Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

En circonscription à Djibouti (9-10 mars 2022)

La réussite de mon second déplacement à Djibouti doit beaucoup à Vincent Sadeque, président du conseil consulaire, conseiller des Français de l’étranger pour Djibouti, qui l’a initié, ainsi qu’à la forte implication d’Arnaud Guillois, ambassadeur de France à Djibouti.

Ils ont construit un agenda remarquable et m’ont accompagné d’un bout à l’autre afin que les 36 heures de mon séjour soient optimisées.

En se rendant à Djibouti en mars 2019, Emmanuel Macron avait souhaité relancer nos relations avec ce pays de la Corne de l’Afrique de plus en plus endetté vis-à-vis de la Chine. La France s’est investie à nouveau dans tous les domaines.

Les progrès sont là. Comme me l’a confié une personnalité djiboutienne pour commenter notre relation bilatérale : «auparavant nous étions marris, maintenant nous sommes ravis !»

Diplomatie parlementaire

Premier ministre

Entretien avec le Premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed pour évoquer la relation bilatérale, en présence d’Arnaud Guillois, ambassadeur de France à Djibouti

Nommé Premier ministre en 2013 après avoir été successivement ministre de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Mer pendant six ans, puis ministre de la Défense, Abdoulkader Kamil Mohamed maîtrise le temps long pour gouverner avec sagesse.

J’ai salué l’engagement de Djibouti pour lutter contre le terrorisme et sa décision de voter la résolution à l’ONU condamnant l’invasion de l’Ukraine. 1800 militaires et forces de sécurité djiboutiens luttent contre le terrorisme en Somalie dans le cadre de l’AMISOM (African Union Mission to Somalia).

Le Premier ministre a souligné l’importance des entrepreneurs français qui ont fait le choix de s’implanter durablement et d’investir à Djibouti. Ils constituent un apport précieux à l’économie de Djibouti dont il souligne l’importance.

Le Premier ministre s’est également réjoui de la nouvelle dynamique bilatérale initiée suite à la visite du président de la République, Emmanuel Macron, il y a près de 3 ans. +d’images

Défense

Forces françaises de Djibouti (FFDj)
Djibouti : Un pivot militaire dans la Corne de l’Afrique

Déplacement sur la base en compagnie d’Arnaud Guillois, ambassadeur de France à Djibouti : briefing du COMFOR, le général Stéphane Dupont à l’État-major des FFDj, suivi d’un transfert vers la base aérienne pour un briefing Sécurité, puis d’un vol en hélicoptère sur emprise d’intérêt.

L’objectif de nos forces est de garantir la liberté des flux maritimes qui représente 20.000 cargos par an, combattre le risque terroriste qui affiche 2000 attaques par an et défendre ce hub numérique.

Ce baptême de l’air en hélicoptère restera longtemps dans ma mémoire. Il m’a permis de mesurer l’importance de l’implantation chinoise depuis mon dernier passage. +d’images

Diplomatie économique

Communauté d’affaires

Afin de poursuivre mon action au service de notre diplomatie économique, notre ambassadeur Arnaud Guillois a organisé un petit déjeuner avec Thierry Marill (Amerga) et Stéphane Remon (Coubèche), Conseillers du commerce extérieur français (CCEF) à l’hôtel Kempinski.

Ils ont témoigné d’un attachement du consommateur djiboutien pour les produits français tout en rappelant que le pays s’est internationalisé et a multiplié ses sources.

Les opportunités évoquées par les CCEF ont principalement trait à l’énergie verte : éolien, solaire, marémotrice… qui sont des atouts inépuisables pour couvrir 100% des besoins du pays.

Quant au tourisme, Djibouti dispose de sites uniques au monde.

Une convention fiscale est en cours de discussion entre nos deux pays, suite à une décision souhaitée par les deux présidents. +d’images

Groupe Marill

Accueillis par Luc Marill, DG du groupe Marill, en présence de l’ambassadeur Arnaud Guillois, de Vincent Sadeque, président du conseil consulaire, qui a tenu à ce que je visite des entreprises françaises installées de longue date à Djibouti.

Le groupe Marill est un groupe familial, polyvalent et indépendant, installé à Djibouti depuis 1896.

Après la seconde guerre mondiale, sous l’impulsion d’André Marill, les établissements Marill se lancent dans le transport des bagages des fonctionnaires, puis le transport de marchandises en général.

