Accueil      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Agir et me soutenir      Sénat
    

Séance fiction: Mon intervention sur les emplois de demain

Portant la voix du groupe UDI, le 28 janvier, je me suis exprimé sur le thème « Quels emplois pour demain ? » au cours d’une séance consacrée à la remise du rapport d’information du sénateur Alain Fouché, fait au nom de la Délégation sénatoriale à la prospective, sur le sujet des emplois de demain (lire le rapport).

A l’heure où notre pays atteint 3,5 millions de chômeurs (5,2 millions en comptant ceux qui ont une « activité réduite »), le sujet des emplois de demain est crucial.

Imaginer demain fut un bel exercice intellectuel dans notre hémicycle. La prévision est difficile surtout lorsqu’elle concerne l’avenir, disait Pierre Dac…

Une trentaine d’années passées dans l’industrie, l’internet ou l’édition m’a constamment confronté à l’évolution des métiers et des compétences afférentes.

Je me suis servi de mon expérience pour donner un tour concret et anecdotique à mon propos. J’ai d’abord considéré que les emplois de demain se créent aujourd’hui. J’ai ensuite voulu identifier les futurs gisements d’emploi et, enfin, j’ai évoqué la question en termes de volume.

Cliquez sur l’image ou le lien pour voir la vidéo (12m) :

Texte du discours en pdf : Quels emplois pour demain – 28janv2015

FundRaising 2015 : les parents d’élèves du lycée CDG de Londres vous convient à leur dîner de gala du 20 mars 2015

APL-Appeal-2015Comme chaque année, vous êtes invités à vous mobiliser pour le lycée français Charles de Gaulle de Londres et ses familles !

Le comité APL, présidé par Virginie Royer, nous informe que le dîner de l’an dernier a permis de lever 150.000£ pour étoffer les moyens mis à disposition des élèves. Un résultat exceptionnel que nous devons à la générosité de particuliers et d’entreprises.

Nous comptons sur vous de toutes les manières possibles : réserver une ou plusieurs places à table, adresser un don aux associations, apporter des lots pour la tombola ou encore sponsoriser l’événement à travers votre organisation.

DINER DE GALA
Champagne, dîner, soirée dansante
Vendredi 20 mars 2015
19h00 The Lancaster London Hotel,
Lancaster Terrace, London W2 2TY

Suivez ce lien pour réserver vos places et faire vos dons : www.apl-members.co.uk

Merci pour votre générosité !

HEBDOLETTRE n°10 – 29 janvier 2015

Lire : l’HEBDOLETTRE n°10 – 29 janvier 2015Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°10

Il y a un an, le Président de la République avait promis que 2014 verrait une inversion de la courbe du chômage. Les résultats sont cruels : 189.000 chômeurs de plus, malgré les 450.000 contrats aidés, malgré le pacte de responsabilité, malgré les promesses…

Dans le même temps, comprenne qui pourra, le gouvernement a supprimé la ligne budgétaire Emploi et Formation de 800.000€ active dans le cadre de l’Action extérieure de l’Etat. Divers organismes à travers le monde qui œuvrent en faveur de l’emploi de nos jeunes compatriotes en pâtissent durement.

Pourtant, la mobilité internationale apparait comme la solution la plus prometteuse vis-à-vis de nos demandeurs d’emploi. Le centre Charles Péguy situé à Londres trouve du travail à un millier de nos jeunes compatriotes chaque année, avec une équipe restreinte.

Samedi dernier, j’ai rencontré Yann Hairaud, directeur général du Citim de Montréal. A l’image du centre Péguy, cet organisme à but non lucratif permet de trouver un emploi à 250 jeunes français ou francophones par an et il favorise l’intégration socio-professionnelle de 800 d’entre-eux.

On ne peut plus rester inactif au moment où l’on frôle la barre symbolique des 3,5 millions de chômeurs. Citim, Péguy et bien d’autres fonctionnant sur le même modèle sont des partenaires potentiels et naturels de Pôle Emploi. Mais, au lieu de les promouvoir, notre puissance publique leur coupe progressivement tout crédit.

Voilà pourquoi j’ai rencontré la direction de Pôle Emploi au Sénat. Je souhaite que cet organisme s’appuie sur ces relais mis en place tout au long de ces années, grâce au soutien du ministère des Affaires étrangères.

Je compte sur le concours des élus consulaires pour guider localement Pôle Emploi dans cette tâche.

Lire l’HEBDOLETTRE n°10 – 29 janvier 2015

Norvège: Claire Ménard et Gérard Pignatel, conseillers rassembleurs de la communauté française

Olivier Cadic entre Gérard Pignatel et Claire Ménard, conseillers consulaires de Norvège

Olivier Cadic entre Gérard Pignatel et Claire Ménard, conseillers consulaires de Norvège

Aimablement invité par Claire Ménard et Gérard Pignatel, conseillers consulaires pour la Norvège et l’Islande, j’ai participé au diner de gala de l’UFEN (Union des Français de l’étranger en Norvège), en présence de notre ambassadeur Jean-Marc Rives, le 17 janvier dernier.

A l’approche de son assemblée générale, l’UFEN organise traditionnellement un repas annuel. Preuve de leur bonne humeur et de leur humour, les membres de l’UFEN ont créé une chorale baptisée Les Trémolos !

Les Trémolos, chorale des membres de l’UFE Norvège, en récital de chansons françaises lors de la soirée de gala du 17 janvier 2015

Les Trémolos, chorale des membres de l’UFE Norvège, en récital de chansons françaises lors de la soirée de gala du 17.01.2015

La centaine de personnes présente à la fête m’a semblé représentative de la communauté française qui m’est toujours apparue l’esprit dégagé et l’air épanoui. Pas de nuages à l’horizon, même si les attentats parisiens ont réveillé la plaie du massacre commis par Breivik en 2011.

Dès lors, assister des Français en difficulté est un travail à la marge pour les conseillers, m’a expliqué Claire Ménard. Ils font quelquefois face aux pépins administratifs rencontrés par tout Français qui s’expatrie, mais rien de notable dans l’ensemble. Il reste du temps pour penser le futur. « On est dans un pays heureux en Norvège !», m’a lancé Gérard Pignatel.

Dans les cartons, il existe, sous l’impulsion des autorités norvégiennes, un projet de délocalisation partielle de la partie collège/lycée du Lycée René Cassin sur un campus international comprenant également le lycée allemand et deux lycées norvégiens dans le respect des identités de chacun. Cette proposition permettrait d’abandonner des locaux devenus étroits pour un ensemble moderne, où les terrains de sport seraient mutualisés et toutes les synergies imaginables entre les trois écoles.

