Prudence est mère de sureté. Le gouvernement recommande, avant un départ à l’étranger, de lire les Conseils aux voyageurs et de se signaler sur Ariane (voyage ou mission de moins de 6 mois). Et, quelle que soit la destination, ce n’est pas être trop précautionneux de télécharger le Guide des victimes françaises à l’étranger sur le site du ministère des Affaires étrangères. Il convient de saluer sa qualité à l’occasion de sa mise à jour.

Ce guide liste les « premiers réflexes » à avoir lorsque nos compatriotes sont plongés dans une situation traumatisante.

Que faire si l’un de vos proches décède à l’étranger ? Que faire si vous êtes victime d’une agression, d’un accident de la circulation ou d’une catastrophe naturelle ? Ou encore : que faire en cas de menace de mariage forcé à l’étranger ?

Le guide se présente sous la forme de fiches thématiques, détaillant les démarches à accomplir par les victimes ou leurs familles et les orientant vers des structures d’accompagnement à l’étranger (notamment nos services consulaires), puis au retour en France.

Parfois, nos compatriotes oublient qu’ils n’emmènent pas la législation française dans leur valise et qu’ils seront soumis à la législation locale.

Le guide met bien en garde le lecteur sur le sujet : « Informez-vous sur les usages locaux et la ou les religions pratiquées dans le pays de destination : ils impliquent des attitudes ou des règles vestimentaires ou alimentaires qu’il convient de respecter.

Vous devez vous informer et vous conformer scrupuleusement aux lois locales, en particulier à celles relatives à l’alcool et aux stupéfiants (importation, achat et consommation), aux mœurs (certains pays réprimant l’homosexualité), à la circulation routière et au respect des croyances. Les peines encourues peuvent être élevées dans certains pays : des amendes, de l’emprisonnement pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité, voire la peine de mort (par exemple, pour trafic de stupéfiants). »

Malheureusement, la page « Conseils aux voyageurs » réagit parfois à posteriori, après qu’un compatriote ait tenté d’être innovant dans la transgression d’une loi locale. Il serait donc utile que le guide s’enrichisse d’une page : Que faire si un de vos proches est incarcéré à l’étranger ? 

Page Victimes à l’étranger du MEAE