Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription en Chine – Hong-Kong (26-27 sept. 2019)

Je suis retourné à Hong Kong deux ans exactement après ma première visite en septembre 2017 (Compte-rendu). Le contexte politique a brutalement changé et il est devenu clivant comme je l’ai observé au Parlement hongkongais.

J’ai répondu avec plaisir à l’invitation de Rebecca Silli, présidente de la Chambre de commerce (FCCIHK) et Marc Guyon, président de l’UFE Hong-Kong et Macao, qui organisaient tous deux leur événement de rentrée.

Mais la priorité avec laquelle je suis reparti concerne l’enseignement français. Je soutiendrai le conseil d’administration du lycée français international Victor Ségalen de Hong-Kong, présidé par Clément Brunet-Moret (à l’image), dans sa démarche courageuse de déconventionnement vis-à-vis de l’AEFE, tout en restant partenaire, afin de gagner de la marge de manoeuvre.

Politique

Parlement – Mouvement pan-démocrate

Premier entretien au parlement de Hong Kong avec Claudia Mo, présidente du groupe pan-démocrate, en présence de Marine Bouyssou, conseillère politique au consulat et de Clément Brunet-Moret, président du board du lycée français international de Hong-Kong.

Mme Mo s’est émue de la situation de Jason Ng, un « corporate lawyer » qui a été contraint de quitter BNP-Paribas après avoir exprimé des positions personnelles anti-gouvernementales sur sa page Facebook privée.

« Ce qui m’inquiète le plus est que la même chose peut se passer pour n’importe qui à Hong-Kong. Et cela ne va pas. » aurait déclaré Jason Ng.

Mme Mo a souligné que cet événement portait une ombre sur l’image de la France pour tous les démocrates.

Nous avons évoqué les discussions au Congrès américain susceptibles d’évaluer chaque année la situation politique à Hong-Kong et d’en tirer des conséquences sur le plan économique.

Auteure en 2015 du livre « Nous voulons une vraie démocratie », Claudia Mo a été réélue au Parlement avec le slogan « Autodétermination ».

Alors correspondante de l’AFP à Hong-Kong, Claudia Mo avait couvert le massacre de la place Tiananmen, un événement qu’elle décrit comme un « tournant décisif ayant cimenté ses principes journalistiques et ses convictions politiques. »

Parlement – Mouvement pro-Pékin

Second entretien au parlement de Hong Kong avec Holden Chow, député pro-establishment, vice-président du DAB (Democratic Alliance for the Betterment and Progress of Hong-Kong), en présence de Marine Bouyssou et de Clément Brunet-Moret

Opposé aux appels à l’indépendance ou à l’autodétermination de Hong-Kong, Holden Chow est un jeune député en charge des relations internationales pour le DAB .

Nous avons évoqué le débat organisé la veille entre Carrie Lam, chef de l’exécutif du territoire semi-autonome et 130 citoyens afin de mettre un terme aux manifestations.

Ne pouvant rien préjuger de l’avenir, Holden Chow exprime son désir de non-violence. Il remarque les pressions exercées sur la police, éreintée par les sollicitations multiples. Si le dialogue peut prendre du temps, il assure que la violence n’est jamais une solution pour régler un différend.

Face à ma préoccupation de voir l’armée débarquer de Chine continentale pour assurer l’ordre, Holden Chow m’a dit qu’à ses yeux il n’y avait aucune chance d’assister à ce type d’opération.

Si les deux parlementaires rencontrés sont aux antipodes l’un de l’autre en termes de vision politique, ils ont quelques points communs, comme leur souhait de voir Hong-Kong demeurer une place internationale de premier rang ou leur considération pour le lycée français international de Hong-Kong.

Holden Chow a assuré au président du board du lycée français qu’il serait heureux de visiter ses locaux et d’appuyer l’obtention du crédit promis par les autorités.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

À l’invitation de Sophie Leconte, directrice de la Chambre de commerce France – Hong-Kong (FCCIHK), j’ai eu le plaisir d’assister à l’Assemblée générale de cette Chambre bilatérale qui compte 900 membres.

Dans son intervention, la présidente Rebecca Silli a rappelé que la FCCIHK était la 5ème Chambre la plus importante par la taille après celles du Maroc, d’Allemagne, du Japon et de Pékin.

Félicitations à Thibaud Sarrazin qui a été élu pour rejoindre le board de la Chambre.

Le dîner annuel qui devait suivre l’AG a été reporté, du fait du débat organisé entre Carrie Lam, chef de l’exécutif du territoire semi-autonome, et 130 citoyens, tout à proximité du restaurant qui avait préféré annuler… la veille de l’événement.

Qu’à cela ne tienne, la FCCIHK a organisé un cocktail dans ses locaux pour prolonger les échanges.

Je remercie Rebecca Silli, Sophie Leconte et toute l’équipe de la FCCIHK pour la chaleur de leur accueil et je salue leur réactivité face à l’imprévu, sans jamais se départir de leur bonne humeur. +d’images

Communauté française

Soirée UFE

Marc Guyon, président de l’UFE Hong-Kong et Macao, m’a invité pour son grand cocktail de rentrée, organisé en partenariat avec la Banque Transatlantique, en présence d’Elsa Rochier, chef de chancellerie.

Dans son discours d’introduction, le président a salué la participation du Club VIE et des Alumni des écoles françaises : HEC, Essec, ESCP Europe, EDHEC, EM Lyon, IAE, Centrale Supélec, Mines ParisTech, Dauphine.

Cette soirée clôturait mon second déplacement à Hong-Kong.

Avec certains participants nous avons évoqué les inquiétudes de notre communauté au regard de la situation politique.

À la veille du rassemblement populaire célébrant le cinquième anniversaire du « Mouvement des parapluies » qui réclamait un véritable suffrage universel à Hong Kong, la tension n’est pas retombée.

Aucun de mes interlocuteurs n’a toutefois exprimé d’inquiétude au sujet de sa situation personnelle à Hong-Kong.

Félicitations à Marc Guyon pour la réussite de cet événement de rentrée qui m’a permis de renouer avec quelques représentants de nos 14.000 compatriotes inscrits à Hong-Kong.

Marc anime remarquablement sa section UFE, dont le dynamisme inspire l’UFE Monde. Bravo à toute l’équipe UFE qui l’accompagne. + d’images

Enseignement français

Lycée Français International Victor Ségalen

Le déconventionnent réussi du CFBL à Londres vis à vis de l’AEFE a inspiré d’autres établissements, à l’image du lycée français international Victor Ségalen de Hong-Kong.

Ma priorité pour ce pays est de soutenir son conseil d’administration pour favoriser la réussite de cette évolution.

Les mois qui ont précédé la décision de sortir de la convention ont révélé une ligne de fracture entre les adeptes d’un recrutement des personnels sous l’égide de l’AEFE et ceux qui préféraient un management plus autonome, afin d’ajuster la politique de l’établissement au plus près des attentes des parents.

Du reste, un vote des parents a révélé leur très large soutien au board, soit l’option du changement de statut et s’en tenant à un partenariat avec l’AEFE, comme le fait la grande majorité des écoles françaises à l’étranger.

À l’invitation de Clément Brunet-Moret, j’ai eu l’opportunité de passer une bonne partie de ma journée au lycée qui accueille près de 3000 élèves répartis sur 4 campus et affiliés à la section française ou la section internationale (préparant l’IB).

Tout d’abord, j’ai eu rendez-vous avec David Tran, proviseur, des représentants des parents et des personnels. Les parents d’élèves ont formulé le souhait que la rentrée de 2020 se déroule aussi bien que celle de 2019.

J’ai aussi eu le plaisir de retrouver François-Xavier Gabet, ancien proviseur du CFBL, Collège français bilingue de Londres. Son expérience réussie au Royaume-Uni a incité le board à lui confier un rôle de conseiller afin de faciliter la transition vers le nouveau statut qui sera effectif à la rentrée de septembre 2020.

Je me suis rendu ensuite sur le site Tseung Kwan O (TKO), inauguré l’an dernier. Ce campus qui accueille 900 élèves a nécessité un investissement de 65 millions d’euros et le soutien des autorités locales qui ont mis le terrain à disposition pour concrétiser ce projet.

J’ai été impressionné par l’effort d’innovation pédagogique déployé dans cette structure. Les 5 classes d’un niveau sont réunies dans un espace ouvert qui permet les échanges entre les enfants qui justifient d’un niveau éducatif jamais atteint.

Lors du déjeuner sur place avec la communauté éducative de TKO, j’ai dit aux enseignants que leur présent était le futur de toutes les écoles françaises à l’étranger.

La question est juste de déterminer à quel horizon y parviendront-elles ? +d’images

En circonscription en Indonésie – Jakarta (24 & 25 sept. 2019)


Dans le prolongement de mon déplacement à Kuala Lumpur, je suis venu avec la volonté d’expliquer la position de la France et de l’UE au sujet de l’huile de palme à mes homologues indonésiens.

Malheureusement, d’importantes manifestations contre plusieurs textes de lois en discussion ont provoqué l’annulation de mes rendez-vous au parlement.  

(à l’image) Toute ma gratitude à Myriam Saint-Pierre, chargée d’affaires à l’ambassade. Rencontrée dans son précédent poste à Séoul en avril dernier, elle m’a accompagné d’un bout à l’autre de mon premier déplacement en Indonésie.

Economie

Huile de palme

Rencontre avec Agus Purnomo, directeur de la durabilité de Golden Agri-Resources (GAR).

Ancien directeur exécutif de WWF Indonésie, Agus Pernomo gère la mise en œuvre des engagements pour une huile de palme durable sur toute la chaîne de valeur (culture du fruit, transformation du fruit en huile de palme, raffinage et commerce).

Son entreprise représente près de 170 000 emplois dont 40% de petits producteurs. 

Contrairement à ce qui est imaginé en France, l’huile de palme est un facteur positif de développement qui a fait reculer la pauvreté et favorise le développement.

Les hauts responsables des pays producteurs sont conscients que certaines mauvaises pratiques dans cette culture peuvent avoir des conséquences négatives sur l’environnement.

C’est pourquoi, les grands producteurs se sont lancés dans des pratiques de culture durable. Ainsi, GAR conserve 72 000 hectares de forêt et lutte contre la déforestation. Il justifie d’une production 100% traçable pour ses usines et s’engage socialement en ayant créé plus de 230 écoles, 150 cliniques, tout en formant les petits producteurs ou ayant réintroduit 100 orangs-outans depuis 2011…

Agus Purnomo a partagé avec moi et Myriam Saint-Pierre sa frustration que l’huile de palme soit l’objet en Europe et particulièrement en France d’une discrimination par rapport au soja et au colza.

Je souhaite que les efforts entrepris en Indonésie dans ce domaine soient mieux pris en compte en France et forme le vœu que l’Indonésie consacre également plus d’énergie à communiquer pour mieux informer l’opinion publique européenne sur le sujet. +d’images

Entreprenariat

Chambre de commerce

Rencontre organisée par Philippe Augier, président de l’IFCCI, son équipe et des conseillers du commerce extérieur, en présence de Myriam Saint-Pierre, d’Alain-Pierre Mignon et Jacques Luçon, conseillers consulaires, et de Jean-Alexandre Egea, conseiller économique.

On compte près de 200 entreprises françaises en Indonésie, dont 31 entreprises du CAC 40.

Parmi les récentes implantations, Engie construit ses deux premières centrales géothermiques haute température au monde sur l’île de Sumatra ; Michelin vient d’investir 700 M$ dans une acquisition ; Décathlon prévoit d’ouvrir 100 magasins en 10 ans ; Veolia a posé la première pierre d’une usine de recyclage du plastique à Surabaya.

Témoignage de l’importance de l’Indonésie pour certains grands noms français : c’est le premier marché mondial pour ATR, le 5ème pour Airbus et Danone.

Je recommande la lecture de la brochure réalisée par Business France, intitulée : En 2019, osez l’Indonésie.

Merci à Philippe Augier pour son accueil remarquable et aux représentants des entreprises rencontrées qui ont bien voulu m’ apporter leur éclairage et partager leur expérience.

La soirée m’a offert l’opportunité de saluer le travail d’Alain-Pierre Mignon auprès de ses pairs qui le connaissent bien pour son action à l’AFE, dont je suis le témoin depuis 2006, et pour ses initiatives bienvenues depuis qu’il est président de la CFE, Caisse des Français de l’étranger.

En souvenir de mon passage sur ses terres et en gage de témoignage pour son travail, je lui ai remis la médaille du Sénat. +d’images

Entreprises

Visite de deux sociétés de la Tech : Idemia et Ali Dokter

IDEMIA est une société française de sécurité numérique spécialisée dans la biométrie, l’identification et l’authentification, la sécurité digitale, l’analyse de données et de vidéos.

Issue de la fusion entre les sociétés Oberthur et Morpho, l’entreprise emploie 14 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros.

La société a installé un centre de recherche et développement à Jakarta qui réunit 250 ingénieurs indonésiens avec 4 expatriés.

Antoine Schweitzer, directeur général de Idemia Indonésie, m’a fait visiter ses installations et offert une démonstration convaincante de leurs nouvelles applications permettant l’identification faciale tout en protégeant les données personnelles.

ALO DOKTER est une start-up française spécialisée dans l’information médicale en Indonésien.
Son site compte 20 millions d’utilisateurs et son applet 600.000.

10.000 docteurs sont enregistrés sur le site afin de permettre les prises de rendez-vous. Ainsi 500 docteurs assurent 300.000 conversations médicales en ligne par mois.

Sébastien Poutignat, directeur financier, m’a confié que les Indonésiens risquent la faillite personnelle lorsqu’ils sont affectés par une maladie grave, ce qui les entraîne parfois à vendre leur maison pour payer leurs soins.

La source de revenus provient de la vente de police d’assurance médicale dans un pays où seule 2% de la population est assurée. De belles perspectives pour une start-up très prometteuse. +d’images

Communauté française


Ambassade

Afin de préparer les différents rendez-vous organisés à la faveur de mon premier passage à Jakarta, Myriam Saint-Pierre, chargé d’Affaires, m’a invité à une réunion de cadrage en présence des chefs de service de l’ambassade.

Je regrette de ne pas y avoir revu Olivier Chambard, à peine nommé ambassadeur de France en Indonésie, qui prendra ses fonctions quelques jours après ma visite. Nous nous étions vus cet été au Sénat et je lui suis reconnaissant d’avoir facilité la préparation de ce déplacement.

L’Indonésie représente plus du tiers de la population de l’ASEAN et environ 40% de son PIB. Comme en Malaisie, la manière dont l’huile de palme est actuellement considérée en France constitue une source de tension. +d’images

Consulat

Afin de me permettre de mieux appréhender les attentes de la communauté française en Indonésie, Myriam Saint-Pierre a organisé deux événements.

Tout d’abord, une visite du consulat et une rencontre avec Marie-Noëlle Duris, consule, en compagnie des conseillers consulaires : Alain-Pierre Mignon, Hélène Le Touzey et Jacques Luçon.

Enfin, pour conclure mon déplacement à Jakarta, auprès d’une cinquantaine de représentants de la communauté française.

4200 compatriotes sont inscrits au consulat en Indonésie, mais plus de 40% des passeports émis par Jakarta le sont en faveur de Français qui déclarent habiter en France.

Près de la majorité des Français d’Indonésie enregistrés vivent à Bali.

On comptait 288 000 touristes français en Indonésie en 2018. L’assistance consulaire aux Français de passage qui rencontrent des soucis est une problématique aigüe, notamment du fait de l’immensité de l’archipel.

J’ai salué l’action des trois conseillers consulaires qui, chacun dans leur domaine, ont apporté un soutien efficace à nos compatriotes et un réconfort salvateur pour aider certaines personnes en situation de grande difficulté.

Je salue aussi Marie-Noëlle Duris pour son humanisme et pour la patience dont elle fait preuve face au flot continu d’alertes. +d’images

Enseignement français


Lycée Français Louis-Charles Damais

Visite du lycée français de Jakarta (LFJ) en compagnie de Myriam Saint-Pierre et de Philippe Grangé, attaché de coopération pour le français, suivie d’une rencontre avec Brahim Ouailli, son proviseur, de son directeur, des membres du conseil d’administration et des représentants des parents d’élèves et des enseignants.

