Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Rencontre avec l’ambassadeur du Qatar en France

Ce 14 janvier, j’ai eu le plaisir d’être reçu par son excellence Ali bin Jassim Al Thani, ambassadeur du Qatar en France, à l’occasion de ma nomination en qualité de président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe au Sénat (lire), succédant ainsi à Jean-Marie Bockel.

Ce premier entretien de courtoisie a permis de faire un tour d’horizon sur l’actualité diplomatique  et d’évoquer les moyens d’approfondir notre coopération bilatérale.

Nous avons partagé l’idée qu’un pas important est sur le point de s’accomplir avec la conclusion d’un accord bilatéral portant sur reconnaissance réciproque et l’échange des permis de conduire.

Cet accord va effet va faciliter la mobilité de quelque 4700 Français établis au Qatar, puisqu’ils doivent actuellement solliciter des permis temporaires pour circuler.

J’avais été alerté sur ce sujet par Rosiane Houngbo Monteverde, conseillère des Français de l’étranger et notre consul général à Doha, Jean-Jacques Maizaud, lors de ma visite au Qatar, en février dernier (compte-rendu).

J’ai soutenu ce texte, en octobre dernier, en qualité de rapporteur pour le compte de la commission des Affaires étrangères, présidée par Christian Cambon (compte-rendu). A ce titre, le 26 octobre au Sénat, j’avais reçu l’assurance du Cheikh Ali bin Jassim Al-Thani qu’aucun frein administratif ne viendrait contrarier la bonne exécution de notre convention.

Nous n’attendons plus que l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale, dont la rapporteur sera la députée des Français de l’étranger Amélia Lakrafi, qui devrait entériner le vote du Sénat.

Je suis ravi de cette rapide progression vers l’objectif prioritaire que je m’étais fixé suite à ma visite au Qatar et je remercie chaleureusement le Cheikh Ali bin Jassim Al-Thani pour son importante contribution.

Antoine Bueno signe « Futur »

« L’avenir est la seule chose qui m’intéresse, car je compte bien y passer mes prochaines années », a dit Woody Allen.

Le livre « Futur » n’usurpe pas son titre, tant son auteur Antoine Bueno envoie loin la balle, parfois fort loin. Rêve-petits et âmes frileuses s’abstenir. « La seule chose dont nous pouvons être certains c’est que le monde actuel, notre monde, va être balayé. Soit par la crise environnementale, soit par la révolution technologique, soit par les deux », prévient-il d’emblée.

L’ouvrage se présente sous la forme d’un abécédaire de 40 mots clés, allant de 1984 à Zoonoses, qui étudie chaque thématique à l’aune du progrès humain et scientifique ou… de nos renoncements.

Notre civilisation va-t-elle s’effondrer ? La croissance peut-elle être durable ? Le travail va-t-il disparaître ? L’IA va-t-elle nous remplacer ? À quoi ressembleront l’art et le sexe de demain ? Serons-nous immortels ?

Pour tout vous dire, Antoine Bueno est de la « maison » : il suit les travaux de la délégation à la Prospective et de la commission du Développement durable du Sénat.

Si vous avez le goût du futur, son livre est chaleureusement recommandé.


Enseignement : rencontre avec le président de la FAPÉE

Entretien au Sénat avec François Normant, partisan enthousiaste du développement de l’enseignement français à l’étranger et dont l’action dynamique contribue au nouvel élan souhaité par Emmanuel Macron pour doubler le nombre d’élèves dans le réseau AEFE d’ici 2030.

Le président de la Fapée, Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger, est l’archétype de ces parents qui se dévouent bénévolement pour faire vivre nos écoles à travers le monde.

Nous avons brassé divers sujets parmi lesquels les retards dans le versement des bourses scolaires à certains établissements ; la situation de l’Anefe ; l’attente de l’arrêté de Bercy pour instruire les dossiers de garantie de l’Etat sur les prêts immobiliers des écoles françaises à l’étranger ; la gouvernance de l’AEFE…

CyberSécurité à l’heure de la Covid : mon entretien dans GSMag

Entretien paru dans la revue Global Security Mag n°53, magazine consacré à la cybersécurité dirigé par Marc Jacob, intitulé « la France s’accorde des moyens en hausse face à une menace cyber qui explose !»

J’ai rappelé que la menace cyber ne cessait de se développer sous diverses formes et à grande échelle. La cybercriminalité s’est aussi beaucoup professionnalisée, je dirais même industrialisée. Heureusement, nous avons accompli des progrès considérables depuis dix ans sous l’égide de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) en termes de cybersécurité.

Un tableau est joint à l’article qui répertorie le nombre d’incidents traités par l’ANSSI, consécutifs à des attaques informatiques contre nos ministères.

On se réjouit de l’augmentation des crédits, dont je suis le co-rapporteur avec Mickaël Vallet au Sénat, ce qui est le signe que cet enjeu de souveraineté nationale est bien pris en compte par le Gouvernement (lire : PLF2021 / DG – Direction de l’action du Gouvernement – Cybermenaces du 28 nov. 2020).

La crise sanitaire aura, en effet, révélé que la guerre de la communication entretenue par certaines puissances étrangères – manipulations, désinformation, propagande – est de plus en plus utilisée pour affaiblir nos démocraties.

C’est pourquoi mon récent rapport, co-réalisé pour le Sénat avec mon collègue Rachel Mazuir, a placé la désinformation au premier plan de nos 5 recommandations essentielles (lire : Désinformation, cyberattaques, cybermalveillance : l’autre guerre du COVID-19 du 16 avril 2020).

L’article de GS Mag m’a également permis de revenir sur la commercialisation des offres 5G en France qui est imminente. Là aussi, gardons-nous de toute naiveté vis-à-vis de certains équipementiers soumis aux lois de leurs pays et aux pressions de leurs gouvernants.

Heureusement, l’ANSSI veille : toutes les décisions de refus et toutes les autorisations pour des durées réduites d’installations ont concerné les équipements de l’opérateur des télécoms chinois, Huawei.

2021 sera une grande année, puisque l’ANSSI rejoindra le Campus Cyber dans le quartier de la Défense, et installera une antenne à Rennes dans le cadre de la constitution d’un pôle de compétences en cyberdéfense, où est présent le ministère des Armées, à l’image de ce que j’ai pu observer à Beer Sheva en Israël (compte-rendu – janv. 2019).

Nous aurons accompli un grand pas vers un « écosystème français » qui place la France en pointe en matière cyber.

Lire l’entretien La France s’accorde des moyens en hausse face à une menace cyber qui explose ! – Global Security Mag n°53

Marielle de Sarnez, figure du centrisme, est décédée

«Marielle de Sarnez a été de tous les combats du Centre; sa disparition crée un grand vide et une immense douleur pour sa famille et tous ses amis.» a déclaré Hervé Marseille, président du groupe Union Centriste.

Marielle de Sarnez avait été élue au Parlement européen en 2014 dans la circonscription d’Ile de France et Francais de l’étranger.

Alors tête de liste UDI-MODEM, nous l’avions reçu à Londres durant la campagne.

Sa force de conviction, sa détermination et sa décontraction m’ont marqué. Elle nous manquera.

Je présente mes sincères condoléances à sa famille, ses proches et à ses amis du Modem.

En circonscription au Cameroun (2) – Yaoundé (15 au 17 déc. 2020)

Après mon déplacement à Njombé et Douala, je me suis rendu en voiture à Yaoundé où j’ai été accueilli par notre ambassadeur de France, Christophe Guilhou (à l’image), que j’avais rencontré dans son précédent poste à Djibouti.

Pour ma dernière étape au Cameroun, je remercie Christophe Guilhou d’avoir organisé une réception avec des représentants de notre communauté française, parmi lesquels les conseillers des Français de l’étranger Josiane Etounga-Manguele et Thierry Dupleix.

