Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

AEFE – Conseil d’administration – Contrat d’Objectifs et de Moyens 2021-2023 (COM 2021-2023) – CAP 2030

Très heureux de retrouver le CA de l’AEFE en qualité de président de l’ANEFE, dix ans après avoir cessé d’y siéger.

En trente ans, les effectifs du réseau ont doublé, passant de 165 000 élèves en 1999 à 370 000 en 2020.

Comme je l’ai souvent déploré par le passé, le réseau a stagné en nombre d’établissements. Il y avait 499 établissements en 1990 à la création de l’AEFE, 500 en 2018.

Pour mémoire l’enseignement anglo-saxon crée environ 700 nouvelles écoles internationales anglo-saxonnes par an et compte désormais 9000 écoles qui scolarisent 5 millions d’élèves.

Pour éviter le déclassement de la France, le Président de la République avait déclaré en mars 2018 à l’Institut français : « Nous allons développer les établissements partenaires avec l’objectif de doubler le nombre d’élèves accueillis au sein du réseau scolaire français d’ici à 2025. Des pôles régionaux de formation seront créés pour former les nouveaux enseignants … »

Les 4 axes stratégiques du COM 2021-2023 sont les suivants :
> Accroître l’attractivité de l’enseignement français pour attirer de nouveaux publics. Il s’agit de valoriser et d’enrichir l’offre éducative des établissements par la valorisation de ses atouts : l’éducation plurilingue, l’école inclusive, le numérique éducatif et un baccalauréat réformé.
> Renforcer le rôle de l’Agence au service du développement du réseau d’enseignement français à l’étranger. Ce deuxième axe porte sur la façon dont l’Agence peut accompagner et faciliter l’intégration de nouveaux établissements partenaires dans le réseau. Par ailleurs le développement du réseau appelle une politique de formation des personnels renouvelée. A cet effet, 16 instituts régionaux de formation (IRF) sont créés pour accompagner cette stratégie.
> Développer le rôle de l’Agence au service du réseau labellisé LabelFrancÉducation et des associations FLAM. L’Agence est appelée à renforcer son accompagnement du réseau des établissements LabelFrancÉducation et à accompagner les associations de français langue maternelle (FLAM) dans leur structuration en réseau.
> Adapter le fonctionnement de l’Agence pour répondre aux défis du développement de l’enseignement français. L’Agence est incitée à poursuivre le travail de réorganisation et de modernisation de ses services qui a déjà été engagé. Ce travail s’appuie notamment sur les recommandations du comité d’audit mis en place à l’automne 2019.

Les objectifs stratégiques présentés dans le COM de l’AEFE sont conformes à l’orientation du Président de la République.

Membre de ce conseil en qualité de Président de l’ANEFE, nous avons pris bonne note de l’évolution vers l’AEFE de l’instruction des demandes de garantie de l’État pour financer l’immobilier des écoles françaises à l’étranger.

Le COM ne me permet pas d’apprécier les modalités de fonctionnement qui vont permettre à l’AEFE d’apprécier les dossiers confiées.

Cependant, je me réjouis que malgré la pandémie, le réseau ait entamé sa croissance en nombre d’établissements puisque 3 ans plus tard, à la rentrée 2021, ce réseau est désormais constitué de 543 établissements scolaires homologués si j’en crois le site internet de l’AEFE, 545 si je lis bien le COM que vous nous avez remis.

Comme l’exprimait Napoléon Bonaparte, « la stratégie est un art facile, tout est dans l’exécution. »

J’ai voté en faveur du COM 2021-2023 pour encourager l’équipe de direction de l’AEFE à avancer dans des circonstances exceptionnelles qui justifient notre solidarité.

Le conseil d’administration a autorisé le directeur de l’AEFE a signer le COM 2021-2023

Commerce extérieur – Arabie saoudite – Audition du ministre Franck Riester – Vidéo Q/R (4m)

Lors de l’audition de Franck Riester, ministre chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité devant notre commission des Affaires étrangères et de la Défense, en commun avec les commissions des Affaires européennes et celle des Affaires économiques, je suis revenu sur l’évolution de notre commerce extérieur lors des deux quinquennats précédents et nos récents résultats commerciaux au Moyen-Orient.

—————————————

MON VERBATIM

Monsieur le Ministre,

En septembre 2013 à Londres, Nicole Bricq, alors ministre du Commerce extérieur, annonçait qu’elle devait équilibrer la balance commerciale (hors énergie) de la France, d’ici la fin du quinquennat de François Hollande.

Objectif : combler le trou de 15Mds créé sous Nicolas Sarkozy. Raté !

Le gouvernement socialiste a renouvelé la performance de ses prédécesseurs et doublé le déficit dans ce domaine avec – 36,2 Mds d’euros en 2017.