Cet établissement, conventionné avec l’AEFE, scolarise 450 élèves de la petite section de maternelle jusqu’à la terminale.

Il dispose de belles infrastructures et il a d’ores et déjà acquis des terrains jouxtant l’établissement qui vont lui permettre de s’agrandir.

J’ai été impressionné par le mur protection de l’école et plus généralement par les efforts entrepris afin d’assurer la sécurité des personnes fréquentant l’établissement.

Une question sur le statut de l’école perdure. Le LFJ fait partie des 3 écoles d’ambassade d’Indonésie, avec celle de Corée et celle du Japon. Le statut d’école internationale lui permettrait d’accueillir des enfants indonésiens et de croître plus rapidement. Un arbitrage devra être fait car il orientera la stratégie à long terme de l’école. +d’images

Crèche UFE

L’UFE Indonésie a créé un espace de rencontre à proximité immédiate du lycée comprenant une crèche accueillant 20 bambins âgés de 6 mois à 3 ans, une bibliothèque et un bureau d’information.

J’ai pu observer à cette occasion que, très tôt, les petits Français considèrent que le déjeuner est une chose sérieuse et qu’ils manifestent ostensiblement le désir d’être servis avec célérité.

Présidée par Alain-Pierre Mignon, la section Indonésie de l’UFE apporte ici un service important à nos compatriotes qui mériterait d’être imité dans de nombreux autres pays. +d’images

Culture

Coopération

Superbe idée de Myriam Saint-Pierre et de Philippe Grangé de me permettre de rencontrer quatre personnalités indonésiennes du monde culturel et de la coopération.

Je leur ai posé cette question : Qu’est-ce qui permettrait de décrire l’Indonésie comme le plus beau pays du monde ? Ils m’ont répondu : la sincérité des Indonésiens et leur sourire spontané. 

Merci à Rahartati Bambang, traductrice des albums Astérix ; Joesana Tjahjani Tjhoa, enseignante à l’Universitas Indonesia ; Dutti Phiwedari, productrice de documentaires indonésiens et M. Pedcawanto, cadre chez Go-Jek, première licorne indonésienne valorisée 1 milliard de dollars, une sorte de Uber du scooter-taxi.

Durant le déjeuner, ils m’ont offert une conversation joyeuse et positive qui a agi comme un massage cérébral pour me permettre d’avoir les idées claires sur l’Indonésie. +d’images

En circonscription au Royaume-Uni – Londres (21-22 nov. 2019)

J’ai participé à trois événements en compagnie du consul général Guillaume Bazard, à la faveur de la réunion annuelle des consuls honoraires et du cocktail annuel de l’Ordre National du Mérite.

Communauté française

Consuls honoraires

Le 22 novembre, participation à la session plénière de la réunion annuelle des consuls honoraires, sous la présidence de Catherine Colonna, notre ambassadrice, à la Résidence de France.

19 consuls honoraires assurent une présence française en dehors de Londres. Ils effectuent un travail (bénévole) de relais de notre consulat : remise de passeports et de certificats de vie par exemple. S’ils sont de nationalité française, ils peuvent aussi établir des procurations de vote (liste des consuls honoraires).

Cette réunion avait été précédée, la veille, par une réception à la Résidence du consul général, Guillaume Bazard. Le cocktail annuel de l’Ordre National du Mérite qui s’est tenu le 22 au soir au club des forces spéciales n’a pas donné lieu à photo afin de protéger la confidentialité des lieux.

Ces trois événements m’ont permis de faire un point de situation avec les élus consulaires, les consuls honoraires et des représentants d’associations dans un contexte marqué par une campagne électorale où les Brexiters tiennent des propos très durs vis à vis des Européens.

Selon le consulat, 92.000 personnes ont demandé leur Settled Status. Pour ceux qui ont reçu une réponse, 70% l’auraient obtenu, tandis que 30% auraient obtenu un Pre-Settled Status. Nous n’avons pas connaissance du nombre de Français actuellement en attente de réponse, car il n’existe pas de statistique nationale concernant ce cas de figure.

Merci à Catherine Colonna, ambassadrice, Guillaume Bazard, consul général et Marie-José Clayton, du comité Ordre national du Mérite pour leur accueil respectif. + d’images

En circonscription au Royaume-Uni – Londres/Brookwood/Canterbury (10-11 nov. 2019)

Devoir de mémoire

Hommage à tous les morts pour la France (Brookwood)

Commémoration du 11 novembre, dans le Surrey au cimetière de Brookwood, présidée par Catherine Colonna, ambassadrice de France au Royaume-Uni.

Intense émotion en entendant notre ambassadrice égrener les noms de chacun de nos soldats tombés cette année pour la France ;

Admiration pour le courage et le dévouement des récipiendaires de décorations en écoutant leur parcours ;

Recueillement et humilité en déposant une gerbe en compagnie de ma collègue Joëlle Garriaud-Maylam, devant le monument où sont gravés les noms des 226 Français Libres, aviateurs, marins et soldats ;

Profond respect en regardant toutes les associations d’anciens combattants, du Souvenir français, de la fondation de la France Libre, des officiers de réserve et à leurs représentants qui s’investissent pour célébrer la mémoire de ceux qui ont fait don de leur vie pour notre patrie ;

Attendrissement à l’écoute d’un poème de Paul Éluard à deux voix, puis de la Marseillaise entonnée par la chorale du lycée Charles de Gaulle ;

Joie partagée de retrouver les participants pour un moment de fraternité autour du verre de l’amitié dans un estaminet recréant les conditions d’un campement en opérations.

Félicitations au contre-amiral Eric Pagès et à toutes les personnes qui ont organisé cette cérémonie sous sa conduite. + d’images

Office du souvenir (Londres)

À l’invitation du pasteur Stéphane Desmarais, j’ai assisté à l’Office du souvenir à l’église protestante de Londres, en compagnie de Guillaume Bazard, consul général, de Roch Miambanzila, conseiller consulaire, et de nombreuses autres personnalités.

Moment de recueillement partagé dans ce bâtiment chargé d’histoire, actuellement en restauration, suivi d’un temps de convivialité avec les fidèles et les personnes venues s’associer à ce service mémoriel.

Heureux d’avoir retrouvé de nombreux amis dont Gabrielle Mulas avec laquelle je me suis réjouis de la décision du conseil municipal de Paris d’associer le nom de Pasquale Paoli au Quai de Corse situé sur l’île de la Cité (lire le billet). + d’images

Enseignement

13ème journée pédagogique Parapluie Flam (Londres)

Comme chaque année, j’ai eu le plaisir de participer aux travaux des associations FLAM (Français LAngue Maternelle) du Royaume-Uni, réunies à l’Institut français. Il existe 56 écoles FLAM au Royaume-Uni, premier réseau FLAM du monde.

Cependant, Joëlle Simpson, présidente de Parapluie FLAM qui fédère les écoles, m’a confié que derrière ce chiffre rassurant, la perspective du Brexit pèse sur les recrutements d’enseignants.

Comme indicateur permettant d’évaluer les départs, elle note que 25 professeurs sur les 200 qui suivaient la formation en ligne sur la protection de l’enfance du parapluie FLAM sont partis cet été. Autre indicateur préoccupant, la présidente ne reçoit plus que 5 CV par an, alors qu’elle en recevait 30 par trimestre auparavant ! Si les Crocodiles ont perdu la moitié des enseignants, l’école du Petit poucet a dû fermer par manque d’enseignants…

Parmi les expériences partagées dont j’ai été témoin, le récit de Sonia (Les Crocodiles), intitulé « Un cas résolu, mais à quel prix ! », a détaillé les arcanes judiciaires auxquelles une association peut être confrontée et comment les surmonter. Félicitations pour l’abnégation de toute l’équipe.

Le droit était à l’honneur puisque Roch Miambanzila (conseiller consulaire, président de l’école Flam la Marelle à Dartford) & Jean-Francois Le Gal (avocat & président de la FAFGB, Fédération des associations françaises en Grande Bretagne) sont intervenus sur le thème : «Droit: quel statut juridique choisir pour mon association ?».

Avant d’aborder ces questions techniques, voire épineuses, de manière sereine, Sophie Lefèvre, chargée de la communication pour Parapluie FLAM, a entrepris d’offrir un exercice de respiration consciente aux participants.

Exercice également utile pour les enfants qui réintègrent la classe après une récréation agitée. + d’images

King’s School (Canterbury)

À Canterbury, dans le Kent, j’ai échangé avec une cinquantaine d’élèves âgés de 15 à 17 ans scolarisés dans un établissement britannique prestigieux et dans un cadre digne du collège d’Harry Potter : la King’s School.

J’ai été impressionné par leur niveau en français et j’ai félicité l’équipe qui leur enseigne notre langue. La variété des questions des élèves démontrait aussi leur grande maturité : comparatif des institutions françaises avec celles des pays voisins, questions sur le voile, sur le Franc CFA, les textes législatifs m’ayant le plus marqué, la représentation des Français établis hors de France et, bien sûr, l’inévitable Brexit.

En illustration de mon intervention, l’établissement avait choisi d’afficher une photo prise au Parlement britannique en compagnie de Nicolas Hatton, président de the 3million et des représentants de British in Europe.

Merci à Nathalie Geoffroy, enseignante de français à King’s school, et à l’équipe de la petite école FLAM de Canterbury à l’initiative de cet échange rafraichissant avec ces jeunes qui ont l’engagement politique et le droit de vote, dès 16 ans, concernant leur programme scolaire. + d’images

En circonscription en Malaisie – Kuala Lumpur (22 & 23 sept. 2019)

Premier déplacement en Malaisie depuis le début de mon mandat.

La Malaisie a connu un tournant historique en mai 2018 avec l’élection d’une coalition d’opposition pour la première fois au pouvoir depuis l’indépendance en 1957.

Cette transition démocratique a favorisé de nouvelles formes d’échanges entre parlementaires, collectivités locales et chefs d’entreprises.

Toute ma gratitude à Frédéric Laplanche, ambassadeur de France en Malaisie et à toute son équipe qui s’est mobilisée pour me constituer un programme exceptionnel.

Relations économiques

Le dossier Huile de Palme

Afin de préparer les différents rendez-vous, notre ambassadeur Frédéric Laplanche, m’a préparé une réunion de cadrage à la Résidence de France en présence du conseiller d’Armement Eric Genot, du conseiller Economique Emmanuel Ly-Batallan, et de la Première secrétaire Lisa Amon.

Je suis le premier parlementaire français à me rendre en Malaisie depuis le vote par l’Assemblée nationale de la fin des subventions pour l’incorporation de l’huile de palme dans le diesel en tant que biocarburant, à partir de 2020.

Il s’agit d’une sur-transposition par rapport à la réglementation européenne qui prévoit un retrait progressif d’ici à 2030.

Il faut être conscient de l’importance de l’huile de palme pour les petits agriculteurs de Malaisie et si nous demeurons sur cette position, votée lors du PLF 2018, cela peut freiner le développement de nos relations économiques bilatérales et affecter des emplois directs dans notre pays.

Cette question relève de la diplomatie parlementaire.

Lever les malentendus et contribuer au dialogue entre la France et la Malaisie sur l’huile de palme constitue ma priorité pour ce pays. +d’images

Ministère des Industries primaires

Rencontre avec Dato Dr Tan, secrétaire général du ministère des Industries primaires, chargé du dossier des huiles de palme, et Dr Sugumari, organisé par Frédéric Laplanche à la Résidence de France, en présence de Gilles Barrier, Premier conseiller, Lisa Amon et Emmanuel Ly-Batallan.

J’ai indiqué à nos interlocuteurs que la France est parfaitement consciente de l’importance de l’huile de palme pour la Malaisie, et notamment pour ses petits agriculteurs.

Mais j’ai partagé le fait que l’opinion publique européenne avait une image très négative de l’huile de palme pour des raisons environnementales (déforestation, perte de biodiversité).

C’est l’Europe qui a le plus contribué au développement du marché de l’huile de palme pour le biodiesel ces 10 dernières années. C’est aussi la dernière région du monde à offrir des incitations, en dehors des pays producteurs, puisque les Etats-Unis, la Chine, le Japon ou la Russie n’ont jamais offert de débouché à l’huile de palme en tant que carburant.

En 2019, sur les 7 premiers mois, l’Union européenne reste le 2e marché à l’exportation de l’huile de palme pour la Malaisie, derrière l’Inde mais devant la Chine.

Nous sommes reconnaissants envers le gouvernement malaisien de se mobiliser pour améliorer les pratiques environnementales, réduire la déforestation et freiner l’expansion des plantations.

Je suis heureux que le dialogue entre la France et la Malaisie sur l’huile de palme se poursuive à Paris en octobre, à l’occasion de la venue du secrétaire général du ministère des Industries primaires. +d’images

Politique

 Parlement

Entretien avec le Vice-Président du Sénat, Hon. Senator Datuk Seri Haji Abdul Halim accompagné d’une délégation de quatre sénateurs, en présence de Frédéric Laplanche, Gilles Barrier et Lisa Amon.

La cordialité de l’entretien et le nombre de sénateurs présents témoignent de l’intérêt porté à notre pays.

Le vice-président a souligné la présence économique française de plus en plus marquée en Malaisie. J’ai indiqué que je soutenais l’action de notre ambassadeur qui vise à rétablir des liaisons aériennes directes entre Paris et Kuala Lumpur pour conforter nos relations économiques qui se portent déjà bien.

Nous avons un commerce bilatéral dynamique (croissance de 8,2% en 2017, et de 7,6% en 2018) grâce à des investissements français pertinents et en expansion, bénéfiques pour les deux parties.

La Malaisie est cliente de tous les modèles d’Airbus et recevra des livraisons en nombre croissant dans les prochaines années. Chaque Airbus fabriqué actuellement contient des pièces fabriquées en Malaisie.

Nous avons bien évidemment évoqué le dossier de l’huile de palme et j’ai repris les termes de mon échange précédent avec le ministère des Industries primaires.

Les sénateurs ont souhaité multiplier et approfondir les échanges à travers des programmes dans plusieurs domaines clés dont l’éducation et le tourisme.

Enfin, ils m’ont fait l’honneur de me montrer leur superbe hémicycle. +d’images

Entreprenariat

Chambre de commerce

Présentation et entretiens au centre d’affaires de la Chambre de commerce et de l’industrie France-Malaisie (CCIFM), suivis d’un cocktail de Networking, en présence de Frédéric Laplanche, Olivier Rives-Geoges, conseiller consulaire, et de Xavier Fraval de Coatparquet, directeur pays de Business France.

Merci à Michel Lozac’h et David Attar, directeurs de la CCIFM, pour m’avoir ainsi permis de rencontrer la communauté d’affaires en Malaisie.

Créée en 1991, la CCIFM réunit 300 membres et dispose de 3 business center sur Kuala Lumpur, où 80% des entreprises françaises sont implantées. Celui que j’ai visité propose des bureaux privatifs, mais aussi des bureaux de passage.

La CCIFM offre également un service de ressources humaines et d’organisation d’événements. La palette de services de soutien aux membres est très étendue (portage salarial, obtention des permis de travail..).

Le choix de la Malaisie par nos entreprises s’explique par des facilités d’implantation extrêmes, comme des visas de 10 ans proposés aux entrepreneurs qui leur permettent un développement serein des affaires.

L’attractivité du pays est renforcée par sa position de hub pour rayonner dans l’Asean.

J’ai invité le board de la CCIFM à soutenir activement notre ambassadeur dans ses initiatives pour obtenir le rétablissement d’une liaison aérienne directe entre Paris et KL, point déterminant pour soutenir nos échanges commerciaux.

J’ai également suggéré que la CCIFM s’implique dans le board du lycée français de Kuala Lumpur, à l’image de ce qui se pratique à Londres ou Singapour.

Lors des échanges avec les entrepreneurs présents, j’ai mesuré la diversité des activités représentées qui vont de l’armement à l’enseignement, en passant par la technologie ou bien le tourisme.