Le projet est suivi avec attention par Claire et Gérard, d’autant qu’ils sont membres du comité de gestion du lycée français. Comité qui s’est prononcé positivement et à l’unanimité en faveur de l’étude de ce projet. « Je pense que ce serait une excellente chose, mais nous en sommes seulement à la phase de définition des besoins, tempère Gérard. L’opération pourrait prendre encore quelques années ».

Jean-Marc Rives, ambassadeur de France en Norvège et Olivier Cadic

Jean-Marc Rives, ambassadeur de France en Norvège et Olivier Cadic

La soirée de l’UFE fut l’occasion pour Jean-Marc Rives de me confier lui-aussi un projet que je trouve pertinent pour renforcer nos échanges commerciaux. Notre ambassadeur souhaite créer un club d’affaires entre la France et la Norvège. Cette initiative viendrait s’ajouter, dans un autre registre, au travail particulièrement actif de la chambre de commerce franco-norvégienne.

L’idée serait d’organiser des rencontres de dirigeants en s’appuyant sur les entreprises françaises déjà implantées en Norvège et sur le NHO, le Medef norvégien.

Dès mon retour, j’ai donc eu le plaisir de créer le contact entre notre ambassadeur et le bureau de Pierre Gattaz, président du Medef. A son initiative, le Medef a déjà développé des relations bilatérales directes avec certains pays.

Mes suggestions pour progresser en matière de sécurité des naissances

En remettant son rapport sur les maternités, la Cour des comptes a raison de qualifier nos résultats de médiocres, au regard des indicateurs de périnatalité. Avec un taux de 2,3 pour mille, la France se classe au 17ème rang européen de la mortalité néonatale – les 27 premiers jours après la naissance. Une position qui est loin de l’idée que nous nous faisons de notre système de santé, d’autant que nos pays voisins justifient de progrès en matière de sécurité des naissances.

Antoine Durrleman, président de la sixième chambre de la Cour des comptes, nous a solennellement avertis que « Le trésor de notre système de soins, c’est la confiance des patients. (…) Si la confiance n’est plus là, c’est l’ensemble du dispositif qui est mis en risque ».

Comment font les autres ? Ceux qui ont de meilleurs résultats ? Devant la commission des Affaires sociales, j’ai évoqué le cas de la Grande-Bretagne où il n’est pas rare que les femmes accouchent à l’hôpital et rentrent le soir même à la maison. C’est ce que fit Cherie Blair, sous les caméras du monde entier, lorsqu’elle mit au monde son fils Leo, en mai 2000, surnommé millennium baby par la presse locale.

EnceintePersonne ne trouva rien à redire à cette pratique, parce qu’elle s’accompagne d’une visite quotidienne de la sage-femme au domicile de la mère. Cette professionnelle de santé s’assure que le nouveau-né vit dans un environnement approprié et que sa maman sait procéder aux gestes du quotidien.

J’ai donc regretté que le rapport ne fasse aucune préconisation pour créer un réseau axé sur l’accompagnement à domicile, en prolongement de l’action des maternités. Ce système rencontrerait la recommandation n°8 de la Cour qui vise à « réduire les coûts par la baisse de la durée moyenne de séjour ».

Ce dispositif serait, de mon point de vue, un excellent moyen de protéger l’enfant et de rassurer la maman. Nous sommes trop focalisés sur le réseau de maternités. Du reste, dans sa recommandation n°6, la Cour suggère que les femmes enceintes « en situation de précarité » bénéficient d’une « meilleure articulation des acteurs de médecine de ville et hospitalière ».

Autre regret, pourquoi ne pas préconiser des objectifs chiffrés dans la lutte contre la mortalité néonatale ? Nous le faisons bien en matière d’accidents de la route. Lorsqu’on ne dispose pas d’objectif, on ne risque pas de les atteindre ! 16 ans après les décrets du 09 octobre 1998, introduisant de nouvelles normes pour sécuriser les naissances, notre situation est toujours critique. Dans 33 maternités, le taux de mortalité représente le double de la moyenne ; dans d’autres, le taux atteint 15 à 20 pour 1000 ! Où en serons-nous dans 16 ans ?

Antoine Durrleman a confirmé que les indicateurs étaient meilleurs en Grande-Bretagne, à taux de natalité comparable. Au sujet de l’accompagnement à domicile, il a aussi accrédité que la pratique s’était banalisée, en précisant que certains pays pratiquaient même l’accouchement ambulatoire ! C’est le cas de la Suisse, « où le temps de l’accouchement n’est qu’un moment de la prise en charge », a-t-il résumé. Bien sûr, dans ce domaine comme ailleurs, il faut envisager de changer nos habitudes. Le plus dur à bouger, ce sont toujours les mentalités. Lire l’audition « La situation des maternités en France » du 21 janvier.

Photo Flickr de Frank de Kleine

Déjeuner-débat avec Laurent Fabius pour la promotion du tourisme

« Le meilleur auxiliaire d’un diplomate, c’est bien son cuisinier », disait Tayllerand, lui qui fut ministre des Affaires étrangères sous tous les régimes de son temps.

Olivier Cadic et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, che Farrandi, l'école française de gastronomie, le 14 janvier 2015 Gastronomie et Diplomatie »,

Olivier Cadic et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, chez Ferrandi, l’école française de la gastronomie, le 14 janvier 2015

Notre ministre des Affaires étrangères actuel, Laurent Fabius, montre heureusement les mêmes prédispositions jusqu’à parler de « gastrono-diplomatie ». Je l’ai rencontré, le 14 janvier dernier, lors d’un déjeuner au sein de la prestigieuse école Ferrandi sur le thème « Gastronomie et Diplomatie », organisée conjointement par le club de la Table française et par le club France Terre de Tourisme, dont je suis le co-président (lire : « Mon action pour renforcer notre attractivité touristique » du 14 décembre 2014). J’étais accompagné de mon collègue sénateur Louis Duvernois.

Laurent Fabius préside le conseil de promotion du Tourisme qui vise à accroitre notre attractivité touristique. Nous n’avons qu’à nous féliciter que ce secteur représente 7% de notre PIB et deux millions d’emplois directs et indirects, non délocalisables. Nos atouts sont indéniables, le ministre rappelait qu’un tiers de nos visiteurs étrangers inscrivait la gastronomie et l’œnologie au rang de leur priorité numéro un.

Si la France dispose d’un patrimoine matériel et immatériel qui lui valent une renommée mondiale, les participants se sont accordés à dire que rien n’était acquis et que la concurrence s’avivait. Ainsi, le rayonnement français est comme un brasier qu’il faut constamment alimenter de nos efforts et de nos idées nouvelles.