Au fil des ans, les établissements Marill se sont considérablement diversifiés en s’investissant dans de nouvelles activités, comme la distribution et la location de véhicules, les assurances, l’informatique ou encore l’immobilier.

le groupe Marill est actuellement dirigé par Thierry et Luc Marill. Il compte 750 employés et constitue le deuxième employeur de Djibouti. Il représente des marques françaises comme Renault, Plastimo, Europcar ou Manitou, tout en ayant également la confiance de Toyota, dont il est le distributeur officiel depuis 50 ans. +d’images

Groupe Massida

Très heureux d’avoir retrouvé André Massida, Pdg du groupe Massida. J’ai côtoyé André à l’Assemblée des Français de l’étranger lorsqu’il était élu des Français de Djibouti.

Le groupe Massida est implanté à Djibouti depuis 1964. L’effectif du groupe s’élève à plus de 200 employés qualifiés dans la logistique, le courrier express, les déménagements internationaux, ainsi qu’une centrale d’achat.

Massida est le seul opérateur présent à la fois en Éthiopie et à Djibouti, offrant un contrôle total sur les corridors des flux de marchandises des clients. André m’a confié que sur 100 conteneurs arrivant à Djibouti, 90 étaient destinés à l’Éthiopie. +d’images

Communauté française

Consulat

Pour mon second déplacement à Djibouti, Arnaud Guillois, ambassadeur de France à Djibouti et Vincent Sadeque, conseiller des Français de l’étranger pour Djibouti, m’ont organisé plusieurs rencontres avec des représentants de la communauté française.

Tout d’abord, l’ambassadeur a organisé un diner au Café de la gare, un restaurant tenu par deux compatriotes, pour un échange avec différents représentants d’associations de solidarité : Dr Acina – Association solidarité féminine ; Dr Lafrance – Refuge Decan ; Mgr Bertin, évêque de Djibouti – Caritas ; Pasteur Thiam,Église protestante ; Organismes locaux d’Entraide et de Solidarité ; Vincent Sadèque et Jean Meunier, élus.

Ensuite, la visite du consulat organisée par Pascal Loreau, consul, en présence de Vincent Sadeque m’a permis de revoir les locaux spacieux disponibles pour recevoir nos compatriotes. Le budget des aides sociales en leur faveur a triplé en deux ans et demi pour les aider à surmonter les conséquences de la crise sanitaire.

Déjeuner chez Vincent Sadeque en présence de Bruno Dellaquilla, ancien vice-président de l’AFE et du consul.

Réception de la communauté française à la Résidence de France pour conclure le déplacement avant mon retour à Paris. Ce fut l’opportunité d’échanger sur les conditions de vie pour les Français de Djibouti et les raisons qui ont amené certains d’entre eux à s’y établir durablement. +d’images

Caisse nationale de Sécurité sociale

À l’initiative de Vincent Sadeque, conseiller des Français de l’étranger pour Djibouti, je me suis rendu au siège de la CNSS, où j’ai été reçu par la directrice générale Mme Deka Ahmed Robleh, en présence d’Arnaud Guillois, ambassadeur de France à Djibouti et de Pascal Loreau, consul.

Vincent Sadeque souhaitait que notre démarche témoigne de la reconnaissance de la France envers cette administration qui assure le versement des retraites des anciens salariés français d’entreprises djiboutiennes.

J’ai apprécié la maîtrise acquise par Vincent sur les dossiers individuels qui avaient nécessité son intervention auprès de la CNSS.

Les dirigeants de la CNSS ont souligné le caractère tenace de l’élu des Français de l’étranger pour le suivi des dossiers des 78 retraités rentrés en France, dont les versements de pensions sont faits trimestriellement.

J’ai exprimé notre gratitude auprès de la CNSS pour leur bon fonctionnement et la souplesse d’adaptation accordée pour parvenir à ce résultat.

La directrice générale m’a confié que les entreprises locales des Français contribuent à la protection sociale du pays qui compte 12 600 retraités et participent ainsi à la paix sociale.

De leur côté, les Chinois qui travaillent localement ne veulent pas payer les cotisations sociales à Djibouti. Elle pense qu’ils doivent s’adapter.

La directrice s’est réjoui des partenariats avec la France, à l’image de la coopération avec l’hôpital de Valenciennes, et compte sur notre pays pour les aider à former leurs médecins. +d’images

Journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme

Voulue par le Président de la République Emmanuel Macron et instaurée par un décret de novembre 2019, la Journée nationale d’hommage aux victimes du terrorisme, nous a réunis à l’ambassade pour un moment de recueillement.

