Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription en Allemagne (Sarre) – Sarrebruck (24-25 sept. 2020)

Après mon déplacement au Luxembourg, j’ai poursuivi mon périple dans cette « Grande Région » où bat le cœur de l’Europe, dans le land de Sarre, pour la première fois.

Toute ma reconnaissance à Sébastien Girard, notre consul général, pour sa disponibilité et sa réactivité. Il m’a offert un programme de grande qualité. 

Tout juste arrivé en poste à Sarrebruck, Sebastien Girard m’a permis d’appréhender les nombreuses opportunités d’échanges avec notre voisin qui s’affirme être le land allemand le plus francophone et le plus francophile.

J’ai apprécié l’approche pragmatique du parlement sarrois sur la voie du rapprochement bilatéral que les élus allemands résument par ce slogan : les petits ruisseaux font les grandes rivières.

Tous mes remerciements à Janine Loock, dynamique présidente de l’Union des Français de Sarre (UFS), qui m’a accompagné à chaque étape de cette découverte de la Sarre.

Politique

Landtag

Dès mon arrivée à Sarrebruck, j’ai été accueilli au Landtag sarrois par le président du Parlement Stephan Toscani. J’ai signé le livre d’or accompagné par Sébastien Girard, consul général ; Janine Loock, présidente de l’UFS ; une délégation luxembourgeoise composée de Bruno Theret, vice-président du conseil consulaire, conseiller des Français de l’étranger ; Fabienne Pierrard et Christophe Déage, président de pôle IHEDN.

La Sarre est la région la plus francophile et la plus francophone, nous a déclaré Stephan Toscani, dans un français irréprochable.

Il y a tout juste 150 ans débutait le conflit entre la Prusse et la France, marqué par l’occupation de Sarrebruck par la France. Cette région a été au cœur des trois conflits qui ont opposé la France et l’Allemagne durant près d’un siècle. Mais elle a été le terreau de la construction européenne imaginée par les pères de l’Europe.

J’ai interrogé le président Toscani sur la décision de fermeture de la frontière allemande durant la pandémie qui a choqué les habitants venant de France et du Luxembourg, sinon ouvert une blessure. Le président a rappelé que cette décision a été prise par Berlin au plan national, mais il ne s’est pas dérobé et a assumé une part de responsabilité, car ils avaient été consultés.

Stephan Toscani reconnait que la fermeture de la frontière était une mauvaise expérience et ne souhaite pas qu’elle se reproduise. Je lui en suis reconnaissant.

Nous avons ensuite évoqué les axes de la Feuille de route III de la « stratégie France » de la Sarre qui compte un million d’habitants. Derrière le slogan « Les petits ruisseaux font les grandes rivières », les objectifs de rapprochement sont multiples et concrets.

Afin de parler d’une même voix, un bureau commun Sarre-Région Grand-Est a été ouvert à Paris, le 9 décembre 2019.

La Sarre a pour objectif d’obtenir le statut d’observateur à l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). + d’images

Coopération

DFKI – Recherche sur l’Intelligence artificielle

Visite du Deutsches Forschungszentrum für Künstliche Intelligenz GmbH (DFKI), en présence du consul général, Sébastien Girard, et de la délégation composée de Christophe Déage, Fabienne Pierrard, Janine Loock et Annette Kuhn.

Le DFKI se présente comme le plus grand institut de recherche sous contrat à but non lucratif du monde en matière de technologie logicielle s’appuyant sur l’intelligence artificielle (IA).

Je remercie Philipp Slusallek, directeur, et Anselm Blocher, coordinateur de la coopération franco-allemande, et les chercheurs pour leurs présentations dans différents domaines (reconnaissance d’images et de modèles, visualisation, technologie du langage, robotique…)

La présentation de Bruno Lévy, directeur du centre de recherche INRIA Nancy/Grand-Est a permis d’apprécier que l’amitié franco-allemande se déclinait également dans l’Intelligence artificielle, au travers de la coopération entre le DFKI et l’INRIA Nancy. + d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Accompagné du consul général, Sébastien Girard, j’ai participé à une soirée réunissant les administrateurs de la CCI France-Allemagne (CCIFA), présidée par Amand Rufin (Mazars) et dirigée par Frédéric Berner.

La Chambre compte 329 membres. Cela peut sembler faible au regard des 3500 à 5000 filiales françaises en Allemagne qui sont éclatées géographiquement à travers le pays.

La CCIFA constitue une organisation originale, puisque ses ressources reposent à 94% sur des prestations de services et seulement à 4% sur les cotisations.

Une équipe de 45 collaborateurs permet aux entreprises françaises d’aborder le marché allemand ou de s’y développer en offrant une gamme de services étendue : Information et conseil ; Externalisation de la fonction commerciale ; Recherche de partenaires commerciaux ; Recrutement et gestion du personnel ; Hébergement, gestion et coaching de VIE ; Marketing et promotion ; Startup / Société innovante ; Création, domiciliation et gestion de filiales ; Croissance externe ; Audits et restructuration ; Récupération TVA Europe…

L’approche de la CCIFA étant concentrée sur les services, l’animation de la communauté d’affaires se fait au travers de 8 clubs d’affaires (clubs-des-affaires.org) qui organisent les événements locaux à Berlin, Dusseldorf, Francfort, Hambourg, Leipzig, Munich, Sarrebruck et Stuttgart.

La CCIFA a trouvé une organisation adaptée à la structure fédérale allemande et un fonctionnement unique qui a fait ses preuves en matière d’efficacité. Son siège à Sarrebruck se situe à 1h50 en TGV/ICE du centre de Paris.

Avec une courbe d’expérience de plus de 40 années en matière d’appui opérationnel en Allemagne au service d’entreprises françaises, la CCFA présente « sous un seul toit » et de manière totalement intégrée un ensemble unique de solutions d’appui sur ce marché. + d’images

Communauté française

Union des Français de Sarre (UFS)

Pour mon premier déplacement dans le land de Sarre, notre consul général Sébastien Girard a réuni plusieurs représentants de notre communauté autour de Janine Loock, présidente de l’Union des Français de Sarre (UFS) et Myriam Bouchon, consule honoraire.

A cette occasion, j’ai été accompagné par une délégation luxembourgeoise de l’UFE-Luxembourg conduite par Bruno Théret, CFE, et composée de Fabienne Pierrard, Michel Chaine et de Christophe Déage.

Une grande partie de la discussion a porté sur les certificats de vie et la nécessité de disposer d’un formulaire en allemand pour le site centralisateur info-retraite.

J’ai salué la mémoire de Claude Villeroy de Galhau, qui a longtemps présidé l’UFS et représenté les Français d’Allemagne à l’Assemblée des Français de l’étranger. J’ai eu l’honneur de siéger à ses côtés de 2006 à 2009 au sein de la commission Finances et nous participions du même groupe. J’ai été ému de constater que cette personnalité remarquable alimentait les souvenirs de chacun.

Très heureux d’avoir rencontré un couple de compatriotes qui venait d’ouvrir une pâtisserie et un salon de thé, trois jours avant mon arrivée. Cette ouverture constitue un acte de confiance dans le futur qui donne du baume au coeur. Je leur souhaite une belle réussite.

Le lendemain de mon arrivée, le consul général m’a permis de visiter le consulat idéalement localisé pour accueillir nos compatriotes. + d’images

Enseignement

École française de Sarrebruck

Puisque le Lycée franco-allemand de Sarrebruck était fermé depuis deux jours, ce 25 septembre 2020, par décision du maire de la ville, suite à un cas de Covid-19, j’ai saisi l’opportunité de consacrer plus de temps à la découverte de l’école française de Sarrebruck, en présence de Sébastien Girard et de Janine Loock.

J’ai été accueilli par la directrice Isabelle Ledru-Neirynck, et par une chorale d’élèves qui a remarquablement interprété l’hymne européen.

L’école compte actuellement 249 élèves répartis en 14 classes : 4 classes de Maternelle pour un effectif de 100 élèves (de la Petite à la Grande Section) et 2 classes de chaque niveau en Élémentaire. L’établissement partage ses locaux avec le Lycée franco-allemand.

J’ai été particulièrement impressionné par la qualité des équipements du FabLab.

Conventionnée avec l’AEFE, l’école dispense un enseignement conforme aux programmes scolaires français et accueille prioritairement les enfants français résidant en Sarre. Elle accueille également les enfants d’autres nationalités, en particulier des élèves allemands, dont les parents souhaitent que leurs enfants bénéficient d’une éducation bilingue et biculturelle. + d’images

Université franco-allemande (UFA)

Accueilli par Olivier Mentz, président et Marjorie Berthomier, secrétaire générale et de plusieurs experts, j’ai découvert un laboratoire au service de l’Europe.

Accompagné par Sébastien Girard et Janine Loock, j’ai été épaté par la variété des actions de l’Université franco-allemande (UFA) qui promeut la coopération franco-allemande en matière d’enseignement supérieur et de recherche.

L’UFA est un établissement sans aucun mur, constitué d’un réseau de 208 établissements partenaires d’enseignement supérieur français et allemands qui échangent des étudiants. Il rassemble près de 6400 étudiants !

L’Université est financée à parts égales entre la France et l’Allemagne. Il n’existe aucune structure binationale comparable à travers le monde.

Une présentation de l’université de la Grande Région m’a également permis de constater le dynamisme et l’attractivité de cette organisation à l’intersection des grands ensembles géographiques européens.

Le groupement « Université de la Grande Région – UniGR » offre la possibilité d’étudier et de rechercher en 3 langues, dans 5 régions et 6 universités. La « Grande Région » est un espace géographique qui inclut le Grand-duché de Luxembourg, la Wallonie (Belgique), la Lorraine (France), la Sarre et la Rhénanie-Palatinat (Allemagne).

Les partenaires de l’Université de la Grande Région accueillent un total de près de 132.500 étudiants et emploient aux alentours de 6.500 enseignants-chercheurs. Il s’agit de :
* L’Université du Luxembourg ;
* L’Université de la Sarre ;
* L’Université de Liège ;
* L’Université de Lorraine ;
* L’Université de Kaiserslautern ;
* L’Université de Trèves. + d’images

Culture

Prix franco-allemand pour la littérature de jeunesse

J’ai accompagné le consul général, Sébastien Girard, à la Chambre de commerce de Sarre et Janine Loock, présidente de l’UFS, pour participer à la remise du Prix franco-allemand pour la littérature de jeunesse 2020.

Accueillis par Doris Pack, ancienne députée européenne, spécialiste éminente des questions culturelles et éducatives, nous avons assisté à la cérémonie ouverte par le ministre-président de Sarre, Tobias Hans.

Cette année, le prix français a récompensé Fleur Daugey et Stéphane Kiehl pour leur ouvrage « 30 jours au Groenland », consacré au changement climatique et à l’environnement.

Après son discours, le consul général m’a offert le privilège de remettre le prix aux auteurs qui participaient à la cérémonie en visioconférence.

J’ai adressé ces paroles à nos deux brillants auteurs : « Vous avez pour ambition de parler à vos lecteurs de la vie, celle des animaux et celle des hommes. La « Terre des Hommes » comme disait Saint-Exupéry. Vos livres ne connaissent pas les frontières. »

Je leur adresse mes plus sincères félicitations. + d’images

En circonscription au Luxembourg (23-24 sept. 2020)

Afin de me permettre de faire le point sur la situation des Français du Luxembourg à l’occasion de mon 4ème déplacement, j’ai participé à deux événements en compagnie de Bruno Theret, conseiller élu des Français de l’étranger au Luxembourg et vice-président du conseil consulaire (à l’image) : un petit déjeuner de travail à la résidence de France et une soirée au milieu de nos compatriotes résidant au Luxembourg, dont certains avaient fait le déplacement au Sénat au début septembre. (Lire : Accueil d’une délégation franco-luxembourgeoise au Sénat).

Ma visite du Lunalab me laissera un très beau souvenir. Il révèle les ambitions spatiales du Luxembourg ! Une approche pragmatique qui démontre que l’on peut avoir la tête dans les étoiles tout en gardant les pieds sur terre.

Je remercie Bruno Perdu, ambassadeur de France au Luxembourg, pour ses éclairages qui m’ont permis de préparer et réussir ce nouveau déplacement dans le Grand-Duché.

Politique

Parlement

Une relation au beau fixe ! Superbe accueil à la Chambre des députés par son président Fernand Etgen ; Nancy Arendt, présidente de la commission des Pétitions et Carlo Back, président de la commission de la Mobilité et des Travaux publics ; Laurent Scheeck, secrétaire général et Isabelle Barra, secrétaire générale adjointe, en compagnie de Bruno Perdu, ambassadeur de France au Luxembourg ; Bruno Theret, conseiller élu des Français de l’étranger au Luxembourg et Corinne Loze, CEO Orange-Luxembourg et CCEF.

Échange de vues sur les questions liées aux travailleurs transfrontaliers et portant sur le télétravail, la fiscalité, le développement du covoiturage et la démocratie participative.

La description du fonctionnement du système de pétition – qui permet à des citoyens de déposer des pétitions sur tout sujet relevant de l’intérêt général –  m’a permis d’explorer de nouvelles idées pour faire respirer la démocratie.

Si une pétition recueille 4500 signatures, le sujet sera discuté au Parlement et le gouvernement devra prendre position.

La santé est l’objet de nombreuses pétitions. Près d’un cinquième des pétitions relève de la mobilité (sécurité ou propreté des transports, accession aux gares, stationnement…). C’est une pétition qui a été à l’origine du transport gratuit pour les personnes à mobilité réduite.

Pour leur part, les médias relayent les dépôts de pétition et contribuent ainsi à la vitalité démocratique du pays.

La diversité des opinions s’exprime par le biais de sept partis représentés au Parlement. Les majorités se créent sur la base de coalitions. Ce travail collectif et démocratique explique sûrement pourquoi aucun parti extrémiste n’a encore pris pied au parlement luxembourgeois.

Je suis sincèrement reconnaissant envers Fernand Etgen et ses collègues pour leur chaleureux accueil et pour la qualité des échanges. + d’images

Espace

Université du Luxembourg (Espace)

Rencontre autour des activités spatiales au centre interdisciplinaire « sécurité et confiance » (Security and trust) à l’Université du Luxembourg.

Présentation des activités de l’Université par le professeur Yves Le Traon, vice-directeur du centre, en présence de Bruno Perdu, ambassadeur, Bruno Theret, conseiller élu des Français de l’Etranger-Luxembourg et Marina Daniel, attachée de Coopération scientifique.

Découverte du Lunalab, un espace de 11 mètres sur 7 comprenant 20 tonnes de basalte avec une granularité de 1 à 3 mm, qui reproduit l’environnement lunaire ! Drôle d’impression que de pouvoir ressentir les sensations de ceux qui ont foulé le sol lunaire…

L’université propose un « Interdisciplinary Space master », initié et soutenu par l’Agence spatiale luxembourgeoise.

J’ai pu voir les prototypes de satellites mesurant 10x10x10 centimètres, préparés par les étudiants dans le cadre du projet GoldCrest. Ces satellites sont destinés à être mis en orbite basse, située entre 400 et 600 kms d’altitude.

Je suis ressorti bluffé par le pragmatisme de l’approche du Luxembourg qui a su se doter d’une Agence spatiale tournée vers le business ! + d’images

Entrepreneuriat

Start-ups – Innovation

J’ai observé un écosystème pour les passionnés d’innovation. Retour à la « House of Start-ups » afin de visiter le Hub@Luxembourg qui fait partie du réseau LE Village By CA (Crédit Agricole Luxembourg), en présence de Bruno Perdu et Bruno Theret.

Présentation du Village Awards 2020 qui met en avant les meilleures coopérations Startups x Grandes Entreprises soutenus par le Village By CA (Crédit Agricole) Luxembourg.

L’objectif est de soutenir les collaborations de type startup/grand groupe.

Corinne Loze, CEO Orange-Luxembourg, CCEF, m’a présenté le duo EmailTree AI x Orange Luxembourg, qui concourt dans la catégorie « Coopération la plus efficace ». J’ai également assisté à la présentation du duo FIRIS x ArcelorMittal qui concourt dans la catégorie « Coup de cœur du jury ». + d’images

Communauté française

Résidence

Merci à Bruno Perdu, ambassadeur de France, pour l’organisation à la Résidence de France au Luxembourg, d’une réunion en présence de Pascale Gay-Gressin, Première conseillère et Johann Godin, consul-adjoint.

Le Luxembourg est un pays où un chauffeur de bus gagne 5000 euros par mois… Lorsqu’on sait qu’un directeur en poste dans une Administration centrale à Paris est moins payé que le personnel infirmier au Luxembourg, on comprend aisément pourquoi 100.000 compatriotes sont attirés par les offres d’emploi du Grand-Duché, à commencer par le personnel de Santé.

1,7 milliards d’euros d’impôts sont perçus par le Luxembourg sur les frontaliers français.

Les communes côté français qui assument les coûts d’infrastructures pour héberger les travailleurs frontaliers revendiquent un retour fiscal, comme cela se passe avec d’autres pays. Cette demande constitue un enjeu pour le développement harmonieux des territoires qui bordent le Luxembourg.

Ce qui me frappe le plus depuis mes premiers déplacements au Grand-Duché, c’est l’érosion continue des moyens accordés à notre poste diplomatique.

