Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

Avis des conseils consulaires : qui vote ?

Dans une question écrite, le 7 mars dernier, j’interrogeais le ministre alors chargé des Français de l’étranger sur les modalités d’adoption de l’avis que peut prendre le conseil consulaire à la suite de la présentation du rapport annuel du chef de poste diplomatique et consulaire. La question était de savoir si le chef de poste diplomatique ou consulaire peut prendre part au vote.

Le Quai d’Orsay vient de me confirmer que seuls les conseillers des Français de l’étranger le peuvent, « aux termes du second alinéa de l’article premier du décret n° 2014-144 du 18 février 2014 relatif aux conseils consulaires à l’assemblée des Français de l’étranger et à leurs membres », « en leur qualité de membre de droit ». Toutefois, précise le ministère, « le chef de poste ou son représentant conserve la possibilité de prendre part au débat prévu par l’article précité et qu’il peut, s’il l’estime opportun, faire porter mention de son avis en vertu des dispositions du 4e alinéa de l’article 6bis du décret ». Car, explique encore le ministère, « l’esprit général du dispositif est naturellement de favoriser les échanges et de garantir le plein exercice des prérogatives de chacun, conformément aux dispositions de l’article 28 du décret, aux termes duquel les conseillers des Français de l’étranger s’abstiennent de s’immiscer dans la conduite des relations extérieures de la France ou d’exercer leur mandat dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public ou des autorités de l’État de résidence une confusion avec l’exercice des prérogatives réservées aux agents diplomatiques et consulaires. »

Lire la question écrite n° 27531 et la réponse du ministère du ministère le 30/06/2022 sur les Modalités d’adoption des avis des conseils consulaires

Question écrite – Vote des Français en Chine

Alors que des restrictions drastiques à la circulation sont décrétées notamment à Shanghai, comme le relève Gwénola Coupé, conseillère des Français de l’étranger, la participation des Français confinés à l’élection présidentielle est fortement compromise en l’absence de modalité de participation à distance.

La seule alternative au vote en personne est le vote par procuration. Pourtant, l’établissement de la procuration implique de se déplacer au consulat. Il faut également trouver un tiers de confiance qui devra être en mesure de se déplacer le jour du scrutin.

J’ai posé une question écrite au ministre délégué notamment chargé des Français de l’étranger pour savoir si « des négociations sont menées avec le gouvernement chinois pour permettre la participation au scrutin présidentiel des Français qui pourraient encore être confinés ».

Lire la question écrite n°27426 publiée le 31/03/2022