Je retiens mon entretien avec Jean-Marc Roda, chercheur au Cirad, venu pour l’occasion du Sabah, qui m’a parlé de la plateforme de coopération SALSA (Sustainability of Agriculture Landscape in SouthEast Asia). Il m’a décrit les efforts de la Malaisie pour protéger l’environnement, la biodiversité et la vie sauvage. +d’images

Communauté française

Conseillers consulaires

Rencontre avec les conseillers consulaires Eric Bijaoui, Olivier Rives-Geoges et Jean-Yves Gicquel, en présence de Gilles Barrier et de Frédérique Cheusel, consule.

Nos conseillers disposent d’une solide expérience de la vie locale et m’ont apporté une quantité d’informations qui m’ont été utiles lors de mes rencontres à Kuala Lumpur.

La communauté française, qui avait enregistrée une forte croissance de 1995 à 2016 (+213%), a amorcé une lente érosion liée au ralentissement de l’activité du secteur pétrolier et gazier.

En août 2019, le nombre de Français inscrits au Registre était de 3104. 84% des Français réside à Kuala Lumpur et dans les environs immédiats de la capitale.

Parmi les membres de l’Union européenne, la communauté française est numériquement la troisième, après celle des Britanniques et des Allemands.

Par ailleurs, la Malaisie est une destination touristique en vogue pour nos compatriotes. Le nombre de touristes français en Malaisie en 2018 est estimé à 120 000 personnes.

Nous avons évoqué le cas d’une certaine catégorie de Français, inconnus du consulat, qui choisissent volontairement de ne pas solliciter de visa long séjour aux autorités malaisiennes afin de sortir du territoire tous les 3 mois et renouveler leur visa de tourisme.

Mais les services de l’immigration malaisiens appliquent strictement leurs règles d’entrée et de séjour. Ces Français peuvent alors se trouver interdits de territoire ou même être placés en centre de rétention pour dépassement de leur temps de séjour. Ces personnes sont alors entendues par un juge et se voient appliquer une amende assortie d’une reconduite à la frontière. +d’images

Enseignement français

Lycée Français Henri Fauconnier

Visite du lycée français Henri Fauconnier (LFKL) en compagnie de Roland Husson, conseiller culturel.

Henri Fauconnier était un planteur arrivé au début du 20ème siècle en Malaisie. Il aurait été à l’origine de la culture de l’huile de palme dans ce pays.

Son roman « Malaisie » a remporté le prix Goncourt en 1930.

J’ai retrouvé Patricia Reynaud, proviseur, qui officiait à Tokyo jusqu’en juin dernier.

Le lycée conventionné avec l’AEFE scolarise un peu plus de 700 élèves de la maternelle à la terminale.

Il enregistre chaque année d’excellents résultats au baccalauréat avec 100% de réussite, dont près de 2/3 de mentions Très bien ou bien.

Le lycée a construit un nouveau bâtiment destiné à accueillir les maternelles et les premières classes de primaire dès 2020.

J’ai eu l’opportunité de poursuivre les discussions avec les représentants de l’association des parents d’élèves, mais également avec Agnès de Soultrait et Fabrice Berhegen, membres du conseil d’administration du lycée.

Afin de redonner une dynamique aux effectifs de l’établissement, il est envisagé d’ouvrir une section internationale qui pourrait accueillir les enfants des locaux.

Un rapprochement avec l’ecole allemande est aussi envisagé pour créer des synergies et en faire un euro-campus.

Il est agréable de parler avec des interlocuteurs qui cherchent en toutes circonstances des solutions positives… +d’images

Culture

Musée National

Visite guidée du musée national (Muzium Negara) en compagnie de Roland Husson, conseiller culturel.

Merci à Marie-Andrée Abt et Anne Deguerry, guides bénévoles pour m’avoir fait découvrir ce musée passionnant.

La constitution de 1957 fait de la Malaisie une monarchie constitutionnelle et parlementaire, sur le modèle britannique, mais dans un cadre fédéral. L’autorité royale est détenue à tour de rôle, pendant 5 ans, par l’un des neuf sultans élu par ses pairs au titre de Yang di-Pertuan Agong (souverain suprême).

Le Premier ministre, nommé par le Roi, est le chef du gouvernement, responsable devant la chambre des députés élue au suffrage universel.

Chacun des 13 États de la Fédération dispose de son assemblée et de son exécutif.

À la différence des états voisins, la Malaisie a été épargnée par les coups d’Etat et les guerres civiles. +d’images

En circonscription en Finlande – Helsinki (20 sept. 2019)

Mon second déplacement en Finlande avait pour objectif d’appuyer l’action de la Chambre de commerce franco-finlandaise (CCFF), présidée par Sébastien Cailliau, en participant à leur conférence intitulée : Éducation et Affaires, le futur de l’Europe.

Notre ambassadeur Serge Tomasi s’est employé à ce que mon court passage dans la capitale finlandaise se déroule dans des conditions idéales. Je lui en suis reconnaissant.

A Helsinki, j’ai eu le plaisir retrouver Claude Anttila, conseillère consulaire pour la Finlande (à l’image), passionnée par les questions d’enseignement et très engagée au service de nos compatriotes.

.

Entrepreneuriat

Conférence de la CCFF

« Éducation et Affaires, le futur de l’Europe » était le thème de la conférence organisée par Chambre de commerce franco-finlandaise (CCFF), au cours de laquelle j’ai participé aux travaux de l’après-midi aux côtés de Olli Rehn, Governor and Chairman of the Board of Bank of Finland.

Marie-Zoe Belon-Laitinen, vice-présidente de la CCFF a remarquablement animé la journée avec le concours de l’équipe de la CCFF et le soutien du Board.

J’ai saisi l’opportunité de partager avec l’assistance les mesures présentées par Édouard Philippe, Premier ministre, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, dans le cadre de la loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel.

L’objectif du gouvernement est de mettre en valeur l’apprentissage pour en faire une voie d’excellence, de passion et d’autonomie. Il n’y a pas de meilleure façon pour faire baisser le chômage des jeunes, lorsque l’on sait que 7 apprentis sur 10 sont embauchés dans les 7 mois qui suivent la fin de leurs études.

Ce fut l’occasion de parler des Olympiades des métiers (Worldskills competition) qui se dérouleront à Lyon en 2023, une formidable opportunité de changer le regard que notre pays porte sur l’apprentissage et l’enseignement professionnel. J’ai rappelé l’impulsion donnée par Emmanuel Macron pour parvenir à décrocher l’organisation de cette compétition en rassemblant toutes les énergies. +d’images

Soirée de gala de la CCFF

Belle soirée de gala au lycée franco-finlandais d’Helsinki pour clôturer la journée de conférence organisée par la Chambre de commerce franco-finlandaise (CCFF).

Un événement auquel j’ai été convié par Marie-Zoe Belon-Laitinen, vice-présidente de la CCFF (à l’image), qui a bien illustré la dynamique du réseau des chambres de commerce françaises à l’international.

Le discours d’Erkki Liikanen, ancien ministre des Finances et Premier commissaire européen finlandais, en hommage à Jean Monnet et Robert Schuman, fut passionnant. 

Je lui suis reconnaissant d’avoir ainsi rappelé que la dynamique européenne est née de la volonté de Français déterminés à dépasser tout ce qui peut séparer les peuples, en unissant les hommes.

Très heureux également d’avoir pu échanger durant le repas avec Kari Kivinen, proviseur du lycée franco-finlandais d’Helsinki, sur l’importance d’employer des enseignants français dans son établissement.

Sa qualité d’ancien secrétaire général du système d’écoles européennes nous a permis également d’évoquer la transformation de l’école européenne de Culham près d’Oxford en école bilingue parentale (free school). J’avais accompagné cette mutation, il y a quelques années.

J’ai apprécié son esprit ouvert et prévenant qui met en valeur ses élèves comme tous ceux qui concourent à la bonne marche de son établissement. +d’images

Communauté française

Entrevue avec l’ambassadeur

Entretien privilégié avec Serge Tomasi, ambassadeur de France en Finlande, en marge de mon second déplacement dans ce pays.

Ce fût l’opportunité de faire un point sur l’évolution de la communauté française, qui compte 3000 inscrits, en légère progression de 1 à 2% par an.

L’engouement des Français pour la Laponie contribue au développement du tourisme dans le nord du pays. En effet, la France constitue la première clientèle de Laponie et certains compatriotes décident de s’y installer pour offrir des services (hôtellerie, restauration, loisirs…).

Nous avons évoqué la coopération éducative, les structures d’enseignement français (école Jules Verne) ou bilingues, et les conséquences de la diminution du nombre de postes d’enseignants français que l’on observe en Finlande.

Côté économique, nous avons évoqué la présence de nos entreprises en Finlande et l’importance d’appuyer le développement de notre chambre de commerce bilatérale.

Depuis la visite du Président de la République Emmanuel Macron à Helsinki en août 2018, une première depuis Jacques Chirac, les visites ministérielles se succèdent. Le renforcement de nos relations est patent comme en témoigne l’excellent dialogue sur la Défense européenne. La Finlande a signé pour la première fois un accord bilatéral de Défense avec la France. Ainsi Helsinki soutient le fonds de Défense européen, tout en adhérant à l’initiative de Défense européenne.

Je remercie Serge Tomasi pour l’étendue et la diversité de ses informations. +d’images

En circonscription en Norvège – Oslo (18 & 19 sept. 2019)

Je remercie notre ambassadeur Pierre-Mathieu Duhamel pour son précieux concours lors mon troisième déplacement en Norvège.

J’ai eu plaisir de retrouver Claire Ménard et Gérard Pignatel (à l’image), conseillers consulaires pour la Norvège et l’Islande, qui sont au service de près de 6000 compatriotes inscrits.

En Norvège, les Français résident principalement à Oslo, Stavanger et Bergen. Au début, ils cherchent à rencontrer leurs compatriotes, puis se fondent dans la population locale, dont ils partagent vite leur amour de la nature.

Politique

Ministère des Affaires Étrangères

Deux entretiens ont été organisés au ministère des Affaires étrangères (UD).

Le premier concernant le Brexit avec Atle Leikvoll, coordinateur Brexit au ministère, qui a auparavant occupé le poste d’ambassadeur de Norvège auprès de l’UE, à Bruxelles.

Nous avons un point commun : depuis l’origine, nous peinons à croire que le Brexit aura lieu, puisque personne n’a jamais été en capacité d’expliquer ce qu’il signifiait, ni de trouver une solution pour éviter de revenir à une île d’Irlande traversée par une frontière.

Des accords bilatéraux avec le Royaume-Uni sont prêts en cas de sortie du RU de l’UE, mais mon interlocuteur m’a confié qu’ils ne permettent pas de conserver une relation aussi proche que ce qui existe aujourd’hui avec l’UE.

Le second entretien s’est déroulé avec Bjørn Midthun, directeur de la section du Grand Nord et des questions polaires, a porté sur l’Arctique.

Celui-ci a évoqué la coopération nécessaire de son pays avec la Russie, car ils ont des communautés d’intérêt : 240 kilomètres de frontières communes dans le nord, une coopération bilatérale dans le domaine de la pêche et un accord de sauvetage mutuel pour secourir les navires de pêche.

Il est donc essentiel pour la Norvège de conserver un accord de bon voisinage avec la Russie sans renoncer pour autant à contester leur annexion de la Crimée.

Nous avons aussi évoqué les perspectives de nouvelles routes commerciales via l’Arctique et les velléités de la Chine qui se qualifie d’État « proche de l’Arctique » pour être partie prenante des réflexions sur l’avenir de cette région. Cette tentative est considérée comme nulle et non avenue par la Norvège qui entend faire respecter ses vues sur l’exploitation de ce continent. +d’images

Parlement

J’ai bénéficié de trois entretiens au Parlement norvégien (Storting) :

Mme Solveig Abrahamsen (Parti conservateur) et M. Nils Aage Jegstad (Parti conservateur) de la commission des Transports et de la Communication (5G).

Nous avons évoqué les défis en matière de sécurité nationale concernant l’arrivée de la 5G. Nos deux pays ont des réflexions analogues sur ce sujet.

.

.

M. Eirik Sivertsen, député (Parti travailliste) et président de la délégation pour la Coopération parlementaire Arctique (Grand Nord).

Le député considère que la plus importante menace pour l’Arctique est liée aux effets du réchauffement climatique. 

Il est un fervent partisan des accords de Paris sur le climat.

.

Mme Heidi Nordby Lunde (Parti conservateur) , vice-présidente de la délégation AELE (Brexit).

Nous avons confronté nos analyses sur les conséquences potentielles du Brexit pour nos économies respectives.

Je remercie mes interlocuteurs pour leurs propos chaleureux et la qualité des échanges qu’ils m’ont offerts. +d’images

.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

À l’invitation de Sindre Walderhaug, président de la chambre de commerce franco-norvégienne, j’ai participé à la conférence marquant le centenaire de la Chambre à Oslo, réunion orientée sur la transition énergétique en compagnie de Gérard Pignatel.

Dans le prolongement de l’intervention de Pierre-Mathieu Duhamel, notre ambassadeur en Norvège, le maire d’Oslo Raymond Johansen a déclaré que sa ville était la première à disposer d’un budget « climat », où toutes les décisions budgétaires étaient orientées vers la limitation des émissions carbone.

Une manière opportune de lancer la session consacrée à une énergie intelligente et propre pour le futur. Parmi les intervenants : Cap Gemini, Total, Equinor, Nexans, EDF Pulse Expansion, Oslo Varme, Schneider Electric Norway. +d’images

Dîner de gala – Centenaire Chambre de commerce

On n’a pas tous les jours 100 ans.

Très heureux d’avoir pu assister au dîner de gala célébrant le centenaire de la Chambre. 

Félicitations à toute son équipe, remarquablement animée par Ludovic Caubet, comme l’atteste l’organisation d’évènements très réussis.

Sindre Walderhaug a ouvert la soirée en invitant sur scène l’ambassadeurs de France en Norvège et l’ambassadeur de Norvège en France pour croiser leurs regards sur les perspectives offertes aux entreprises par leur pays hôte.

Cet événement a été propice à de nombreux échanges avec des représentants d’entreprises françaises en Norvège, en compagnie de Gérard Pignatel.

Une belle soirée ponctuée par l’arrivée d’un superbe gâteau réalisé par un pâtissier français d’Oslo. +d’images

Communauté française

Ambassade

Pour un faire un tour d’horizon sur les attentes des Français établis en Norvège et sur notre relation bilatérale, notre ambassadeur de France, Pierre-Mathieu Duhamel, a réuni Claire Ménard et Gérard Pignatel, conseillers consulaires, ainsi que les chefs de services de l’ambassade.

La Norvège bénéficie d’une économie solide et d’un peuple qui a su thésauriser grâce à l’exploitation de ses ressources en pétrole. Son fonds souverain est le premier du monde. Il représente 230% du PIB norvégien. C’est à la fois un outil d’influence à l’étranger et la pierre angulaire d’un système social généreux. 30% des Norvégiens travaillent pour la fonction publique. +d’images

Oslo Accueil

C’est dans les locaux de l’Institut français de Norvège que nous avons échangé avec

Carole Beilles, présidente d’Oslo Accueil, en compagnie de Gérard Pignatel, conseiller consulaire et président de l’UFE Norvège.

Ces deux représentants d’associations m’ont indiqué que nos compatriotes vivant à Oslo louaient une qualité de vie incomparable et une grande proximité avec la nature.

Culture française

Institut Français

Dès mon arrivée à Oslo, Gérard Pignatel m’a conduit à l’Institut français de Norvège pour une visite en présence d’Anne-Laure Jeanvoine, Première conseillère et Julien Richard, Secrétaire général de l’Institut français de Norvège.

L’annonce en mai 2019 par la direction générale de la mondialisation au Quai d’Orsay de la fermeture de l’IFN, prévue début 2020, a créé un réel choc.

L’activité de cours de français faisait le plein lorsque je suis arrivé. Sur les 42 recrutés locaux, 33 sont des enseignants.

J’ai rencontré des personnels qui ont une vision positive de la situation. Ils envisagent de faire rebondir l’activité dans une structure associative pour pérenniser l’activité de cours qui a démontré sa rentabilité.