Le Cameroun faisant partie des dix premiers pays sélectionnés par l’AFD pour développer l’initiative Choose Africa Résilience votée lors du PLFR3 en août dernier, l’objectif principal de mon déplacement était d’évaluer la réalité de sa mise en oeuvre du dispositif sur le terrain au profit des TPE/PME locales.

Communauté française

Activités consulaires, questions sociales et sécurité

L’ambassadeur a organisé trois réunions de travail à la Résidence :
– Une réunion de cadrage avec les services de l’ambassade (politique, économique, sécurité, défense, culturel…) en présence des chefs de poste.
– Une table ronde sur la sécurité de la communauté française avec les conseillers des Français de l’étranger, l’attaché de Sécurité intérieure, l’attaché de Défense, l’officier de Sécurité.
– Une dernière table ronde sur les questions sociales, avec les conseillers des Français de l’étranger, l’association de gestion du CMS, les associations de Français.

Au 30 novembre 2020, 5834 compatriotes sont inscrits au registre des Français établis hors de France au Cameroun, dont 2718 dans la circonscription de Yaoundé et 3116 dans celle de Douala. 89% des inscrits de la circonscription consulaire de Yaoundé résident dans la capitale.

Yaoundé recense une forte concentration d’expatriés travaillant pour des entreprises françaises présentes dans la région et de personnes âgées présentes sur place de longue date.

Le service des Affaires sociales est fortement sollicité en raison d’une présence importante de français de passage dans la circonscription et d’une population vieillissante, isolée, indigente et ne disposant pas de couverture médicale.

De nombreux Français décédés sont entreposés dans des morgues, parfois depuis plusieurs années, car leurs familles refusent de payer les frais de conservation et l’enterrement, ce qui conduit à des situations inextricables.

La liste électorale consulaire n’est pas accessible. En effet, la double nationalité n’est pas autorisée au Cameroun. Cette opacité protège ceux qui seraient susceptibles d’être mis en difficulté, de ce fait, mais complique la communication avec les électeurs.

Si le Cameroun est plutôt paisible à vivre par rapport aux pays voisins, il s’affiche dans le top 3 ou 4 en matière de fraude documentaire.

Le point fort du pays est l’éducation : huit Camerounais ont intégré Polytechnique. Ils en forment le premier contingent étranger, après être passés par le système d’éducation camerounais. +d’images

UFE Cameroun-Yaoudé

Déjeuner avec les membres du bureau de l’Union des Français de l’Étranger (UFE) Yaoundé au restaurant The Lodge – Bastos.

Présidée par Annick Brickas, alors en France, j’ai retrouvé les membres du Bureau : Olivier Leloustre et Olivier Brickas, tous deux vice-présidents de l’UFE Cameroun-Yaoundé, Alexis du Verdier de Genouillac, trésorier, et la directrice du restaurant The Lodge.

Disposant tous d’une solide expérience de la vie en Afrique, nous avons évoqué les bons côtés de la vie quotidienne en Afrique centrale et les difficultés rencontrées par les expatriés. L’impossibilité pour eux d’ouvrir un compte bancaire en France constitue un obstacle à lever impérativement.

L’UFE est pleinement engagé dans les actions de solidarité envers la communauté française locale.

Nous avons discuté du programme « Choose Africa resilience » de l’AFD qui prévoit de faciliter le développement des TPE/PME dans une dizaine de pays d’Afrique dont le Cameroun. Je remercie les membres du Bureau qui vont m’aider à suivre les progrès de ce dispositif sur le terrain pour vérifier si les entrepreneurs français peuvent effectivement en bénéficier. +d’images

Enseignement

École primaire Fustel de Coulanges

Visite de l’école primaire qui compte 310 élèves en compagnie de Christophe Guilhou, ambassadeur de France, et de Kristell Dorval, directrice déléguée de l’IFC. Le secondaire accueille 447 élèves.

Ce lycée en gestion directe de l’AEFE est un des 4 établissements homologués du Cameroun avec l’école « Le Flamboyant » (Yaoundé) ; les Boukarous (Maroua) et le Tinguelin (Garoua).

L’école a engagé des travaux pour un budget de 400.000 euros afin de disposer de classes toutes neuves. Heureux d’avoir pu observer l’aboutissement d’un effort justement récompensé dont les enfants peuvent bénéficier.

La crise du Covid a fait perdre 10% des effectifs à l’établissement.

Les parents camerounais prennent les études de leurs enfants très au sérieux. Ils font confiance dans leur système local et cherchent parfois à scolariser leurs enfants dans l’enseignement français, mais uniquement à partir de la classe de seconde pour augmenter leurs chances d’accéder à des études supérieures en France.

L’école cherche désormais à monter un programme de mécénat pour financer son activité numérique. +d’images

Spectacle de Noël

Les maternelles de l’école primaire Fustel de Coulanges à Yaoundé ont donné leur représentation. Comme les parents n’avaient pas la permission d’y assister pour des raisons sanitaires, ce sont les élèves du primaire qui ont assuré l’auditoire : vidéo (40s)

Collège François Vogt

Non prévue à l’agenda initial, j’avais décidé d’ajouter la visite du collège Francois-Xavier Vogt, un établissement d’enseignement secondaire camerounais dirigé par des religieux et situé à Yaoundé. Je souhaitais rendre hommage à l’équipe éducative qui permet au collège camerounais d’afficher un des plus forts taux de réussite au baccalauréat du pays et de bénéficier d’une très belle notoriété qui porte jusque dans l’Hexagone. D’anciens élèves réussissent un parcours spectaculaire dans l’enseignement supérieur en France se distinguant même à Polytechnique. Le Collège Vogt a formé des milliers de jeunes camerounais qui occupent des hautes responsabilités dans divers secteurs de la vie économique, culturelle et politique. 

Je n’imaginais pas que cette visite sonnerait la fin de mon déplacement au Cameroun. Je vous recommande donc de visiter comme moi virtuellement le site collège Vogt;

En effet, après avoir été magistralement accueilli par l’orchestre du collège et échangé durant 20 minutes avec le principal de l’établissement, j’ai dû me résigner à repartir sans visiter le collège afin de consulter un médecin au plus vite (voir ci-dessous: Santé).

Culture

Institut Français

Visite de l’Institut français de Yaoundé avec Kristell Dorval, directrice déléguée de l’IFC.

Fort d’un budget de 3,3 millions d’euros, autofinancé à 85%, l’IF va mener des travaux de rénovation sur ses fonds propres en 2021 et se lancer dans un projet de médiathèque mobile.

L’IFC forme 340 enseignants au français par an.

J’ai visité la médiathèque et la salle de spectacles à la faveur d’un événement de Campus France pour les élèves désireux de faire leurs études supérieures en France.

Un très bel Institut situé au cœur de Yaoundé. +d’images

Musée ethnographique

Visite du musée ethnographique des peuples de la forêt de l’Afrique centrale, en compagnie de Kristell Dorval, directrice déléguée de l’IFC.

Nous avons été accueillis par la Dr Thérèse Fouda, sa fondatrice, passionnée des arts et de la culture des peuples de la forêt.

Ce musée est le fruit de plus de 30 ans de recherche et de collecte minutieuse d’objets en collaboration avec des artistes, chercheurs et muséologues, tous spécialistes des peuples de la forêt d’Afrique centrale.

Le musée dévoile l’écriture béni riche de 32 signes. On peut également découvrir un calendrier lunaire et une montre utilisée dans la civilisation des peuples de la forêt. Le musée abrite aussi la reproduction d’une case dédiée aux femmes et d’une autre dédiée aux hommes, exemples de bâtisses traditionnelles. +d’images

Social

Serge Betsen Academy

À la Serge Betsen Academy, j’ai passé un moment exceptionnel à découvrir l’univers où grandissent une trentaine d’enfants aussi joyeux qu’épanouis (à l’image).