À l’initiative de l’ambassadeur de France à Djibouti, Arnaud Guillois, la célébration a été avancée au 10 mars pour me permettre d’y participer, en compagnie des élus des Français de l’étranger, Vincent Sadeque, pdt du conseil consulaire, et Jean Meunier, ainsi que des représentants des FFDj.

L’ambassadeur a fini son discours en citant des phrases d’Albert Camus tirées de ses « Chroniques algériennes » : « Quelle que soit la cause que l’on défend, elle restera toujours déshonorée par le massacre aveugle d’une foule innocente où le tueur sait d’avance qu’il atteindra la femme et l’enfant. » +d’images

Enseignement

Lycée français de Djibouti (LFD)

Visite du chantier du nouveau lycée français de Djibouti et rencontre avec des parents d’élèves élus au CA, en présence de l’ambassadeur Arnaud Guillois, de Vincent Sadeque, du COCAC ; de Bruno Lassaux, proviseur ; de Jean-Christian M’Boya (DAF) et Mme Vanbésien ; du représentant de l’architecte

Depuis 10 ans, l’association de parents d’élèves travaille à un projet d’envergure : la restructuration du LFD avec la construction de nouveaux bâtiments sur le site Kessel (proche de la base du 5ème RIAOM des FFDj).

Le projet est prévu en 3 phases pour une superficie de 10800 mètres carrés. La phase 1 prévoit la construction de bâtiments (2500 mètres carrés) pour le collège-lycée qui accueille également les locaux administratifs.

Les effectifs de l’établissement oscillent autour de 1425 élèves depuis 5 ans (1427 pour 2021-2022). +d’images

 

Djibouti – Vincent Sadeque, conseiller des FDE

Quelques heures après avoir atterri à Paris, de retour de Djeddah, j’ai eu le plaisir de retrouver Vincent Sadeque, conseiller des Français de l’étranger pour Djibouti.

Vincent a sacrifié son dimanche soir pour partager avec moi ses observations sur la situation de nos compatriotes à Djibouti.

Avec sa générosité et son humilité qui font sa marque, Vincent a le dévouement dans le sang.

Son expertise en matière de géopolitique régionale fait de Vincent un précieux interlocuteur pour analyser les conflits régionaux. Je le remercie d’avoir partagé ses observations avec moi quelques heures après un déplacement de 10 jours au Moyen-Orient.

Vincent Sadèque (Djibouti) : un modèle d’engagement politique indépendant

Le 12 novembre au Sénat, j’ai eu un échange privilégié avec Vincent Sadèque, conseiller consulaire pour Djibouti, à l’occasion de sa visite en France.

J’avais déjà eu l’opportunité de découvrir son intense activité de terrain au service de notre communauté, lors de mon déplacement à Djibouti en janvier 2019 (compte-rendu). En toute humilité, il souligne que son travail est seulement complémentaire de celui de son collègue conseiller consulaire Bruno Dell’Aquila.

Son expérience politique lui permet de trouver des relais auprès des autorités locales pour exercer sa mission exclusivement dans l’intérêt général.

Par ailleurs, sa connaissance profonde des pays riverains constitue un atout précieux pour me permettre de recouper certains éléments d’information qui remontent au Sénat lorsqu’il est question de la Corne de l’Afrique ou bien du conflit au Yemen.

Merci à Vincent d’avoir pris le temps de partager ses constats et analyses sur la nécessité de soutenir nos compatriotes indigents à Djibouti. Son engagement trouve sa plénitude à travers le Secours populaire. Il apparaît que Vincent aide les gens parce qu’il les aime… tout simplement. Un modèle d’engagement politique indépendant.

HEBDOLETTRE n°115 – ÉDITO : L’éternelle détérioration encourageante (commerce extérieur) – UNION EUROPÉENNE – Interview de JC Lagarde (pdt UDI) – Élections à l’étranger : mon intervention salue les ÉLUS CONSULAIRES – CYBERSECURITE : ma communication au sujet de la cyberattaque de la plateforme Ariane du MEAE / Ma question à Jean-Yves Le Drian + réponse / Mes 3 cyber-priorités pour 2019 – BREXIT : ma question à Nathalie Loiseau + sa réponse – Colloque HYDRO-DIPLOMATIE : mon discours d’ouverture (Tigre et Euphrate) – L’écho des CIRCOS de Janvier 2018 – En circonscription en ÉTHIOPIE – Addis Abeba (9-11 janv. 2019) – En circonscription à DJIBOUTI (05-08 janv. 2019) – MEDIAS : France 2 : JT 20H / TV5 (24 heures chrono de l’International) / Ici Londres / French Morning London

Lire : l’HEBDOLETTRE n°116 – 12 fév. 2019Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°116

L’éternelle détérioration encourageante

Annoncé le 7 février dernier à -59,9 Mds d’euros, le déficit du commerce extérieur s’aggrave. Le solde 2018 est le 4ème plus mauvais résultat enregistré au cours des 30 dernières années, derrière les années de crise (2011-2013).

