Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription au Mali – Bamako (28 au 29 janv. 2021)

 Pour mon premier déplacement à Bamako, j’ai été accueilli à la résidence par Joël Meyer, notre ambassadeur de France au Mali, et bénéficié de son éclairage sur la situation dès mon arrivée.

Dans le prolongement du déplacement au Burkina Faso, les objectifs étaient de préparer le débat du 9 février au Sénat sur l’opération Barkhane, il était opportun de prendre l’avis des Maliens et d’écouter les observations de nos diplomates en poste, de nos militaires engagés sur le terrain, mais également de nos compatriotes et, en particulier, ceux qui sont impliqués dans le monde économique.

Par ailleurs, il m’apparaissait important de faire un point sur les conditions de sécurité et sur les progrès de l’action de l’Aide française au développement (AFD).

J’ai été ravi de rencontrer les conseillers des Français de l’étranger Michel Darwiche (à l’image), Guy Sukho et Élisabeth Kanoute, qui m’ont exprimé les attentes de notre communauté.

Je remercie Michel Darwiche d’avoir contribué à mes rencontres avec notre communauté d’affaires, tout en m’accompagnant à certains rendez-vous.

Politique

Ministère de la Défense

Heureux d’avoir été reçu par le général Souleymane Doucouré, secrétaire général du ministère de la Défense et des Anciens combattants (Segal), en compagnie de Didier Maze, Premier conseiller à l’ambassade et du colonel Olivier de Charnacé, attaché de Défense.

Le Segal nous a fait part des premières impressions positives du ministre de la Défense au lendemain de sa rencontre, à Paris, avec notre ministre des armées Florence Parly. L’occasion aussi de confirmer tout le bien-fondé de l’opération Barkhane face aux réalités du terrain.

Notre échange a été suivi d’une réunion à l’ambassade de France avec le colonel Olivier de Charnacé, attaché de Défense, le général Alain Vidal, représentant Barkhane et le commissaire divisionnaire Philippe Duporge, attaché de Sécurité intérieure.

Nous avons fait le point sur l’évolution d’une situation sécuritaire plus complexe qu’en 2012.

Mes interlocuteurs m’ont fait part de confiance montante des soldats maliens et des efforts considérables accomplis pour permettre à leur armée de gagner en puissance et en efficacité.

J’ai été convaincu que l’armée malienne était sur la bonne voie et que la France doit poursuivre son accompagnement militaire. Les forces armées sont le gage du retour de l’État et de l’ordre sur tout le territoire. +d’images

Entrepreneuriat

Choose Africa Resilience (AFD)

Réunion organisée par François Tirot, directeur de l’AFD Mali, en présence de Fatoumata Sissoko-Sy, directrice régionale Proparco, ainsi que de l’équipe économique de l’ambassade et de plusieurs CCE (Total, Bolloré, Somafrec…).

En janvier 2021, le portefeuille de l’AFD Mali dénombre près de 40 opérations en cours de réalisation pour un volume d’engagements de 663M€. Ces projets portent sur l’eau et l’assainissement, l’énergie, le développement rural, l’éducation et la formation professionnelle, la santé, la gouvernance.

L’AFD est le chef de file de l’Alliance Sahel pour le territoire de Menaka, l’Union européenne pour le centre du pays et la Banque mondiale pour le sud.

Le Mali fait partie des 10 pays prioritaires du programme Choose Africa Résilience

Concernant la mise en œuvre de ce dispositif, voté par le Parlement en juillet 2020 afin de venir en soutien aux TPE/PME en Afrique, j’ai constaté que la présentation du programme aux banques était prête. Une présentation spécifique devant les CCEF marquera prochainement le lancement de l’opération.

Pour que le programme « Choose Africa Resilience » voulu par le gouvernement atteigne son objectif, il faut que tous les acteurs de terrain au Mali s’emparent collectivement de cette initiative aux côtés de l’AFD/Proparco.

Avec leur faculté de toujours trouver des solutions par eux-mêmes, je les crois capables d’aider l’AFD/Proparco à trouver la clé pour faire réussir le programme.

Entrepreneurs français

Plusieurs rencontres avec des entrepreneurs installés au Mali m’ont permis d’appréhender les réalités quotidiennes des milieux d’affaires locaux.

Une réunion a été organisée par Michel Darwiche, conseiller des Français de l’étranger, avec des entrepreneurs spécialisés dans le textile, la formation, les infrastructures.

Une autre réunion a été organisée par Valéry Alves (conseiller économique) avec le Premier conseiller Didier Maze, le DG de Ciments et Matériaux du Mali du groupe Vicat (Elhadji Seck), la vice-présidente des conseillers du Commerce extérieur de la France (Anne Mounicot), le DG de Bramali du groupe Castel (Benjamin Bronne), le DG d’Eléphant Vert (Oumou Sidibé Vanhoorebeke) et le SG du REAO, Réseau de l’Entreprise en Afrique de l’Ouest (Awa Diarra).

Nous avons évoqué entre autres les problèmes d’infrastructures, d’insécurité, de trafics et de gouvernance.

J’ai eu un entretien éclairant avec Valérie Beilvert (à l’image), DG de RMO Job Center Mali et CCEF qui envisage de monter un important centre de formation pour le secteur privé.

Comme me l’a confié Valérie Beilvert, La France se focalise trop sur les grands groupes. On s’intéresse beaucoup moins aux PME qui façonnent le tissu français à l’international. Je partage ce point de vue et mes conversations avec les entrepreneurs locaux le confortent.

Tous mes interlocuteurs m’ont fait passer ce message : ici, il faut savoir trouver des solutions par soi-même. +d’images


Formation

Au Mali, il y a un grand défi à relever en matière d’éducation. Cette préoccupation m’est remontée avec un caractère d’urgence. Un des entrepreneurs rencontrés m’a décrit le système de formation malien comme catastrophique, expliquant qu’il peine à recruter. Développer le système de formation permettrait aux Maliens de trouver plus facilement un emploi sur place.

Ainsi, Nicolas Diallo de SMS Consulting a créé une école supérieure de commerce.

Après avoir travaillé vingt ans dans le coton et assuré le poste de DG adjoint de la Compagnie malienne du Textile, Bernard Jacquin a, pour sa part, créé une école de commerce en 2009. Il a voulu faire de cette école un laboratoire. L’établissement fait ses preuves depuis plus de dix ans.

Benjamin Bronne m’a indiqué que le groupe Castel faisait un gros travail en matière d’éducation.

La filière coton

Premier producteur d’Afrique, le pays récolte un coton de très bonne qualité. Cela emploie 4 millions de personnes, soit 20% de la main d’oeuvre du pays. Le Mali n’en transforme, en fil ou en vêtements, qu’une infime partie.

Elie Grand est l’un des rares industriels à produire du textile au Mali. Pour lutter contre les produits à bas coût, il produit des pagnes sur-mesure avec des illustrations originales selon le goût du client.

Éléphant Vert a pour objectif de lancer une filière bio dans le coton. Édouard Philippe est venu au Mali soutenir cette initiative. La gamme de leurs services permet d’accompagner l’agriculteur dans l’analyse agronomique des cultures, l’analyse de l’eau et de la microbiologie du sol, le contrôle des résidus chimiques sur les récoltes, ainsi que l’analyse de l’environnement pour améliorer la pérennité et la qualité des cultures.

Eurolait Mali

Visite de l’unité industrielle Eurolait Mali, en compagnie de Michel Darwiche, conseiller des Français de l’étranger pour le Mali, Fatoumata Sissoko-Sy, directrice régionale Proparco et François Tirot, directeur AFD Mali.

Implantée sur le site de la zone industrielle de Sobuba, la société est spécialisée dans la fabrication et la distribution des produits laitiers et de jus aromatisés sous les marques Yoplait Candia & Salsa.

Accueillis par François Giraud, directeur du site, nous avons évoqué les difficultés d’approvisionnement de la poudre de lait qui arrive de France ou de Pologne. Il est moins cher et il faut trois fois moins de temps pour amener un conteneur de France à Dakar que de Dakar à Bamako, distant d’un millier de kilomètres.

Le manque de fiabilité dans les temps d’approvisionnement implique l’augmentation des stocks tampons pour garantir le flux de production, ce qui pèse sur la rentabilité.

La société doit travailler avec de la poudre de lait importée, car la qualité du lait local ne permet pas d’assurer un produit propre à la consommation sur une production en volume. L’emballage est en polyéthylène biodégradable, puisse que le produit est consommé dans la journée.

Dans un pays où seuls 12% de la population est bancarisée, il faut mettre un circuit de distribution qui s’accommode d’une économie qui repose sur l’informel. Ainsi, les produits sont approvisionnés chez le grossiste qui les vend dans la journée et paye le lendemain en se réapprovisionnant.

Une bien belle réussite. +d’images

Groupe français Vicat/CMM

Visite de la cimenterie du groupe français Vicat/CMM (Ciments et Matériaux du Mali), la plus importante du Mali, située à Kati, 30 kms au nord de Bamako, en compagnie de Elhadji Seck, DG CMM, Didier Maze, Premier conseiller, Valery Alves, conseiller économique, Fatoumata Sissoko-Sy, directrice régionale Proparco et François Tirot, directeur AFD Mali.

