sur 800m2, ouverte en 2006 avec l’aide de la France) sont autant de puissants outils au service de notre rayonnement national.

Coopération scientifique et culturelle

Lors d’un déjeuner à la Résidence en présence de Jean-Philippe Rousse, conseiller culturel, j’ai rencontré Alexis Drogoul, représentant de notre Institut de recherche pour le Développement (IRD) installé depuis les années 1990 pour partager ses connaissances scientifiques et travailler en partenariat avec les principales institutions de recherche et d’enseignement vietnamiennes, notamment sur l’environnement, les ressources naturelles, la santé et les sciences sociales.

Cette réunion m’a aussi permis des échanges passionnants avec Pascal Chinarro, fondateur du studio audiovisuel Bonjour Saigon ; Sandrine Llouquet (Salon Saigon) et puis Olivier Tessier de l’Ecole française d’extrême Orient (EFEO), établissement spécialisé dans l’étude des civilisations de l’Asie depuis 1898.