Je soutiens cette approche pragmatique et suis convaincu qu’ils font le bon choix.

Cependant, reste la question de la coopération éducative et scientifique qui risque d’être affaiblie, voire menacée, suite à cette décision alors qu’elle bénéficie de subventions de la Norvège.

Il me semble que cette mesure devrait être discutée dans les prochaines semaines au Parlement lors des débats dans le cadre du Projet de loi de finances, afin de préserver cette précieuse coopération bilatérale. +d’images

En circonscription au Maroc (5/5) – Agadir (13-14 sept. 2019)

Cette semaine au Maroc qui m’aura conduit de Tanger à Agadir n’aurait pu se faire sans l’investissement personnel de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire et vice-président de la Chambre Française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM).

Sa connaissance approfondie des attentes de notre communauté au Maroc et son habileté dans la conduite des affaires en font un relais déterminant pour me permettre d’accomplir ma mission avec succès.

Communauté française 

Consulat

Dominique Doudet, consul général, a organisé deux rendez-vous avec la communauté française à la faveur de mon retour à Agadir, dernière étape de 2 jours d’un périple de 6 jours inoubliable au Maroc.

Tout d’abord, une rencontre au consulat avec une cinquantaine d’entrepreneurs français installés dans la région d’Agadir. J’ai félicité Dominique Doudet pour les remarquables améliorations apportées au consulat et aux jardins qui l’environnent, depuis son arrivée. +d’images

Associations

Le lendemain matin, un petit-déjeuner à la Résidence du consul général avec les représentants d’associations françaises : UFE Agadir ; ADFE ; Société française de bienfaisance, auquel a participé Catherine Tribouart-Rota, vice-présidente de l’UFE Agadir.

Avec 5300 inscrits, la population française référencée au consulat a doublé depuis 12 ans. Il faut ajouter les semi-résidents, qui ont une maison et font de nombreux aller-retour en France tout au long de l’année. Enfin, on doit également compter avec les 10 à 20.000 adeptes du camping-car. Ils passent jusqu’à 6 mois au Maroc et constituent de véritables petites villes en se rassemblant.

Lorsque l’on sait que 180.000 compatriotes sont venus en vacances en avion l’an dernier, il n’est finalement pas si surprenant d’apprendre que le consulat reçoive 12.000 visites par an.

Dominique Doudet m’a alerté sur une directive du ministère de l’Intérieur de janvier 2019, interdisant d’ouvrir un cercueil venant de l’étranger en vue d’une incinération.

Comme l’incinération est interdite au Maroc, les dernières volontés de deux compatriotes décédés dans le Royaume n’ont pu être respectées ces derniers mois. 

Il conviendrait que des aménagements soient apportés à cette directive pour les cercueils provenant des pays n’autorisant pas l’incinération.

Nous avons enfin évoqué la dangerosité des routes au Maroc. La veille de mon arrivée à Agadir, deux Français avaient succombé des suites d’un accident. +d’images

UFE

J’ai eu plaisir à retrouver l’UFE Agadir et ses adhérents qui m’ont toujours offert un accueil exceptionnel, trois ans après mon dernier passage. 

Merci à son président Jean-Claude Rozier de m’avoir permis d’échanger une nouvelle fois avec eux lors d’une soirée très conviviale, comme l’UFE Agadir en a le secret. Toute ma reconnaissance également à Catherine Tribouart-Rota, trésorière, dont l’implication dans l’animation de l’association est déterminante. 

Cette réception fut l’occasion d’aborder plusieurs thématiques, en particulier celle des certificats de vie pour nos compatriotes retraités et de la fiscalité, sujets sur lesquels je me suis beaucoup investi. 

Les efforts déployés par l’équipe de l’UFE Agadir sont si remarquables qu’ils en ont fait une des sections les plus importantes par le nombre d’adhérents de l’UFE Monde. +d’images

Entrepreneuriat 

Taroudannt – STEP Abdelmoumen (Vinci Construction)  

Visite duchantier de Vinci Construction (Step Abdelmoumen) situé à 70 kilomètres d’Agadir, en compagnie de Dominique Doudet, consul général, et de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire. 

Accueilli par Stéphane Campedelli, nous avons pris la mesure de ce projet de réalisation d’une station de transfert d’énergie par pompage, où travaillent 550 personnes dont 40 expatriés.

Il a fallu tout d’abord créer 19 kilomètres de pistes dans les montagnes, avant de créer les 2 bassins qui stockeront l’eau, un kilomètre de souterrain pour les canalisations et plusieurs puits de prise d’eau.

J’ai été impressionné par l’étendue de ce chantier, superbe exemple du savoir-faire français à travers l’ingéniosité de ceux qui l’ont imaginé et le professionnalisme des ingénieurs qui le réalisent. +d’images

Bougra – Usine Gautier Semences  

Visite de l’usine Gautier Semences à Bougra située à 40 kilomètres d’Agadir en compagnie de Dominique Doudet, consul général.

Philippe Buissier nous a fait visiter les installations de cette société spécialisée dans la création de variétés de légumes par le croisement de plantes avec pour objectif de leur permettre de résister aux maladies et de conserver du goût.

Eyragues en Provence, société spécialisée dans les semences agricoles créée il y a 60 ans a fondé cette structure à Agadir profitant de son climat et sa proximité avec la France.

Une très belle réussite dont nous pouvons être fiers. +d’images

Enseignement français 

Ecole Française Internationale d’Agadir   

J’ai eu la joie de retrouver Christian Claverie, directeur de l’école française internationale d’Agadir en compagnie de Dominique Doudet, consul général pour découvrir les améliorations apportées à l’établissement depuis mon dernier passage.

Cette école du réseau OSUI accueille désormais 1300 élèves de la petite section de maternelle à la terminale.

Dès la petite section, les enfants apprennent en 3 langues : le français, l’anglais et l’arabe.

J’ai admiré la nouvelle garderie ouverte en 2016, la salle des professeurs qui est exceptionnelle et la BCD (bibliothèque centre documentaire) dont les ouvrages sont classés artistiquement.

Ouvertes à la rentrée de septembre 2019, ces deux nouveaux ajouts ont suscités l’enthousiasme.

L’extension d’un étage au bâtiment scolaire est prévue afin d’ajouter 11 salles de classes et un amphithéâtre. Encore de beaux projets en perspective ! +d’images

Universiapolis

Visite de l’université privée Universiapolis en compagnie de Dominique Doudet, consul général. Accueillis par Aziz Bouslikhane, président fondateur de l’université créée il y a 30 ans, nous avons visité le campus universitaire offrant des locaux modernes, des laboratoires ultra équipés, une bibliothèque internationale, une résidence universitaire, et un complexe sportif de haut niveau. 

Nous avons évoqué le réseau d’universités partenaires françaises offrant la possibilité de participer au programme d’échange d’étudiants, dont l’université de Metz depuis 1998.

J’ai été impressionné par l’enthousiasme des étudiants et le niveau de technicité atteint.

J’ai également été séduit par les programmes d’alphabétisation fonctionnelle et de réalisation d’activités génératrices de revenu au bénéfice de la population rurale afin d’améliorer son niveau de vie et de contribuer à son développement socio-économique. Ils ont alphabétisé 16.000 personnes.

J’ai félicité Aziz Bouslikhane pour cet extraordinaire accomplissement qui contribue à renforcer les liens d’amitié entre nos deux pays. +d’images

En circonscription au Maroc (4/5) – Marrakech (12 sept. 2019)

Marrakech fut la 4ème étape de mon déplacement au Maroc en compagnie de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire. C’est aussi la 4ème fois que je m’y rendais depuis le début de mon mandat.

Grâce à l’énergie déployée par notre consul général Philippe Casenave (à l’image), j’ai pu accomplir ma mission éclair à Marrakech au service de nos compatriotes. Je lui en suis reconnaissant.

Communauté française

(g. à d.) Pascal Capdevielle ; Philippe Edern-Klein ; Geneviève Euloge ; Olivier Cadic ; Elisabeth Bauchet-Bouhlal ; Philippe Casenave

Consulat 

Afin de me permettre d’échanger sur les évolutions des attentes de notre communauté depuis mon précédent passage à Marrakech en août 2017, Philippe Casenave, consul général, avait organisé des rencontres en trois temps.

Un entretien d’accueil à mon arrivée au consulat, où il m’a reçu en présence d’Elisabeth Tesson, consule adjointe. J’avais déjà apprécié le professionnalisme d’Elisabeth alors en poste à Rome. J’ai constaté qu’elle n’avait rien perdu de sa capacité à décrire avec concision les principaux défis à relever par le poste pour une communauté qui compte 8000 inscrits. La Willaya les estime à 30.000.

Un déjeuner de travail où nous avons été rejoints par les conseillères consulaires Bérangère El Anbassi et Geneviève Euloge à l’hôtel Movenpick, dont la chaîne a été acquise récemment par le groupe Accor.

Enfin, une réunion à la Résidence avec les représentants de notre communauté à l’occasion de l’arrivée des nouveaux agents du réseau affectés à Marrakech.

Ce fût l’opportunité de croiser ou de retrouver de nombreuses personnalités comme les conseillers du commerce extérieur de la France Elisabeth Bauchet-Bouhlal et Jean Pozzo-di-Borgho.

J’ai été touché de revoir notre consul honoraire d’Essaouira. Georges Lapeyre est venu spécialement à Marrakech à cette occasion pour me donner des nouvelles de l’école pour laquelle je m’étais mobilisé suite à mon passage en 2017.

J’ai aussi été très sensible à la présence de Philippe Edern-Klein, président de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), qui m’a accompagné pour cette nouvelle étape après Casablanca et Rabat. Cela m’a permis d’échanger avec Mounir Bouanani, délégué de la CFCIM pour Marrakech.

J’ai également revu Rémy Hallegouet, représentant de France Volontaires, qui m’a présenté deux jeunes volontaires : Jasmine Karimi-Detoc pour la fondation Club Med et Appoline Saurel de Dans le noir ? Maroc. +d’images

Enseignement français

Ecole Jacques Majorelle 

Visite de l’école Jacques Majorelle, en présence de Philippe Casenave, consul général, et de Marie-Pierre Leclere-Guillomo, Principale.

J’ai eu le plaisir de revoir Isabelle Marlinge, directrice du primaire, qui était précédemment en poste à Londres.

J’ai découvert cet établissement de l’OSUI qui offre de très belles infrastructures et enrichit l’offre d’enseignement français à Marrakech. +d’images

Groupe scolaire Renoir-Victor Hugo 

Retour au groupe scolaire Renoir-Victor Hugo, en présence de Philippe Casenave, consul général, de Serge Faure, proviseur, d’Amélie Libre, directrice du primaire et de Lilian Filipozzi, proviseur adjoint.

J’avais visité cet établissement en janvier 2015, lors de mon premier déplacement à Marrakech.

Avec près de 2000 élèves, cet établissement en gestion directe de l’AEFE, situé sur l’emplacement affecté précédemment à une caserne, dispose d’un potentiel de développement important.

Pour s’étendre, l’école a un projet immobilier en 2 phases. J’ai visité les bâtiments ouverts à la rentrée de septembre, issus de la phase 1 : un premier bâtiment pour la maternelle, et un second pour l’enseignement scientifique.

La phase 2 prévoit de reconstruire un bâtiment pour l’administratif et une médiathèque partagée avec l’Institut français.

J’ai découvert une équipe de direction très motivée par les perspectives offertes pour notre enseignement à Marrakech. +d’images

Culture française

Institut Français 

Visite de l’Institut français en présence de Christophe Chaillot, directeur de l’Institut et de Philippe Casenave, consul général.

Superbes décors, équipements audiovisuels de belle qualité, auditorium, espace en plein air pour des représentations artistiques… tout est là pour assurer un enseignement du français de qualité et offrir un point d’appui pour mettre en valeur la culture française au Maroc.

J’ai également rencontré l’équipe de Campus France. Les Marocains constituent la première communauté étrangère à fréquenter l’enseignement supérieur en France. +d’images

Riad Denise Masson

Visite du Riad Denise Masson, annexe de l’Institut français, en compagnie de Christophe Chaillot, directeur de l’Institut et de Philippe Casenave, consul général.

Accueilli par Sophia Tebbaa, responsable de la maison, j’ai découvert le lieu où a résidé Denise Masson, connue pour avoir traduit le Coran en français.

Baptisée la Maison du dialogue de Marrakech, elle correspond à la volonté de Denise Masson qui a légué à la France sa résidence située dans la Médina pour en faire un lieu favorisant le dialogue inter-religieux. +d’images

En circonscription au Maroc (3/5) – Casablanca (11 sept. 2019)

Troisième jour de mon déplacement au Maroc à Casablanca, capitale économique du royaume.

Toute ma gratitude à Serge Mucetti, consul général de France à Casablanca, pour son accueil à la Résidence et pour l’organisation d’une réception avec les représentants de notre communauté.

Tout juste arrivé en poste à Casablanca, notre consul a accompli un parcours exceptionnel durant sa carrière au service de notre diplomatie et des Français établis hors de France que j’ai tenu à saluer.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce 

À l’invitation de Philippe Edern-Klein, président de la Chambre française de commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), j’ai animé en sa compagnie un débat auprès des adhérents relatif à notre commerce extérieur et l’organisation de notre dispositif d’appui.

J’ai félicité le président et son équipe pour les performances de la CFCIM qui est la première chambre bilatérale de notre réseau mondial.

Lorsque Philippe a pris la présidence en 2016, la CFCIM comptait 3600 adhérents.
À la fin de l’année, terme de son mandat, elle en comptera 5000.

En présence de Serge Mucetti, j’ai conclu mon intervention en indiquant que cette Chambre était un modèle d’inspiration pour notre réseau.

Ce fût un honneur d’avoir été invité à rédiger un message sur le livre d’or chargé d’histoire de la CFCIM, où figure en première page un message du maréchal Lyautey. +d’images

Communauté française

Consulat

Visite du consulat général de France à Casablanca organisée par Serge Mucetti, en compagnie de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire.

Nous avons échangé avec les agents du service des visas et discuté des aménagements à prévoir pour le consulat. En effet, Casablanca va bientôt centraliser toutes les demandes de visas qui sont traitées par nos consulats de Marrakech et Agadir.

L’expérience de notre consul général constitue un réel atout pour mener à bien une telle transformation. +d’images

Résidence

Dans la soirée, à l’occasion d’une réception à la Résidence de France en présence des conseillers consulaires, j’ai profité d’un moment d’échange privilégié avec les Français de Casablanca pour remettre une médaille du Sénat à Philippe Edern-Klein, président de la CFCIM.  J’ai voulu ainsi lui témoigner ma gratitude pour m’avoir aidé à accomplir ma mission au service des Français du Maroc. +d’images

Enseignement français

École Française Internationale (EFI)

Visite de la première école ouverte par le groupe Odyssey. Lancée à Casablanca, il y a tout juste deux ans, cette superbe école accueille déjà 1000 enfants de la maternelle à la quatrième.

Accueillis par Younes Slaoui, directeur général et Cyrille Loffroy, chef d’établissement, j’ai découvert des installations de haute qualité en compagnie de Serge Mucetti, Pascal Capdevielle, et Jean-Marc Pons, secrétaire général de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.

Le groupe Odyssey poursuit son développement en ouvrant ce mois-ci un établissement à Bruxelles et un autre à Bucarest.

J’éprouve beaucoup de plaisir à soutenir l’action de cette équipe très dynamique qui œuvre avec succès pour le développement de l’enseignement français à l’international. +d’images

Ecole Française des Affaires 

Visite de l’École supérieure des Affaires (EFA), en compagnie de Serge Mucetti et de Pascal Capdevielle.

Accueillis par Mounir Feram, directeur du campus et du centre de formation (CEFOR), nous avons visité les installations de cette école administrée par la CFCIM.

Depuis 1988, l’école forme les futurs cadres et entrepreneurs.

Cet établissement français de formation professionnelle prépare aux métiers du management, du commerce et de la distribution, permettant aussi la poursuite des études en France ou à l’étranger.