« Il a préféré la gloire d’être utile à l’avantage si recherché d’être riche… Ce n’est pas la France seulement, mais le monde entier qui doit être reconnaissant envers monsieur Vicat », écrivait le Baron Thénard dans son rapport à la chambre des Pairs en juillet 1845.

En 1817, Louis Vicat invente le ciment artificiel. Depuis 160 ans, ce sont sept générations qui ont perpétué la tradition au sein du groupe familial, aujourd’hui implanté dans 12 pays.

L’usine de Diago a célébré son premier exercice de production en décembre 2020. Elle peut produire jusqu’à 100 tonnes de ciment par heure.

L’investissement de 30 millions d’euros génère 150 emplois directs et 1500 indirects.

Le ciment est composé à 65% de clinker, provenant du Sénégal, 30% de calcaire collecté au Mali et 5% de gypse importé de Mauritanie. Le transport du clinker pour alimenter l’usine constitue un véritable enjeu. Il s’effectue fait par camion. Un transfert qui peut prendre de 3 à 20 jours… Le directeur général de CMM appelle de ses vœux la mise en service d’une ligne de chemin de fer entre Dakar et Bamako.

Il porte témoignage d’une entreprise française au service des acteurs du développement, auquel je souscris. +d’images

Communauté française

Réunion 3S (Santé, Sécurité, Scolarité)

Afin de me permettre de découvrir les attentes de la communauté française au Mali, Marc Egret, consul général, a organisé un déjeuner en sa Résidence, avec les conseillers des Français de l’étranger Michel Darwiche, Guy Sukho et Élisabeth Kanoute, ainsi que les représentants des associations : Sandrine Verreckt (Bamako Accueil) ; Anna Fatoumata Maiga (ADFE – Français du Monde) ; Sébastien Philippe (Souvenir français) ; Aboubakarine Maiga (Asso française d’Entraide) ; Olivier Gourbe (Centre Médico-social).

La communauté française compte 7582 inscrits au Registre des Français (à 78 % binationaux).

La baisse est de 10% par rapport à 2019, en raison de la conjonction des crises sécuritaires, sanitaires et économiques.

7274 Français vivent à Bamako, 217 à Kayes (frontière avec le Sénégal), moins de 100 dans le reste du pays. 56% des inscrits sont mineurs. 21% ont entre 18 et 40 ans et 22% ont plus de 41 ans. A noter enfin que 3822 électeurs sont inscrits sur la LEC.

Les participants m’ont rapporté la vision d’une capitale qui s’est peu à peu barricadée, à l’image de l’Institut français, pour appréhender la menace terroriste toujours plus prégnante. Le lycée français Liberté leur donne l’impression d’être un camp retranché. La zone rouge invite au confinement et la Covid n’a rien arrangé.

Tous me disent que si les Français se retiraient de Gao (au nord du Mali), alors les Maliens partiraient.

Ils sont convaincus que la stabilité de l’Europe dépend de la stabilité du Mali et que le Sahel constitue une digue contre une vague migratoire.

7911 cas positifs ont été diagnostiqués depuis le début de la crise sanitaire au mois de mars pour 320 décès au 22/01/2021.

Les structures sanitaires intègrent convenablement les malades malgré le manque de moyens. 8 millions de doses de vaccin sont attendues d’ici fin mars, afin de pouvoir vacciner 4 millions de personnes.

J’ai salué l’action positive de nos élus et la résilience de nos compatriotes qui s’adaptent et continuent à croire dans le futur du Mali. +d’images

Enseignement

Lycée français Liberté

Visite de l’Établissement Liberté, en compagnie de Michel Darwiche, conseiller des Français de l’étranger au Mali et Alain Maseto, conseiller culturel.

Cette école est conventionnée avec l’AEFE et accueille 1296 élèves du cours préparatoire à la terminale.

Le réseau d’écoles françaises au Mali compte également trois écoles partenaires : groupe scolaire Les Angelots (693 élèves de la maternelle à la 3ème) ; l’école Les Écrivains (481 élèves de la maternelle à la 3ème) et l’école Les Lutins (438 élèves de la maternelle au CM2).

L’accès à l’Établissement Liberté est le plus sécurisé parmi tous ceux que j’ai pu observer. Le parking pour les véhicules constitue un sas d’entrée à part entière, suivi d’autres sas qui interdisent l’entrée à tout intrus.

Deux rencontres ont été organisées avec l’équipe de direction et les parents d’élèves élus au comité de gestion, ce qui m’a permis d’appréhender les besoins de cet établissement.

Avec Maryline Albano, proviseure et Béatrice Jourdain, DAF, nous avons abordé la préoccupation récurrente du maintien des postes d’enseignants résidents. De leur point de vue, réduire leur nombre, année après année, semble être de nature à réduire l’attractivité des établissements pour les parents.

Avec Fatoumata Dikou, VP, et Moktar Diallo, nous avons évoqué le travail des parents élus au bureau. Le bureau est constitué de 12 parents d’élèves, renouvelés chaque année par moitié, pour un mandat de deux ans. Ce travail bénévole leur apparaît si dense qu’il devient vite épuisant, ce qui justifie le turnover à chaque élection.

Les parents louent la relation harmonieuse et de confiance créée par la nouvelle proviseure.

Ils m’ont confirmé que leur priorité était d’attirer des enseignants et qu’il fallait trouver de nouvelles incitations pour y parvenir. Il va sans dire que la qualité des enseignants fait la réputation des établissements. Ne pas y répondre laisserait le champ libre aux écoles internationales, dont les ouvertures se multiplient en provoquant une concurrence frontale.

J’ai salué l’investissement en vue de disposer d’un bâtiment flambant neuf, une belle concrétisation qui démontre que les parents ont foi en l’avenir de leur établissement. +d’images

Santé

Centre médico-social

Didier Maze, Premier conseiller à l’ambassade, que j’avais précédemment rencontré en Espagne en qualité de consul général à Séville, m’a proposé de commencer mon séjour au Mali par une visite du CMS (Centre médical et social).

Dirigé par le médecin-chef Olivier Gourbe depuis septembre 2019, le CMS est géré depuis janvier 2017 par l’ONG Santé Diabète, dirigée par Stéphane Besançon.

Sa vocation est d’assurer :
– Les consultations de médecine générale et les soins courants de santé, dont certaines vaccinations ;
– Les visites médicales prescrites par la règlementation ;
– La prise en charge médicale des urgences.

Au total, une soixantaine de Français atteints de la Covid-19 ont été suivis par le CMS, dont le décès de deux personnes de 63 et 85 ans et une dizaine de rapatriements sur la France par avion sanitaire.

Le Centre de Crise a fait parvenir au centre médico-social un générateur d’oxygène, des équipements de protection individuelle et des médicaments de base, en cas de crise d’approvisionnement des pharmacies locales.

Les tests d’orientation diagnostic (PCR) et antigéniques sont désormais disponibles au CMS. J’ai pu le vérifier et en bénéficier.

Pour l’année 2020, Santé Diabète a obtenu une subvention de 10000€. Grâce à l’intervention de l’Ambassade, une subvention complémentaire de 14000€ a été versée, afin de permettre au CMS de faire face à la crise sanitaire. +d’images

En circonscription au Burkina Faso (2/2) Communauté française – Ouagadougou (25 au 27 janv. 2021)

J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à retourner au pays « des hommes intègres ». Le Burkina Faso doit faire face à d’innombrables défis. Il se classe aujourd’hui parmi les 10 pays les moins développés au monde et doit faire cohabiter 60 ethnies. La capitale Ouagadougou a vu croitre sa population de 180.000 à 2 millions d’habitants en 30 ans. Elle atteindra 6 millions dans 10 ans…

J’ai observé avec satisfaction le niveau d’implication de la France à travers son soutien aux dirigeants et au peuple burkinabè pour favoriser le développement, la sécurité et la démocratie.

J’ai retrouvé avec joie les trois élus de notre communauté : Martine Voron, Françoise L’Étang Yameogo et Ousmane Ouédraogo. Leurs témoignages m’ont été précieux et je salue leur action généreuse et profitable à nos compatriotes. +d’images

Communauté française – Action consulaire


Conseillers des Français de l’étranger

Le nombre des Français inscrits au consulat de Ouagadougou s’élève à 3423, constitué pour moitié de binationaux. Ce nombre a baissé de 7% en 2020, mais reste équivalent à celui de 2010 qui était de 3325.

Afin d’évoquer les problématiques des Français établis au Burkina Faso, le poste diplomatique m’avait organisé deux réunions en compagnie des conseillers des Français établis hors de France : Martine Voron ; Françoise L’étang Yaméogo et Ousmane Ouédraogo.

La première réunion autour du consul général Eric Belotti a porté sur les besoins de notre communauté en matière sociale, éducative et économique avec l’accompagnement de nos entrepreneurs affectés par la crise. +d’images

La seconde réunion, autour de l’ambassadeur Luc Hallade, portait sur l’initiative Choose Africa Resilience (voir ci-dessous).

Consulat

Visite du Consulat général de France en compagnie d’Eric Belotti et rencontre avec les agents du poste.