Le touriste doit être considéré comme un consommateur dont les goûts évoluent et qu’il faut sans cesse étonner pour le voir revenir. La piste qui semble la plus prometteuse consiste à jouer sur notre diversité régionale. Encore un trésor national qui se trouve à portée de main.

Autre mode d’action, l’événementiel. Alain Ducasse organise l’opération « Goût de / Good France ». Pendant une journée, le 19 mars 2015, 1000 chefs signeront un « repas à la française » (inscrit depuis 2010 au patrimoine de l’Unesco) dans 1000 restaurants sur les 5 continents et dans toutes nos ambassades !

A cette occasion, tous les ambassadeurs présents sur notre sol seront invités au château de Versailles. Par la magie des lieux et des saveurs, je suis persuadé, comme Tayllerand, qu’ils deviendront fatalement, peu ou prou, des auxiliaires de notre diplomatie…

Claire-Marie Jadot nous a quittés

Jadot hl10Je me trouvais au Canada lorsque j’ai appris la disparition de Claire-Marie à Vancouver. Je rejoins dans la peine tous ceux qui l’ont connue, si vive et chaleureuse.

J’ai longtemps siégé à ses côtés sur les bancs de l’AFE à Paris. Elle était une élue exemplaire au service de ses compatriotes, connaissant parfaitement ses dossiers et agissant avec opiniâtreté. Elle prenait le temps pour chacun avec une douce attention. On ne pouvait que l’apprécier et lui faire totalement confiance.

Ceux qui l’ont fréquentée dans les réunions consulaires savent que Claire-Marie était de toutes les causes, qu’il s’agisse des enfants boursiers ou des anciens combattants.

Elle était également présidente bilingue du Conseil Arbitral du Lower Mainland en Colombie-Britannique pour l’assurance-emploi, membre de la Commission des finances et des affaires économiques, ainsi que de la Commission temporaire des anciens combattants.

Claire-Marie s’en est allée, mais elle nous laisse son sourire, impérissable.

Pôle Emploi va refondre son offre de service à l’international

Le dialogue que j’avais entrepris le mois dernier avec Jean Bassères, directeur général de Pôle Emploi, au sujet de la mobilité internationale se poursuit efficacement. Il m’avait averti qu’il était en train de refondre son offre de service internationale (lire : « Pôle emploi international doit donner des ailes à la mobilité professionnelle » du 14 décembre 2014).

Le 21 janvier, j’ai eu le plaisir de recevoir au Sénat ses collaborateurs directs, Thomas Cazenave, DG adjoint et Annie Gauvin, son adjointe, tous deux relevant de la direction Stratégie et Relations extérieures. Guillaume Dufresne s’est joint à notre réunion pour nous éclairer de son expérience en qualité de président du CEI, Centre d’échanges internationaux, et président du centre Charles Péguy de Londres.

Olivier Cadic ; Guillaume Dufresne, pdt du CEI et du centre Charles Péguy de Londres ; Annie Gauvin, adjointe au DGA ; Thomas Cazenave, DG adjoint de la direction Stratégie et Relations extérieures de Pôle Emploi. Sénat - 21.01.2015

Olivier Cadic ; Guillaume Dufresne, pdt du CEI et du centre Charles Péguy ; Annie Gauvin, adjointe au DGA ; Thomas Cazenave, DG adjoint de la direction Stratégie et Relations extérieures de Pôle Emploi. Sénat – 21.01.2015

Chaque année, le centre Péguy accompagne 10.000 de nos jeunes compatriotes et fournit un job à un millier d’entre-eux. Chacun sait que des gisements d’emploi existent hors de nos frontières, comment la puissance publique considère-t-elle le phénomène, au moment où la ligne budgétaire « Emploi et Formation » de 800.000€ vient d’être rayée d’un trait de plume du budget de l’Action extérieure de l’Etat ? (lire : « Mobilité professionnelle : l’Etat se désengage » du 05 novembre 2014)

« Nous partageons la conviction que les opportunités ne sont pas suffisamment exploitées, ni suffisamment accompagnées », a dit d’emblée Thomas Cazenave. Evidemment, les choses sont plus simples dans nos départements limitrophes où les travailleurs transfrontaliers sont légions, a-t-il nuancé.

Autrement dit, vis-à-vis des 150.000 demandeurs d’emploi qui ont repérés par Pôle Emploi comme candidats à une mobilité internationale, « les investissements ne sont pas à la hauteur des opportunités que cela représente ». Aujourd’hui, Pôle Emploi ne compte que 160 conseillers spécialisés à l’international, 100 d’entre-eux bénéficient du label Eures, la plate-forme européenne d’emplois.

Le directeur général nous a présenté son plan qui s’articule en deux points principaux.

En premier lieu, il s’agit de mieux repérer les candidats à la mobilité. Dans toutes les agences, « chaque conseiller doit être capable de détecter le besoin ou l’envie de mobilité. Cela doit devenir un réflexe »

En second lieu, l’offre internationale sera bientôt gérée par une dizaine d’équipes d’une dizaine de personnes. Ces équipes seront spécialisées sur un champ géographique et elles vont travailler « selon des modalités 100% web, déjà expérimentées, afin d’accompagner les demandeurs d’emploi à distance », a détaillé Annie Gauvin.

La directrice adjoint ajoute que l’agence va concevoir, en parallèle, une offre de service digitale à l’international, incluant par exemple des tests de langue ou une aide à la réalisation de CV selon les pratiques locales.

Guillaume Dufresne, dont le CEI est implanté dans 70 pays, est catégorique : « Il faut une équipe de chaque côté de la frontière. » Dans son idée, l’équipe française doit préparer les candidats à l’expatriation, notamment pour lever leurs appréhensions, tandis qu’une autre équipe, hors frontière, prépare l’arrivée de ces candidats, parce qu’elle connait bien le terrain et les réseaux.

Cette approche a retenu toute l’attention de Thomas Cazenave puisqu’il chercher à imaginer de nouveaux partenariats. « Avec qui nos conseillers vont-ils travailler pour alimenter un flux d’offres ? », s’interroge-t-il.

Emboitant le pas à Guillaume, je pense que Pôle Emploi International devrait fonctionner comme un « hub », capable de s’interfacer avec les ressources locales et privilégiant le partenariat public-privé (auquel croit beaucoup le directeur du centre Péguy) qui se dispense de l’embauche de fonctionnaires.

