Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

Londres – Réunion annuelle des consuls honoraires

A la Résidence de France, j’ai participé, les 15 et 16 novembre, à la réunion annuelle des consuls honoraires du Royaume-Uni.

Ceux-ci ont été reçus par l’ambassadeur de France, Jean-Pierre Jouyet, qui avait convié aux travaux les consuls honoraires allemands du Royaume-Uni. Une initiative qui a permis de fructueux échanges de vues et d’évoquer des pistes de coopération.

Cette rencontre fut évidemment l’occasion d’aborder de la situation du Royaume-Uni qui doit désormais choisir entre l’incertitude et le chaos.

Les consuls honoraires sont venus en nombre, dont François Jean, consul honoraire de Brighton qui passera la main prochainement.

A leurs côtés, 9 conseillers consulaires sur 12 étaient présents, dont les 3 conseillers résidant en Écosse.

Notre ambassadeur Jean-Pierre Jouyet, lors du déjeuner de clôture, a salué l’engagement des consuls honoraires français et allemands qui nous ont fait l’honneur de leur présence.

J’ai également rendu hommage à leur engagement dans une période qui va devenir de plus en plus critique, à mesure que nous approchons de la sortie effective du Royaume-Uni de l’UE. + d’images

En circonscription au Royaume-Uni – Londres (22 octobre 2018)

Je remercie Jean-Pierre Jouyet, ambassadeur de France au Royaume-Uni, pour sa disponibilité et son écoute, lors de notre entretien à la Résidence.

Ce déplacement à Londres m’a permis de faire le point sur la situation de l’enseignement français au Royaume-Uni, en évoquant le plan Ecole avec notre ambassadeur et en visitant le CFBL, école qui a fait le choix du déconventionnement avec l’AEFE et qui s’en félicite.

Je suis reconnaissant à Guillaume Bazard, consul général, de m’avoir détaillé l’activité du poste consulaire de Londres.

Communauté française

Ambassade

Lors de ma rencontre avec Jean-Pierre Jouyet, nous avons plus particulièrement évoqué deux sujets :

D’abord, la situation de nos compatriotes établis dans le pays, toujours placés dans l’incertitude concernant leur avenir après le Brexit.

Ensuite, l’attente d’une relance du plan École, à commencer par la définition participative et consensuelle de nouveaux objectifs.

Consulat

Réunion au consulat autour du consul général, Guillaume Bazard, et de ses chefs de service.

La circonscription de Londres (Angleterre, Galles et Irlande du Nord) comptait 141.500 inscrits au 1erjanvier 2018. Celle d’Edimbourg affichait 6.000 inscrits.

Pour les élections européennes de mai 2019, il a été décidé de conserver le même dispositif que pour les élections de 2017, soit 3 fois plus de bureaux de vote que pour les européennes de 2014.

L’activité du consulat est toujours aussi soutenue : 33.000 mises à jour de dossier sur le registre par an (20 mn/dossier par agent, car ce n’est pas automatisé) ; 10.000 visas par mois ; 200 rdv/jour pour les passeports/CNI avec des pointes à 400 ; 600 actes d’état civil/mois ; 400 enfants boursiers (budget de 1,835 M€).

Il faut aussi absorber l’effet Brexit : 500 certificats de nationalité demandés en 2018, soit 5 fois plus qu’en 2016 !

Par ailleurs, 2.600 personnes viennent une à plusieurs fois par an pour obtenir un certificat d’existence afin de continuer à percevoir leur retraite.

Enfin, on relève 2500 demandes par an sur le standard du service social, en plus des demandes reçues en direct par chacun des trois agents du service… qui se chargent aussi d’une trentaine de rapatriements psychiatriques par an.

En réponse à la baisse des effectifs de 13% demandée par Paris à horizon 2022, le poste diplomatique de Londres devra choisir entre augmenter les délais de réponse aux usagers ou bien diminuer l’étendue de ses missions.

Enseignement

CFBL

Entretien avec Frédéric de la Borderie et Laurent Batut sur la situation du Collège français bilingue de Londres (CFBL), un an après la rupture de sa convention avec l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

Le CFBL a aujourd’hui gagné son pari. Déconventionnée depuis la rentrée 2017, l’école n’a pas eu à subir l’augmentation du prélèvement de l’AEFE sur ses revenus (l’Agence a augmenté unilatéralement, le 1/1/18, sa contribution de 50% en faisant passer le taux de 6 à 9%).

Les rémunérations des personnels résidents sont désormais alignés sur la même grille salariale que les autres personnels, ce qui a apaisé les tensions. Seuls deux enseignants résidents sur quinze ont quitté le collège depuis la rupture de la convention.

Le directeur de l’école n’est plus rémunéré par l’AEFE, mais il est resté à la tête de l’établissement, à la demande du comité de gestion. Du reste, le CFBL est devenu maître de tous ses recrutements. L’époque des nominations discrétionnaires de l’AEFE est révolue.

Élément gratifiant : l’inspection du ministère de l’Éducation britannique a élevé la classification du CFBL de « Bon avec réserves » à « Excellent », du fait de l’amélioration de sa gouvernance.

On ne peut que féliciter le comité de gestion du CFBL d’avoir fait un choix qui s’avère judicieux et qui pourrait bien inspirer d’autres écoles conventionnées, parfois en délicatesse avec l’AEFE.

Devoir de mémoire

Conférence au Foreign Office

A l’été 1918, les autorités britanniques anticipaient une fin du conflit en 1920… Mais tout s’accéléra, nous a expliqué Gary Sheffield professeur de l’université de Wolverhampton, lors de sa conférence sur les 100 derniers jours de la Première Guerre mondiale, organisée par Isabelle Gault, secrétaire exécutive de la Franco-British Society.

Nous avons été accueillis par les membres du Parlement Sir Alan Duncan et Dominic Grieve. J’étais accompagné de Guillaume Bazard, consul général et du colonel Armel Dirou, attaché de Défense adjoint Terre.  + d’images

 

Brexit : The Connexion rend compte de la journée de mobilisation au Parlement de Londres

Article paru le 6 novembre dans The Connexion, journal pour les Britanniques expatriés en France.

« Campaigners call for Brexit rights deal, not no-deal »

L’article revient sur mon intervention à Westminster où je me suis prononcé, en conclusion, en faveur d’un nouveau référendum sur le Brexit, où les citoyens européens du Royaume-Uni pourraient, cette fois-ci, avoir le droit de voter.

Cet événement intitulé « The Last Mile Citizens’ Lobby », réunissant des parlementaires britanniques de tous bords, a été organisé par The3million, British in Europe et Unison,

Les participants ont exhorté le gouvernement britannique à garantir les droits des citoyens européens résidant au Royaume-Uni, en estimant que le sujet doit être découplé des autres sujets en négociation (comme la frontière irlandaise). Il faut éviter le tout ou rien, en cas de no-deal.

Photo (g. à d.) Nicolas Hatton (the3million) ; Fiona Godfrey (Brexpats: Hear Our Voice) ; Olivier Cadic ; Kalba Meadows (RIFT) ; Christopher Chantrey (BCC).

Lire l’ARTICLE

Brexit – mon discours à Westminster

A l’invitation de l’organisation The3million, je suis intervenu dans l’enceinte du Parlement à Londres en faveur d’une sécurisation des droits des 5 millions d’Européens dans l’éventualité d’un Brexit sans accord (lire discours).

Je remercie les associations The3million, British in Europe et Unison de m’avoir offert cette opportunité, lors de leur journée de mobilisation intitulée « The Last Mile Citizens’ Lobby ».

865 jours après le référendum et à J-144 de l’échéance, nul ne sait encore ce que Brexit signifie.

Parmi les participants qui ont pris la parole, de nombreux parlementaires britanniques :

Joanna Cherry MP, SNP ; Dominic Grieve MP, Conservative ; Katia Widlak – Chair of the Board, the3million ; Ed Davey MP, Lib Dem ; Christine McAnea AGS, Unison ; Jane Golding, chair British in Europe ; Paul Blomfield MP, Labour ; Caroline Lucas MP, Green

Lire le DISCOURS

En circonscription en Suisse – Zurich (19-20 octobre 2018)

Mon second déplacement en Suisse a été motivé par l’Assemblée générale de l’Union des Français de Suisse (UFS) qui s’est déroulée à Zurich. J’avais déjà assisté de l’AG de Lausanne, il y a trois ans (lire). Cette édition fut un plein succès avec la présence de cinq sénateurs représentant les Français de l’étranger et celle de François Barry Delongchamps, président de l’UFE Monde.

(g à d) Les sénateurs Olivier CadicJacky Deromedi ; Ronan Le Gleut ; Joëlle Garriaud-Maylam ; Damien Regnard. Nous étions entourés de deux consuls généraux, Olivier Mauvisseau de Genève, Jean-Jacques Victor de Zurich, ainsi que le Premier conseiller de l’ambassade, Philippe Cerf.

Rappelons que la Suisse représente, en volume, la première communauté française à l’étranger avec 187.000 inscrits au registre (2017). Ses élus consulaires étaient présents, ce fut donc l’occasion pour les parlementaires de recueillir les attentes de Jean-Philippe Keil (AFE), Régine Mazloum-Martin et Isabelle Schmidt-Duvoisin.

Communauté française

AG de l’Union des Français de Suisse (UFS)

Pour la 70ème AG annuelle de l’Union des Français de Suisse (UFS), organisation faîtière des associations et sociétés françaises de Suisse, nous avons été formidablement été accueillis au Rathaus (hôtel de ville), superbe édifice du XVIIème siècle qui abrite le siège du canton de Zurich depuis 1803.

Mon intervention a porté sur deux points : la cybersécurité et mon soutien au comité de gestion du Lycée français de Zurich qui constituera ma priorité d’action pour la Suisse. En effet, j’avais consacré la journée précédente à rencontrer divers acteurs de notre communauté pour être parfaitement en phase avec ses attentes.

Cette tribune fut l’opportunité de saluer l’engagement des élus consulaires et des président(e)s d’association, mais également de rendre hommage à l’action de Claudine Schmid, ancienne députée des Français de Suisse et Liechtenstein que j’ai côtoyée à l’AFE de 2006 à 2012.

La séance a été remarquablement présidée par Nicole Pleines, assistée par Bertrand Picard dans le rôle du maitre des horloges « suisses » pour les temps de parole. L’an prochain, l’AG se tiendra à Berne le 19 octobre. + d’image

Pour voir le reportage de l’UFS : Assemblée générale de l’UFS –  Zurich, 20 octobre 2018

Activité consulaire / climat des affaires

Notre consul général a réuni plusieurs personnalités pour évoquer les problématiques de la communauté de française de Suisse, notamment les questions d’enseignement, et divers sujets comme la francophonie et les échanges commerciaux.

Je les remercie d’avoir partagé leur expérience (g à d) : Marin Le Corre, consultant ; Arthur Got, directeur commercial de la CCI France Suisse ; Jacky Deromedi, sénatrice ; Jean-Jacques Victor, consul général ; Olivier Cadic ; Michèle Alt, présidente de l’Alliance Française de Zurich ; Jean-Philippe Keil, conseiller consulaire ; Isabelle Schmidt-Duvoisin, conseillère consulaire ; Paul Savall, proviseur du Lycée français de Zurich. Nous avons également échangé avec Stéphane Schneider, président des conseillers du commerce extérieur.

Réception

A l’occasion de l’Assemblée générale de l’Union des Français de Suisse et de la venue de François Barry Delongchamps, président de l’UFE Monde, le consul général de France à Zurich, Jean-Jacques Victor, a convié à diner les élus (sénateurs, conseillers ou délégués consulaires), Olivier Mauvisseau son homologue de Genève et Philippe Cerf, Premier conseiller à l’ambassade. Un moment de partage privilégié en compagnie des responsables de l’UFS. + d’images

Commerce extérieur

Business France

Entretien au siège de Business France avec Cyril Mathern, directeur, en présence de ma collègue Jacky Deromedi.

2ème PIB mondial par habitant, la Suisse est le 9ème client de la France et pèse pratiquement autant que la Chine en chiffres d’exportation !

39.852 entreprises françaises exportent vers la Suisse et 318.000 travailleurs frontaliers viennent prêter main forte à ce pays qui affiche seulement 2,9% de taux de chômage.

La Suisse aussi contribue à dynamiser notre économie : selon l’Insee, 606 filiales helvètes installées dans l’hexagone emploient 140.051 personnes, soit 8% de l’effectif salarié de l’ensemble des entreprises sous contrôle étranger implantées en France. + d’images

Barry Callebaut

Visite de la société Barry Callebaut, dirigée par Antoine de Saint-Afrique, en compagnie de Jean-Philippe Keil, conseiller AFE pour la Suisse.

J’avais rencontré Antoine à Londres tandis qu’il occupait le poste de numéro 2 chez Unilever. Il est désormais en responsabilité chez un géant mondial du cacao (7Mds de CA en francs suisses) qui gère 25% de la production mondiale. Cette entreprise est le fruit de la fusion entre la société française Barry et la société belge Callebaut.