80% de notre communauté réside dans la capitale et 15% à Bobo-Dioulasso.

En 2020, le dispositif exceptionnel d’aide sociale en faveur des Français de l’étranger lié à la crise sanitaire a permis à 53 foyers de percevoir un secours occasionnel de solidarité pour près de 30.000 euros sur le second semestre.

Nous avons abordé les questions concernant la sécurité de nos compatriotes du fait du risque sécuritaire lié à l’expansion des zones d’action des groupes terroristes. Mais il ne faut pas négliger que nos ressortissants s’exposent également à des risques sanitaires et à des risques liés aux accidents de la route.

La circonscription consulaire est découpée en 25 îlots qui ont chacun un chef d’îlot à leur tête.

Impressionné par la chemise compilant le nombre de certificats de vie (98) signé par le consulat pour le seul mois de janvier 2021, il m’a été répondu que c’était exceptionnel : le consulat signe 50% des certificats en janvier et 50% tout au long des onze autres mois de l’année. +d’images

Sécurité

La sécurité des Français à l’étranger constitue pour moi une priorité d’action.

Depuis mon précédent passage, fin 2016 (compte-rendu), la carte du Burkina Faso affichée sur la page « Conseils aux voyageurs » du ministère des Affaires étrangères fait apparaître une nette dégradation de la situation sécuritaire.

Comme me l’a confié le chef d’état-major adjoint de la Gendarmerie nationale, l’ennemi ne s’en prend plus seulement aux militaires, mais aussi aux civils accusés de collaborer avec les forces de sécurité. Cela engendre des déplacements de population qui ne sont pas sans conséquences au niveau environnemental.

Afin de pouvoir appréhender la situation, l’ambassade m’a organisé plusieurs rendez-vous pour faire une analyse fondée sur les propos des militaires, tout comme ceux des personnes chargées de la sécurité intérieure.

Ainsi, j’ai eu l’opportunité d’avoir plusieurs points de vue en croisant les regards burkinabés et français. À chaque fois, le discours a été consensuel et sans équivoque. Sans Barkhane, la situation serait pire que ce à quoi nous assistons et l’effort doit donc se maintenir.

Côté Burkinabé :
– Entretien avec le chef d’état-major adjoint de la Gendarmerie nationale
– Entretien avec le secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale (SGDSN)
Côté français :
– Dîner « Sécurité Défense » autour de l’ambassadeur, en présence notamment de l’attaché de Défense et de l’attaché de Sécurité régional.
– Réunion de travail avec le Service de sécurité intérieure (SSI) comprenant l’attaché de Sécurité régional ; l’attaché de Sécurité adjoint ; le conseiller Terrorisme ; le conseiller Sureté Immigration ; le conseiller auprès de la DGPN ; le conseiller auprès de la DGPC ; le directeur des études ESEPC et le conseiller du chef d’état-major de la Gendarmerie nationale. +d’images

UFE

À l’occasion d’une soirée organisée par Martine Voron, conseillère des Français de l’étranger pour le Burkina Faso, j’ai eu l’opportunité de saluer son action et d’échanger avec une vingtaine de compatriotes entrepreneurs établis dans le pays.

Le cadre choisi par Martine était le restaurant Princess Yenenga dirigé par un compatriote qui a partagé avec moi les défis auxquels son activité est soumise depuis le début de la pandémie.

L’objectif était de faire connaître le programme Choose Africa Resilience, voté par le Parlement en juillet 2020, afin de venir en soutien aux TPE/PME en Afrique. Ce programme de soutien financier aux TPE/PME peut prendre la forme de prêts consentis par des banques partenaires à des TPE/PME, assortis de garanties accordées par l’AFD/Proparco pour les banques locales prêtant aux TPE/PME fragilisées.

J’ai eu le plaisir de retrouver des personnes rencontrées lors de mon passage à Ouagadougou fin 2016, mais aussi ailleurs en Afrique comme Francis Ambroise, DG des Brasseries Castel en poste précédemment à Madagascar.

Là encore, au sujet Barkhane, j’ai entendu un appel unanime à maintenir l’effort. Et pour cause, certains interlocuteurs m’ont raconté qu’un tiers de la superficie du pays leur était désormais inaccessible. +d’images

Santé

Centre Médical International (CMI)

Visite du Centre Médical International avec François Zougmoré, président de l’Association international de santé (AIS), les conseillers des Français de l’étranger : Martine Voron ; Françoise L’étang Yaméogo et Ousmane Ouédraogo ; le consul général Eric Belotti, le conseiller régional Santé Mondiale P-A Rubbo ; les membres du bureau de l’AIS et le personnel soignant.

Le CMI est géré par l’AIS, association de droit burkinabé.

Cette structure médicale de référence pour la communauté française a bénéficié de subventions de l’État français : 45.000€ (2019) et 50.000€ (2020).

Une subvention de 60.000€ a été accordée début 2021, afin de permettre d’acquérir du matériel d’assistance respiratoire pour permettre la prise en charge de patients atteints de la Covid.

Félicitations à tous les bénévoles et aux donateurs qui permettent de faire exister le CMI et au personnel de santé qui l’anime avec dévouement et compétence. +d’images

Entrepreneuriat – Diplomatie économique

Choose Africa Resilience

Rencontre autour de l’ambassadeur Luc Hallade qui a porté sur l’initiative Choose Africa Resilience, en présence de Patrice Chevalier, président des CCEF (DG PPI BF SA) ; D. Delpuech, Premier conseiller ; B. Alperte, cheffe du service économique ; L. Arnoux, COCAC ; G. Chausse, directeur de l’AFD Burkina.

Le Burkina Faso fait partie de la liste des 10 pays sélectionnés par l’Agence Française du Développement (AFD) pour bénéficier du dispositif « Choose Africa Résilience », via sa filiale Proparco.

Voté par notre Parlement en juillet 2020, dans le prolongement de l’initiative « Choose Africa » qui concrétise l’engagement pris à Ouagadougou par Emmanuel Macron, j’ai voulu évaluer la mise en route du dispositif sur le terrain, comme je l’avais fait au Cameroun le mois précédent (compte-rendu).

Le directeur de l’AFD a prévu de lancer une première réunion d’information, afin de présenter ces nouvelles mesures destinées à accompagner le financement des TPE/PME (prêts garantis auprès des banques locales) affectées par les conséquences de la pandémie, à laquelle il associera les élus et les conseillers du commerce extérieur.

Les élus sont désormais sensibilisés à ce programme et seront en première ligne pour suivre ses progrès, afin de vérifier si le volontarisme du gouvernement se concrétise sur le terrain. +d’images

La ruche

Visite de la Ruche, la maison des jeunes talents du Burkina Faso, qui a pris corps suite au discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou, le 28 novembre 2017. Le président aspirait « à un lieu accessible à tous (…) à destination de la jeunesse qui permette non seulement de l’accueillir mais de réussir, d’étudier, de faire, d’entreprendre, de s’informer, de se projeter vers le reste du monde. »

Inaugurée le 19 octobre 2018 par deux ministres des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et Alpha Barry, j’ai découvert des espaces de travail confortables et modulables disposant d’une connexion haut débit.

La Ruche accueille Campus France, France Volontaires et un espace animé par l’IRD-Institut de Recherche et de Développement.

Les jeunes viennent y développer leurs projets dans un environnement stimulant leur créativité. +d’images

PADES/BF

À l’occasion de la visite de la Ruche, j’ai participé à la 2ème session de comité de pilotage du Projet d’Appui au Développement de l’Entrepreneuriat dans le Sahel-Burkina Faso (PADES/BF), lancé en septembre 2020.

Il vise en particulier à renforcer l’entrepreneuriat dans la chaîne de valeur de l’élevage dans la commune de Gorom Gorom, qui a accueilli plus de 30.000 personnes déplacées internes.

Grâce à cet appui, 240 porteurs de projets de cette localité bénéficieront de formation et d’équipements pour la mise en œuvre de leur activité pastorale.

La cérémonie a été présidée par Mahamourou Zan, représentant du ministre de la Jeunesse, et de la Promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, accompagné de Ibrahim Ag Attahir, maire de la commune de Gorom Gorom ; Issa Tindano, 1er vice–président du conseil régional du Sahel ; Hamidou Idrissa Massa, haut-commissaire de la province de l’Oudalan ; Houcine Dahmane, conseiller régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’ambassade de France et de Frédéric Bontems, envoyé Spécial Sahel pour la France.

Lors de mon intervention, fort de mon expérience d’entrepreneur, j’ai rappelé qu’il faut beaucoup de courage pour entreprendre dans une région touchée par l’instabilité.

Après avoir félicité le comité d’organisation qui permet à des jeunes gens, filles et garçons, de tenter leur chance, j’ai salué l’action de la France qui se tient aux côtés de ces entrepreneurs en herbe pour les accompagner dans leur démarche de création.