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est pourtant félicité d’une performance « encourageante ». Et d’ajouter dans un communiqué que « les exportations françaises continuent de progresser. Hors facture énergétique, le déficit commercial se résorbe de plus de 12% ».

En fait, ce déficit commercial hors énergie 2018 est notre deuxième plus mauvais résultat dans ce domaine. En matière de commerce extérieur français, la seule certitude est la tonalité constamment positive de nos déclarations pour annoncer… des résultats décevants.

Voici comment Christine Lagarde, ministre déléguée au Commerce extérieur présentait ses résultats devant l’Assemblée nationale le 14 février 2007 : « Le montant du déficit est donc de 29 milliards d’euros, soit 7 milliards de plus qu’en 2005 – mais moins que l’augmentation de la facture pétrolière entre 2005 et 2006. Ainsi, hors aggravation de la facture pétrolière, la tendance est à la réduction du déficit. »

Erreur ! Un an plus tard, la balance du commerce extérieur hors énergie avait chuté de plus de 15 Mds€. Fin 2012, Nicolas Sarkozy laissera à son successeur un déficit pointant à -15,3 Mds€.

En septembre 2013 à Londres, Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, annonçait qu’elle devait équilibrer la balance commerciale (hors énergie) de la France, d’ici la fin du quinquennat de François Hollande. Objectif : combler le trou créé sous Nicolas Sarkozy. Raté !

Le gouvernement socialiste a renouvelé la performance de ses prédécesseurs et doublé le déficit dans ce domaine avec -36,2 Mds€ en 2017. Un record ! Match nul entre les protagonistes des deux quinquennats dans tous les sens du terme.

Visuel HL110

Il y a près d’un an, j’accueillais Christophe Lecourtier, DG de Business France, et Arnaud Vaissié, président du réseau CCIFI, pour débattre avec nos conseillers consulaires de la stratégie gouvernementale en faveur de l’export des PME, présentée par Edouard Philippe. Le double objectif annoncé par le Premier ministre était de rationaliser le réseau d’appui à l’exportation, à travers la création d’un guichet unique, et aussi d’augmenter le nombre des entreprises exportatrices en visant le chiffre de 200.000 d’ici la fin du quinquennat.

Dans son communiqué, Jean-Baptiste Lemoyne déclare que « le nombre d’entreprises exportatrices est à son plus haut niveau depuis 2003. » Ce nombre est de 125.283 en 2018… soit seulement 206 de plus qu’en 2014.

Si les mesures techniques décidées en faveur de l’export par le gouvernement vont dans le bon sens, j’avais pointé, dès l’an dernier, l’absence de corrélation entre les mesures proposées et le nécessaire rétablissement de la balance commerciale à court terme.

Sans décisions fiscales et sociales fortes, nos entreprises persisteront à organiser leurs opérations internationales depuis des pays à l’environnement plus favorable, tandis que nos ministres continueront à commenter quelques statistiques flatteuses pour cacher la forêt du déficit. Découvrir l’HebdoLettre n°116

En circonscription à Djibouti (05-08 janv. 2019)

Mon programme de travail à Djibouti s’est étalé sur 4 jours incluant 22 rendez-vous. Je suis reconnaissant à Christophe Guilhou (à l’image), ambassadeur de France auprès de la République de Djibouti, pour son implication et sa présence à mes côtés.

Il est le garant des enjeux de la diplomatie française dans la corne de l’Afrique où la coopération française en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme est fondamentale.

Je n’ai pas manqué de rencontrer nos Forces Françaises stationnées à Djibouti (FFDj) et souligner l’importance de leur rôle dans le contexte géopolitique actuel.

Au-delà de la présence de notre force de projection, la coopération française comprend aussi modernisation de l’outil de défense des forces armées djiboutiennes, notamment par le biais de dons d’équipements et de matériels militaires.