Nous avons évoqué les atouts de l’écosystème suisse pour favoriser les ETI et les entreprises familiales : 0% sur les droits de succession et les plus-values. Une mesure que j’ai préconisée dans mon rapport sénatorial « Pour une France libre d’entreprendre ».  + d’images

Enseignement

Lycée français

Visite du lycée français de Zurich en compagnie de ma collègue Jacky Deromedi et du consul général Jean-Jacques Victor.

Nous avons été accueillis par Sébastien Ricout, président du comité de gestion depuis neuf ans, Paul Savall, proviseur et toute l’équipe de direction au sein de cette école qui scolarise 1023 élèves de la maternelle à la terminale.

Si les classes apparaissent si vastes et lumineuses, c’est que la législation locale impose 2,5m² par élève et une surface vitrée minimale.

Les effectifs ont progressé de 50% lors des 5 dernières années et l’établissement affichera bientôt complet. Le lycée est cependant en mesure doubler ses effectifs à horizon 2030. La première étape serait la création d’un collège de 400 élèves et la seconde, un projet immobilier de l’autre côté du lac.

Pour y parvenir, le comité de gestion doit avoir une vision claire de ce que peuvent apporter les partenaires du lycée, à l’heure où l’AEFE doit faire face à une situation financière contrainte. Une réflexion est en cours pour déterminer si la convention qui lie le comité de gestion avec l’AEFE doit être maintenue.

J’ai indiqué à Sébastien Ricout que son projet constituera ma priorité d’action pour la Suisse et que l’expérience de Londres pourrait enrichir son approche dans le but de trouver les ressources nécessaires.

Culture française

Alliance Française

Visite de l’Alliance française présidée par Michèle Alt-Mestraletti, en compagnie de ma collègue Jacky Deromedi, elle-même présidente de l’Alliance française de Singapour.

Installée dans un appartement de 100 mètres carrés au cœur de Zurich, cette AF accueille 400 apprenants chaque année. Nous avons échangé avec les enseignants, dont Véronique Martin-Weber, sur les profils des apprenants et l’apport des nouvelles technologies pour soutenir l’action pédagogique.

La bibliothèque propose gratuitement à ses 500 membres plus de 13.000 ouvrages. + d’images

En circonscription en Ukraine – Kiev (11-12 octobre 2018)

Mon premier déplacement en Ukraine a été motivé par l’invitation des organisateurs de la conférence Hackit et de la société Powerfarm, à m’exprimer sur le sujet de la cybersécurité à Kiev.

Je remercie notre ambassadrice de France en Ukraine, Isabelle Dumont, et Marin Le Corre, consultant et administrateur délégué de la BERD (à gauche de l’image avec l’équipe Powerfarm) pour leur contribution à la réussite de ce déplacement.

Comme au sein de nombreux pays de l’Est, l’Ukraine s’est engagée sur le chemin de l’adhésion à l’Union européenne en s’astreignant à de lourdes réformes. La Russie fait pression sur son voisin pour limiter ses velléités d’émancipation de son influence.

Souhaitons que la venue prochaine de notre ministre Jean-Baptiste Lemoyne dans le cadre de la commission mixte gouvernementale (qui ne s’est pas réunie depuis 2010) puisse enclencher une nouvelle dynamique de nos relations bilatérales.

Cybersécurité

Conférence Hackit

Je suis intervenu en ouverture de la journée de conférences consacrées à l’action défensive en matière de cybersécurité.

A quelques mois des élections en Ukraine (présidentielles en mars + législatives en novembre), j’ai souligné la nécessité de lutter contre les « fake news » susceptibles de perturber les scrutins. Une semaine auparavant, les Pays-Bas avaient pointé du doigt la Russie, dont les services secrets avaient été pris la main dans le sac à La Haye. + d’images

Politique

Vice-première ministre

Entretien avec Ivanna Klympush-Tsintsadze, vice-Première ministre chargée de l’Intégration européenne et euro-Atlantique.

Son discours franc et sincère m’a conforté dans l’idée que l’Ukraine disposait de personnalités déterminées qui lui permettront de rejoindre à terme l’UE et l’OTAN.

Mais le train de réformes doit encore se poursuivre et les menaces extérieures sont pesantes, comme l’occupation d’une partie du territoire national par la Russie ou bien l’hostilité de la Hongrie qui veut empêcher l’accès de l’Ukraine à l’OTAN.

Très sensible sur le sujet de la guerre informationnelle, Ivanna Klympush-Tsintsadze souhaite se pencher sur les dispositifs français contre les informations malveillantes, dans la perspective des élections.

Vice-Premier ministre

Entretien avec Gennadiy Zubko, vice-Premier ministre, en charge du développement régional, du logement et des collectivités locales.

Celui-ci conduit la réforme de la décentralisation qui doit faciliter l’unité du pays et lui permettre de lutter contre la corruption.

Kiev veut s’inspirer des meilleurs modèles en Europe pour progresser : l’Estonie pour sa gouvernance électronique ; la Suisse pour le fonctionnement des communes ; la France pour l’organisation de sa fonction publique.

Délivrant une activité tous azimuts Gennadiy Zubko m’a présenté son tableau de bord de progression dans le cadre des directives imposées par l’UE. Le vice-premier ministre s’attèle actuellement à l’indépendance énergétique de l’Ukraine.

Ministre des Infrastructures

Lors de la conférence Hackit, j’ai eu le plaisir de rencontrer Volodymyr Omelyan, ministre ukrainien des Infrastructures.

Nous avons échangé sur la prise de conscience croissante des états européens face aux dangers de la guerre hybride qui compromet l’avenir de nos démocraties. A l’heure où les autorités européennes ont aussi décidé de durcir le ton, j’ai exposé à Volodymyr Omelyan les mesures prises par la France, dans le cadre de sa récente loi de programmation militaire.

Ministre de l’Éducation et des Sciences

Rencontre avec Lilia Grynevytch, ministre de l’Éducation et des Sciences, en compagnie d’Isabelle Dumont, ambassadrice de France.

La ministre poursuit l’objectif que tous les Ukrainiens parlent ukrainien. Face à des populations qui ne parlent parfois que russe ou hongrois, il lui faut de l’abnégation pour imposer sa réforme.

Cela étant, Lilia Grynevytch est soucieuse de développer le plurilinguisme auprès des élèves. C’est ainsi qu’elle a lancé « l’année de la langue française 2018-2019 ». A ce titre, l’Ukraine et ses partenaires francophones organiseront des centaines d’événements dans tout le pays (culture, éducation, sport, et économie).

Notons qu’il existe 49 écoles publiques spécialisées en français en Ukraine, c’est-à-dire qu’elles enseignent de nombreuses matières dans notre langue. + d’images

Parlement

Entretien à la Rada avec (g à d) Anna Gopko, présidente de la commission des Affaires étrangères ; Maria Ionova, vice-présidente de la commission à l’Intégration européenne.

Lauréate du Democracy Award, attribuée par la National Democratic Institute (USA), Anna Gopko a joué un rôle important dans la révolution de Maiden.

Je remercie, Isabelle Dumont, notre ambassadrice pour avoir participé à nos échanges.

Ces deux parlementaires dénoncent avec véhémence l’occupation russe en Crimée et dans le Donbass, région où le conflit continue à faire des victimes et des prise d’otages : Crimée (60 personnes) ; Russie (20) ; Donbass (100). Elles souhaitent que l’ONU protège les 400 kilomètres de frontière avec la Russie et que leur pays rejoigne l’OTAN.

Victor Orban y fait obstacle. Pis, on a surpris le consul de Hongrie distribuer discrètement des passeports hongrois aux communautés magyarophones de l’ouest du pays, alors que la double nationalité est interdite en Ukraine. Ce document leur permet de circuler librement dans l’UE et de voter aux élections hongroises ! + d’images

Échanges commerciaux

BERD

Entretien avec (g à d) Marin Le Corre, administrateur délégué de la BERD et Francis Malige, DG de la BERD pour l’Europe de l’Est et le Caucase.

Depuis fin 2017, on assiste à un retour marqué des investisseurs qui démontrent un intérêt retrouvé pour l’Ukraine.

La France n’est que le 5ème partenaire économique de l’Ukraine, mais la présence de BNP-Paribas et du Crédit agricole est un facteur positif pour susciter l’implantation d’entreprises françaises.

Le point faible du pays demeure l’état de droit. En attestent les démêlés judiciaires de certaines entreprises qui peinent à convaincre de leur bon droit des juges locaux… au train de vie ostentatoire.

Chambre de commerce

Afin d’appréhender l’environnement des affaires, j’ai rencontré Gennadiy Chyzhykov, président de la CCI France-Ukraine et consul honoraire de Donetsk au Donbass.

Cette chambre bilatérale compte 125 entreprises, dont un tiers relève de l’agriculture ou de l’agro-alimentaire. En ce moment, la CCI recense 70 demandes d’information pour des projets qu’elle juge aboutis.

Gennadiy était accompagné de Tetiana Chevrolet, son épouse et dirigeante de Global distribution qui représente avec succès la marque L’Occitane.

Selon le témoignage de nos entrepreneurs réunis lors d’un déjeuner, l’Ukraine est un pays qui mérite d’être soutenu et qui offre de belles perspectives. Je salue Marie Bruant (directrice de la CCI), Philippe Dumel (BNP), Romain Desthieux (Mas seeds), Guilhem Granier (Sanofi), Augustin Roncin (Engie), François Mariotte (Renault), Bertrand Barrier (Jeantet) et enfin Vincent Pringault, chef du service économique de l’ambassade.

Communauté française

GPA

La communauté française installée en Ukraine compte 800 personnes, dont les 2/3 sont présents depuis plus de 5 ans.

Avec Aurélie Monet, consule, nous avons plus particulièrement évoqué la gestation pour autrui, puisque le consulat de Kiev a enregistré 60 enfants nés d’une GPA en 2017 et nous en sommes à 40 mi-octobre 2018. En effet, depuis l’automne 2017, le consulat est autorisé à enregistrer ces enfants en mentionnant seulement le père sur l’acte de naissance (on note bien le nom de la « mère d’intention » mais celle-ci n’est pas reconnue par la France).

Avec les Etats-Unis et la Grèce, l’Ukraine est l’une des destinations favorites pour les Français désireux d’avoir un enfant par GPA et financièrement aisés. Mais notre consule anticipe une démocratisation de cette pratique. + d’images

Éducation

Lycée Anne de Kiev

Visite de la partie primaire et maternelle de l’école qui compte 440 élèves et affiche complet. Conventionné avec l’AEFE, l’établissement est distribué sur 4 sites différents.

La directrice Daisy Oddon, Florian Cossa, directeur du primaire et Fabrice Peutot, attaché de coopération pour le français, m’ont confié que cela fait douze ans que le lycée Anne de Kiev cherche un nouveau site, afin de pouvoir se développer. + d’images

Médias

Interview sur Direct TV

La chaîne Direct TV était désireuse de recueillir mon point de vue sur les menaces informationnelles que faisait peser la Russie sur l’Ukraine avec l’intention de perturber le bon déroulement des élections de 2019.

J’ai ensuite échangé avec Walid Arfush, chef du développement d’Euronews pour le territoire comprenant les anciennes républiques de l’Union soviétique. + d’images

En circonscription en Hongrie – Budapest (27-28 septembre 2018)

Mon retour en Hongrie, presque deux ans après mon premier passage (lire le CR), a été principalement motivé par les EuroSkills 2018 qui se sont déroulés à Budapest.

(à l’image) Pascale Andréani, ambassadeur de France en Hongrie, a reçu les officiels français qui accompagnaient nos champions, dont Michel Guisembert, président de WorldSkills France.

J’ai évidemment profité de ce déplacement pour rencontrer nos conseillers consulaires, nos entrepreneurs et quelques acteurs politiques hongrois.

Evénement

EuroSkills 2018

(à l’image) Aux EuroSkills de Budapest. Visite conduite par Michel Guisembert, président de WorldSkills France, en compagnie de Catherine Fabre, députée de la Gironde et Carine Chevrier, déléguée générale à l’Emploi et la Formation professionnelle.

Cette compétition a rassemblé les meilleurs jeunes européens (-23 ans) autour de 37 métiers artisanaux, industriels et numériques.

Parmi eux, 27 compétiteurs français étaient engagés dans 25 métiers. Ils ont fait parler la poudre ! L’Équipe de France a décroché 22 médailles, dont 3 en or ! Soit 4 médailles de plus qu’à Göteborg en 2016 (voir le détail du palmarès). La France figure en 3ème position des meilleures nations, derrière la Russie et l’Autriche.