Annie Gauvin en convient en estimant qu’il faut « jouer sur une palette de partenariats ».

Les deux responsables de Pôle Emploi ont été chaleureusement invités par Guillaume Dufresne à visiter le centre Péguy de Londres. Cette étape viendra certainement étoffer leur réflexion, d’autant qu’un tiers des Français qui vont travailler à l’étranger choisissent le Royaume-Uni.

L’UFE Ile de France, le partenaire de ceux qui vont partir ou revenir…

Le 14 janvier dernier, l’UFE Ile de France a organisé son traditionnel diner annuel au sénat sur le thème « Autour d’Olivier », pour me donner l’occasion de présenter mon parcours et mes travaux au Sénat depuis trois mois. La présence de Gérard Pélisson m’a permis de lui témoigner ma gratitude pour le soutien qu’il m’a accordé durant mes neuf années passées à la tête de la section britannique de l’UFE et pour ses encouragements lors de la campagne sénatoriale.

Yann le Provost, président de l’UFE IDF, Olivier Cadic, Caroline Laporte, conseillère consulaire Belgique

Yann le Provost, président de l’UFE IDF, Olivier Cadic et Caroline Laporte, conseillère consulaire Belgique

Je remercie Yann le Provost, président de l’UFE IDF, pour cette initiative à mon égard et je le félicite pour son discours chaleureux et projectif en présence d’Hélène Charveriat, déléguée générale de l’UFE Monde et de Charlotte Hemery, son adjointe.

Beaucoup de personnalités, de divers horizons, sont venues rendre hommage au travail de l’UFE Ile de France, sous la houlette de Yann. Celui-ci a progressivement donné une autre dimension à ce traditionnel point de rencontre d’anciens expatriés. L’échange est devenu intergénérationnel, puisque « l’UFE IDF s’est axée sur les jeunes en instance ou en volonté de départ pour les préparer à ce changement de vie, nous a-t-il dit. Le départ peut s’effectuer dans le cadre d’un job, d’un stage ou d’Erasmus ». C’est pourquoi l’association s’adresse aujourd’hui directement aux écoles et aux universités.

Ainsi, L’UFE est le partenaire de référence des Compagnons du devoir du tour de France, parce que les apprentis doivent effectuer des stages de six mois ou d’un an à l’étranger. Les animateurs sélectionnés par Yann font un travail préparatoire essentiel. « Même si cela semble évident, les jeunes ont besoin qu’on leur rappelle qu’il faut s’adapter aux habitudes locales ou bien qu’il faut toujours rester dans la légalité », pointe Yann.

Pour les moins jeunes, l’Afterwork est un moyen d’action bien adapté à la vie parisienne. Au sein de l’UFE IDF, le mot est devenu synonyme de lieu privilégié où l’on partage une expérience à l’international avec ceux qui n’en n’ont pas. A ce titre, l’UFE invite d’anciens expatriés ou ceux qui sont de passage à Paris. Il y a bientôt deux ans, je me suis exprimé dans un afterwork au sujet du Royaume-Uni.

Diner annuel de l’UFE Ile de France. Tous réunis autour du président Pélisson au Sénat, le 14 janvier 2015

Diner annuel de l’UFE Ile de France. Tous réunis autour du président Pélisson au Sénat, le 14 janvier 2015

L’UFE IDF démontre que la cueillette d’informations sur internet ne suffit pas toujours. Rien ne remplace ce genre d’échanges francs et amicaux. La variété des interlocuteurs étonne souvent, car elle ne se limite pas aux institutionnels ou chefs d’entreprise. On attend prochainement un chercheur en génétique, rappelant que l’UFE est partenaire de l’Association française de myopathie.

Yann m’a enfin expliqué que l’axe retour, traité depuis 1986, se renforçait, en partenariat avec les autres UFE en France, en particulier l’UFE Loire-Atlantique, le retour des expatriés n’étant pas toujours exempt de difficultés.

« Préparation au départ, appui au retour et animation de la communauté UFE sont nos trois axes de progression », résume Yann le Provost. Je suis de tout coeur avec lui.

La Fiafe a 30 ans !

Je connais de longue date le travail remarquable des bénévoles de Londres Accueil qui aident les nouveaux arrivants et leur famille à s’implanter en Angleterre. J’ai donc répondu immédiatement favorablement à la proposition d’Anne Trousseau de me présenter le réseau Fiafe, dont elle est la nouvelle présidente. En effet, Londres Accueil est l’un des 218 Accueils Fiafe répartis sur les 5 continents.

Anne Trousseau, présidente de la Fiafe et Olivier Cadic – Sénat, le 20.01.2015

Anne Trousseau, présidente de la Fiafe et Olivier Cadic – Sénat, le 20.01.2015

La Fédération Internationale des Accueils Français et francophones à l’Etranger vient de fêter ses 30 ans ! Cette organisation revendique son caractère apolitique et une totale liberté d’action offerte à ses affiliés. Chaque Accueil gère ses propres fonds ou bien encore fabrique des supports imprimés comme il l’entend, puisqu’il n’y a pas de charte graphique commune.

Cette liberté explique en partie le grand regret de la Fiafe, par la voix désolée de sa présidente, celui de ne pas être reconnue d’utilité publique car l’Administration ne regarde que les comptes de la Fédération qui, seule, ne justifie pas d’un poids financier suffisant.

La Fiafe est mobilisée pour surmonter les difficultés qui compliquent la mobilité à l’international quelque soit le pays, y compris la France. Nous avons par exemple évoqué la question du retour de nos compatriotes ou les difficultés administratives que connaissent les expatriés en France, notamment les étudiants français ou étrangers.

Pour l’avenir, la fédération compte poursuivre « son développement dans un maximum de grandes capitales », d’autant que son essor se calque sur les mouvements des grandes entreprises françaises à l’international. Un phénomène bien connu par Anne Trousseau qui l’a conduite à vivre à Buenos Aires et à New York.

HEBDOLETTRE n°09 – 21 janvier 2015

Lire : l’HEBDOLETTRE n°9 – 21 janvier 2015Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°9

J’ai participé jeudi dernier, en compagnie des députés Claudine Schmid et Alain Marsaud, à la commission mixte paritaire (CMP) convoquée pour se prononcer sur le projet de ratification de la convention fiscale franco-andorrane.

La raison d’être d’une CMP est de faire appel à l’esprit de conciliation et à l’intelligence collective lorsque l’Assemblée nationale et le Sénat ne s’accordent pas sur un texte.

En trente minutes, ma vision d’une France réconciliée, solidaire et courageuse en réaction aux attentats s’est brusquement évaporée.

