Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

En circonscription au Maroc (3/3) – Casablanca (24 au 25 octobre 2021)

A Casablanca, le programme consacré à notre communauté fût organisé par Serge Mucetti, consul général, tandis que le volet économique a été géré par Jean-Pascal Darriet, président de la CCIFM.

Cette série de rencontres riches et variées s’est conclue par un entretien privilégié avec Serge Mucetti (à l’image avec Pascale Mucetti) qui m’a permis d’apprécier une nouvelle fois sa hauteur de vue et de bénéficier de sa longue expérience.

Je lui suis sincèrement reconnaissant d’avoir organisé ma visite avec un professionnalisme qui fait sa marque.

Communauté française

Certificat de vie / Protection sociale

Serge Mucetti m’a proposé de débuter par un petit-déjeuner au consulat général sur le thème : « tour d’horizon général avec les élus », en compagnie de Gilles D’Agescy, président du conseil consulaire ; Ghislaine El Ouafi ; Medhi Reddad ; Mohammed Oulkhouir, conseillers des Français de l’étranger et de Sylvie Le Caro, consule générale adjointe.

Le déjeuner offert par le consul général et Pascale Mucetti à la Résidence a réuni 8 participants sur le thème « la protection et l’action sociale ».

La crise sanitaire a conduit à une paupérisation de notre communauté du fait de l’absence d’amortisseur social.

Le vieillissement de la population est manifeste avec plus de 600 personnes qui dépassent les 80 ans. Le refus des autorités marocaines de signer des certificats d’existence, tout comme l’interdiction faite au consulat d’accomplir cette tâche, plongent nos aînés dans une situation inextricable qui aboutit parfois à l’interruption du versement de leur pension.

Enseignement français

Pour finir, une réunion sur l’enseignement français dans la circonscription consulaire de Casablanca avec la participation de Gilles Dagescy, président du conseil consulaire ; Abdelghani Youmni et Medhi Reddad ; conseillers des Français de l’étranger ; Bruno Eldin, conseiller de coopération et d’action culturelle adjoint ; Stéphane Sachet, proviseur du lycée Lyautey (AEFE) ; Catherine Bellus, proviseure du Lycée international Louis Massignon (OSUI) ; Juliette Obadia, coordinatrice de l’Alliance israélite universelle et Hervé Le Foll, chef du service de la protection et de l’action sociales (consulat général).

Les 18 écoles homologuées de Casablanca scolarisent 27.009 élèves sur les 46.495 de notre réseau au Maroc. C’est le second réseau après celui du Liban.

Les élus ont orienté la discussion sur l’évolution des frais de scolarité, la qualité de l’enseignement proposé et la modernisation des infrastructures scolaires.

Les représentants des réseaux AEFE, OSUI et AIU pensent que la capacité de l’offre correspond à la demande et qu’il y a un risque de déséquilibre si l’extension de l’offre locale se poursuit. Alors, pour respecter la vision ambitieuse du Président de la république de doubler nos effectifs à l’étranger, il faudrait donc plutôt se tourner vers d’autres circonscriptions du Maroc, comme Marrakech L’atteinte d’un objectif de 75.000 élèves à horizon 2030 paraît crédible au conseiller culturel.

Entrepreneuriat

Mes remerciements à Jean-Pascal Darriet, président de la CFCIM, pour avoir organisé le volet économique de la dernière étape de mon 13ème déplacement au Maroc. J’ai apprécié que Pascal Capdevielle soit venu spécialement de Fès pour m’accompagner de Rabat à Casablanca.

Réception de la CFCIM

Dîner offert par la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM).

Dimanche soir à mon arrivée, j’ai retrouvé Jean-Pascal Darriet, président de la CFCIM pour cette soirée, en présence de Claudia Gaudiau-Francisco, Pascal Capdevielle, Jean Charles Damblin et de Jean-Marc Pons.

Les participants observent que l’activité économique se développe bien au Maroc et regrettent la décision du gouvernement français de restreindre le nombre de visas qui a pour effet de ralentir les échanges et de crisper la relation politique. +d’images

ESA

Visite de l’École supérieure des affaires de Casablanca (ESA) de la CFCIM. L’école a changé de nom depuis mon dernier passage, il y a deux ans.

L’établissement poursuit le double objectif de répondre aux besoins en recrutement des entreprises et favoriser l’employabilité des jeunes par la formation. L’ESA propose trois filières : Commerce et Gestion et, à partir de 2022 : Web & Digital et Tourisme & Management hôtelier.

L’ESA a passé un accord avec la CCI de Seine et Marne et avec l’université Gustave Eiffel.

Les étudiants rencontrés ont présenté leurs projets de développement personnel mis en oeuvre dans l’environnement et l’humanitaire. +d’images

Kluster

Installé sur le toit de la chambre de commerce, le Kluster poursuit trois objectifs :

– contribuer à booster l’écosystème des startups et de l’entrepreneuriat au Maroc

– aider les jeunes porteurs de projets à avoir accès au réseau CFCIM

– mettre à disposition un espace dédié aux startups dans les locaux de la CFCIM +d’images

Cuimer

Rencontre avec les responsables de Cuimer, start-up installée dans le Kluster.

« La mer a aussi son cuir » est le slogan de Cuimer, société marocaine qui transforme les peaux de poisson en cuir exotique marin, grâce à un processus de tannage végétal qui offre tous types de finitions.

Ce cuir est principalement issu du saumon, reconnu pour la souplesse et la finesse de sa peau. +d’images

CAN TotalEnergies

Soirée de présentation du trophée de la CAN TotalEnergies.

La Coupe d’Afrique des Nations (CAN) TotalEnergies est le plus grand évènement sportif d’Afrique. TotalEnergies est sponsor titre du tournoi.

A l’image devant le trophée (g à d) : Philippe Klein, pdt de la CFCIM jusqu’en 2019 ; Olivier Cadic ; Tarik Ameziane Moufaddal, DG de Total Energies ; Gilles Abensour, président des CCEF Maroc et CEO Maroc de Saint-Gobain +d’images

CCEF Maroc

Gilles Abensour, président des CCEF Maroc avait réuni les conseillers du commerce extérieur : Jean-Pascal Darriet, président de la CFCIM ; Philippe Klein, pdt de la CFCIM jusqu’en 2019 ; François Marchal, DG de la Société Générale ; Pierre Labben, DG de Maphar ; Jean-Marc Pons, SG de la CCIFM…

Les CCEF organiseront un événement en mars 2022 intitulé Maroc-Afrique, afin de réunir tous les CCEF d’Afrique à Rabat.

Force est de constater que certains pays concurrents s’affranchissent des règles auxquelles sont soumises nos entreprises, ce qui a pour effet de leur faire perdre des marchés en Afrique.