Lors de la réception à la Résidence, notre ambassadrice a saisi l’opportunité pour rappeler que le Président Emmanuel Macron soutenait la candidature de la France aux WorldSkills 2023. Cet été, j’ai accepté l’offre de Michel Guisembert de devenir l’ambassadeur de cette candidature à l’international et de l’aider ainsi à mobiliser toutes les énergies. + d’images

Communauté française

Conseil consulaire

Entretien au consulat avec Fleur Mesnier, consul adjointe, en présence de Benjamin Mege et Franck Lefebvre, conseillers consulaires. Le nombre d’inscrits au consulat, en légère augmentation, s’établit à 2616 personnes.

Lors de cette réunion, nous avons évoqué plus particulièrement la question scolaire et particulièrement les frais de scolarité. En effet, les parents subissent une pression à la hausse et s’interrogent sur leur capacité à financer les études de leurs enfants. Certaines familles ont même jeté l’éponge par manque de moyens corrélé à des attributions de bourses insuffisantes.

Le lycée fait cependant le plein. Une centaine d’élèves est même refusée chaque année par manque de place. Un projet existe pour porter la capacité de l’établissement de 700 à 770 élèves.

Politique

Momentum

Rencontre avec les représentants du nouveau parti hongrois Momentum qui a rejoint le mouvement européen ALDE.

En novembre prochain, au congrès ALDE de Madrid, je retrouverai avec plaisir Anna-Julia Donath, Miklos Hajnal et Daniel Berg. Nul doute qu’ils contribueront à enrichir le projet européen que nous porterons ensemble en 2019.

Fondé en 2017, ce parti centriste défend les valeurs européennes et démocratiques largement malmenées par Viktor Orban. Momentum incarne cette nouvelle génération de Hongrois ayant vécu à l’étranger et qui sont rentrés au pays pour s’opposer aux dérives d’un pouvoir confisqué au profit d’un homme et de ses obligés. Par exemple, si un député du Fidesz (parti de Viktor Orban) ne vote pas en faveur d’un texte présenté par son parti, il doit s’acquitter d’une amende de 3000 euros…

Commerce Extérieur

Chambre de commerce

Près de deux ans après mon précédent passage à Budapest, j’ai voulu faire le point sur l’évolution de notre activité économique dans ce pays.

Je remercie Philippe Bravard, conseiller économique à l’ambassade, de m’avoir organisé deux rendez-vous de nature économique.

J’ai ainsi échangé avec Agnès Ducrot, directrice de la CCI France Hongrie et Ingrid Lamblin, vice-présidente de cette chambre qui compte 230 membres.

CCE

J’ai également eu le plaisir rencontrer Peter Bosznay, président du comité Hongrie des conseillers du commerce extérieur.

L’intérêt des entreprises françaises pour la Hongrie s’étiole. Pourtant, les indicateurs économiques (croissance, chômage) sont au vert. Le point noir est le manque criant de main d’œuvre disponible, d’autant que l’expatriation demeure persistante. Le gouvernement impose une augmentation des salaires pour tenter d’endiguer le flot des départs et ainsi augmenter le pouvoir d’achat.

Ceci dit, la productivité n’est pas au rendez-vous et les coûts d’exploitation explosent. Certains commencent à se retirer du marché.

En circonscription en Roumanie – Bucarest (25-26 septembre 2018)

4ème déplacement à Bucarest depuis le début de mon mandat, cette fois en compagnie du groupe d’amitié sénatorial France-Roumanie et en présence de Benoit Mayrand, conseiller consulaire Roumanie.

(g. à d.) Patrice Joly, sénateur de la Nièvre ; Olivier Cadic ; Michèle Ramis, ambassadrice de France en Roumanie ; Bernard Fournier, sénateur de la Loire et président de notre groupe d’amitié.

La Roumanie est un bastion de la francophonie en Europe de l’Est et nous avons apprécié au gré des rencontres avec les élus et fonctionnaires d’avoir le français en partage, ainsi que de fortes traditions culturelles.

Politique

Présidence du Sénat

Entretien privilégié avec Calin Popescu-Tariceanu, président du Sénat roumain, en présence de Titus Corlăţean, président du groupe d’amitié Roumanie-France et ancien ministre des Affaires étrangères.

Avec mes collègues Bernard Fournier et Patrice Joly, nous avons porté le débat sur l’état de droit. Le président du Sénat nous a expliqué dans le détail les raisons qui ont amené la majorité parlementaire à initier des réformes du fonctionnement de la justice.

Nous avons aussi évoqué la volonté d’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen. Depuis plusieurs années, le pays réalise des efforts continus pour satisfaire aux critères d’entrée avec de lourds investissements à la clé (plus d’un milliard d’euros). Par ailleurs, la France soutient le projet d’adhésion de la Roumanie à l’OCDE, ce club restreint des économies développés. + d’images

Parlement

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec de nombreux parlementaires, citons

Titus Corlăţean, président du groupe d’amitié Roumanie-France au Sénat, accompagné des membres de ce groupe,
Sorin Cristian Dumitrescu, président de la commission sénatoriale pour la Politique extérieure, rencontré lors d’un déjeuner officiel qu’il a organisé en notre honneur,
Simona Bucura-Oprescu, présidente du groupe d’amitié Roumanie-France à la Chambre des Députés, accompagnée des membres de ce groupe,
Gabriela Creţu, présidente de la commission des Affaires européennes, ainsi que des membres de cette commission

Divers sujets furent à l’ordre du jour, dont la francophonie puisque le français est la deuxième langue vivante la plus étudiée en Roumanie.

Un député a déclaré, en français : «L’intellectualité roumaine est francophone et francophile. La culture est l’essentiel de l’Homme». Plusieurs parlementaires ont regretté que la France paraisse en retrait vis-à-vis de la Roumanie ces dernières années, tout en saluant notre pays pour avoir appuyé activement son entrée dans l’UE. La Roumanie souhaite vivement le soutien de la France pour entrer dans l’espace Schengen. + d’images

Palais du Parlement

Le palais du Parlement de Bucarest donne le vertige à chaque visiteur. Il faut une heure pour en faire le tour à pied. Ce bâtiment aux 1000 pièces est le plus grand bâtiment civil sur terre. Il est dépassé en taille d’un petit mètre par le Pentagone de Washington.

D’une surface de 365.000 mètres carrés (1000 mètres pour chaque jour de l’année) sur 12 étages (1 par mois), le palais imaginé par Ceaucescu a nécessité 1 million de mètres cubes de marbre, 220.000 mètres carrés de tapis et 350.000 tonnes de cristal.

Si toutes les ampoules du palais étaient allumées en même temps, le besoin en électricité serait équivalent au quart de la consommation de la ville de Bucarest. + d’images

Ministère des Affaires étrangères

Nos entretiens au ministère des Affaires étrangères se sont déroulés auprès de Monica Gheorghita, secrétaire d’État, puis de Cristian Winzer, secrétaire d’État aux relations interinstitutionnelles et juridiques.

Nos discussions ont porté sur l’agenda européen à travers plusieurs sujets : la présidence de l’Union qui reviendra à la Roumanie de janvier à juin 2019, le cadrage budgétaire de l’UE, la PAC et aussi le Brexit.

En dialoguant avec les deux secrétaires d’État, nous avons observé une proximité de vue étonnante sur le futur de l’Union européenne au regard des enjeux géostratégiques à relever. + d’images

Ministère de l’Agriculture

Nous avons ensuite rencontré Daniel Botănoiu, secrétaire d’État, au ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

Un quart de la population active roumaine travaille dans le secteur agricole (données 2015).

Dans le cadre de la PAC 2014-2020, l’enveloppe globale de l’UE s’élève à 18,9 Mds d’euros (+38% par rapport à 2007-2013). Un dispositif vise à encourager le regroupement des fermes et le remembrement, c’est le paiement redistributif qui équivaut à une surprime attribuée aux premiers hectares d’une exploitation.

Relations commerciales

Entrepreneurs

Réunion très enrichissante organisée par Benoit Mayrand, conseiller consulaire, avec des entrepreneurs français installés à Bucarest. Nous avons pris nos quartiers dans une crêperie française qui vient d’ouvrir à proximité de l’ambassade.

Mes interlocuteurs ont été très intéressés par le récent rapport publié par la députée Anne Genetet et ses suggestions concernant la fiscalité, question parfois épineuse pour nos compatriotes installés hors frontières.

Dans certaines régions du pays, on constate une pénurie de main-d’œuvre du fait d’un exode massif. Aujourd’hui, plus de 4 millions de Roumains vivent à l’étranger sur un total de 22 millions de citoyens.

Enseignement

Médecine

A l’université de Médecine et de Pharmacie « Carol Davila » de Bucarest, nous avons rencontré le professeur Bogdan Ovidiu Popescu, vice-président de la Coopération européenne et internationale.

Au sein de cette université de médecine, la plus ancienne des Balkans, 10.000 étudiants sont formés chaque année en langue anglaise. Seuls 33 étudiants français sont inscrits à Bucarest. En effet, nos compatriotes privilégient l’université de Cluj qui enseigne en français (CR de ma visite en sept. 2015).

La Roumanie est le principal fournisseur de médecins en Europe, représentant ainsi un coût important pour le pays qui finance leurs études. Près de 40.000 médecins roumains ont quitté le pays en 15 ans, ayant pour effet de générer une pénurie de médecins en Roumanie. Un comble !

Pour remédier au problème l’état roumain a doublé leur salaire permettant en cela de réduire légèrement l’hémorragie…

Plan École

Réunion d’information sur l’avancement du projet de création d’une école française à Bucarest qui constitue mon action prioritaire pour la Roumanie.

Jonathan Derai (Odyssey) a fait un état de lieux de l’enseignement international en Roumanie devant notre groupe d’amitié sénatorial, les conseillers consulaires Dana Gruia-Dufaut, Christian Lemaitre et Benoit Mayrand, ainsi que des représentants de la communauté éducative.

L’objectif est d’ouvrir les portes à l’horizon septembre 2019. L’exposé de Jonathan nous a permis d’être optimistes et de saluer son initiative. + d’images

Communauté française

Ambassade

Heureux d’avoir accompagné mes collègues Bernard Fournier et Patrice Joly à Bucarest.

Un dîner-buffet organisé par Michèle Ramis à l’ambassade a constitué l’occasion de rencontrer la communauté française et de retrouver certains de nos interlocuteurs dans un cadre convivial.

C’est ainsi que j’ai présenté Jonathan Derai, porteur du projet d’école française à Bucarest, au président du Sénat roumain, Calin Popescu-Tariceanu.

En circonscription en Moldavie – Chisinau (24-25 septembre 2018)

Mes remerciements à Pascal Le Deunff, notre ambassadeur de France, pour son accueil lors de mon premier déplacement en Moldavie, où je suis arrivé en compagnie de Benoit Mayrand, conseiller consulaire pour la Moldavie et la Roumanie.

La France est le seul pays de l’Union européenne avec la Suède à ne pas disposer de convention fiscale avec la Moldavie.

Nous avons donc décidé d’en faire ma priorité d’action pour ce pays dans le but de favoriser le développement nos échanges commerciaux.

Politique

Maia Sandu

Les prochaines élections législatives auront lieu début 2019. J’ai rencontré deux figures en vue de la politique locale.

D’abord, Maia Sandu, leader de l’opposition pro-européenne moldave qui avait rassemblé 48% des voix au second tour de l’élection présidentielle en décembre 2016.

L’an dernier, les relations se sont dégradées avec Bruxelles après que la Moldavie ait adopté un nouveau système de vote pour les prochaines élections parlementaires, dénoncé par le Conseil de l’Europe. La situation s’est même aggravée, en juin dernier, lorsque l’élection de l’opposant Andrei Nastase à la mairie de Chisinau a été invalidée par la justice.

Aussi, une résolution du Parlement européen a demandé la suspension de toute aide budgétaire à la Moldavie.

Andrei Popov

Ancien diplomate, journaliste et analyste politique, Andrei Popov, aujourd’hui président du Moldovan Institute for Strategic Initiatives.

L’état des relations internationales le désole, puisque l’Union européenne est le premier partenaire commercial de la Moldavie, mais aussi son premier investisseur étranger et son premier donateur d’aides.

Comme Maia Sandu, il est très préoccupé par la dérive du pouvoir en place qui semble s’affranchir des principes démocratiques afin de se maintenir au pouvoir. Deux rencontres marquantes avec des défenseurs acharnés des valeurs démocratiques qui incarnent l’espérance pour ce pays.

Commerce Extérieur

Chambre de commerce

Lors d’un petit déjeuner organisé par Emmanuel Skoulios, président de la Chambre de Commerce et d’industrie France-Moldavie, je suis intervenu en compagnie de notre ambassadeur Pascal Le Deunff et de Benoit Mayrand devant une vingtaine d’entreprises moldaves et françaises participantes, auxquelles s’est joint Vlad Chirinciuc, conseiller au cabinet du ministère des Affaires étrangères et de l’Intégration européenne de la République de Moldavie.