À l’évidence, Paris ne semble pas mesurer les opportunités offertes par le Luxembourg pour notre diplomatie économique. Bruno Theret pointe cette question à juste titre. Je lui apporte tout mon soutien pour que nous révisions notre approche afin de faire progresser nos échanges et les partenariats avec le Luxembourg.

Soirée conviviale

Très sympathique soirée avec une délégation de compatriotes installés dans le pays.

Merci au groupe Barnes Luxembourg pour son accueil d’excellence, ainsi qu’à l’initiateur Bruno Theret, élu local et responsable du groupe étendu Plus Forts Au Centre. + d’images

Beau succès pour le webinaire « Parlons de l’après-Brexit » (vidéo 1:15)

La réunion virtuelle « Parlons de l’après Brexit » a suscité l’intérêt de près d’un millier de personnes connectées.

A J-83 de la date qui marquera la fin de la période de transition précédant la sortie complète du Royaume-Uni de l’Union européenne, j’ai eu le plaisir d’intervenir aux côtés de de Nicolas Hatton, co-fondateur et président de l’association the3million et délégué consulaire, ainsi que Christine Rousse, avocate spécialisée dans les questions migratoires.

Ce fut l’occasion d’exposer les problématiques de la communauté française et des Européens du Royaume-Uni, comme les obstacles susceptibles d’affecter la résidence et la mobilité après le Brexit ou encore la nécessité de disposer un statut légal de résident avant la fin de la période de grâce le 30 juin 2021.

Beaucoup d’interrogation restent en suspens, nous avons toujours beaucoup de difficultés à comprendre ce que Brexit signifiera concrètement pour le quotidien des résidents du Royaume-Uni. Mais particuliers, entreprises et institutions doivent s’attendre à des changements significatifs dans leur environnement.

En circonscription en Belgique – Anvers & Bruxelles (21-22 sept. 2020)

Après plus de six mois d’interruption, j’ai repris fin septembre mes déplacements en circonscription par un retour en Belgique, où je me suis rendu pour la 12ème fois.

Je remercie Caroline Laporte, Jérémy Michel et Georges Francis Seingry, Conseillers des Français de l’étranger, qui m’ont fait l’honneur de venir m’accueillir à Anvers pour la première étape de ce déplacement par une visite du lycée français, avant de me retrouver à Bruxelles avec leurs collègues Anne Monseu-Ducarme, Boris Faure.

Merci à Hélène Farnaud-Defromont, ambassadrice , Raphael Trannoy, consul général et François Pernot, Pdt de la CCIFB, pour leur invitation aux différents événements qui ont émaillé ce déplacement.

Entrepreneuriat

CCIFB

Visite des nouveaux locaux de la Chambre de commerce franco-belge, en compagnie de François Pernot, président et d’Anne-Christine Genouville, directrice (à l’image), et rencontre avec l’équipe qui anime les activités de la CCIFB.

De nombreuses initiatives sont entreprises pour relancer l’activité : French Tech Days pour les start-ups ; Tasting France pour les viticulteurs ; «Vendre à» pour les entreprises qui veulent vendre à des grands-comptes.

Beaucoup d’initiatives pour répondre aux sollicitations des primo-exportateurs qui ont les faveurs du plan de relance export du gouvernement.

Très heureux d’avoir eu l’opportunité d’apporter tout mon soutien à cette chambre si dynamique. + d’images

CCIFB – Débat-Cocktail

Après avoir participé à un déjeuner à l’occasion du Conseil économique de l’ambassade de France en Belgique organisé par notre ambassadrice Hélène Farnaud-Defromont, j’ai participé le soir même au premier événement en présentiel de la CCIFB, depuis le début du confinement en mars dernier !

Les échanges induits par la table ronde autour du thème « Le rebond économique après la crise » ont été précédés d’une intervention d’Hélène Farnaud-Defromont au sujet du plan de relance du gouvernement.

C’est ainsi que François Pernot, président de la CCFB ; Alix Hubin, CEO de Plastuni ; Renaud Bentégeat, président de CCI France International et Christian de la Villehuchet, CEO d’Havas en Belgique et Global Chief Integration Officer d’Havas group, ont débattu des perspectives de rebond dans les prochains mois.

Nous assistons à une crise sans précédent qui fragilise l’économie et la santé des entreprises.

En réponse à ma question sur les atouts de la Belgique qui pourraient justifier sa meilleure performance à l’export comparée à notre pays, Renaud Bentégeat a mis en avant l’efficacité de Credendo et la plus grande générosité de son offre en couverture d’assurance crédit export. C’est une piste d’amélioration intéressante susceptible d’amplifier le plan de relance export du gouvernement. + d’images

Communauté française

Rencontre avec les CFE

Le consul général, Raphael Trannoy, a organisé une rencontre avec nos élus représentant les Français de Belgique : Caroline Laporte, Boris Faure, Jérémy Michel, Anne Monseu Ducarme, et Georges Francis Seingry, en présence de Dominique Lefay, consule générale adjointe.

A l’ordre du jour, nous avons notamment échangé sur les problèmes de la communauté française face aux règles sanitaires en vigueur dans le pays.

Un des points de tension dans les consulats est la capacité de répondre aux appels téléphoniques. Ce phénomène s’est aggravé avec la crise. Le seul poste de standardiste au consulat de Bruxelles vient d’être supprimé par l’administration centrale à Paris ! Tout le monde regrette cette décision qui n’est pas de nature à améliorer la satisfaction des Françaises et Français lorsqu’ils auront à joindre le consulat à l’avenir pour des motifs impérieux.

Nos élus ont fait preuve d’une grande disponibilité pour répondre à nos compatriotes durant la pandémie. Ils se sont mobilisés pour relayer leurs interrogations auprès du poste diplomatique, à la faveur de comités de sécurité hebdomadaires organisés par Hélène Farnaud-Defromont, ambassadrice, et notre consul général.

Chacun salue la démarche du poste diplomatique qui associe pleinement les élus à la réflexion pour apporter des réponses à nos compatriotes.

Enseignement français

EFIB

Accompagné de Régis Lucbereilh, consul-adjoint, et des conseillers des Français de l’étranger Caroline Laporte, Jérémy Michel et Anne Monseu-Ducarme, j’ai eu le plaisir de revenir à l’EFIB, École française internationale de Bruxelles.

La concrétisation de ce projet de création d’école bilingue français-anglais à Bruxelles par le groupe Odyssey constituait ma priorité pour la Belgique.

Après une première année d’activité bouleversée par la pandémie, la rentrée de septembre se déroule bien. L’école est homologuée par le ministère de l’Éducation nationale et opère comme une école partenaire de l’AEFE.

Jérome Gercet, directeur de l’EFIB, m’a confié qu’il accueillait désormais près de 50 élèves, contre une vingtaine l’an passé.

Je me réjouis de ce chiffre en progression et d’avoir assisté à la création de cette école qui enrichit notre réseau. + d’images

Lycée français Jean Monnet

En compagnie des conseillers des Français de l’étranger Caroline Laporte, Anne Monseu-Ducarme, Jérémy Michel et Georges Francis Seingry, j’ai eu le plaisir de visiter le lycée français Jean Monnet.

Cet EGD de l’AEFE accueille 2597 élèves de la maternelle à la terminale.

Accueillis par Mme Ghania Ben Garbia, proviseur, et plusieurs membres de l’équipe de direction, la visite a permis de longs échanges avec les deux organisations de parents d’élèves : UPE (membre de la FAPEE) et la FCPE ; ainsi que les représentants des personnels enseignants.

Les enseignants de primaire ont souligné la difficulté de s’exprimer avec un masque tout au long d’une journée…

Mihaela Bucuroiu, dynamique présidente de l’UPE et administratrice de la FAPEE, est revenue en détail sur l’ensemble des préoccupations des parents d’élèves qui se sont exprimées durant la pandémie, recensées dans un courrier adressé à l’AEFE. Son organisation a adopté une approche ferme et rigoureuse pour défendre les droits des parents, mais fait également preuve d’une attitude positive et compréhensive pour accompagner la direction de l’AEFE dans l’épreuve.

Rémy Zentar, président de la FCPE, est revenu sur l’évolution des frais de scolarité et les questions liées aux projets d’investissements immobiliers.

J’ai écouté et pris en compte les inquiétudes de toutes les parties présentes à l’aune d’une rentrée exceptionnelle qui a déjà été marquée par la fermeture des classes terminales du fait d’un cas Covid déclaré.

Pour les classes de seconde, seul un groupe de 15 élèves doit rester à domicile, suite à un cas déclaré positif. + d’images

ANVERS

LFIA

J’ai visité le lycée français International d’Anvers en compagnie de Caroline Laporte, Jérémy Michel et Georges Francis Seingry, conseillers des Français de l’étranger, qui m’ont fait l’honneur de venir m’accueillir à Anvers pour la circonstance.

Nous avons échangé avec Christine Valibouse, proviseure et Delphine Barré, consule-adjointe, cheffe de Chancellerie, avant de visiter le LFIA, en présence de la présidente du comité de gestion et du trésorier.

Près de 150 élèves fréquentent la seule école française en Flandres, homologuée par le ministère de l’Éducation nationale. L’arrivée de Christine Valibouse a permis de créer une nouvelle dynamique selon le comité de gestion. + d’images

Maison de France

Située dans les locaux du Lycée français International d’Anvers, j’ai découvert la Maison de France, inaugurée par Hélène Farnaud-Defromont, ambassadrice de France en Belgique, le 11 février dernier.

Cette Maison héberge l’Alliance française, ainsi que les deux associations Accueil Français d’Anvers et Les Mots passants.

L’institution a pour objectifs de fédérer les forces vives de la francophonie anversoise et de créer des synergies pour donner plus de visibilité aux initiatives françaises.

La Maison de France est destinée à organiser des événements culturels et à accueillir toutes celles et ceux qui aiment la France, sa culture et sa langue. Elle s’adresse donc à tous les francophones et francophiles d’Anvers et sa province, tout en se voulant un lieu ouvert au dialogue entre les cultures. + d’images

En circonscription en Serbie – Belgrade (12-13 mars 2020)

Toute ma reconnaissance à Jean-Louis Falconi, ambassadeur de France en Serbie, et à toute son équipe pour le brillant programme et l’accueil qui m’a été réservé lors de mon troisième déplacement qui fut, à nouveau, une pleine réussite.

J’adresse également toute ma gratitude à Éric Grasser, conseiller consulaire, dont l’engagement au service des Français de Serbie est remarquable.

J’ai observé qu’il s’impliquait avec le même sérieux sur chaque question touchant la vie quotidienne, économique, éducative de nos compatriotes, tout autant que leur sécurité.

Sa connaissance des enjeux de la relation bilatérale rehausse son efficacité d’élu local à un niveau professionnel.

Politique

Première Ministre

À la faveur de mon retour à Belgrade, Ana Brnabic, Première Ministre du gouvernement de la République de Serbie, m’a accordé le privilège d’un entretien en présence de Jean-Louis Falconi, ambassadeur de France en Serbie et de Swalie Lefeuvre, Premier secrétaire à l’ambassade.

Ana Brnabic m’avait déjà reçu lors de mon précédent passage à Belgrade en septembre 2018 (compte-rendu), puis nous nous étions revus à Paris en juin 2019 (compte-rendu).

Notre échange s’est tenu juste avant qu’Ana Brnabic ne rejoigne Aleksandar Vučić, Président de la République de Serbie pour une réunion du gouvernement portant sur le coronavirus. Compte tenu de ces circonstances exceptionnelles, j’ai été très sensible à sa décision de maintenir notre entretien (Lire le communiqué).

La politique de consolidation budgétaire conduite par son gouvernement a permis de stabiliser l’économie serbe qui a renoué avec la croissance (4,4% en 2018 et 4,2% en 2019).

La France devient un investisseur de premier plan en Serbie (1er investisseur étranger en 2018). Ana Brnabic a su gagner la confiance de nos représentants implantés dans le pays, qui ne tarissent pas d’éloges à son sujet. Pour renforcer l’attractivité de la Serbie auprès des acteurs économiques en France, je l’ai invité à participer à un colloque à Paris, au Sénat, le 15 mai prochain.

Elle est une chef de gouvernement qui comprend à merveille les attentes du monde économique. Je lui ai remis ma brochure « Un monde de projets » dans laquelle elle figure en bonne place. + d’images

Délégation de l’Union européenne

J’ai été ravi de revoir Sem Fabrizi, ambassadeur de la délégation de l’Union européenne en Serbie qui m’a reçu en présence de Jean-Louis Falconi, notre ambassadeur et de Swalie Lefeuvre, Premier secrétaire.

La Serbie est officiellement candidate à l’adhésion à l’Union européenne depuis mars 2012.

Nous avons évoqué, tour à tour, l’évolution des relations entre le Kosovo et la Serbie, les efforts faits par la France pour combler le retard dans ses relations économiques avec ce pays et les progrès de la candidature de la Serbie dans son processus d’adhésion à l’UE.

Les propos du diplomate m’ont encouragé à poursuivre mon action en faveur du processus d’intégration des pays des Balkans occidentaux à l’UE, et inciter mes collègues parlementaires et les entrepreneurs français à venir en Serbie.

Entrepreneuriat

Les conseillers du commerce extérieur

Ce troisième déplacement à Belgrade m’a permis de faire le point sur nos progrès en termes de relations économiques bilatérales.

Afin de préparer mon entretien avec la Première ministre Ana Brnabic, notre ambassadeur Jean-Louis Falconi, m’avait organisé un petit-déjeuner à l’ambassade avec des conseillers du commerce extérieur : Olivier Si Thahar, Pdt CCEF Serbie (Holiday Inn) ; Eric Blanchetete (Paxton Equity) ; Gilles Pequeux (Egis) ; Emmanuel Koenig (Pwc) ; François Berisot (Vinci Airports) ; François Allain (Delice), en présence de Fabrice Blazquez, conseiller économique et Sanja Ivanic, directrice Chambre de commerce, CCIFS).

Depuis mon premier passage en 2017, j’observe avec satisfaction que notre pays gagne en visibilité en Serbie.

Ainsi, la concession de l’aéroport de Belgrade a été confiée à Vinci Airports (plus d’un milliard d’euros d’investissements prévus en 25 ans). Suez Environnement a remporté la réalisation du centre de traitement de déchets de Vinca.

La France est devenue le 5ème investisseur étranger de la décennie 2010. Environ 120 entreprises françaises, employant 12000 salariés sont implantées.

Lors de mon précédent passage à Belgrade, la Première ministre Ana Brnabic m’avait demandé de proposer un projet pouvant symboliser le partenariat économique entre nos deux pays.

En réponse à sa demande, je proposais dès le lendemain à Aleksandar Vučić, Président de la république, le projet de fourniture d’un réseau intelligent (Smart Grid) par Schneider Electric à l’opérateur national d’électricité.

Le président Vučić m’avait alors invité à trouver 10 projets bilatéraux d’envergure pour amplifier nos échanges. Un colloque est en cours d’organisation pour le 15 mai prochain, au Sénat intitulé « La Serbie porte d’entrée pour la région des Balkans », en partenariat avec Business France. + d’images

Enseignement

École française de Belgrade

Retour à l’École française de Belgrade (EFB), où j’ai été reçu par Christine Chourré, directrice, et François Allain, président du CA, en présence d’Eric Grasser, conseiller consulaire et de Manuel Bouard, conseiller de Coopération et d’Action culturelle.

Fondée en 1951, cette école accueille 530 élèves de la maternelle à la terminale.

La disposition des locaux, répartis sur plusieurs villas, semble très cosy mais n’est pas véritablement fonctionnelle au regard des standards éducatifs. En effet, une voie de passage, entre les bâtiments, ouverte au trafic des véhicules pose des problèmes de sécurité.

Aussi, lors de mon premier passage en novembre 2017, j’avais fait de la concrétisation du déménagement de l’école, mon action prioritaire pour ce pays.

Un projet de réimplantation était alors envisagé sur  le site de Belgrade Waterfront. J’avais obtenu l’aide du Président de la République, Aleksandar Vučić, pour que l’offre de location du site puisse être proposé à l’achat à un taux financièrement accessible pour l’école française.

Malgré cela, une majorité de parents s’était opposée au déménagement en assemblée générale préférant conserver l’école à proximité de leur domicile. Le problème reste donc entier, car les locaux nécessitent de lourds travaux pour les mettre aux normes. De plus, les coûts de location et de maintenance sont en hausse et pèsent de plus en plus sur les frais de scolarité.

L’exigence du déménagement se fait pressante, car il faut pouvoir faire croître cette école, afin de répondre à une demande de scolarisation toujours plus soutenue.

François Allain m’a confié qu’il étudiait de nouvelles pistes pour accueillir l’école et offrir le meilleur environnement possible aux élèves. J’ai apprécié le courage et le sens du consensus de mes interlocuteurs pour trouver une solution afin d’aller de l’avant. Ils ont tout mon soutien. + d’images

Solidarité

Kosovo

Eric Grasser, conseiller consulaire pour la Serbie, m’a permis de rencontrer plusieurs compatriotes installés dans le pays, lors de ce déplacement.

Parmi eux, j’ai fait la connaissance d’Arnaud Gouillon, un franco-serbe de 35 ans, originaire de Grenoble qui a fondé l’ONG Solidarité Kosovo.