Un record ! Match nul entre les protagonistes des deux quinquennats précédents dans tous les sens du terme. Le redressement de notre commerce extérieur sera une opération de longue haleine que chacun devrait aborder avec beaucoup d’humilité.

Président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe, j’ai eu le privilège de faire partie de la délégation qui a accompagné Emmanuel Macron pour ses visites de travail aux Émirats arabes unis, dans l’État du Qatar, et au royaume d’Arabie saoudite en novembre dernier.

36 ans après avoir travaillé sur le démonstrateur Rafale A, j’ai été comblé d’assister à la signature à Dubai d’un contrat historique pour la livraison de 80 Rafale.

Par ailleurs, les Émirats arabes unis ont signé un contrat pour l’acquisition de 12 hélicoptères H225M Caracal auprès d’Airbus Helicopters qui seront entièrement produits et assemblés à Marignane

Ce voyage a permis de concrétiser des résultats économiques spectaculaires qui renforceront l’emploi en France.

L’étape de Jeddah en Arabie saoudite où nous vous avons retrouvé m’a permis d’y retrouver beaucoup d’entreprises françaises qui vous accompagnaient.

Pouvez-vous nous parler des résultats obtenus en Arabie saoudite qui ont été moins médiatisés que ceux aux Émirats mais qui m’ont semblé réjouir nos entrepreneurs ?

Émirats arabes unis – Entretien avec l’ambassadrice Hend Al Otaiba

En présence de Laurent Lafon, président de la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication au Sénat, j’ai eu le plaisir d’accueillir à nouveau Son Excellence Hend Al Otaiba, ambassadrice des Émirats arabes unis en France, le 20 janvier dernier.

Nous lui avons d’abord témoigné tout notre soutien et notre sympathie suite à l’agression terroriste perpétrée, le 17 janvier, contre les installations civiles d’Abou Dhabi. Les tirs revendiqués par les milices Houthis ont provoqué la mort de deux civils et ont blessé plusieurs personnes. Les EAU ont saisi le Conseil de sécurité des Nations unies afin de condamner cet acte odieux.

Dans la perspective du prochain déplacement du groupe d’amitié France-pays du Golfe que je préside à destination de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, nous avons évoqué trois visites incontournables à Abou Dhabi :

– La première Exposition universelle au Moyen-Orient (du 1er oct. 2021 au 31 mars 2022) qui a pour thème « Connecter les esprits, construire le futur ». On y découvre en effet le meilleur état de l’art technologique et le savoir-faire de chaque nation exposante.

– Le Louvre Abou Dhabi, chef d’œuvre architectural de notre compatriote Jean Nouvel. Ce musée qui a été inauguré le 8 novembre 2017 par Emmanuel Macron représente l’emblème d’une coopération culturelle d’exception entre la France et les Émirats.

– Paris-Sorbonne Abou Dhabi (PSUAD), dont les cours sont assurés par des professeurs de Paris. Il y a plus de dix ans, à la demande du gouvernement de l’Émirat, Paris-Sorbonne est devenue la première université française à s’implanter hors du territoire national.

Elle accueille sur un campus ultramoderne un millier d’étudiants représentant des dizaines de nationalités différentes, dont un tiers d’Émiriens et 10 % de jeunes Français qui vivent avec leur famille au Moyen Orient.

L’ambassadrice était accompagnée de Mohamed Al Midfa, Premier Secrétaire, Tareq Al Shehhi, Deuxième Secrétaire, et Amine Bouezzedine, en charge des Affaires politiques. +d’images

Balkans – Rencontre avec Nicolas Faye

Heureux d’avoir revu Nicolas Faye, Chef de la mission de l’Europe balkanique, au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères que j’avais rencontré pour la première à Belgrade en novembre 2017, la veille de ma rencontre avec le président de la République de Serbie, Aleksandar Vučić, élu six mois auparavant.

Notre rencontre, ce 19 janvier, nous a conduit à faire un tour d’horizon de la situation dans les Balkans occidentaux, et nous sommes revenus sur mon intervention devant l’ambassadeur de Russie au sujet de la Bosnie-Herzégovine.

Nous nous sommes réjouis que la présidence française de l’Union Européenne fasse des Balkans une priorité. Cela est lié au volontarisme du Président de la République de répondre à l’attente des populations des Balkans qui nourrissent de grands espoirs dans l’UE.

En dépit des efforts déployés par certains pays, notamment de la République de Serbie qui est candidate depuis 2012, la situation semble figée sur le terrain de l’intégration européenne.

Lors de mes trois déplacements à Belgrade, j’ai rencontré deux fois le président de la République de Serbie, Aleksandar Vučić, en compagnie de Nicolas Faye.

Nos conversations ont porté sur les divers aspects de l’adhésion à l’UE qui demeure le principal objectif stratégique pour la paix et le développement économique de la Serbie.