Les socialistes et les communistes ont soutenu mordicus la présence d’un alinéa que les parlementaires UMP-UDI voulaient voir supprimé, parce qu’il autorise une imposition fondée sur la nationalité, totalement étrangère à nos traditions et à notre législation.

Rien de surprenant à voir majorité et opposition ne pas s’accorder au cours du processus parlementaire, me direz-vous. Sauf que le gouvernement socialiste clame qu’il n’appliquera jamais le dispositif prévu du texte dénoncé par l’opposition !

A bon entendeur, le gouvernement n’a aucune velléité d’imposer les résidents français en Andorre ou de mettre en place un impôt sur la nationalité !

Il exige toutefois le maintien de ce fameux alinéa « d » de l’article 25-1 : « la France peut imposer les personnes physiques de nationalité française résidentes d’Andorre comme si la présente Convention n’existait pas. »

Ubuesque. Le gouvernement veut faire voter un texte qu’il jure ne pas vouloir appliquer, au lieu de le supprimer tout simplement…

C’est le choc d’inutilité !

Il faut se dépêcher d’en rire avant d’avoir à en pleurer.

Sachant qu’ils ont la majorité à l’Assemblée et donc le dernier mot, les socialistes veulent relancer la navette parlementaire, faire perdre du temps et de l’énergie à tout monde, au lieu de supprimer l’alinéa litigieux et faire ratifier enfin cette convention, ce qui n’aurait dû être qu’une formalité.

La convention va retourner, cette semaine, à l’Assemblée nationale. Nous porterons une attention particulière au vote des députés socialistes représentant les Français de l’étranger.

J’aimerais être agréablement surpris, me bercer de l’idée qu’il y a bien un avant et un après Charlie, comme je l’ai tant lu et entendu. On aimerait que ce vent nouveau souffle jusqu’au Parlement.

Lire l’HEBDOLETTRE n°9 – 21 janvier 2015

Françoise Conestabile dynamise l’UFE Portugal qui dépasse 350 membres !

A la douceur de vivre, les Français du Portugal ont voulu ajouter la convivialité, c’est pourquoi leur communauté est vivante et organisée. Tous connaissent Françoise Conestabile qui se charge efficacement de ce travail de ralliement au sein de l’UFE locale.

Françoise Conestabile, présidente de l’UFE Portugal

Françoise Conestabile, Conseillère à l’AFE, conseillère consulaire au Portugal et présidente de l’UFE Portugal

En parallèle, Françoise a poussé son implication jusqu’à se faire élire conseillère consulaire pour le Portugal puis a été également élue à l’AFE, Assemblée des Français de l’étranger, où elle siège à la commission des Finances.

Elle est d’abord attentive au soutien des nouveaux arrivants, notamment pour l’inscription des enfants au lycée français. Puis, Françoise aime réunir nos compatriotes en multipliant les rencontres à Lisbonne et en province dans le cadre de déjeuners réguliers, soirées événementielles ou journées plein-air. Enfin, la présidente de l’UFE Portugal entretient le lien en publiant une lettre d’information et un annuaire des membres.

Ceux qui ont croisé cette femme bienveillante et énergique ne s’étonneront pas que sa section dépasse désormais 350 membres !

Cette performance lui vaudra la visite de Gérard Pélisson, en personne, le 5 février prochain. Le président de l’UFE et fondateur du groupe Accor sera l’invité d’honneur du grand dîner annuel qu’elle organise.

L’anecdote est jolie puisque ce déplacement procède d’un pari ! « Lors d’une AG de l’UFE, il y a deux ans, M. Pélisson avait promis qu’il viendrait nous voir le jour où nous aurions atteint 200 membres !», raconte Françoise.

Je rencontrerai Françoise en mars prochain, lors de la session de l’AFE à Paris. Nous nous accorderons le temps d’évoquer la situation des Français du Portugal, dans le prolongement de ma rencontre avec Laurent Goater, conseiller consulaire du Portugal. (lire :  » La reconfiguration du réseau consulaire affecte les Français du Portugal » du 19 janvier 2015).

Photo : site Français du Portugal

Convention France-Andorre : les socialistes exigent le maintien de la clause autorisant l’impôt sur la nationalité

Le 18 décembre dernier, le Sénat a refusé d’approuver la convention fiscale entre la France et Andorre visant à éviter les doubles impositions et la fraude fiscale. En cause, deux lignes de texte envisageant la possibilité pour la France de taxer ses nationaux résidant à Andorre (lire : « Le Sénat refuse de ratifier la convention fiscale entre la France et Andorre » du 20 décembre 2014).

Puisque l’Assemblée nationale avait précédemment approuvé ce texte, une commission mixte paritaire s’est tenue le jeudi 15 janvier 2015 pour tenter de concilier les points de vue. Cette commission de 14 membres comptait trois représentants des Français de l’étranger : les deux députés Claudine Schmid et Alain Marsaud, et moi-même.

Ce fut peine perdue. L’affaire fut même expédiée en 30 minutes. Les socialistes qui disposent de la majorité à l’Assemblée ont rejeté la demande des parlementaires UMP et UDI de supprimer l’alinéa litigieux. Ils savent qu’ils auront le dernier mot si le texte doit faire la navette entre les deux assemblées. Ainsi, après un nouveau vote positif de l’Assemblée majoritairement à gauche envisagé cette semaine, le texte va se retrouver en mars au Sénat.

Nous remonterons donc au créneau pour le rejeter une deuxième fois, toujours au même motif que l’alinéa d de l’article 25-1 ouvre une brèche vers l’impôt sur la nationalité, contraire à nos principes juridiques et une tradition héritée de la Révolution.

Article 25 – Divers
1. Nonobstant les dispositions de tout autre article de la présente Convention :
d) la France peut imposer les personnes physiques de nationalité française résidentes d’Andorre comme si la présente Convention n’existait pas. Lorsque la législation fiscale française permet l’application de la présente disposition, les autorités compétentes des Etats contractants règlent d’un commun accord la mise en œuvre de cette dernière (lire : Convention fiscale France Andorre – pdf).

Pas de quoi s’affoler, a prétendu le gouvernement, le 8 décembre dernier à l’Assemblée nationale, par la voix d’Annick Girardin, secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie, auprès du ministre des Affaires étrangères (lire : Compte rendu intégral de la première séance du lundi 08 décembre 2014 – Assemblée nationale).

doigts croisés« J’affirme que le gouvernement n’a pas le projet caché de créer un impôt sur la nationalité » a-t-elle répondu aux inquiétudes de ma collègue Claudine Schmid qui avait découvert, il y a quelques semaines, le pot aux roses.