Ma visite à Djibouti a été facilitée et optimisée par le travail de préparation des conseillers consulaires Vincent Sadeque  et Bruno Dell’Aquila (à l’image) qui m’ont accompagné dans mes visites et offert leurs éclairages.

Défense

Forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj)

Djibouti accueille le contingent français numériquement le plus important hors de nos frontières, soit près de 1500 militaires. À l’invitation du général Eric Gernez qui commande l’ensemble de nos forces, j’ai pu échanger avec les officiers présents lors d’un déjeuner à la résidence du COMFOR (Commandement des Forces françaises stationnées à Djibouti).

La journée s’est poursuivie par une présentation du 5ème RIAOM, dernier régiment interarmes de l’armée de terre française, avant de me rendre sur la base aérienne 188 Djibouti. Ce fut l’occasion de m’assoir aux commandes de l’un des quatre mirages 2000-5F et de rencontrer l’équipe chargée des secours en mer.

Ce tour exceptionnel s’est achevé par la visite du centre médico-chirurgical interarmées qui a ouvert ses portes le 1er juillet 2016. + d’images

Politique

Ministre de l’Enseignement Supérieur

Réunion avec Dr. Nabil Mohamed Ahmed, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en présence de notre ambassadeur Christophe Guilhou.

Lors ma visite de l’Université de Djibouti et du CERD, j’ai été séduit par la qualité des infrastructures et l’ambition des programmes d’enseignement et de recherche initiés à Djibouti.

Mes discussions avec le ministre ont porté sur l’amélioration de l’accueil des étudiants djiboutiens en France, au renforcement de la coopération avec les universités françaises, ainsi que la francophonie comme espace d’expression et d’échanges. + d’images

Ministère des Affaires étrangères

Rencontre avec le secrétaire général des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mohamed Ali Hassan, avec qui nous avons beaucoup parlé de la Chine.

En effet, la Chine a jeté son dévolu sur Djibouti et accentue inexorablement son emprise. Radio Chine international a été substituée à RFI pour émettre en français vers Djibouti. Par ailleurs, la Chine a fait cadeau d’un dispositif de 600 caméras, associé à un système de reconnaissance faciale, qui sera positionné auprès des forces de sécurité. Etonnante démarche quand on sait que le taux de résolution des crimes et délits est déjà de 97%…

Président de l’AN – VIDÉO (RTD2 TV)

Entretien privilégié avec Mohamed Ali Houmed, président de l’Assemblée nationale, en présence de Dileita Mohamed Dileita, ancien premier ministre, président du groupe interparlementaire d’amitié Djibouti-France et de Christophe Guilhou, ambassadeur de France à Djibouti.

Le président m’a annoncé son souhait d’organiser une visite en France à court terme. Il sera le bienvenu. LIEN vidéo.

Assemblée nationale

Je suis reconnaissant à Dileita Mohamed Dileita, ancien Premier ministre et président du groupe interparlementaire d’amitié Djibouti-France, pour m’avoir permis de découvrir les installations de l’Assemblée Nationale, puis de déjeuner avec six parlementaires membres du groupe d’amitié, dans le prolongement de notre rencontre avec le président de l’Assemblée nationale.

Entretien cordial qui nous a conduits à parler de l’organisation des débats parlementaires, de l’actualité politique et des enjeux économiques. J’ai exprimé toutes les difficultés rencontrées par nos entreprises, depuis quelques temps, pour remporter des marchés localement. + d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

En présence de notre ambassadeur, discussion des plus intéressantes avec le président de la chambre de commerce de Djibouti, Youssouf Moussa Dawaleh et les membres de son bureau : Magda Remon Coubeche, 1ère vice-présidente, André Massida, 3ème vice-président et Charmarke Adbourahman Ahmed, trésorier.

Les échanges ont porté sur divers sujets, comme l’apport de la France à travers l’Agence française de développement au profit du secteur privé, ainsi que l’amplification des relations d’affaires entre nos deux pays. La chambre travaille assidument sur les voies et les moyens de promouvoir la coopération économique.

Lire l’article « Le président de la CCD reçoit la visite d’un sénateur français » paru dans La Nation (Djibouti) du 09 janv. 2019

 

CCE & Groupe d’affaires 

Double rencontre avec les entrepreneurs français pour évaluer l’environnement des affaires à Djibouti, toujours accompagné par Christophe Guilhou :

Une réunion avec nos conseillers du commerce extérieur suivie d’un déjeuner avec le club d’affaires présidé par Mme Kadra Abdi.