Nous devons nous hâter d’aider les Balkans qui souffrent également de la fuite de leur jeunesse la mieux formée vers d’autres cieux.

Russie – Audition de l’ambassadeur, Alexey Meshkov

Ce 19 janvier, notre commission des Affaires étrangères et de la Défense a auditionné Alexey Meshkov, ambassadeur de la Fédération de Russie en France.

Comme la Fédération de Russie ne peut rivaliser économiquement avec l’Occident, il reste la guerre, commentait récemment une revue russe.

Alors que la menace d’invasion de l’Ukraine par la Russie se précise un peu plus chaque jour, tout au long de cette rencontre, l’ambassadeur a adopté une position victimaire devant notre commission, sur chaque sujet abordé.

Il s’est fait le porte-parole fidèle d’une Russie nationaliste, expansionniste et révisionniste.

Ce pays a un sol regorgeant de richesses qui ne profitent pas à sa population puisque 10% des Russes accaparent 80% du PIB.

Pour peser à l’international, la Russie n’hésite pas à déstabiliser des pays en encourageant les sécessions. C’est le cas en Ukraine, Georgie, Moldavie… mais également dans les Balkans comme en Bosnie.

Voilà pourquoi, j’ai demandé en ces termes, à l’ambassadeur, si la Russie soutenait le processus sécessionniste lancé par Milorad Dodik, le dirigeant nationaliste des Serbes de Bosnie qui vient tout juste d’être sanctionné par les États-Unis :

« Pourtant signataire des accords de Dayton, la Russie prend désormais le parti opposé. Elle a déposé un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU visant à supprimer le poste de haut représentant : Le projet a échoué car seule la Chine l’a voté, avec la Russie.

M. Dodik, actuellement membre de la présidence tripartite bosnienne, a fait défiler, dimanche 9 janvier à Banja Luka, les forces de police bosno-serbes, avec à leurs côtés les « loups de la nuit », un groupe de russes nationalistes et pro-Kremlin, qui avaient pour l’occasion revêtu des uniformes paramilitaires noirs.

Le défilé militaire s’est tenu en présence de l’ambassadeur de Russie et de représentants de la Chine.

Ma question est directe : est-ce que la Russie soutient le projet séparatiste de M. Dodik en Bosnie?»

L’ambassadeur de la Fédération de Russie en France a revendiqué ses bonnes relations avec Mr Dodik et marqué sa sympathie pour contrer ce qu’il qualifie de « réunification forcée de la Bosnie-Herzégovine ».

Dans sa dialectique victimaire, l’ambassadeur m’a lancé « Tout diaboliser est quelque chose que nous ne pouvons pas accepter ! »

Très en verve, le diplomate a traité « d’escroc » l’avocat et militant, Alexeï Navalny, et fustigé le parlement européen qui lui a remis en octobre dernier le prix Sakharov des droits humains et de la liberté de pensée.

Il s’offusquait du rapprochement des noms, car il exprimait de l’admiration pour le physicien Andreï Sakharov, qui avait pourtant critiqué les autorités de son pays en 1979, fut arrêté à Moscou et, sans procès, fut assigné à résidence pendant de longues années en exil à Gorki.

J’ai pensé alors : Qui sait ?
Dans quelques décennies, un successeur de l’ambassadeur Alexey Meshkov révèlera peut-être à son tour, devant des collègues, son admiration pour Navalny.

Protection des lanceurs d’alerte – Mon explication de vote (vidéo 0’30)

Le 20 janvier, nous avons débattu d’une proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale, visant à améliorer la protection des lanceurs d’alerte et renforcer le rôle du Défenseur des droits en matière de signalement d’alerte.

Les lanceurs d’alerte jouent désormais un rôle essentiel dans notre démocratie en dénonçant des faits graves contraires à l’intérêt général. Face à des intérêts privés ou étatiques parfois très puissants, ils doivent se sentir protégés compte tenu des risques qu’ils prennent, dans la limite de révélations fausses ou malveillantes bien entendu.

Jeune, j’ai été très marqué par un film américain sorti en 1980, intitulé Brubaker avec Robert Redford dans le rôle principal. Il s’agit d’une adaptation d’un roman autobiographique « Accomplices to the Crime: The Arkansas Prison Scandal » publié en 1969. Un directeur de prison arrivé incognito parmi d’autres détenus à la prison de Wakefield, Henry Brubaker, découvre un monde fait de brimades, de sévices et de corruption de la part des gardiens.

Après quelques jours, il révèle sa véritable identité : il est le nouveau directeur nommé par le gouverneur de l’État pour procéder à d’importantes réformes. Fort de son expérience, il va assainir Wakefield et, se faisant, découvrir que des crimes ont été régulièrement commis contre des prisonniers qui ont été ensuite enterrés clandestinement. Mais en dévoilant la vérité, il sera lâché par les administrateurs et les politiques qui préféreront étouffer le scandale. Il en perdra son emploi.