Le sommet des CCEF Afrique nous offrira une très belle opportunité d’unir nos forces afin de remporter de nouveaux contrats sur le marché africain en développant des synergies avec nos entreprises établies au Maroc. +d’images

En circonscription au Maroc (1/3) – Tanger (22 au 23 octobre 2021)

Deux ans après ma précédente venue, j’ai pu constater lors de mon 13ème déplacement au Maroc que le bouillonnement des idées et des énergies n’a pas été altéré par la crise que nous traversons.

J’ai eu le plaisir de retrouver Philippe Truquet (à l’image), nouveau consul général, qui m’avait déjà remarquablement reçu lorsqu’il était en poste en Côte d’Ivoire.

.

A Tanger, j’ai également été accueilli par Anna-Gael Rio, conseillère des Français de l’étranger, élue lors du renouvellement de mai 2021.

Je lui adresse toute ma gratitude pour le temps qu’elle a consacré à l’organisation de mon passage dans cette ville, ainsi qu’à animer les échanges.

Anna-Gael m’a permis de faire un tour d’horizon complet sur les préoccupations de notre communauté.

Communauté française

Consulat

Philippe Truquet, consul général, a réuni les trois conseillers des Français de l’étranger pour la circonscription de Tanger : Myriam Bennani, présidente ; Anna-Gael Rio et Ismaël Garti, en présence de Carole Gosserez, consul-adjointe pour nous permettre de détailler l’activité du consulat, juste avant la réunion du conseil consulaire pour les bourses scolaires.

Nous avons évoqué évidemment les conséquences du transfert vers Rabat du service des visas qui occupait 6 personnes.

Cette évolution à la baisse des effectifs du consulat de Tanger (qui ne compte plus que 6 agents) a induit une diminution de l’amplitude des horaires d’ouverture au public et du niveau de réponse aux appels téléphoniques.

L’évolution à la baisse des services du consulat est une source d’inquiétude.

Le déjeuner au restaurant Anna et Paulo, tenu par deux compatriotes, nous a également permis d’aborder la question du passe sanitaire imposé depuis peu aux restaurateurs du Royaume et les restrictions sanitaires en cours pour protéger la population.

Avant de retrouver les représentants de la communauté pour une réception dans l’enceinte du consulat, Philippe Truquet m’a proposé de visiter les locaux, désormais largement inutilisés, pour discuter des options qui lui sont offertes par cette majestueuse emprise au sol qui pourrait accueillir des activités économiques et culturelles, autour de ses activités consulaires. +d’images

Lancement du Collectif Tanger

Constatant un manque de lien social au sein de la communauté française de Tanger, les membres de la Liste pour l’élection des Conseillers Consulaires conduite par Anna-Gael Rio, associés à d’autres personnes, ont créé le Collectif Tanger : une dynamique de citoyens pour se retrouver, échanger, s’entraider face à des problématiques communes et agir si nécessaire.

L’idée est de s’inspirer de la situation à Rabat ou Casablanca où des associations (telles que Rabat Accueil ou Français du monde) assurent remarquablement la cohésion de nos concitoyens.

Pour répondre aux attentes immédiates des Français de Tanger, les « Rendez-vous du Collectif » ont été lancés. Le premier aura lieu jeudi 04 novembre sur le thème « Qu’est-ce qui de passe avec le passe ? », une opportunité pour les entrepreneurs d’échanger autour de cette nouvelle règle difficilement applicable en 48h.

Institut français

Accueil à la Galerie Delacroix par Olivier Galan, directeur des Instituts français de Tanger et Tétouan, qui m’a présenté le programme de la 3ème édition du « Parcours des Arts de Tanger » qui s’est déroulé du 1er au 31 octobre 2021.

Cette initiative partagée par tous les acteurs culturels locaux fédère des lieux d’exposition et valorise les arts visuels. J’ai pu visiter trois galeries (Delacroix, Dar d’Art et Drissi) parmi les 12 que propose le Parcours.

Nous nous sommes rendus ensuite à l’Institut français pour une réunion durant laquelle Olivier Galan m’a présenté les orientations stratégiques de l’IFT.

L’IFT est installé sur trois sites. Il comprend le bâtiment central visité qui regroupe l’administration, 11 salles de cours de langue et la médiathèque. Puis, nous avons la galerie Delacroix destinée aux expositions et enfin l’espace Beckett doté d’une salle de 180 places, mais actuellement hors service, car le directeur estime avec raison qu’elle ne présente pas toutes les garanties de sécurité pour accueillir du public.

L’espace libéré récemment au sein du consulat, suite au transfert du service des visas, permet d’envisager d’y externaliser certaines activités. +d’images

Entrepreneuriat

Entrepreneurs français

Afin de me permettre de renouer avec la communauté d’affaires de Tanger, Anna-Gael Rio, conseillère des Français de l’étranger, m’a organisé deux rencontres en format restreint.

D’abord, un petit déjeuner dans le célèbre hôtel El Minzah qui s’est tenu avec Denis Marsault, chef d’entreprise (Myopla) ; Cedric Lecolier, chef de centre (Colas Afrique) ; Idriss Bernoussi, président (AMTRI Maroc) et associé gérant (Cap Med Logistics) ; Thomas Clément (Architexture) ; Olivier Autefage, gérant-fondateur (Mafali) et Kouds Bernossi (Vaillant), associée chez Moore Bernossi.

Parmi les principales préoccupations, j’ai relevé les conséquences négatives des restrictions de visas pour nos entreprises.

Un entrepreneur de Tanger qui crée 150 emplois sur Bordeaux se trouve ralenti, car il ne peut dépêcher 3 cadres sur place afin de démarrer son nouveau site.

Communauté d’affaires

Nous avons clôturé mon déplacement à Tanger par un déjeuner avec des acteurs du Collectif Tanger, dont certains membres de la Liste pour l’élection des Conseillers Consulaires, ainsi que quelques compatriotes que j’avais rencontrés lors de mes 4 premiers passages à Tanger.

Philippe Truquet, consul général, nous a fait l’amitié de se joindre à nous.

Nous avons évoqué la perception de l’image de la France au Maroc, les initiatives à prendre pour conforter la francophonie… et bien sûr l’absence de reconnaissance du vaccin Sinopharm par la France.

Maroc – Point de situation

Audition cette semaine d’Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, organisée par Christian Cambon, président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées et président du groupe d’amitié France-Maroc du Sénat.

Remarquable intervention de l’ambassadrice qui a permis aux sénateurs d’avoir un éclairage sur la situation au Maroc et les relations entre la France et le Maroc.

Parmi les nombreux points traités qui feront l’objet d’un compte-rendu de la part du Sénat, l’ambassadrice a mis en exergue l’efficacité avec laquelle le Royaume du Maroc fait face à la pandémie.

95% des vaccins administrés en Afrique l’ont été au Maroc. Les frontières restent fermées pour endiguer une possible 3ème vague.

En évoquant l’exemple d’une personne arrêtée à Marrakech pour avoir organisé une fête réunissant 50 personnes, puis condamnée à un an de prison avec sursis, l’ambassadrice a souligné la détermination de l’état marocain pour faire respecter les mesures de restrictions sanitaires.