J’ai conclu mon propos en adressant mes voeux de prospérité et sécurité retrouvée aux communes et à toute la population du Sahel-Burkina Faso. +d’images

En circonscription au Burkina Faso (1/2) Diplomatie parlementaire – Ouagadougou (25 au 27 janv. 2021)

Pour mon deuxième déplacement au Burkina Faso, j’ai été accueilli à la Résidence par l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade, qui a remarquablement organisé ma mission. +d’images

Nous avons évoqué les principaux thèmes de mon déplacement. Le volet diplomatie parlementaire avec la préparation du débat au Sénat sur l’opération Barkhane ;

Le volet communauté française comprenant deux axes : La sécurité de nos ressortissants ; le dispositif Choose Africa Resilience, déployé par l’AFD en faveur des TPE/PME ouvert à nos entrepreneurs installés localement.

Toute ma reconnaissance à Martine Voron, conseillère des Français de l’étranger, qui s’est fortement impliquée dans la préparation de ce déplacement pour en faire un succès.

Politique

Présidence du Faso

Je suis reconnaissant au président Roch Kaboré de m’avoir accordé un entretien au palais présidentiel de Kosyam à Ouagadougou, en présence de Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina Faso.

Plus de quatre ans après notre première rencontre (compte-rendu), le président du Faso m’a fait l’honneur de partager ses analyses sur l’opération Barkhane et la situation sécuritaire en cours au Burkina Faso et dans le Sahel. +d’images

Communiqué de presse de la présidence du Faso (lien) :
« (Ouagadougou, 25 janvier 2021). Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience ce matin, le Vice-président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Armées du Sénat français, Olivier Cadic, par ailleurs sénateur représentant les français établis hors de la France.
« Je suis venu féliciter le président du Faso pour sa réélection et lui demander son avis sur le débat actuellement en France sur l’opération Barkhane en Afrique. Nous allons avoir un débat à Paris au Sénat le 9 février sur le sujet, et il me paraissait important que le président Kaboré puisse partager son regard sur cette question », a indiqué le sénateur français à sa sortie d’audience.
Selon lui, le président du Faso a relevé des apports positifs de la Force Barkhane dans la lutte contre le terrorisme dans l’espace G5 Sahel.
« Le président du Faso a une vraie vision, c’est pourquoi je pense qu’il était nécessaire de l’écouter. Il ne s’occupe pas seulement du court terme, mais il a cette vision de se projeter dans l’avenir», a souligné le sénateur. »

Vidéo de la conférence de presse (3’25) :

Revue de presse :

Articles parus dans Sidwaya, Aujourd’hui au Faso et l’Observateur
.
.
.
Ministre des Affaires étrangères

Comme lors de mon précédent passage en 2016 à Ouagadougou, j’ai eu l’honneur d’être à nouveau reçu par Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères, tout juste reconduit dans ses fonctions par le président Kaboré.

J’étais accompagné par Luc Hallade, ambassadeur de France et Dominique Delpuech, Premier conseiller.

Le ministre a souligné que Barkhane est un des éléments les plus forts de notre coopération et de notre amitié, « au regard du prix du sang ». Le Burkina Faso reconnait la prouesse militaire de l’armée française, « faisant énormément avec si peu sur un si vaste territoire ». Les baisses d’effectifs de Barkhane envisagées l’inquiètent à titre personnel, car les besoins de cette opération se font toujours sentir sur le terrain.

Le ministre a remercié la France et l’Union européenne, les deux principaux partenaires bilatéraux et multilatéraux du Burkina Faso. Je me réjouis de son message chaleureux et sans ambiguïté de soutien à l’opération Barkhane. +d’images

Président de l’Assemblée nationale

Entretien avec le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé, en compagnie de Luc Hallade, ambassadeur de France et de Dominique Delpuech, Premier conseiller, suivi d’une visite de l’hémicycle, lors de ma seconde journée à Ouagadougou.

L’Assemblée nationale du Burkina a connu un profond renouvellement, puisqu’elle compte 90 nouveaux députés sur 127.

J’ai félicité le PAN qui a été reconduit au perchoir à l’unanimité des élus moins deux voix. Sa personnalité chaleureuse et son expérience ont assurément contribué à lui permettre d’obtenir un tel consensus.

Au sujet de sa perception de l’opération Barkhane, le PAN m’a d’abord confié que l’armée française était la bienvenue au Sahel et qu’elle se battait pour une juste cause : « Il faut la féliciter pour cela, d’autant plus que des hommes meurent sur le terrain ».

Lors de la campagne électorale, le PAN s’est rendu dans les cinq régions du pays les plus affectées par l’insécurité pour parler aux populations qui accumulaient les frustrations depuis plusieurs années. Celui-ci indique qu’il ne faut pas penser que le Burkina Faso connait une guerre de religions, car les fauteurs de troubles sont souvent plus des bandits que des idéologues, comme on l’observe ailleurs dans la région.

Il considère cependant que le danger est réel et compare le Burkina Faso à « une digue » face au terrorisme islamique. Son pays est condamné à le repousser pour éviter que toute la région ne s’embrase.

Devant la presse présente à l’issue de la visite, j’ai exprimé ma gratitude pour les propos très réconfortants du PAN sur l’action de la France au Sahel et salué son engagement à suivre la voie du Président du Faso dans sa volonté de mener à bien son entreprise de réconciliation nationale. +d’images

Délégation de l’Union européenne

Profitant de la venue à Ouagadougou de Frédéric Bontems, ambassadeur envoyé spécial de la France pour le G5 Sahel, Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina Faso, a convié les chefs de mission des États membres de l’Union européenne pour une rencontre à la Résidence de France.

Wolfram Vetter, ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, était accompagné des ambassadeurs d’Allemagne, du Danemark, de Belgique, du Luxembourg, des Pays-Bas, de l’Autriche, d’Italie et de Suède.

Belle opportunité pour la France de partager des éléments d’information sur le prochain sommet du 15 février à N’Djamena et de prendre en compte la perception de nos partenaires européens.

Les propos de Frédéric Bontems ont démontré l’intérêt et la contribution de l’UE aux progrès de l’opération Barkhane.

Je me suis rendu le lendemain à la délégation de l’Union Européenne en compagnie de Nicolas Courtin, Deuxième conseiller. Accueillis par Wolfram Vetter, nous avons échangé sur les actions de l’UE en faveur de la paix, la stabilité et la sécurité.

Nous avons aussi évoqué les récentes élections présidentielles et législatives dans laquelle l’Union européenne s’est investie avec son programme d’appui au processus électoral. +d’images

Développement

ONG & AFD

A la faveur de la venue à Ouagadougou de Frédéric Bontems, ambassadeur envoyé spécial de la France pour le G5 Sahel, je me suis joint à deux réunions de travail dédiées à l’action de développement dans la région :

1 – A l’ambassade de France : rencontre avec les ONG humanitaires françaises (Action contre la faim, Acted, Première urgence international, Solidarité international, Oxfam, Médecins du Monde, Alima, Handicap International).

Face à la dégradation de la situation humanitaire au Burkina Faso, liée aux conséquences du changement climatique, aux pressions démographiques et à la dégradation sécuritaire, l’aide humanitaire française s’élève à près de 10M€ en 2020.

Les financements sont répartis entre l’aide bilatérale en soutien à des ONG locales et internationales (3.5M€) et les contributions aux organisations internationales (6M€).

D’après les représentants des ONG, les habitants du Sahel vivent une crise humanitaire majeure. Ils déplorent toujours plus de déplacés internes sans abri ou disposant d’un abri inadéquat.

L’État ne serait plus présent sur 30% du territoire. Leur objectif est donc d’avoir accès à ces zones pour organiser l’assistance humanitaire.

2 – Au siège de l’AFD : suivi de l’avancement du programme « 3 Frontières » dans les provinces du Nord et du Sahel, en présence notamment de Laurence Arnoux, conseillère culturelle ; Houcine Dahmane, conseiller régional de Coopération pour l’Afrique de l’Ouest ; Gilles Chausse, directeur AFD Burkina ; Amadou Barry, chef de projet 3F au GRET.

Le portefeuille de l’AFD au Burkina Faso compte 21 projets en cours d’exécution.

Le projet 3 Frontières (projet multi-pays de 33 M€) vise à contribuer aux efforts de stabilisation et de paix dans les territoires transfrontaliers du Burkina Faso, Mali et Niger, via un soutien au développement socio-économique et au renforcement de la cohésion sociale, tout en combinant appui aux collectivités locales, aux organisations de producteurs et associations.

Le projet a déjà permis la réalisation de certaines activités : dotations aux producteurs, construction de bâtiments administratifs, formations auprès d’organisations de producteurs. Au Burkina Faso, il concerne 24 communes des régions du Nord et du Sahel, pour un montant de 12M€. +d’images

Coopération

Inauguration du siège de la PAF

Participation à l’inauguration et à la visite du siège de la police aux frontières (PAF), en présence du ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré et de notre ambassadeur Luc Hallade.

J’ai été très sensible au discours du ministre Compaoré qui a remercié l’ambassade de France pour sa participation financière afin d’offrir un siège, flambant neuf et équipé, à la Division de la Police des Frontières de la DGPN burkinabè.