En se dévouant à aider les Serbes du Kosovo, il a acquis une grande reconnaissance et fait figure de héros national en Serbie. Arnaud a été récompensé par les plus hautes institutions et autorités civiles ou religieuses.

Cette notoriété ne lui a pas tourné la tête. J’ai découvert une personnalité qui séduit par son humilité et son envie de contribuer au bien commun de son pays d’adoption.

Devoir de mémoire

Hommage à la France

Entre deux rendez-vous, Jean-Louis Falconi, ambassadeur de France en Serbie, m’a permis de constater la qualité de la restauration du monument de la Reconnaissance de la Serbie à la France, inauguré par le Président Emmanuel Macron, lors de sa visite le 15 juillet 2019.

L’inscription « Aimons la France comme elle nous a aimés » exprime toute la gratitude du peuple serbe pour le soutien apporté par notre pays au cours de la Première guerre mondiale.

Le monument porte sur un piédestal une statue monumentale, en pierre de Brač, symbolisant la Liberté.

Deux bas-reliefs placés sur les flancs du socle incarnent le rôle militaire et éducatif de la France en faveur du royaume de Serbie. + d’images

En circonscription en Bulgarie – Sofia (11-12 mars 2020)

Le programme de mon 4ème déplacement en Bulgarie a été conçu sous une dominante économique.

(à l’image) Accueilli par Stéphane Delahaye, président de la Chambre de commerce France Bulgarie et Vessela Todorova-Mosettig, directrice, j’ai eu le plaisir de découvrir leurs locaux, puis de participer à un cocktail-conférence sur le thème de la cyber-sécurité. L’opportunité de rappeler le danger que constituent les équipementiers chinois en 5G pour la souveraineté européenne.

J’ai été ravi d’entendre nos entrepreneurs parler avec enthousiasme du marché bulgare et d’avoir visité deux belles réussites : Technofy et Act Logistics

Politique

Parlement européen

Rencontre avec Ilhan Kyuchyuk, membre du parlement européen représentant la Bulgarie, en compagnie de Stéphane Delahaye, président de la Chambre de commerce France Bulgarie et de Nicolas Bizel, Head of Operations Section I (Justice and Home Affairs, Public Administration Reform) auprès de la Délégation de l’Union européenne en Bosnie-Hertzegovine.

Ce fût l’occasion d’évoquer avec Ilhan de nombreux sujets en relation avec les Français de Bulgarie.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce (CCIFB)

J’ai eu le plaisir de découvrir les locaux de la Chambre de commerce France Bulgarie, entouré de Stéphane Delahaye, président et de Vessela Todorova-Mosettig, directrice, qui m’ont présenté leurs collaborateurs.

La CCI regroupe plus de 240 membres dont l’objectif collectif est de développer la relation bilatérale économique.

En septembre 2017, la CCIFB a signé un contrat de prestation de services avec Business France pour la fourniture de conseil aux entreprises prospectant la Bulgarie.

La CCIFB héberge des start-ups, en leur offrant une expertise au quotidien.

Communauté d’affaires

La visite de la CCIFB a été suivie d’un déjeuner avec des représentants de la communauté d’affaires : Xavier Marcenac, président de la section CCEF, et des administrateurs de la chambre : Patrick Favre (VP), Mehdi Benbouguerra, Thomas Stanishev, Christophe Deroo et Dimitrie Atanassov.

L’objectif principal du pays demeure l’adhésion à l’euro. Avec une dette publique de 20% du PIB, un climat social et politique stable et une « flat tax » de 10%, l’environnement des affaires peut être considéré positif.

Depuis mon précédent passage, la Société Générale s’est retirée du marché en vendant ses activités à une banque hongroise. La BNP Paribas est désormais la seule banque française présente sur ce territoire.

Xavier Marcenac, président du Board de Telus international, un centre d’appels que j’avais visité en 2018, est passé de 3000 employés à 3500 en 2020, dont 2800 à Sofia et 700 à Plovdiv. Telus international a racheté Compétence call centre, ce qui triple le nombre de collaborateurs en Europe qui atteint les 9500.

Si l’économie se porte plutôt bien, la pénurie de personnel se fait sentir et la baisse de la démographie est préoccupante. + d’images

Cocktail CCIFB / Cyber-sécurité

Dans les locaux de Launchee, un espace de formation et de conférences créé par la société Technofy, j’ai répondu à diverses questions sur le thème de la cyber-sécurité lors du cocktail organisé par de la CCI France Bulgarie, représentée par son président Stéphane Delahaye, et sa directrice, Vessela Todorova-Mosettig.

Cela m’a permis de faire la connaissance de Florence Robine, ambassadrice de France en Bulgarie (à l’image), arrivée en poste à l’été dernier, et de retrouver Olivier Tulliez, devenu conseiller politique à l’ambassade, et que j’avais connu comme consul général adjoint à Londres.

Lors de mon intervention sur la cyber-sécurité, j’ai exprimé ma défiance envers les produits technologiques chinois qui ne se soumettent pas au respect les règles de sécurité auxquelles nous sommes astreints.

Depuis 2017, une loi permet à l’État chinois d’avoir accès à toutes les données des sociétés chinoises. C’est tout simplement inacceptable pour l’Union européenne et cela m’amène à penser qu’il faut impérativement bannir les équipements Huawei des réseaux 5G en Europe.

J’ai évoqué la boîte à outils 5G de la cyber-sécurité présentée par Thierry Breton, commissaire européen, chargé de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l’espace, en janvier dernier. Cette boîte à outils vise à créer un cadre qui garantira un niveau adéquat de cybersécurité des réseaux 5G au sein l’UE, résultat d’approches coordonnées et efficaces entre les États membres.

J’ai invité les représentants des sociétés présentes à se référer à la ligne de conduite proposée par la Commission européenne en matière de cyber-sécurité. + d’images

Technofy

Une équipe d’ingénieurs à l’intelligence qui n’a rien d’artificiel !

Français établi en Bulgarie en 2015, Anthony Ivagnes, CEO de Technofy, m’a ouvert les portes de son entreprise, en présence de Stéphane Delahaye, et de Vessela Todorova-Mosettig.

En quatre ans, la start-up Technofy, éditrice de logiciels pour les constructeurs aéronautiques a su combiner technologie et créativité de multiples manières. Organisée sous forme d’équipes autonomes, cette société de 60 personnes sait se réinventer au quotidien pour séduire des sociétés comme Airbus ou Airbus hélicoptères.

Des projets m’ont été présentés par de jeunes ingénieurs français, passionnés par leur travail et ravis de vivre en Bulgarie. Ils m’ont offert un bain de jouvence et d’enthousiasme. + d’images

Act Logistics

Visite de la société Act Logistics, fournisseur de services logistiques, spécialiste du transport en groupage dans les pays membres de l’Union Européenne et en Turquie.

Parmi ses clients, des firmes dans le domaine du textile, de la grande distribution, de l’industrie alimentaire, de la pharmacie, la cosmétique, la construction.

Afin de répondre aux demandes de ses clients d’Europe de l’Ouest, Act Logistics fut créée en 2002 pour proposer une gamme complète de services logistiques (stockage libre et sous douane ; étiquetage ; emballage…).

Par sa géographie et son potentiel de développement, la Bulgarie occupe une place stratégique pour la logistique européenne autant que pour celle du Proche et Moyen-Orient.

Faisant partie d’un réseau international de distribution de petits lots en Europe, Act Logistics a augmenté les espaces d’entreposage à Rousse, en rachetant une usine il y a six mois.

Cette entreprise familiale française fait travailler 90 employés.

Merci à Alexis Derache de nous avoir fait visiter la société créée par Pascal Derache, son père, en présence de Stéphane Delahaye et de Vessela Todorova-Mosettig. + d’images

En circonscription en Roumanie – Bucarest (9-10 mars 2020)

À l’occasion de mon 5ème déplacement dans la capitale roumaine, j’ai été accueilli et accompagné par Benoît Mayrand, conseiller consulaire, à l’image avec Jean Pierre Vigroux, deux entrepreneurs français à Bucarest.

Ce déplacement s’est déroulé tandis que la Roumanie enregistrait ses premiers malades du covid-19. Ce contexte particulier et inquiétant a provoqué l’annulation des festivités du centenaire du lycée français Anna de Noailles.

Si je n’ai pas pu assister aux 100 ans du lycée Anna de Noailles, j’aurais participé aux 100 jours de l’EFIB ! J’ai ainsi pu découvrir cette superbe école, dont j’ai activement soutenu le projet d’origine, puis la réalisation depuis bientôt deux ans.

Enseignement français

École française internationale de Bucarest (EFIB)

L’ouverture de l’EFIB constituait mon objectif prioritaire pour la Roumanie.

Jonathan Derai, président de l’EFI Bucarest et DG d’Odyssey, Corina Stanila, directrice exécutive de l’EFI Bucarest et Frédéric Baujon, chef d’établissement (et professeur en petite section) m’ont accueilli dans la nouvelle École française internationale de Bucarest qui a ouvert ses portes en septembre dernier.

Accompagné par Benoît Mayrand, conseiller consulaire, nous avons visité cette école située en plein centre de Bucarest, à quelques dizaines de mètres de l’ambassade, en présence de Michel Monsauret, attaché de Coopération éducative.

Félicitations au groupe Odyssey pour cette réussite et à tous ceux qui lui permettent d’exister au quotidien (management, équipe éducative et parents) pour le plus grand bonheur des 21 premiers enfants qui fréquentent l’établissement ! + d’images

Plan École

En marge de l’annulation de la cérémonie du centenaire du lycée français Anna de Noailles, par précaution sanitaire, notre ambassadrice Michèle Ramis a réuni le comité de pilotage du plan École Roumanie sous sa présidence.

Ce comité réunissait les trois conseillers consulaires : Dana Grua Dufaut, Christian Le Maître et Benoît Mayrand ; le consul général, Mehmet Meydan ; les représentants de la communauté éducative, dont Virginie Vatin, présidente du comité de gestion du lycée Anna de Noailles (1 120 élèves), Carole Soulagnes, proviseur ; Jonathan Derai, président de l’EFI Bucarest et directeur général d’Odyssey ; Michel Monsauret, attaché de Coopération éducative ; Bruno Leroy, président des CCEF pour la Roumanie, car les entreprises françaises sont devenues des partenaires indispensables des lycées français de l’étranger.

Ce fut l’opportunité de faire le point sur les progrès de la présence française depuis le lancement du plan École auquel j’avais participé, il y a deux ans (compte-rendu).

Réception

Notre ambassadrice a ensuite organisé une réception réunissant représentants de la communauté française, ainsi que des chefs d’établissements bilingues (français-roumain).

Lors de mon discours devant la communauté éducative, j’ai salué l’initiative prise en Roumanie par Michèle Ramis, ambassadrice, de lancer et d’animer ce plan École, avec le soutien de Michel Monsauret, initiateur de plan École de Londres en 2008 avec le succès qu’on lui connaît.

Grâce à la mise en œuvre d’un tel plan, les actions de coopération se développent sur le sol roumain avec de nouveaux partenaires tels que l’École française internationale de Bucarest (EFIB), chère à mon cœur, et en concertation avec ce que nous appelons les « petites écoles » (3 écoles maternelles).

J’ai salué à cet égard les directeurs et directrices de ces établissements et les ai assurés de mon soutien pour contribuer au développement harmonieux de leurs projets.

Cette démarche observée en Roumanie depuis quelques années est exemplaire à plusieurs égards. Alliances françaises, établissements détenteurs du label FrancEducation, établissements à programme français, organisations internationales et associations, tous se montrent unis et solidaires dans la promotion des valeurs de la francophonie.

Il faut ajouter la contribution des entreprises françaises tout aussi exemplaire.

Les marathons de la chambre de commerce et d’industrie française en Roumanie et les actions de soutien aux lycées bilingues initiées par les conseillers du commerce extérieur de la France sont autant de projets innovants qui contribuent très efficacement à l’atteinte des objectifs du Président de la République en faveur d’une large extension de l’enseignement français à l’étranger. + d’images

Entrepreneuriat

CCI française en Roumanie (CCIFER)

Confronté à l’annulation de la cérémonie du centenaire du lycée Anna de Noailles, je remercie Dana Grua Dufaut, conseillère consulaire pour la Roumanie et administrateur de la CCIFER, d’avoir facilité ma visite à la Chambre dans des délais aussi courts.

Accueilli par Adriana Record, directrice de la CCIFER, en compagnie des administrateurs Dana Grua Dufaut et Serge Gonvers, en présence de Benoît Mayrand, j’ai retrouvé une chambre, cinq ans après mon précédent passage, qui avait doublé le nombre de ses membres dans l’intervalle (300 à 600).

Adriana m’a fait un point précis et concis sur la situation politique du pays, puis exposé le contexte économique franco-roumain et les projets de la CCIFER pour faire connaitre les opportunités du marché roumain aux entreprises françaises.

2850 entreprises à capitaux français ont déjà trouvé dans ce pays un relais de croissance ou de compétitivité. Elles contribuent à l’orientation développement durable de l’économie et de la société roumaines.

Félicitations aux administrateurs et à l’équipe de direction de la Chambre qui animent notre relation économique bilatérale et contribuent à offrir des débouchés pour nos entrepreneurs. + d’images

Culture française

Institut Français

Visite de l’Institut français à Bucarest qui constitue le siège en Roumanie puisqu’on dénombre trois annexes à Cluj, Iași et Timișoara.

Reçu par Michel Monsauret, attaché de Coopération éducative, j’ai découvert ce remarquable lieu équipé d’une salle de cinéma flambant neuve, en compagnie de Benoît Mayrand..

La présence et l’influence de la culture française sur le territoire roumain remontent au XVIIIe siècle.

Ce centre culturel français (CCF) est un lieu chargé d’histoire. En 1970, le CCF fut le premier centre culturel étranger de Roumanie à rouvrir ses portes sous le régime de Ceausescu.

A l’époque, le matériel de projection était camouflé dans deux marches d’escalier. Pour l’anecdote, le seul magazine français autorisé à la vente sous le régime communiste était Pif gadget ! Cette revue fait donc partie du patrimoine culturel de toute une génération de Roumains !

2200 adhérents fréquentent actuellement la médiathèque.

La Roumanie recense 111 filières universitaires en langue française qui attirent de plus en plus d’étudiants français.

Merci à tous ceux qui nourrissent cette relation bilatérale si dense et si riche. + d’images

En circonscription au Émirats arabes unis (2/2) – Dubaï (27 fév. 2020)

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

La Chambre de commerce française aux Émirats est organisée en deux business clubs, celui de Dubaï se nomme le FBC, French business club (FBG, French business group à Abou Dhabi) et compte 450 membres.

Nous avons été accueillis avec Alain Thevenot, conseiller consulaire, par Agnès Lopes Cruz, directrice du FBC qui est supervisé par un comité exécutif de 12 membres. Lors de la visite, j’ai rencontré l’équipe permanente du FBC composée de 15 personnes.

Le département Services aux entreprises accompagne celles-ci dans leurs démarches d’implantation à Dubaï et dans les Émirats du Nord : prospection, création d’entreprise, domiciliation, location de bureaux, services RH, suivi commercial.

L’Exposition universelle 2020 à Dubaï offre une opportunité exceptionnelle pour le FBC.

J’ai été séduit par l’approche stratégique d’Agnès qui a complètement intégré les opportunités d’affaires offertes par Dubaï, non seulement à l’échelle locale, mais aussi dans la perspective de rebondir dans la région et vers l’Afrique.

Le FBC souhaite partager son expérience auprès du réseau mondial des CCIFI pour permettre à ses membres de prendre avantage de l’Exposition universelle qui durera 6 mois à partir d’octobre 2020.

J’ai fait de ce projet ma priorité d’action pour les Émirats. +d’images

Communauté française

Dubaï Accueil

Rencontre avec Nathalie Allain, présidente du French Social Club, membre du réseau FIAFE, qui a succédé à « Dubaï Accueil », conformément à la législation de l’Émirat qui n’autorise pas les associations.

Le club compte 380 familles françaises membres. Il organise une activité quotidienne en semaine à l’intention des conjoints d’expatriés qui ne travaillent pas.

Les ateliers autour de la culture attirent, ce qui fait du club, le partenaire idéal pour contribuer au succès des conférences organisées par l’Alliance française.

Nathalie a partagé avec moi une vision très juste des limites du système d’enseignement français à l’étranger. Elle observe qu’il est construit pour conduire tous les élèves vers un baccalauréat suivi d’études supérieures.

Si les qualités de l’enfant l’orientent plutôt vers un enseignement professionnel, il faudra alors rentrer en France.

Cette vision restrictive de notre parcours éducatif fait dire à Nathalie que l’on ne peut avoir que des enfants « bons » à l’étranger.

Elle met ainsi le doigt sur la nécessité de repenser notre offre pour l’ouvrir à un enseignement professionnel court à l’étranger, destiné aux enfants développant des aptitudes manuelles et une créativité propres à certains métiers.

