Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

Réception à Matignon

J’étais invité le 03 octobre, à Matignon, avec les parlementaires engagés aux côtés du gouvernement pour bâtir des solutions concrètes, efficaces et durables en faveur des Français.

A cette occasion, j’ai remercié notre Première Ministre, Élisabeth Borne, d’avoir hissé les Français de l’étranger au rang de priorité et valorisé leurs élus.
+d’images

Semaine AFE – Ouverture des travaux

Lundi 3 octobre, ouverture de la 37ème session de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) par le discours de sa présidente Hélène Degryse, suivi de la première intervention d’Olivier Becht, ministre délégué auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger.

Il fait montre d’une détermination à répondre aux attentes des Français de l’étranger, priorité de la ministre, Catherine Colonna.

Les Français du Canada et du Portugal testeront en 2023 le renouvellement de leur passeport sans devoir venir en personne au consulat. +d’images

Médias – « Les défis des lycées français de l’étranger pour maintenir leur prestige  » (Le Figaro – 26 sept. 2022)

J’ai répondu aux questions de Caroline Beyer, Le Figaro, sur l’avenir du réseau français à l’étranger, de même que mes collègues Samantha Cazebonne, Damien Regnard et Yan Chantrel, mais aussi Olivier Brochet, directeur de l’AEFE.

« ENQUÊTE – Alors qu’Emmanuel Macron souhaite y doubler le nombre d’élèves d’ici à 2030, ces établissements peinent à rivaliser avec leurs homologues anglo-saxons »

Extrait de l’article

« Le temps joue contre nous. Quand une école française se crée, on compte dans le même temps 50 écoles anglo-saxonnes, autant de chinoises et de turques », ajoute Samantha Cazebonne.
[…]
Pour Olivier Cadic, sénateur (groupe UC), le réseau souffre d’inertie. « Cela fait des années que l’on reste sur des ordres de croissance de 3%. Le réseau vit sur lui-même. Il y a trente ans, au moment de sa création, l’AEFE comptait déjà 499 établissements », explique-t-il. « Dans le même temps l’enseignement anglo-saxons scolarise, lui, 5 millions d’élèves. » Et attire les expatriés français. « Deux tiers des Français né en Amérique latine ne parlent pas français. Ils sont 50 % aux États-Unis en Australie », poursuit Olivier Cadic qui milite pour la définition d’un « véritable modèle français alternatif au modèle anglo-saxon. Sinon, dans 20 ans, le réseau des lycées français sera confidentiel. »

Selon lui, il faut aussi différentes gammes d’établissements et de prix pour être capable de rivaliser avec la concurrence internationale, « mais aussi avec les écoles coraniques gratuites qui se développent à Dakar ou à Madagascar », ajoute-t-il.

Lien vers l’article du Figaro

L’Union des Français de Sarre en visite au Sénat

Ce 23 septembre, j’ai eu le plaisir d’accueillir une vingtaine de membres de l’association de l’Union des Français de Sarre (UFS) en visite au Sénat.

A cette occasion, j’ai été ravi de revoir Janine Loock (à l’image), sa présidente, ainsi que Myriam Bouchon, consule honoraire à Sarrelouis qui est une des principales villes du Land de la Sarre en Allemagne. Janine m’avait accompagné avec le consul général Sébastien Girard, dans toutes les étapes de mon déplacement à Sarrebruck à la rencontre d’institutions françaises, allemandes et franco-allemandes établies dans la capitale sarroise. C’était il y a exactement deux ans (compte-rendu).

L’UFS fêtera ses 60 ans en 2023 ! Cette association, affiliée à l’Union des Français de l’Étranger (UFE), est donc une véritable institution auprès des Français résidant en Sarre ou dans la Grande Région, mais elle a aussi attiré quelques Lorrains. Il faut dire que Sarrebruck n’est qu’à 2km de Forbach. Ceux-ci sont évidemment les bienvenus pour participer aux voyages culturels, événements mémoriels et de multiples manifestations organisées quasiment chaque mois.

L’un des objectifs de l’UFS est renforcer les relations amicales entre les ressortissants francophones et nos amis allemands, et plus particulièrement en Sarre. La décision prise par Berlin de fermer sa frontière pour cause de pandémie a alimenté la conversation durant notre repas au Sénat. Une situation qui ne devrait plus se reproduire, estime chacun.