Le ministre a apprécié la fonctionnalité des locaux et le niveau d’équipement du bâtiment, destiné à améliorer les conditions de travail du personnel et de permettre à ceux-ci d’assurer leurs missions de manière performante. Un bel ouvrage qui contribue à renforcer les liens de partenariat entre nos deux pays. +d’images

Choose Africa Résilience : Proparco dévoile la liste des 10 premiers pays bénéficiaires de la garantie

Par une note du 27 novembre, Grégory Clemente (à l’image), m’a informé du déploiement de l’initiative Choose Africa Resilience par le groupe AFD, via Proparco, sa filiale dédiée au secteur privé, dont il est le directeur général.

Le dispositif a été voté en juillet dernier dans le cadre du PLFR3. La signature de la convention entre la DG Trésor et le Groupe AFD accordant la garantie de l’État à hauteur de 160M€ à l’AFD et à sa filiale Proparco devait être signée en octobre. C’est chose faite depuis le 18 novembre. 

Cette ressource additionnelle permettra le déploiement de la garantie Choose Africa Resilience, inspirée du PGE français, « dans les prochaines semaines grâce à notre réseau de partenaires », en vue de les commercialiser dès décembre promet M. Clemente.

Concrètement, nous parlons de 125M€ de prêts consentis par des banques locales à des TPE, PME africaines affectées par la crise, notamment des entreprises détenues par des Français, garantis à 80% par Proparco.

« A raison d’un montant moyen de prêt de 60.000€, 2000 entreprises pourraient ainsi être soutenues », évalue le directeur.

Critères d’attribution et pays

La note adressée par M. Clemente répond à diverses interrogations que j’avais formulées lors de précédentes auditions au Sénat de Rémi Rioux, DG de l’AFD et, il y a quelques jours devant la Délégation sénatoriale aux entreprises du Sénat (compte-rendu).

Trois critères sont annoncés : 1/ moins de 200 salariés, 2/ perte de plus de 20% du CA par rapport à l’an dernier 3/ situation économique saine avant la crise, démontrée par des ratios financiers au 31/12/2019

Les premiers pays ciblés par ce programme sont : la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Sénégal, Madagascar, le Burkina, le Bénin et le Togo, puis la Tunisie, le Mali et le Congo.

Trois autres produits en 2021

Au-delà de la garantie Choose Africa Resilience, le déploiement de trois autres produits bénéficiant de la garantie de l’État est également prévu, dans les prochains mois, annonce M. Clemente.

Dotés respectivement de 50, 30 et 40M€ de financements, ces produits viendront se cumuler aux 125M€ affectés à Choose Africa Resilience. Ainsi, 245M€ de financements devraient bénéficier à des entreprises africaines, y compris des entreprises détenues par des Français installés en Afrique.

Je remercie sincèrement Grégory Clemente d’avoir répondu à toutes mes questions.

Commerce extérieur – TR2 : comment aider les entreprises françaises à l’étranger ? (vidéo 2’38)

Ce 26 novembre, suite à la table ronde réunissant des entrepreneurs, la semaine dernière (compte-rendu), j’ai été à nouveau invité à m’exprimer par Serge Babary, président de la Délégation sénatoriales aux entreprises (DSAE), sur le sujet urgentissime du soutien aux entreprises françaises de l’étranger (EFE)

J’ai ainsi eu le plaisir d’échanger avec mes collègues Jacky Deromedi, Jean-Yves Leconte et Michel Canevet, autour de Grégory Clemente, directeur général de Proparco, filiale de l’AFD ; Gabriel Cumenge, sous-directeur Financement international des entreprises de la Direction générale du Trésor ; Olivier Andretic, directeur exécutif en charge des contenus et partenariats chez Business France ; Pedro Novo, directeur exécutif en charge de l’export de la Bpifrance.

En préambule, j’ai tenu à rappeler qu’il fallait se garder de diffuser de faux espoirs : vouloir revendiquer des aides directes aux entreprises de compatriotes basées à l’étranger relève de l’illusion.

Quand bien même nous voudrions concrétiser cette idée, il faudrait composer avec le droit de la concurrence local, dès lors que le champ des soutiens publics concernerait spécifiquement des entreprises françaises ou des Français de l’étranger, a justement rappelé Pedro Novo de BPI France. En effet, nous n’accepterions pas qu’un Etat étranger vienne aider directement des entreprises faussant ainsi la concurrence.

J’ai décliné mon propos en deux temps :

1 – Suivi des crédits votés aux EFE

En juillet dernier, dans le cadre du PLFR3, le Parlement avait doté le programme Choose Africa d’une enveloppe « Résilience » de 160M€ qui devait permettre à Proparco de contre-garantir à hauteur de 80% des prêts octroyés par des partenaires financiers à des PME-TPE situées en Afrique, notamment celles détenues par des Français.

Cinq mois plus tard, nous sommes toujours en mal de voir un début de mise en application…

Devant la commission du Commerce extérieur de l’AFE, puis devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, les responsables de l’AFD et de Proparco sont demeurés vagues. La convention de garantie entre l’État et le groupe AFD n’étant toujours pas signée.

Le DG de la Proparco nous a confié que les critères d’éligibilité des entreprises au produit  «Garantie Choose Africa Resilience» qui correspond à 125M€ de prêts garantis par des banques locales en faveur de TPE/PME, sont les suivants : 1) moins de 200 salariés 2) perte de plus de 20% du CA 3) ratios financiers sains.

Quant à savoir quels pays africains seront concernés (« une dizaine« ), quelles banques seront impliquées…

Concernant la date de mise en oeuvre de la réaction « d’urgence », il est à craindre que cela n’arrive qu’après l’arrivée du vaccin. Cela en dirait long sur la réactivité de notre système bureaucratique.

2 – Écosystème d’appui aux entreprises françaises

Je suis revenu sur ma proposition de confier à nos chambres de commerce à l’international (126 chambres présentes dans 95 pays) la cartographie des besoins des entreprises françaises qui sont en connexion avec notre commerce extérieur, notamment les distributeurs de produits français.

Encore faudrait-il que le réseau CCIFI soit en capacité d’assumer des missions de service public, puisqu’il ne dépend que des cotisations de ses membres… A titre de comparaison, les chambres de commerce allemandes sont financées à plus de 50% directement par les Landers.

J’ai été plutôt satisfait de la réponse du représentant de la DG Trésor qui a reconnu que « si on avait un réseau plus solide qui n’avait pas à se préoccuper de survivre lui-même, les chambres auraient aidé plus spontanément leurs adhérents et elles auraient probablement pu être un relais avec lequel travailler pour régler certaines situations ».

En conséquence, « nous sommes en train de travailler avec les réseaux CCI et CCIFI et les conseillers du commerce extérieur pour essayer de trouver une solution spécifique qui, assez légitimement, va passer par la mobilisation de dispositifs publics pour aider ces chambres de commerce à passer le cap de la crise, puisqu’on a un besoin crucial que ce réseau reste dynamique et passe la crise », a poursuivi Gabriel Cumenge.

Quant à savoir quand et comment… « on n’a pas encore complètement trouvé et finalisé la solution, mais il y a des pistes intéressantes, on est en train de travailler dessus », a-t-il conclu.

Souhaitons que ces propos elliptiques ne soient pas là juste pour nous inciter à être… infiniment patients.

INFOLETTRE n°141 – Édito : « Priorité Sécurité » / Moldavie : la pro-européenne Maia Sandu remporte la présidentielle / FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER > Enseignement : l’EFE vu par Luc Chatel / Immobilier scolaire : une garantie à 100% comme avec l’ANEFE ? / Réseau : à quel horizon le doublement du nombre d’élèves ? / Deux webinaires Flam – Fiscalité : CSG-CRDS des non-résidents : le Sénat veut l’équité fiscale / 4 questions (Lesfrancais.press) – Activités consulaires : Reconnaissance réciproque des permis de conduire avec le Qatar & la Chine / CFE : éviter la radiation des adhérents bloqués en France / Royaume-Uni : Français en situation de fragilité & Avenir de l’Eurostar (Clément Beaune) + « On ne sait toujours pas ce que Brexit veut dire » (Le Petit Journal) + In Limbo, témoignages dans la galère du Brexit (Le Petit Journal) / Un Consul honoraire, pour quoi faire ? (Lesfrancais.press) – Entreprises : Rémy Rioux, AFD / Webinaire des CCEF du Chili sur la Chine en Amérique latine / Salaire du directeur de l’AFD « payé par la Chine » (Le Figaro) – AFFAIRES ÉTRANGÈRES > Inde : Coopération contre les trafics de drogue / Venezuela : Conférence de presse + Remerciements de Juan Guaido + article RFI / 600 parlementaires demandent que Taiwan participe aux travaux de l’OMS / Chine : L’IPAC dénonce les crimes contre l’humanité envers les Ouïghours – DÉFENSE / BITD > Secret défense & IHEDN (audition SGDSN) / Cyber-attaques & Cyber-campus (audition ANSSI) / Teledyne repart à l’assaut de la pépite française Photonis (Challenges).

Lire : l’INFOLETTRE n°141 – 17 novembre 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°141

Priorité Sécurité

Le 29 octobre, jour de l’attaque au couteau devant notre consulat à Djeddah, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères alertait sur le risque d’attentat et lançait un appel à la vigilance maximale pour les Français résidents ou de passage à l’étranger.

Si un homme averti en vaut deux, le compte n’y était pas à Djeddah.