Ses réflexions pleines de bon sens permettent de comprendre pourquoi la réforme de l’enseignement professionnel en France est si importante. Nos efforts pour organiser les mondiaux des Métiers (Worldskills) à Lyon en 2023 ont été justement destinés à faire évoluer le regard des parents, comme celui des élèves, sur la formation courte qui offre aujourd’hui de fortes garanties d’obtenir un emploi pérenne et passionnant. +d’images

Enseignement

Lycée français international de l’AFLEC

Cinq ans après mon premier déplacement à Dubaï, durant lequel j’avais visité le lycée AEFE Georges Pompidou (compte rendu), j’ai souhaité découvrir le lycée français international de Dubaï du réseau AFLEC, Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture) et opéré par la Mission laïque française (MLF).

Etienne Agostini, proviseur, et toute l’équipe de direction, m’ont accueilli en compagnie d’Alain Thevenot, conseiller consulaire, et Marie-Laure Charrier, notre consule générale adjointe à Dubaï.

Le lycée scolarise 2300 élèves issus de 48 nationalités, de la petite section à la terminale. Ils étudient dans un environnement multiculturel qui est porteur de valeurs. Bienveillance et bien-être sont au cœur du projet d’établissement. +d’images

Culture française

Alliance française

Accueilli par Virginie Demarne, directrice de la bibliothèque, je suis revenu à l’Alliance française avec Alain Thevenot, cinq ans après mon précédent passage (compte-rendu).

J’ai apprécié les nombreuses améliorations apportées, à commencer par le superbe auditorium équipé de confortables loges pour les artistes.

6000 élèves suivent les cours de français lors de chaque session et la médiathèque compte 600 abonnés.

L’objectif de l’Alliance française de Dubaï est d’ouvrir une 3ème antenne. Un projet de développement qui permet d’envisager le futur de notre Alliance avec confiance, d’autant que le pays qui a décidé de réintroduire l’apprentissage du français dans ses écoles publiques. +d’images

En circonscription au Émirats arabes unis (1/2) – Abou Dhabi (26 fév. 2020)

Heureux d’avoir retrouvé l’ambassadeur de France, Ludovic Pouille, pour mon 3ème passage à Abou Dhabi. Toute ma gratitude à Alain Thevenot (à droite à l’image), conseiller consulaire pour les Émirats et Oman, qui s’est pleinement investi pour permettre la réussite de mon déplacement dans les Émirats arabes unis. D’abord à Abou Dhabi, puis à Dubaï, il a été comme les fois précédentes à mes côtés de bout en bout.

Son engagement personnel dans l’accomplissement de sa mission d’élu est total.

Alain m’a permis d’aller à la rencontre de nos compatriotes installés de longue date aux Émirats, dont il connait tous les acteurs. Je remercie ceux-ci d’avoir partagé leurs projets pour améliorer la vie quotidienne des Français résidant localement.

Politique

Parlement

Entretien avec Ali Rashed Al Nuaimi, président de la commission des Affaires étrangères et de Défense (Federal National Council) en compagnie de Ludovic Pouille, ambassadeur, et Alain Thevenot, conseiller consulaire.

Nous avons évoqué de nombreux sujets sur la relation bilatérale. J’ai apprécié la vision du président, fondée sur la tolérance, la coexistence et la modération pour promouvoir la paix et la stabilité.

Les Émirats déploient de nombreux efforts pour favoriser le rapprochement des religions et des cultures.

Ali Rashed Al Nuaimi rappelle l’importance d’avoir un plan pour combattre le fondamentalisme religieux et s’est montré satisfait du discours d’Emmanuel Macron à Mulhouse contre le séparatisme islamiste. +d’images

Défense & forces armées

Base navale

Visite de la base navale des forces françaises aux Émirats arabes unis et entretien avec l’amiral Maleterre, en compagnie de Ludovic Pouille, ambassadeur.

La coopération de sécurité et de défense est un pilier du partenariat stratégique franco-émirien.

La base navale française célèbre ses 10 ans aux EAU. C’est un atout pour valoriser nos équipements. Deux corvettes armées sont actuellement en construction à Lorient, suite à une commande enregistrée l’an dernier.

L’entretien a été suivi d’une rencontre passionnante avec l’amiral Janicot dans le QG de l’opération européenne de surveillance du détroit d’Ormuz. +d’images

Frégate Forbin

La frégate Forbin était en escale à Abou Dhabi dans le cadre de la mission Agénor.

Aux côtés des officiers et de l’ambassadeur, j’ai accueilli les invités, parmi lesquels les conseillers consulaires Laurent Rigaut et Alain Thévenot et plusieurs ambassadeurs.

Très heureux d’avoir pu converser directement avec les marins qui m’ont confié les vicissitudes de la vie à bord et leur fierté de servir notre pays.

Merci au commandant du navire pour les précieux renseignements fournis sur le bâtiment et son système d’armes lors de la visite, en compagnie de l’ambassadeur et des élus consulaires.

Je lui adresse tous mes vœux de réussite ainsi qu’à son équipage dans l’accomplissement de leur mission. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

La Chambre de commerce française aux Émirats est organisée en deux business clubs. Celui d’Abou Dhabi se nomme le FBG (French business group) et compte 130 membres.

J’ai été accueilli avec Alain Thevenot, conseiller consulaire, par Nayla Samaha, directrice de la communication et Malika Hamdani, en charge du développement de la chambre. Toute l’équipe du FBG a été renouvelée il y a 2 ans, seulement quelques mois après mon précédent passage.

A noter que le FBG a lancé une bourse à l’emploi destinée à accompagner les conjoints d’expatriés pour leur permettre de trouver un emploi.

Le club accompagne les missions de prospection des entreprises françaises attirées par les Émirats. Il est observé que celles-ci créent une structure locale, parfois dans la précipitation, pour devoir fermer ensuite. Les Émirats sont en effet un marché ultra-concurrentiel où le ticket d’entrée peut s’avérer élevé.

Si Abou Dhabi attire principalement sociétés spécialisées dans l’armement ou l’énergie, les entreprises de services et de produits de luxe s’implantent avec succès sur le marché.

J’ai pu en discuter avec Alex Tarditi, V.I.E, qui représente les champagnes Vranken et Pommery, numéro 2 français. Son bureau est situé dans les locaux du FBG. Les Émirats constituent le 15ème marché mondial en matière de champagne.

Pommery y vend des dizaines de milliers de bouteilles chaque année. Une performance lorsqu’on sait que le marché de Dubaï, lui, est fermé du fait d’un accord d’exclusivité entre distributeur local et LVMH. +d’images

Communauté française

Ambassade


Notre ambassadeur, Ludovic Pouille, m’a accueilli dans la nouvelle Résidence de France en compagnie d’Alain Thevenot, conseiller consulaire, et divers représentants du monde des affaires dans les domaines de l’armement, de l’énergie, de la santé et du commerce.

Les Émirats vont accueillir l’Exposition universelle à Dubaï dans 240 jours. L’objectif est d’attirer 25 millions de visiteurs. Une perspective qui reste incertaine dans un contexte géopolitique local très tendu, situation aggravée par la propagation du coronavirus.

Je me réjouis que notre relation bilatérale soit au beau fixe. La récente visite de Bruno Lemaire a permis de concrétiser l’apport d’un milliard d’euros de la part des Émirats au fonds souverain français destiné à stabiliser le capital des grandes entreprises françaises.

Dans le secteur de l’énergie, les Émirats envisagent de construire une usine de 2 giga watts. Ce projet photovoltaïque constituerait la plus grande usine du monde. Paradoxalement, Dubaï construit la première centrale à charbon de la région…

Il y a 30 mois lors de mon précédent passage (compte-rendu), j’avais assisté avec Ludovic Pouille à la cérémonie inaugurale des Worldskills et découvert cette compétition internationale qui change notre regard sur la formation professionnelle.

Que de chemin ensuite parcouru jusqu’à la victoire de Lyon, en août dernier à Kazan, qui a décroché l’organisation des Worldskills 2023. +d’images

Coopération culturelle

Musée du Louvre

Visite du Louvre Abou Dhabi en compagnie de Ludovic Pouille et Alain Thevenot. J’ai été émerveillé par le chef d’œuvre architectural accompli par notre compatriote, Jean Nouvel.

Le musée a été inauguré le 8 novembre 2017 par Emmanuel Macron.

L’avenue qui permet d’y accéder porte le nom de Jacques Chirac, président en fonctions lors de la signature de l’accord intergouvernemental entre la France et l’émirat d’Abou Dhabi en 2007.

Ce musée, regroupant un patrimoine universel, constitue l’emblème d’une coopération culturelle d’exception entre la France et les Émirats. Il a accueilli plus de 2 millions de visiteurs en 2 ans ! +d’images

En circonscription en Égypte (2/2) – Alexandrie (24 fév. 2020)

Communauté française

Consulat

Visite du consulat en compagnie de Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire pour l’Égypte et de Jérôme Le Bars, proviseur du lycée français d’Alexandrie.

Rodolphe Gaffet, consul adjoint, nous a ouvert le palais du consulat général de France à Alexandrie qui a fêté en septembre 2011 son centième anniversaire. Il s’agit du tout premier consulat de France au monde (1498), dans une ville portuaire de renommée historique qui entretient de longue date des liens particuliers avec la France, notamment par le biais de partenariats scientifiques, culturels et économiques.

Près de mille Français y sont actuellement immatriculés. +d’images

Enseignement

Lycée français

Jérôme Le Bars, proviseur, m’a présenté l’établissement qu’il dirige depuis 2013.

Le lycée français d’Alexandrie est un établissement d’enseignement à rayonnement international appartenant en pleine responsabilité à la Mission laïque française (MLF). Il propose dès l’âge de 3 ans l’apprentissage de la langue arabe, puis celui de l’anglais à partir de 6 ans.

Unique lycée français d’Alexandrie, il accueille 1000 élèves, de la maternelle à la terminale, sur deux sites. L’école ne comptait que 370 élèves en 2013. C’est pourquoi un terrain de 2 hectares a été acquis pour construire un nouveau lycée susceptible d’accueillir 2500 élèves en 2022.

L’objectif à long terme du proviseur est de créer 10 écoles françaises en Égypte en 5 ans.

Jérôme Le Bars a pris avantage de mon passage pour organiser une rencontre avec des Français d’Alexandrie afin d’évoquer mes colloques organisés au Sénat sur le bassin du Nil. +d’images

Université Senghor

Accueilli par Jean-François Fau, directeur du département Culture à l’université Senghor, j’ai animé une conférence auprès des étudiants de l’université en présence de Régine Guillermin Prato et de Jérôme Le Bars.

L’université Senghor à Alexandrie (officiellement dénommée « Université internationale de langue française au service du développement africain » ou UILFDA) a été créée suite au Sommet des chefs d’État et de gouvernement des pays francophones, en mai 1989 à Dakar.

Son nom rend hommage à Léopold Sédar Senghor, grand promoteur de la francophonie et ancien président de la République du Sénégal.

Les participants à la conférence ont suggéré qu’une base de données des profils des diplômés de Senghor soit constituée. J’ai suggéré qu’elle soit partagée avec le réseau des CCI françaises à l’international.

Pour l’anecdote, on remarque l’ascenseur, non seulement intéressant par son habillage graphique, mais aussi parce qu’il est tombé en panne lors de l’inauguration, en octobre 1990, laissant les présidents Mitterrand et Moubarak coincés pendant une heure

Merci à Régine de m’avoir fait connaître ce lieu formidable et permis d’échanger avec une jeunesse africaine pleine d’enthousiasme. +d’images

Entrepreneuriat

Suez

Bertrand Le Moat m’a permis de visiter l’usine d’assainissement de Suez à Alexandrie, en compagnie de Régine Guillermin Prato et Jérôme Le Bars.

Suez et son partenaire Arab Contractor construisent actuellement l’unité de valorisation énergétique des boues générées par l’usine de traitement des eaux usées d’Alexandrie-Est d’une capacité de 800 000 m3/jour.

Ce projet représente un montant de 65M€ pour Suez.

Les deux partenaires accompagnent depuis 2008 la ville d’Alexandrie dans la modernisation de ses infrastructures d’assainissement, un enjeu crucial dans un contexte de croissance démographique et d’urbanisation.

Ils ont ainsi réalisé la réhabilitation et l’extension du traitement primaire de l’usine d’Alexandrie-Est et la construction d’une ligne de traitement biologique, dont ils assurent actuellement l’exploitation, celle que nous avons visitée.

Un avenant au contrat a été signé avec le gouvernement égyptien pour la construction de l’unité de valorisation énergétique des boues issues du traitement. Cet avenant prolonge le contrat d’exploitation de l’usine pendant la durée des travaux.

Le financement du projet est assuré par l’AFD et l’État égyptien. La nouvelle unité de valorisation des boues produira 50% de l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’usine. +d’images

Culture française

Institut français d’Égypte

Avec Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire, nous avons retrouvé Jérôme Le Bars, proviseur du lycée français d’Alexandrie en compagnie de la dynamique équipe de direction de l’Institut français d’Égypte (IFE).

Installé dans un palais du XIXème siècle, l’Institut français d’Égypte à Alexandrie intervient aussi bien dans le secteur culturel que dans l’enseignement du français et l’accompagnement de candidats aux études en France. Il compte ainsi 5000 apprenants par an de la langue française et dispose d’un centre d’information et de conseil pour les candidats aux études en France (Campus France).

Par ailleurs, l’IFE organise régulièrement des manifestations culturelles pour tous les publics alexandrins et facilite les coopérations entre acteurs culturels égyptiens et français. L’Institut dispose de deux grands espaces d’accueil pour des expositions et abrite un théâtre d’une capacité de 240 places. Sa superbe médiathèque propose un fonds abondant de livres en français et accueille des conférences (en français et en arabe).

Enfin, l’Institut français d’Égypte à Alexandrie est un lieu de convivialité renommé : dans ses jardins, le café-restaurant, Le Boudoir, offre de tentantes pâtisseries. +d’images

En circonscription en Égypte (1/2) – Le Caire (23 fév. 2020)

Tous mes remerciements à Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire pour l’Égypte, pour avoir organisé mon premier déplacement dans son pays d’adoption.

Régine fait preuve un engagement total en faveur des Français d’Égypte. Pour répondre aux personnes en situation de détresse, Régine Prato a mis en place une banque alimentaire. Avec le concours de la société Carrefour, des bons d’achat leur sont offerts. Cette initiative m’a paru remarquable et je pense qu’elle est encore unique.

Son optimisme, sa bonne humeur et son humour donnent une impression de légèreté à un travail réalisé avec beaucoup de profondeur et d’abnégation.

Hydro-diplomatie

Ministre de l’Eau

Très heureux d’avoir retrouvé Mohamed Abdelatty, ministre égyptien des Ressources hydrauliques et de l’irrigation, en présence de Stéphane Romatet, ambassadeur de France.

Le ministre est intervenu au Sénat en décembre 2017 et 2018 lors de deux conférences sur l’hydro-diplomatie consacrées au bassin du Nil que j’ai co-organisées avec le Dr Fadi Comair. Puis, nous nous étions revus l’an dernier à Beyrouth lors de la Semaine de l’eau.

90 % de l’approvisionnement en eau de l’Égypte dépend du Nil bleu. On imagine les craintes que suscite la construction du barrage de la Renaissance par l’Éthiopie, dont la mise en service est prévue fin 2020. Ne va-t-il pas entraîner une réduction du débit du fleuve et l’assoiffer ? Ce barrage est promu à devenir la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique, avec une production de 6 000 mégawatts.

Les difficiles négociations entre l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie ont donné lieu à une médiation des États-Unis. À la veille de son déplacement vers Washington, pour une ultime session de négociations, Mohamed Abdelatty m’a confié ses espoirs d’aboutir à un accord, tout en restant très prudent.

Ce sujet est si sensible politiquement que le ministre préfère ne pas communiquer avec les médias pour se concentrer sur la discussion des termes du compromis. Ce nouveau moment privilégié d’échange avec le ministre m’a permis d’apprécier, une fois encore, sa rigueur intellectuelle et son humilité. Je lui ai présenté mes vœux de succès dans sa mission. +d’images

Communauté française

Ambassade

Premier déplacement en Égypte depuis le début de mon mandat qui a commencé par un déjeuner à la Résidence de France, à l’invitation de Stéphane Romatet, en présence de Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire et des chefs de service.

Nous avons évoqué l’actualité concernant le bassin du Nil et les besoins en matière d’infrastructures en Égypte susceptibles d’être concrétisés par des entreprises françaises, sans oublier les attentes de nos compatriotes établis dans ce pays. +d’images

Consulat

La communauté française d’Égypte est composée de 6 à 7000 de nos compatriotes. Dès mon arrivée, j’ai souhaité prendre connaissance de ses attentes, ce qui m’a été possible à travers deux rendez-vous.

En premier lieu, une visite du consulat général de France au Caire avec François Pugeaut, consul général, en compagnie de Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire.

La moitié des effectifs du consulat est rattachée au service des visas. On relève une activité sociale soutenue. Pour sa part, Régine organise un événement annuel d’envergure pour financer ses actions envers les plus démunis. Elle est ainsi l’initiatrice d’une banque alimentaire qui fonctionne avec des bons d’achats offerts par des entreprises.

En second lieu, j’ai rencontré une trentaine de compatriotes, le soir à l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), pour rendre compte des colloques que j’ai organisés au Sénat sur l’hydro-diplomatie, en particulier sur le bassin du Nil.