Il fut également question de la fiscalité des Français non-résidents (habitant la Sarre) : le niveau d’imposition de leurs revenus de source française (retraite, biens immobiliers…) leur apparait inéquitable.

Nous avons également évoqué les progrès obtenus sur les certificats d’existence, qui ont été traduits en allemand suite à la demande exprimée par Myriam Bouchon lors de mon passage à Sarrebrück, et les attentes des Français de Sarre.

Sénat – Côte d’Ivoire – Délégation parlementaire

Le président du groupe d’amitié France-Afrique de l’ouest, André Reichardt et Agnès Canayer, présidente déléguée pour la Côte d’Ivoire, ont convié les collègues membres du groupe à un entretien avec une délégation de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, conduite par Guikahue Maurice Kacou, VP de l’Assemblée nationale, ce 21 septembre.

J’ai évoqué avec les députés la campagne de dénigrement de la France orchestrée par des puissances étrangères sur les réseaux sociaux en Afrique et la situation au Mali.

En réponse à mes interrogations, les députés ont fait preuve d’une forte empathie à l’égard de la France et analysé la situation avec beaucoup de sagesse.

Ils nous invitent à rester lucides, éviter les escalades, savoir donner du temps au temps en poursuivant nos actions positives d’aide au développement.

Chacun sait que l’information passe par les réseaux sociaux, mais qu’elle n’est pas fiable. Les coups d’état dans les pays voisins ne produiront pas d’effet positif à long terme.

Ils pensent que l’on peut résoudre les problèmes par la démocratie, qu’il faut passer par la paix et non le conflit.

Ils sont optimistes et pensent que dans une relation, s’il y a des hauts et des bas, les couples peuvent se reformer.

Ils nous invitent à renforcer la diplomatie parlementaire, donner plus de visibilité à notre coopération, et ne pas hésiter à s’appuyer sur eux pour expliquer nos actions dans la région.

Les députés estiment que notre coopération éducative a baissé en intensité et que la nouvelle génération n’a pas l’étendue des contacts qui leur était offert lorsqu’ils étaient jeunes.

Ils nous ont incité à continuer à développer la relation avec la Côte d’Ivoire. C’est à leurs yeux la meilleure manière de montrer aux pays voisins, qui nous tournent le dos, ce qu’ils perdent.

Je leur ai exprimé ma sincère reconnaissance pour leur approche positive, pragmatique et porteuse d’espérance.

Sénat – Singapour – Accueil du vice-pdt du Parlement

J’ai eu le plaisir de recevoir Christopher de Souza, vice-président du Parlement de Singapour, ce 15 septembre au Sénat, en présence de Teow Lee Foo, ambassadrice de Singapour en France.

J’ai félicité Singapour pour la remarquable gestion de la pandémie par cette cité-État, notamment grâce à une forte anticipation qui a permis à Singapour de limiter le nombre de cas et de morts.

Singapour est un partenaire stratégique essentiel de la France en Asie du Sud-Est avec lequel nous avons identifié des partenariats à promouvoir en matière de recherche et d’innovation au service de la transition énergétique et de la protection de l’environnement.

Nous pouvons revendiquer une coopération réussie dans le domaine de la Défense qui est appelée à se renforcer encore dans le cadre du développement de la stratégie indo-pacifique, voulue par notre Président de la République.

Cela se concrétise par la formation de pilotes singapouriens sur la base aérienne de Cazeaux ou encore des facilités accordées à nos navires pour faire escale à Singapour.

J’ai remercié le vice-président pour la position de Singapour à l’ONU qui a condamné fermement l’agression de la Russie à l’égard de l’Ukraine et appelé au retrait des troupes russes et au respect de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Christopher de Souza a regardé avec beaucoup de tristesse les photos que j’ai prise des destructions provoquées par les Russes à Borodyanka et à Boucha.

J’ai partagé la vision de la France sur la nécessité du respect du statu quo face aux menaces de la Chine à l’égard de Taiwan, et mon intérêt pour le souffle démocratique observé sur l’île.