Le 11 novembre, dans le cimetière non-musulman, c’est une attaque à la grenade qui interrompt le discours du consul général de France et la cérémonie du Souvenir devant la tombe d’un officier français.

L’attentat se produit à 8h30. Informé par Nadia Chaaya, conseillère des Français de l’étranger, dès 8h35 sur notre boucle d’élus des Français de l’étranger, nous avons longtemps attendu la communication officielle pour réagir.

Les citoyens américains résidant en Arabie Saoudite sont informés par un message Whatsapp à 9h12. Par un tweet, les autorités américaines indiquent à 11h00 la possibilité d’autres attentats et les lieux spécifiques à éviter. La France publie un communiqué à 12h33 sur l’événement du matin, tandis que l’information tourne déjà en boucle dans les médias.

C’est seulement alors que j’ai pu saluer le sang-froid, le courage et la lucidité de Nadia Chaaya qui a eu la présence d’esprit de rassembler nos compatriotes sans véhicule et de ramener chacun d’entre eux à son domicile.

Une Française, choquée, me racontera la panique qui a suivi l’explosion, sa peur d’être isolée dans un quartier populaire dans de telles circonstances, sa reconnaissance envers l’élue de l’avoir orientée pour se protéger, puis évacuée du cimetière et d’avoir, enfin, pris de ses nouvelles plus tard.

Si la crise sécuritaire est attisée dans le monde musulman par un sentiment anti-français, elle n’a pas de frontière, pas plus que la crise sanitaire ou économique. Visuel HL125

Lors de la réunion des parlementaires des Français de l’étranger du 2 novembre organisée par Jean-Baptiste Lemoyne, j’ai demandé au ministre de formaliser le processus de communication de crise et que nos élus fassent l’objet d’une information spécifique. En effet, lorsque le ministère délivre une information anxiogène, c’est vers eux que nos compatriotes se tournent pour en savoir plus !

La journée du 11 novembre m’a permis d’observer plusieurs insuffisances dans notre dispositif. Dans les deux attentats de Djeddah, on ne déplore heureusement que des blessés. Nous n’aurons pas tout le temps cette chance.

Voilà pourquoi j’ai demandé, lors de la réunion de bureau de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense, de faire de la sécurité des Français de l’étranger, un de ses chantiers prioritaires pour 2021. Découvrir l’InfoLettre n°141

Entretien avec Rémy Rioux, directeur de l’AFD

Ce 3 novembre, j’ai reçu au Sénat Rémy Rioux, directeur général de l’AFD (Agence Française de Développement, en présence de Philippe Baumel, conseiller chargé des relations avec le Parlement, la stratégie et la communication.

Mon collègue Michel Canevet, membre de la commission Finances, rapporteur pour l’aide publique au développement a participé à l’entretien.

Je suis reconnaissant au directeur de m’avoir proposé de prolonger les échanges que nous avions eus lors de son audition devant notre commission des Affaires étrangères (Relations avec la Chine & Entrepreneurs français).

J’ai rappelé qu’il fallait agir sans délais pour soutenir nos entrepreneurs français à l’étranger qui survivent difficilement et risquent de voir leur activité disparaitre, faute d’un accès au crédit.

Parmi les points évoqués, j’ai notamment renouvelé ma demande concernant la publication de la liste des pays éligibles au programme Choose Africa, initiative française visant à soutenir l’entrepreneuriat sur le continent africain.

Nous attendons toujours la signature de la convention de garantie de 160 millions d’euros entre l’État et l’AFD, appelée « Choose Africa Résilience » pour les entrepreneurs français. Le directeur m’a confié que la signature de l’accord avec Bercy, initialement prévue en octobre, était imminente.

Dans un premier temps, sept pays africains seront concernés par le déploiement de ce fonds, en lien avec une banque française partenaire identifiée.

J’ai insisté pour que les bénéfices du fonds ARIZ soient mieux ouverts à nos entreprises présentes en Asie et en Amérique latine comme prévu. 90% du fonds est actuellement alloué en Afrique. Il est nécessaire que l’AFD fasse preuve de volontarisme pour que nos entrepreneurs, qui contribuent au développement de ces pays, puissent tous avoir accès à un crédit avec un taux raisonnable.

Force est de constater que sept mois après le début de la pandémie, les entrepreneurs à l’étranger doivent toujours faire face seuls.

Nous sommes revenus sur le bien-fondé des prêts accordés par l’AFD à la Chine au titre de l’aide publique au développement. En révélant l’influence d’une puissance étrangère sur l’AFD et en mettant en valeur un pays qui ne respecte pas les droits humains et les règles commerciales auxquelles nos entreprises sont astreintes, le directeur a créé un profond malaise chez les parlementaires (voir la QAG).

J’ai expliqué au directeur les raisons de l’émoi soulevé par ses révélations en particulier pour mes collègues situés dans les DOM-TOM.

Le fléchage des crédits alloués à l’aide publique au développement risque de faire débat lors de l’examen du PLF 2021 prévu dans l’hémicycle le 27 novembre 2020.

INFOLETTRE n°140 – Édito : « Unis » / Lutte contre le communautarisme : le Sénat vote la modification la Constitution / BITD : Photonis : une solution française est préférable au baroud d’honneur Teledyne / Audition Florence Parly : ComCyber & DiagCyber / L’innovation en débat au Cybercercle // Question au Gvt sur les relations entre l’AFD et la Chine / Audition Remi Rioux (AFD) : « Mon salaire est payé par la Chine » / CHINE : Huawei, menace pour notre sécurité ? (J-Y Le Drian) / CHINE : persécution des Chrétiens en Chine & Pasteur Wang Yi (J-Y Le Drian) / VENEZUELA : Législatives (J-Y Le Drian) / OCEAN INDIEN : développement économique / IRLANDE : Webinaire avec Laurence Helaili et des pilotes d’Aer Lingus / RU/Brexit & pre-settled status : Audition Clément Beaune / RU : Webinaire avec Nicolas Hatton (3 Million) : « Parlons de l’après-Brexit » // Période de réserve électorale des fonctionnaires à l’étranger : audition de J-Y Le Drian ; Marc Fesneau devant les élus FDE // Semaine AFE : Jean-Baptiste Lemoyne ; Commission Commerce extérieur ; Commission Sécurité reçue par G. Darrieussecq ; Commission Sécurité : audition Cyber-sécurité ; Rencontre des élus FDE avec Marc Fesneau // FDE : Test PCR avant embarquement : discrimination pour les Français résidant dans 4 pays / Assurance pour les consuls honoraires : réponse décevante / AFD et Entrepreneurs français à l’étranger // En circo au LUXEMBOURG (23-24 sept. 2020) et en ALLEMAGNE – Sarrebruck (24-25 sept. 2020).

Lire : l’INFOLETTRE n°140 – 31 octobre 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°140

Unis

En progressant à nouveau en sièges à l’issue des élections sénatoriales de septembre 2020, le groupe Union Centriste (UC) retrouve le niveau qui était le sien il y a vingt ans, avant la création de l’UMP. « La conviction plutôt que la consigne », illustre la liberté de vote des membres de l’UC. Je me réjouis que l’indépendance ait le vent en poupe.

Élu vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, j’ai été reconduit dans ma mission de rapporteur pour la cyberdéfense et cybersécurité.

Le Sénat vient aussi de me désigner membre titulaire de la délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) pour œuvrer à la promotion des principes de la démocratie parlementaire, de la prééminence du droit et des droits de l’Homme.

Après la chute du mur de Berlin, beaucoup ont cru que la démocratie fondée sur les droits de l’Homme allait s’imposer au monde. La voilà attaquée de toutes parts.

Chaque assassinat d’innocents commis par des fanatiques nous sidère et ébranle la République.

J’ai témoigné dans l’Hémicycle des progrès de l’islamisation rigoriste que j’observe en Afrique depuis le début de mon mandat. Pas facile de trouver la parade au fondamentalisme religieux qui mine les pays musulmans et cherche aussi à se développer en Europe en rejetant nos principes républicains.

Les criminels qui instrumentalisent l’Islam veulent fracturer notre société et détruire nos valeurs. Ils constituent du pain béni pour les extrémistes de droite comme de gauche, ennemis ordinaires de la démocratie mis en scène par certains médias au prétexte que l’outrance fait de l’audience. Visuel HL125

Le complotisme, les mensonges, la désinformation et la haine ordinaire envahissent l’espace cyber ; c’est le terrain de jeu favori des autocraties pour faire émerger des pouvoirs dits populistes ou illibéraux dans nos démocraties.

Inutile de chercher un message de condoléances sur le site de l’ambassade de Chine en France suite aux attentats à Conflans-Ste Honorine ou Nice ce mois-ci. La Chine de Xi-Ji Ping développe un monde néo-totalitaire qui va au-delà de l’imagination d’Orwell. Mettre au jour son appareil de répression interne et le développement de sa force militaire ; enrayer sa stratégie expansionniste et la mise en place de ses structures de désinformation externe constituent une priorité.

Face à ce rival idéologique majeur, Jean-Yves Le Drian nous a déclaré que « ce combat, l’Europe ne peut le mener qu’unie, autrement elle le perdra ».