Récompensé en qualité de meilleur joueur de rugby au monde en 2002, Serge Betsen, ancien international français au palmarès prestigieux, est installé au Royaume-Uni.

Serge n’est pas seulement un sportif hors du commun, c’est également une personnalité exceptionnelle qui a décidé de consacrer son énergie à la création une structure d’accompagnement des enfants défavorisés au Cameroun.

Peu de temps après mon élection au Sénat, j’avais invité Serge au palais du Luxembourg et promis de visiter l’un de ses centres dès que je me rendrais au Cameroun.

Accueilli par Nadège, Christelle et Josué, j’ai visité le centre Jardin d’Eden, un des 5 centres SBA qui a ouvert ses portes en 2011. Je les remercie de m’avoir fait un joyeux accueil avec les enfants.

Situé au cœur de Yaoundé, ce centre est destiné aux enfants de 3 à 10 ans (enfants scolarisés du CP au CM2) dont la famille est en situation précaire. Il accueille 30 enfants, chaque enfant bénéficiant d’activités diverses grâce à deux intervenants et une responsable de centre, Nadège Noa.

Depuis 2004, la SBA est venue en aide à plus de 6500 enfants défavorisés en utilisant l’enseignement du rugby comme vecteur de développement pour offrir un accès à une éducation de qualité et un suivi de santé. +d’images

Politique

Personnalités camerounaises

Pour ma dernière soirée au Cameroun, Christophe Guilhou, ambassadeur de France, avait organisé un dîner à la résidence de France avec des personnalités camerounaises pour me permettre de découvrir les débats qui animent la vie politique locale.

Le profil des participants était riche et varié :
Grégoire Owona, ministre du Travail et de la Sécurité Sociale et secrétaire général du RDPC (Rassemblement démocratique du peuple camerounais) ; Alphonse Nafack, DG Afriland First Bank ; Hon Cabral Libii, député à la tête du PCRN (Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale) ; Rebecca Enonchong, entrepreneure, fondatrice et directrice de AppsTech et Françoise Ellong, réalisatrice.

Les élections régionales se sont déroulées en décembre 2020 au scrutin universel indirect ont vu la victoire massive du RPDC, parti du président Paul Biya au pouvoir depuis 1982.

La présence du ministre Owona face à l’honorable Cabral Libii, candidat à la présidentielle de 2018 ayant obtenu 6,18% des voix face au président Biya, tout comme la liberté de ton de Rebecca Enonchong, m’ont permis d’observer que le débat politique camerounais pouvait être animé et sans concession, mais toujours respectueux.

Je leur suis reconnaissant d’avoir pris le temps de venir échanger avec moi et d’avoir contribué à me faire apprécier leur pays. +d’images

Santé

Centre médical International (CMI)
Clap de fin : quand le plan ne se déroule pas comme prévu.

Ma dernière journée à Yaoundé devait être consacrée à la diplomatie parlementaire avec des rencontres au Parlement.

Bien que me sentant très affaibli le matin, j’ai tenté de respecter mes engagements. Mais à bout de forces lors de la visite du collège Vogt, j’ai été contraint de consulter un médecin d’urgence au CMI.  

Pour la gestion des dossiers sanitaires complexes, la section consulaire s’appuie sur le Centre médico-social de Yaoundé géré par l’Association d’Entraide Médicale des Français du Cameroun (AEMFC), présidée par Jacques Biau.

Le médecin chef est un expatrié, contractuel Paris, tandis que le médecin adjoint, un infirmier, une secrétaire médicale, un chauffeur et un agent d’entretien sont employés par l’association.

En 2019, le centre faisait état de 2112 consultations annuelles, dont 61% en faveur des Français.

Le CMS de Yaoundé a reçu une subvention de 20.000 euros en 2020 destinée à l’achat de matériel médical. L’an dernier, l’AEMFC a obtenu une aide STAFE de 14763 euros, qui lui a permis de réaménager et de moderniser une partie du CMS, dont j’ai bien involontairement contrôlé la bonne exécution.

J’ai en effet pu bénéficier de la qualité des nouvelles installations du CMS, de l’efficacité des systèmes de perfusion et de la réactivité des laboratoires d’analyses. Arrivé déshydraté au CMS et très affaibli, je dois au professionnalisme du docteur urgentiste Michel Joubert et de l’infirmier René d’avoir fait tomber la fièvre et de m’avoir remis sur pied en quelques heures, afin de me permettre de prendre l’avion de Paris le soir même.

Je leur en suis profondément reconnaissant. Deux semaines plus tard, je me sens parfaitement rétabli.

Je suis heureux pour nos compatriotes du Cameroun que ce centre soit partie prenante du plan sanitaire d’urgence du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. +d’images

En circonscription au Cameroun (1) – Njombé & Douala (13 au 15 déc. 2020)

(g à d) Franck Danjou, conseiller des Français de l’étranger ; Stéphane Catta, consul général ; Olivier Cadic ;  Jérôme Grayo, restaurateur et chef d’ilot.

En provenance du Tchad, j’ai été accueilli à l’aéroport de Douala pour mon premier déplacement au Cameroun par Stéphane Catta, consul général et Bruno Jouannem, consul adjoint. Je me suis rendu directement à Njombé, situé à 2 heures de route au nord de Douala. Nous y avons rencontré une douzaine de compatriotes qui collaborent à l’exploitation d’une bananeraie dirigée par Pascal Ferrier.

Stéphane Catta a ensuite participé à toutes les étapes de ma visite à Douala qui m’a permis de faire connaissance avec notre communauté dynamique et entreprenante.

Ce déplacement a été néanmoins empreint d’une grande tristesse. Je n’ai pas pu rencontrer Gérard Wolber, président de l’UFE Douala, hospitalisé dans un état grave après une agression à son domicile. Il est décédé le 20 décembre, quelques jours après mon départ de Douala. Gérard était l’ami de Stéphane Catta, consul général. Il était le camarade dévoué et bienveillant pour chacun des membres la communauté française de Douala, auxquels il va amèrement manquer.

Santé

Hôpital Saint-Jean de Malte (HSJM) / Njombé
« Une force au service des plus faibles »

En 1994, la Plantation du Haut-Penja (PHP), filiale camerounaise de la Compagnie fruitière, a créé un petit hôpital afin de soigner son personnel. Six ans plus tard, la PHP confiera la gestion de cet hôpital à l’Ordre de Malte de France.

À la fin de la visite de la plantation, Pascal Ferrier nous a suggéré d’aller visiter l’hôpital en compagnie de Stéphane Catta, consul général de Douala et de Bruno Jouannem, consul adjoint.

Accueillis par son directeur Richard Pau, j’ai observé les résultats d’un engagement au long terme de l’Ordre de Malte qui a fait de cet hôpital dispensaire un véritable pôle d’excellence bénéficiant à un bassin de 100.000 personnes.

L’HSJM est une référence nationale en termes d’efficacité et de qualité des soins. Chaque année, ce sont 32.000 consultations, dont 16% aux urgences, 5500 malades hospitalisés, dont 689 interventions chirurgicales (2019). Sa maternité enregistre 1000 naissances par an (304 césariennes). Les conditions d’accueil du prématuré de 7 mois que j’ai pu observer, démontrent du niveau de technicité de cet hôpital.

Ancien légionnaire, Richard Pau gère l’établissement avec une rigueur toute militaire. Il poursuit un plan d’agrandissement et de rénovation de 70% de l’hôpital.

La PHP a un don pour planter des graines. Grâce à l’aide de l’Ordre de Malte, elle a fait éclore ici un fruit exceptionnel pour le bien commun. +d’images

Entrepreneuriat

Plantation du Haut Penja / Njombé

Avec Pascal Ferrier, l’homme qui valait un milliard de bananes.

La Plantation du Haut-Penja (PHP), filiale camerounaise de la Compagnie fruitière, s’étend sur 4000 hectares comprenant 10 millions de bananiers.