Une délégation de sénateurs du groupe d’amitié France-Asie du Sud-Est, présidée par Mathieu Darnaud, s’est rendue à Singapour en mai 2022. Des entretiens avaient été organisés au Parlement dont il faut retenir la volonté de Singapour de demeurer un acteur neutre dans la compétition sino-américaine, neutralité guidée par la poursuite du développement économique comme socle et liant de la société multiculturelle singapourienne, mais aussi par une nécessité existentielle pour ce pays dépendant de ses exportations.

Cette position de Singapour m’a permis de rappeler celle de la France exprimée par Emmanuel Macron dans son discours aux ambassadeurs. La France est indépendante mais pas équidistante entre les États-Unis et la Chine, du fait du système de valeurs partagées avec notre partenaire outre-atlantique auquel nous sommes attachés et qui structure la charte des Nations Unies.

Sénat – Liban – Entretien avec Samy Gemayel

Ce 23 septembre, j’ai reçu Samy Gemayel, président du parti Kataëb (1er parti d’opposition libanais) pour discuter de la situation du Liban.

Les élections présidentielles d’octobre lui apparaissent comme devoir être une porte de salut pour sortir le Liban de la terrible crise qu’il traverse et de casser un statu quo paralysant.


Samy Gemayel se désole de voir émerger un « autre Liban » où se dissipent les valeurs de liberté, de démocratie et de paix. La fuite des classes moyennes, tant la vie est devenue intenable et sans perspective, accélère ce changement de culture.

Je lui ai exprimé mes préoccupations d’une situation dont je constate qu’elle est chaque jour plus dramatique pour le peuple libanais malgré les aides internationales apportées.

Nous nous sommes rejoints sur une nécessité : un nouveau président pour un nouveau Liban qui ne tolèrera plus la présence de milices armées, se tiendra à l’écart des ingérences étrangères et restaurera le fonctionnement normal des institutions financières, sociales ou bien judiciaires.

Mon soutien à un accord bilatéral d’investissement entre l’UE et Taïwan

Aux côtés d’une trentaine de parlementaires européens, parmi lesquels mes deux collègues sénateurs André Gattolin et André Vallini, j’ai cosigné un appel à intensifier les efforts pour la négociation d’un accord bilatéral d’investissement entre l’UE et Taïwan.

Les signataires déclarent que Taiwan est un partenaire clef et un allié démocratique dans l’indopacifique. Ils appellent au développement de la relation entre l’UE et Taïwan qui ne serait pas seulement bénéfique pour les deux parties, mais aussi d’une grande importance géo-économique.

Lire la lettre de l’IPAC du 21/09/2022 adressée à
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne
Charles Michel, président du Conseil européen
Valdis Dombrovski, commissaire européen au Commerce

Sénat – Rencontre avec l’ambassadeur du Qatar en France

Très reconnaissant envers l’ambassadeur de l’État du Qatar en France, Ali bin Jassim Al-Thani, venu au Sénat ce 20 septembre pour échanger sur les partenariats en cours entre nos deux pays.

Je lui ai adressé tous nos vœux de réussite dans les derniers préparatifs de la Coupe du monde de football : 1,5 million de supporteurs et 3 milliards de téléspectateurs sont attendus !

L’ambassadeur Al-Thani m’a remercié en qualité de président du GIA France-Pays du Golfe pour le soutien indéfectible de la France, en renouvelant notre volonté commune de densifier notre coopération.

Lire aussi :

Sénat – Qatar – Le Sénat adopte le projet de loi Sécurité Coupe du monde 2022 (16 fév. 2022)

Sénat – Qatar – Coopération de défense (20 juil. 2022)

Fête nationale du Népal

Ce 19 septembre, à l’invitation de l’ambassadeur Dipak Adhikari, j’ai assisté à la réception pour célébrer le 8ème anniversaire du jour de la constitution et la Fête nationale du Népal, en compagnie de nombreux diplomates en poste auprès de l’UNESCO, de Véronique Riotton, présidente du groupe d’amitié France-Nepal à l’Assemblée nationale et notre ex-ambassadrice de France au Népal, Martine Bassereau. +d’images

Lire aussi : Déplacement au Népal (Katmandou – 6, 7, 8 janvier 2016)

Sénat – Délégation du Sénat jordanien

Ce 21 septembre, notre groupe d’amitié France-Jordanie, présidé par Cyril Pellevat, a accueilli une délégation du Sénat jordanien conduite par son président, Faysal El-Fayez, et composée de membres du groupe d’amitié Jordanie-France.

