Communauté française

Consulat

Visite du consulat en compagnie de Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire pour l’Égypte et de Jérôme Le Bars, proviseur du lycée français d’Alexandrie.

Rodolphe Gaffet, consul adjoint, nous a ouvert le palais du consulat général de France à Alexandrie qui a fêté en septembre 2011 son centième anniversaire. Il s’agit du tout premier consulat de France au monde (1498), dans une ville portuaire de renommée historique qui entretient de longue date des liens particuliers avec la France, notamment par le biais de partenariats scientifiques, culturels et économiques.

Près de mille Français y sont actuellement immatriculés. +d’images

Enseignement

Lycée français

Jérôme Le Bars, proviseur, m’a présenté l’établissement qu’il dirige depuis 2013.

Le lycée français d’Alexandrie est un établissement d’enseignement à rayonnement international appartenant en pleine responsabilité à la Mission laïque française (MLF). Il propose dès l’âge de 3 ans l’apprentissage de la langue arabe, puis celui l’anglais à partir de 6 ans.

Unique lycée français d’Alexandrie, il accueille 1000 élèves, de la maternelle à la terminale, sur deux sites. L’école ne comptait que 370 élèves en 2013. C’est pourquoi terrain de 2 hectares a été acquis pour construire un nouveau lycée susceptible d’accueillir 2500 élèves en 2022.

L’objectif à long terme du proviseur est de créer 10 écoles françaises en Égypte en 5 ans.

Jérôme Le Bars a pris avantage de mon passage pour organiser une rencontre avec des Français d’Alexandrie afin d’évoquer mes colloques organisés au Sénat sur le bassin du Nil. +d’images

Université Senghor

Accueilli par Jean-François Fau, directeur du département Culture à l’université Senghor, j’ai animé une conférence auprès des étudiants de l’université en présence de Régine Guillermin Prato, de Jérôme Le Bars.

L’université Senghor à Alexandrie (officiellement dénommée « Université internationale de langue française au service du développement africain » ou UILFDA) a été créée suite au Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays francophones, en mai 1989 à Dakar.

Son nom rend hommage à Léopold Sédar Senghor, grand promoteur de la francophonie et ancien président de la République du Sénégal.

Les participants à la conférence ont suggéré qu’une base de données des profils des diplômés de Senghor soit constituée. J’ai suggéré qu’elle soit partagée avec le réseau des CCI françaises à l’international.

Pour l’anecdote, on remarque l’ascenseur, non seulement intéressant par son habillage graphique, mais aussi parce qu’il est tombé en panne lors de l’inauguration, en octobre 1990, laissant les présidents Mitterrand et Moubarak coincés pendant une heure

Merci à Régine de m’avoir fait connaître ce lieu formidable et permis d’échanger avec une jeunesse africaine pleine d’enthousiasme. +d’images

Entrepreneuriat

Suez

Bertrand Le Moat m’a permis de visiter l’usine d’assainissement de Suez à Alexandrie, en compagnie de Régine Guillermin Prato et Jérôme Le Bars.

Suez et son partenaire Arab Contractor construisent actuellement l’unité de valorisation énergétique des boues générées par l’usine de traitement des eaux usées d’Alexandrie-Est d’une capacité de 800 000 m3/jour.

Ce projet représente un montant de 65M€ pour Suez.

Les deux partenaires accompagnent depuis 2008 la ville d’Alexandrie dans la modernisation de ses infrastructures d’assainissement, un enjeu crucial dans un contexte de croissance démographique et d’urbanisation.

Ils ont ainsi réalisé la réhabilitation et l’extension du traitement primaire de l’usine d’Alexandrie-Est et la construction d’une ligne de traitement biologique, dont ils assurent actuellement l’exploitation, celle que nous avons visitée.

Un avenant au contrat a été signé avec le gouvernement égyptien pour la construction de l’unité de valorisation énergétique des boues issues du traitement. Cet avenant prolonge le contrat d’exploitation de l’usine pendant la durée des travaux.

Le financement du projet est assuré par l’AFD et l’État égyptien. La nouvelle unité de valorisation des boues produira 50% de l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’usine. +d’images

Culture française

Institut français d’Égypte

Avec Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire, nous avons retrouvé Jérôme Le Bars, proviseur du lycée français d’Alexandrie en compagnie de la dynamique équipe de direction de l’Institut français d’Égypte (IFE).

Installé dans un palais du XIXème siècle, l’Institut français d’Égypte à Alexandrie intervient aussi bien dans le secteur culturel que dans l’enseignement du français et l’accompagnement de candidats aux études en France. Il compte ainsi 5000 apprenants par an de la langue française et dispose d’un centre d’information et de conseil pour les candidats aux études en France (Campus France).

Par ailleurs, l’IFE organise régulièrement des manifestations culturelles pour tous les publics alexandrins et facilite les coopérations entre acteurs culturels égyptiens et français. L’Institut dispose de deux grands espaces d’accueil pour des expositions et abrite un théâtre d’une capacité de 240 places. Sa superbe médiathèque propose un fonds abondant de livres en français et accueille des conférences (en français et en arabe).

Enfin, l’Institut français d’Égypte à Alexandrie est lieu de convivialité renommé : dans ses jardins, le café-restaurant, Le Boudoir, offre de tentantes pâtisseries. +d’images