L’exploitation produit 15 à 65 tonnes de bananes par hectare. C’est un milliard de bananes qui est exporté chaque année depuis le port de Douala.

En réponse à ma question sur le choix de la couleur du plastique qui entoure le régime de bananes dans l’arbre : le bleu est un accélérateur de croissance.

Une bananeraie dure 10 ans. Il faut alors laisser le sol durant un an en jachère. Afin de conserver une production constante chaque année, l’exploitation replante 400 à 500 hectares par an.

L’exploitation cultive également du poivre, du cacao et des fleurs.

Le site de l’entreprise affiche 6500 emplois directs. Si on compte les emplois indirects et les familles, on estime que 60 000 personnes bénéficient de cette exploitation. Pour fidéliser leurs employés, la société leur garantit un accès aux soins gratuits. +d’images

Groupe Castel – SABC / Douala

Accueilli par Emmanuel de Tailly, DG des Brasseries du Cameroun (Groupe SABC), j’ai visité l’usine de Koumassi du groupe Castel, en compagnie de Stéphane Catta, consul général.

Créée à Douala le 3 février 1948 à Douala, la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) est le 3ème contribuable de l’État, après le secteur pétrolier et le leader de l’industrie brassicole au Cameroun.

Spécialisée au départ dans la production et la commercialisation des boissons hygiéniques, la SABC a diversifié son activité et contrôle aujourd’hui un groupe comprenant cinq usines (bières, boissons gazeuses, boisson énergisante, alcool-mix) ; une verrerie (Socaver) ; une exploitation d’eau minérale naturelle (SEMC Tangui).

La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) veut « être le leader agro-industriel régional de référence dans la production et la commercialisation de boissons alimentaires au sein d’une organisation Performante, Rentable, Moderne et Citoyenne ».

J’ai apprécié le sérieux avec lequel les acteurs de la société se sont inscrits dans un processus d’amélioration continue, de modernisation constante de leur système de management et de gestion pour renforcer leur engagement en faveur de la promotion d’une culture de la qualité.

Ravi d’avoir enfin pu visiter cet industriel français emblématique en Afrique qui a fait de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) une marque de fabrique qui fait honneur à notre pays. +d’images

CCEF & Orange / Douala

J’ai débuté ma deuxième journée à Douala par un petit-déjeuner de travail chez Orange Cameroun, dirigé par Frédéric Debord, entouré des Conseillers du Commerce extérieur de la France.

Lors de la première partie, nous avons abordé les questions de fiscalité des non-résidents, dont la question de la CSG/CRDS sur les revenus immobiliers acquittée par ceux qui sont en dehors de l’Espace économique européen.

Dans un second temps, nous avons évoqué les deux principaux secteurs porteurs du pays :
– L’énergie avec Adrien Béchonnet, DG de Total.
– L’agro-industrie au travers d’une note détaillée des CCEF sur ses perspectives à 10 ans.

J’ai ensuite visité l’Orange Digital Center dirigé par Emmanuel Etia en compagnie de Stéphane Catta, Consul général.

L’Orange Digital Center est un concept qui consolide dans un même lieu, l’ensemble des programmes allant de la formation en passant par l’accompagnement, jusqu’à l’accélération des start-up et l’investissement dans ces dernières. Ceci dans le but de créer un écosystème autour de l’innovation.

J’ai découvert le Fablab qui a pour objectif d’outiller les jeunes camerounais en décrochage scolaire pour une meilleure insertion professionnelle.

L’action de mécénat de la Fondation Orange s’étend sur tout le territoire du Cameroun et se décline sur trois grands axes : la santé, l’éducation, la solidarité. Son ambition est de promouvoir l’égalité des chances pour les démunis en mettant le numérique au cœur de leur stratégie. +d’images

JokkoLabs – Start-ups / Douala

Plus qu’un espace de coworking…. un centre de changement social !

Inspirée par une combinaison alchimique de concepts tels que techlabs, centres d’innovation, espaces de coworking, incubateurs et think tanks, l’initiative JokkoLabs est née de la volonté de lutter contre les inégalités et de trouver des solutions d’avenir en exploitant les possibilités offertes par les technologies de l’information et le savoir collectif.

J’ai visité Jokkolabs Douala en compagnie de Stéphane Catta, consul général, et de Françoise Lincy du service économique de l’ambassade de France au Cameroun.

JokkoLabs est une initiative internationale privée à but non lucratif lancée à Dakar, au Sénégal. C’est un « réservoir d’action » indépendant qui vise à identifier et à soutenir les idées innovantes des entrepreneurs de l’économie numérique, des industries culturelles et des médias afin d’accélérer la compétitivité des nations et la prospérité pour tous.

J’ai échangé avec trois lauréats du challenge des 1000 qui m’ont présenté leur projet d’entreprise. Des échanges avec des manageurs dont la vitalité et l’énergie vous régénèrent. +d’images

Communauté française

Consulat de Douala – Sécurité

Visite du consulat général de Douala organisée par Stéphane Catta, consul général, rencontre avec les chefs de services (visas, affaires sociales, état civil…), suivi d’une réunion sur le thème de la sécurité avec le chef de détachement de Sécurité et l’attaché de Coopération police.

3105 Français sont inscrits auprès du poste de Douala, capitale économique du Cameroun.

La section visas de ce poste reçoit ainsi de nombreuses demandes d’usagers et d’entrepreneurs prospères qui sont souvent propriétaires d’un ou plusieurs logements en France. Un tiers des visas de circulation attribués sont des visas de court séjour d’une validité de plusieurs années pour favoriser les échanges.

De plus, les établissements d’enseignement supérieur français font preuve d’un intérêt croissant pour le Cameroun en raison du bon niveau des étudiants. Ainsi, le poste a doublé la délivrance de visas étudiants en trois ans.

L’ombre au tableau concerne la fraude documentaire endémique et le détournement de l’objet de visa (soins médicaux, demandes d’asile…) qui contraint ce service à rejeter entre 25% et 30% des demandes.

Lors de la réunion sécurité, nous avons évoqué la situation critique du président de l’UFE-Douala agressé à son domicile lors d’un cambriolage qui a mal tourné. Les auteurs ont été rapidement arrêtés, preuve de l’efficacité de la police camerounaise. Malheureusement, j’ai appris à mon retour que Gérard Wolber était décédé des suites de ses blessures.

La réunion a porté sur l’importance de l’activité de lutte contre l’immigration irrégulière et les trafics transnationaux à destination de la France et de l’espace Schengen. Autre axe d’importance : le conseil envers l’ensemble des services de la plateforme aéroportuaire pour lutter contre le terrorisme international. +d’images

Acteurs de la communauté de Douala

Afin de me permettre de prendre le pouls des attentes de la communauté française de Douala, le consul général Stéphane Catta m’a organisé différents rendez-vous.

Tout d’abord un échange sur les enjeux économiques avec des représentants de la Mission économique, de l’AFD, de Business France et une visite des locaux de Cameroun Assistance, dirigée par Nejib Soussia qui organise les soins et gère les urgences 24 heures sur 24.

Ensuite, un déjeuner à l’Ovalie, un restaurant dirigé par Jérôme Grayo, dont la cuisine ne séduit pas que les adeptes du rugby. Chef du principal îlot de la circonscription qui regroupe 500 compatriotes, nous avons parlé organisation de la sécurité.

J’ai eu l’occasion d’échanger longuement avec Franck Danjou, conseiller des Français de l’étranger et Kingue Bapeck, secrétaire général de l’UFE Douala.

Pour finir, un cocktail à la résidence consulaire avec des représentants de la communauté française.