Une rencontre pour approfondir la relation entre nos deux pays sur la base de valeurs humanistes communes. Notre dialogue a porté autour de nombreux défis qui doivent nous conduire à renforcer nos rapports de coopération, notamment dans le domaine des énergies durables et la gestion de l’eau, les transports, l’enseignement technique, la culture ou la sécurité.

Ainsi, j’ai longuement échangé avec le sénateur Georges Hazboun sur la situation au Moyen-Orient et avec Azad Kibarian de Veolia au sujet des projets jordaniens d’approvisionnement d’eau. +d’images

Lire aussi : En circonscription en Jordanie (1-2 mars 2020)

Sénat – Audition Rémy Rioux, AFD – Q/R Vidéo 2’50

– Respect des droits humains / Accès au crédit pour les entrepreneurs français à l’étranger –

Ce 21 septembre, notre commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées a auditionné Rémy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement.

A l’issue de cette audition, M. Rioux a été reconduit dans ses fonctions pour trois années, suite à un vote favorable de notre commission sénatoriale (14 Pour ; 4 Contre et 5 blancs/nuls) qui est allée dans le même sens que le vote de la commission de l’Assemblée nationale.

——— 🎙️VERBATIM de mon intervention ———

Bonjour Monsieur le directeur général,
Vous avez évoqué votre objectif de respecter les droits humains en mentionnant l’angle des Institutions – gouvernance.
D’après les observateurs de terrain, des interrogations s’expriment lorsque des entreprises chinoises mettent en œuvre des projets financés par l’AFD en Afrique.
Comment garantissez-vous que ces entreprises respectent justement les droits humains conformément à nos critères ?
Est-ce que votre objectif de respect des droits humains prévoit une évolution de vos procédures d’attribution de financement ?
Un de mes amendements adopté lors du vote de la loi sur l’aide publique en développement l’an dernier portait sur les TPE/PME françaises à l’étranger.
La loi reconnait désormais le rôle actif des entrepreneurs français à l’étranger dans l’aide publique au développement.
Cela doit permettre aux TPE/PME de droit local détenues par des entrepreneurs français à l’étranger et les filiales des TPE/PME françaises à l’étranger de pouvoir bénéficier d’un accès facilité au crédit par le biais de garanties offertes par l’AFD, alors qu’elles en étaient souvent écartées.
Comment envisagez-vous de répondre à cette attente exprimée dans la loi ?
Pouvez-vous vous engager à mettre en place un indicateur qui nous permettrait de suivre chaque année les progrès consacrés au financement de nos PME engagées dans l’effort de développement ?

Médias – « Pour le sénateur Olivier Cadic, Taïwan représente plus qu’elle-même au niveau international » (Radio Taïwan International – 20 sept. 2022 – Audio 19’50)

J’ai répondu aux questions de Clément Tricot, Radio Taïwan International, concernant la visite d’une nouvelle délégation sénatoriale française au début du mois de septembre (compte-rendu). C’est la troisième délégation sénatoriale et donc la quatrième de parlementaires français qui se rend à Taïwan depuis octobre 2021.

Extraits de l’entretien

Sur l’objet de la visite :
– Pour moi cette visite était prévue de longue date. J’étais en octobre dernier dans la délégation conduite par Alain Richard. Nous avions découvert le projet du lycée international franco-taïwanais (LIFT). […] Le LIFT a démarré début septembre et j’avais prévu de venir pour l’ouverture.
– Il y avait un deuxième sujet qui était le développement des relations économiques entre la France et Taïwan.
– Il y a évidemment toute la question des relations politiques, la vision des orientations taïwanaises qui se font de plus en plus précises sur l’île venant de Pékin. C’était aussi important pour nous d’écouter l’analyse et les observations qui étaient faites par le gouvernement et nos homologues du Yuan législatif à Taïwan.