40 ans après ce film, il est plaisant d’observer que notre société cherche à défendre ouvertement ceux qui suivent leur conscience pour que cessent des mauvaises pratiques ou des infractions. Il est parfois nécessaire de braver certaines interdictions pour faire éclater la vérité, pour faire respecter la loi ou pour la faire évoluer.

Je souhaite saluer toutes celles et ceux qui se sont engagés avec courage dans cette voie.

J’ai voté en faveur du texte, en regrettant certains amendements votés par le Sénat qui ont pour effet de diminuer, parfois, la portée du texte voté unanimement par l’Assemblée nationale.

Présidentielle : non au soutien de l’UDI à Valérie Pécresse

Chères adhérentes et chers adhérents de l’UDI,

Aujourd’hui, l’UDI reçoit la candidate désignée par les Républicains à l’élection présidentielle pour permettre à son président Jean-Christophe Lagarde, et à certains cadres, de lui apporter son soutien.

Je ne participerai pas à cette réunion, car je ne soutiendrai pas la candidate des Républicains.

Faire campagne pour Mme Pécresse, c’est s’associer avec des personnalités qui adoptent une ligne droitière très dure, et qui ne manquent pas une occasion pour fustiger les idées centristes et européennes qui constituent notre ADN. Certains d’entre eux déclarent qu’ils ne voteraient pas pour le Président de la république, même dans l’éventualité d’un second tour face à Mme Le Pen ou Mr Zemmour.

Proposer à l’UDI de prêter allégeance à la candidate LR est particulièrement humiliant quand on se souvient que Mme Pécresse a refusé d’être associée à la consultation des adhérents de l’UDI sur les candidats à la primaire LR ou encore que le parti LR a écarté l’UDI de sa primaire.

Rejoindre les LR pour la présidentielle c’est, à mon avis, reproduire la démarche d’Hervé Morin lors des élections européennes en compagnie de M. Bellamy, entraînant ainsi le centre vers une droite dure, très éloignée des valeurs qui ont fondé l’UDI.

Je ne veux pas être associé à des adeptes de Guantanamo, des murs de barbelés ou de l’utilisation du « karcher » en guise de solutions expéditives, car ils participent à banaliser des idées d’extrême droite que je veux combattre.

Mêler ses voix avec ceux qui s’expriment sans retenue en toutes circonstances contre le Président de la République peut avoir pour conséquence de conforter les extrêmes.

Une autre voie pour défendre nos idées est possible et m’apparaît préférable.

Olivier Cadic
Sénateur des Français établis hors de France
Cofondateur de l’UDI
Élu libre et indépendant

L’HEBDO DES INDÉPENDANTS N°156 – 20 janvier 2022

Lire : l’HEBDO DES INDÉPENDANTS n°156 – 20 janvier 2021Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Présentation :

Madame, monsieur, chers élus, chers amis,

Comme je l’annonçais dans ma vidéo des voeux aux Françaises et Français établis hors de France (lien), je suis heureux de vous présenter l’Hebdo des Indépendants.

Cette publication, inspirée de l’Hebdo indépendant diffusé pendant près de 20 ans par mon ancien collègue Robert del Picchia, a l’ambition de vous apporter une information utile pour la vie hors de France et pour celles et ceux qui assurent un mandat au service de la communauté française.

Ce bulletin hebdomadaire est enrichi d’une rubrique, « Le Club des Indépendants », destinée à mettre en valeur les actions des conseillères et conseillers indépendants des Français de l’étranger. Une autre rubrique tend à vous rendre compte de mon mandat parlementaire.

Olivia Richard, ancienne collaboratrice du sénateur honoraire Robert del Picchia qui figurait en 2e position sur ma liste de candidature aux sénatoriales, a rejoint mon équipe parlementaire et assurera la direction éditoriale du bulletin.

Nous serons heureux de recevoir vos réactions, qui nous permettront d’améliorer ce nouvel Hebdo des Indépendants. Espérant contribuer à votre information et avec toutes mes amitiés.

Olivier Cadic
Sénateur des Français établis hors de France

Sommaire :

FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER & AFFAIRES ÉTRANGÈRES
. Passe vaccinal : quels changements pour les déplacements internationaux ? (+ certificats de rétablissement, contre-indications, mineurs, vote des sénateurs sur le passe vaccinal, tests)
. Parcoursup, c’est parti !
. Assemblée des Français de l’étranger
. Sénatoriales 2021 : le Conseil constitutionnel saisi
. Reconduction des aides « SOS » en 2022
. Feuille de route de l’influence de la diplomatie française
. Assassinat d’une Française à Agadir