Bardée de sa bonne foi, Annick Girardin nous prie de ne pas voir dans cette clause « un quelconque début de mise en œuvre d’un impôt sur la nationalité. »

Et pourquoi donc ? « Parce que, conformément à l’article 34 de la Constitution française, seul le Parlement, peut, dans le cadre d’une loi, créer une imposition nouvelle. », justifie-t-elle.

Parfait ! Alors, cessons ce bras de fer inutile et gagnons du temps en retirant cet alinéa tendancieux qui, nous en sommes tous d’accord, ne sert à rien ! Pas question, répondent en cœur les parlementaires socialistes. Cela laisse perplexe…

J’ai dit lors de la commission mixte paritaire que je trouvais incompréhensible que le gouvernement demande de voter un texte en prétendant qu’il ne s’appliquera jamais.

Jamais, c’est vite dit. Les secrétaires d’Etat passent, les écrits restent…

Pour l’AGEFI, le quotidien de l’agence économique et financière de Genève, il n’y a pas de doute. La convention France-Andorre apparaît comme un banc d’essai pour avancer vers une taxation des Français de l’étranger (lire :  « Bercy avance un pion dans la taxation des Français à l’étranger – La convention France-Andorre apparaît comme un banc d’essai.»)

Photo Flickr de Carmella Fernando

La reconfiguration du réseau consulaire affecte les Français du Portugal

A la faveur d’un passage au Portugal pour le jour de l’An, j’ai eu le plaisir d’être accueilli par Laurent Goater, conseiller consulaire, avant de rencontrer notre ambassadeur Jean-François Blarel à Lisbonne, dans le superbe palais Santos.

Laurent Goater, conseiller consulaire du Portugal

Olivier Cadic et Laurent Goater, conseiller consulaire au Portugal, deux supporters de « Give me five », parce que la Bretagne a 5 départements

Nous avons passé du temps à évoquer la situation des Français au Portugal et je me suis rendu compte du travail abattu par leurs élus. Mon ami Laurent, entrepreneur comme moi, est un conseiller exemplaire par son attitude altruiste et sa rectitude morale. Il fait partie de ces gens que chacun appelle en pensant qu’il est l’homme de la situation… quelle que soit la problématique.

Auprès de l’ambassadeur Jean-François Blarel, à Lisbonne, j’ai évoqué la fermeture du consulat général de Porto, prévue en avril prochain, ainsi que le transfert de l’Institut français au sein de l’ambassade de France.

La fermeture du consulat et le transfert de l’Institut sont la conséquence de la rationalisation des moyens qui conduit le ministère des Affaires étrangères à redimensionner son réseau diplomatique et consulaire à travers le monde (lire : « Quelles évolutions pour notre réseau consulaire ? » du 22 décembre 2014).

Vouloir travailler de façon plus rationnelle et se montrer économe des fonds publics est une démarche parfaitement louable. Il ne faut cependant pas se montrer économe d’imagination. La nécessité étant la mère de l’invention, on peut parfaitement tirer le rideau ou réduire la voilure d’un poste consulaire, à condition de trouver des solutions alternatives (lire : « Consulat d’Edimbourg : plébiscite pour une solution ’’à l’allemande’’  » du 21 décembre 2014).

Les Français de Porto devront-ils comme les Français d’Edimbourg prendre le train et poser une journée de congés pour accomplir des formalités à l’époque de la technologie triomphante ? (lire : « Les services de proximité du consulat d’Edimbourg menacés » du 29 novembre 2014).

Palais de Santos à Lisbonne : Olivier Cadic, Jean-François Blare, ambassadeur de France au Portugal et Véronique Cartoux, conseiller consulaire – 2 janvier 2015

Palais de Santos à Lisbonne : Olivier Cadic, Jean-François Blarel, ambassadeur de France au Portugal et Véronique Cartoux, conseiller consulaire à Londres – 2 janvier 2015

J’ai apprécié que Jean-François Blarel partage cet état d’esprit et qu’il propose justement d’augmenter le nombre de consuls honoraires dans le nord du pays. En effet, il observe une recrudescence du nombre d’installations de nos compatriotes dans cette zone. On estime à environ 30.000 le nombre de Français établis au Portugal, dont une forte proportion de binationaux. La moitié de cette population est inscrite sur les registres consulaires et elle se répartie entre deux circonscriptions : Lisbonne (10.037 inscrits au 31 décembre 2013) et Porto (5435 inscrits). (lire : « Autorisons les consuls honoraires à traiter les demandes de passeport ou mon amendement anti-déplacement ! » du 01 décembre 2010).

On comprend sur place pourquoi de nombreux Français ont choisi de vivre au Portugal. Le décor naturel à lui seul ferait oublier tous les tourments administratifs… A ce propos, la perspective que nous offre le jardin du palais Santos sur les berges du Tage est inoubliable. Cet espace de verdure ordonné sur deux niveaux, parsemé d’une grande variété d’arbres et de plantes, sert aussi au rayonnement français ! Ce décor de charme peut en effet être mis à disposition des entreprises et organisations professionnelles françaises, ou actives en France, pour des manifestations.

C’est aussi le cas du palais, rebâti peu après la Reconquista espagnole, qui renferme un mobilier d’exception et des œuvres d’art en provenance de tous les continents.

Jean-François Blarel, les conseillers consulaires Laurent Goater, Françoise Conestablile et certainement beaucoup de Français du nord du Portugal seront attentifs aux expérimentations administratives que nous souhaitons mener en Ecosse, comme autant de bonnes pratiques à transposer pour pallier la fermeture du consulat de Porto.

Gérer c’est prévoir, sauf en matière de retraite…

Le 14 janvier, dans le cadre de la mission d’évaluation et de contrôle de la sécurité sociale, nous avons auditionné Antoine Durrleman, président de la sixième chambre de la Cour des comptes, au sujet de l’avenir des retraites complémentaires des salariés (Agirc et Arrco).

Le rapport de la Cour conforte nos constats et montre que, si les caisses complémentaires ont été mieux gérées que la chose publique, la dégradation est inéluctable et les réserves ne suffiront bientôt plus.

Les importantes réserves financières accumulées entre 1998 et 2008 par l’Arco seront épuisées en 2025 et celles de l’Agirc (pour les cadres) le seront dès 2018 ! Les deux organismes confondus, ces réserves seront épuisées en 2023. Gérés de manière paritaire par les partenaires sociaux, ces régimes concernent 18 millions de salariés et 12 millions de retraités. Leur gestion est assurée par 37 institutions de retraite complémentaire.