Si, comme ailleurs, le secteur du tourisme est sinistré, celui de l’agro-alimentaire se révèle satisfaisant, et l’automobile reprend des couleurs.

Mon intervention et mes questions ont été préparés avec des élus des Français de l’étranger au Maroc, des représentants de la CCIFM et de la société française de bienfaisance. Elle a porté sur plusieurs points :

1 – Partage de témoignages

– Témoignages de gratitude transmis à notre ambassadrice, à l’équipe du poste et en particulier aux six consuls généraux pour avoir accompagné l’opération de retour de nos compatriotes l’an dernier.
– Témoignages de satisfaction de nos compatriotes installés au Maroc envers les autorités locales qui leur a permis d’être vaccinés. J’ai mentionné le courrier de reconnaissance de Jean-Claude Rozier, élu à Agadir, adressé au Wali qui a été apprécié par les médias locaux.

2 – Communauté d’affaires

– Nécessité de retrouver de la mobilité entre nos deux pays tant pour les Français que pour les Marocains. J’ai mentionné l’exemple d’experts professionnels ou d’administrateurs de société qui éprouvent des difficultés pour circuler et freinés pour relancer l’activité.
– Évocation de la question des provinces du sud. 300 Français vivent à Dakhla et Laâyoune, où se trouvent deux écoles françaises.
– Évaluation des effets de l’investissement de la Chine sur le port de Tanger et perception des autorités marocaines face à la stratégie d’importation de main d’oeuvre chinoise pour se développer en Afrique.
– Évocation du projet de train à grande vitesse pour prolonger la ligne Tanger-Casablanca vers Marrakech puis Agadir.

3 – Communauté française : Besoin d’amplifier l’action en matière d’aides sociales

– Nécessité de répondre aux besoins des auto-entrepreneurs dont certains se retrouvent dans une situation désespérée, comme me l’a fait remonter Nicolas Arnulf à Rabat ou Olivier Gattel, délégué de la CCIFM à Tanger.
– Mise en place d’un suivi approprié envers les retraités. Plus de 600 d’entre-eux dépassent 80 ans uniquement sur Casablanca. Comme me l’ont signalé Gilles D’Agescy, conseiller élu à Casablanca ou Bernard Digoit, Pdt de la Société de Bienfaisance, il y a nécessité de mieux faire connaître les aides disponibles à cette population qui n’a pas un accès facile à l’information délivrée sur internet.
– Appel à rendre plus accessibles les aides sociales offertes dans le cadre du Secours occasionnel de solidarité.

Comme à l’accoutumée, Hélène Le Gal s’est montrée très précise dans ses réponses et a mis en avant l’imbrication humaine entre nos deux pays qui a tissé des liens très nombreux et diversifiés.

L’ambassadrice m’a promis qu’elle allait indiquer aux six consulats qu’il fallait amplifier la communication concernant les aides sociales. Une décision qui, j’en suis sûr, ravira tous les élus des Français du Maroc. + d’images

INFOLETTRE n°129 – Édito : Vœux 2020 // 5 ans de mandat : Un monde de projets // Réussir les « WorldSkills Lyon 2023 » // Débat « Demain, les robots » : Mon intervention + réponse du ministre // Forum des CCE / Marseille : les nouvelles routes de la soie // En circonscription au LUXEMBOURG (12-13 déc. 2019) / au MAROC : Tanger & Casablanca (16-18 déc. 2019).

Lire : l’INFOLETTRE n°129 – 17 janvier 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°129

Bonne année !

Le temps passant, on se rend compte que la vie est précieuse, fragile.

Je pense à ceux qui ont perdu récemment un proche, à ceux qui sont atteints par la maladie, à ceux dans la peine, pour qui les fêtes ne furent pas un moment joyeux.

La France et l’Union européenne sont confrontées à des défis multiples.

Le Brexit va mettre la cohésion de l’UE à rude épreuve lorsque le départ du Royaume-Uni sera acté.

Si le terrorisme islamique nous menace toujours, des puissances comme la Chine, la Russie, l’Iran, la Turquie rejettent ouvertement notre modèle démocratique et font reculer les droits de l’Homme partout où ils le peuvent.

En 2020, année où la Chine va utiliser la technologie à grande échelle pour assurer le contrôle social de sa population, allons-nous laisser les entreprises chinoises comme Huawei se développer dans l’UE avec la capacité de menacer à terme nos libertés ?

Dans quel monde voulons-nous vivre ?

C’est parce que je veux défendre
la liberté d’expression,
la liberté d’entreprendre,
la liberté de choisir nos dirigeants selon un processus démocratique que je me suis engagé en politique.

Les Français de l’étranger disposent d’un système de représentation unique au Parlement, avec 11 députés et 12 sénateurs, mais aussi 443 conseillers consulaires, vos élus de proximité qui seront renouvelés en mai 2020.Visuel HL125

Durant 5 ans, j’ai eu l’honneur de travailler avec nombre de ces conseillers pour développer de nombreux projets au service des Français établis hors de France.

De chacun des 92 pays traversés durant mon mandat, je suis reparti avec un projet d’action, qu’il s’agisse de création d’écoles, d’Alliances françaises, de chambres de commerce, ou bien encore de démarches en matière de protection consulaire, de sécurité, de respect des droits ou d’aide à la mobilité de mes compatriotes.

Ma plaquette, Un monde de projets, donne un aperçu de ce travail réalisé en commun avec les élus de terrain.

Quelles que soient les difficultés et les obstacles qui nous font face en 2020, je suis optimiste car je sais d’expérience que la liberté trouve toujours son chemin.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle année 2020 et la réussite de tous vos projets. Découvrir l’InfoLettre n°129

En circonscription au Maroc (2/2) – Casablanca (17-18 déc. 2019

À la faveur de mon 12ème déplacement au Maroc depuis le début de mon mandat, j’ai eu l’opportunité d’avoir successivement un échange privilégié avec les deux conseillers consulaires Gilles D’Agescy (Casablanca) et Pascal Capdevielle (Fès).

À quelques mois de l’échéance de leur mandat, je salue la qualité et la profondeur de leur engagement respectif au service de notre communauté, à travers leur disponibilité permanente et bénéfique.

A Casablanca, j’ai également assisté à la cérémonie de remise décoration à Philippe-Edern Klein, président de la Chambre de commerce et d’industrie franco-marocaine (CCIFM).

RELATION BILATERALE

LGV

J’ai expérimenté, pour la première fois, la ligne à grande vitesse (LGV) qui relie Tanger à Casablanca en 2 heures et 10 minutes, les deux premiers pôles économiques du pays.

Cette ligne illustre la modernisation accélérée du Royaume et représente un projet phare de notre relation bilatérale. Elle a été inaugurée, il y a tout juste un an, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le président de la République Emmanuel Macron qui était accompagné des dirigeants des entreprises françaises ayant participé au projet : Alstom (rames), consortium Ansaldo-Ineo (signalisation et télécoms), Cegelec (sous-stations électriques) et le consortium Colas Rail-Egis Rail (voies et caténaires). + d’images

ENTREPRENEURIAT

Décoration de Philippe-Edern Klein

Très honoré d’avoir été invité à assister à la cérémonie de remise de la Légion d’honneur à Philippe-Edern Klein par Serge Mucetti, consul général de France à Casablanca.