La Moldavie a signé avec l’UE un accord d’association en 2014 pour créer une zone de libre-échange. Cette initiative a permis au pays de développer ses exportations vers l’Union, notamment dans les secteurs de l’agriculture, de l’IT et du textile.

La France est le 10ème fournisseur et le 11ème client de la Moldavie. + d’images

Entrepreneurs

Lors d’un diner à la Résidence organisé par notre ambassadeur, j’ai retrouvé Emmanuel Skoulios, président de la CCI France-Moldavie et Adrian Cibotaru, directeur exécutif.

Cette rencontre m’a permis d’appréhender les opportunités et les défis du marché moldave auprès des représentants d’entreprises françaises implantées : Orange (Yvan Ridard), Lafarge-Holeim (Jean-Michel Pons), Bargues Agro Industrie (Julia Teleuca), T-Concept (Alexandre Magnet), SG, Lactalis, Pentalog.

Nous avons profité des éclairages de Bernard Chantemesse, conseiller européen de haut niveau sur les Transports.

S’il faut se réjouir de voir de belles réussites françaises dans ce pays, il ne faut pas occulter les difficultés d’accès à certains marchés aux mains des acteurs locaux, quitte à discriminer les entreprises étrangères.

Pentalog

Entreprise française, dont le siège est à Orléans, Pentalog est un spécialiste du codage informatique. Forte de plusieurs installations en Roumanie, elle se développe également en Moldavie, où elle emploie 150 collaborateurs.

La direction du site a été confiée à Elena Mutruc qui met en avant la francophonie de ses développeurs et la compétitivité-coût de la Moldavie pour justifier l’attractivité de ses opérations.

En 25 ans, Pentalog, fondée par Frédéric Lasnier, s’est développée en Europe, en Amérique du nord et en Asie. Une belle réussite de l’IT à la française qui n’a pas attendu que la French Tech soit à la mode, mais qui l’a certainement l’inspirée. + d’images

Culture française

Alliance française

Visite de l’Alliance française de Moldavie dirigée par Emmanuel Skoulios en compagnie de Pascal Le Deunff, ambassadeur et Benoit Mayrand, conseiller consulaire pour la Roumanie et la Moldavie.

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec des membres du conseil d’administration et des professeurs de français.

En termes de mobilité internationale, la France est le 4ème pays d’accueil des étudiants moldaves, après la Roumanie, la Russie et l’Italie.

L’Alliance française de Moldavie qui bénéficie d’une situation idéale au cœur de la capitale est le premier centre d’apprentissage de langues étrangères du pays avec près de 3500 apprenants par an. + d’images

En circonscription en Croatie – Zagreb (13-14 septembre 2018)

La Croatie est membre de l’Union européenne depuis le 1er juillet 2013, de l’OMC depuis 2006 et de l’OTAN depuis 2009. Les années de guerre (1990-1993) qui avaient disloqué toute l’économie du pays sont heureusement bien loin : le pays connait une croissance de près de 3% depuis trois ans.

J’ai été accueilli par l’ambassadrice Corinne Meunier et l’ambassadeur Philippe Meunier qui sont accrédités conjointement auprès de la Croatie pour exercer leurs fonctions à tour de rôle. Une première historique pour notre représentation diplomatique !

Politique

Directeur cabinet du Premier ministre

Pour l’anecdote, mon entretien avec Zvonimir Frka-Petesic, directeur de cabinet du Premier ministre, fut l’ultime rendez-vous de mon périple de deux semaines dans les Balkans (Albanie, Macédoine, Serbie, Bosnie-Herzégovine et enfin Croatie).

Désormais membre de l’UE, la Croatie a deux objectifs principaux : adopter l’euro et intégrer la zone Schengen. En effet, avec 1351km de frontières extérieures à l’UE, la Croatie serait plus efficace dans Schengen en associant les efforts de ses 6000 garde-frontières à ceux du corps de Frontex, au nombre de 10.000.

Selon Zvonimir Frka-Petesic, l’UE est la construction politique la plus avancée de toute l’histoire de l’humanité !

Le vote à la majorité qualifiée n’est jamais nécessaire, observe-t-il, parce que les débats se prolongent lorsqu’un pays peut souffrir d’une décision ou un chef d’État se retrouver en difficulté lors d’un sommet. Une bienveillance qui profite même à un pays de 4 millions d’habitants, comme la Croatie, qui a voix au chapitre et constate que ses intérêts sont pris en compte en toutes circonstances.

Heureux d’avoir terminé mes rencontres auprès d’un interlocuteur aussi positif et déterminé sur le sujet de l’Europe. + d’images

Ministère des Affaires étrangères et européennes

En compagnie de notre ambassadrice Corinne Meunier, j’ai eu deux entretiens au ministère des Affaires étrangères et européennes.

En premier lieu avec Boris Grigic, ministre assistant de l’Europe du Sud-Est, qui m’a livré son analyse et son expérience sur les Balkans.

Mon second entretien avec Zrinka Ujevic (à l’image), ministre assistante pour les Affaires européennes, a porté sur le Brexit et sur l’agenda de la Croatie tandis qu’elle présidera l’UE en 2020, pour la première fois de son histoire.

L’engagement en faveur de l’élargissement des Balkans occidentaux à l’Union représentera l’une des priorités de présidence croate, m’a dit la ministre, ce qui constituera un prolongement clair de la politique de la Bulgarie depuis le début 2018, et certainement celle de la Roumanie qui prendra la présidence de l’UE dans quelques mois. + d’images

Parlement

La Croatie est le dernier pays à avoir rejoint l’UE en 2013. Sa proximité avec les pays candidats à l’Union et son expérience de l’intégration font de la Croatie un observateur attentif du dossier des Balkans.

Corinne Meunier m’a organisé plusieurs rencontres avec des personnalités de premier plan, dont trois précédents ministres des Affaires étrangères croates : Davor Ivo Stier (2016-2017) ; Miro Kovac (2016) ; Vesna Pusic (2011-2016) qui a donc vécu l’adhésion.

Par ailleurs, j’ai eu le plaisir de m’entretenir, à la Résidence, avec le professeur Zeljko Reiner, vice-président du parlement croate et Daniel Mondekar, ancien député et ancien président de la commission des Affaires européennes. + d’images

Entrepreneuriat

CCIF et CCEF

J’ai débarqué à l’aéroport flambant neuf de Zagreb, réalisé par Bouygues & Aéroport de Paris.

Cette réussite tricolore m’a servi d’entrée en matière auprès des responsables de la chambre de commerce, Visnja Jezic Soric (président) et Marko Klenovic (directeur), et des conseillers du commerce extérieur, Tomislav Hrisoho (Recro) et Daniel Mondekar (EuroNavigator). J’ai eu avec Daniel un entretien très enrichissant sur le thème de l’élargissement de l’UE à l’Europe du Sud-Est.

Le tourisme s’affirme comme le secteur n°1 du pays et représente 20% du PIB.

La Croatie a retrouvé une croissance économique soutenue et la perspective d’une candidature à la zone euro est évidemment de nature à renforcer son attractivité. + d’images

Communauté française

Ambassade de France

Excellente réunion organisée à l’ambassade sur les attentes de notre communauté qui compte un bon millier d’inscrits (2/3 de binationaux), autour de Christian Furceri, consul et Florence Nigron, conseillère consulaire Croatie.

La moitié des binationaux est constituée de retraités. L’autre moitié se compose d’enfants dont les parents sont retournés vivre en Croatie. Problème : nombre d’entre eux ne parlent pas français… une vive préoccupation pour Florence.

Alors, pour favoriser l’apprentissage du français, elle dirige une association FLAM (Un autre monde), créée il y a 10 ans.

En matière d’enseignement, les bourses scolaires ont concerné 20 familles (30 enfants). L’absence de lycée français à Zagreb constitue un handicap : à partir de la seconde, il faut envoyer ses enfants en pension trois ans à l’étranger pour leur permettre de passer le bac.

Si nos compatriotes sont peu nombreux en Croatie, notre consul a souligné que les 560.000 touristes français qui viennent chaque année lui fournissaient un lot d’interventions multiple avec son cortège habituel de situations tragiques. + d’images

Enseignement

Eurocampus

Visite de l’Eurocampus avec Catherine Fronsacq, chef d’établissement.

Cette école franco-allemande fait coexister deux cursus. La partie française est conventionnée avec l’AEFE et compte 110 élèves de la maternelle à la 3ème, tandis que la partie allemande accueille 178 élèves.

Lors de ma rencontre avec les parents d’élèves français et allemands, l’entente m’a paru exemplaire.

Pour l’avenir, il y a consensus pour déménager, car le site ne peut plus accueillir d’élève supplémentaire et se trouve trop excentré. Reste à trouver le lieu et les fonds… alors cela fait un certain temps qu’on attend une solution. + d’images

En circonscription en Bosnie-Herzégovine – Sarajevo (11-12 septembre 2018)

La Bosnie-Herzégovine a représenté le 75ème pays traversé depuis le début de mon mandat. Dans ce pays aussi, on pense qu’il n’y pas d’autre d’alternative que l’intégration à l’Union européenne. Une ambition globalement soutenue par toutes les forces politiques, mais qu’il faut concilier avec un système de gouvernance qui ne facilite pas les réformes nécessaires (la présidence est un triumvirat assurée par un Bosniaque, un Croate et un Serbe).

J’ai eu le privilège d’être accompagné par Guillaume Rousson, notre ambassadeur de France, lors de tous mes rendez-vous, où mes interlocuteurs tous m’ont signifié leur espoir d’un plus grand intérêt de la France pour la Bosnie-Herzégovine sur un plan diplomatique et économique.

Politique

Ministre des Affaires étrangères

Rencontre avec Igor Crnadak, ministre des Affaires étrangères de la Bosnie-Herzégovine en présence de Guillaume Rousson, ambassadeur de France.

Le ministre ne voit pas de meilleure perspective d’avenir pour son pays qu’une adhésion à l’UE, ce qui constituerait une garantie de paix pour ses compatriotes et de développement économique.

Dans l’attente, le pays doit se réformer et faire évoluer sa gouvernance. Une partie de la population est découragée et s’expatrie, mais le ministre demeure optimiste. Afin de prévenir les départs, le ministre est conscient qu’il faut développer l’état de droit, lutter contre la corruption et changer aussi les mentalités.

Europe

Haut-Représentant

Entretien avec Valentin Inzko, Haut-Représentant international en Bosnie-Herzégovine, qui supervise la mise en place des aspects civils du traité de paix issu des Accords de Dayton de 1995 qui ont mis fin au conflit dans ce pays. 82 soldats français ont été tués lors du conflit en Bosnie.

Le Haut-Représentant rend compte de ses activités devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

M. Inzko a déploré le manque d’attention des pays occidentaux à l’égard de la Bosnie-Herzégovine qui risquait de laisser le champ libre à des pays moins bien intentionnés.

Chef de la délégation de l’UE

Entretien avec Lars-Gunnar Wigemark, ambassadeur spécial de l’Union européenne en Bosnie-Herzégovine, en présence de Guillaume Rousson, ambassadeur de France.

En termes d’effectifs, cette délégation de l’UE est la deuxième plus importante au monde, après celle d’Ankara.

Les experts européens sont directement impliqués dans de nombreuses réformes et jouent un rôle de médiateur pour résoudre les crises politiques.

Les fonds européens se révèlent indispensables au financement de certaines institutions publiques.

Le pays a remis en février 2018 son formulaire de candidature à l’UE. Le dossier est en cours d’examen par les services de la Commission.

Entrepreneuriat

Entrepreneurs

Notre ambassadeur a réuni notre communauté française ce qui m’a permis d’appréhender ses problématiques et de rencontrer nos entrepreneurs qui ont souvent accompli une brillante trajectoire en Bosnie-Herzégovine, comme Catherine et Jean-François.

Catherine Martel est psychologue. Elle a vécu plus de 15 ans à l’étranger. Son parcours d’expatriée donne le tournis : Turquie, Roumanie, Chypre, Vietnam, Autriche…avant de débarquer en famille à Sarajevo. Petit à petit, a germé l’idée d’un projet collaboratif destiné à aider les familles expatriées à mieux vivre leurs vies de nomades : c’est ainsi que le site www.expatsparents.fr est né en mai 2017. Cette plateforme collaborative montre combien une vie de mobilité était source de richesse et d’ouverture, mais également combien elle s’accompagne de défis à relever !

Jean-François Le Roch a fait une carrière internationale dans la grande distribution se traduisant par la réalisation de plus de 35 hyper et supermarchés en France, aux USA et dans les pays des Balkans. Depuis 2009 il a mis ses compétences entrepreneuriales au service du développement d’écoles françaises à l’étranger. Sous la bannière Scolae Mundi, Jean-François a tissé un réseau d’établissements privés implantés à Saint-Pétersbourg, Tirana, Pristina, Skopje, Odessa et enfin Sarajevo (CFIS) que j’ai eu le plaisir de visiter.