Stéphane Catta aime à rappeler qu’il y a tout juste 80 ans, le futur maréchal Leclerc, alors commandant de Hauteclocque, débarquait nuitamment à Douala, le 27 août 1940, avec une maigre troupe de 22 compagnons répartis sur trois pirogues. Partie de Douala, sa magnifique épopée au sein de la France libre le conduira à la Libération de Paris et s’achèvera par la prise du nid d’aigles d’Hitler à Berchtesgaden.

Notre communauté, tout comme le peuple camerounais, est frappée par la crise liée à la pandémie. Des entrepreneurs se débattent pour faire subsister leurs affaires. Les conditions de vie se dégradent.

Avec toute son équipe au consulat, Stéphane Catta est plus déterminé que jamais pour se mobiliser afin d’assurer sa mission de service public. +d’images

Enseignement

Lycée Savio / Douala

Visite du lycée Savio, en compagnie de Stéphane Catta, consul général, un établissement qui fonctionne sur trois implantations (maternelle, élémentaire, collège-lycée).

Établissement conventionné avec l’AEFE, géré par une association de parents d’élèves, il scolarise plus de 1000 élèves de la maternelle à la terminale.

Le lycée aime les chiffres ronds puisqu’il affiche 100% de résultat au baccalauréat ces dernières années.

J’ai eu le plaisir de répondre aux questions des représentants des élèves, afin d’échanger avec eux sur diverses thématiques. +d’images

Culture

Institut Français de Douala

Accueilli par Samuel Pasquier, directeur délégué de l’IF Douala, en compagnie de Stéphane Catta, consul général, j’ai visité l’Institut Français du Cameroun à Douala.

Le bâtiment est construit sur plusieurs niveaux, mais il bénéficie d’une salle de spectacle spacieuse.

L’IF Douala a organisé 552 manifestations l’an dernier et accueilli plus de 39.000 spectateurs.

L’activité langues accueille près de 2000 élèves pour des cours de français.

J’ai apprécié le contact de l’équipe qui porte la promotion de la francophonie avec une énergie qui vous transporte. +d’images

Que faire dans une situation dramatique à l’étranger ?

Prudence est mère de sureté. Le gouvernement recommande, avant un départ à l’étranger, de lire les Conseils aux voyageurs et de se signaler sur Ariane (voyage ou mission de moins de 6 mois). Et, quelle que soit la destination, ce n’est pas être trop précautionneux de télécharger le Guide des victimes françaises à l’étranger sur le site du ministère des Affaires étrangères. Il convient de saluer sa qualité à l’occasion de sa mise à jour.

Ce guide liste les « premiers réflexes » à avoir lorsque nos compatriotes sont plongés dans une situation traumatisante.

Que faire si l’un de vos proches décède à l’étranger ? Que faire si vous êtes victime d’une agression, d’un accident de la circulation ou d’une catastrophe naturelle ? Ou encore : que faire en cas de menace de mariage forcé à l’étranger ?

Le guide se présente sous la forme de fiches thématiques, détaillant les démarches à accomplir par les victimes ou leurs familles et les orientant vers des structures d’accompagnement à l’étranger (notamment nos services consulaires), puis au retour en France.

Parfois, nos compatriotes oublient qu’ils n’emmènent pas la législation française dans leur valise et qu’ils seront soumis à la législation locale.

Le guide met bien en garde le lecteur sur le sujet : « Informez-vous sur les usages locaux et la ou les religions pratiquées dans le pays de destination : ils impliquent des attitudes ou des règles vestimentaires ou alimentaires qu’il convient de respecter.

Vous devez vous informer et vous conformer scrupuleusement aux lois locales, en particulier à celles relatives à l’alcool et aux stupéfiants (importation, achat et consommation), aux mœurs (certains pays réprimant l’homosexualité), à la circulation routière et au respect des croyances. Les peines encourues peuvent être élevées dans certains pays : des amendes, de l’emprisonnement pouvant aller jusqu’à la réclusion à perpétuité, voire la peine de mort (par exemple, pour trafic de stupéfiants). »

Malheureusement, la page « Conseils aux voyageurs » réagit parfois à posteriori, après qu’un compatriote ait tenté d’être innovant dans la transgression d’une loi locale. Il serait donc utile que le guide s’enrichisse d’une page : Que faire si un de vos proches est incarcéré à l’étranger ? 

Page Victimes à l’étranger du MEAE

 

Sahel : quelle stratégie militaire, quelle solution politique ?

Après le décès de cinq soldats français en une semaine au Mali, un article de Simon Barbarit, publié par Public Sénat le 4 janvier, interroge sur l’issue de l’opération Barkhane, lancée depuis 2014, pour combattre le terrorisme dans la région.

J’estime que nous devons d’abord saluer les succès déterminants de nos soldats contre L’État islamique. L’heure est certainement à l’évaluation de nouveaux objectifs à atteindre collectivement avec nos alliés au Sahel. Redéployer : pourquoi pas ? Reculer : certainement pas !

Extrait de l’article :
Au moment où la ministre des Armées ouvre la porte à des négociations avec des groupes qui ont « déposé les armes et qui ne sont pas motivés par une idéologie radicale et criminelle », le vice-président centriste de la commission de la Défense du Sénat, Olivier Cadic, met en garde contre « toutes décisions prises sous le coup de l’émotion et dans la précipitation ». « Nous avons besoin d’un nouveau sommet avec le G5 Sahel. Nous devons redéfinir nos objectifs sur place de façon collective. Nous avons en face de nous deux groupes terroristes Al-Qaida et l’Etat islamique qui sont en concurrence. Un retrait précipité de nos troupes serait dramatique notamment pour les Français qui vivent dans la région ».

La ministre des Armées Florence Parly sera auditionnée au Sénat le 20 janvier, avant un débat en séance publique le 9 février.

Lire l’article de Public Sénat (4 janv. 2021) : «Nous n’obtiendrons pas de victoire militaire» estime Christian Cambon
Lire aussi mon billet : En circonscription au Tchad : « Barkhane » N’Djamena & Faya-Largeau (10 au 11 déc. 2020)


Covid-19 : le Secours occasionnel de solidarité est reconduit au premier semestre 2021

Excellente nouvelle pour les Français de l’étranger affectés durement par la crise économique liée à la pandémie : le dispositif « secours occasionnel de solidarité » est reconduit pour le premier semestre de l’année 2021.

Je me réjouis de la décision du gouvernement de prolonger le mécanisme mis en place en 2020 pour soutenir nos compatriotes de l’étranger qui connaissent une perte ou une diminution conséquente de revenus du fait de la crise de la Covid-19. C’est le fruit de nouvelles négociations du ministre Jean-Baptiste Lemoyne avec les services de Bercy pour obtenir le report des crédits non dépensés.

Les modalités restent identiques : l’aide est ponctuelle (il ne s’agit pas d’une allocation mensuelle), mais vous pouvez toutefois solliciter le renouvellement de cette aide jusqu’à 5 fois (soit un total de 6 versements pour le premier semestre 2021).

Si vous êtes de nationalité française, ainsi que vos enfants, l’inscription au registre mondial des Français établis hors de France demeure un pré-requis.

Comment déposer une demande d’aide ?

Si vous pensez être financièrement éligible, connectez-vous au site de votre consulat pour télécharger le formulaire et prendre connaissance des pièces justificatives. Le dossier sera ensuite examiné par vos services consulaires (deux exemples : consulat général de Francfort et ambassade de Santiago).

Si vous avez déjà bénéficié de l’aide en 2020, il faudra fournir un nouveau dossier de demande, avec des justificatifs récents attestant de votre situation financière.

On se souvient que les modalités d’affectation de ce « secours occasionnel de solidarité » avaient déjà été repensées en cours de route. Suite à mon interpellation du ministre Jean-Yves le Drian, en juillet dernier, afin de provoquer une réunion, les conditions étaient devenues plus flexibles, puis les demandeurs avaient pu profiter de trois autres versements (octobre, novembre et décembre) en produisant simplement une attestation sur l’honneur que leur situation demeurait identique (lire le billet).