Président de la Chambre de commerce et d’industrie franco-marocaine (CCIFM) depuis 2017, Philippe-Edern a conquis la communauté d’affaires et tous ses interlocuteurs dans le cadre de son mandat.

Dans son discours, le consul général a décrit le parcours d’entrepreneur et d’homme d’honneur qu’il convenait de saluer. Serge Mucetti a su mêler habilement l’humour à ses éloges afin que ce moment solennel devienne exceptionnel.

Avec humilité et empreint d’une grande tendresse pour sa compagne et ses enfants, Philippe-Edern a exprimé sa reconnaissance, son émotion et son bonheur d’être distingué ainsi par la République.

Je suis fier d’avoir eu l’opportunité d’œuvrer en soutien de l’action de Philippe-Edern. Lorsque celui-ci a pris la présidence en 2016, la CFCIM comptait 3600 adhérents. A la fin de l’année, terme de son mandat, elle en compte près de 5000.

J’ai été très heureux d’être le témoin de ce moment mémorable qui marquera mon mandat, aux côtés des conseillers consulaires Gilles D’Agescy et Pascal Capdevielle ; des représentants de la CCIFM, dont son nouveau président Jean-Pascal Darier, et des CCEF du Maroc, dont leur présidente Élisabeth Bauchet-Bouhlal.

Toutes mes félicitations à Philippe-Edern pour cette distinction si méritée. + d’images

MyOpla

Lors de mon trajet en LGV, j’ai retrouvé Denis Marsault, président-fondateur de MyOpla, rencontré lors de mon précédent déplacement à Tanger, en septembre 2019. J’avais visité les nouveaux locaux de l’un de ses centres d’appels téléphoniques et de BPO (front office et back office), qui devaient accueillir ses équipes dans la zone d’affaires de Tanger (compte-rendu).

Les effectifs de Denis Marsault sont passés de 700 à 1000 personnes depuis ma visite il y a trois mois, et il s’attend à ce qu’ils progressent pour atteindre 2000 employés d’ici à 2021. Je lui ai adressé mes félicitations pour ses résultats et tous mes vœux de réussite pour la suite. + d’images

COMMUNAUTE FRANÇAISE

Conseillers consulaires

J’ai eu plaisir de rencontrer successivement Gilles D’Agescy, conseiller consulaire pour la circonscription de Casablanca et président de l’UFE Casablanca, puis Pascal Capdevielle, conseiller consulaire pour la circonscription de Fès et vice-président de la CCIFM.

Au rang de leurs principales préoccupations figure la situation de nombreux compatriotes âgés et démunis. Souvent dépassés par l’évolution technologique, ils ont besoin d’une assistance pour se conformer à des procédures numériques pour demeurer en contact avec le consulat.

Santé, retraite et éducation ont constitué les principaux objets de nos conversations. + d’images

En circonscription au Maroc (5/5) – Agadir (13-14 sept. 2019)

Cette semaine au Maroc qui m’aura conduit de Tanger à Agadir n’aurait pu se faire sans l’investissement personnel de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire et vice-président de la Chambre Française de commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM).

Sa connaissance approfondie des attentes de notre communauté au Maroc et son habileté dans la conduite des affaires en font un relais déterminant pour me permettre d’accomplir ma mission avec succès.

Communauté française 

Consulat

Dominique Doudet, consul général, a organisé deux rendez-vous avec la communauté française à la faveur de mon retour à Agadir, dernière étape de 2 jours d’un périple de 6 jours inoubliable au Maroc.

Tout d’abord, une rencontre au consulat avec une cinquantaine d’entrepreneurs français installés dans la région d’Agadir. J’ai félicité Dominique Doudet pour les remarquables améliorations apportées au consulat et aux jardins qui l’environnent, depuis son arrivée. +d’images

Associations

Le lendemain matin, un petit-déjeuner à la Résidence du consul général avec les représentants d’associations françaises : UFE Agadir ; ADFE ; Société française de bienfaisance, auquel a participé Catherine Tribouart-Rota, vice-présidente de l’UFE Agadir.

Avec 5300 inscrits, la population française référencée au consulat a doublé depuis 12 ans. Il faut ajouter les semi-résidents, qui ont une maison et font de nombreux aller-retour en France tout au long de l’année. Enfin, on doit également compter avec les 10 à 20.000 adeptes du camping-car. Ils passent jusqu’à 6 mois au Maroc et constituent de véritables petites villes en se rassemblant.

Lorsque l’on sait que 180.000 compatriotes sont venus en vacances en avion l’an dernier, il n’est finalement pas si surprenant d’apprendre que le consulat reçoive 12.000 visites par an.

Dominique Doudet m’a alerté sur une directive du ministère de l’Intérieur de janvier 2019, interdisant d’ouvrir un cercueil venant de l’étranger en vue d’une incinération.

Comme l’incinération est interdite au Maroc, les dernières volontés de deux compatriotes décédés dans le Royaume n’ont pu être respectées ces derniers mois. 

Il conviendrait que des aménagements soient apportés à cette directive pour les cercueils provenant des pays n’autorisant pas l’incinération.

Nous avons enfin évoqué la dangerosité des routes au Maroc. La veille de mon arrivée à Agadir, deux Français avaient succombé des suites d’un accident. +d’images

UFE

J’ai eu plaisir à retrouver l’UFE Agadir et ses adhérents qui m’ont toujours offert un accueil exceptionnel, trois ans après mon dernier passage. 

Merci à son président Jean-Claude Rozier de m’avoir permis d’échanger une nouvelle fois avec eux lors d’une soirée très conviviale, comme l’UFE Agadir en a le secret. Toute ma reconnaissance également à Catherine Tribouart-Rota, trésorière, dont l’implication dans l’animation de l’association est déterminante. 

Cette réception fut l’occasion d’aborder plusieurs thématiques, en particulier celle des certificats de vie pour nos compatriotes retraités et de la fiscalité, sujets sur lesquels je me suis beaucoup investi. 

Les efforts déployés par l’équipe de l’UFE Agadir sont si remarquables qu’ils en ont fait une des sections les plus importantes par le nombre d’adhérents de l’UFE Monde. +d’images

Entrepreneuriat 

Taroudannt – STEP Abdelmoumen (Vinci Construction)  

Visite duchantier de Vinci Construction (Step Abdelmoumen) situé à 70 kilomètres d’Agadir, en compagnie de Dominique Doudet, consul général, et de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire. 

Accueilli par Stéphane Campedelli, nous avons pris la mesure de ce projet de réalisation d’une station de transfert d’énergie par pompage, où travaillent 550 personnes dont 40 expatriés.