Je veux saluer le travail formidable réalisé par Hasan Ibrahimpasic, managing director chez Suez ; Almer Hasimbegovic, country manager du Groupe Seb ; Erol Mahmutovic, branch manager de AGS.+ d’images

Communauté française

Ambassade

Réunion avec les chefs de service à l’ambassade de France à Sarajevo autour de l’ambassadeur Guillaume Rousson.

Le pays est à la veille d’élections générales début octobre qui devraient lui permettre de procéder à quelques réformes structurelles qui s’imposent. Au quotidien, la faiblesse du réseau bancaire ou la rareté des lignes aériennes constituent des réels handicaps.

La communauté française s’élève à 420 inscrits.

Enseignement

Collège et lycée français

Visite du CIFS, Collège international français de Sarajevo (réseau Scolae Mundi), dirigé par Jean-Francois Le Roch, qui compte 258 élèves de la maternelle à la seconde.

Révélateur de son caractère international, on rencontre 28 nationalités parmi ses élèves.

Depuis sa reprise par M. Le Roch, l’école ne cesse de croître. Une aile a été ouverte en septembre pour accueillir le nouveau lycée français qui compte aujourd’hui 10 élèves en seconde.

Une bien belle histoire qui connaitra d’ici deux ans ses premiers bacheliers. Ceux-ci auront accompli toute leur scolarité au sein de cet établissement. + d’images

Culture 

Institut français

Visite de l’Institut français de Sarajevo en présence de notre ambassadeur, Guillaume Rousson, du directeur délégué Raid Faure-Abu Zaideh et du conseiller de coopération et d’action culturelle, Emmanuel Mouriez.

Les salles de cours accueillent 700 élèves par an. Ceux-ci fréquentent aussi la médiathèque et son espace jeunesse. Cet Institut est une plate-forme essentielle de la diffusion de la langue et de la culture françaises en Bosnie-Herzégovine.

Dans le pays, on trouve le site principal à Sarajevo et deux antennes dans les villes de Banja Luka et de Mostar.

L’IF de Sarajevo travaille avec les départements de français des universités de Sarajevo et de Banja Luka, toutes deux membres de l’Agence universitaire de la francophonie. L’Institut est aussi un pôle d’information pour les étudiants désireux de poursuivre leur formation supérieure en France. + d’images

En circonscription en Serbie – Belgrade (8-10 septembre 2018)

Retour à Belgrade dix mois après mon premier passage (compte-rendu) et rencontre avec les plus hautes autorités de l’État, dont le Président de la République, dans un climat très cordial.

Auprès de mes interlocuteurs, j’ai réitéré que j’étais un partisan convaincu de l’adhésion de la Serbie à l’Union européenne, comme je soutiens l’intégration européenne de tous les pays des Balkans, qui ne rêvent que d’Europe, dans les plus brefs délais.

Je remercie notre ambassadeur Frédéric Mondoloni et son équipe pour l’excellence de son programme. Nous n’avons reçu que des messages positifs sur le dynamisme de notre relation bilatérale au plan politique, économique, culturel et historique.

Politique

Président de la République

Après une première rencontre en novembre 2017, j’ai eu le privilège de revoir Aleksandar Vučić, président de la République de Serbie.

Nous avons évoqué le renforcement des relations économiques franco-serbes, l’intégration de la Serbie à l’Union européenne et le soutien français à une résolution apaisée et mutuellement satisfaisante entre la Serbie et le Kosovo.

J’ai en effet relayé la position du Quai d’Orsay en ligne avec l’UE sur un sujet essentiel pour la stabilisation durable des Balkans occidentaux.

Conférence de presse avec le président (3 vidéos)

Notre entretien a été suivi d’une conférence de presse commune.

Nos conversations ont évidemment porté sur les divers aspects de l’adhésion à l’Union européenne qui reste l’objectif stratégique du gouvernement serbe pour la paix et le développement économique.

J’ai salué le courage du président Vučić qui cherche à trouver un accord avec le Kosovo.

Vidéo1 TV Pancevo – Vidéo2 TV RTS – Vidéo3 TV KCN

Première ministre

Honoré d’avoir échangé avec Ana Brnabić, Première ministre, sur divers sujets d’avenir avec une forte dominante des sujets économiques pour renforcer la relation bilatérale franco-serbe.

Consciente des attentes des entreprises étrangères, ses récentes initiatives, comme son intervention devant le forum d’affaires France-Serbie en mai 2018, visent à créer un climat de confiance dans la sphère économique serbe. Je l’en ai remercié.

Ana Brnabić encourage les entreprises françaises à développer leur courant d’affaires avec la Serbie, dont les opportunités de marché, publiques et privées, recoupent le savoir-faire français dans divers domaines (technologies de l’information, métro de Belgrade…)

Ministre des Affaires étrangères

Mon entretien Ivica Dačić, ministre des Affaires étrangères, nous a permis d’évoquer le renforcement de notre relation bilatérale. J’ai insisté sur la contribution positive de la Serbie à la sécurité européenne (crise de migrants, crime organisé…)

J’ai été sensible à la chaleur de son accueil et la finesse de son analyse sur la situation des Balkans, riche d’enseignements et propre à trouver des rapprochements.

Parlement

Rencontre avec Nenad Canak, président de la commission des Affaires européennes suivie d’un entretien avec Natasa Vuckovic, députée et présidente du groupe d’amitié Serbie-France.

M. Canak m’a proposé de l’aider à faire comprendre en France la situation à laquelle son pays est confronté au Kosovo, en soulignant la nécessité de trouver une solution qui mette fin à un statu quo qui ne profite à personne.

Sortir de ce conflit gelé serait une étape importante pour permettre l’intégration européenne de la Serbie. + d’images

Échanges commerciaux

CCE

Afin de me permettre de mesurer les avancées de nos échanges extérieurs depuis mon dernier passage à Belgrade, Frédéric Mondoloni a réuni, à la Résidence, nos conseillers du commerce extérieur, Sanja Ivanic, directrice de la chambre de commerce France-Serbie et les représentants du service économique de l’ambassade.

Alors que plus aucune PME française ne venait s’installer en Serbie depuis des années, on compte 8 implantations au cours des 10 derniers mois.

La communauté d’affaires souhaite l’arrivée rapide de l’AFD en Serbie, car nos entreprises ont besoin de liquidités pour financer leurs projets.

Les échanges français avec la Serbie se situent dans un rapport de 1 à 4 en comparaison de ceux réalisés avec les Allemands. J’ai proposé à nos compatriotes de nous mobiliser pour rééquilibrer notre présence, en portant au plus vite ce rapport de 1 à 3.

Bailleurs de fonds

Dans le cadre d’un petit-déjeuner, notre ambassadeur a favorisé une discussion avec les représentants des bailleurs de fonds internationaux pour les Balkans : Zsuzsanna Hargitai (BERD) et Bernard Atlan (IFC), en présence de Marin Le Corre, Nominee Director auprès de la BERD et IFC.

Le soutien financier de la BERD et de la BEI fut essentiel pour que Vinci obtienne la concession de l’aéroport de Belgrade. Suez traite les déchets de la capitale serbe. Des succès qui sont des encouragements pour les autres investisseurs français.

A noter que 100% des investissements français en Serbie ont été fructueux et ont entrainé un développement complémentaire de ces investissements.

Enseignement

École française

Pour mon retour à Belgrade, notre ambassadeur, Frédéric Mondoloni, a organisé une rencontre consacrée à l’École française de Belgrade, réunissant l’équipe de direction, le conseiller consulaire Eric Grasser et les représentants de l’Ambassade concernés.

L’école accueille 500 élèves de la maternelle au baccalauréat. Elle doit faire face à plusieurs défis, notamment la saturation de sa capacité d’accueil.

Les parents d’élèves ont cependant voté contre un projet de délocalisation qui s’impose compte-tenu du manque de place, mais aussi de problèmes de sécurité ou de l’augmentation mécanique des frais de scolarité si l’école ne peut grandir.

La recherche d’une solution pragmatique qui permette à l’école de poursuivre son développement constitue ma priorité d’action pour ce pays. Avancer sur ce projet est un point clé pour notre relation bilatérale.

Devoir de mémoire

Cimetière français

Dans le prolongement de mon rendez-vous au Parlement avec Natasa Vuckovic, députée et présidente du groupe d’amitié Serbie-France au Parlement, nous nous sommes rendus au cimetière français de Belgrade.

Nous avons déposé ensemble une gerbe et laissé un message de reconnaissance au sacrifice des soldats français sur le front d’Orient, durant la Première guerre mondiale, pour la libération de la Serbie.

Le ministre des Affaires étrangères m’a dit que « parmi tous les pays occidentaux, la France est le plus proche, elle est liée à la Serbie par une alliance historique ». + d’images

Voir la page internet de l’ambassade de France dédiée aux commémorations de 1918 :
– Contexte historique de l’alliance franco-serbe et liste des soldats français reposant dans les cimetières militaires français de Belgrade et Zajecar
– La programmation 2018 (cérémonies, expositions, projets scientifiques et culturels)
– Les principaux projets (concerts, conférences, expositions, visites…)

Médias Serbie

Bilan média

Mon Tweet sur la conférence de presse avec le président Vučić a été retweeté 734 fois

1/ Presse audiovisuelle nationale

La télévision de service public correspond surtout à la RTS, principal média d’information de 60% de la population serbe (lien). Elle a surtout couvert l’entretien et la conférence de presse avec le Président Vučić (7 minutes de diffusion). S’y ajoute la RTV, qui a couvert la visite en général (3m).

Les télévisions privées ont dédié un total 28 minutes à la visite. Les principales diffusions sont celles de N1 (lien), TV Pink, TV Prva, Kopernikus (lien), Studio B, TV O2 et Radio Belgrade.

2/ Presse papier (11 et 12 sept.)

– Le quotidien Vecernje Novosti (conservateur, pro-gouvernemental) : « Le Président Vučić s’est entretenu à Belgrade avec le sénateur français, Olivier Cadic – Soutien de Paris à l’adhésion à l’UE »
– Le tabloïd Kurir (modérément critique des autorités) : « Soutien de la France – L’Europe restera sans cœur si elle n’admet pas les Balkans Occidentaux ». Et en sous-titre : « ‘L’UE attend la Serbie, nous apprécions les efforts investis’ a dit le membre de la Commission des AE du Sénat français, O. Cadic ».
– Le tabloïd Informer (pro-gouvernemental : « le Kosovo est important pour l’avenir de la Serbie »

3/ Presse en ligne

La presse en ligne a diffusé pas moins de 60 articles sur ma venue à Belgrade, couvrant le plus souvent la conférence de presse avec M. Vučić (78% – dont plus des deux tiers dédiés prioritairement à l’annonce de la visite du Président Macron en Serbie), mais aussi les entretiens avec Mme Brnabic (6% articles) et M. Dačić (5,5% articles) et le dépôt de gerbe au cimetière (2%). D’autres articles couvrent la visite dans son ensemble (8,5%).

 

En circonscription en Macédoine – Skopje (6-8 septembre 2018)

Le 30 septembre 2018, les électeurs macédoniens auront à se prononcer sur la question suivante : « soutenez-vous l’adhésion à l’Otan et à l’UE en acceptant l’accord entre la Macédoine et la Grèce ? ».

Présenté par les autorités comme « la mère des batailles », je souhaite ardemment que ce référendum autorise la République de Macédoine à poursuivre sa marche en avant pour nous rejoindre au sein de l’UE. L’agenda des réformes doit évidemment être maintenu.

Je suis très reconnaissant à notre ambassadeur de France, Christian Thimonier, pour m’avoir assisté de ses conseils et de sa présence lors de mes rencontres avec les autorités et les élus.

Politique

Premier ministre

Très honoré d’avoir été reçu par Zoran Zaev, Premier ministre de la République de Macédoine, en présence de notre ambassadeur de France, Christian Thimonier.

Le référendum du 30 septembre permettra d’ouvrir la voie aux négociations d’adhésion à l’Otan et l’Union européenne. Sur un plan pratique, le gouvernement va demander aux électeurs d’approuver le nouveau nom de « Macédoine du Nord » en vertu de l’accord passé avec la Grèce, en juin dernier.

Je salue l’action résolue de Zoran Zaev qui participe à faire avancer l’histoire de l’Union européenne.

Ministre des Affaires étrangère

Échange avec Nikola Dimitrov, ministre des Affaires étrangères, qui aborde le référendum avec beaucoup d’espérance. L’enjeu est la poursuite de l’accession de son pays vers l’UE et l’ouverture des négociations d’adhésion en juin 2019, si les progrès en matière de réformes sont constatés par la Commission.

Le ministre Dimitrov préfère des institutions fortes à un homme fort pour diriger un pays.

J’ai noté que pour accélérer les passages à la frontière entre la Macédoine et la Serbie, il est envisagé que les postes frontières fusionnent, ce qui impliquerait un seul contrôle des personnes au lieu de deux.