« Programme FLAM : petites écoles devenues grandes » par Hélène Degryse (Les Francais.press)

Félicitations à Hélène Degryse, conseillère des Français de l’étranger aux Pays-Bas, qui a signé un bel article intitulé Programme FLAM : petites écoles devenues grandes qui met en valeur le programme FLAM et souligne l’importance de son développement, en particulier au Royaume-Uni au travers du Parapluie FLAM présidé par Joëlle Simpson.

Sommaire :

. Le Flam, rappel historique et quelques chiffres

. Les aides FLAM disponibles à ce jour

. Portrait d’En famille, association FLAM des Pays-Bas

. Parapluie FLAM et Joëlle Simpson : l’exemple parfait d’une FLAM réussie

. Cadic et Cazebonne : deux parlementaires au chevet du FLAM

Olivier Cadic :
– La recette parapluie
– Constat édifiant pour l’apprentissage du français
– Un chèque éducation : un moyen de vraiment faire vivre le français
– Chiffres AEFE : un budget FLAM infime
– Chèque FLAM : remède financier à la pandémie

Samantha Cazebonne :
– Un colloque virtuel mais bien réel !
– Des défis multiples
– La pandémie au cœur des préoccupations
– Des pistes pour l’AEFE

Lire l’article d’Hélène Degryse Programme FLAM : petites écoles devenues grandes, publié le 3 janvier 2020 sur le site LesFrancais.press

Mon année 2020 en revue

Mon année 2020 vue par l’intelligence artificielle de mon iPhone.

À la veille de mon retour au Sénat pour débuter 2021, mon téléphone m’a invité à revenir en images sur cette année qui débute à Londres avec Nicolas Hatton et Gina Miller pour finir dans les embouteillages du Kent devant le tunnel sous la Manche comme pour boucler la boucle.

J’y vois une belle façon de tourner la page 2020.

Je remercie donc mon téléphone pour sa sélection et tous ceux qui apparaissent en images car ils m’offrent de très bons souvenirs.

TO ALL OUR EUROPEAN BRITISH FRIENDS

We wish you a Happy New Year with the rock version of the European anthem.

As we say in France, this isn’t adieu, this is only au revoir.

We hope future British generations will sing it with us again.

LIEN

Ode to Joy / European Union Anthem (Rock Version) 3’00

VŒUX 2021

Inspiré par cette remarquable fresque réalisée par les élèves du lycée Savio à Douala,

je vous souhaite

CRÉATIVITÉ,

CONFIANCE

et AMOUR

pour traverser 2021 !

INFOLETTRE n°143 – Édito : « Le chaos de Noël du père Boris » – HOMMAGE à Valéry Giscard d’Estaing – ACTU > Olivier Cadic et son « geste de solidarité vers la Francophonie » (LPJ) – FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER > Santé > Vaccination des FDE / La CFE fait un geste supplémentaire – Sécurité > Quid des chefs d’îlots ? – Enseignement > l’AEFE se substitue à l’ANEFE – Entreprises > Assurance-crédit publique aux filiales étrangères – EN CIRCONSCRIPTION > Tchad (9-12 déc. 2020) : « Barkhane » (Faya-Largeau) & N’Djamena – BREXIT > J-23 de la fin de la période de transition – AFFAIRES ÉTRANGÈRES > Venezuela : audition de Juan Guaido par le Sénat / La force tranquille Guaido résiste à la farce électorale de Maduro / Présidence du groupe d’amitié France-Pays du Golfe / Relations bilatérales : Algérie, Brésil, Chili / Hydrodiplomatie (Himalaya) – DÉFENSE / BITD > Solution de reprise pour Photonis

Lire : l’INFOLETTRE n°143 – 29 décembre 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°143

Le chaos de Noël du père Boris

« Nous voyons la lumière au bout du tunnel », a dit Boris Johnson le 22 novembre dernier, annonçant le début du déconfinement du Royaume-Uni à compter du 2 décembre.

Moins de trois semaines plus tard, le Premier ministre britannique alléguait l’apparition d’une nouvelle souche du Covid, pourtant identifiée depuis plusieurs semaines, pour justifier un revirement visant à reconfiner Londres et le sud-est de l’Angleterre.

Apparaissant devant les caméras les cheveux en bataille et le regard ombrageux, rappelant un peu le Grinch, ce personnage imaginaire qui voulait gâcher Noël, le Premier ministre anglais aura réussi la performance de créer une panique mondiale.

Le sauve-qui peut qui a suivi nous a montré avec quelle merveilleuse facilité le Global Britain pouvait mettre en pratique « la théorie du bordel ambiant », élaborée par Roland Moreno, inventeur français de la carte à puce. Visuel HL125

Car, si on peut s’accommoder d’une visio-conférence pour travailler, c’est moins évident pour réveillonner. Dans nos sociétés occidentales, Noël est un fait de civilisation. Une tranche de paix, une trêve consacrée, une occasion rare de retrouvailles. Ce Noël pas comme les autres, en mode restreint, peine à dissiper un mal-être ressenti par beaucoup, alors que tant de familles sont endeuillées et que tant de foyers vivent dans une sourde inquiétude sur l’avenir.

À Noël, comme beaucoup je pense à « cette petite fille de rien du tout », dont nous parle Charles Péguy. Cette « enfant qui n’aurait pas la force de marcher sur le chemin montant, sablonneux, malaisé ». Et pourtant, c’est elle « qui fait marcher tout le monde », car cette petite fille s’appelle Espérance.

Aussi ce 24 décembre, à la faveur de l’annonce de l’accord parvenu sur le Brexit entre le Royaume-Uni et l’UE, lorsque Boris Johnson a déclaré : « Je pense que cet accord signifie une nouvelle stabilité et une nouvelle certitude dans ce qui était une relation parfois acrimonieuse et difficile… nous serons votre ami, votre allié, votre soutien, et ne l’oublions pas votre premier marché », j’ai cru entendre la petite fille de rien du tout me souffler : pourvu qu’il ne change pas d’avis ! Découvrir l’InfoLettre n°143

En circonscription au Tchad (2) – N’Djamena (9 au 12 déc. 2020)

Premier déplacement au Tchad, partenaire important de la France dans la lutte contre le terrorisme. En effet, depuis août 2014, l’état-major de l’opération française Barkhane est installé à N’Djamena.

Toute ma reconnaissance à Bertrand Cochery, ambassadeur de France, pour m’avoir organisé un séjour exceptionnel au Tchad et m’avoir accompagné sur place.

J’ai eu le bonheur de travailler quatre années durant à ses côtés tandis qu’il était consul général de France à Londres, de 2005 à 2009.

Ma visite au Tchad m’a permis de visiter l’Etat major de la Force Barkhane à N’Djamena et sa base aérienne, puis de me rendre dans le nord du pays, à Faya-Largeau qui abrite un détachement Barkhane (compte-rendu). Un déplacement, en qualité de vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, centré donc sur les questions défense et de sécurité dans la bande Sahélo-saharienne qui m’a également permis d’apprécier l’articulation de nos programmes de coopération et de rencontrer un échantillon de notre communauté.

Politique

Parlement

En présence notre ambassadeur, Bertrand Cochery, entretien avec Haroun Kabadi, président de l’Assemblée nationale et Moussa Kadam, premier vice-président et président du groupe d’amitié Tchad-France, ainsi que des parlementaires de ce groupe.

Les échanges ont porté sur l’introduction d’un Sénat au Tchad, prévu par la loi constitutionnelle adoptée par l’Assemblée nationale, le 27 février 2015.

Les parlementaires étaient également curieux de discuter des conditions d’élections des députés et sénateurs représentant les Français de l’étranger.

J’ai rendu hommage à l’action du Tchad, membre fondateur du G5 Sahel, engagé dans le règlement de la crise au Sahel.