La mission principale de l’EFA est de former, éduquer, qualifier et fournir des ressources compétentes, responsables et opérationnelles pour travailler et évoluer en entreprise. +d’images

En circonscription au Maroc (2/5) – Rabat (10 sept. 2019)

Dès mon arrivée à Rabat pour le 2ème jour de mon déplacement au Maroc, je me suis rendu à l’ambassade pour un entretien avec Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, en compagnie de Florence Causse-Tissier, consule générale à Rabat, et de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire.

Après avoir débuté l’année 2019 à ses côtés à Tel Aviv, alors qu’elle était ambassadrice de France en Israël, j’ai été très heureux d’être le premier parlementaire à la rencontrer dans son nouveau poste quelques jours après son arrivée.

Première femme ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal entre dans l’histoire de nos relations bilatérales avec le Maroc. 

Nous avons évoqué mes priorités au Maroc et la satisfaction de notre communauté d’avoir été entendue par les autorités marocaines qui ont solutionné les problèmes liés au contrat de travail des étrangers (CTE) en faisant évoluer leur jurisprudence fin 2018.

Politique

Parlement

Rencontre au Parlement avec Neila Tazi, parlementaire à la Chambre des Conseillers, qui a été la première femme à occuper le poste de vice-président de cette Chambre.

Heureux d’avoir pu échanger avec une élue déterminée à dynamiser le secteur de la culture au Maroc en le structurant. Elle est convaincue que ce secteur peut être très créateur d’emplois et souhaite aussi favoriser le domaine du tourisme.

Chef d’entreprise dans l’événementiel, nous nous sommes découverts de nombreux points communs.

Vice-présidente du groupe d’amitié France-Maroc, Neila Tazi fait partie des personnalités qui consolident la relation bilatérale. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce 

Visite de la délégation de Chambre de commerce franco-marocaine dirigée par Thibault Chatal.

Créée en 2009, cette délégation de la CFCIM connaît une progression du nombre d’adhérents de 40% par an.

J’ai félicité l’équipe au service des 300 adhérents de la délégation dans des secteurs d’activités les plus variés (industries automobile et management aéronautique, BTP, transport, services, agriculture, tourisme,…)

La délégation anime la vie associative en organisant 9 événements par an, en plus des after-works. +d’images

Entreprises françaises

Afin de me permettre d’évoquer les activités de nos entreprises françaises dans la circonscription, Florence Causse-Tissier, consule générale à Rabat, et Thibault Chatal, délégué régional de la Chambre de commerce (CFCIM) m’ont organisé plusieurs rencontres.

Je me suis rendu dans la filiale marocaine de la CEGEDIM (à l’image). Créée en 2008 avec 4 personnes, c’est désormais une équipe de 270 collaborateurs qui travaille pour ce groupe français de 4500 collaborateurs dédiés au développement de solutions informatiques pour les entreprises de la santé. 

Avec Olivier Idarreta et son équipe de ressources humaines, nous avons évoqué les fortes tensions sur le marché du travail au Maroc concernant les informaticiens.

Au Riad Dar Shaan, une superbe maison d’hôtes ouverte par un compatriote, il y a 18 mois dans la Médina, nous avons parlé du dynamisme des Français pour accompagner le développement économique du Maroc en compagnie de Philippe Edern-Klein, président de la CFCIM, et de conseillers économiques à l’ambassade. +d’images

Communauté française

(g. à d. ) Nicolas Arnulf, Florence Causse-Tissier, Olivier Cadic, Pascal Capdevielle, Karine Arnulf

Consulat 

Réception à la Résidence de France avec des représentants de la communauté française, organisée par Florence Causse-Tissier, consule générale de France à Rabat. 

Ce fût l’opportunité de retrouver des compatriotes rencontrés lors de mes précédents déplacements à Rabat, des représentants du monde économique et de saluer les présidents d’association comme Karine Arnulf, présidente de Rabat Accueil.

Les représentants de la Société française de Bienfaisance en charge de la maison de retraite m’ont présenté leurs projets de développement et de rénovation.

J’ai enfin salué l’engagement de Nicolas Arnulf pour faire évoluer le contrat de travail des étrangers au Maroc. +d’images

En circonscription au Maroc (1/5) – Tanger (9 sept. 2019)

Tanger, première des cinq villes visitées sur une semaine lors de ce 11ème déplacement au Maroc depuis le début de mon mandat, organisé par Pascal Capdevielle, conseiller consulaire à Fès (à droite sur la photo).

Je remercie Thierry Vallat, consul général de France (au centre sur la photo), pour son accueil et son aide dans la préparation des différentes rencontres qui ont jalonné mon étape à Tanger.

 

Politique

Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima 

Entretien approfondi avec M. Mohammed Mhiddia, Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, en compagnie de Thierry Vallat, et de Pascal Capdevielle.

Seconde zone économique du pays, cette région fait preuve d’un grand dynamisme. Grâce à des infrastructures de premier plan (autoroute, train à grande vitesse, complexe portuaire, zone franche) et une main-d’œuvre compétitive, elle joue désormais les premiers rôles dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, du textile et du fret en général.

Tanger a su tirer profit de sa position hautement stratégique, puisque ce sont plus de 100.000 bateaux qui traversent tous les ans le détroit de Gibraltar, en constituant le deuxième point de passage le plus fréquenté du commerce maritime mondial.

À l’image du détroit de la Manche entre le Kent et le Pas-de-Calais, la région de Tanger est soumise à la pression migratoire. Les défis auxquels sont confrontés les autorités de Tanger sont similaires à ceux rencontrés à Calais.

J’ai salué l’attention et l’intérêt que porte le Wali au développement de nos relations bilatérales. Ses propos ont été riches d’enseignements pour moi. +d’images

Entrepreneuriat

Zone Franche de Tanger – PME 

La zone franche située à Tanger offre de réelles opportunités de développement à des PME dirigées par des Français.

J’en ai visité 4 d’entre-elles en compagnie de Thierry Vallat, de Pascal Capdevielle, de Benoit Vaillant, délégué régional de la Chambre de Commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM) pour Tanger, et d’Olivier Gattel, délégué adjoint.

Merci à la CFCIM d’avoir sélectionné ces entreprises aux profils divers pour me permettre de découvrir des compatriotes entrepreneurs bourrés de talent et d’énergie.

Medsofa

J’ai débuté ma visite par l’entreprise Medsofa, PME de 30 personnes dirigée par Kamel Bellahssan, qui conçoit et réalise des sofas sur mesure pour les entreprises.

Créée en 2015, elle va déménager pour s’agrandir.


ID2

Malik Derouiche, ancien de Framatome, m’a fait découvrir la filiale de l’entreprise marseillaise ID2 (IDCARRE), ID2 Manufacturing, dont il est le directeur général. Quand ID2 Enginneering réalise des prestations d’ingénierie dans ses bureaux à Marseille, ID2 Manufacturing réalise dans son usine de Tanger des équipements chaudrons ou mécano-soudés, des tuyauteries ou des machines spéciales selon les plans préétablis par le client. Les produits en-cours de fabrication étaient destinés à des usines nucléaires. Nous avons également visité le deuxième site qui va permettre à l’entreprise de poursuivre sa croissance dans la zone.

Lelma

Benoit Sentagnes, directeur, nous a ensuite présenté la filiale marocaine de Lelma, joint- venture entre 2 sociétés bordelaises pour faire du traitement de surface pour des pièces entrant dans la fabrication des avions, du nucléaire, de l’industrie ferroviaire ou maritime…

Myopla

Enfin, j’ai rencontré Denis Marsault, président-fondateur de Myopla qui emploie près de 700 collaborateurs dans ses centres d’appels et de BPO (front office et back office). Nous avons également visité l’immeuble où emménagera l’entreprise en fin de semaine. A fin 2019, plus de 1 000 collaborateurs travailleront au sein de Myopla. +d’images

.

Communauté française

Consulat

J’ai été reçu au consulat par Thierry Vallat, consul général de France. L’entretien a été suivi d’un déjeuner à la Résidence de France en présence de Myriem Bennani, conseillère consulaire à Tanger, des proviseurs de l’école Berchet et de l’école du Détroit.

Près de 3500 Français résident dans cette circonscription. On constate une progression régulière de 5%/an, lié au développement de l’activité économique et à l’arrivée régulière de retraités.

Une forte demande d’enseignement français est constatée. L’école du Détroit envisage de déménager pour s’agrandir. Pour les uns, l’enseignement doit être la priorité pour le Maroc, où 80% des jeunes de 16 à 24 ans sont sans activité. Pour d’autres, c’est la santé qui doit être prioritaire. 

En effet, la santé publique semble manquer de moyens. Beaucoup d’espoirs sont placés dans la construction d’un CHU à l’entrée de Tanger, dont l’ouverture est prévue en 2020.

Un des participants a suggéré de développer la collaboration entre les conseils de l’ordre en France et au Maroc pour permettre des échanges réguliers de médecins entre nos deux pays. +d’images

Réception avec les Français de Tanger

En fin de journée, j’ai pu échanger avec des représentants de la communauté française de Tanger à la Résidence de France. Ce fut l’opportunité de découvrir des personnalités au profil varié.

J’ai notamment été très ému d’avoir rencontré Pierre Liagre, ancien combattant de la 2ème guerre mondiale, âgé aujourd’hui de 97 ans, doyen des Français de Tanger.

Déporté en Silésie, évadé pour rejoindre la Résistance, il a intégré l’armée française et combattu pour la libération de notre pays jusqu’en Allemagne. Il sera démobilisé le 11 août 1945 après 40 mois de service pour la défense de notre patrie.

Pierre Liagre m’a remis une copie d’un ouvrage dans lequel il partage ses souvenirs concernant une période sombre de notre histoire. J’ai été touché par son humilité et son parcours. +d’images

Médias

Journal de Tanger

« Visite du sénateur français Olivier Cadic à Tanger »

Merci au Journal de Tanger d’avoir rendu compte de toutes les étapes de mon déplacement.

Lire l’article

En circonscription au Royaume-Uni – Londres (12 octobre 2019)

Brexit

Mobilisation the3million

J’ai retrouvé Nicolas Hatton pour participer à la mobilisation de l’association The 3 Million et British in Europe afin de rappeler au Premier ministre Boris Johnson qu’il trahit ses promesses aux Européens pendant la campagne du Brexit.

À J-19 de l’échéance prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l’UE, les participants sont venus avec un stock de bonne humeur pour lutter contre l’atmosphère anxiogène créée par le gouvernement britannique. +d’images

Communauté française

Salon FAFGB

Heureux d’avoir retrouvé à Baden Powell House de nombreux fidèles représentants des Français de Grande-Bretagne, dont les élus Olivier BertinRoch Miambanzila, conseillers consulaires et Patricia Connell, déléguée consulaire.

Ce fût l’occasion de rencontrer des nouveaux venus comme l’association des juristes Queen Mary Sorbonne ou de nouvelles activités comme celle qui a été lancée cette année par le Dispensaire français : l’espace santé jeunes Londres, où psychologues, médecins et spécialistes de santé accueillent gratuitement et confidentiellement les jeunes de 13-25 ans, chaque mercredi de 17h à 20h.

Présidée par Jean-François Le Gal, la Fédération des associations françaises de Grande-Bretagne a réuni 35 d’entre-elles pour la 7ème édition de leur forum rebaptisé cette année en « salon ».

L’Écho Magazine, Ici Londres, Londres Magazine ou encore le site Français à Londres ont assuré la couverture de l’événement qui a été ponctué d’interventions live de la part de Guillaume Bazard, consul général, et d’associations telles que Les Fauristes, Exchange Théâtre, la FFD UK.

J’ai félicité les organisateurs et bénévoles pour ce beau succès. +d’images

Enseignement français 

Soirée CFBL 

J’ai eu le plaisir de participer à la soirée de remise des diplômes du brevet du Collège Français Bilingue de Londres, soirée forte en émotions durant laquelle 70 élèves recevaient leurs diplômes du brevet et autres récompenses. Cette remise était précédée d’un cocktail et suivie d’un dîner, puis d’une soirée dansante réunissant élèves, parents et enseignants.

Ce fut un moment de joie intense lorsque François-Xavier Gabet, qui dirigeait l’établissement jusqu’à l’été dernier, les a félicités depuis Hong-Kong par un message vidéo.

Le CFBL affiche un taux de réussite de 100% pour les 70 élèves qui ont passé leur brevet. 60% des élèves poursuivent leur scolarité à Winston Churchill, et 10% au lycée Charles de Gaulle. 69 élèves sur 70 étaient présents à cette soirée.

Leurs joyeuses retrouvailles constituaient un bain de jouvence régénérateur pour les adultes présents.

Cette soirée m’a également offert l’opportunité d’échanger avec le nouveau chef d’établissement, Denis Bittmann.

Après 3 ans en qualité de chef d’établissement à Marrakech où je l’avais rencontré, il a ensuite pris la direction du Lycée Français de Jérusalem, poste qu’il a occupé jusqu’à son arrivée au CFBL à la rentrée de septembre 2019.

Je lui ai adressé tous mes vœux de réussite pour cette nouvelle mission au sein de cette école où l’harmonie et le bien-être sont désormais bien installés.

J’ai remercié Marie-Pierre Bouché, présidente de CFBL parents, et les membres de l’APE pour l’organisation de cet événement et leur formidable sens de l’accueil. +d’images

En circonscription au Royaume-Uni – Londres (8 octobre 2019)

Brexit 

Nicolas Hatton, Patricia Connell,
Gina Miller et Olivier Cadic

Soirée the3million

À l’invitation de Nicolas Hatton, président de the3millionet délégué consulaire, j’ai participé à la première partie de la soirée événementielle de levée de fonds en faveur de cette association qui protège les droits des 3 millions d’Européens vivant au Royaume-Uni. 

J’y ai retrouvé Patricia Connell, déléguée consulaire, engagée depuis la première heure du Brexit pour défendre les droits des Européens du Royaume-Uni. Elle apporte à the3milliontoute la force de son engagement.

La soirée a réuni de nombreuses personnalités, telles que Gina MillerAlberto CostaDavid SchneiderClaude Moraes ou Stuart McDonald.

La qualité des lots offerts aux enchères pour la circonstance fut à la hauteur de l’événement.

Félicitations à toute l’équipe de the3millionet toute notre reconnaissance aux parlementaires et personnalités britanniques qui ont contribué à cette soirée exceptionnelle. +d’image

Communauté française

Ambassade

Entretien privilégié avec Catherine Colonna, ambassadrice de France au Royaume-Uni, et ancienne ministre. 

J’ai présenté tous mes vœux de réussite à notre ambassadrice pour sa nouvelle mission, puisqu’elle est arrivée en poste à Londres le mois dernier, succédant à Jean-Pierre Jouyet.

Nous avons échangé nos regards sur le Brexit et sur les dernières déclarations du Premier ministre britannique. Devant l’incapacité de Boris Johnson à proposer une solution de sortie de l’UE réaliste et évitant la création d’une frontière en Irlande, nous nous dirigeons inéluctablement vers un « Brexit saison 3 », qui débutera le 1ernovembre 2019 et dont l’issue dépendra du résultat des élections générales à suivre.

J’ai fait part de ma préoccupation pour la sécurité de nos compatriotes dans un pays où les ultra-brexiters tiennent des propos de plus en plus agressifs à l’égard de l’Europe et des Européens.

En prélude à cette rencontre, j’ai eu deux réunions à l’ambassade en présence de François Revardeaux, premier conseiller.

D’abord, ma rencontre avec le contre-amiral Luc Pagès, attaché de Défense, m’a permis d’exprimer le souhait que les associations et les élus puissent accompagner les militaires au moment du dépôt de gerbe devant la statue du Maréchal Foch, le jour du 11 novembre. En effet, du fait de travaux autour de la statue, la cérémonie officielle se tiendra cette année exclusivement au cimetière de Brookwood.

J’ai ensuite eu le plaisir de revoir Lucia Da Silva, nouvelle attachée de coopération éducative, dont j’ai fait la connaissance à Madrid. Nous avons évoqué les mesures annoncées par le gouvernement en matière d’enseignement français à l’étranger qui doivent se retrouver dans les objectifs du plan Ecole du Royaume-Uni.