Il a fallu tout d’abord créer 19 kilomètres de pistes dans les montagnes, avant de créer les 2 bassins qui stockeront l’eau, un kilomètre de souterrain pour les canalisations et plusieurs puits de prise d’eau.

J’ai été impressionné par l’étendue de ce chantier, superbe exemple du savoir-faire français à travers l’ingéniosité de ceux qui l’ont imaginé et le professionnalisme des ingénieurs qui le réalisent. +d’images

Bougra – Usine Gautier Semences  

Visite de l’usine Gautier Semences à Bougra située à 40 kilomètres d’Agadir en compagnie de Dominique Doudet, consul général.

Philippe Buissier nous a fait visiter les installations de cette société spécialisée dans la création de variétés de légumes par le croisement de plantes avec pour objectif de leur permettre de résister aux maladies et de conserver du goût.

Eyragues en Provence, société spécialisée dans les semences agricoles créée il y a 60 ans a fondé cette structure à Agadir profitant de son climat et sa proximité avec la France.

Une très belle réussite dont nous pouvons être fiers. +d’images

Enseignement français 

Ecole Française Internationale d’Agadir   

J’ai eu la joie de retrouver Christian Claverie, directeur de l’école française internationale d’Agadir en compagnie de Dominique Doudet, consul général pour découvrir les améliorations apportées à l’établissement depuis mon dernier passage.

Cette école du réseau OSUI accueille désormais 1300 élèves de la petite section de maternelle à la terminale.

Dès la petite section, les enfants apprennent en 3 langues : le français, l’anglais et l’arabe.

J’ai admiré la nouvelle garderie ouverte en 2016, la salle des professeurs qui est exceptionnelle et la BCD (bibliothèque centre documentaire) dont les ouvrages sont classés artistiquement.

Ouvertes à la rentrée de septembre 2019, ces deux nouveaux ajouts ont suscités l’enthousiasme.

L’extension d’un étage au bâtiment scolaire est prévue afin d’ajouter 11 salles de classes et un amphithéâtre. Encore de beaux projets en perspective ! +d’images

Universiapolis

Visite de l’université privée Universiapolis en compagnie de Dominique Doudet, consul général. Accueillis par Aziz Bouslikhane, président fondateur de l’université créée il y a 30 ans, nous avons visité le campus universitaire offrant des locaux modernes, des laboratoires ultra équipés, une bibliothèque internationale, une résidence universitaire, et un complexe sportif de haut niveau. 

Nous avons évoqué le réseau d’universités partenaires françaises offrant la possibilité de participer au programme d’échange d’étudiants, dont l’université de Metz depuis 1998.

J’ai été impressionné par l’enthousiasme des étudiants et le niveau de technicité atteint.

J’ai également été séduit par les programmes d’alphabétisation fonctionnelle et de réalisation d’activités génératrices de revenu au bénéfice de la population rurale afin d’améliorer son niveau de vie et de contribuer à son développement socio-économique. Ils ont alphabétisé 16.000 personnes.

J’ai félicité Aziz Bouslikhane pour cet extraordinaire accomplissement qui contribue à renforcer les liens d’amitié entre nos deux pays. +d’images

En circonscription au Maroc (4/5) – Marrakech (12 sept. 2019)

Marrakech fut la 4ème étape de mon déplacement au Maroc en compagnie de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire. C’est aussi la 4ème fois que je m’y rendais depuis le début de mon mandat.

Grâce à l’énergie déployée par notre consul général Philippe Casenave (à l’image), j’ai pu accomplir ma mission éclair à Marrakech au service de nos compatriotes. Je lui en suis reconnaissant.

Communauté française

(g. à d.) Pascal Capdevielle ; Philippe Edern-Klein ; Geneviève Euloge ; Olivier Cadic ; Elisabeth Bauchet-Bouhlal ; Philippe Casenave

Consulat 

Afin de me permettre d’échanger sur les évolutions des attentes de notre communauté depuis mon précédent passage à Marrakech en août 2017, Philippe Casenave, consul général, avait organisé des rencontres en trois temps.

Un entretien d’accueil à mon arrivée au consulat, où il m’a reçu en présence d’Elisabeth Tesson, consule adjointe. J’avais déjà apprécié le professionnalisme d’Elisabeth alors en poste à Rome. J’ai constaté qu’elle n’avait rien perdu de sa capacité à décrire avec concision les principaux défis à relever par le poste pour une communauté qui compte 8000 inscrits. La Willaya les estime à 30.000.

Un déjeuner de travail où nous avons été rejoints par les conseillères consulaires Bérangère El Anbassi et Geneviève Euloge à l’hôtel Movenpick, dont la chaîne a été acquise récemment par le groupe Accor.

Enfin, une réunion à la Résidence avec les représentants de notre communauté à l’occasion de l’arrivée des nouveaux agents du réseau affectés à Marrakech.

Ce fût l’opportunité de croiser ou de retrouver de nombreuses personnalités comme les conseillers du commerce extérieur de la France Elisabeth Bauchet-Bouhlal et Jean Pozzo-di-Borgho.

J’ai été touché de revoir notre consul honoraire d’Essaouira. Georges Lapeyre est venu spécialement à Marrakech à cette occasion pour me donner des nouvelles de l’école pour laquelle je m’étais mobilisé suite à mon passage en 2017.

J’ai aussi été très sensible à la présence de Philippe Edern-Klein, président de la Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), qui m’a accompagné pour cette nouvelle étape après Casablanca et Rabat. Cela m’a permis d’échanger avec Mounir Bouanani, directeur du développement et de la communication de Madaef golf, 1er réseau de golfs au Maroc.

J’ai également revu Rémy Hallegouet, représentant de France Volontaires, qui m’a présenté deux jeunes volontaires : Jasmine Karimi-Detoc pour la fondation Club Med et Appoline Saurel de Dans le noir ? Maroc. +d’images

Enseignement français

Ecole Jacques Majorelle 

Visite de l’école Jacques Majorelle, en présence de Philippe Casenave, consul général, et de Marie-Pierre Leclere-Guillomo, Principale.

J’ai eu le plaisir de revoir Isabelle Marlinge, directrice du primaire, qui était précédemment en poste à Londres.

J’ai découvert cet établissement de l’OSUI qui offre de très belles infrastructures et enrichit l’offre d’enseignement français à Marrakech. +d’images

Groupe scolaire Renoir-Victor Hugo 

Retour au groupe scolaire Renoir-Victor Hugo, en présence de Philippe Casenave, consul général, de Serge Faure, proviseur, d’Amélie Libre, directrice du primaire et de Lilian Filipozzi, proviseur adjoint.

J’avais visité cet établissement en janvier 2015, lors de mon premier déplacement à Marrakech.

Avec près de 2000 élèves, cet établissement en gestion directe de l’AEFE, situé sur l’emplacement affecté précédemment à une caserne, dispose d’un potentiel de développement important.