LE CLUB DES INDÉPENDANTS
. Vote par Internet pour les élections des députés des Français de l’étranger / Hélène Degryse (Pays-Bas), présidente de l’AFE
. Passe vaccinal / Nicolas Arnulf (Maroc), conseiller AFE
. La Commission des Lois se penche sur l’organisation des élections / Rosiane Houngbo-Monteverde (Qatar, Bahreïn), pdte de la commission des Lois, des Règlements et des Affaires consulaires à l’AFE
. Francophonie et présence française au Brésil / Marie Godefroy (Rio)

LE BLOG D’OLIVIER CADIC
. Présidence de l’ANEFE
. Un nouvel élan pour l’Institut français
. J-967 avant la cérémonie d’ouverture de Worldskills Lyon 2024.
. Lyon – Worldskills – Cérémonies de clôture des finales nationales.
. Arabie saoudite : prochain déplacement du GIA France-pays du Golfe
. Liban – Table ronde « Diaspora Libanaise, acteur de la reconstruction du Liban ».
. Égypte – Droits de l’Homme
. Serbie – Accueil de l’ambassadeur Natasa Maric

FRANCE
Actualités : Politique & Sénat

CARNET & NOMINATIONS
. Mexique – Hommage à Marie-Hélène Pontvianne
. Maroc – Hommage à Khalid Idrissi Kaitouni

Découvrir l’InfoLettre n°156

Afrique – Influence de la chine

A l’invitation du président André Reichardt, j’ai participé à l’entretien du groupe d’amitié France-Afrique de l’Ouest avec les auteurs de l’étude de l’Institut français des relations internationales (IFRI) consacrée aux influences chinoises en Afrique.

L’Afrique se révèle être le terrain d’expérimentation du « soft power » chinois.

La Chine se présente comme un pays du sud en développement et a investi depuis 2010 dans le financement de radios ondes courtes pour développer un narratif chinois.

Premier vendeur d’armes légères en Afrique, la Chine s’emploie à mettre des moyens humains pour sécuriser ses ressortissants et ses intérêts économiques.

Il y a plus de personnel chinois en sécurité privée que de personnes dédiées au maintien de la paix en Afrique.

Les instituts Confucius ont pour mission de formater les esprits locaux. Leur objectif est de faire entrer les projets pédagogiques fabriqués par la Chine pour former les étudiants en Afrique.

La Chine se focalise sur les nouvelles générations sans chercher à convertir les anciens.

La Chine est le 1er partenaire commercial après l’UE.

Un cinquième des projets d’infrastructures est fait par la Chine et financé par l’Empire du milieu.

D’après le FMI, 20 pays africains sont en risque de défaut de paiement

On ne connaît pas le montant de la dette chinoise.

La Chine vise à créer une situation de dépendance vis à vis des gouvernants africains.

Les renégociations de dette se font en bilatéral.

La Chine commence à décevoir, car les populations se rendent compte que les Chinois fonctionnent en autarcie.

Leur stratégie d’accaparement des matières premières commence à être visible.

Une position dominante s’est installée en BTP, la pêche, les exploitations minières ou forestières.

Les produits de contrefaçon chinois inondent le continent.

Les activités illicites chinoises se développent avec, par exemple, l’ouverture de mines sauvages. L’activité criminelle est en hausse et les assassinats de Chinois sont une source de préoccupation locale. La présence de triades est avérée.

La prostitution chinoise est visible. La visite dans un casino chinois à Bangui qui ne recevait que 5 personnes démontre que ce casino servait de couverture à d’autres activités plus confidentielles.

Lorsque j’ai interrogé les auteurs sur l’éventualité de l’utilisation de la corruption par les Chinois, il m’a été répondu : « Il y a une culture de la corruption en Chine qui trouve des débouchés en Afrique ! »

Si l’influence de la Chine a fortement progressé durant ces dernières années en Afrique, une forme de désenchantement semble toutefois apparaître.

C’est le moment de réagir. Le 18/2/22, l’IFRI organisera un colloque sur les relations France-Afrique.

GIA France-pays Du Golfe – Communiqué de presse

Attaques aux Émirats arabes unis : le groupe d’amitié France-Pays du Golfe condamne fermement les tirs de drones revendiqués par les Houthis.

« M. Olivier Cadic (Union Centriste – Français établis hors de France), président du groupe interparlementaire d’amitié France-Pays du Golfe du Sénat, condamne avec la plus grande fermeté les attaques ayant notamment visé des infrastructures civiles aux Émirats arabes unis, pays auquel il exprime tout le soutien du groupe d’amitié.

Revendiquées par les Houthis, ces attaques qui ont fait trois victimes, marquent le franchissement d’un nouveau cap très inquiétant dans ce conflit régional. Elles remettent gravement en cause l’intégrité du territoire émirati et la sécurité de ses habitants.