À l’issue des débats, un des participants a attiré mon attention sur le service d’autocars du lycée français du Caire. L’établissement en gestion directe par l’AEFE a transféré la responsabilité de ce service des transports aux parents d’élèves. Ceux-ci ont noté que certains autocars ne disposaient pas de ceinture de sécurité et que d’autres roulaient sans assurance…

Cette conférence m’a permis de retrouver (à l’image) Renée Blandin, 97 ans, bon pied, bon œil et à l’humour intact, dont nous avons tant profité à l’Assemblée des Français de l’étranger.
Pétrie de gentillesse et de bienveillance, son cœur n’a pas pris une ride. +d’images

Coopération scientifique

IFAO

À la faveur de ma conférence sur le bassin du Nil, auprès de la communauté française, Laurent Coulon, directeur, m’a fait découvrir l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO).

Première institution scientifique française implantée en Égypte, cet établissement à caractère scientifique, culturel et professionnel, est placé sous l’autorité de notre ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Ses champs de recherche concernent l’archéologie, l’histoire et la philologie des différentes civilisations s’étant succédées en Égypte.

La bibliothèque compte plus de 80 000 volumes et un service des Archives, regroupant les archives photographiques et scientifiques de tous les chantiers de l’Institut, ainsi que la conservation d’archives plus anciennes. Cela m’a permis d’admirer les épreuves de la grammaire de Champollion, découvertes dans les archives en 1993 ou bien encore un exemplaire de son journal de fouilles, un manuscrit illustré qui relève de l’œuvre d’art.

Les membres scientifiques de l’IFAO relèvent de deux sections : la première regroupe les études égyptologiques et papyrologiques ; la seconde, les études coptes, arabes et islamiques. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce & CCEF

À l’initiative de Régine Guillermin Prato, conseillère consulaire, j’ai pu échanger avec des représentants de notre communauté économique en Égypte (CCI française en Égypte et conseillers du commerce extérieur).

Ils ont attiré mon attention sur deux sujets sur lesquels nous devons œuvrer : d’abord, la nécessité de répondre aux besoins d’éducation, car les structures scolaires manquent dans le pays ; ensuite, le net recul de la francophonie : les sections francophones des universités égyptiennes sont délaissées par les étudiants qui préfèrent l’enseignement anglais plus en vogue dans le monde des affaires.

Point commun avec la France, il leur apparaît déterminant de recréer un attrait pour les formations professionnelles. Nous nous sommes fixé l’objectif commun de créer le contact entre Worldskills France et la CCI française en Égypte pour qu’une équipe égyptienne participe à Lyon 2023. +d’images

En circonscription au Kenya – Nairobi (20-21 fév. 2020)

Premier déplacement au Kenya, 93ème pays traversé depuis le début de mon mandat.

Les Kenyans disent des Blancs qu’ils sont des Mzungus. En swahili, cela signifie «celui qui cherche sa route.» J’adresse toute ma gratitude à Jean-Pascal Naud, président de la CCI et Farah Bhanji, conseillère consulaire, ainsi qu’à Betty Robin, présidente UFE Kenya et pour m’avoir permis, chacun leur tour, de trouver mon chemin au Kenya.

Ils m’ont remarquablement assisté lors de mes rencontres avec les acteurs économiques, éducatifs ou culturels. A la toute fin, ils m’ont mis sur les traces de Karen Blixen qui a inspiré le film Out of Africa.

Politique

Assemblée nationale

Entretien avec Kimani Ichungwah, président de la commission du Budget de l’Assemblée nationale du Kenya et président du groupe d’amitié France-Kenya, en présence de Jean-Pascal Naud, président de la Chambre de Commerce française au Kenya.

Ce parlementaire a développé la manière dont son pays envisageait de relever les défis auxquels il est confronté.

En matière budgétaire, 80 % de la dette du Kenya est détenue par la Chine.

Concernant les migrations, le Kenya compte des centaines de milliers de réfugiés, victimes de l’instabilité des pays mitoyens.

L’industrie ne représente que 7% du PIB.

Nous avons évoqué la question de la formation professionnelle pour mettre la main d’œuvre disponible en adéquation avec les besoins locaux.

Nous avons également échangé sur la présence des entreprises françaises au Kenya. Kimani Ichungwah m’a invité à encourager nos entreprises à investir dans son pays.

La visite du Parlement m’a offert l’opportunité d’admirer l’enceinte qui dispose face à face les députés de la majorité et ceux de l’opposition, dans le plus pur esprit britannique. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Dès mon arrivée, j’ai assisté à la conférence organisée par la Chambre de Commerce française au Kenya, sur les perspectives économiques au Kenya.

Présidée par Jean-Pascal Naud et dirigée par Justine de Guerre, la chambre réalise deux événements par mois. Elle compte plus de 100 membres et s’est fixée pour objectif de doubler le nombre de ses adhérents dans les prochaines années.

Le rôle de la chambre consistant à faciliter les relations entre la France et le Kenya, elle soutient et accompagne les sociétés françaises qui s’installent au Kenya, sous divers aspects : implantation, démarche export ou développement local.

Afin de compléter mon information sur l’environnement des affaires au Kenya, Jean-Pascal et Justine m’ont organisé un dîner d’accueil en compagnie de Bruno Baroux (Thales), président de la section locale des CCEF ; Christian Yoka, responsable régional de l’AFD et Benoit Gauthier, chef du service Économique à l’Ambassade de France.

Les facilités offertes par le Kenya justifient que beaucoup d’entreprises y fixent leur centre d’opérations pour l’Afrique de l’est : liberté d’entreprendre ; main d’oeuvre bien formée ; pas d’actionnaires nationaux locaux imposés dans le capital ; liberté totale de circulation des capitaux ; facilité de transfert d’argent entre le Kenya et la France.

Autant d’atouts qui ne se retrouvent pas fréquemment sur le continent africain.

Bien entendu, tout n’est pas rose. On déplore de réels obstacles dans ce pays, où l’économie informelle est largement majoritaire. Par exemple, comme il est difficile de faire rentrer les taxes, l’administration fiscale est décrite comme particulièrement tatillonne et envahissante…

Ainsi, lors notre réunion du matin, un chef d’entreprise a suggéré l’absence garantie de contrôle fiscal durant les 5 premières années d’existence d’une start-up. +d’images

CCE & Vinci

Petit-déjeuner avec les conseillers du commerce extérieur de la France au Kenya, suivi d’une visite chez Sogea Satom, filiale africaine de Vinci, pour une rencontre avec Marc Grechi, le directeur régional.

La rencontre avec les CCEF s’est tenue en présence de Jean-Pascal Naud, président de la CCI française au Kenya, Benoit Gauthier, chef du service économique à l’Ambassade de France et Ghislain de Valon, directeur AFD Kenya.

Ingénierie, infrastructures, logistique, assurance, négociants en vins et spiritueux, agro-alimentaire, pharmacie, tourisme, titres d’identité sécurisés… de nombreux secteurs d’activité étaient représentés.

Cela m’a permis d’appréhender les enjeux auxquels nos entreprises sont confrontées. Les relations avec le fisc local nécessitent d’importants efforts. Les crédits de TVA s’avèrent actuellement impossibles à récupérer.

Mais notre administration fiscale nationale n’est pas en reste. Le refus du fisc français de prendre en compte les quitus fiscaux de la WHT (with holding tax), fait subir à nos entreprises une double fiscalité qui pèse sur leur compétitivité.

La prise en compte du problème par Bercy va devenir mon objectif prioritaire pour le Kenya.

Puis, dans un second temps, il faudra envisager de réviser l’accord fiscal bilatéral pour prendre en compte les évolutions de la fiscalité kenyane.

Avec le représentant d’Egis, comme celui de Vinci, nous avons échangé sur le projet de « commuter rail » entre l’aéroport de Nairobi et le centre-ville, envisagé depuis 2016. Il consisterait en une liaison par voie ferrée de 15 kilomètres, dont 5 kilomètres de voie neuve. Ce chantier permettrait de voir intervenir simultanément Egis, Vinci et Thales. Le Trésor suit ce dossier de près pour lui apporter un concours afin de faciliter sa concrétisation. +d’images

L’Oréal

Accueilli par Serge Sacré, DG de L’Oréal, j’ai pu visiter le site en compagnie de Jean-Pascal Naud.

L’Oréal a acquis Nice & Lovely, une petite société locale de cosmétique. Créée dans les années 90 à partir de quelques euros, celle-ci a connu une croissance et une réussite fulgurantes.

Au cours d’un entretien passionnant, j’ai appris que les cheveux des Africains poussent de 0,8 mm par mois et qu’ils sont extrêmement fragiles, tandis que ceux des Européens grandissent de 2 centimètres par mois.

La peau des Africains possède une protection naturelle contre les UVB, mais pas contre les UVA. Ne pas protéger leur peau sous prétexte que le soleil ne la brûle pas est une erreur, car elle sera affectée par un vieillissement accéléré, au même titre que celle d’un Européen.

Tout passe donc par une éducation de la population et des ressources compétentes pour promouvoir les produits de l’Oréal qui adapte ses capacités d’innovation au marché africain. En effet, l’Afrique gagnera 1,5 milliard de consommateurs d’ici à 2030, c’est donc un marché stratégique pour la marque.

Nous avons également évoqué les produits de maquillage de la marque Maybelline contrefaits en Chine. La contrefaçon chinoise des marques industrielles françaises est une réelle source de préoccupation que je n’hésite pas à partager avec le plus grand nombre. +d’images

Schneider Electric

Entretien avec Edouard Heripret, DG East Africa de Schneider Electric, suivi d’une visite du site de production en compagnie de Jean-Pascal Naud.

Installée depuis 3 ans en Afrique, la société produit localement des tableaux électriques, suite au rachat de leur partenaire historique local. La structure compte 200 employés et dispose de bureaux commerciaux dans les pays environnants.

La zone offre un potentiel de croissance important. Le taux d’électrification du Kenya est de 65% et repose sur les énergies renouvelables avec, par ordre d’importance, l’hydroélectricité, la géothermie, l’éolien puis le solaire.

La société Schneider est victime de contrefaçons. Ainsi, en novembre et décembre 2019, deux conteneurs de faux produits de la marque ont été saisis sur le port de Mombasa en provenance de Chine.

La contrefaçon dans le domaine électrique peut provoquer des incendies qui tournent parfois au drame.

En réponse à l’objectif d’électrification générale de l’Afrique, voulue par Jean-Louis Borloo, Edouard Heripret m’a présenté une solution solaire à 20 dollars qui permet de faire fonctionner une lampe et de recharger un téléphone portable.

Autre innovation, la station Villaya Emergency, lancée il y a un an. Il suffit de 20 minutes pour sa mise en route. 128 écoles sont déjà électrifiées avec Villaya. +d’images

Communauté française

Conseillers consulaires

Lors de mon passage à l’ambassade de France, je me suis entretenu avec Isabelle Gozalbo, consule adjointe, avant une visite des services consulaires, puis d’une discussion avec le colonel Marc de Block, attaché de Défense, au sujet des questions de sécurité.

Je me suis ensuite rendu à l’Alliance française pour un déjeuner avec les conseillers consulaires Farah Bhanji et Christian Caldara, en présence des présidents d’associations Betty Robin (UFE) et Gilbert Laloge (ADFE-FDM).

Le nombre des Français établis au Kenya s’élève à 2033. Il a progressé de 17% en moins de 5 ans. Plus de 8 sur 10 habitent la capitale Nairobi. 55000 Français se sont rendus dans le pays l’an dernier.

Les élus m’ont fait part de certaines situations sensibles qui pourraient nécessiter un rapatriement. Betty Robin a regretté la disparition de la Société française de Bienfaisance, dont l’absence prive désormais notre communauté et l’administration d’un levier essentiel pour gérer les cas relevant de l’action sociale.

Par ailleurs, les situations de conflits personnel-direction du lycée Diderot ont été longuement évoquées. +d’images

Enseignement

Lycée Denis Diderot

Visite du Lycée français Denis Diderot et entretien avec Benoît Keirel, proviseur en compagnie de Farah Bhanji, conseillère consulaire pour le Kenya.

Créé en 1962, le lycée compte 680 élèves, dont 400 en maternelle-primaire et 91 au lycée.

En fonctions depuis la rentrée de septembre dernier, le proviseur doit relever de nombreux défis entouré du board : revoir l’organisation des effectifs en rationalisant l’organigramme ; s’assurer que toutes les procédures soient respectées afin de garantir une bonne gestion de l’établissement ; accompagner le board pour se conformer à la réforme fiscale et enfin assurer sa mission pédagogique en créant du lien de la maternelle au lycée.

La situation est complexe, du fait de malversations passées subies en cascade par l’établissement, et appelle beaucoup d’interrogations fiscales. J’ai recommandé que le proviseur soit secondé par un directeur administratif et financier venant de Paris. +d’images

Culture française

Alliance française

Visite de l’Alliance française en compagnie de Sabrine Tebessi, directrice adjointe de l’Alliance française de Nairobi.

Cette Alliance située dans le cœur de capitale a fêté ses 70 ans d’existence en 2019, ce qui a donné lieu à une programmation culturelle exceptionnelle.

Chaque année, l’AF accueille 100 000 visiteurs et enseigne le français à 3 000 étudiants. Le restaurant « La belle époque », situé dans l’enceinte de l’Alliance, est dirigé par un des conseillers consulaires. +d’images

Devoir de mémoire

Karen Blixen

Le roman autobiographique de Karen Blixen a été adapté au cinéma à travers le mythique Out of Africa. Lorsque j’ai vu ce film, j’avais aussitôt décidé de découvrir le Kenya à travers ses fameux parcs… c’était y a tout juste 32 ans.

Betty Robin m’a invité à dîner au club dont Karen était membre, et m’a confié qu’elle avait fait partie des figurants lors du tournage d’Out of Africa.
Jean-Pascal Naud m’a fait découvrir la maison où Karen a vécu de 1917 à 1931, avant de repartir au Danemark en 1932, suite à la faillite de sa ferme.

Une fois de retour au Danemark, Karen Blixen a lutté pour l’égalité des droits des femmes. Elle n’est plus jamais revenue en Afrique.

Sa maison a été rachetée par l’état du Danemark en 1963, un an après la mort de Karen Blixen, et offerte en guise de cadeau au Kenya au moment de son indépendance.

Cette maison a été transformée en musée pour le centenaire de la naissance de Karen en 1985. Le Kenya a voulu ainsi rendre hommage à son humanisme, car elle s’est illustrée en respectant et protégeant la population locale, tandis que d’autres n’y voyaient qu’une source d’exploitation à bon marché. +d’images

En circonscription en Tunisie (2/2) – Sousse (13 fév. 2020)

Communauté française

Elus et acteurs de la communauté

Déjeuner au fameux restaurant « Le Méditerranée » avec des représentants de la communauté française de Sousse accompagnés des conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur, Francis Gaetti et Michel Zucchero.

J’ai eu le plaisir de retrouver Roselyne Cordin, présidente UFE Sousse et fondatrice du festival de BD de Sousse.

Si les chefs d’ilots présents sont des entrepreneurs expérimentés, ils tranchent avec cette communauté qui compte un peu plus de 2000 résidents.

En effet, 90% des Français installés à Sousse sont des retraités qui ont choisi la douceur de vie locale. Une pension française modeste leur permet de profiter d’un pouvoir d’achat bien supérieur en Tunisie, grâce au coût de la vie locale.

Mais les problèmes de santé leur rappellent, avec le temps qui passe, que la Tunisie n’offre pas actuellement les mêmes garanties de soin dans son système public que la France.

Les soins dans les cliniques privées peuvent être d’excellente qualité pour un coût plus attractif. C’est d’ailleurs une activité qui attire les patients de toute l’Europe. Il est donc recommandé de souscrire à la CFE (Caisse des Français de l’étranger) pour assurer une couverture santé qui ouvre l’accès à des établissements étrangers correspondant aux standards hexagonaux dans le public. + d’images

Enseignement

Groupe scolaire unifié Philippe-Séguin

Visite du Groupe scolaire unifié Philippe-Séguin en compagnie des conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero.

Cette école flambant neuve a ouvert en septembre 2019 après avoir regroupé l’école primaire Guy de Maupassant (300 élèves) et le collège Charles Nicolle (200 élèves).

À peine ouvert, en accueillant 566 élèves, l’établissement atteint déjà ses limites de capacité. La demande est telle qu’il sera en surcapacité dès la rentrée de septembre 2020.

Actuellement, les élèves intègrent le lycée à La Marsa en internat à l’issue du collège. Il paraît difficile de comprendre pourquoi les classes de lycée n’ont pas été intégrées à la faveur de la construction du nouvel établissement.

J’ai été séduit par l’orientation qualitative du discours des dirigeants Patrice Collongeon, principal, et Cyril Tournier, directeur.

Chacune de leurs décisions s’appuie sur l’intérêt des élèves. C’est une vision « orientée client » qui ne pouvait que me rassurer.

Ravi d’avoir pu échanger avec les élèves de CP de Françoise Kuc, alors qu’ils participaient à une compétition de rapidité de calcul. La vivacité de leur conversation démontre que leur enseignement est très prometteur. + d’images

Culture française

Institut français

Visite de l’antenne de Sousse de l’Institut Français de Tunisie dirigé par François Kuc, en présence des conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero.