Sur la multiplication des visites parlementaires :
– Je pense que le groupe d’études et de contact France-Taïwan (République de Chine) au Sénat qui est pratiquement aussi important maintenant que le groupe France-Chine […] Ce sont des sénateurs qui sont très intéressés par ce qu’est Taïwan aujourd’hui, le développement de Taïwan, les possibilités. Pour certains c’est le côté démocratique et tout ce qui est approche des lois, pour d’autres c’est la dimension économique.
– Ce qui me marque, c’est le niveau d’intérêt pour Taïwan au palais du Luxembourg. […] Quand on va à Taïwan on sent une fraîcheur démocratique qui vous ravive.

Sur les manœuvres militaires chinoises autour de Taïwan suite à la visite de Nancy Pelosi, la présidente de la chambre des représentants des États-Unis :
– La position de la France, c’est le statu quo. Toute manœuvre qui tendrait à changer le statu quo, ne peut pas rencontrer l’adhésion de la France.

Sur sa déclaration « Taïwan n’est pas seul » :
– Ce que je veux dire c’est que Taïwan représente plus qu’elle-même au niveau international. Taïwan, c’est désormais une image du vivre ensemble. […] C’est un signe au monde, que la démarche démocratique, qui est une démarche inclusive où tout le monde peut décider qui va diriger le pays […]. C’est en ce sens que Taïwan n’est pas seul, puisque les valeurs que Taïwan incarne, ce sont des valeurs universalistes.

Écouter l’interview

Lire l’article sur le site RTI

Médias – « Funérailles d’Elizabeth II » (Public Sénat – 20 sept. 2022 – Vidéo 1’50)

La veille de mon intervention sur le plateau de Public Sénat, invité d’Oriane Mancini, le monde avait les yeux fixés sur les funérailles de la reine Élisabeth II. Nous sommes revenus sur cet événement planétaire.

Ce n’est pas une page qui se tourne, c’est un volume immense qui se referme. Nous avons la sensation d’entrer dans une vraie nouvelle période. C’est le siècle dernier qui se referme définitivement.

Médias – « Chine-Taïwan : qu’en est-il de la situation ? » (Public Sénat – 20 sept. 2022 – Vidéo 3’33)

J’ai eu le plaisir de répondre aux questions d’Oriane Mancini sur Public Sénat, dans son émission « Bonjour chez vous ! » au sujet de la situation à Taïwan.

Le 19 septembre, le président américain Joe Biden a assuré que les États-Unis défendraient Taïwan en cas d’intervention chinoise. Cette déclaration est très importante, tout comme la visite de Nancy Pelosi, au mois d’août dernier.

Taïwan est un modèle démocratique, un modèle que nous partageons. C’est aussi la 21ème puissance économique. Il revient aux Taiwanais de choisir leur avenir.

Taiwan n’est pas seul ! Les États-Unis l’ont rappelé également avec force. Cela me paraît nécessaire pour inciter le PCC à la désescalade et à respecter les aspirations du peuple taïwanais sans interférer.

Médias – Comment la démocratie taïwanaise peut-elle tenir tête à la Chine ? (France Culture – 15 sept. 2022)

Face à une menace militaire chinoise de plus en plus prégnante, quel avenir pour cette île de 23 millions d’habitants que Pékin cherche à contrôler ?

Pour en débattre, Emmanuel Laurentin m’a reçu avec Valérie Niquet, spécialiste de l’Asie à la Fondation pour la recherche stratégique et Stéphane Corcuff, géopolitiste du monde sinophone, enseignant à Sciences Po Lyon et chercheur associé à l’antenne de Taipei du Centre d’études françaises sur la Chine contemporaine (CEFC).

Extraits :

Taïwan : un système, un pays ? Émergence d’une nation :

Dans l’histoire plus récente, la démocratisation entamée en 88 a elle aussi profondément modifiée l’identité taïwanaise comme l’explique Olivier Cadic : « aujourd’hui, si vous interrogez les jeunes taïwanais, les nouvelles générations, elles ne se sentent pas du tout Chinoises. Ce sont elles qui, par exemple, imaginent qu’on pourrait rebaptiser la République de Chine, qui est le nom officiel, en République de Taïwan ». L’affirmation progressive de cette identité vient s’opposer directement à l’expansionnisme du Parti Communiste Chinois qui s’appuie sur le caractère chinois de l’ile pour justifier sa vision unioniste.