Le prochain comité de pilotage était prévu pour le 11/11/19. J’ai exprimé le vœu qu’il se tienne bien avant la fin de l’année.

En circonscription aux États-Unis / Californie (2/2) – Los Angeles (5 sept. 2019)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est HL-LA-Com1-bis.jpg.
Réception à la Résidence à l’initiative de Nathalie Roy-Soirat, consul générale adjointe, avec les conseillers consulaires Carole De la CruzHélène Demeestere-DujardinPatrick Caraco et Gérard Michon, et Véronique Maingard, pdte de Los Angeles Accueil ; Cynthia Hajjar, pdte de l’UFE Los Angeles et Bruno Paing, pdt de l’ADFE.

Dès mon arrivée à Los Angeles, dernière étape de mon déplacement aux États-Unis, Nathalie Roy-Soirat, consul générale adjointe, a organisé un dîner de travail à la Résidence avec les élus et les présidents d’association. Je la remercie de son assistance lors de ma première visite dans la cité des anges.

Économiquement, Los Angeles est la 2ème ville des États-Unis. L’État de Californie, 5ème puissance économique mondiale, devance la France. Mais il est à remarquer que notre pays y pointe au 3ème rang des investisseurs, derrière le Canada et la Grande-Bretagne.

La communauté française de la circonscription du consulat de Los Angeles (Californie du Sud, Nevada du Sud, Arizona, Colorado et Nouveau-Mexique) rassemble plus de 31.000 ressortissants français inscrits au registre consulaire. La population française réellement établie dans la circonscription est estimée : 60 000 à 70 000 personnes environ.

La région de Los Angeles et de San Diego rassemble plus de 80% de la communauté française de la circonscription.

Lorsqu’on discute avec les Français de Los Angeles on se rend compte qu’ils ont moins peur le ciel ne leur tombe sur la tête que le sol se dérobe sous leurs pieds. En effet, la Californie est l’état le plus sujet à de graves tremblements de terre : le risque de subir un séisme majeur dans les 30 prochaines années est réel. Le site du consulat affiche une longue page d’information sur ce sujet afin d’informer nos compatriotes de manière exhaustive.

Nous avons aussi longuement évoqué les annonces faites par notre ministre Jean-Yves Le Drian concernant l’enseignement français à l’étranger. Le coût de la scolarité aux États-Unis (20 à 40.000$/an et par enfant) constitue un sujet de discussion inépuisable.

J’adresse ma reconnaissance à David, le chef de la Résidence qui officie avec talent, professionnalisme et décontraction, en attendant la nomination du prochain consul général. + d’images

Entrepreneuriat

FACC et CCE

Déjeuner économique à la Résidence de France, avec Nathalie Roy-Soirat, consule générale adjointe et Christophe Barre, conseiller économique,  Samuel Loy, fondateur et président de la French American Chambre of Commerce de Los Angeles (FACC), Clarisse Berranger, directrice de la FACC, Laurent Levy, pdt de la section locale des CCE et Philippe Nodet, pdt d’une société de communication.

Los Angeles se révèle être l’éco-système qui se développe le plus vite aux USA et il ne le doit pas uniquement à Hollywood. La Tech qui se développe dans la zone située entre l’aéroport et la ville de Santa Monica a été baptisée la « Silicon Beach ».

La vie y est moins chère qu’à San Francisco. L’accès aux capitaux-risqueurs y serait tout aussi facile et on peut y trouver des bureaux facilement. Forte des plus grandes universités américaines, la ville offre de puissantes opportunités non seulement dans la Tech, mais également dans l’industrie de l’entertainment, dans l’aérospatial ou encore la mobilité urbaine.

En résumé, L.A. estime que ses atouts vont lui permettre de rivaliser avec la Silicon Valley.

La FACC compte 300 membres. Au mois de novembre, elle organisera une tournée de conférences en France pour permettre aux entrepreneurs de l’Hexagone de découvrir les potentialités offertes par la Californie du sud ! Notre Chambre a tout mon soutien. + d’images

Communauté française

Consulat

Visite du consulat et rencontre avec les agents.

La zone de compétence du consulat de Los Angeles couvre la moitié des États-Unis en matière d’état civil ! À l’inverse, le consulat ne s’occupe plus des demandes de visas qui sont désormais toutes centralisées sur le consulat de Washington. Cette organisation fait grincer des dents, car elle allonge les délais d’obtention.

Alors que notre Parlement est sur le point de débattre de la PMA (procréation médicalement assistée), il faut savoir que bon nombre de nos compatriotes font régulièrement appel à la GPA (gestation pour autrui) sur le sol des États-Unis. Forcément, les règles sont désormais bien établies dans nos consulats pour enregistrer les enfants issus d’une GPA selon des instructions très claires du procureur de la République. Face aux interdits, la liberté trouve toujours son chemin…

J’ai également échangé sur les questions sociales, comme les bourses scolaires dont nous allouons 2 millions d’euros chaque année, le sort des prisonniers dont certains subissent de lourdes peines et enfin le rapatriement des personnes en difficulté.

Notre consulat m’a indiqué que la légalisation du cannabis dans certains États est sans effet aucun sur la réglementation fédérale. Ainsi, bien que la vente et la consommation de cannabis soient autorisées dans le Colorado et en Californie, il est totalement interdit de voyager de l’un à l’autre avec des opiacées, même en faible quantité.

Il est également interdit de venir du Mexique en Californie avec du cannabis, même si le produit a initialement été acheté en Californie… + d’images

Enseignement

Lycée français 

Visite du lycée français de Los Angeles qui accueille 900 élèves de la maternelle à la terminale sur cinq campus, en compagnie de Nathalie Roy-Soirat, et d’Olivier Ngo, attaché de coopération éducative. 

Reçus par Clara-Lisa Kabbaz, présidente du lycée fondé par ses parents en 1964, en présence de toute l’équipe de direction, nous avons découvert de superbes installations et des enfants déjà bien en place, tout juste deux jours après la rentrée scolaire.

J’ai eu de nombreux échanges avec les élèves qui ont toujours fait preuve d’une grande vivacité.

Les résultats au baccalauréat sont de 100% de réussite et près de 80% de mentions.

A l’évidence, beaucoup d’enfants rêveraient d’étudier dans cet établissement. Les photos du lieu se passent de commentaire. + d’images

Culture française

Alliance française

Visite de l’Alliance Française de Los Angeles présidée par Isabelle Leroux depuis 15 ans, en compagnie de Nathalie Roy-Soirat, et d’Olivier Ngo

Ouverte 7 jours sur 7, au rez-de-chaussée de l’immeuble qui abrite le consulat de France, l’AF de Los Angeles dispose de 10 salles de cours, dont 2 sont dédiées aux enfants qui représentent un tiers des élèves.

Les cours de langue constituent 85 à 90% des revenus. Le complément est obtenu grâce à des levées de fonds dont l’essentiel provient d’un grand gala qui a lieu tous les deux ans.

L’objectif des candidats au centre d’examens et de certification DELF est soit d’obtenir la nationalité française, soit de pouvoir étudier en France ou au Canada.

Après 35 ans d’existence, l’Alliance de Los Angeles se voit comme une « petite maison France à l’autre bout du monde ». Leur plan stratégique prévoit que l’AF puisse acquérir ses propres locaux pour gagner en indépendance. + d’images

En circonscription aux États-Unis / Californie (1/2) – San Francisco & Oakland (3-4 sept. 2019)

Merci à notre consul général, Emmanuel Lebrun-Damiens, et à son équipe. Ils m’ont offert une vue d’ensemble de la situation des expatriés français dans la baie de San Francisco et de notre dispositif promotion du français et d’aide à la scolarité. Notre communauté fait surtout face aux difficultés liées au coût de la vie.

J’ai aussi constaté que notre Chambre de commerce était aussi innovante que ses membres. La série d’entretiens qui a été organisée chez Oracle a été l’occasion d’évoquer les questions de cybersécurité liées aux services offerts aux administrations publiques par Oracle, ainsi que les enjeux d’indépendance technologique vis-à-vis de la Chine.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Rencontre avec Antoine Villata, président de la chambre de commerce franco-américaine à San Francisco, et Laurence Fabre, directrice exécutive, en compagnie d’Emmanuel Lebrun-Damiens, consul général, prolongée par un déjeuner économique avec des représentants du monde tricolore des affaires installés dans la baie.

Chaque année, la Chambre organise, en mai, les French-American Business Awards, selon un processus rigoureux destiné à mettre en avant des entreprises qui se distinguent aux États-Unis. La Chambre fait en effet preuve d’une activité événementielle importante pour promouvoir l’image de la France.

Ses membres ne se bornent pas à la Tech : gastronomie, vin, banque, retail, small business… 

Cela permet quelques initiatives croisées comme d’organiser des rencontres entre le monde de la Tech et du vin en liaison avec le « Grape Circle » qui réunit l’exécutif de la Napa Valley.

Autre initiative de la Chambre, le « Business booster » : pendant une semaine, la Chambre va aider l’entreprise intéressée par une implantation à San Francisco, en lui permettant d’évaluer tous les coûts.

La Chambre a également développé une activité recrutement. Sa « Job fair » de septembre 2019 constituera sa 2ème édition.

Lors du déjeuner, j’ai écouté les enseignements tirés par mes interlocuteurs, auxquels se sont joints Karim Chaiblaine, Faurecia, équipementier automobile, et Jean-Bernard Guerree, Euro Group, consultant pour les grands groupes en stratégie.

Tout d’abord, il faut avoir confiance en soi. Les Français peuvent parfaitement réussir à l’international et ils sont déjà nombreux à l’avoir démontré. Ensuite, il faut cultiver l’humilité. On peut être un grand groupe en France et s’entendre dire par Uber : « On ne vous connait pas, qui êtes-vous? ». Un conseil qui vaut autant pour trouver des sociétés potentiellement partenaires ou recruter des jeunes diplômés d’université.

Confiance en soi et humilité, voilà deux principes à cultiver qui n’ont rien de paradoxal et ne doivent pas être propres aux seuls entrepreneurs attirés par la Silicon Valley. Cette vision des affaires montre que mes interlocuteurs ont atteint un niveau de maturité entrepreneuriale qui justifie que l’on puisse s’appuyer sur eux pour se confronter à un éco-système unique au monde, dont beaucoup cherchent à s’inspirer. + d’images

Redwood Shores – Oracle

Pour l’entrepreneur qui a créé son entreprise à 20 ans en 1982 dans l’informatique, se rendre au siège d’Oracle, la société créée en 1977 par Lary Elison, constitue un moment mémorable.

Entré dans la légende de la révolution informatique des années 80 au même titre que Steve Jobs ou Bill Gates, Larry Ellison a construit sa réputation en s’appuyant sur un système de gestion de base de données devenu une référence mondiale.

Aussi, lorsque cette société mythique m’a contacté il y a quelques mois pour m’inviter à échanger sur les enjeux liés aux services clouds et à la protection des données, cela m’a paru une opportunité exceptionnelle pour favoriser l’accomplissement de ma mission sénatoriale liée à la cybersécurité.

Accompagné par Emmanuel Lebrun-Damiens, consul général, et Christophe Barre, conseiller économique, j’ai été accueilli par Prosser Stirling, directeur des relations publiques internationales, venu spécialement de Washington.

Pour les questions de cloud souverain, je me suis entretenu avec Luke Kowalski, vice Preesident Corporate Architecture. Pour les questions de 5G, de réseau internet et de collections des données émanant des téléphones portables, Christa Johnson, Strategic Development Analyst, et Andrew Rist, Interoperability Architect ont partagé quelques informations confidentielles.

Mes interlocuteurs ont conforté mes analyses sur les menaces qui nous guettent. Je remercie Oracle pour les informations qu’ils ont partagées avec nous. + d’images

Burlingame – UDELV

Visite de la société UDELV, fondée par Daniel Laury, en compagnie d’EmmanuelLebrun-Damiens, consul général, et de Christophe Barre, conseiller économique.

Ce start-upper a fait le choix de se lancer dans la voiture autonome destinée à livrer des produits.

Il délaisse le transport d’êtres humains qui exige des investissements pharaoniques pour tester à grande échelle la sécurité des véhicules autonomes. Ainsi, Google a investi 20 milliards de dollars pour acquérir 80.000 véhicules équipés. L’enjeu est de taille car il y a 40.000 morts sur les routes chaque année aux États-Unis. Cela représente un mort pour 86 millions de miles (1,6 km) parcourus. 

Le marché de la livraison sur lequel investit UDELV est un trajet qui commence à la boutique et se termine au domicile du client. Ce marché est énorme.

Les fourgonnettes autonomes d’UDELV sont dotées de casiers que les clients débloquent grâce à une application sur smartphone.

En Arizona, il est possible de mettre un véhicule sans chauffeur, sans autorisation et sans permis, sur la route. UDELV y a désormais effectué 12.000 livraisons pour la célèbre enseigne de la grande distribution, Walmart. 

Une belle illustration de l’ingéniosité de nos entrepreneurs de la baie de San Francisco. + d’images

Communauté française

Consulat

Réunion au consulat de France de San Francisco avec Emmanuel Lebrun-Damiens, consul général, et son équipe, suivie d’une réception à la Résidence de France avec les représentants de notre communauté.

Plus de 30.000 français sont enregistrés, un volume qui fait de SF l’un de nos 15 premiers consulats.

Ce fut un tour d’horizon des problématiques auxquelles sont confrontés nos compatriotes dans une ville où le coût de la vie est le plus élevé des États-Unis. La location d’un appartement avec une chambre coûte 3700$/mois. Il faut compter 20 à 35000$/an par enfant pour les frais de scolarité. Compte tenu de ces coûts vertigineux, il arrive que des familles repartent faute de pouvoir faire face financièrement.

Le montant des bourses scolaires pris en charge pour cette circonscription s’élève à 2 millions d’euros, du fait de la hauteur des frais de scolarité.

Des dizaines d’associations françaises ont été créées au fil des ans pour conserver un lien avec la France, malgré la distance et un décalage horaire de 9 heures.

500 entreprises de Tech françaises sont recensées. Cela démontre la vitalité entrepreneuriale des Français installés dans la Bay ! + d’images

UFE

Rencontre avec Laetitia de Mortillet, présidente de l’UFE San Francisco, Sophie Suberville, conseillère consulaire et Emmanuel de Maistre, entrepreneur.

L’occasion pour Sophie d’évoquer les attentes des Français de la circonscription, en soulignant l’importance de l’action sociale, car bien des mauvaises surprises attendent ceux qui ont sous-estimé le coût de la vie très conséquent dans la capitale mondiale de la Tech.

Parmi les différences culturelles, le concept de Credit score paraît très intrusif pour un Français, car il permet d’évaluer automatiquement votre qualité de payeur et de consommateur en consolidant votre activité bancaire.

Dans un pays où l’on pousse à la consommation et où il est de bon ton d’avoir un éventail de cartes de crédit, le propriétaire qui veut louer une maison ou un appartement pourra rechercher ce type d’information auprès des banques. Il est déterminant de prouver que l’on est un consommateur actif et régulier, mais capable de rembourser ses crédits à la consommation sans accroc !

Pour sa part, Emmanuel m’a décrit ses expériences réussies en matière de création de start-up en France, de levées de fonds, de cession à une entreprise américaine et de son rebond.

La magie de la Silicone Valley fait son effet.

Laetitia, arrivée en qualité de cadre dans la finance, a décidé de lancer son entreprise. + d’images

San Francisco Bay Area Accueil 

A la Résidence de France, en présence d’EmmanuelLebrun-Damiens, consul général, j’ai fait la connaissance de Sixtine Gontier, présidente de SFBA (San Francisco Bay Accueil) et des membres de son bureau, 

Il n’y a pas de quartier français dans la ville. La communauté française est assez éclatée dans la baie et peine à se retrouver, car le trafic accroît les distances. L’objectif de l’association qui réunit 250 à 300 familles est de rompre l’isolement, car la France est loin. Le coût de la vie amplifie le choc culturel.

Les cafés accueil sont donc organisés par des volontaires répartis par îlots. Aussi, pour faciliter l’intégration, SFBA a créé l’Opération « Back to business », pour aider le conjoint à trouver un emploi ou encore l’opération « Café franco-américain », afin de créer des binômes.