Au rang des explications, un rapport déséquilibré entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités qui plombe les comptes de façon continue depuis 2009.

Comme mes collèges, j’ai l’impression que l’on attend toujours d’être dos au mur pour commencer à réagir. Et puis, face à une situation inédite, le gouvernement va toujours piocher une solution en rayonnage, même vermoulue, au motif qu’elle a pu marcher autrefois pour préserver un système de retraite par répartition, aujourd’hui à bout de souffle.

"La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent" A. Einstein

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent » A. Einstein

Les Trente Glorieuses sont loin. J’ai partagé le mot d’Einstein pendant l’audition : « la folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».

La Cour des comptes recommande aujourd’hui quelques orientations de bon sens. Elle estime que les coûts de gestion pourraient diminuer de 450 millions d’euros à horizon 2020, si le nombre de caisses de retraites complémentaires était rationalisé.

J’ai exprimé que l’espérance de vie était un facteur encore une fois négligé dans l’analyse financière des régimes de retraite. On gagne trois mois d’espérance de vie par an, comment cela s’incrémente-t-il dans nos comptes ? Pourquoi ne pas reculer l’âge de la retraite d’un trimestre par an, comme l’a proposé Charles de Courson, député de la Marne, au dernier congrès de l’UDI ?

Mais encore : trois mois, c’est notre rythme actuel. Comment s’ajuster vis-à-vis d’une progression supérieure de l’espérance de vie, d’autant qu’on attend des progrès fulgurants des NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) ?

J’ai également proposé que les gestionnaires des caisses instaurent un mécanisme automatique de régulation du montant des pensions en fonction des ressources encaissées, plutôt que d’accumuler les déficits et de réagir a posteriori (lire le compte rendu de la mission d’évaluation).

C’est ce que font nos voisins allemands ou suédois. La Cour a reconnu que cette pratique pourrait nous inspirer et nous inciterait à agir avant d’être au pied du mur.

J’espère que le travail de cette commission permettra, a minima, de faire prendre conscience au gouvernement de l’urgence de la situation.

Crédit Photo : OpenClip Art

Les vœux de Gérard Larcher, président du Sénat

Olivier Cadic Gérard Larcher - 13 01 2014

Le 14 janvier au Sénat, le président Gérard Larcher a présenté ses vœux empreints d’émotion, de grandeur républicaine et d’espérance pour la France.

C’est la première fois que je participais à cette cérémonie qui réunit les sénateurs dans un climat fraternel et qui leur rappelle qu’ils sont mandatés au service du bien commun et rien d’autre.

Pour l’occasion, le président Larcher accueille chaque sénateur en leur adressant un mot gentil, une note d’humour ou une parole d’encouragement.

Dans ses vœux, il est d’abord revenu sur la tragédie en considérant que « notre pays a retrouvé le souffle des grands moments de son histoire ». Le Sénat prendra toutes ses responsabilités, parce qu’après le temps des larmes, « vient le temps de l’action dans la fermeté républicaine ».

Puis, il fut question de croissance et d’économie parce qu’il faut « redonner à la France les moyens de croitre et d’espérer ». Tout doit être mis en œuvre pour lutter contre le chômage de masse parce qu’un « pays où plus de 25% des jeunes sont hors de la vie économique est un pays qui souffre et porte une génération qui, parfois, désespère ».

Pour conclure et caractériser la conduite du Sénat, le président Larcher a repris à son compte les trois mots qui forment la doctrine de l’équitation française, enseignée à Saumur : En avant, Calme et Droit.


Voeux de Gérard Larcher, président UMP du Sénat par publicsenat

Rencontre au Sénat avec Agnès Verdier-Molinié, directeur de l’iFrap

Tandis que l’examen de la loi Macron pour la croissance et l’activité se profile au Sénat, j’ai été ravi de revoir Agnès Verdier-Molinié, directeur de la fondation iFRAP, un think tank dédié à l’analyse des politiques publiques et un laboratoire d’idées innovantes. Il y a trois mois, elle m’a fait l’honneur d’intervenir au Red Carpet Day que j’organisais à Paris avec l’UFE Corporate.

Agnès Verdier-Molinié, directeur de l’iFrap et Olivier Cadic - Sénat 2015

Agnès Verdier-Molinié, directeur de l’iFrap et Olivier Cadic – Sénat 2015

Son travail consiste à étudier l’efficacité des politiques publiques, notamment à l’aune de la création d’entreprises et de l’emploi. Elle exprime souvent un avis à rebrousse-poil du discours ambiant. Plusieurs de ses suggestions sont déjà devenues réalité dans notre législation comme par exemple la création d’un comité d’évaluation des politiques publiques à l’Assemblée nationale, l’inscription de l’obligation de transparence pour le financement des syndicats dans la loi ou encore la déduction d’ISF pour les investissements dans les PME…

Agnès Verdier-Molinié passe d’un média à l’autre, publie des ouvrages passionnants (*) et laisse en libre accès les travaux de l’iFrap. L’opinion publique commence à goûter ces messages rationnels sans enrobage idéologique, ni charge émotionnelle.

Elle s’étonne ainsi que la loi Macron parle de croissance sans parler de fiscalité. Si l’on souhaite s’approcher d’un capitalisme familial à l’allemande ou favoriser nos start-up, dit-elle, il faut commencer par reconsidérer notre fiscalité en termes de déductibilité, de plus-values ou d’ISF.

L’iFrap a étudié à quel point l’ISF pouvait être un déterminant important de la croissance, puisque « les actionnaires minoritaires demandent de plus de plus dividendes pour payer leur ISF. Cela freine l’investissement et empêche les PME de grossir », explique son directeur.

Je partage pleinement son avis sur l’obligation de corréler croissance et fiscalité, sinon les Français qui ont de l’argent resteront figés sur l’immobilier et l’assurance-vie. Je porterai cette idée dans l’hémicycle.

L’organisation fondée par Bernard Zimmern en 1985 a été reconnue d’utilité publique en 2009, devenant la « Fondation iFRAP. » Mais que l’on ne s’y méprenne pas, la fondation est entièrement financée par la générosité privée ; ceci la rend totalement libre de parole !

(*) Agnès Verdier-Molinié est aussi auteur, aux éditions Jean-Claude Lattès, de « La Mondialisation va-t-elle… nous tuer ? », 2008, des « Fonctionnaires contre l’État. Le grand sabotage », aux éditions Albin Michel en 2011, et « 60 milliards d’économies ! Oui… mais tous les ans », aux éditions Albin Michel en 2013.