Pour s’étendre, l’école a un projet immobilier en 2 phases. J’ai visité les bâtiments ouverts à la rentrée de septembre, issus de la phase 1 : un premier bâtiment pour la maternelle, et un second pour l’enseignement scientifique.

La phase 2 prévoit de reconstruire un bâtiment pour l’administratif et une médiathèque partagée avec l’Institut français.

J’ai découvert une équipe de direction très motivée par les perspectives offertes pour notre enseignement à Marrakech. +d’images

Culture française

Institut Français 

Visite de l’Institut français en présence de Christophe Chaillot, directeur de l’Institut et de Philippe Casenave, consul général.

Superbes décors, équipements audiovisuels de belle qualité, auditorium, espace en plein air pour des représentations artistiques… tout est là pour assurer un enseignement du français de qualité et offrir un point d’appui pour mettre en valeur la culture française au Maroc.

J’ai également rencontré l’équipe de Campus France. Les Marocains constituent la première communauté étrangère à fréquenter l’enseignement supérieur en France. +d’images

Riad Denise Masson

Visite du Riad Denise Masson, annexe de l’Institut français, en compagnie de Christophe Chaillot, directeur de l’Institut et de Philippe Casenave, consul général.

Accueilli par Sophia Tebbaa, responsable de la maison, j’ai découvert le lieu où a résidé Denise Masson, connue pour avoir traduit le Coran en français.

Baptisée la Maison du dialogue de Marrakech, elle correspond à la volonté de Denise Masson qui a légué à la France sa résidence située dans la Médina pour en faire un lieu favorisant le dialogue inter-religieux. +d’images

En circonscription au Maroc (3/5) – Casablanca (11 sept. 2019)

Troisième jour de mon déplacement au Maroc à Casablanca, capitale économique du royaume.

Toute ma gratitude à Serge Mucetti, consul général de France à Casablanca, pour son accueil à la Résidence et pour l’organisation d’une réception avec les représentants de notre communauté.

Tout juste arrivé en poste à Casablanca, notre consul a accompli un parcours exceptionnel durant sa carrière au service de notre diplomatie et des Français établis hors de France que j’ai tenu à saluer.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce 

À l’invitation de Philippe Edern-Klein, président de la Chambre française de commerce et d’Industrie du Maroc (CFCIM), j’ai animé en sa compagnie un débat auprès des adhérents relatif à notre commerce extérieur et l’organisation de notre dispositif d’appui.

J’ai félicité le président et son équipe pour les performances de la CFCIM qui est la première chambre bilatérale de notre réseau mondial.

Lorsque Philippe a pris la présidence en 2016, la CFCIM comptait 3600 adhérents.
À la fin de l’année, terme de son mandat, elle en comptera 5000.

En présence de Serge Mucetti, j’ai conclu mon intervention en indiquant que cette Chambre était un modèle d’inspiration pour notre réseau.

Ce fût un honneur d’avoir été invité à rédiger un message sur le livre d’or chargé d’histoire de la CFCIM, où figure en première page un message du maréchal Lyautey. +d’images

Communauté française

Consulat

Visite du consulat général de France à Casablanca organisée par Serge Mucetti, en compagnie de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire.

Nous avons échangé avec les agents du service des visas et discuté des aménagements à prévoir pour le consulat. En effet, Casablanca va bientôt centraliser toutes les demandes de visas qui sont traitées par nos consulats de Marrakech et Agadir.

L’expérience de notre consul général constitue un réel atout pour mener à bien une telle transformation. +d’images

Résidence

Dans la soirée, à l’occasion d’une réception à la Résidence de France en présence des conseillers consulaires, j’ai profité d’un moment d’échange privilégié avec les Français de Casablanca pour remettre une médaille du Sénat à Philippe Edern-Klein, président de la CFCIM.  J’ai voulu ainsi lui témoigner ma gratitude pour m’avoir aidé à accomplir ma mission au service des Français du Maroc. +d’images

Enseignement français

École Française Internationale (EFI)

Visite de la première école ouverte par le groupe Odyssey. Lancée à Casablanca, il y a tout juste deux ans, cette superbe école accueille déjà 1000 enfants de la maternelle à la quatrième.

Accueillis par Younes Slaoui, directeur général et Cyrille Loffroy, chef d’établissement, j’ai découvert des installations de haute qualité en compagnie de Serge Mucetti, Pascal Capdevielle, et Jean-Marc Pons, secrétaire général de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc.

Le groupe Odyssey poursuit son développement en ouvrant ce mois-ci un établissement à Bruxelles et un autre à Bucarest.

J’éprouve beaucoup de plaisir à soutenir l’action de cette équipe très dynamique qui œuvre avec succès pour le développement de l’enseignement français à l’international. +d’images

Ecole Française des Affaires 

Visite de l’École supérieure des Affaires (EFA), en compagnie de Serge Mucetti et de Pascal Capdevielle.

Accueillis par Mounir Feram, directeur du campus et du centre de formation (CEFOR), nous avons visité les installations de cette école administrée par la CFCIM.

Depuis 1988, l’école forme les futurs cadres et entrepreneurs.

Cet établissement français de formation professionnelle prépare aux métiers du management, du commerce et de la distribution, permettant aussi la poursuite des études en France ou à l’étranger.

La mission principale de l’EFA est de former, éduquer, qualifier et fournir des ressources compétentes, responsables et opérationnelles pour travailler et évoluer en entreprise. +d’images

En circonscription au Maroc (2/5) – Rabat (10 sept. 2019)

Dès mon arrivée à Rabat pour le 2ème jour de mon déplacement au Maroc, je me suis rendu à l’ambassade pour un entretien avec Hélène Le Gal, ambassadrice de France au Maroc, en compagnie de Florence Causse-Tissier, consule générale à Rabat, et de Pascal Capdevielle, conseiller consulaire.

Après avoir débuté l’année 2019 à ses côtés à Tel Aviv, alors qu’elle était ambassadrice de France en Israël, j’ai été très heureux d’être le premier parlementaire à la rencontrer dans son nouveau poste quelques jours après son arrivée.

Première femme ambassadrice de France au Maroc, Hélène Le Gal entre dans l’histoire de nos relations bilatérales avec le Maroc. 

Nous avons évoqué mes priorités au Maroc et la satisfaction de notre communauté d’avoir été entendue par les autorités marocaines qui ont solutionné les problèmes liés au contrat de travail des étrangers (CTE) en faisant évoluer leur jurisprudence fin 2018.

Politique

Parlement

Rencontre au Parlement avec Neila Tazi, parlementaire à la Chambre des Conseillers, qui a été la première femme à occuper le poste de vice-président de cette Chambre.

Heureux d’avoir pu échanger avec une élue déterminée à dynamiser le secteur de la culture au Maroc en le structurant. Elle est convaincue que ce secteur peut être très créateur d’emplois et souhaite aussi favoriser le domaine du tourisme.

Chef d’entreprise dans l’événementiel, nous nous sommes découverts de nombreux points communs.