Pour se constituer un réseau local, l’astuce est de faire du bénévolat.

J’ai été très impressionné par l’engagement de la SFBA pour aider nos compatriotes à trouver leur place dans la ville la plus chère des États-Unis. + d’images

Enseignement

Lycée français 

Accueilli par Emmanuel Texier, proviseur du Lycée français, j’ai visité deux des trois campus de cet établissement conventionné avec l’AEFE, en compagnie d’Emmanuel Lebrun-Damiens, consul général.

Situé dans un quartier huppé de San Francisco, le campus Ashbury scolarise 400 enfants de la petite section de maternelle au CM2.

Lors de mon entretien avec l’équipe de direction et des membres du comité de gestion, j’ai mesuré l’impact du coût de la vie à San Francisco sur le niveau des frais de scolarité qui varie de 22.000$ à 31.000$ selon la classe…

Un tiers des élèves bénéficient de bourses, dont l’enveloppe s’élève à 2 millions de dollars. Un million vient des bourses de l’AEFE et l’autre million est payé par les parents d’élèves du lycée français.

Entrepreneur installé de longue date à San Francisco, le président du comité de gestion a pointé les défis auxquels les établissements scolaires de la baie sont confrontés : déplacement des familles vers des villes où l’immobilier est moins cher ; coût de maintenance des bâtiments…

Je me suis ensuite rendu sur le campus Ortega qui accueille 370 élèves dans le secondaire.

Situé dans l’ancien conservatoire de musique de San Francisco, l’établissement dispose d’un théâtre de 400 places. Le théâtre du lycée français offre une programmation de pièces en français qui rencontre un beau succès.

Les résultats suivent : le lycée affiche un taux de 100% de réussite au baccalauréat, dont un tiers de mention très bien. Plus du tiers des bacheliers choisit la France afin de poursuivre leurs études supérieures. + d’images

EFBA

Rencontre avec Nadia Bodin, responsable de la collection des livres FLAM (Francais langue maternelle) à l’EFBA (Education française Bay Area).

Cette association créée en 2009, propose d’envoyer des enseignants français dans les établissements scolaires américains de la baie de San Francisco. Ses résultats sont éloquents : l’association couvre 25 écoles, depuis Santa Rosa au Nord jusqu’à San José au sud. 4 700 heures de cours de français ont été dispensées cette année pour 734 enfants.

La collection Virgule des cahiers FLAM développée sous la direction de Nadia Bodin est un support pédagogique pour toute association FLAM (lien). Cette méthode d’enseignement de notre langue pour les enfants français vivant à l’étranger est structurée en 6 niveaux de la grande section de maternelle au CM2.

Une belle réussite !

Francophone Charter school / Oakland

Visite de la Francophone Charter school d’Oakland en présence de Farid Senna, directeur, Laurence Champomier, coordinatrice pédagogique et Emmanuel Lebrun-Damiens, consul général.

Créée il y a 4 ans à l’initiative de parents de la ville d’Oakland, cette école publique francophone gratuite est titulaire du label FrancEducation depuis cette année.  Approchant les 5 ans d’existence, elle doit obtenir le renouvellement de son autorisation de la part du district d’Okaland (la décision sera notifiée en décembre).

Ses effectifs augmentent de 50% cette année, passant de 223 élèves à 340 élèves, dont 30% de familles défavorisées. Un tiers des élèves sont français.

En contrepartie de la gratuité de la scolarité, il est demandé aux parents d’offrir des heures de volontariat pour contribuer à la bonne marche de l’établissement.

J’ai assisté à l’arrivée des élèves et observé l’efficacité de deux parents qui ouvraient les portes arrière aux enfants afin d’éviter au conducteur de descendre de voiture. Un véritable ballet qui évite la congestion que nous connaissons dans nos rues en France. Un bien bel esprit qui pourrait nous inspirer. + d’images

Culture française

Alliance française

Tom Aden, président de l’Alliance Française de San Francisco, m’a fait visiter son établissement en présence de notre consul général. 

L’Alliance fêtera ses 130 ans en octobre. Elle est composée d’un centre de langue, d’un centre culturel et d’un centre d’examen pour ceux qui veulent devenir professeurs de français.

Une salle de cinéma de 40 places leur permet de projeter des films en français chaque semaine. Le fonds d’ouvrages en français est si gigantesque qu’il tapisse les murs de chaque salle de classe ! + d’images

En circonscription aux États-Unis / Texas (2/2) – Austin (30 août 2019)

Avec Ruth R. Hughs, Secretary of State, au Capitole de l’État du Texas

Austin rivalise désormais avec San Francisco. Nombre d’entrepreneurs ou de développeurs migrent de la Silicon Valley vers la capitale du Texas, où le coût de la vie est plus léger.

Cette deuxième étape au Texas m’a permis d’observer que le premier état exportateur des États-Unis depuis 15 ans pourrait bien détrôner un jour la Californie aux Etats-Unis.

Politique

Secrétaire d’État

Entretien avec Ruth R. Hughs, Secretary of State, au Capitole de l’État du Texas, dans le bureau du gouverneur, en présence d’Alexis Andres, consul général et de Pascal Helwaser, conseiller économique.

Très dynamique, la Secrétaire d’État a mis en avant l’étendue des opportunités économiques offertes par le Texas. S’il était indépendant, son économie le placerait au 10ème rang mondial, devant le Canada ou l’Espagne ! Il pèse 1 fois et demie le PIB de la Russie.

L’énergie (pétrole, gaz, éolien, solaire) constitue le secteur phare de son économie. Aux USA, le Texas est également le premier producteur de coton et le premier en élevage. C’est d’ailleurs le centre mondial en matière de clonage animal.

Dans le domaine de la santé, le Centre médical de Houston avec ses 54 hôpitaux et son centre de recherche est le plus grand hôpital au monde, regroupant 106.000 employés.

Désormais, Austin est au cœur de la révolution high-tech en attirant les entreprises innovantes. Un centre de compétences pour la cyber-défense va être créé entre San Antonio et Austin.

Michael Treyger, conseiller du Gouverneur pour le développement économique à l’international, a mis en avant les extraordinaires facilités offertes aux entreprises étrangères qui s’implantent au Texas. + d’images

Entrepreneuriat

Capital Factory

Rencontre avec des acteurs français et américains impliqués dans la haute technologie, à l’initiative de Liz Wiley, consule honoraire.

J’ai ainsi découvert Capital Factory, dont la mission est de « fabriquer » des entrepreneurs aptes à changer le monde en s’appuyant sur la technologie.

Merci aux entrepreneurs français présents de la French Tech pour m’avoir fait partager généreusement et passionnément leur expérience. + d’images

Enseignement

Austin International School

Accueilli par le président du board, ainsi que par son directeur, Jacques Weberet Audrey Talarico, directrice of the French Academic, j’ai visité cette très belle école qui favorise l’apprentissage des langues étrangères dès la maternelle, en recourant à la langue des signes !

L’objectif est que les enfants parlent trois langues à l’issue du primaire !

Après cette visite, j’ai eu le plaisir de pouvoir m’entretenir avec les parents d’élèves qui m’ont exprimé unanimement leur satisfaction. + d’images

Communauté française

Austin Accueil

Merci à Sabine Douellou, présidente d’Austin Accueil, et à son mari, de m’avoir ouvert les portes de leur maison et ainsi permis de rencontrer une quarantaine de membres de leur association, en compagnie d’Alexis Andres, consul général.

Trois heures de riches échanges sont venus ponctuer une journée très instructive dans la capitale du Texas, avant de reprendre la route vers Houston.

Culture française

Alliance française

Visite de l’Alliance française d’Austin et rencontre avec Meri Krueger, présidente du Board.

Pour promouvoir la langue et la culture françaises dans une ville en plein essor, son équipe anime diverses activités, dont certaines sont clairement intitulées « Apéritifs » ou « Pétanque ».

Il y a cinq AF au Texas (Austin, Dallas, El Paso, Houston et San Antonio).

En circonscription aux États-Unis / Texas (1/2) – Houston (28-31 août 2019)

(g. à d) avec Alexis Andres, consul général, et Pierre Grosdidier, conseiller consulaire.

Pour mon 6ème déplacement aux États-Unis depuis le début de mon mandat, et ma première visite au Texas, j’ai été accueilli par Alexis Andres, notre consul général, qui m’a concocté un programme comprenant 20 événements sur 3 jours à Houston et Austin.

Le Texas est la deuxième économie des États-Unis après la Californie et le premier état exportateur du pays depuis 15 ans.

Relations bilatérales

Réunion d’accueil

Le soir de mon arrivée, dîner de présentation du Texas et des enjeux qu’il pouvait constituer pour la présence française. Notre consul avait invité : Jane Buckner, attachée Presse ; Marie Lozon de Cantelmi, attachée culturelle ; Eléonore Cluzel (Business France) ; Pascal Helwaser, conseiller économique ; Virginie Le Tallec, Adj. attachée culturelle ; Alain Mermet, attaché Sciences.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Échange fructueux avec les membres de la Chambre de commerce franco-américaine.

Ils encensent la légèreté des procédures administratives au Texas et la facilité d’y créer une société.

Ils m’ont conseillé de sensibiliser les entreprises françaises au fait qu’il fallait améliorer leurs présentations produits et Corporate auprès des investisseurs américains. Justement, le système éducatif français leur paraît perfectible afin que les jeunes français soient parfaitement à l’aise pour les présentations en public.

Ces entrepreneurs regrettent que la culture française soit toujours fondée sur la crainte du risque, mais valorisent la couverture médicale publique dans l’Hexagone, tandis qu’elle fait défaut au Texas. + d’images

Greater Houston Partnership

Rencontre avec Bob Harvey, président, et Jeffrey Blair, directeur Europe, dans le but d’appréhender les orientations de la ville en matière économique. 4ème ville des USA derrière Los Angeles, New-York et Chicago, Houston affiche de grandes ambitions. Réputée pour sa production énergétique, la ville se voit désormais pionnière dans la transition énergétique et se projette en pointe vers les sciences de la vie.

Big is beautiful au Texas, où un « petit projet » est évalué à … un milliard de dollars. La puissance économique de cet état associée à sa situation géographique sont des atouts indéniables pour faire du Texas une porte d’entrée idéale vers le marché américain (Amérique du nord et Amérique latine) pour les entrepreneurs étrangers. + d’images

Total

Entretien au siège américain de Total avec Franck Trochet, CFO et président de Total American services Inc., et Ernst Wanten, Executive VP Total North & central America, en présence d’Alexis Andres, consul général et de Pascal Helwaser, conseiller économique.

Présente aux États-Unis depuis 1956, la firme pétrolière et gazière française emploie 7500 personnes dans 23 États américains, réparties sur 40 sites.

Lors des 4 dernières années, Total y a investi 6,5 milliards de dollars.

La découverte de Ballymore dans le golfe du Mexique, début 2018, démontre le savoir-faire du groupe en matière de forage en eaux profondes et conforte la nouvelle stratégie d’exploration mise en place depuis 2015.

Total fait constamment la démonstration qu’il sait mener des projets n’importe où dans le monde et tenir les délais.

Heureux d’avoir pu constater comment ce groupe, qui fait la fierté de notre pays à l’international, tire parti de sa position d’acteur majeur sur son marché pour assurer son développement.

Engie

Entretien avec Gwenaelle Avice-Huet, DG adjointe du groupe Engie et CEO Engie North America, en présence d’Alexis Andres, consul général et de Pascal Helwaser, conseiller économique.

Après avoir été en charge des énergies renouvelables pour Engie en France, Gwenaelle Avice-Huet assume désormais cette responsabilité pour le monde entier, en plus d’assurer la direction du groupe en Amérique du Nord !

Engie emploie 70.000 collaborateurs dans 70 pays.

Le groupe ne va pas réinvestir dans le nucléaire, mais il a aussi décidé de cesser toutes ses activités charbon et gaz pour se consacrer exclusivement au renouvelable.

Que ce soit en mode hydraulique, éolien ou solaire, Engie développe 3 GW/an, soit l’équivalent de 3 centrales nucléaires d’1GW/an.

Le Texas produit plus d’éolien que la France. Aujourd’hui, la demande impose de construire des unités plus petites, au plus proche du client. Et c’est bien le client qui est porteur de la transition énergétique aux USA en exigeant une énergie 100% renouvelable.

Considéré jusqu’à présent comme un vendeur d’énergie, Engie veut accompagner ses clients sur ce terrain en prévenant notamment leurs émissions carbone. La compagnie leur propose ainsi des contrats à long terme propres à rentabiliser les investissements nécessaires pour effectuer une transition vers le renouvelable, tout en optimisant leur consommation d’énergie.

Dans ce sens, Engie produit de l’hydrogène verte à partir de l’éolien ou du solaire, comme la compagnie sait remarquablement le faire au Chili.

En écoutant Gwenaelle détailler ses réalisations récentes en faveur de ses clients, on ne peut être qu’admiratif devant la stratégie de redéploiement des activités d’Engie vers le leadership mondial de l’énergie renouvelable.

Communauté française

Réception à la Résidence

Lors d’une réception organisée à la Résidence, j’ai pu rencontrer et échanger avec les membres de la communauté française à Houston, en présence de Pierre Grosdidier, conseiller consulaire, notamment avec les représentants de nombreuses associations : Houston Accueil ; Houston Expat Pro ; Amicale des anciens combattants ; Et voilà théâtre ; école FLAM…

J’ai eu le plaisir de retrouver Véronique Marie-Bévierre, vice-présidente de Houston Accueil, qui était précédemment conseillère consulaire pour l’Écosse. + d’images

Consulat

Mon entretien avec Alexis Andres, consul général, et Pierre Grosdidier, conseiller consulaire basé à Houston, fut suivi d’une visite du consulat. Ses équipes sont au service de 11.000 Français inscrits au Texas, dont plus de 50% à Houston (5700), devant Dallas et Austin.

Pierre Grosdidier est arrivé à Houston en 1986. Il estime que la communauté est partagée en trois catégories : les expatriés venus pour une durée limitée, les personnes installées à long terme disposant d’une carte verte et, enfin, un petit groupe très engagé pour animer et représenter la communauté française. + d’images

Houston Accueil

Merci à Véronique Marie-Bévierre, VP de Houston Accueil, pour avoir organisé une réunion avec les membres de son association, en présence d’Alexis Andres, consul général.

Véronique était conseillère consulaire pour l’Écosse, basée à Aberdeen, avant de venir s’installer à Houston.  Je suis heureux de constater qu’elle a conservé intacts son humour et sa sagacité, sans parler de son engagement au service d’autrui.

Présidée par Élodie Ricolfi, Houston Accueil s’affirme comme la première association française locale qui permet aux nouveaux arrivants de prendre pied dans leur nouvel univers.

Ultime rendez-vous de ce déplacement de trois jours au Texas, la soirée s’est révélée passionnante tant les parcours des personnes rencontrées étaient riches et variés. + d’images

Texan French Alliance

Entretien avec Karine Parker, directrice de la Texan French Alliance for the Arts (actions en milieu scolaire défavorisé, forte dimension de coopération franco-texane), en compagnie d’Alexis Andres, consul général.

Grâce à la plate-forme « Be the Peace – Be the Hope » (Soyons la Paix – Soyons l’Espoir) d’apprentissage social et émotionnel, il est possible de donner aux étudiants et enseignants dans les quartiers à risques, les outils pour développer le respect et la résilience, créer des environnements de vie plus sûrs, renforcer le sentiment d’appartenance ou encore favoriser la réussite scolaire.

www.BePeaceBeHope.org est une plate-forme collaborative créée par la Texan-French Alliance for the Arts, en collaboration avec des organisations éducatives internationales et texanes. Cette initiative affiche des résultats si encourageants que nous serions bien inspirés en France de recourir à ce type de programme.

Enseignement

Lycée international de Houston

Visite du lycée international de Houston accueilli par Catherine Prié Leray, proviseure, Marva Martinez, propriétaire, et Margaret Comb, Head of school.

Le LIH a ouvert ses portes en août 2017 pour offrir une option éducative supplémentaire aux familles francophones, de plus en plus nombreuses à s’installer à Houston.