En levant les yeux vers le buste du plus illustre sénateur français, je me suis dit que son message fait écho aux propos du ministre des Affaires étrangères. Il devrait continuer à nous inspirer pour surmonter nos difficultés : « Par l’union, vous vaincrez. Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles » Victor Hugo. Découvrir l’InfoLettre n°140

QAG – Relations entre l’AFD et la Chine – (Vidéo Q/R 4’30)

Ce 21 octobre, au cours de la séance des questions d’actualité au gouvernement, j’ai demandé à Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, des clarifications sur la politique française d’aide au développement en Chine qui s’inscrit à travers l’action de l’Agence Française de développement (AFD).

La semaine dernière au Sénat, le directeur général de l’AFD, nous déclarait en audition : «je gagne de l’argent en Chine. Mon salaire est payé par les Chinois» (compte-rendu).

En effet, le régime chinois achète des obligations émises par l’AFD sur les marchés financiers, argent qui retourne ensuite en Chine sous forme de prêts accordés par l’AFD. Si l’Agence prend sa commission, elle sert aussi la stratégie d’influence du régime communiste chinois à l’international.

Une situation de conflit d’intérêt assez consternante, notamment si on considère les difficultés de nos entrepreneurs qui se battent sur les marchés internationaux, en particulier en Afrique, face à des compétiteurs chinois, usant parfois de procédés prohibés par notre droit.

Par conséquent, j’ai demandé au ministre comment il pouvait garantir que l’AFD ne serve pas, malgré elle, d’autres intérêts que ceux de la France ?

Dans sa réponse, Jean-Yves Le Drian a trouvé la boutade du DG de l’AFD « ni pertinente, ni opportune », tout en légitimant l’action de l’AFD en Chine au nom de notre intérêt, en particulier dans la lutte contre le déréglementation climatique.

Cela dit, le ministre a rappelé que « la Chine était à la fois notre partenaire, notre concurrent et notre rival » et qu’il fallait donc « décliner ces trois aspects avec beaucoup de vigilance et, en même temps, en faisant valoir en permanence nos propres intérêts et notre propre souveraineté ».

PLF2021 – Audition AFD (2/2) – « Mon salaire est payé par la Chine » (vidéo 10′)

Au Sénat, le 14 octobre, lors de l’audition de Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement, je lui ai demandé s’il était d’accord pour basculer les moyens qui vont vers la Chine au nom du « verdissement » vers le Pacifique, où notre ambassadeur en Australie, Jean-Pierre Thebault, appelle à une réorientation de notre aide.

Faute d’avoir répondu sur ce point, Christian Cambon, président de notre commission des Affaires étrangères, lui a opportunément rappelé ma question en fin de séance, s’étonnant que la France prête 250 millions d’euros à la Chine pour sa transition écologique !

D’après Remy Rioux , l’AFD gagne de l’argent en Chine.  « Mon salaire est payé par la Chine », nous a déclaré le directeur. Effet garanti auprès de nombreux membres de la commission, stupéfaits .

Pour le démontrer, Rémy Rioux a décrit la « boucle financière » mise en place : les Chinois achètent des obligations émises par l’AFD qui se finance pour l’essentiel sur les marchés financiers en émettant des titres. Cet argent retourne ensuite en Chine sous forme de prêts, après avoir laissé une marge à l’AFD. Cette boucle financière conduit à ce que ce soit la Chine qui se finance elle-même en laissant une commission à l’Agence française de développement…

Ainsi achetée, l’AFD sert la stratégie d’influence du régime chinois à l’international. Il suffit d’écouter le directeur de l’AFD pour s’en convaincre.

Voilà pourquoi le Parlement aimerait avoir une évaluation de la relation de l’AFD avec la Chine, comme l’a rappelé en conclusion le Président Cambon.

La France consacre près de 4 milliards par an dans l’aide publique au développement.

PLF2021 – Audition AFD (1/2) – AFD et Entrepreneurs français à l’étranger – (vidéo 8’50)

La crise sanitaire a durement frappé nos entrepreneurs à l’étranger (EFE), comme en témoignent les nombreux webinaires que j’ai organisés à leur attention dans divers pays.

Il est impératif de leur offrir un accès au crédit, grâce à la garantie offerte par l’Agence française de développement (AFD) à travers le fonds Ariz. Aujourd’hui, 90% des fonds Ariz sont exclusivement alloués à l’Afrique…

J’ai eu l’opportunité de poser mes questions à Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement, lors de son audition budgétaire le 14 octobre devant notre commission des Affaires étrangères, présidée par Christian Cambon.

La semaine dernière, lors les travaux de l’AFE, Gregory Clemente, DG de Proparco (AFD), nous a dit qu’il faudrait que le Parlement augmente son budget 2021 en définissant des « pays objectifs supplémentaires ». Est-ce prévu dans le prochain budget ?

Quant au programme Choose Africa (dont nous attendons toujours la liste de pays bénéficiaires), la convention de garantie de 160 millions d’euros entre l’État et le groupe AFD est-elle enfin signée ?

Dans ce cadre, il appartiendra à Proparco de garantir à 80% des prêts octroyés par des Institutions financières partenaires à des PME africaines, notamment celles détenues par des Français. Quels seront les critères d’éligibilité ?

Les réponses tardent à venir et pourtant l’urgence est absolue : faute d’un soutien financier pour traverser l’épreuve, nombre de ces entrepreneurs risquent de disparaitre.  Ce sont les relais de notre commerce extérieur et de notre rayonnement international, à l’image de notre réseau de chambres de commerce à l’international (CCIFI).

Semaine AFE (2) – Audition Commerce Extérieur et table ronde

Le 6 octobre, je suis intervenu à deux reprises auprès de l’AFE lors d’une audition de la commission du commerce extérieur, présidée par Geneviève Beraud Suberville, et une table ronde conjointement organisée par la commission du commerce extérieur et la commission des Finances.

Ces réunions ont été consacrées à la situation des entrepreneurs français à l’étranger, alors même qu’ils sont frappés de plein fouet par la crise. Plus précisément, nous avons notamment évoqué les sujets suivants :
– La question essentielle du statut des entrepreneurs français à l’étranger (EFE) ;
– La nécessaire évolution du business model des CCI à l’international ainsi que leur financement pérenne et leur accessibilité ;
– La mobilisation de dispositifs d’aide aux entrepreneurs, comme le fonds ARIZ et les programmes régionaux de l’AFD. + d’images

Équateur : visio-conférence avec les entrepreneurs français

Ce 26 août, à l’initiative de la conseillère consulaire, Tannya Bricard, j’ai eu l’opportunité de dialoguer avec des entrepreneurs français installés en Équateur. Ceux qui opèrent dans la restauration ou le tourisme n’ont quasiment plus de clients depuis mars dernier. Je veux rendre hommage à leur courage, leur persévérance, leur imagination et leur attitude positive.

Merci à Tannya pour l’organisation de cette visio-conférence qui lui a valu de chaleureuses félicitions à chaque prise de parole, tant son travail d’élue est remarquable et remarqué.

Puisque nos entrepreneurs participent au développement économique local, tout en faisant rayonner notre savoir-faire, pourquoi n’auraient-ils accès aux facilités de crédit offertes aux TPE par l’Agence française de développement (AFD), via une banque locale ? L’idée d’un prêt leur permettant de traverser la crise sanitaire fait consensus. 

Jean-Baptiste représente un cas emblématique : ce jeune boulanger-pâtissier s’est lancé à Manta en 2014 où, comme d’autres, il a tout perdu à cause du tremblement de terre de 2016. Je l’avais rencontré avec Tannya en février 2019 dans sa maison-atelier rebâtie grâce à sa famille et ses amis (compte-rendu). Aujourd’hui, ce spécialiste du macaron nous a dit avoir perdu 90% de son chiffre d’affaires. Il a dû suspendre les contrats de ses 20 employés, en continuant de payer leur sécurité sociale. On serait désabusé à moins. Jean-Baptiste fait face avec beaucoup de détermination mais envisage désormais de rentrer en France.

Puisque les clients ont déserté son restaurant, Lucie propose désormais des plats typiques français livrés à domicile. 

Au cours de notre visio-conférence, les autres entrepreneurs ont décrit une situation commerciale tout aussi catastrophique. Il s’ajoute le sentiment de se trouver dans une impasse financière du fait de ne pouvoir compter ni sur la France, ni sur l’Équateur…

A la fin du mois, Aude va devoir cesser de payer ses employés de l’école de plongée de Puerto Lopez quasiment à l’arrêt depuis mars, conséquence du refus d’un prêt en France par manque de garantie, du refus d’un prêt en Équateur car elle et son mari sont français, du refus de report de loyer… 

Les portes du crédit sont aussi restées closes pour Anne et son commerce ambulant de crêpes bretonnes, tout comme pour Sophie, apicultrice, qui a aussi tenté une aide auprès du ministère de l’Agriculture équatorien. Quant à Dominique, à la tête de son agence de voyages, elle n’a reçu que des solutions à des taux prohibitifs avec un remboursement à très court terme. Dès lors, elle se demande comment payer les indemnités de départ de ses employés.