« Ces actions déstabilisatrices, qui vont une fois de plus à l’encontre de tout processus de pacification au Yémen, doivent impérativement cesser », a déclaré M. Cadic. « Seul un dialogue ouvert intégrant l’ensemble des parties prenantes, sous l’égide des Nations Unies, aboutira à un accord politique de long terme de nature à rétablir la paix et la stabilité dans le pays et la région » a poursuivi le président du groupe d’amitié, qui projette un déplacement dans les émirats au printemps alors que s’achèvera l’exposition universelle de Dubaï. »

Qatar – Partenariat relatif à la sécurité de la Coupe du Monde

Ce 19 janvier, lors de la réunion de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, j’ai été nommé rapporteur du projet de loi autorisant l’approbation de l’accord entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de l’État du Qatar établissant un partenariat relatif à la sécurité de la Coupe du Monde de football de 2022 (dossier législatif )

En ma qualité de président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe, la question de l’organisation de la Coupe du Monde de football au Qatar en décembre prochain est également une priorité de mon action.

Mexique – Marie-Hélène Pontvianne nous a quittés

J’ai eu la douleur d’apprendre la disparition de Marie-Hélène Pontvianne, figure éminente et estimée de notre communauté française de Mexico. Une longue maladie aura emporté cette femme vive, aimable et brillante, en un mot si attachante.

Pendant plusieurs années, j’ai eu le plaisir de siéger à ses côtés à l’Assemblée des Français de l’étranger, où elle défendait avec énergie nos compatriotes d’Amérique latine et des Caraïbes. Marie-Hélène montrait une attention particulière aux enjeux éducatifs, comme le meilleur pari sur l’avenir en faveur de nos jeunes.

Le secret de Marie-Hélène pour dissiper tant d’amour, de bienveillance et d’assistance aux autres était qu’elle aimait passionnément la vie. On l’a souvent vu raviver l’espérance d’un mot ou d’un sourire.

J’adresse mes plus sincères condoléances à Guillaume, Florence et Louis, ainsi qu’à tous ses proches.

Chacun est invité à participer aux cérémonies prévues
– à Paris : messe le vendredi 21 janvier à 15h en l’église de Saint-Germain l’Auxerrois (2 Pl. du Louvre, 75001 Paris)
– au Pouliguen (Loire-Atlantique) : messe le samedi 22 à 15h en l’église Saint Nicolas
.

Égypte – Droits de l’Homme

Le groupe d’amitié France-Egypte, présidé par Catherine Morin-Desailly, a accueilli Wael Attiyah, ambassadeur des Droits de l’Homme, auprès du ministre des affaires étrangères de la République d’Égypte, et SEM Alaa Youssef, Ambassadeur d’Égypte en France, pour un point de situation sur les Droits de l’Homme et les mesures envisagées pour les renforcer.

La stratégie lancée par le Président Sissi en septembre 2021 en matière de droits de l’Homme porte sur 4 axes :
1 – les droits politique et civils ;
2 – les droits économiques, sociaux et culturels ;
3 – les droits des femmes, des enfants et des personnes âgées ;
4 – la formation et le développement de la culture des droits de l’Homme ;

Les 3 voies pour sa mise en œuvre se traduisent par des réformes législatives, des réformes institutionnelles et une formation et des procédures pour disséminer les droits de l’Homme dans la société égyptienne.

Wael Attiyah a détaillé les activités nécessaires pour disséminer les droits de l’Homme dans la société égyptienne afin de progresser.

Il est important d’apprendre aux très jeunes enfants la culture aux droits de l’Homme.
À titre d’exemple, il est important d’enseigner très tôt le droit de jouer pour les enfants ;
Enseigner le droit de participer dans la vie publique et le respect vers autrui ;
Enseigner le droit de liberté d’expression ;
Enseigner le droit à la vie privée et à la religion ;
Ces droits doivent être intégrés aux curriculums scolaires pour ne pas ennuyer les enfants.

En université, 23 millions d’élèves reçoivent cet enseignement obligatoire pour le respect des droits de l’Homme.

Un enseignement est prodigué aux forces de l’ordre et une campagne de communication est destinée à accroître la conscience aux droits de l’Homme dans la société.

Plusieurs lois ont été votées pour interdire les violences contre les femmes, comme les mutilations génitales, la criminalisation des mariages de jeunes filles mineures ou encore garantir les droits d’héritage pour les femmes.

Au niveau institutionnel, une unité policière dédiée à la lutte contre les violences faites aux femmes et une unité judiciaire pour enregistrer les plaintes des femmes ont été créées.

Le ministre a partagé ces statistiques :
Lorsque les Frères musulmans étaient au pouvoir, le parlement égyptien comptait 1,5% de femmes. En 2015, il en comptait 16% puis 28% lors du renouvellement en 2020.
Il y a 25% de ministres féminins au gouvernement égyptien actuellement.

Après avoir salué l’orientation choisie par l’Égypte en matière de droits de l’Homme, j’ai indiqué que cette démarche historique était susceptible de donner une vision enthousiasmante pour le développement humain dans la région.