La Médiathèque, dirigée par Aurore Degoit, accueille environ 1200 abonnés par an, dont 95% sont tunisiens et âgés de moins de 18 ans pour les deux tiers. 70% du public est féminin.

Le centre de langues compte environ 1000 apprenants par an.

Nous avons longuement parlé de l’activité de Campus France qui traite 1300 dossiers d’étudiants et accueille 6000 visiteurs par an, avec Sandrine Ben Cheikh, responsable Campus France Sousse.

L’augmentation des frais universitaires en France pour les étudiants étrangers a été controversée. Pourtant, si une inscription en licence coûte 2170 euros pour les étudiants étrangers, il faut mettre en parallèle qu’une année d’études en université coûte au contribuable français 13.000 euros par an.

Un projet de déménagement de l’Institut français est à l’ordre du jour pour offrir un meilleur confort à ses clients. Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France, fait tout son possible pour que cela se concrétise au plus tôt. Une démarche bienvenue pour conforter notre présence. + d’images

En circonscription en Tunisie (1/2) – Tunis (12 et 14 fév. 2020)

Cinquième déplacement en Tunisie, pour une visite de près de 72 heures.

Accueilli à l’aéroport par Isabelle Fradin-Thirode, consule générale, et les conseillers consulaires (à l’image) Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero, j’ai retrouvé un pays qui traverse une période de transition politique.

Je leur adresse toute ma gratitude pour m’avoir permis d’appréhender l’évolution des problématiques concernant notre communauté qui compte 23 580 inscrits, mais 900.000 Français de passage tout au long de l’année !

Communauté française

Consulat

La rencontre des chefs de service du consulat général, organisée par Isabelle Fradin-Thirode, m’a révélé que la première préoccupation concernait les mariages arrangés.

Ce phénomène concerne des Françaises en situation de faiblesse ou de détresse, afin de les amener à consentir un mariage. L’objectif étant évidemment d’obtenir à terme la nationalité française pour le prétendant. Cette pratique a conduit à deux drames fatals l’an passé.

Une autre technique en vogue consiste à faire un enfant à une Française pour obtenir un titre de séjour. En effet, même s’il est en situation irrégulière en France, en reconnaissant l’enfant, le père ne pourra plus être expulsé car père d’enfant français.

La Tunisie occupe la première place parmi les postes à mariage frauduleux (365), devant l’Algérie (187) et le Maroc (164).

Par ailleurs, une cellule de lutte contre les fraudes à l’aide sociale a été créée. Elle ne chôme pas et se trouve confrontée à des individus qui connaissent remarquablement le fonctionnement de notre système et se montrent très imaginatives pour exploiter ses failles.

Autre point de préoccupation, les dysfonctionnements de la Caisse des Français de l’étranger (CFE) qui nécessitent des interventions nombreuses du consulat qui peine à trouver des réponses. L’évolution des tarifs ou encore un mode de communication inadapté pour des adhérents âgés n’utilisant pas internet amènent les usagers à se tourner de plus en plus fréquemment vers le service social du consulat. Tunis n’est pas le seul poste affecté. Aussi, une réunion entre la DFAE et la CFE est prévue à Paris pour traiter cette question de manière globale. + d’images

Conseillers consulaires

La problématique de la CFE, concernant 2593 adhérents en Tunisie, est revenue abondamment durant la réunion avec les quatre conseillers consulaires présents (g à d ) : Laurent Caizergues, OC, Madeleine Ben-NaceurMichel Zucchero et Francis Gaetti.

30 à 40% des adhérents n’auraient jamais ouvert leur boite courriel par manque d’accès. Et lorsque les élus envoient des emails à la CFE, ils déclarent recevoir des réponses plusieurs jours plus tard sans toujours en comprendre le sens.

Par ailleurs, sur le sujet de la fiscalité, les élus déplorent que la CSG-CRDS sur les revenus immobiliers en France soit toujours appliquée aux Français résidant à l’extérieur de l’UE.

Ce fut un tour d’horizon très complet sur les difficultés rencontrées par nos compatriotes en Tunisie, mais leurs éloges sur la douceur de vivre dans ce pays nous font comprendre pourquoi tant de nos retraités choisissent de s’y établir. + d’images

Réception à la Résidence

C’est dans la résidence de la consule générale, Isabelle Fradin-Thirode, que mon 5ème déplacement en Tunisie s’est conclu, là où le premier avait commencé. Je remercie notre consule générale, d’avoir accueilli cet événement en présence d’Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France, qui m’avait reçu en tête à tête, juste auparavant.

Les conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur, Laurent Caizergues, Martine Djedidi et Michel Zucchero m’ont également fait l’honneur de leur participation, tout comme de nombreux représentants de la communauté française, dont plusieurs présidents d’associations, parmi lesquels Paule Badra (UFE Tunisie), Roselyne Cordin (UFE Sousse), Ludovic Bernard-Manusset (Tunis Accueil)…

Cela m’a permis de retrouver Martine Gambard Trebucien, qui m’avait reçu en qualité de consule générale en ces mêmes lieux en janvier 2015, mais également Patricia Elias, établie auparavant au Liban et qui intervient pour l’ONU Femmes en Tunisie.

Cette ultime soirée m’a permis d’exprimer ma reconnaissance envers tous ceux qui s’engagent en faveur des Français en Tunisie.

Et en particulier pour l’action du service culturel qui grâce au leadership de l’ambassadeur Olivier Poivre d’Arvor a incité de nombreux acteurs privés à s’engager. En 2 ans, on compte 11 écoles supplémentaires et 5 nouveaux projets. J’ai souhaité que les bonnes pratiques observées en Tunisie inspirent d’autres pays.

J’ai également souligné l’importance de l’action sociale de la société d’entraide et de bienfaisance (SFEB) présidée par Michel Delattre et du foyer familial Delarue-Langlois, dirigé par Rita Mangogna. + d’images

Enseignement

Institut et Enseignement

Entretien avec Sophie Renaud, conseillère culturelle et directrice de l’Institut français en présence des conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero, ainsi que de Claudie Pion, attachée de Coopération éducative.

Le plan éducatif répond à trois questions :
1 – quels objectifs pour les écoles françaises ?
2 – comment contribuer à redynamiser le système éducatif tunisien ?
3 – comment favoriser l’employabilité dans un pays qui compte 30% de chômeurs diplômés ?

Pour répondre à l’objectif 1, un travail en partenariat public-privé a permis de développer le « projet Pilote » pour créer de nouveaux établissements scolaires français en Tunisie. L’impulsion d’Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France en Tunisie, s’est révélée déterminante. Son aura a incité de nombreux acteurs privés à s’engager. Deux ans plus tard, on compte 11 écoles supplémentaires et 5 nouveaux projets.

L’objectif est également de contrôler et cadrer le développement d’écoles françaises en Tunisie. On recensait 11000 élèves dans le réseau en 2017. On anticipe 22000 élèves en 2024 et 30000 en 2030.

J’ai félicité l’équipe du SCAC pour son travail qui, je l’espère, inspirera d’autres postes.

L’entretien a été suivi d’une visite de l’Institut français et d’une rencontre avec son équipe. En janvier 2015, je visitais ce lieu qui n’était alors qu’un chantier. Cinq ans plus tard, je suis resté admiratif en parcourant ce lieu de vie destiné à tous les Tunisiens et orienté vers la jeunesse. + d’images

Lycée Pierre Mendes-France

Visite du lycée Pierre Mendes-France, EGD de l’AEFE en compagnie des conseillers consulaires : Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero.
Accueilli par le proviseur Thierry Verger et son équipe de direction pour un entretien sur le plan de développement de l’établissement, j’ai ensuite participé à une réunion en présence des élus, des représentants des parents et ceux du personnel.

Le lycée créé en 1956 comprend trois sites : le lycée-collège Pierre Mendes-France, l’école Robert Desnos et l’école Georges Brassens. L’ensemble accueille 3 000 élèves et affiche un taux de réussite au bac de 98%.

Le lycée est responsable de la formation continue des personnels d’enseignement sur la zone Maghreb-est.

Le site de Robert Desnos poursuit un plan de rénovation de ses structures d’accueil conçu en 3 phases qui s’achèvera en 2023.

J’ai néanmoins pu entendre l’inquiétude des parents devant le manque de transparence propre au fonctionnement des établissements en gestion directe par l’AEFE. Les choix concernant la construction et le plan de développement les rendent perplexes. C’est la raison pour laquelle je plaide sans relâche pour une démocratisation de l’EGD en faveur des parents qui contribuent principalement aux coûts de fonctionnement. + d’images

Entrepreneuriat

Brod-Tunis

Visite d’une PME de 15 personnes spécialisée dans la broderie, créée il y a 25 ans. Didier Duranton a décidé de passer progressivement la main à Raymond Cornu, directeur du site depuis l’été dernier, pour prendre à terme une retraite bien méritée.

Cette entreprise travaille exclusivement pour l’exportation : 80% vers la France et 20% vers la Suisse.

Madeleine Ben Naceur a attiré mon attention sur les tracasseries administratives du quotidien d’une PME locale, à la faveur de cette rencontre. Avec beaucoup de finesse et d’humour, Didier Duranton m’a décrit un univers réglementaire, parfois kafkaïen, mais qui n’a jamais émoussé son optimisme, ni son envie d’animer son entreprise, dont les salariés sont assimilés à une famille. Longue vie à Brod-Tunis ! + d’images

Solidarité

SFEB

Entretien avec Michel Delattre, président de SFEB et les représentants de la Société d’entraide et de bienfaisance (SFEB), en compagnie de Rita Mangogna, directrice du foyer familial Delarue-Langlois.

La SFEB a été été créée en 1882 pour assister matériellement et moralement des personnes résidant en Tunisie qui traversent une situation difficile. Cette structure offre une présence amie à tous les stades de la vie qui va de l’aide à la constitution de dossiers administratifs et médicaux jusqu’à l’hébergement provisoire de Français de passage en grande difficulté. Parfois, l’assistance s’étend aux obsèques pour des familles démunies.

L’objectif de mes interlocuteurs est de créer une plateforme commune d’intervention qui s’appuie sur le triptyque « consulat-SFEB-maison de retraite », coordonnée avec un accueil en France pour les personnes rapatriées.

La maison de retraite n’est pas une structure adaptée pour des personnes qui devraient être placées sous tutelle. Il lui faudrait également une convention pour faciliter le rapatriement en cas de non-respect des obligations du résident.

J’ai exprimé ma gratitude et mon admiration pour l’empathie et l’engagement des responsable de la SFEB. Ils incarnent à merveille la fraternité, pilier de notre république. + d’images

En circonscription en Jordanie – Amman (1-2 mars 2020)

Second déplacement en Jordanie, où j’ai retrouvé Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie, auparavant en poste à Madagascar, et Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak.

(à l’image) Laurence possède une énergie inépuisable pour assister nos compatriotes en difficulté et pour venir en aide aux réfugiés.

Portée par une foi à déplacer les montagnes, elle m’a raconté l’histoire de ces 12000 chrétiens d’Irak réfugiés en Jordanie. Ils n’ont plus confiance en l’état irakien pour les protéger et ne veulent plus rentrer chez eux. Alors, ils attendent un visa pour l’Australie ou le Canada.

Son empathie fait de Laurence une élue consulaire exemplaire au sens de l’intérêt général. Quatre ans après mon premier passage à Amman (compte-rendu), elle a encore gagné en assurance et s’est révélée un guide formidable lors de ce déplacement.

Communauté française

Consulat

À la faveur de mon retour en Jordanie, j’ai tenu à visiter le consulat en compagnie de Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak.

En l’absence d’Isabelle de Marguerye, consule, nous avons été remarquablement reçus par l’équipe du poste, conduite par Abdeslam Kannibou, responsable des affaires consulaires.

1 540 compatriotes sont enregistrés au consulat. Cette communauté bien intégrée se partage entre des résidents de longue date, des hommes d’affaires et des compatriotes engagés dans l’humanitaire. 90% sont établis à Amman, les humanitaires sont présents dans les camps situés dans le nord du pays.

Du fait des crises régionales (Syrie, Irak, Yémen) et depuis la fermeture de notre ambassade à Damas en 2012, la section consulaire traite les demandes d’asile et de réinstallation des réfugiés irakiens et syriens. Un travail volumineux : 15.360 dossiers syriens ont été traités de 2011 à 2019 concernant 60.000 personnes et 3.160 dossiers irakiens sur la période 2014-2019 pour 9000 personnes.

Depuis 2018, le poste est confronté à une hausse du nombre de touristes français. Ils ont été 90.000 en 2019. L’ouverture aux compagnies low-cost se conjugue avec une recrudescence de Français de passage qui rencontrent des difficultés (hospitalisation, retour frontières, rapatriement…). Ainsi, en 2019, deux personnes sont arrivées au consulat en maillot de bain. Tout leur avait été volé : papiers, valises et vêtements.

À l’image de ce que j’ai observé récemment en Tunisie, on retrouve pléthore d’histoires de coups de foudre. Comme le cas de cette Française venue visiter Pétra : arrivée un samedi, elle rencontre le lundi un Jordanien 20 ans plus jeune qu’elle, puis ils se rendent au consulat le jeudi … pour se marier.

Plus dramatique, les accidents fatals. Les assurances ont tendance à renvoyer l’assistance au rapatriement vers le consulat. Ces circonstances où il faut accueillir les familles en deuil ou en souffrance sont lourdes à porter pour les agents.

Enfin, la question des déplacements illicites d’enfants pèse sur l’action du poste. 8 dossiers sont en cours de traitement. Les agents regrettent que l’application systématique de la charria, dès lors que les familles sont musulmanes, se fasse au mépris du droit français. +d’images

Enseignement

Lycée français International d’Amman (LFIA)

Je me suis rendu sur le site de Yadoodeh du Lycée français International d’Amman, en compagnie de Laurence Ledger, conseillère consulaire et de Sophie Bel, conseillère culturelle.

Le LFIA est conventionné avec l’AEFE. Le site primaire à Deir Ghbar accueille 350 élèves de 2 à 8 ans. Celui de Yadoodeh, où nous a accueilli Philippe Gallienne, proviseur, reçoit 320 élèves de 9 à 18 ans.

Situé sur la route de l’aéroport, le lycée a été inauguré en 2013 pour accueillir le secondaire, rejoint par les élèves de CM1 et CM2 en septembre 2019.

Les effectifs ont progressé de 25% en 3 ans. Ils se composent d’un tiers d’élèves jordaniens, un tiers de français et un tiers affichant une autre nationalité.

L’association des parents d’élèves (APE) qui gère le LFIA, en lien avec l’AEFE et le poste diplomatique, élabore une stratégie sur 5 à 10 ans. Achat d’un terrain supplémentaire à proximité ou construction d’un niveau supplémentaire sur le bâtiment existant, tout est envisagé pour faciliter le changement d’échelle de l’établissement. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce & CCEF

Je remercie notre ambassadrice, Véronique Vouland-Aneini, pour avoir organisé un déjeuner avec les CCEF et le directeur de la Chambre de commerce pour faire le point sur la situation économique dans un pays qui compte 40% de chômeurs.

La Jordanie séduit plutôt les investisseurs, car le pays est bien géré sur un plan macro-économique. En outre, il présente de bonnes garanties en matière de stabilité politique et de sécurité publique.

Merci aux participants pour leurs précieux enseignements : Manal al Nammari, déléguée du pays de société Air France ; Alain Enjalbert, directeur régional de Carrefour Jordanie ; Nadim Abaouat, directeur général de la Société Générale de Banque Jordanie ; Stéphane Lapauw, directeur général de Total ; Ibrahim Kattan, directeur général de CAFRAJ, la CCI France Jordanie. +d’images

Politique

Diplomatie parlementaire

Entretien avec Issa Murad, sénateur et rapporteur de la commission des Finances, en présence de Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie.

Ancien président de la chambre de commerce d’Amman, le sénateur Murad a exercé de très nombreuses responsabilités dans le monde des affaires et il est à la tête d’un groupe d’entreprises en particulier dans l’électronique et les produits électriques.

Nous avons évoqué la bonne tenue de la devise jordanienne et le sénateur m’a donné des assurances sur la solidité du système financier jordanien.

Membre du groupe d’amitié Jordanie-France, Issa Murad m’a assuré de sa détermination à conforter les échanges bilatéraux entre nos deux pays. Ce sera bien venu, car nous pointons en 3ème position pour l’Europe, derrière l’Allemagne et l’Italie. +d’images

Hydro-diplomatie

Ministre de l’Eau

Entretien avec le ministre de l’Eau et de l’Irrigation, Raed Abu Saud, en compagnie de Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie et Luc Le Cabellec, directeur de l’AFD.

Nommé une première fois à ce même poste en 2005 et après avoir été ministre des Travaux publics et du Logement (2004-2005), Raed Abu Saud est retourné au ministère de l’Eau en octobre 2018.

Le ministre m’a confié qu’il avait côtoyé à Harvard le Dr Fadi Comair qui co-organise avec moi les colloques annuels au Sénat sur l’hydro-diplomatie.

La Jordanie est l’un des pays les plus pauvres en eau de la planète : l’approvisionnement en eau renouvelable ne couvre que la moitié de la demande, autrement dit la consommation d’eau est deux fois supérieure au renouvellement de la nappe.