Vice-présidente du groupe d’amitié France-Maroc, Neila Tazi fait partie des personnalités qui consolident la relation bilatérale. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce 

Visite de la délégation de Chambre de commerce franco-marocaine dirigée par Thibault Chatal.

Créée en 2009, cette délégation de la CFCIM connaît une progression du nombre d’adhérents de 40% par an.

J’ai félicité l’équipe au service des 300 adhérents de la délégation dans des secteurs d’activités les plus variés (industries automobile et management aéronautique, BTP, transport, services, agriculture, tourisme,…)

La délégation anime la vie associative en organisant 9 événements par an, en plus des after-works. +d’images

Entreprises françaises

Afin de me permettre d’évoquer les activités de nos entreprises françaises dans la circonscription, Florence Causse-Tissier, consule générale à Rabat, et Thibault Chatal, délégué régional de la Chambre de commerce (CFCIM) m’ont organisé plusieurs rencontres.

Je me suis rendu dans la filiale marocaine de la CEGEDIM (à l’image). Créée en 2008 avec 4 personnes, c’est désormais une équipe de 270 collaborateurs qui travaille pour ce groupe français de 4500 collaborateurs dédiés au développement de solutions informatiques pour les entreprises de la santé. 

Avec Olivier Idarreta et son équipe de ressources humaines, nous avons évoqué les fortes tensions sur le marché du travail au Maroc concernant les informaticiens.

Au Riad Dar Shaan, une superbe maison d’hôtes ouverte par un compatriote, il y a 18 mois dans la Médina, nous avons parlé du dynamisme des Français pour accompagner le développement économique du Maroc en compagnie de Philippe Edern-Klein, président de la CFCIM, et de conseillers économiques à l’ambassade. +d’images

Communauté française

(g. à d. ) Nicolas Arnulf, Florence Causse-Tissier, Olivier Cadic, Pascal Capdevielle, Karine Arnulf

Consulat 

Réception à la Résidence de France avec des représentants de la communauté française, organisée par Florence Causse-Tissier, consule générale de France à Rabat. 

Ce fût l’opportunité de retrouver des compatriotes rencontrés lors de mes précédents déplacements à Rabat, des représentants du monde économique et de saluer les présidents d’association comme Karine Arnulf, présidente de Rabat Accueil.

Les représentants de la Société française de Bienfaisance en charge de la maison de retraite m’ont présenté leurs projets de développement et de rénovation.

J’ai enfin salué l’engagement de Nicolas Arnulf pour faire évoluer le contrat de travail des étrangers au Maroc. +d’images

En circonscription au Maroc (1/5) – Tanger (9 sept. 2019)

Tanger, première des cinq villes visitées sur une semaine lors de ce 11ème déplacement au Maroc depuis le début de mon mandat, organisé par Pascal Capdevielle, conseiller consulaire à Fès (à droite sur la photo).

Je remercie Thierry Vallat, consul général de France (au centre sur la photo), pour son accueil et son aide dans la préparation des différentes rencontres qui ont jalonné mon étape à Tanger.

 

Politique

Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima 

Entretien approfondi avec M. Mohammed Mhiddia, Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, en compagnie de Thierry Vallat, et de Pascal Capdevielle.

Seconde zone économique du pays, cette région fait preuve d’un grand dynamisme. Grâce à des infrastructures de premier plan (autoroute, train à grande vitesse, complexe portuaire, zone franche) et une main-d’œuvre compétitive, elle joue désormais les premiers rôles dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, du textile et du fret en général.

Tanger a su tirer profit de sa position hautement stratégique, puisque ce sont plus de 100.000 bateaux qui traversent tous les ans le détroit de Gibraltar, en constituant le deuxième point de passage le plus fréquenté du commerce maritime mondial.

À l’image du détroit de la Manche entre le Kent et le Pas-de-Calais, la région de Tanger est soumise à la pression migratoire. Les défis auxquels sont confrontés les autorités de Tanger sont similaires à ceux rencontrés à Calais.

J’ai salué l’attention et l’intérêt que porte le Wali au développement de nos relations bilatérales. Ses propos ont été riches d’enseignements pour moi. +d’images

Entrepreneuriat

Zone Franche de Tanger – PME 

La zone franche située à Tanger offre de réelles opportunités de développement à des PME dirigées par des Français.

J’en ai visité 4 d’entre-elles en compagnie de Thierry Vallat, de Pascal Capdevielle, de Benoit Vaillant, délégué régional de la Chambre de Commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM) pour Tanger, et d’Olivier Gattel, délégué adjoint.

Merci à la CFCIM d’avoir sélectionné ces entreprises aux profils divers pour me permettre de découvrir des compatriotes entrepreneurs bourrés de talent et d’énergie.

Medsofa

J’ai débuté ma visite par l’entreprise Medsofa, PME de 30 personnes dirigée par Kamel Bellahssan, qui conçoit et réalise des sofas sur mesure pour les entreprises.

Créée en 2015, elle va déménager pour s’agrandir.


ID2

Malik Derouiche, ancien de Framatome, m’a fait découvrir la filiale de l’entreprise marseillaise ID2 (IDCARRE), ID2 Manufacturing, dont il est le directeur général. Quand ID2 Enginneering réalise des prestations d’ingénierie dans ses bureaux à Marseille, ID2 Manufacturing réalise dans son usine de Tanger des équipements chaudrons ou mécano-soudés, des tuyauteries ou des machines spéciales selon les plans préétablis par le client. Les produits en-cours de fabrication étaient destinés à des usines nucléaires. Nous avons également visité le deuxième site qui va permettre à l’entreprise de poursuivre sa croissance dans la zone.

Lelma

Benoit Sentagnes, directeur, nous a ensuite présenté la filiale marocaine de Lelma, joint- venture entre 2 sociétés bordelaises pour faire du traitement de surface pour des pièces entrant dans la fabrication des avions, du nucléaire, de l’industrie ferroviaire ou maritime…

Myopla

Enfin, j’ai rencontré Denis Marsault, président-fondateur de Myopla qui emploie près de 700 collaborateurs dans ses centres d’appels et de BPO (front office et back office). Nous avons également visité l’immeuble où emménagera l’entreprise en fin de semaine. A fin 2019, plus de 1 000 collaborateurs travailleront au sein de Myopla. +d’images

.

Communauté française

Consulat

J’ai été reçu au consulat par Thierry Vallat, consul général de France. L’entretien a été suivi d’un déjeuner à la Résidence de France en présence de Myriem Bennani, conseillère consulaire à Tanger, des proviseurs de l’école Berchet et de l’école du Détroit.

Près de 3500 Français résident dans cette circonscription. On constate une progression régulière de 5%/an, lié au développement de l’activité économique et à l’arrivée régulière de retraités.

Une forte demande d’enseignement français est constatée. L’école du Détroit envisage de déménager pour s’agrandir. Pour les uns, l’enseignement doit être la priorité pour le Maroc, où 80% des jeunes de 16 à 24 ans sont sans activité. Pour d’autres, c’est la santé qui doit être prioritaire. 