Son programme bilingue unique concerne déjà 240 élèves.

J’espère que l’établissement sera homologué très prochainement par l’Éducation nationale, ce serait une belle récompense pour ce couple d’investisseurs originaires d’Égypte et du Mexique qui a choisi l’enseignement français dans une perspective d’excellence éducative. + d’images

Mark White elementary school

Accueilli par Lisa Hernandez, principale, j’ai visité la Mark White elementary school, une école publique américaine qui offre un enseignement bilingue : 50% en français, 50% en anglais.

L’établissement revendique une éducation par immersion pour apprendre à lire, écrire et communiquer efficacement en français. En parallèle, les enseignants sont très attachés à sensibiliser les élèves au respect de l’environnement.

Une belle alternative à l’enseignement privé en matière d’enseignement international. + d’images

Awty International School

L’Awty international school a été fondée en 1956, avant de fusionner en 1958 avec la French School of Houston.

Affiliée à la Mission laïque française (MLF), elle accueille 1700 élèves. 1000 élèves suivent le programme IB et 700 autres suivent le programme français.

Accueilli par Pierre Puget, proviseur, et Nadia Triki, proviseure adjointe, j’ai apprécié l’étendue du campus et les superbes infrastructures offertes aux élèves. + d’images

En circonscription en Russie – Kazan (21-22 juillet 2019)

De fervents supporteurs : Catherine Fabre, députée de Gironde ; Olivier Cadic ; Élisabeth Lamure, sénatrice du Rhône et pdte de la Délégation sénatoriale aux Entreprises

Une nouvelle fois, l’équipe de France des métiers a su démontrer l’excellence du savoir-faire français durant quatre jours de compétition de haut niveau à Kazan.

Au-delà de l’aventure humaine extraordinaire vécue par tous ces jeunes (moins de 23 ans), ces Olympiades contribuent à générer une autre image et une autre approche des métiers et de l’apprentissage.

1 – Cérémonie d’attribution

Le soir du 21 août, à l’issue d’un grand oral au cours duquel Muriel Pénicaud, ministre du Travail, est intervenue, la décision est tombée : La France organisera la 47èmeédition des WorldSkills à Lyon en 2023 ! (lire l’article)

Quelle émotion ! Le plus beau jour de mon mandat !

Félicitations au travail de WorldSkills France, présidé par Michel Guisemberg, qui a porté cette candidature pendant de longs mois.

Désigné ambassadeur de cette candidature pour le Sénat aux côtés de Catherine Fabre, députée LREM de Gironde pour l’Assemblée nationale, cette soirée a représenté l’aboutissement d’un chemin qui a débuté, en ce qui me concerne, il y a deux ans aux WorldSkills d’Abu Dhabi 2017 (lien). + d’images

2 – One School, One Country

Dans le cadre du programme « One School, One Country », nous avons visité le Lycée 9 qui pratique le français renforcé. Muriel Pénicaud a inauguré une maquette géante de la tour Eiffel réalisée par des apprentis chez les compagnons du Devoir de la maison de Baillargues, offerte au lycée par l’équipe de France des métiers.

L’objet a impressionné les élèves de Kazan, nous l’avons été, nous, par leur maitrise de la langue française !

« One School, One Country » reliait 57 écoles de la ville de Kazan pour aider les jeunes dans leur choix de carrière, à l’occasion des Olympiades.

J’ai accompagné la délégation française en compagnie de ma collègue Élisabeth Lamure, présidente de la Délégation sénatoriale aux entreprises, et de Catherine Fabre, députée.  + d’images

3 – Cérémonie d’ouverture

Pour aider nos champions à se surpasser, pas moins de 350 supporteurs français ont fait le voyage jusqu’en Russie !

Nous n’avons pas hésité à donner de la voix, notamment lors de la cérémonie d’ouverture où chaque nation a défilé en uniforme tout comme aux Jeux olympiques ! + d’images

Cérémonie d’ouverture en vidéo (30s) : lien

4 – Compétition

A l’issue de ces 45èmeWorldSkills, ce sont 27 récompenses qui ont été moissonnées par notre pays, dont une médaille d’or, quatre médailles d’argent et trois de bronze.

La France s’est classée à la 9e place mondiale, grâce au talent affirmé de nos 44 compétiteurs. Lorsqu’on doit se confronter aux meilleurs spécialistes de 63 nations, rien ne doit être laissé au hasard. C’est pourquoi nos champions tricolores ont suivi une série de préparations physiques et mentales, en plus des entrainements intensifs conduit par des experts métiers ! + d’images

RÉCOMPENSES

1 médaille d’or
Menuiserie : Alexis Nué

4 médailles d’argent
Arts graphiques et pré-presse : Corentin Echivard
Charpente : Baptiste Menestrello
Service en salle : Louis Cozette
Taille de pierre : Allan Bontemps

3 médailles de bronze
Peinture et décoration : Mathilde Mortier
Plâtrerie et constructions sèches : Samy Trabelsi
Tôlerie-Carrosserie : Arnaud Marandet

+ 19 médailles d’excellence

Voir aussi :
Plaquette illustrée de tous les résultats : LIEN
Page Facebook des WorldSkills 2019 : LIEN

En circonscription aux États-Unis (2/2) – Boston (16-17 juillet 2019)

Merci à Arnaud Mentre, consul général, qui m’a accueilli à la Résidence durant ce premier séjour à Boston depuis le début de mon mandat et qui m’a organisé un programme de rencontres très inspirant.

Très heureux aussi d’avoir fait la connaissance de Sandrine Hulot, conseillère consulaire, afin de parler des attentes de la communauté française dans sa circonscription.

Son parcours professionnel dans le domaine de la recherche médicale est passionnant et révélateur de l’attractivité du Massachusetts pour les chercheurs français.

Cybersécurité

Boston University

Deux rencontres très inspirantes pour parler de cybersécurité avec des experts universitaires du Massachusetts.

Tout d’abord, visite du « Center for Reliable Information Systems & Cyber Security » de la Boston University.

Accompagné de notre consul Arnaud Mentré et de Michael Vallée, chargé de mission universitaire, nous avons été reçus par Mayank Varia (co-directeur du centre), Azer Bestavros (directeur du Institute for Computing and Computational Science), Andrew Sellars (directeur du Technology Law Clinic), Harold Abelson et David Starobinski, tous deux professeurs.

Nous avons cerné les difficultés qui existaient lorsqu’on voulait faire cohabiter la loi et la technologie dans le droit américain.

Gros point d’achoppement : à qui appartiennent les données ?

Lorsqu’une personne commande un livre sur Amazon, ses données appartiennent-elles à Amazon, à l’éditeur, à l’auteur, ou bien au lecteur ?! Sur le plan du droit, rien n’est évident.

De la même manière, comment répondre aux exigences du gouvernement américain lorsqu’il demande accès aux emails gérés par les sociétés américaines… quelle que soit leur localisation dans le monde ? Peuvent-elles décrypter les mails pour le compte des services américains ?

Aujourd’hui, nous n’avons pas de procédé pour garantir la sécurité informatique, comme nous en avons établi pour assurer la sécurité aérienne.

La technologie évolue si vite que nous peinons à créer un droit adapté et efficace, sans qu’il ne soit un frein au progrès technique.

MIT, Harvard

Dans un second temps, notre consul général a organisé un dîner à la Résidence en présence d’Anne Puech, attachée scientifique et Adrien Abecassis, diplomate, avec des spécialistes en cyber-sécurité :

Hal Abelson, professeur d’informatique au MIT, directeur du Free Software Foundation ; James Waldo, professeur de Technology Policy à la Harvard Kennedy School et Chief Technology Officer de Harvard.

Le PII (Personal Identification Information) a fait partie des sujets dont nous avons largement débattu.

Même rendues anonymes, les données collectées à caractère personnel doivent être protégées. Des chercheurs du MIT ont en effet montré que les techniques d’anonymisation pouvaient être mises en doute.

En guise de démonstration, ils ont recoupé des données médicales anonymisées (hospitalisations, consultations médicales…) des employés de l’État du Massachusetts avec les listes électorales. En connaissant le code postal, le sexe et la date de naissance, ils ont pu ré-identifier 85% de la base, dont des données personnelles du gouverneur de l’État !

Une autre étude émanant du MIT a fait valoir que quatre points géolocalisés étaient suffisants pour identifier 95 % des individus dans une base de données téléphoniques de 1,5 million de personnes.

Mes interlocuteurs ont souligné l’importance de se préoccuper des dommages à réclamer si l’on est victime d’une mauvaise utilisation de ses données. Si chaque personne demandait réparation suite à la mauvaise utilisation d’informations présentes dans les bases de données Google ou les réseaux sociaux, les GAFA seraient exposés à des poursuites astronomiques. Un lobby intense est à l’œuvre pour éviter que de telles procédures judiciaires puissent être engagées.

Les deux professeurs ont un regard sévère sur l’action des parlementaires américains en matière de technologie : « Soit ils ne font rien, soit ils sur-réagissent ! »

Leurs commentaires démontrent que légiférer sur de nouvelles pratiques offertes par la technologie sans entraver le progrès constitue un art mal maîtrisé.

En matière de cybersécurité, nous avons aussi échangé sur l’importance de définir clairement les éléments constitutifs d’une cyber agression émanant d’un pays étranger, afin que les pays victimes puissent engager des réactions proportionnées.

Entrepreneuriat

FACCNE

Visite de la French American Chambre of Commerce of New England (FACCNE).

J’ai eu le plaisir de m’entretenir avec les responsables de la Chambre : Ludivine Wolczik, DG ; France Crespin, dir. développement ; Manon Debuire, Membership Management, ainsi qu’avec les membres du Board : Patrick Bian, président, (Watts Water Technology) ; Jean Schunemann ; Laure Berliner (FABS) ; Philippe Sauvage (Sanofi).

La FACCNE fêtera ses 35 ans en 2020. Elle compte plus de 400 membres. L’équipe de 5 personnes dirigée par Ludivine Wolczik réalise plus de 40 événements par an afin de générer un networking efficace et accroître la visibilité des entrepreneurs français de la Nouvelle Angleterre.

Nos discussions m’ont permis de mesurer l’influence de nos entreprises dans le nord-est des États-Unis.

Sanofi est le 1er employeur de la Pharma industrie au Massachusetts avec 5000 employés. Biotech, Cleantech, Medtech… le Massachusetts est un état qui compte autant de VC que la France.

La force des liens entre les universités américaines et le monde du venture capital (VC) créent les conditions d’un développement optimal des start-ups.

Entrepreneurs français

A la Résidence de France, notre consul général avait réuni une dizaine d’entrepreneurs français autour d’un café afin que je puisse m’imprégner du climat des affaires et identifier quelques pistes pour favoriser nos échanges commerciaux.

Dans un esprit d’amélioration continue, les participants à la réunion ont suggéré que des efforts soient portés sur les points suivants : l’intéressement fiscal des investisseurs en France ; l’accueil de l’aéroport à Paris ; restaurer une image positive de la France suite à l’épisode des gilets jaunes catastrophique pour le tourisme d’affaires ; simplifier l’investissement des VC, réduire l’omniprésence de la BPI ; améliorer les voyages d’exploration pour que nos PME n’abordent pas le marché américain comme elles procèdent en France ; professionnaliser la présentation des universités françaises pour attirer les meilleurs lycéens…

La liste des suggestions est longue et rappelle aussi l’importance de cultiver la confiance en soi chez les élèves dans le système éducatif français, afin de leur permettre de gagner en assurance.

Merci aux entrepreneurs français de Boston pour avoir partagé leurs regards et leur expérience, afin de nourrir mes réflexions et mes propositions : Patrick Bian, pdt CCI, Watts Water Technology ; Catherine Chaulet, pdte Global DMC Partners ; Anne Miller, dir. Corporate Affairs, Keolis North America ; Jean-Marc Pandraud, pdt Clean Membranes Inc.; Jean Manuel Sobarzo, fondateur et Pdg Lexington Biomedical ; Frederic Vieil, pdt Hexagone Boston ; Bernard Malfroy-Camine, fondateur MindSet Rx ; Steven Eichel, avocat d’entreprises ; Michael Audrainn, dir. du bureau de Boston de la Banque Transatlantique ; Anne-Lize Truntzer, expert-comptable Jade Fiducial ; Géraldine Guillermin, fondatrice de Education & Conseil

Communauté française

Consulat

Au consulat de Boston, Arnaud Mentre gère une équipe de 6 personnes, au service de 9311 compatriotes inscrits  au Registre.

Environ 90% des résidents de cette circonscription habitent à moins de 2 heures du consulat qui offre donc un service de proximité très apprécié. Sur place, un millier de passeports et 500 cartes nationales d’identité sont délivrés chaque année.

A la faveur du 14 juillet, nous avons évoqué les multiples événements propres à renforcer notre relation bilatérale, comme de la décoration de trois vétérans du D Day en Normandie.

Afin de financer ces festivités, 80.000$ ont été levés auprès des sponsors.

Notre consul général organise trois événements par semaine à la Résidence (à l’image). Il prépare notamment un forum transatlantique inter-universités pour l’égalité entre les femmes et les hommes qui aura lieu le 25 septembre. Cette initiative réunira des administrateurs et des professeurs de huit grandes universités et écoles :
– Pour Boston : MIT, Harvard University, Northeastern University et Brown University.
– Pour la France : Sciences Po, Université de Paris-Saclay, PSL, École Polytechnique.

En effet, il y a encore du chemin à faire dans ce domaine. Par exemple des études révèlent que s’il apparait légitime pour un jeune diplômé masculin de parler salaire lors de son entretien d’embauche, la même requête venant d’une jeune diplômée féminine pouvait être perçue défavorablement par un recruteur.

Le forum permettra de faire une approche contextuelle comparée, de travailler conjointement sur les normes et les standards internationaux. + d’images

Enseignement français

EFGB

Accueilli par Claudia Collin, directrice des admissions de l’école dirigée par Hervé Seux, j’ai visité le site de Cambridge de l’EFGB qui compte au total 9 sites.

L’Éducation Française Greater Boston, EFGB, a été homologuée pour la rentrée de septembre. Elle accueille une centaine d’élèves de la Petite section au CE1 sur les sites Cambridge et Watertown. Un 3ème site est envisagé à mi-chemin de ces deux sites pour accueillir le primaire.

L’EFGB a démarré son aventure avec des petites écoles FLAM réparties sur 9 sites dans les alentours de Boston. Son activité « Français Langue Maternelle » fédère 200 élèves par semaine depuis 2008.

A noter que l’école a été obligée d’ouvrir un niveau « apprenti bilingue » pour les enfants français qui ne parlent pour ainsi dire pas français.

Tous mes vœux de réussite accompagnent cette nouvelle école du réseau. + d’images

Culture française

Alliance française

Visite du Centre culturel français et de l’Alliance française de Boston en compagnie de Noah Ouellette, chargé de mission à l’ambassade.

Le Centre culturel français est une structure américaine indépendante, à l’image de la structure FIAF que j’ai visité précédemment à New-York.

Les États-Unis comptent 114 Alliance françaises !

Celle de Boston accueille 2300 membres pour un budget de fonctionnement de 2,7M$. Ces membres se divisent entre Français expatriés (30%) et Américains (70%).

Les cours de français sont suivis par 1200 étudiants.

Il est possible de suivre des cours de français dès l’âge d’un an, pour la catégorie des Poussins. La structure accueille également des «Summer Camps» en langue française. Pour l’anecdote, les enfants adorent apprendre à cuisiner en français !

Créé en 1945 en s’appuyant sur un fonds de 500 livres, l’Alliance Française de Boston dispose aujourd’hui de 32000 livres, ce qui représente la plus grande bibliothèque française des États-Unis après celle du FIAF à Ne.w York

La bibliothécaire a eu l’idée de mettre des mots-magnets sur les armoire pour que les visiteurs puissent composer librement des phrases… Voilà une manière originale de s’approprier notre langue et de s’essayer à la poésie.

Merci à Barbara Bouquegneau, directrice exécutive, et Elisabeth Karnoub, directrice des cours, (à l’image) pour leur formidable accueil. + d’images