Le ministre a rappelé que cette situation complexe a été aggravée par l’arrivée des réfugiés, notamment syriens, depuis 2011 (1 million de personnes environ soit 10% de la population totale), puis ceux venant d’Irak. De fait, la quantité d’eau disponible par habitant a été divisée par deux en quarante ans.

Le secteur de l’eau en Jordanie doit faire face à deux défis majeurs : d’une part, une faible disponibilité des ressources en eau nécessitant une forte consommation d’énergie qui en obère les coûts et, d’autre part, une situation financière structurellement déséquilibrée, notamment due à l’insuffisance du prix de l’eau, notamment pour des raisons sociales.

Les principaux enjeux actuels concernent :
1 – la restructuration des tarifs de l’eau et la réduction des pertes physiques et commerciales en eau ;
2 – l’amélioration de la gestion et de la performance des opérateurs du secteur ;
3 – l’optimisation des coûts de l’électricité pour le secteur.

La question de l’usage inefficient de l’eau agricole constitue également un grave sujet de préoccupation, non adressable politiquement en raison des pressions des tribus et de puissants intérêts fonciers. La manifestation que j’ai observée à mon arrivée devant son ministère en témoignait. +d’images

Réunion préparatoire sur l’Eau

Afin de préparer mon entretien avec le ministre jordanien, Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France a organisé, à la Résidence, une rencontre sur le thème de l’eau avec Thierry Caboche, Premier conseiller ; Najwan Nakho, adjointe du conseiller économique ; Luc Le Cabellec, directeur de l’AFD ; Gilles Mori, responsable dossier eau et énergie ; Myriam Ababsa, chercheur associé, Ifpo.

Dans le prolongement de la conférence que j’avais organisée au Sénat sur le bassin du Jourdain, en 2016, avec le Dr Fadi Comair, nous sommes revenus sur le dossier mer Rouge-mer Morte et ses développements récents

L’ensemble des ressources en eau disponible totalise près de 1 milliard m3 par an qui est à peu près également partagé entre les usages agricoles d’une part, industriels et domestiques d’autre part. Ainsi la disponibilité annuelle d’eau douce avoisinant 500 Mm3 n’excèderait pas, chiffre indicatif, 80 m3/habitant/an, une des plus faibles de la planète.

Pour répondre à la demande croissante en eau, le projet régional mer Rouge-mer Morte avait pour objectif, dans sa première phase, de fournir 65 Mm3 d’eau potable à la Jordanie. La préparation du projet est achevée sur les plans technique, financier et environnemental depuis 2018.

Face au blocage politique actuel avec Israël, la Jordanie envisage le lancement d’un projet alternatif, autonome (Aqaba-Amman Water Desalination and Conveyance Project), qui resterait néanmoins compatible avec le projet mer Rouge-mer Morte et qui viserait un approvisionnement à terme de 130 Mm3 dans une première phase, à l’horizon 2025.

En circonscription au Qatar – Doha (28-29 fév. 2020)

Afin de découvrir les attentes de nos compatriotes à la faveur de mon premier déplacement au Qatar, 95ème pays traversé depuis le début de mon mandat, notre ambassadeur, Franck Gellet, a réuni les acteurs de la communauté française et de notre communauté d’affaires.

Je remercie chaleureusement Rosiane Houngbo Monteverde, conseillère consulaire pour Qatar et Bahrein, d’avoir organisé une réunion publique sur le thème de la sécurité sanitaire, à l’occasion de ma venue. Rosiane m’a permis de découvrir le musée national du Qatar, conçu en forme de rose des sables par l’architecte Jean Nouvel, et accompagné lors de toutes mes rencontres dans ce pays minuscule par la superficie, mais aux enjeux colossaux, puisqu’il détient 20% des ressources de gaz du monde, soit autant que la Russie, et qu’il est le 1er exportateur de GNL mondial.

On ne s’étonne pas que les Qatariens affichent le 1er PIB par habitant au monde, devant le Luxembourg. Ainsi, lorsque les touristes qatariens visitent la France, ils dépensent 3000 euros en moyenne par jour et par personne.

À la demande de Jean-Jacques Maizaud, consul général, la finalisation de la mise en vigueur de l’accord d’échange de permis de conduire conclu entre la France et le Qatar constitue ma priorité d’action pour ce pays.

Entrepreneuriat

CCI France Qatar & CCEF

Le Qatar est le 6ème excédent commercial de la France en 2019 (4ème en 2018). Afin de d’évaluer les enjeux et les opportunités offertes par ce pays pour nos entreprises, j’ai participé à deux réunions économiques et visité un salon.

Première réunion avec Franck Gellet, ambassadeur et Jean-Jacques Maizaud, consul général, puis rencontre avec Thierry Dezenclos, président CCEF Qatar, Jeremy Georgette, président CCI France Qatar (CCIFQ), Sandrine Lescaroux, directrice CCIFQ, et Rosiane Houngbo Monteverde, conseillère consulaire pour Qatar et Bahreïn.

Nous avons parlé des nombreux succès français au Qatar. Dans la grande distribution par exemple : Carrefour, Monoprix et Galeries La Fayette sont présents. Le Printemps ouvrira au printemps 202. Le plus grand Monoprix au monde se trouve au Qatar. 70 des 120 entreprises françaises au Qatar ont rejoint la CCIFQ.

J’ai visité le salon de la joaillerie et de la montre qui est le plus important au monde pour ce secteur. Les autorités y font leurs achats pour les cadeaux protocolaires. Certaines entreprises y réalisent 20% de leurs ventes annuelles. Paris est assurément la ville la plus visible sur les enseignes.

Le pays veut se diversifier et se devenir indépendant au niveau agroalimentaire en développant une agriculture locale. Le Qatar place aussi ses efforts pour devenir un leader mondial dans le domaine du sport et de la santé. Le pays organisera la coupe du monde de football en 2022. +d’images

Métro

Merci à Thierry Couderc, CEO de RKH Qitarat, de m’avoir fait découvrir le métro de Doha, en compagnie de Rosiane Houngbo Monteverde, conseillère consulaire pour Qatar et Bahrein, Thierry Dezenclos, président CCEF Qatar et Jean-Pierre Pont, éditeur du magazine des Français de l’étranger.

Résultat du joint-venture entre RATP Dev, la SNCF et un partenaire local, le métro s’étend sur 72kms, compte 37 stations répartie sur 3 lignes. 120.000 usagers le fréquentent chaque jour et 20.000 caméras garantissent leur sécurité.

Un investissement de 22Mds$ a été consacré au métro de Doha qui a ouvert progressivement en mai, novembre et décembre 2019. Vinci a réalisé 4 stations tandis que Thales est en charge du ticketing et de l’automatisme des rames.

Le prix d’un trajet est de 0,50€, en classe standard. Le métro dispose aussi d’une classe Gold à 2€ le ticket pour voyager dans un confort luxueux.

Ce métro constitue une superbe réussite des Qatariens qui fait également honneur à notre pays. +d’images

Communauté française

Consulat

Franck Gellet, ambassadeur de France au Qatar, a organisé une réunion à la Résidence avec les représentants de notre communauté ; suivi d’une visite du consulat organisée par Jean-Jacques Maizaud, consul général.

Parmi les participants, les conseillers consulaires : Rosiane Houngbo Monteverde et Georges Abou Saab ; Maryline Chepda (Doha Accueil), Mohamed Jaidah (Jaidah group), Thierry Dezenclos, président de la Maison de France…

La communauté française n’a cessé de croître lors des 10 dernières années. Avec 5590 ressortissants, elle est la 2ème communauté étrangère derrière les Britanniques qui sont 4 fois plus nombreux.

La durée de séjour au Qatar des expatriés français est, en moyenne, de 3 ans.

En l’absence de droit local des associations, les associations françaises sont regroupées au sein d’une structure de droit baptisée la « maison de France ». Onze associations en sont membres. Doha accueil est la plus importante avec 300 adhérents.

Le consul général m’a alerté sur le problème de la mise en vigueur de l’accord d’échange de permis de conduire conclu entre la France et le Qatar.

Le 6 juillet 2018, un accord portant reconnaissance mutuelle des permis de conduire a été signé à Paris, au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. La réalisation de l’accomplissement des procédures internes qatariennes relatives à l’entrée en vigueur de cet accord a été menée à bien.

Les permis français peuvent donc être échangés au Qatar. En revanche, côté français, la réciproque n’est pas vraie. Ce dossier constituera ma priorité d’action pour le Qatar. +d’images

Sécurité sanitaire

Rosiane Houngbo Monteverde, conseillère consulaire, m’a invité à intervenir lors d’une réunion publique sur le thème de la sécurité sanitaire, dont l’objectif était d’éclairer les participants sur la question du rapatriement sanitaire.

Nos propos ont été étayés par ceux qui ont été confrontés à cette situation, afin de partager leur retour d’expérience.

J’ai ainsi complété l’excellent exposé de Rosiane, en relatant les cas auxquels j’ai dû moi-même faire face.

Une vingtaine de personnes ont participé à cet événement très enrichissant, dont Maryline Chepda, présidente de Doha accueil. Félicitations à Rosiane pour cette initiative unanimement saluée. +d’images

Enseignement

Lycée franco-qatarien Voltaire

Visite du lycée franco-qatarien Voltaire en compagnie de Jean-Jacques Maizaud, consul général, Rosiane Houngbo Monteverde, conseillère consulaire et de Hadrien Laroche, conseiller culturel.

Accueillis par Serge Tillmann, directeur général, et par l’équipe de direction, nous avons découvert le site de West Bay, premier des trois sites que compte l’établissement.

Créé en 2007 pour recevoir 150 élèves, il en compte désormais 1730. Afin de répondre à la demande, un 4ème site devrait ouvrir cette année.

L’Émir du Qatar a fait le choix de scolariser quatre de ses enfants au lycée Voltaire, tout comme 75% des membres du gouvernement. Dans un pays où les Britanniques sont quatre fois plus nombreux que les Français, le lycée Voltaire est la porte ouverte du Qatar vers la France et l’espace francophone. +d’images

Lycée Bonaparte

Visite du lycée Bonaparte en compagnie de Jean-Jacques Maizaud, Rosiane Houngbo Monteverde et Hadrien Laroche.

Créé en 1976, ce lycée conventionné avec l’AEFE qui accueille 2000 élèves, se transforme, et engage une profonde rénovation.

A la rentrée 2019, le nouveau bâtiment du secondaire, fraîchement terminé, a accueilli collégiens et lycéens et les élèves de CM1-CM2. Les autres niveaux – élémentaire et maternelles – sont installés le temps de cette année scolaire dans les bâtiments historiques du Lycée, avant d’intégrer à leur tour des bâtiments flambant neufs.

Un stade sera installé au centre de l’établissement. Tout un symbole dans un pays qui a fait du sport le vecteur de son rayonnement. +d’images

En circonscription en Algérie – Alger (9-11 fév. 2020)

Pour rencontrer les Français d’Algérie, j’ai été heureux de retrouver Radya Rahal, conseillère consulaire à Alger, conseillère à l’AFE (où elle est vice-pdte de la commission des Lois) et vice-présidente de l’UFE Alger. Durant 8 ans (2006 à 2014), nous avons travaillé avec complicité à la commission des Finances de l’AFE. Elle n’a rien perdu de son esprit incisif et de ses qualités pour apporter des solutions à nos compatriotes d’Algérie.

Je remercie Radya de m’avoir accompagné dans l’essentiel de mes rendez-vous et pour ses nombreux éclairages. En sa présence, nous avons été accueillis à la Résidence par Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie et par Marc Sédille, consul général, qui a réuni nos conseillers consulaires pour une réunion très fructueuse.

La réussite de ce déplacement à dominante économique est à mettre à l’actif de Michel Bisac, président de la CCI algéro-française et Réda El Baki, son DG. Je leur adresse toute ma gratitude pour la qualité des visites et rencontres proposées, de la multinationale à la PME, en passant par une rencontre avec des entrepreneurs en herbe au sein de notre chambre de commerce. j’ai proposé à Michel Bisac de créer une opération « VisaTech pour VivaTech 2020 » pour faciliter leur obtention de visa afin de participer à ce grand salon à Paris.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce et d’Industrie algéro-française

Accueilli par Michel Bisac, président de la chambre de commerce et d’Industrie algéro-française (CCIAF), Réda El Baki, DG , nous avons échangé sur l’actualité politique et économique, en présence de Radya Rahal, conseillère consulaire.

La Chambre compte 2000 adhérents, regroupés en 28 secteurs d’activité : 205 entreprises françaises et 1795 sociétés algériennes, dont 400 représentent des marques/produits français.

Ces entreprises emploient au total plus de 210.000 salariés et représentent un chiffre d’affaires d’environ 2 milliards d’euros.

Première étape, une rencontre avec Eric Wormser, PDG de la Société Générale Algérie et plusieurs chefs d’entreprises dans le cadre de l’après-midi rugby : France-Italie du tournoi des 6 nations. Ce moment m’a offert l’opportunité d’échanger plus particulièrement avec Lyes Boudiaf, président de Isly holding, administrateur de la CCIAF.

Seconde étape, un entretien au sein de la CCIAF avec des chefs d’entreprises algériens et français pour évoquer l’environnement des affaires et les perspectives économiques. Parmi les participants : Patrick Coutellier, pdt CCE section Algérie, Citroën Algérie ; Christophe Richard, Bergerat Monnoyeur Algérie (engins travaux publics) ; Pierre Vasserot, Axa Assurances ; Moncef Bourkouk, MB Investment et Consulting (Agro).

La journée s’est terminée par un dîner au restaurant El Boustane qui domine la baie d’Alger, à l’invitation du président de la CCIAF, Michel Bisac, en présence de Marc Sédille, consul général ; Réda El Baki, DG de la CCIAF ; Toufik Lerari, co-fondateur d’Allégorie Group et d’entrepreneurs. Cette soirée a révélé les regards croisés que portent les entrepreneurs et les citoyens sur la France et sur l’Algérie.

Merci à tous mes interlocuteurs pour leurs nombreux enseignements. + d’images

Sanofi

Visite de l’usine Sanofi accompagné de Marc Sédille, consul général de France, Radya Rahal, conseillère consulaire, Michel Bisac, président de la CCIAF et Réda El Baki, son directeur général.

Raafat Henein, directeur général, a souligné l’importance d’être agile pour s’adapter aux attentes des pays émergents.

Il nous a présenté l’historique de Sanofi en Algérie, devenu le plus grand centre de fabrication et de distribution de médicaments en Afrique. Près de 100 millions d’euros y ont été investis. J’ai découvert un complexe industriel en phase d’achèvement et constaté que le centre de distribution était intégré à l’usine fabriquant des comprimés, des sirops et des sachets.

Sanofi Algérie compte 900 personnes, de nationalité algérienne à 99,5%, essentiellement jeunes et féminines, affichant de brillantes qualifications décrochées en Algérie ou en France. Celles-ci incarnent une Algérie prometteuse qui incite à l’optimisme. + d’images

Snax

Un million de paquets par jour ! Voilà ce que produit l’usine Snax, spécialisée dans la production et la commercialisation de chips.

Avec Radia Rahal et Michel Bisac, Réda El Baki, nous avons visité les installations de cette belle réussite dans l’agroalimentaire.

Samir Ait Aoudia, fondateur et dirigeant de Snax, m’a exposé sa vision d’entrepreneur attaché à la liberté d’entreprendre. J’ai été séduit par sa libre expression qui permet de comprendre les défis économiques auxquels son pays est confronté.

Arrivé en Algérie en 1993, Samir Ait Aoudia, binational, démontre, au travers de son entreprise fondée il y a 20 ans, que l’on peut créer de toutes pièces une affaire en Algérie et se lancer à l’international après avoir conquis son marché intérieur.

S’il n’élude aucun des défis économiques et politiques auxquels son pays est confronté, cet entrepreneur-né garde foi dans l’aptitude de la génération montante à les relever. + d’images

Start-up

Après une visite de la CCIAF, rencontre de jeunes dirigeants de start-up, organisée par Michel Bisac, président et Réda El Baki, DG, en présence de Radya Rahal, conseillère consulaire.

Hocine Ettayeb, CEO de Heetch Algeria, filiale algérienne de la société française de VTC Heetch, installée depuis 5 mois à Alger.
Imane Boumaza, dirige deux sociétés :
. Altius Mena, experte dans l’accompagnement des entreprises dans la mise en place de leur solution Salesforce, Sage.
. Telux Algérie, un centre d’appels et de gestion de la relation client basé en Algérie.
Nassim Lounes, Med&Com, conseil en digital, première régie publicitaire digitale en Algérie.
Adel Amalou, co-fondateur d’IncubMe, premier Incubateur avec un dispositif d’accompagnement et de cross- fertilisation entre startupers, étudiants, diplômés et experts.
Samir Bouazabia, CEO et cofondateur de Batolis.com qui offre à tous les Algériens une expérience de shopping en ligne avec des produits de marque originaux et garantis.

‪Ces jeunes startupers, bourrés de talent et d’imagination, aimeraient que la France s’intéresse à la jeunesse de leur pays.‬‬‬ ‪Ils espèrent une initiative de notre part afin de rapprocher notre French Tech de leur éco-système.‬‬‬ ‪

Ils ont souligné la difficulté d’obtenir des visas pour pouvoir rencontrer des partenaires en France.‬‬‬ ‪Afin de briser ce mur de verre, j’ai proposé à Michel Bisac de créer une opération « VisaTech pour VivaTech 2020 » coordonnée par la CCIAF avec le soutien du Sénat et de l’ambassade de France.‬‬‬ + d’images

Legrand Algérie

Échange avec Jonathan Kazinski, DG de Legrand Algérie, pour évoquer notamment les contrefaçons de sa marque en provenance de Chine.