(…)

Le statu quo menacé :

Face à la montée en puissance de la Chine, l’affirmation de Taïwan comme démocratie exemplaire facilite son soutien par les Occidentaux, qui trouvent alors dans leurs valeurs humanistes une légitimité pour s’opposer de manière croissante à la Chine et aux autoritarismes. « On comprend » explique Olivier Cadic, « que les enjeux autour de Taïwan vont bien au-delà de cette île et affectent tout le monde démocratique. Ainsi cette île qui résiste fait que tous les pays, les uns après les autres, commencent à prendre en compte, à commencer par les Etats-Unis, la situation critique. Et on espère empêcher la Chine de commettre l’irréparable : de franchir le Rubicon et de venir attaquer Taïwan, comme on l’a vu avec les Russes en Ukraine ». Ainsi, Taïwan bénéficie d’un soutien croissant, comme le démontre l’aide militaire américaine directe de 4.5 milliards de dollars qui vient d’être votée par le sénat.

Écouter l’émission (38m)

Lire l’article sur le site RFI

Médias – « À Taïwan, des sénateurs français relancent les visites » (Le Point – 9 sept. 2022)

Il faut à tout prix éviter que la Chine soit tentée de passer le Rubicon.

Depuis le Sénat, nous poursuivons l’approfondissement de la relation bilatérale France-Taïwan avec confiance et détermination.

Taïwan n’est pas seul !

Extrait :

« Les canons de Pékin étaient censés isoler Taipei, l’île est devenue l’étape obligée des voyages parlementaires en Asie. Les Français ouvrent le bal.
L’objectif de Pékin en montant en épingle le voyage de l’élue américaine était d’accroître l’isolement diplomatique de l’île.

Six sénateurs français ont atterri à Taipei ce mercredi. C’est la première visite française et européenne depuis la venue début août de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, qui avait été suivie d’exercices militaires chinois d’une ampleur jamais vue depuis 25 ans. « La France est une puissance indo-pacifique, a déclaré lors d’un point presse Cyril Pellevat, sénateur Les Républicains à la tête de la délégation. Aujourd’hui, nous considérons Taïwan comme un partenaire pour la stabilité dans cette région. »

Lire la suite : Une délégation de sénateurs en déplacement à Taïwan (par Jérémy André – Taipei)

Médias – Disparition d’Elizabeth II (Public Sénat – 9 sept. 2022)

Le Royaume-Uni pleure sa reine. Un voile de tristesse s’est posé sur le monde entier.

Elizabeth II a incarné la résilience et les valeurs morales de tout un peuple.

Face au destin, elle a toujours été exemplaire.

En 70 ans de règne, il n’y a jamais eu de réelle rupture entre Sa Majesté et le peuple britannique.

Le Président Macron a justement rappelé que la reine était une amie de la France.

Médias – « Une délégation de sénateurs en déplacement à Taïwan » (Public Sénat – 8 sept. 2022)

La France souhaite le statu quo dans le détroit de Taïwan.

Il est normal que des parlementaires aillent à Taïwan avec qui nous avons des relations culturelles, économiques et éducatives.

La France a une vraie relation avec l’Ile.

Découvrez mon interview réalisée par Louis Mollier-Sabet (Public Sénat)

Extrait : « Une délégation de cinq sénateurs, dont Olivier Cadic (UC) est actuellement en visite à Taïwan. Un déplacement programmé de longue date pour l’ouverture d’un lycée français, qui se situe dans la lignée de la diplomatie parlementaire menée par le Sénat, mais qui prend une autre dimension avec le regain des tensions avec la Chine cet été, qui considère ces visites comme une provocation ».

Lire la suite : Une délégation de sénateurs en déplacement à Taïwan

Taïwan – Départ de la délégation du Sénat

Ce 6 septembre, au matin, départ vers Taïwan de la délégation du Sénat en compagnie de Cyril Pellevat, Brigitte Deveza, Pierre-Antoine Levi et Alain Marc pour Taipei.

Notre premier rendez-vous sera consacré à la visite du nouveau LIFT (Lycée international franco-taiwanais).

Lire l’article de La Lettre A du 6 sept 2022 : Olivier Cadic s’envole vers Taïwan pour une délégation sénatoriale à haut risque