Assemblée nationale

Au sein de l’Assemblée nationale macédonienne, j’ai eu le plaisir de rencontrer les députés du groupe d’amitié Macédoine-France.

Je me suis également entretenu avec Talat Xhaferi, président de l’Assemblée nationale et Nikola Poposki, député et président du Conseil national pour l’Intégration européenne.

En fin de journée, je suis retourné dans ce même lieu pour participer à la réception offerte par son président Xhaferi, à l’occasion de la fête nationale du pays. + d’images

Europe

UE-OTAN

Entretien avec Bujar Osmani, vice-Premier ministre pour l’Intégration européenne.

Le cheminement de la Macédoine pour intégrer l’Otan et l’UE semble irréversible.

Le référendum du 30 septembre n’est qu’une première étape, parce que divers progrès devront être accomplis, comme des réformes constitutionnelles. Bujar Osmani fixe ses priorités avec détermination et veut démontrer par les faits que les choses changent.

Je suis ravi de ce volontarisme qui conforte ceux qui souhaitent voir la Macédoine rejoindre l’Union européenne au plus tôt.

Entrepreneuriat

Réunion d’entrepreneurs français

En présence de notre ambassadeur, Christian Thimonier, j’ai déjeuné avec des entrepreneurs qui ont partagé leur expérience et décrit les opportunités du marché local.

Jacques Nassieu-Maupasa a introduit sur le marché macédonien diverses entreprises réputées, telles que Thales. J’ai découvert l’existence de Fame, une société d’animation et production musicale, dirigée par Aude et Laurent, un couple de jeunes compatriotes qui a bâti sa réussite internationale depuis Skopje. De son côté, Olivier Dalongeville conseille les entreprises européennes désireuses de s’installer en Macédoine, où le succès est souvent au rendez-vous comme en attestent Irina Gapic, directrice de Freyssinet et Goce Markov, directeur de Mr Bricolage. + d’images

Enseignement

École française

Visite de l’EFIS, École française internationale de Skopje. Créé en 1999, l’établissement accueille les enfants depuis la petite section de maternelle jusqu’au CM2, mais peut accompagner les élèves au niveau du collège en s’appuyant sur le Cned.

Près de 80 enfants fréquentent l’école présidée par Jean-François Le Roch, homme d’affaires français, déjà gestionnaire d’autres établissements scolaires (Sarajevo, Tirana, Odessa…).

L’EFIS a signé une convention avec la Mission laïque française et ses enseignements sont reconnus conformes aux programmes français. + d’images

Culture française

Institut Français

Visite de l’Institut français de Skopje créé en 1974, conduite par Branko Cobanov, attaché culturel. L’Institut a pour priorité le renforcement de l’enseignement de la langue française dans le monde scolaire, universitaire et professionnel.

En Macédoine, l’Institut offre, tout au long de l’année, un programme culturel varié dont les points forts sont le cinéma, l’art contemporain et le débat d’idées sur des sujets d’actualité.

Merci à la sympathique équipe de l’Institut pour le temps passé à échanger sur leurs multiples activités francophones en Macédoine. + d’images

Communauté française

Réception à la Résidence

Mes vifs remerciements à notre ambassadeur, Christian Thimonier, pour avoir organisé une rencontre avec les représentants de notre communauté de Macédoine, qui compte 241 inscrits.

La tendance est à la hausse des effectifs puisqu’on note une augmentation annuelle proche de 10% sur les trois dernières années.  Évidemment, la proportion de fonctionnaires ou assimilés reste importante et le pourcentage des bi-nationaux est élevé (58%). + d’images

Skopje by night

Mes entretiens se sont terminés par un diner organisé par notre ambassadeur, Christian Thimonier, dans un restaurant de Skopje, en présence de Goran Cekov, directeur de la Direction pour les relations bilatérales avec les pays européens ; Lidija Tasevska, députée francophone et membre du groupe d’amitié ; Jordan Plevnes, directeur de l’Université ESRA et ancien ambassadeur à Paris.

Le centre-ville de Skopje est superbe et c’est un argument supplémentaire pour vous inciter à découvrir ce pays si attachant. + d’images

Devoir de mémoire

Cimetière militaire français

Au cimetière militaire français de Skopje, j’ai visité la Maison du souvenir et déposé une gerbe au pied du monument en hommage à nos soldats morts pour la France sur le territoire macédonien au cours de la Première guerre mondiale.

Leur sacrifice sur le front d’Orient nous fait réaliser que la paix en Europe est notre bien le plus précieux.

Ce cimetière comporte un ossuaire contenant environ 3000 corps et 900 tombes identifiées. + d’images

Médias Macédoine

VIDÉO – Mon interview sur Kanal 5

Mon passage à Skopje a fait l’objet de plus de 50 dépêches dans la presse nationale et d’une interview sur la chaine de télévision Kanal 5.

Je suis sincèrement heureux de cette marque d’intérêt pour notre pays. Selon les observateurs présents, j’ai bénéficié d’une meilleure couverture média que le chancelier autrichien lors de son passage à Skopje le même jour… Voir la vidéo.

PRESSE

Zaev-Cadic: Presim sukses në referendumin e 30 shtatorit
Telegrafi – 07.09.2018
Kryeministri i Maqedonisë, Zoran Zaev sot takoi senatorin e Francës dhe përfaqësuesin e shtetasve francez jashtë Republikës së Francës, Olivier Cadic, në shoqërim të ambasadorit francez në Maqedoni, Christian Thimonier. Lien

Osmani: Integrimi në BE, interes i përbashkët për Evropë më stabile
Lajm – 07.09.2018
Zëvendëskryeministri për çështje evropiane i Qeverisë së Maqedonisë, Bujar Osmani realizoi takim me Olivier Cadic, senator në Senatin francez dhe përfaqesues i shtetasve francez që jetojnë jashtë Francës, përcjell Telegrafi Maqedoni. Lien

Kryetari i Kuvendit, Talat Xhaferi u takua me senatorin në Senatin francez, Olivje Kadik
Portalb – 07.09.2018
Kryetari i Kuvendit të Republikës së Maqedonisë, Talat Xhaferi, sot realizoi takim me Olivje Kadik, senator francez dhe përfaqësues i shtetasve të Francës që jetojnë jashtë vendit, transmeton Portalb.mk. Lien

– Cadic: Shpresoj që vullneti i qytetarëve të jetë “pro” BE-së dhe NATO-s (Telegrafi – 07.09.2018)
– Osmаni: Integrimi në BE paraqet interes të përbashkët për një evropë më stabile, më të fuqishme dhe më të sigurtë (Tetova Sot – 07.09.2018)
– Olivier Cadic për vizitë në Kuvendin e Maqedoninë (Telegrafi – 07.09.2018)
– Osmani: Integrimi në BE, interes i përbashkët për Evropë më stabile (Telegrafi – 07.09.2018)
– Kadik: Shpresoj se vullneti i qytetarëve në referendum do të jetë për anëtarësim në NATO dhe BE (Idividi – 07.09.2018)
– Olivier Cadic për vizitë në Kuvendin e Maqedoninë (Lajm – 07.09.2018)
– Senatori francez Kadik për vizitë në Maqedoni (Tetova Sot – 06.09.2018)
– Cadic: Shpresoj që vullneti i qytetarëve të jetë “pro” BE-së dhe NATO-s (Lajm – 07.09.2018)
– Olivier Cadic për vizitë në Kuvendin e Maqedoninë (Botasot – 07.09.201)
– Senatori francez Kadik për vizitë në Maqedoni (Medial – 06.09.2018)
– Cadic: Shpresoj që vullneti i qytetarëve të jetë “pro” BE-së dhe NATO-s (Botasot – 07.09.2018)
– Senatori francez Kadik për vizitë në Maqedoni (Flaka – 06.09.2018)
– Kadik: Shpresoj se vullneti i qytetarëve në referendum do të jetë për anëtarësim në NATO dhe BE (Tetova Sot – 07.09.2018)
– Senatori Oliver Kadik për vizitë në Kuvendin e Maqedonisë (Medial – 07.09.2018)
– Kadik: Shpresoj se vullneti i qytetarëve në referendum do të jetë për anëtarësim në NATO dhe BE (Flaka – 07.09.2018)
– Senatori francez Oliver Kadik për vizitë në Parlamentin e Maqedonisë (Idividi – 07.09.2018)
– Kadik: Shpresoj se vullneti i qytetarëve në referendum do të jetë për anëtarësim në NATO dhe BE (Medial – 07.09.2018)

En circonscription en Albanie – Tirana & Korça (3-5 septembre 2018)

Première visite en Albanie, accueilli par Christina Vasak, ambassadeur de France, que je remercie vivement pour la qualité du programme qui m’a été proposé.

A Tirana, comme pour les cinq pays des Balkans traversés lors de ma tournée de deux semaines, les deux axes principaux de mes visites étaient le soutien au processus d’intégration dans l’Union européenne et le renforcement de la présence des entreprises françaises.

Dans la capitale et à Korça, au sud-est du pays, j’ai transmis aux autorités tous mes encouragements pour la poursuite des réformes, afin de favoriser l’ouverture des négociations d’adhésion de l’Albanie en juin 2019.

TIRANA

Politique

Premier ministre

Entretien avec le Premier ministre, Edi Rama, à la Primature. M. Rama estime que son pays a la capacité de soutenir sa croissance actuelle de 4%, grâce à des potentiels immenses dans les domaines du tourisme et de l’énergie

Le Premier ministre invite la France à renforcer sa présence en Albanie et plus largement dans les Balkans.

Ministère des Affaires étrangères

Au ministère des Affaires étrangères, rencontre avec Gent Cakaj, vice-ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé de l’intégration européenne, en compagnie d’Isabelle Le Guellec, Première conseillère.

L’objectif de l’Albanie est l’ouverture des négociations d’adhésion à l’Union européenne en juin 2019. Je soutiens cette démarche et je me suis réjoui des progrès du pays, notamment en matière de réforme de la justice.

Parlement

Plusieurs entretiens m’ont été accordés au Parlement albanais, en présence de Christina Vasak, ambassadeur de France et Isabelle Le Guellec, Première conseillère.

J’ai d’abord rencontré la présidente de la commission des Affaires étrangères, Mimi Kodheli (PS), ex-ministre de la Défense et Klajda Gjosha, sa vice-présidente (LSI), ex-ministre de l’Intégration europénne. Ensuite, j’ai échangé avec Elisa Spiropali, VP du groupe socialiste (majorité), avant de rencontrer Tritan Shehu, président du groupe d’amitié Albanie-France et membre fondateur du parti démocrate (opposition).

Beaucoup de discernement et d’intelligence chez ces parlementaires nés dans un pays qui n’a jamais fait la guerre à ses voisins. Ces élus se sentent européens depuis toujours. En les écoutant, je n’ai remarqué aucune différence avec mes propres convictions sur la façon d’envisager un futur commun, bâti sur la paix et la prospérité de notre continent. + d’images

Europe

Délégation de l’UE

Entretien avec Monika Bylaite, numéro 2 de la Délégation de l’Union européenne qui a souligné les avancées en matière de réforme de la justice albanaise.

Pour l’Albanie, comme pour la Macédoine, la Commission européenne a proposé d’ouvrir les négociations d’adhésion en juin 2019, mais c’est une décision qui se fonde sur les « progrès réalisés par ces deux pays ». Parmi les réformes réclamées par l’UE, l’Albanie doit particulièrement agir dans la lutte contre le crime organisé et la corruption.

Banque européenne

Entretien riche d’enseignements avec Matteo Colangeli, représentant permanent de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) en Albanie.

Nous avons profité des éclairages de Marin Le Corre, conseiller, qui a analysé les forces et faiblesses de l’Albanie, pays qui affiche actuellement une belle croissance.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Rencontre avec les responsables de la Chambre de commerce et d’industrie France-Albanie : Julien Roche, président ; Elisabeth Gnoji, vice-présidente et Bierina Kazhani, directrice.

Forte d’une centaine de membres, la CCI France-Albanie, créée en 2014, est la 2ème Chambre bilatérale du pays.

Mes interlocuteurs ont mis en avant un pays très dynamique, où les jeunes parlent souvent deux ou trois langues et sont bien préparés au monde du travail par un système d’éducatif performant.

Idemia

Visite de l’entreprise française Idemia, dirigée par Jean-Alain Jouan, en présence de Etjen Xhafaj, vice-ministre pour l’Europe et les Affaires étrangères et de notre ambassadeur Christina Vasak.

Idemia est une entreprise française de sécurité numérique spécialisée dans la biométrie, l’identification et l’authentification. Elle a produit plus de 3,8 millions de cartes d’identité et 3,6 millions de passeports albanais depuis 10 ans.

L’Albanie est l’un des cinq pays au monde dont les papiers d’identité sont considérés comme les plus sécurisés. + d’images

Port de Tirana

Visite du port de Durrës qui reçoit 85% du trafic commercial maritime de l’Albanie.