La société française Legrand constitue une référence internationale en matière d’équipements électriques, elle est donc la cible des contrefacteurs qui représentent, par ailleurs, un danger pour les acheteurs de ces contrefaçons, comme le risque d’incendie.

J’ai été heureux d’apprendre que des mesures étaient prises en Algérie pour endiguer ce fléau. + d’images

Pages Maghreb

La société « Les pages Maghreb » a été créée il y a 15 ans par Dominique et Michel Bisac. Ils ont ainsi développé la plus importante base de données d’entreprises en Algérie, présentée sous forme d’annuaire constamment à jour.

Située à Sidi Yahia, le call center Les Pages Maghreb est, lui, spécialisé dans la gestion de la relation client à distance.

Fort de son expérience, l’entreprise propose des services à valeur ajoutée dans des domaines aussi variés que l’automobile, l’assurance, l’industrie et la santé. Belle réussite ! + d’images

Communauté française

Ambassade

Entretien avec Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie à la Résidence des Oliviers, en présence de Marc Sédille, consul général, Radya Rahal, conseillère consulaire et de Thibaut Fourrière, ministre conseiller.

Nous avons fait le tour d’horizon des principales problématiques intéressant les Français d’Algérie et celles de notre administration consulaire.

Nous avons ainsi évoqué la dette hospitalière privée de patients algériens venus se faire soigner en France qui s’élève à 27 M€.

Par ailleurs, j’ai posé plusieurs questions suite au rapport de ma collègue Nathalie Goulet sur la fraude sociale. Nous avons donc évoqué les faits de fraude avérés qui ont été répertoriés par notre consulat, ce qui nourrira la réflexion pour lutter contre ces dérives.

Autre sujet discuté : la Kafala, application du droit musulman qui n’est pas encadrée dans notre droit. Il s’agit d’un acte, validé par l’autorité judiciaire, par lequel une personne s’engage à recueillir un enfant mineur. Il s’apparente à un transfert de l’autorité parentale. Ainsi, lorsqu’une enfant de 15 ans en Algérie est adoptée par Kafala par une personne de 80 ans en France, si ce dernier est Algérien, le préfet impose au consulat la délivrance d’un visa au titre du regroupement familial. Ce recueil légal d’enfant présente des lacunes, car il n’est procédé à aucun contrôle sur les familles d’accueil en France. Nous enregistrons 500 Kafalas par an.

Certaines pratiques appellent à aménager notre droit pour éviter quelques dérives observées.

Enfin, nous avons abordé la situation des binationaux qui ont travaillé en Algérie, puis qui ont décidé de prendre leur retraite en France. Dans ce cas, l’Algérie ne verse pas les pensions… À l’inverse, la France verse chaque année 80M€ en faveur des pensionnés qui ont choisi de prendre leur retraite en Algérie.

Compte tenu des enjeux financiers et de l’ampleur des discussions à mener avec nos homologues algériens, nous avons envisagé la possibilité de nommer un conseiller des Affaires sociales à l’ambassade en Algérie. + d’images

Conseillers consulaires

Rencontre avec les élus consulaires autour de Marc Sédille, consul général, pour me faire part de leurs priorités, notamment au sujet de l’enseignement français. Je remercie de leur participation (g à d) : Radya Rahal ; Nadia Lahlouh ; Hedi Daoud ; Françoise Aberkane.

Les élus consulaires m’ont fait part de leurs priorités qui pourraient se synthétiser ainsi :
. Le développement de structures d’enseignement français.
. La maîtrise des frais de scolarité qui augmentent actuellement de 6 à 7% par an.
. La formation des enseignants pour assurer la qualité de l’enseignement.
. La création d’un Institut français à Tizi Ouzou.
. Assurer la réciprocité pour les associations, afin de leur permettre de se constituer librement en Algérie, tout comme les Algériens peuvent se constituer en association en France.

Le lendemain, je me suis rendu au consulat en compagnie de Radya Rahal pour prolonger les discussions avec Marc Sédille en particulier sur la question de la demande de recouvrement par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) des créances dues par le lycée international Alexandre Dumas d’Alger.

J’ai également eu l’opportunité de visiter les services du consulat et d’apprécier la détermination des agents à lutter contre les fraudes. + d’images

Culture

Institut français d’Alger

Visite du site de l’Institut français d’Alger situé en centre-ville, conduite par Philippe Monestes, directeur, en présence de Radya.

Le site possède l’une des plus importantes médiathèques d’Algérie.

Plus de 200 événements culturels sont programmés chaque année : spectacles, films, expositions, conférences et débats d’idées.

Le budget de l’IFA s’élève à 18 millions d’euros. L’IFA et les services culturels regroupent 500 personnes dont 300 vacataires.

Les services de Campus France traitent 29000 demandes de dossier. L’an dernier, il a été délivré 5273 visas étudiant long séjour.

Je me suis ensuite rendu au service culturel de l’ambassade de France pour échanger avec Grégor Trumel, conseiller de Coopération et d’Action culturelle ; Catherine Corm-Kammoun, conseillère adjointe et Sonia Begdouche-Meslioui, chargée de mission éducative et francophonie.

Depuis mon précédent passage en Algérie, deux antennes du lycée français Alexandre Dumas d’Alger ont été ouvertes à Annaba et Oran. + d’images

En circonscription en Suisse – Genève (3 fév. 2020)

Retour en Suisse après ma visite en octobre dernier motivée par la tenue de l’Assemblée générale de l’UFS, l’Union des Français de Suisse (compte-rendu).

Je remercie Patrick Lachaussée, consul général de France à Genève, pour avoir accueilli une rencontre très instructive de notre communauté d’affaires, organisée par la chambre de Commerce France-Suisse. Notre consul m’a ensuite accompagné pour une visite de l’école primaire française de Genève, l’occasion d’évoquer la mise en œuvre de la réforme du Bac hors de nos frontières.

Entrepreneuriat

Projet Rafale

Romain Duriez, directeur de la chambre de Commerce France-Suisse, sait qu’il peut compter sur mon soutien, d’autant que la France et la Suisse sont des partenaires économiques majeurs. En matière d’exportations françaises, la Suisse pèse autant que la Chine ! La Suisse est aussi le 3ème investisseur direct en France, devant l’Allemagne.

C’est peu dire s’il est important de poursuivre le développement des investissements de part et d’autre de la frontière afin de soutenir la croissance et favoriser la création d’emplois dans tous les secteurs.

J’ai souligné l’importance du projet Rafale, candidat à l’appel d’offres de l’armée de l’Air suisse ! Il pourrait incarner la qualité et l’ampleur de nos échanges économiques sur plusieurs décennies, comme l’a relevé Jean-Michel Meyer, cadre de la société Rafale International.

La mobilisation de notre communauté d’affaires pour accompagner et faciliter ce projet ambitieux constitue ma priorité d’action pour la Suisse. + d’images

Communauté française

Genève Accueil

(entre Laurence Binvel et Agnès Paris)

Ce fut un plaisir d’échanger avec les membres de Genève Accueil, à l’invitation de sa présidente Laurence Binvel, dans l’appartement d’Agnès et Pierre Paris.

Nos conversations se sont polarisées sur le Brexit : évolution des négociations, ressenti des Français du Royaume-Uni, projections… Au gré des questions, j’ai trouvé très enrichissant d’entendre les réactions et l’analyse des Français de Suisse sur ce sujet. Merci à Laurence, Agnès et Pierre pour ce moment privilégié. + d’images

Enseignement français

École primaire de Genève

Retour à l’école primaire française de Genève, déjà visitée en octobre 2015, pour une réunion de travail avec l’équipe de Bernard Revol, son président et Sébastien Gibert son directeur, en présence de Patrick Lachaussée, consul général de France à Genève.

Nous avons fait le point sur divers projets en cours et la campagne d’inscription, puis évoqué la reconnaissance de la qualité d’enseignement offerte par cette école à taille humaine, tant par les inspecteurs de l’AEFE, de l’Éducation nationale que du département de l’Instruction publique genevois.

Dans un second temps, nous avons conclu cette séquence par des échanges très constructifs avec Emmanuel Coigny, président du GESBF, l’autorité compétente pour l’inscription au Baccalauréat des élèves scolarisés en Suisse.

Nous sommes revenus sur l’organisation exemplaire des épreuves de contrôle continu du baccalauréat, nouvelle formule, en Suisse : plus de 600 élèves concernés, des enseignants par dizaines mobilisés, 13 lycées suisses impliqués dans une coopération innovante, confiante et constructive avec le rectorat de Grenoble.

Le GESBF prend pleinement son rôle dans la réflexion visant à doubler le nombre d’élèves dans l’enseignement français à l’étranger, objectif affiché par le Président de la République à horizon de 2030. + d’images

Médias

RTS – RadioTélévisionSuisse

Au micro de la RTS, j’ai été invité à m’exprimer dans un débat intitulé « Macron: bon bilan, mauvaise cote? »

Presque à mi-mandat, il faut rappeler que le président Macron a considérablement restauré l’image de la France à l’international. Puis, les conflits sociaux ne doivent pas occulter nos bons résultats, comme la baisse historique du chômage (-3;3% en 2019) ou le premier rang en Europe des investissements directs étrangers.

A propos des réformes, d’un président l’autre, l’administration demeure en place et se montre habile à contourner certaines évolutions. A l’inverse, le Parlement ne compte pas suffisamment, d’autant qu’un exécutif fort est la marque de notre Vème République. J’ai noté que les débats que nous n’avons pas dans l’hémicycle se retrouvaient parfois dans la rue…

Lors de cette émission, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Romain de Sainte Marie, député socialiste au Grand Conseil genevois, Karel Gaultier, président du cercle des investisseurs de Genève et écrivain, Alexandre Habay, correspondant à Paris. Lien vers le Podcast (20m)

En mission à l’ONU (1/3) – New York (25-27 nov. 2019)

Retour aux États-Unis comme membre la délégation envoyée par notre commission des Affaires étrangères et de la Défense pour assister à 74ème session de l’assemblée générale des Nations Unies.

Il faut se réjouir qu’une institution telle que l’ONU existe, propre à mobiliser tant de gens brillants, venus de tous horizons et prêts à travailler en bonne intelligence afin d’œuvrer pour la paix mondiale.

La présence de l’ONU ne suffit certes pas à imaginer l’avenir avec optimisme, mais cela permet de rester déterminé à agir.

Communauté française

Soirée conviviale

En marge des travaux de diplomatie parlementaire, j’ai saisi l’occasion de rencontrer la communauté française, à l’invitation de Gérard Épelbaum, conseiller consulaire et président de l’UFE New York.

Lors d’un dîner organisé dans un restaurant français, en présence de Stéphanie Kamaruzzaman, conseillère consulaire à Washington et Patrick Pagni, conseiller consulaire à New York, nous avons échangé sur les attentes en matière de fiscalité et carte vitale, mon actualité parlementaire et, bien évidemment, à propos de la campagne présidentielle américaine, quelques heures après l’annonce de la déclaration à l’investiture démocrate de Michael Bloomberg, l’ancien maire de New York.

Retrouvailles avec Marc Levy

J’ai enfin eu le plaisir de retrouver autour d’un petit-déjeuner, Marc Levy, notre écrivain à succès établi à New York et… ancien Français de Londres.

J’avais fait sa connaissance à la French Bookshop de Londres tenue par mes amis Laure et Robert Zaigue. Marc a fait de la librairie le lieu emblématique de son roman « Mes amis, mes amours ».

Consulat

Politique intérieure américaine

A l’invitation d’Anne-Claire Legendre, consule générale de France à New York, notre mission a participé à une réunion avec des personnalités du monde des médias et des universitaires pour évoquer la politique intérieure américaine.

Entre constats et extrapolations, diversité et richesse des points de vue, nous avons passé un moment passionnant concernant le fonctionnement d’une grande démocratie.

AG des Nations-Unies

Mission permanente

Après une réunion de cadrage dans les bureaux de la Mission permanente de la France, notre délégation a assisté au débat sur la réforme du Conseil de sécurité et ainsi pu apprécier l’excellente intervention de Nicolas de Rivière (au centre de l’image), ambassadeur de France auprès des Nations unies.

Cette réforme est portée principalement par les états du G4 (Allemagne, Brésil, Inde, Japon) qui souhaitent obtenir un siège de membre permanent. Ces G4 demandent également une augmentation du nombre de membres non-permanents au sein du Conseil de sécurité.

La France soutient la démarche de ces quatre pays et notamment la désignation de l’Allemagne en tant que membre permanent. Toutefois, cette réforme reste bloquée du fait de revendications incompatibles de la part de différents groupes, tels que l’Union africaine.

Heureux d’avoir retrouvé Pierre Cochard, accompagnateur de notre délégation dans sa mission à New York. Celui-ci m’avait accueilli à Jérusalem, en décembre dernier, en qualité de consul général.

Notre collègue Robert Del Picchia qui devait initialement conduire cette délégation nous a beaucoup manqué. Il avait eu le privilège de parler depuis la tribune des Nations Unies lors d’un passage précédent.   +d’images

Droits de l’Homme / Volker Türk

Au deuxième jour de la 74ème session de l’assemblée générale des Nations Unies, notre délégation sénatoriale a entamé sa journée à l’étage du secrétaire général de l’ONU, par une réunion avec Volker Türk, sous-secrétaire général adjoint à la coordination stratégique.

Nous avons évoqué les droits de l’Homme à l’épreuve de certains régimes politiques qui s’adonnent aussi à des massacres ou programment l’élimination de certaines populations.

Daesh / UNITAD

Nous avons assisté au Conseil de sécurité de l’ONU dans le cadre d’une réunion UNITAD (*), en charge de la documentation des crimes de Daesh.

Après une présentation étayée des travaux accomplis, nous avons entendu le témoignage d’un rescapé Yézidi qui nous a glacé. Après avoir encerclé son village, Daesh a séparé les 400 hommes d’avec les 850 femmes et enfants. Les hommes ont tous été exécutés. Ayant seulement été blessé, notre témoin a survécu recouvert par les cadavres.

Les 77 femmes âgées ont été tuées, certaines enterrées vivantes, dont sa belle-mère âgée de 90 ans. Toutes les autres femmes et fillettes ont été vendues au marché aux esclaves. 75 membres de sa famille ont été exterminés, dont sa petite fille Lara, âgée de 3 mois, morte de faim et de soif.

Il est salutaire que le Conseil de sécurité ait créé ce comité d’enquête sur les crimes contre la communauté Yézidi, dont les investigations devraient être prolongées d’une année supplémentaire. +d’images

* UNITAD : United Nations Investigative Team to Promote Accountability for Crimes Committed by Da’esh/ISIL

Droits de l’Homme / Adama Dieng

L’entretien qui a suivi avec Adama Dieng, conseiller spécial pour la prévention de génocide nous a permis de découvrir l’action d’anticipation de l’ONU.

Le génocide s’entend en droit international comme un crime commis contre les membres d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux. Un cadre d’analyse créé pour définir les situations qui génèrent un environnement favorable aux atrocités criminelles.

Membres permanents

Pour la dernière journée de notre déplacement à l’ONU, nous avons rencontré trois représentants des membres permanents du Conseil de sécurité : États-Unis, Russie et Chine ; après avoir échangé, le premier jour, avec l’ambassadeur du Royaume-Uni, qui préside le Conseil de sécurité pour ce mois.

Nous avons évoqué leurs priorités de travail au sein de l’ONU, ainsi que divers dossiers, comme ceux la Syrie ou la Libye, sans éluder aucun des sujets diplomatiques qui nous préoccupaient.

Pour chacun des ambassadeurs rencontrés, l’ONU est une institution vitale qu’il convient de préserver à tout prix. Mais en entendant chacun s’exprimer sur différents sujets, il nous apparut clairement que le consensus s’arrêtait à ce principe.

Le véritable motif de satisfaction fut d’entendre le discours britannique veillant à une parfaite coordination avec la France et, plus largement, avec l’Union européenne. +d’images

En circonscription au Royaume-Uni – Londres (31 janv. 2020)

BREXIT JOUR J

Lycée W. Churchill – Réunion publique

Échange avec les Français de Londres, aux côtés de Nicolas Hatton, co-fondateur et président de the3million, et Christian Allard, député européen représentant l’Écosse.

Merci à Mireille Rabaté, proviseure, d’avoir accueilli cette réunion au Lycée International Winston Churchill.

Winston Churchill fut l’un des premiers à appeler à la création des « États-Unis d’Europe ». + d’images

Lycée W. Churchill – Médias & Élèves

En ce jour historique, les chaines d’information BBC London et CNEWS ont filmé ma rencontre avec Amelie Mallet, présidente de l’APLIL, Association des parents du Lycée International de Londres, accompagnée de parents d’élèves délégués.

Passionnante rencontre avec des lycéens en présence de Mireille Rabaté, proviseure et Paul Dorville, proviseur adjoint. Comment la jeunesse éduquée et multiculturelle considère-t-elle le Brexit ? + d’images