Le Tchad a été sollicité début 2013 par le gouvernement malien pour intervenir militairement dans le nord du pays. Les forces armées tchadiennes ont payé un lourd tribut au cours de leurs opérations d’intervention au Mali, aux côtés des forces françaises.

J’ai souligné la qualité de la coopération entre nos deux pays, tant sur le plan militaire que dans le domaine du développement économique. +d’images

Vidéo de la visite (1’13)

Relation bilatérale

Dès mon arrivée, Bertrand Cochery, ambassadeur de France, m’a proposé un tour d’horizon de notre relation bilatérale en présence de Gilles Roussey, Premier conseiller et Olivier Cador, directeur de l’AFD Tchad.

La France est l’un des premiers partenaires économiques du Tchad.

Nos exportations recouvrent principalement les produits agro-alimentaires, les équipements mécaniques et matériels électriques et informatiques. Les importations se composent essentiellement d’achats d’hydrocarbures, mais également de gomme arabique.

La France apporte une aide humanitaire, alimentaire et de stabilisation au Tchad. L’aide alimentaire cible directement 250.000 personnes (femmes et enfants) et vise à prévenir et traiter la malnutrition, soutenir la reprise de l’agriculture et l’élevage, ainsi qu’à améliorer les moyens d’existence.

La France appuie les efforts de riposte du Tchad face au Covid-19 par la livraison de matériels médicaux et d’équipements de protection individuels, en plus d’une aide budgétaire de 7,5M€, dédiée au fonds spécial de lutte contre le Covid-19. +d’images

Communauté française

UFE – IRD

Thierry Miallier, président de l’UFE Tchad (à droite), m’a fait l’immense plaisir de survoler les environs de N’Djamena dans son avion en compagnie de Florence Sylvestre, directrice de Recherches en poste à N’Djamena à l’Institut de Recherche et Développement (IRD).

Lors du déjeuner qui a précédé en compagnie de Outhman Hamdane, DG de la Sonamig (Société nationale des Mines et de la Géologie), nous avons évoqué les ressources naturelles du Tchad qui font l’objet d’études, afin d’évaluer l’opportunité de les exploiter de manière optimale.

Invitée ensuite par l’ambassadeur Bertrand Cochery à la résidence, Florence nous a fait une conférence sur les secrets des lacs du Tchad.

Pour Florence, les lacs sont des « socio-éco-hydro-systèmes », et contrairement à ce que certains pensaient, le lac Tchad ne s’assèche pas.

Il faut s’interroger sur la ressource en eau disponible : comment la gérer et la préserver en fonction des usages ? Pour l’avenir, la question est de déterminer la façon dont va évoluer le climat et donc impacter la ressource.+d’images

Réception

L’ambassadeur Bertrand Cochery et son épouse m’ont fait l’honneur d’organiser une réception à la Résidence de France avec les représentants de la communauté française qui compte 1300 personnes.

La soirée s’est tenue en présence de Ruphine Mbaldje, conseillère des Français de l’étranger et de Thierry Miallier, président de l’UFE.

Plus tôt dans la journée, j’avais visité l’ambassade afin de signer le livre de condoléances pour le président Valéry Giscard d’Estaing, et pour rencontrer les chefs de poste. L’occasion de découvrir des fresques murales plutôt originales. +d’images

Éducation

Lycée Montaigne

Visite du lycée Montaigne conventionné avec l’AEFE qui accueille près de 700 élèves de la maternelle à la terminale, créé en 1978.

Accompagné par Judikaël Regnaut, conseiller de Coopération et d’Action culturelle, nous avons été accueilli par la proviseure Corinne Chan Yue Tack. +d’images

Culture

Institut Français

Visite de l’Institut Français en compagnie de Judikaël Regnaut, conseiller de Coopération et d’Action culturelle et de Pierre Muller, directeur de cet Institut.

L’Institut de N’Djamena ne donne pas de cours de langues. Aussi, toute son activité est orientée autour de l’événementiel et la promotion de sa médiathèque bien fournie.

Son espace extérieur lui permet de mettre en valeur des artistes ou des artisans, afin de faire apprécier leur talent.

Les idées ne manquent pas. Lors de ma visite, on finalisait un événement consacré à Romain Gary, sous le parrainage de Bertrand Cochery. +d’images

Entrepreneuriat

Maison de la Petite entreprise / AFD

Lorsqu’Olivier Cador, directeur de l’AFD/Tchad m’a parlé de la maison de la Petite entreprise soutenue par son Agence, nous avons immédiatement modifié mon agenda pour me permettre d’aller à la rencontre de cet incubateur d’entreprises, en présence de Bertrand Cochery, notre ambassadeur au Tchad.

Je suis donc allé à la rencontre de l’association Bet Al Nadjah (traduire : Maison de la réussite). Sa vision est de réduire le chômage des jeunes à travers la promotion de l’entrepreneuriat et l’accompagnement à la création et au développement de petites et très petites entreprises.

Quel que soit le stade de développement de l’entreprise, l’association s’adapte aux besoins spécifiques des promoteurs.

Elle travaille en mode projet, à l’image du dispositif le HUB-IIT (intégrer l’information technologique), conventionné avec l’AFD, de Tech Dev (ONG française) qui accompagne plus de 150 unités de transformation agro-alimentaires depuis 2019.

L’enjeu est fondamental. 50% de la population du Tchad a moins de 17 ans. Les jeunes et les femmes sont les premières victimes du chômage. Le pays est confronté à des difficultés d’accès à l’information et à la formation adaptée.

Les portes de projets peinent à trouver des appuis adéquats (conseil, formation, accompagnement, financement).

Depuis 2016, l’association a touché plus de 20.000 personnes par le biais des campagnes de sensibilisation à l’entreprenariat.

Le résultat est éloquent : plus de 5000 visiteurs ont été reçus et 666 idées de projets ont été validées, 208 business plans finalisés et 900 entrepreneurs accompagnés.

En 2020, l’association a lancé les prêts d’honneur (0 garantie – 0 intérêt – maximum 15000 euros) en partenariat avec la plateforme Initiative France. 15 entreprises ont été aidées avec une enveloppe de 90 Millions Francs CFA.

L’association a reçu un chèque de 10 millions d’euros de la part de l’AFD pour construire des infrastructures qui permettront de développer ses activités d’incubateur, accueillir les associations de jeunes et de femmes, domicilier les entreprises ou encore créer des espaces de co-working.

Ce soutien va également lui permettre de s’étendre en province et d’apporter des appuis sectoriels.

Pour développer les petites entreprises, un fonds présidentiel de 70Mds de FCFA a été constitué. Il vise à garantir les risques des prêts à hauteur de 70%, tandis que les banques assurent le complément.

Preuve de compétence de l’association : 11 dossiers sur 23 financés par les banques sont passés par Bet Al Nadjah.

Très heureux de constater le volontarisme d’Olivier Cador pour apporter un soutien déterminé aux petits entrepreneurs du Tchad en créant l’éco-système propice à l’éclosion de jeunes pousses.

Une démarche qui participe à montrer une facette de l’action de l’AFD à laquelle je tiens beaucoup. +d’images

Vidéo de visite réalisée par Bet Al Nadjah (Maison de la Réussite) 2’30

La CFE fait un geste supplémentaire pour ses adhérents bloqués en France

Au-delà de six mois de séjour en France, la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) ne peut maintenir l’affiliation de ses adhérents, même s’ils demeurent dans l’impossibilité de retourner dans leur pays de résidence du fait de la pandémie.

Dans un premier temps et en réponse à la lettre du sénateur Robert del Picchia que j’avais cosignée, le directeur général de la caisse, Eric Pavy, avait indiqué que les Français qui voulaient ré-adhérer à la CFE, lors de leur retour, ne subiraient aucun délai de carence et conserveraient même leur « bonus fidélité » éventuel, soit un rabais de cotisation (compte-rendu).