Nous avons été accueillis par Afrim Bakaj, directeur de l’Autorité portuaire de Durrës et Ermir Maliqati, directeur général de CMA CGM Albania.

Le port projette de nouveaux quais, afin d’augmenter le trafic des bateaux de croisière. + d’images

CMA CGM

Ermir Maliqati, directeur général de CMA CGM Albania, m’a présenté son équipe et ses installations sur le port de Tirana.

La CMA-CGM, compagnie française, est le numéro 3 mondial du transport maritime par conteneurs. Elle joue un rôle de premier plan en Albanie.

Basé à Marseille, le groupe CMA CGM rayonne sur 160 pays et emploie plus de 30.000 personnes dans le monde (dont 4.500 en France). Rappelons que le transport maritime représente 90% des échanges économiques mondiaux. Ainsi, CMA CGM est le premier vecteur d’exportation du made in France. + d’images

Entrepreneurs français

Nous comptons 196 compatriotes inscrits au Registre. Parmi eux de nombreux entrepreneurs avec lesquels j’ai pris beaucoup de plaisir à échanger, comme les responsables de Idemia et de CMA CGM.

J’ai aussi dialogué avec Patrick Pascal, conseiller consulaire pour la région sud Balkans, DG de Selenice Bitume, une société qui extrait du minerai.

J’ai dégusté un remarquable Paris-Brest chez Marie-Therese Marchal, qui a ouvert un salon de thé-pâtisserie française, en plein centre de Tirana, il y a plus de vingt ans.

Avec Béranger Thibaut, nous avons parlé tourisme. Il se consacre aux milliers de Français qui veulent découvrir l’Albanie chaque année.

Enfin, Ludovic Laventure, véritable serial entrepreneur, qui a commencé par exporter des grenouilles albanaises vivantes vers la France ! Il est désormais dans les télécommunications, après avoir investi dans l’immobilier… + d’images

Enseignement

École française

Découverte de l’École française de Tirana en compagnie de Christina Vasak, ambassadeur de France, Isabelle Le Guellec, Première conseillère et Rose-Anne Bisiaux, conseillère de coopération et d’action culturelle.

L’école entame l’année scolaire dotée d’un second bâtiment qui lui permettra d’accueillir un nombre croissant d’élèves (90), dont plus de la moitié en maternelle. Elle appartient au réseau de l’association Scolae mundi dirigé par Jean-François Le Roch  + d’images

KORÇA

Autorités

Mairie de Korça

Entretien avec Sotiraq Filo, maire de Korça. Cette ville de 50.000 habitants, située à 180 km de Tirana, cultive une relation amicale et historique avec la France.

Ce lien durable remonte à la présence de nos soldats, lors de la Première guerre. A l’automne 1916, les Français rejoignent les Italiens à Korça. La ville devient le « petit Paris des Balkans » et le centre d’une république autonome albanaise sous protectorat français jusqu’en 1920. Nos soldats ont laissé derrière eux une école française. La ville abrite un cimetière militaire français où je me suis recueilli.

J’ai remercié M. le maire qui met des locaux municipaux gracieusement à disposition de l’Alliance française.

La ville de Korça réalise des efforts considérables pour développer son attractivité touristique, comme en témoigne son somptueux musée des icônes ou les travaux de préservation du centre-ville historique. + d’images

Devoir de mémoire

Cimetière militaire français

Visite du cimetière militaire français du Front d’Orient et dépose d’une gerbe en compagnie de Ilia Skendi, consul honoraire, et de Hélène Ben Moussa Marchal, chef de section consulaire.

La nécropole nationale de Korça contient les dépouilles des soldats morts pour la France en 1916-1918 en Albanie. Ce lieu de mémoire, aménagé en 1938, abrite les corps de 640 soldats français de l’infanterie coloniale de l’armée d’Orient.

Durant la Première guerre, les Balkans constituaient un théâtre d’opérations périphériques, souvent minimisé. Pourtant 300.000 soldats ont combattu sur ce front. + d’images

Communauté française

Réunion de francophones

Après la visite de l’Alliance française de Korça, présidée par Ilia Skendi (une des 5 Alliance françaises d’Albanie), une rencontre-débat a été organisée auprès de la communauté francophone et francophile de la ville, en présence du maire Sotiraq Filo.

De nombreuses questions ont jailli visant à comprendre pourquoi la France semblait moins présente que par le passé : interruption de partenariats économiques, retrait de postes d’enseignants du français…

Du reste, aucun sénateur français ne s’était rendu à Korça depuis 2007.

Afin d’exprimer ma gratitude envers cette communauté qui entretient avec ferveur son envie de France, je leur ai offert le verre de l’amitié et exprimé le souhait que nos compatriotes se fassent plus présents à l’avenir. + d’images

Médias Albanie 

Le Sénateur Olivier Cadic en Albanie
Radio Tirana International
Lors de son séjour en Albanie, il a rencontré le Premier Ministre Edi Rama et il a aussi eu un entretien avec Mme Mimi Kodheli, Présidente de la Commission parlementaire des Affaires étrangères. Lien

Senatori francez Olivier Cadic viziton portin e Durrësit
Ata
Drejtori i përgjithshëm Ekzekutiv i Autoritetit Portual Durrës (APD), Afrim Bakaj priti në një takim Senatorin francez Olivier Cadic. Lien

Visite d’État au Danemark – Copenhague (28-29 août 2018)

J’adresse toute ma gratitude au Président de la République, Emmanuel Macron, pour m’avoir invité à l’accompagner durant toutes les étapes de son voyage d’État au Danemark. La première visite d’un président français dans ce pays depuis 1982.

Ce fut un honneur d’avoir été présenté à S.M. Magrethe II, reine du Danemark, entourée de la famille royale. + d’images

Un déplacement mémorable.

Cérémonies officielles

Citadelle

A la Citadelle (Kastellet), le Président de la République et Mme Macron ont été accueillis par LL.AA.RR. Frederik et Mary de Danemark.

Emmanuel Macron a entamé sa visite d’État par un dépôt de gerbe au monument aux morts des opérations extérieures danoises depuis 1948.

+ d’images

Château de Christiansborg

Dîner d’État offert par S.M. la Reine Margrethe II en l’honneur du Président de la République et de son épouse.

La cérémonie de présentation des convives permet à chaque invité de saluer la Reine, la famille royale et les officiels.

Le château de Christiansborg était l’écrin idéal pour cette soirée solennelle et marquante. + d’images

Théâtre Royal

Réception de retour offerte par notre Président de la République en l’honneur de S.M. Magrethe II, reine de Danemark.

L’occasion pour le Président de la République d’adresser un hommage appuyé à notre ambassadeur François Zimeray, en poste pendant cinq ans à Copenhague.

Une véritable ovation lui a fait écho. + d’images

Ministre de l’Enfance et des Affaires sociales

Au Théâtre Royal, j’ai eu le plaisir retrouver Mai Mercado, ministre de l’Enfance et des Affaires sociales, lors de la réception offerte par notre Président en l’honneur de la reine du Danemark.

J’ai eu le privilège d’échanger avec Mai Mercado durant le diner d’État, la veille au château de Christiansborg, puisqu’elle était ma voisine de table.
.

Politique

Parlement

Le Folketing, Parlement danois, a arboré le drapeau tricolore pour la venue du président Emmanuel Macron qui s’est entretenu avec les chefs des partis, dans les bureaux de Pia Kjaersgaard, présidente du Parlement.

Lors de ses discours, Emmanuel Macron a aimé rappeler que certaines réformes qu’il souhaite engager ont été mises en pratique, depuis longtemps, au Danemark…

Notre rencontre avec le groupe parlementaire d’amitié France-Danemark a donné lieu à de fructueux échanges sur le futur de l’Europe et les défis auxquels nos deux pays sont confrontés. + d’images

Consultation citoyenne

Accompagné par Lars Løkke Rasmussen, Premier ministre du Danemark, notre chef de l’Etat a participé à des « Consultations citoyennes » auprès du public danois, en partenariat avec l’Université de Copenhague.

Le débat avec les étudiants a été modéré par Lykke Friis, vice-doyenne de l’Université de Copenhague.

En diverses occasions, Emmanuel Macron a rappelé les valeurs qui fondent l’Union européennes et cherché à partager une vision propre à créer un nouvel élan. Il a reçu à chaque fois un accueil enthousiaste. + d’images

Relations commerciales

Conférence économique

La conférence économique, au siège de Dansk Industrie, a été clôturée par le président Macron.

Avec 450 entreprises danoises implantées en France qui emploient 55.000 salariés, le Danemark est un pays qui compte pour notre économie.

Les chefs d’entreprises européennes ont participé à une table ronde pour signifier que l’Europe devait constituer une force et donc devenir plus imbriquée, notamment en unifiant son marché du numérique ou de l’énergie.

Le Président Macron a rappelé les réformes engagées depuis un an en France visaient à flexibiliser le marché du travail et favoriser l’innovation. Des réformes inspirées par le modèle danois. + d’images

Culture

Musée

Après la conférence économique, notre délégation française s’est rendue au musée Ny Carlsberg Glyptotek pour une rencontre avec des figures de la culture danoise.

Originellement, c’est le fils du fondateur de la brasserie Carlsberg qui a offert ses collections et laissé son nom au musée.

On peut y découvrir les tableaux des plus grands noms de la peinture française impressionniste et post-impressionniste, comme des antiquités égyptiennes, grecques et romaines.

La précédente visite d’un chef d’État français dans ce musée remontait à 1906… + d’images

Communauté française

Acteurs français

Au Théâtre Royal, Emmanuel Macron a fait une allocution pour remercier ses hôtes, en présence de nos compatriotes vivant au Danemark.

Parmi ceux-ci, j’ai été heureux de retrouver Marie-José Caron, conseillère AFE pour l’Europe du Nord et Pascal Badache, VP du conseil consulaire pour le Danemark. Marie-José m’a présenté divers acteurs de la communauté française de Copenhague. J’ai ainsi eu le plaisir de faire la connaissance d’Anaïs Lora, designer urbain, et de Dominic Bouche, professeur et spécialiste du Danemark.

Le Danemark est le pays où les gens sont les plus heureux, selon une étude internationale. Voilà un bel objectif pour la France ! + d’images

En circonscription en Grèce – Rhodes (13-18 août 2018)

Pour mon second déplacement en Grèce depuis le début de mon mandat (CR Athènes – mai 2017), je me suis rendu sur l’île de Rhodes dans le Dodécanèse.

La région Égée du sud sera la capitale gastronomique de l’Europe en 2019. Une belle occasion de faire partager ses produits d’appellation contrôlée. Préalablement, la région exposera pour la seconde fois au salon de l’alimentation SIAL à Villepinte, en octobre prochain.

A cette occasion, j’ai invité les exposants à se rendre au Sénat, ainsi que Aliki Moschis-Gauguet, consule honoraire, afin de promouvoir les échanges entre leur région et notre pays.

Autorités locales

Mairie de Rhodes

Entretien avec Fotis Chatzidiakos, maire de Rhodes, en compagnie d’Aliki Moschis-Gauguet, consule honoraire.

Le tourisme florissant de Rhodes a permis à la ville de ne pas ressentir la crise des huit dernières années aussi intensément que le reste du pays. Du reste, j’ai été frappé par la maitrise de l’anglais du personnel des hôtels et des taxis. Le maire m’a expliqué que des cours intensifs de langues étrangères étaient offerts aux habitants, pendant quatre mois d’hiver, grâce à une structure financée par la Région et la mairie.

Fotis Chatzidiakossouhaite que les entreprises françaises soient davantage présentes pour répondre aux appels d’offre de la municipalité : construction et gestion de parkings ou marinas, système d’incinération des déchets et de multiples projets de développement. + d’images

Conseil régional Égée du Sud

Accueilli par Filimonas Zannetidis, responsable Gastronomie et du secteur Primeur au conseil régional, en compagnie de Sotrillis Thomas, vice-gouverneur et de Heidi Lazani, directrice du cabinet du gouverneur, George Hatzimarkos.

Nous avons évoqué les défis auxquels la région Égée du sud qui comprend le Dodécanèse était confrontée avec un territoire éclaté en 49 îles !

La région sera capitale gastronomique de l’Europe en 2019. + d’images

Europe

Au cours de mes rencontres avec des interlocuteurs les plus divers, nous nous sommes mutuellement réjouis de la sortie de la Grèce du mémorandum, suite à la crise de la dette publique.

Si on compte les îles, la Grèce dispose de la ligne côtière la plus étendue d’Europe. Son message à l’Union européenne est que les îles sont chères à gérer. Les Grecs font preuve de solidarité avec l’Europe, en participent à la protection des frontières de l’UE. En 2016, l’île de Rhodes a accueilli 32.000 migrants. Personne n’en a parlé.