Gérard Pélisson, président de l’Union des Français de l’Etranger (UFE), invite les Français expatriés à une marche virtuelle

marche-virtuelle-570

Chers compatriotes,

Je vous sais particulièrement attachés à votre pays et aux valeurs universelles de liberté, d’égalité et de fraternité qu’il véhicule à travers le monde.

Tout comme les Français vivant en métropole, vous avez été consternés, indignés, choqués par les évènements tragiques qui ont secoué notre pays jusqu’au plus profond de son âme, la semaine dernière.

Nombre d’entre vous, je le sais, ont assisté, dans leur pays de résidence, à des manifestations organisées en hommage aux victimes de ces actes barbares et aux valeurs républicaines qui ont été bafouées.

En revanche, vous n’avez pu participer aux différentes marches organisées le 11 janvier dernier partout en France, notamment à Paris entre la place de la République et la place de la Nation, qui ont rassemblé plus de 3 millions de personnes.

Je tiens à partager avec vous la fierté que j’ai ressentie, d’être Français, devant cet évènement sans précédent, en voyant notre pays soutenu et entouré.

Soucieux, depuis toujours, de témoigner de l’attachement profond des Français de l’étranger à leur pays, je vous invite à vous associer à l’élan de solidarité exprimé par nos compatriotes, en participant à une marche virtuelle, organisée sur le site Internet de l’UFE.

Prendre part à cette marche virtuelle consiste concrètement pour vous à cliquer sur une fenêtre de dialogue, en mentionnant simplement le pays dans lequel vous résidez. Cette fenêtre de dialogue dispose d’un compteur qui fera apparaître en temps réel, votre participation à la marche.

Par votre action, nous apporterons la preuve que les Français de l’étranger sont avant tout des patriotes, des républicains, qui portent haut les couleurs et les valeurs de la France et qu’ils en sont fiers.

Je compte donc sur vous pour participer en masse à cette marche virtuelle et en faire la promotion auprès de vos amis et connaissances.

Cette opération fera résonner, aux quatre coins de la planète, le message universel du peuple français, selon lequel les droits de l’homme seront toujours plus forts que la barbarie.

Je vous remercie de votre attention et vous prie de croire, chers compatriotes, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Gérard Pélissonlogo-ufe
Président de l’Union des Français de l’Etranger

L’Ecole de Bristol va déménager et développer son offre pédagogique

Bonne nouvelle en provenance de Bristol : un contrat de bail, d’une durée de dix ans, a été signé entre l’Ecole française de Bristol et la mairie. L’école va enfin pouvoir déménager ! « La recherche de locaux a duré plus de cinq ans et c’est un grand soulagement dans l’équipe de direction », se réjouit Nicolas Hatton, un des quatre directeurs de l’école.

Les locaux actuels de l’Ecole française de Bristol

Les locaux actuels de l’Ecole française de Bristol

Le transfert s’effectuera pendant les vacances de février pour une réouverture prévue le lundi 23 février. Ces locaux, je me souviens qu’on y pensait déjà lors du 30ème anniversaire. L’équipe déplorait de ne pouvoir ouvrir une seconde classe de maternelle pour faire face au développement de la communauté française de Bristol (lire : « L’école française de Bristol fête ses 30 ans » du 01 août 2010)

« Ces locaux sont exactement ce qui nous recherchions », m’a dit Nicolas. En intégrant le campus de l’école primaire de Fonthill, dans le quartier populaire de Southmead (nord de Bristol), l’école va profiter d’un net regain de superficie et d’un bel espace extérieur.

L’objectif d’améliorer le cadre de travail des enfants de maternelle et de primaire « pour l’étude du français et de sa culture » est atteint. Toutefois, l’école poursuit un second objectif : offrir davantage de services pour répondre aux besoins éducatifs de la population de Bristol et de ses environs.

« Ce contrat de bail de dix ans nous permet de voir les choses à long terme », s’est félicité Nicolas, qui s’estime désormais plus serein pour réfléchir à la création d’un « plan Ecole Bristol », une action décentralisée pour la région de Bristol, à l’image de ce qui a été entrepris à Londres (lire : « En route pour le « plan Ecole pour tous », édition 2014-2020″ du 13 juillet 2014).

HEBDOLETTRE n°08 – 14 janvier 2015

Lire : l’HEBDOLETTRE n°8 – 14 janvier 2015Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°8

En ce début d’année 2015, les Français traversent une terrible épreuve.

Les attentats perpétrés à Paris ont causé un véritable électrochoc. Derrière un slogan symbolique et unitaire, « Je suis Charlie », des millions de Français se sont rassemblés pour dire NON. Non à la barbarie, non à la terreur, non à l’obscurantisme.

Cette manifestation d’unité nationale, d’une ampleur inédite, a été abondamment couverte par les médias internationaux, rappelant combien l’image de la France était porteuse de liberté et d’universalisme à travers le monde.

Dans de très nombreux pays, nos compatriotes ont manifesté à ciel ouvert, chaleureusement entourés des populations locales. Les élus consulaires ont joué tout leur rôle dans cette mobilisation et ont posté sur les réseaux des images émouvantes de solidarité que j’ai compilées dans deux diaporamas publiés sur mon blog.

L’un des deux diaporamas est consacré au Royaume-Uni, où les autorités ont illuminé London Bridge avec nos trois couleurs. Aucun Français présent ne l’oubliera.

Pour ma part, j’ai appris l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo tandis que je me trouvais à Rabat en compagnie l’ambassadeur de France, Charles Fries. Nous étions effarés. Je me suis rendu dès le lendemain à Alger, dans le cadre de mon déplacement en circonscription organisé dans les pays du Maghreb. Sur place, j’ai assisté au conseil de Sécurité convoqué par notre ambassadeur Bernard Emié.

Sur le point de décoller à Alger, j’ai vu dimanche les images de la manifestation parisienne retransmises en direct à la télévision algérienne. Dès mon arrivée à Tunis, notre ambassadeur François Gouyette m’a informé qu’il venait de recevoir le président de la République, Béji Caïd Essebsi, qui s’était déplacé jusqu’à sa résidence pour signer le registre des condoléances.

L’heure est encore à l’émotion et à l’apaisement. Mais déjà ces attaques terroristes ont fait l’objet d’un appel à réagir vigoureusement de la part des présidents de chaque groupe au sein du Sénat. Je m’associe pleinement à cet élan. Dès hier soir, afin de marquer la solennité du moment, nos débats ont été précédés par une minute de silence, puis nous avons entonné la Marseillaise.

Lire l’HEBDOLETTRE n°8 – 14 janvier 2015