J’ai adressé tous mes encouragements à poursuivre dans cette direction et affirmé ma disponibilité pour venir en appui à leur démarche.

Face à une puissance chinoise qui assure que les droits au développement priment sur les droits humains, la vision de l’Égypte qui choisit la vision droits de l’Homme pour garantir le progrès humain est conforme aux engagements internationaux des Nations unies.

Au vu des progrès enregistrés par l’Égypte, ce volontarisme politique mérite d’être encouragé. +d’images

Serbie – Accueil de l’ambassadeur Natasa Maric

Ce 18 janvier, échange privilégié avec Natasa Maric, ambassadeur de Serbie à Paris pour évoquer la présidence française de l’Union Européenne qui fait des Balkans une priorité.

Il est important de redonner à la Serbie des perspectives de court terme de rejoindre l’Union européenne.

+d’images

Arabie saoudite – Accueil de l’ambassadeur Fahad Alruwaily

Heureux d’avoir accueilli Fahad Alruwaily, ambassadeur d’Arabie saoudite en France, en compagnie de Laurent Lafon, président de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Cette rencontre s’est déroulée le 17 janvier dans le bureau du président Lafon qui est l’un des plus beaux du palais.

Ce fut l’opportunité d’évoquer le prochain déplacement conjoint de la commission et du groupe d’amitié France-pays du Golfe que je préside, à destination de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, fin février.

Nous avons évoqué avec l’ambassadeur notre désir de visiter le grand projet culturel de Diriyah Gate, situé à quelques kilomètres de Riyad, mais également AlUla, projet hors normes, visant à faire de ce site de la taille de la Belgique la capitale culturelle du Royaume.

L’Arabie saoudite est candidate à l’organisation de l’Exposition Universelle 2030 à Riyad. Nous prévoyons de visiter le pavillon saoudien de l’exposition universelle à Dubaï pour clôturer notre déplacement. Ce pavillon est le plus grand et le plus fréquenté. +d’images

Enseignement – Rencontre avec Bruno Foucher, président de l’AEFE

Premier échange, ce 17 janvier, avec Bruno Foucher, président de l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) et vice-président de l’Anefe (Association nationale des écoles françaises à l’étranger).

Notre discussion a été constructive sur les perspectives de développement de notre réseau scolaire, un thème sur lequel nous aurons l’opportunité de travailler ensemble dans le cadre de l’Anefe, association que je préside depuis le début d’année, succédant au sénateur honoraire André Ferrand.

Ma présidence s’inscrit, comme je l’ai déclaré, dans le droit fil du plan de développement de l’enseignement français exprimé par Président de la République, le 20 mars 2018, avec l’objectif de doubler le nombre d’élèves dans notre réseau d’ici à 2030 (lire).

Depuis 2021, rappelons que l’AEFE s’est substituée à l’Anefe pour les opérations de garantie de l’État sur les prêts relatifs à l’immobilier scolaire.

Cette rencontre m’a aussi permis de profiter de l’expertise de Bruno Foucher sur la situation au Moyen-Orient, en particulier au Liban, puisqu’il fut ambassadeur au pays du Cèdre.

Lyon – 2ème réunion du comité d’organisation de Worldskills Lyon 2024 / J-969

Après avoir été l’un des ambassadeurs de la candidature victorieuse de Lyon pour l’organisation des mondiaux des Métiers, Michel Guisembert, président de l’association WSL 2024, m’a demandé de rejoindre le conseil d’administration en charge de l’organisation de WorldSkills 2024.

La 2ème réunion du comité d’organisation de WSL 2024 s’est tenue à Lyon en marge des finales nationales de WorldSkills France. +d’images

La compétition nationale a permis d’évaluer les infrastructures qui serviront pour accueillir les mondiaux en 2024.

Le Premier ministre Jean Castex a assisté la veille au déroulement de plusieurs épreuves, accompagné de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et d’Elisabeth Borne, ministre du Travail. Grégory Doucet, maire de Lyon, et Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon, nous ont adressé des mots de soutien et d’encouragements lors de l’ouverture de nos travaux.

Nous sommes à J-969 de la cérémonie d’ouverture de WSL 2024 qui débutera le 10 septembre 2024 à 20h24.

Le 17 octobre 2022 à l’issue des WorldSkills 2022, le drapeau de la compétition sera transmis par Shanghai à Lyon.

CPW 2024 : Le premier rendez-vous sera la CPW 2024, semaine de préparation de la compétition qui se tiendra du lundi 29/01/24 au vendredi 02/02/24 à Lyon Cité Internationale.