Chacun est convaincu que seule une approche collective permettra à l’Europe de répondre à ses défis.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Réunion à la Chambre de commerce du Dodecanese avec Ioannis Pappou, président ; Nikolaos Papastamatiou, 1er vice-pdt ; Fedra Spanou, secrétaire générale ; Andonis Cambourakis, pdt de l’association des hôteliers de Rhodes.

La Chambre représente les 25.000 entreprises établies dans le Dodécanèse qui vivent directement ou indirectement du tourisme. A l’origine, ce sont les Français et les francophones qui ont été les premiers touristes sur l’île.

Il y a désormais 600 hôtels à Rhodes, sans compter les Bed & Breakfast ou les chambres louées sur internet. On estime le nombre de lits disponibles à 170.000. Mais désormais, les touristes français ne pointent plus qu’en 5ème position derrière les Allemands, les Anglais, les Scandinaves et les Russes.

Signe des temps, j’ai remarqué qu’il n’y avait plus aucun écriteau rédigé en français dans les ascenseurs des hôtels, au profit de l’anglais, l’allemand et le russe… + d’images

L’Éternel

Matthias Verdier et Alexandre Ronné ont ouvert, en juin 2018, un piano-bar baptisé l’Éternel disposant d’une terrasse d’où l’on peut contempler les toits de la vieille ville et le port qui abritait le fameux Colosse.

Ces deux entrepreneurs participent au rayonnement de la France en proposant des produits de nos terroirs : vins, fromages et charcuterie. Ils sont aussi des artistes, car ils interprètent chaque soir un répertoire musical varié.  Je leur adresse tous mes vœux de réussite. + d’images

Communauté française

Consule honoraire

Accueilli par Aliki Moschis-Gauguet, consule honoraire depuis 2006 pour le Dodécanèse et l’Égée du sud, j’ai découvert l’Auberge de France, ce lieu historique construit en 1492 dans la rue des Chevaliers. Après l’avoir rachetée aux Turcs en 1912, l’ambassadeur de France Maurice Bompard en fit don à la France. C’est donc dans le seul bâtiment restant de l’époque franque que la consule honoraire a choisi d’installer son bureau !

Comme tous les consuls honoraires, Aliki exerce ses responsabilités bénévolement auprès de 420 résidents permanents et 200.000 touristes français de passage chaque année pour faciliter leur séjour, les informer sur l’histoire de l’ile et, le cas échéant, les secourir.

Aliki Moschis-Gauguet a été élue par le Parlement européen en 2004 « Femme de l’Europe » pour sa contribution à la promotion du dialogue entre les différentes cultures de la Méditerranée. Elle est aussi Chevalier dans l’Ordre National du Mérite (2009). + d’images

En circonscription en Irlande du Nord – Belfast (2-3 juillet 2018)

Après plusieurs auditions en République d’Irlande, notre délégation composée de membres de la commission Brexit de l’Assemblée nationale et du groupe de suivi Brexit du Sénat s’est rendue à Belfast.

Pour parvenir à la paix, Républicains et Unionistes ont dû faire des concessions. En 1998, Ils ont choisi un destin différent pour les futures générations que celui dont ils avaient hérité, fait de larmes et de sang.

L’appartenance à l’Union européenne permet aux Irlandais, aux Britanniques et aux binationaux de créer un trait d’union pour outrepasser leurs différences.

Mais au Parlement, nous avons rencontré des Brexiters résolus qui veulent tourner le dos à l’UE en niant toute conséquence négative. Je crains que ces exaltés ne prennent le risque de ramener le chaos en Irlande, en guise de perspective à long terme.

Politique / Brexit

20 ans de paix

Nous avons profité d’une visite guidée des « Peace Lines », ces murs qui séparent les communautés dans certaines parties de Belfast.

A 18h30, certains axes deviennent fermés à la circulation. Ces images de grilles, de murs et de barbelés que l’on croirait appartenir à un temps révolu, perdurent. Elles démontrent que la paix en Ulster demeure fragile et que tout le monde n’est pas encore prêt à vivre ensemble.

Certains Britanniques ont voté Brexit en aspirant à une image mythifiée du Royaume-Uni d’antan… pas sûr que cette perspective suscite l’emballement en Irlande du Nord. + d’images

Parlement

Depuis 500 jours, les Irlandais du Nord n’ont plus de gouvernement…

Notre délégation de députés/sénateurs s’est rendue au Parlement d’Irlande du Nord (Stormont) pour trois entretiens avec des parlementaires représentant les principales sensibilités irlandaises.

+ d’images

Parlement – L’option Backstop

(g. à d.) Rencontre avec Mairtin Muilleoir (Sinn Fein), Colum Eastwood, président du SDLP (Social Democrat Liberal Party, 3ème parti nord-irlandais)

Les partis du Sinn Fein et du SDLP se montrent pragmatiques en défendent la proposition d’un Backstop de l’UE qui permettrait à l’île de constituer une zone économique unique au sein de l’union douanière, pendant un certain temps.

Parlement -L’option hard Brexit

Échanges avec Simon Hamilton (n°2 du DUP, ancien ministre de l’Économie d’Irlande du Nord). Le DUP demeure strictement aligné sur Londres, en justifiant que 75-80% des produits partant de Belfast sont destinés à la Grande Bretagne.

J’ai demandé à Simon Hamilton s’il accepterait qu’un référendum soit organisé pour donner le choix aux Irlandais du Nord entre le rétablissement d’une frontière sur l’ile ou bien le maintien d’une libre circulation des biens et des personnes en appliquant le backstop. Le responsable du DUP refuse cette perspective en arguant que l’Irlande du Nord peut être en dehors de l’Union sans créer de frontières en dur, tout en sachant que cette position est totalement inacceptable pour l’UE…

A ma question de savoir si le DUP respectera les accords du « Vendredi saint » de 1998 qui ont permis de faire la paix sur l’île grâce à l’UE (et avec son soutien financier), Simon Hamilton a fait valoir qu’il appréciait le fait que les débats se fassent désormais dans l’enceinte du Parlement plutôt que par l’épreuve de force dans la rue. Le parlementaire a toutefois rappelé les raisons qui ont amené le DUP à ne pas souscrire aux accords.

Comme tous les partisans de la sortie de l’UE, M. Hamilton fait le pari que les Britanniques verront les effets positifs du Brexit à long terme.

En circonscription en République d’Irlande – Dublin & Slane et Cavan (2 juillet 2018)

Une série d’auditions en Irlande a été organisée conjointement par la commission Brexit de l’Assemblée nationale et par notre groupe de suivi «sur le retrait du Royaume-Uni et la refondation de l’Union européenne». Au Sénat, ce groupe de suivi « Brexit » est co-présidé par mes collègues Jean Bizet et Christian Cambon.

Lors de ce déplacement, j’ai eu le plaisir d’être accompagné par trois autres parlementaires représentant les Français établis hors de France : les députés Pieyre-Alexandre Anglade et Alexandre Holroyd et mon collègue Ronan Le Gleut.

Nous avons commencé notre périple par un diner de cadrage de la visite avec Stéphane Crouzat, ambassadeur de France en Irlande.

Politique/Brexit

Gouvernement (Dublin)

Députés et sénateurs français travaillant sur le Brexit ont été invités à un déjeuner de travail dans les locaux du gouvernement, en présence de (g. à d):

. Elizabeth McCullough, directrice des questions européennes chez le Premier ministre,
. Aidan O’Hara, directeur chargé de l’Europe occidentale et du futur de l’Europe au ministère irlandais des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT)
. Ronan Gargan, directeur chargé des relations UE/Royaume-Uni au DFAT

L’impact négatif du Brexit pour la croissance irlandaise est estimé entre -2,8% et -7%. Nous nous sommes rendus compte que plus personne n’est en mesure d’exposer une seule conséquence positive du Brexit ! + d’images

Parlement (Dublin) – Sinn Fein

Tout d’abord, une rencontre avec Mary-Lou McDonald, députée et leader du Sinn Fein, accompagnée par Sean Crowe, député Sinn Fein, président de la commission interparlementaire chargée du suivi de l’Accord du Vendredi saint.

Dans le pays, on sent l’anxiété monter face au chaos prévisible en cas d’absence d’accord (« no deal »). Nous avons évoqué la vaste entreprise de désinformation que fut la campagne menée en faveur de la sortie de l’Union, avant le référendum.

Parlement (Dublin) – Groupe Brexit

Ensuite, débat avec des parlementaires irlandais présidé par Neale Richmond, sénateur, président du groupe de travail sur le Brexit au parlement irlandais et président du groupe d’amitié Irlande-France.

Aujourd’hui 92% des Irlandais sont en faveur de leur appartenance à l’Union européenne ! Surtout, personne ne veut du rétablissement d’une frontière en dur qui couperait l’île en deux…

+ d’images 

Comté de Meath – Slane

De l’autre côté de la frontière, un récent sondage a indiqué que les Nord-Irlandais voteraient « Remain » à 65% aujourd’hui. Ils étaient 56% à vouloir rester dans l’UE, il y a deux ans.

Certaines industries seront très exposées aux conséquences d’un Brexit, par exemple l’agriculture irlandaise qui fait la moitié de ses affaires avec le Royaume-Uni.

Recréer une frontière qui scinderait l’île en deux ne peut être une option respectueuse des accords de paix conclus il y a vingt ans exactement et de la volonté des citoyens. + d’images

Comté de Meath – Secrétaire d’Etat

Rencontre avec Helen McEntee, secrétaire d’État aux Affaires européennes, dans la circonscription où elle a été élue députée.

Réputée proche du Premier ministre, Léo Varadkar, Helen été désignée chef de file du dialogue citoyen irlandais sur le futur de l’Union Européenne.

La Secrétaire d’Etat estime que la solidarité des 27 pays de l’Union a été très forte en faveur de l’Irlande. Comme chaque citoyen, elle craint tout type de retour en arrière vers les années noires de l’Irlande

Comté de Cavan – Elus locaux

Accueillis par la maire de Cavan, ville située à 15 kms de l’Irlande du Nord, notre délégation a rencontré des parlementaires irlandais et des chefs d’entreprises, auprès de qui nous avons pris la mesure de l’impact négatif du Brexit dans une région où le commerce transfrontalier est vital (« Brexit is purely negative for business »).

Aussi, dans ce village on connait le prix de la paix.

Nous avons ensuite eu un entretien avec Brendan Smith, député, président de la commission interparlementaire des Affaires étrangères, du Commerce et de la Défense, élu de cette circonscription frontalière et ancien ministre de l’Agriculture. + d’images

Comté de Cavan – Frontière nord-irlandaise

A la frontière avec l’Irlande du Nord, je me suis souvenu des paroles de Jean Monnet : « There is no future for the people of Europe other than in union ».

Heureux de constater que rien n’entrave la liberté de circulation entre les deux parties de l’Irlande.

Pourvu que ça dure !

En circonscription en Belgique – Bruxelles (14 juillet 2018)

Réception très réussie au palais des Beaux-Arts de Bruxelles pour notre fête nationale, avec Claude-France Arnould, ambassadeur de France auprès du Royaume de Belgique dans le rôle de maître de cérémonie.

Le Président de la République se rendra en Belgique en novembre prochain, un voyage d’État qui n’était pas arrivé chez notre proche voisin depuis François Mitterrand !

Cette soirée fut une opportunité de retrouver de nombreuses personnes, croisées lors de mes huit précédents déplacements en Belgique, et d’échanger avec Anne Monseux, conseillère consulaire pour la Belgique.

J’ai indiqué à l’ambassadeur que j’envisageais de revenir vers la fin de l’année pour soutenir un projet de création d’une nouvelle école française à Bruxelles, dont l’ouverture est prévue en 2019. + d’images

En circonscription au Royaume-Uni – Londres (12 juillet 2018)

Comme chaque année à l’occasion de notre fête nationale, les acteurs des communautés françaises et britanniques ont été conviés à la Résidence de France à Londres.

Ce fut un 12 juillet pour des raisons de sécurité, le président américain, Donald Trump, étant attendu au même moment par Theresa May.

Notre ambassadeur Jean-Pierre Jouyet a prononcé un discours, en deux langues, particulièrement émouvant, fédérateur et chaleureux, selon l’avis unanime des participants. Je le souligne d’autant que j’ai manqué son allocution, puisque mon Eurostar avait pris des libertés avec son horaire d’arrivée à Londres.

Mais j’ai eu le plaisir d’échanger avec de nombreux interlocuteurs, dont Xavier Bertrand (à l’image avec Thibault Dufresne, directeur du centre Charles Péguy de Londres et Guillaume Dufresne, directeur général du groupe CEI). 

Avec opiniâtreté, patience et discrétion, le président du conseil régional des Hauts-de-France arpente le terrain dans l’idée d’attirer dans sa région les entreprises du Royaume-Uni soucieuses d’une future implantation au sein de l’Union européenne.

Avec Thibault et Guillaume, il fut évidement question de mobilité professionnelle, autre sujet d’importance pour Xavier Bertrand. + d’images