Le directeur vient d’annoncer, en complément, que les personnes qui seraient radiées du fait de leur séjour contraint et prolongé pourront ré-adhérer à la CFE en bénéficiant du tarif de leur ancien produit (désormais non commercialisé), si la démarche intervient avant le 1er septembre 2021.

Saluons cette nouvelle mesure prise par le Bureau du conseil d’administration, en date du 1er décembre 2020, qui répond à l’inquiétude des clients concernés face aux conséquences de la rupture de leur affiliation.

Lettre du directeur de la CFE


Florence Parly annonce que l’Etat travaille à une solution alternative de reprise de Photonis

Cette décision concernant Photonis est majeure et fera date.

Une solution de reprise nationale est possible.

La France fait le choix de protéger ses intérêts sur le long terme. C’est rassurant.

Félicitations à notre ministre des Armées, Florence Parly.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU MINISTÈRE DES ARMÉES
Paris, le 18 décembre 2020

Souveraineté des entreprises stratégiques : Florence Parly annonce que l’Etat travaille à une solution alternative de reprise de Photonis

> Florence Parly, ministre des Armées, annonce que l’Etat travaille avec des acteurs industriels et financiers français à une solution de reprise nationale permettant de préserver la souveraineté de Photonis, entreprise essentielle aux opérations militaires françaises.
> L’offre de rachat de Photonis par l’industriel Teledyne n’a pas fait l’objet d’un agrément au titre de la réglementation relative aux investissements étrangers en France.
> Cette décision s’inscrit dans une volonté de protection des intérêts stratégiques de la France, dont Photonis fait partie, tout en assurant la pérennité de cette entreprise d’excellence.

Photonis est une entreprise spécialisée dans les technologies optroniques, notamment pour les jumelles à vision nocturne à destination des forces armées françaises. Elle détient également des activités dans le domaine nucléaire. Ces technologies de classe mondiale garantissent l’excellence industrielle et la capacité opérationnelle de la France.

Comme l’a indiqué la société Teledyne, son projet de rachat de Photonis n’a pas fait l’objet d’un agrément au titre de la réglementation relative aux investissements étrangers en France. Le ministère des Armées réaffirme toute sa confiance envers la société Teledyne qui, avec plus de 850 emplois en France, est un partenaire important.

La décision de l’Etat a été motivée par la volonté forte du gouvernement français de protéger et garantir la souveraineté économique et industrielle française de défense. En l’occurrence, les conditions de reprise de l’entreprise Photonis ne répondaient pas à ces impératifs.

Le ministère des Armées travaille désormais à une solution alternative de rachat avec des acteurs industriels et financiers français actifs dans le secteur de l’optronique. (fichier pdf)

Lire aussi mon dernier billet Photonis : une solution française est préférable au baroud d’honneur Teledyne, du 26 octobre 2020

En circonscription au Tchad (1) – « Barkhane » N’Djamena & Faya-Largeau (10 au 11 déc. 2020)

Commandement Barkhane – N’Djamena

Entretien privilégié avec Étienne Faury, général adjoint opérations de la Force Barkhane et visite de la zone de commandement Barkhane et de sa base aérienne.

Barkhane est une force de combat qui conjugue toutes les capacités terrestres et aériennes des armées. La mission consiste à lutter contre des groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace.

L’action de Barkhane et des partenaires permet les initiatives des acteurs impliqués dans la gouvernance et le développement.

Cette visite m’a offert la possibilité de transmettre les félicitations de la part de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat, aux 5100 militaires engagés dans Barkhane pour les succès obtenus au cours des derniers mois dans la lutte contre les terroristes et de rendre hommage aux soldats morts ou blessés.

Je me réjouis de pouvoir observer le haut niveau de préparation, de rigueur et de professionnalisme de nos forces qui a permis frapper durement et de désorganiser l’organisation terroriste «État islamiste au grand Sahara ». +d’images

Détachement Barkhane – Faya-Largeau

Située à deux heures d’avion, au nord de la capitale tchadienne, la ville de Faya-Largeau abrite une base historique de l’armée française qui loge un détachement Barkhane.

Après une présentation du site par le commandant du détachement et une visite du site, j’ai pu découvrir les environs du site en compagnie de Bertrand Cochery, ambassadeur au Tchad.

La Grande Arche située dans le désert à 15 minutes de la ville permet de réaliser l’étendue du désert environnant. Il faut compter trois à quatre jours de piste pour rallier la capitale en voiture.

Prendre la mesure de ces espaces nous fait comprendre le défi logistique que représente le maintien d’un poste avancé dans cet oasis qui constitue un passage obligé pour traverser le désert.

Les militaires m’ont confié que cette destination constituait une mission exceptionnelle qui les comblait. Leur enthousiasme est palpable. Leurs journées sont rythmées par des tâches précises et chacun d’entre eux a une responsabilité particulière. La durée de la mission est de quatre mois avant la relève.

Le spectacle offert par la nature environnante restera longtemps gravé dans ma mémoire. Le tableau de cet océan de sable à perte de vue rend forcément contemplatif. +d’images

Exercices Barkhane – Faya-Largeau

Pilotés par un équipage 100% féminin, sitôt arrivé à Faya-Largeau, nous avons redécollé pour un exercice de largage de colis et de parachutistes.

Un vol qui m’a permis de voir les conditions de ravitaillement des troupes lorsqu’elles sont en opération dans le désert. Positionné à l’arrière de l’avion, j’ai assisté au déroulé d’un exercice où rien n’est laissé au hasard.

Afin de pouvoir observer les opérations en toute sécurité, un harnais me retenait à l’avion et un militaire veillait sur moi. Afin de parer à toute éventualité, j’étais également muni d’un parachute…

Nos militaires démontrent chaque jour leur courage, leur haut degré de maîtrise des opérations et leur professionnalisme qui justifie le respect et la fierté qu’ils nous inspirent.

Je leur suis sincèrement reconnaissant de m’avoir permis d’appréhender toutes les facettes de leur action. +d’images

France-Pays du Golfe : présidence du groupe d’amitié

Le 8 décembre, j’ai réuni l’assemblée générale constitutive du groupe d’amitié France-Pays du Golfe que j’ai l’honneur de présider. Ce groupe compte 42 sénateurs de tous bords politiques.

J’ai d’abord rendu hommage au précédent président, Jean-Marie Bockel, pour son dynamisme. Je souhaite entretenir les bonnes relations impulsées par le groupe avec les différents pays du Golfe et de poursuivre les diverses activités menées au cours des dernières années.

J’ai partagé quelques mots sur l’actualité des dernières semaines dans les Pays du Golfe :
– Tout d’abord, l’impact sévère de la deuxième vague de l’épidémie de Covid 19, notamment en Arabie saoudite, justifiant d’importants plans de relance nationaux dans la région ;
– La normalisation des relations entre Israël et les pays arabes ;
– L’attentisme à la suite du scrutin présidentiel aux États-Unis ;
– J’ai souligné les progrès dans la crise du Golfe, qui oppose depuis plus de trois ans le Qatar à l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ;
– Enfin, j’ai rappelé l’adoption par le Sénat en novembre dernier du projet de loi portant reconnaissance mutuelle des permis de conduire entre la France et le Qatar, renforçant ainsi notre relation bilatérale avec ce pays.

Le bureau du groupe d’amitié a été reconstitué et comprend notamment cinq présidents délégués pour les différents pays du Golfe :
Nathalie Delattre, présidente déléguée pour l’Arabie Saoudite ;
Laurent Duplomb, président délégué pour le Qatar ;
Joëlle Garriaud-Maylam, présidente déléguée pour les Émirats Arabes Unis ;
Hervé Maurey, président délégué pour le Sultanat d’Oman ;
Dany Wattebled, président délégué pour le Koweït ;
Remy Pointereau, président délégué pour le Bahreïn.