85 membres de WorldSkills, représentant chacun leur pays participant à la compétition, seront réunis pour :
1 – Finaliser tous les aspects de la compétition ;
2 – Se familiariser avec les sites ;
3 – Evaluer l’expérience qui constituera un avant-goût de la semaine qui sera vécue par les compétiteurs ;

UNE ÉCOLE – UN PAYS
Le jour de la cérémonie d’ouverture, il est de tradition qu’une école accueille une équipe nationale participant à la compétition. Il faudra donc trouver 80 écoles pour faire honneur à chacune des délégations.

Lyon – Worldskills – Cérémonies de clôture des finales nationales

64 métiers, 7 pôles, 600 compétiteurs issus de 14 régions,
Un seul objectif : décrocher sa place en équipe de France des Métiers !

J’ai vu des jeunes fiers de représenter leur région mais également déterminés à l’emporter pour pouvoir représenter leur métier et la France au niveau mondial. L’ambition, l’abnégation et l’enthousiasme de nos jeunes compatriotes dépassent tous les discours. Ils nous permettent d’espérer un avenir prometteur pour notre pays.

Les mondiaux des métiers, c’est la compétition de binômes constitués d’experts qui entraînent une jeune femme ou un jeune homme pour exercer son talent afin de lui permettre de tendre vers l’excellence.

La cérémonie de clôture a débuté avec le message chaleureux d’Armel Le compagnon, président de Worldskills France, adressé aux 600 jeunes compétiteurs et à leurs supporters venus en nombre limité du fait des contraintes sanitaires.

Une mise à l’honneur internationale a permis à son prédécesseur Michel Guisembert, président de WSL 2024, de saluer la présence de deux champions du monde : Krystov Kowalski (Pologne – Cuisine) et Abdulrahman Ishak (EAU – Technologie automobile).

Très satisfait d’observer la féminisation de certaines professions. Des victoires féminines le prouvent par exemple dans les pôles « bâtiment et travaux publics » ou bien « industrie », qui a vu la normande Déborah Corrette obtenir la médaille d’or dans le métier de soudage, tandis que Virginie Bouly de Lesdain (Grand Est) emporte la médaille de bronze.

Très heureux également de voir les premières médailles remises pour la cybersécurité et l’émergence d’une équipe de France. La marche est haute avant de pouvoir concurrencer les champions russes qui débutent à l’âge de 12 ans, mais désormais nous sommes lancés.

Je suis très reconnaissant envers Armel Le compagnon d’avoir mis à l’honneur l’équipe France des Abylimpics. Les Abilympics sont aux métiers ce que les paralympiques sont dans le sport !

La photo qui a rassemblé tous les médaillés nationaux 2022 avec l’équipe de France des Abylimpics a constitué le tableau final de la cérémonie et témoigne du formidable état d’esprit qui anime les dirigeants de Worldskills. +d’images

Lyon – Worldskills – Finales nationales

64 métiers à l’honneur !

50.000 visiteurs sont venus assister à la compétition nationale des métiers, ce 15 janviers, qui a réuni 600 jeunes et permettra la sélection de l’équipe de France pour les Worldskills de Shanghai qui auront lieu du 12 au 16 octobre 2022.

Très heureux d’observer que le métier « cyber sécurité » fait partie de la compétition en France pour la première fois ! +d’images

Renforcement des outils de gestion de la crise sanitaire : le Sénat a adopté le projet de loi

Mercredi 12 janvier, à 2h30, le Sénat a adopté avec modifications le projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire et modifiant le code de la santé publique, par 249 voix contre 63.

J’ai voté en faveur du texte.

Celui-ci vise à renforcer les outils existants de gestion de la crise sanitaire, notamment en substituant au passe sanitaire en vigueur un passe vaccinal et en renforçant encore les mesures permettant de lutter contre la fraude relative au passe.

Le texte prévoit notamment :

– le remplacement du passe sanitaire par le passe vaccinal pour l’accès aux activités de loisirs, aux restaurants et aux débits de boisson, aux foires, séminaires et salons professionnels, ainsi qu’aux déplacements de longue distance par transports publics interrégionaux (art. 1er)

– le renforcement de la lutte contre la fraude aux passes sanitaire et vaccinal, avec la possibilité pour les personnes chargées de contrôler la présentation des passes de vérifier, en cas de doute, l’identité de leur détenteur (art. 1er)

– la déclaration de l’état d’urgence jusqu’au 31 mars 2022 sur le territoire de la Réunion (art. 1er)

– l’extension des finalités des systèmes d’information mis en œuvre dans le cadre du suivi et du contrôle du respect des mesures de mise en quarantaine ou de placement à l’isolement (art. 2)

– l’instauration d’un contrôle systématique du juge des libertés et de la détention en cas de maintien des mesures d’isolement et de contention au‑delà d’une certaine durée (art. 3).

En savoir plus :
. Amendements adoptés à l’Assemblée nationale
. Amendements adoptés par la commission des Lois du Sénat sur le rapport de Philippe Bas (10 janvier 2022)
. Amendements adoptés en séance publique au Sénat (11 & 12 janvier)