Quelle solution pour nos entrepreneurs en Équateur, comme dans de nombreux pays émergents, où ils ne sont pas aidés par les États, souvent défaillants et très endettés ?

L’atelier de macarons de Jean-Baptiste a été détruit par le tremblement de terre de 2016. La pandémie constitue une réplique tout aussi ruineuse.

La meilleure solution, d’après moi, passe par l’AFD qui offre aux institutions financières locales (en Asie, Afrique, Amérique) un partage de risque (dispositif Ariz) pour les emprunts des TPE/PME locales. Je propose d’en réserver une partie aux entrepreneurs français. Les représentants des CCIFI et des CCEF pourraient veiller à cette affectation au sein des comités de prêts.

J’ai proposé cette idée à Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, lors de son audition devant notre commission des Affaires étrangères en mai dernier (compte-rendu).

Présente en Équateur depuis 2015, l’AFD a prêté 350M$ localement. J’ai salué son travail lorsque je me suis rendu au siège de l’AFD à Quito, avec Tannya, l’an dernier (compte-rendu).

Suite au séisme, l’Agence s’était engagée à soutenir des projets de reconstruction par des prêts administrés qui s’élèvent à plus de 100M$. Mais nos entrepreneurs français n’ont eu droit à rien…

INFOLETTRE n°136 – Édito : « L’esprit d’équipe » // CYBER & Covid19 : webinaire Washington sur les menaces chinoises & « L’autre guerre du Covid-19 » en débat au Cybercercle // 100M€ pour le réseau AEFE (Question à JY Le Drian) // ENTREPRISES FRANÇAISES À L’ÉTRANGER : audition de l’AFD & webinaire avec les pdts du réseau CCIFI // Vote électronique des FE en question // Webinaire avec les Français de MOSCOU, WASHINGTON & NEW-YORK // Médias.

Lire : l’INFOLETTRE n°136 – 9 juin 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°136

L’esprit d’équipe

Nous avons étudié collectivement la mise en application de mes deux propositions avec Renaud Bentegeat, président du réseau CCI Françaises à l’International (CCIFI) lors d’un webinaire en compagnie de son directeur Charles Maridor, et des responsables de chambres de commerce d’Europe, d’Asie, d’Afrique ou du Moyen-Orient.

Première idée : puisque l’AFD offre aux institutions financières locales (en Asie, Afrique, Amérique) un partage de risque (dispositif Ariz) pour les emprunts des TPE/PME locales, je propose d’en réserver une partie aux entrepreneurs français. Les représentants des CCIFI et des CCEF veilleraient à cette affectation au sein des comités de prêts.

Seconde proposition : créer un fonds de soutien en France (en puisant dans le fonds Covid et en l’abondant par des institutions privées) administré par la CCIFI et les CCEF. Ce fonds pourrait être garant d’emprunts réalisés par des entreprises françaises à l’international, également sur la base d’une gestion des dossiers par les structures locales des CCIFI et des CCEF. Il renforcerait le tissu de nos entreprises implantées à l’international.

Véritable colonne vertébrale de notre dispositif économique à l’export, le réseau CCIFI a l’habitude de compter sur ses propres forces, en vendant des services et en organisant des événements, puisqu’il ne bénéficie d’aucun financement public. On observe que nos pays voisins accordent, eux, des aides directes et généreuses à leur propre réseau de chambres. Elles sont, par exemple, le bras armé des Landers allemands pour faire rayonner l’industrie germanique sur la planète.

Si nos chambres et leurs membres ne coûtent rien au contribuable, à l’inverse, l’État les sollicite de plus en plus au travers de mécénat pour permettre à la France de tenir son rang à l’international (voir mon édito du 29 juillet 2019).

Aujourd’hui, ce business-model fondé exclusivement sur l’initiative privée conduit certaines de nos chambres à réduire leur budget de fonctionnement d’un bon tiers, pour l’instant. Les plus fragiles d’entre-elles pourraient voir leur activité suspendue.Visuel HL125

C’est en combinant l’image positive d’Emmanuel Macron à l’international et des moyens publics (crédits d’impôts, subventions…) bien ajustés aux attentes des entreprises étrangères privées que Pascal Cagni et Christophe Lecourtier, respectivement président et directeur de Business France, ont obtenu l’excellent résultat du dispositif « Choose France ». La France est ainsi devenue le premier pays européen d’accueil des investissements étrangers en 2019.

Les conséquences de la crise sanitaire justifient aujourd’hui d’apporter un soutien ponctuel de 3M€ à la structure centrale du réseau CCIFI à Paris. Cela lui permettrait de consolider son réseau mondial de chambres de commerce et de sortir de la crise en capacité de favoriser la reprise de nouvelles parts de marché, dont nous aurons besoin pour relancer notre économie.

Le geste attendu peut paraître bien modeste comparé aux sommes investies dans le plan d’urgence de 220M€ annoncé par le MEAE pour l’action sociale et l’enseignement français à l’étranger.

Lancé début 2018 et salué par tous, le dispositif Team France Export vise à rassembler nos forces pour aider nos PME à vendre ou s’implanter hors frontières.

Aux yeux des nombreux présidents et administrateurs bénévoles qui animent ce réseau des CCIFI, il serait réconfortant de ne pas avoir une relation de partenariat où les efforts seraient à sens unique.

Aucune « team » n’existe sans esprit d’équipe. La prochaine loi de finances rectificative doit être l’opportunité de le démontrer. Découvrir l’InfoLettre n°136

Webinaire avec les présidents des CCIFI : Comment soutenir les entreprises françaises à l’étranger ?

A l’invitation de Renaud Bentegeat (à l’image), président du réseau des CCI Françaises à l’International (CCIFI), j’ai eu le plaisir d’échanger, le 4 mai, avec Charles Maridor, directeur CCIFI, et les présidents et directeurs de nos chambres de commerce d’une douzaine de pays (Australie, Nlle Zélande, Japon, Indonésie, Malaisie, Singapour, Dubai, Algérie, Maroc, Roumanie, Italie…).

Comment accompagner les entrepreneurs français de l’étranger (EFE) pour surmonter la crise sanitaire qui a provoqué un effondrement économique général ?

J’ai rappelé cette anecdote : deux ans après le terrible séisme en Équateur, tous les entrepreneurs français que j’ai rencontrés se sont plaints de n’avoir jamais reçu d’aide de notre pays.
À Quito, au siège de l’AFD, le travail effectué affichait d’excellents résultats en matière de crédits accordés. Mais force était de constater que nos compatriotes ne bénéficiaient nullement de ce résultat. N’y aurait-il pas un trou dans la raquette ou une incohérence dans la mission ?

Le Covid est aussi un séisme !

Le réseau des CCI FI constitue le point d’appui pour développer notre commerce extérieur.
Cela dit, même si nos entrepreneurs vendent des produits et du savoir-faire français, il est exclu de demander des aides directes de la France pour les aider. Notre pays n’accepterait pas en retour qu’un état étranger soutienne directement des entreprises étrangères dans notre pays au risque de perturber le marché.
Nos chambres de commerce me paraissent être le seul point de contact en cas de difficulté pour organiser une solidarité.

C’est pourquoi j’ai avancé deux solutions en faveur des entreprises créées et détenues par les Français de l’étranger.

La première : souvent perçues comme une clientèle risquée, l’accès au financement pour les TPE/PME reste très limité.
En réponse, l’AFD propose aux institutions financières (en Asie, Afrique, Amérique) un dispositif de partage des risques : ARIZ. Je propose d’en réserver une partie aux entrepreneurs français dans le pays lorsque l’AFD contracte avec l’institution financière du pays. Les représentants des CCIFI et des CCEF veilleraient à cette affectation au sein des comités de prêts.

La seconde : créer un fonds de soutien en France (en puisant dans le fonds Covid et en l’abondant par des institutions privées) administré par la CCIFI et les CCEF.
Ce fonds pourrait ainsi être garant d’emprunts réalisés par des entreprises françaises à l’international, sur la base d’une gestion des dossiers par les structures locales des CCIFI et des CCEF.

L’objectif de la réunion était d’évaluer l’intérêt de ces solutions pour les CCIFI et les conditions de leur mise en application. Il permettrait d’aboutir à un fonctionnement souple et pragmatique pour être réactif.

Il faut réagir vite : le mot trésorerie est revenu comme un leitmotiv tout au long de cette visio-conférence.

CCIFI – Entrepreneurs : audition AFD – vidéo (1:40)

Audition de Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (AFD) par notre commission des Affaires étrangères, présidée par Christian Cambon, le 20 mai 2020.

J’ai demandé à M. Rioux s’il avait des données chiffrées concernant les entreprises bénéficiaires du dispositif Ariz, soit des prêts octroyés par les institutions financières locales en partage de risques avec l’AFD. Il m’a répondu que le directeur général de Proparco se rapprocherait de moi à ce sujet.

Je n’ai pas eu de réponse sur ma proposition de s’appuyer sur le réseau de nos chambres de commerce à l’international pour tisser des partenariats avec les banques locales afin de s’assurer qu’une part des financements soit bien destinée aux entreprises françaises.

Le directeur a insisté sur la micro-économie pour que les liquidités se transforment en investissements et en emplois.