.

Entreprises françaises

Groupe Coubeche –  Avec Magda Rémon Coubeche, CEO du groupe Coubeche qui emploie 800 personnes à Djibouti, ce qui en fait le premier employeur privé du pays ! Il s’agit d’un acteur majeur dans la production des boissons (Coca-Cola…) et la distribution des produits alimentaires (Casino). + d’images

Rubis – Le directeur général de Rubis, Olivier Gasbarian, est à la tête d’une véritable success story à l’international. Rubis Énergie Djibouti a repris, en octobre 2015, les activités du groupe Total de distribution de carburants et de lubrifiants dans le pays, ainsi que le réseau de stations-service. + d’images

Café de la Gare – Incontournable, le café de la Gare, tenu par Mouna Musong et son époux Christian, est l’une des grandes adresses gastronomiques de la ville. Mouna tient ce restaurant français de ses grands-parents, à l’origine de l’aventure à la fin du 19ème siècle. La patronne compte bien transmettre la maison à sa fille, Sabat, personnifiant la 4ème génération !

Communauté française

Consulat

Visite du consulat et rencontre de l’équipe dirigée par le consul, Romuald Rouchon, en compagnie des conseillers consulaires Bruno Del Aquila et Vincent Sadeque.

La circonscription compte 3953 inscrits.

Il m’a été suggéré de considérer s’il était bien opportun d’établir des cartes nationales d’identité dans les consulats en dehors de l’Union européenne.

Réception

Christophe Guilhou, ambassadeur de France auprès de la République de Djibouti, a convié les représentants de la communauté française à une réception à la Résidence pour me permettre d’échanger avec le plus grand nombre de mes compatriotes.

Une belle opportunité de présenter nos vœux, entourés de nos trois conseillers consulaires : Vincent Sadeque, Bruno Dell’Aquila et Jean Meunier, et de rappeler l’engagement d’André Massida, entrepreneur dans la logistique à Djibouti, aux côtés duquel j’ai siégé pendant 8 ans à l’AFE. + d’images

Enseignement

Université de Djibouti

Visite passionnante de la superbe université de Djibouti, en compagnie de Vincent Sadeque, conseiller consulaire.

Présidée par le Dr Djama Mohamed Hassan, l’établissement ambitionne de devenir l’une des meilleures universités du continent, notamment dans certains secteurs clés, tel que le numérique ou la logistique. + d’images

Lycée Kessel & École Dolto

Visite du lycée français Joseph Kessel, en compagnie de Vincent Sadeque, conseiller consulaire et de Francine Meyer, conseillère à l’Action culturelle.

Accueillis par le proviseur Jean-Pierre Pasquiou et ses adjoints, nous avons également rencontré les parents d’élèves qui siègent au conseil d’établissement et au conseil d’administration, ainsi que les représentants des professeurs et des personnels.

Le collège-lycée Kessel est installé dans des préfabriqués qui datent de près de 30 ans, sur un terrain de 3,1 hectares. Un projet immobilier qui sommeillait dans les cartons depuis 2011 semble en voie d’aboutissement. Un concours d’architecture a conduit à sélectionner un projet d’une valeur de 5 millions d’euros. Si tout va bien, les travaux pourraient enfin débuter en octobre.

Pour sa part, l’école primaire François Dolto est proche du centre-ville et dispose de bâtiments en dur de qualité. L’ensemble des deux établissements scolarise 1467 élèves. + d’images

École de la Nativité

Visite de l’école de la Nativité dirigée par Rachid Tamchat en compagnie de Sœur Justine, Vincent Sadeque, conseiller consulaire et Francine Meyer, conseillère à l’Action culturelle.

Il s’agit de la plus ancienne école de Djibouti fondée en 1933. Elle est placée sous la tutelle des sœurs Franciscaines missionnaires de Notre Dame. Cette école catholique, homologuée AEFE, scolarise 1100 élèves de la maternelle à la troisième. Une école dont on met en avant son esprit de famille. + d’images

Culture

Institut français

L’Institut français de Djibouti est dirigé par Louis Estienne. Le centre de langues a été ouvert en 2017 afin de pallier la fermeture de l’Alliance française.

Les ressources sont au rendez-vous, notamment au travers de la médiathèque qui propose 25.426 ouvrages.

Un nouvel espace Campus France a été mis en place en octobre dernier. En effet, la France reste une destination privilégiée pour les Djiboutiens qui souhaitent faire des études universitaires. + d’images