En effet, la santé publique semble manquer de moyens. Beaucoup d’espoirs sont placés dans la construction d’un CHU à l’entrée de Tanger, dont l’ouverture est prévue en 2020.

Un des participants a suggéré de développer la collaboration entre les conseils de l’ordre en France et au Maroc pour permettre des échanges réguliers de médecins entre nos deux pays. +d’images

Réception avec les Français de Tanger

En fin de journée, j’ai pu échanger avec des représentants de la communauté française de Tanger à la Résidence de France. Ce fut l’opportunité de découvrir des personnalités au profil varié.

J’ai notamment été très ému d’avoir rencontré Pierre Liagre, ancien combattant de la 2ème guerre mondiale, âgé aujourd’hui de 97 ans, doyen des Français de Tanger.

Déporté en Silésie, évadé pour rejoindre la Résistance, il a intégré l’armée française et combattu pour la libération de notre pays jusqu’en Allemagne. Il sera démobilisé le 11 août 1945 après 40 mois de service pour la défense de notre patrie.

Pierre Liagre m’a remis une copie d’un ouvrage dans lequel il partage ses souvenirs concernant une période sombre de notre histoire. J’ai été touché par son humilité et son parcours. +d’images

Médias

Journal de Tanger

« Visite du sénateur français Olivier Cadic à Tanger »

Merci au Journal de Tanger d’avoir rendu compte de toutes les étapes de mon déplacement.

Lire l’article

HEBDOLETTRE n°90 – Un système Qualité pour l’amélioration continue de nos services consulaires ? (édito) – L’été meurtrier : violence du climat et celle des hommes – Sénatoriales 2017 : l’UDI soutient Ronan Le Gleut et la liste « Agir ensemble pour les Français de l’étranger » – Semaine des ambassadeurs : mes 5 propositions pour moderniser les services consulaires + compte-rendu des événements – Madagascar : insécurité chez les Franco-malgaches d’origine indienne – Enquête : aidez le centre des impôts des non-résidents à améliorer son accueil – En circonscription au MAROC – Marrakech & Essaouira / 5 au 17 août 2017 – En Bref du 17 au 31 juillet 2017 (Sénat – Circo).

Lire : l’HEBDOLETTRE n°90 – 13 septembre 2017Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°90

Edwin Land, inventeur du Polaroïd et auteur de 535 brevets, avait cette heureuse formule : « innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée, c’est arrêter d‘en avoir une vieille. »

Notre nouveau ministre, Jean-Baptiste Lemoyne, pourrait se saisir du flambeau de la modernité́ pour repenser l’offre de services consulaires. Etre disruptif pourrait-il devenir une option ? Je l’ai pensé car le ministre m’a demandé d’introduire le débat sur le thème de la « modernisation des services consulaires », lors d’un diner au Quai d’Orsay pendant la Semaine des ambassadeurs. J’ai proposé 5 pistes de travail (lire l’article).

Tout le monde est d’accord pour « faire autrement », d’autant que scintille l’effet ciseau : de plus en plus d’expatriés, de moins en moins de moyens. Mais dématérialiser, est-ce faire autrement ? On transforme bien souvent la contrainte papier en contrainte fichier (que l’on finit par imprimer, d’ailleurs). Par exemple, ne pourrait-on supprimer les certificats de vie, au lieu de les dématérialiser ? Il existe des armes bien plus efficace contre la fraude, comme l’ont démontré nos voisins allemands.

Le mot numérisation flotte sur toutes les lèvres comme un mantra, mais qui se soucie de mesurer la fiabilité du matériel installé ou des passeports délivrés ? Combien de temps les technologies nouvelles restent-elles nouvelles ? Depuis combien d’années promettons-nous un système de demandes de visas en ligne ou un système Itinera fiables ? Je ne compte plus les consulats au bord de la crise de nerfs, lorsqu’ils essaient de se connecter à Paris sur le système géré par le ministère de l’Intérieur.

Visuel HL90 Mesurer ses performances, c’est savoir quand on a le droit d’être satisfait. Adepte du « référentiel Marianne », le consulat de Londres observe à la loupe tous les paramètres de son accueil au sens large (prise de rv, information, courtoisie, jusqu’au confort de la salle d’attente). Une démarche qui valorise les efforts de chaque agent et tout en cadrant avec l’obligation du programme 151 : « offrir un service public de qualité aux Français de l’étranger » (*). C’est un vrai progrès qu’il faut encourager. Mais faire de la qualité ne saurait se limiter à évaluer l’accueil du client.

J’aimerais convaincre notre ministre de déployer un « système qualité » dans tous nos consulats afin de les certifier Iso d’ici 2020, en associant les élus consulaires et les consuls honoraires. Je préfèrerais que nous misions sur une démarche d’amélioration continue des services consulaires en faisant appel à l’intelligence collective, plutôt que d’imaginer des solutions entièrement concoctées à Paris, ce qui frustre naturellement les agents sur le terrain.

Rien d’impossible au Quai d’Orsay, comme l’a prouvé son Centre de crise et de soutien, dirigé par Patrice Paoli, qui est certifié Iso 9001 !
Découvrir l’HebdoLettre n°90

(*) L’action n°1 du programme 151 du budget de l’action extérieure de l’État est intitulée : « Offrir un service public de qualité aux Français de l’étranger ».

En circonscription au Maroc – Marrakech et Essaouira (5 au 17 août 2017)

A la faveur de mon 10ème déplacement au Maroc depuis le début de mon mandat, j’ai eu le plaisir de retrouver (à l’image) les conseillers consulaires Geneviève Euloge (Marrakech) et Pascal Capdevielle (Fès) à Marrakech, pour évoquer les préoccupations de la communauté française.

Grand plaisir de revoir Robert Ruiz (ci-dessous), délégué régional de la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc (CFCIM) et vice-président de l’UFE Marrakech.

Notre dernière rencontre remontait à novembre 2016, lors de la Cop 22 à Marrakech.

Nos discussions ont évidemment porté sur le monde des affaires et le développement des opportunités économiques bilatérales. En février dernier, au Sénat, j’avais facilité la tenue d’un colloque de promotion économique du Maroc, organisé par la CFCIM et Business France, en présence de Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc en France.

Nous avons évoqué l’avenir de l’enseignement francophone à Essaouira qui repose aujourd’hui sur l’école Éric Tabarly, seul établissement de la région à offrir une scolarité suivant le programme français. Ils m’ont incité à rencontrer les Français d’Essaouira pour en discuter.

Enseignement

Classe maintenue à l’école française Eric Tabarly !

A l’image : Réunion au Jardin des Douars (par ordre alphabétique) : Grégoire Aubron (parent) Marie Deflandre (représentante parent d’élève) ; Noureddine El Magouri (parent d’élève et notaire) ; Stéphanie Ernst (parent d’élève) ; Adeline Garisson (enseignante) ; Georges Lapeyre (consul honoraire) ; Sabine Luciani (représentante parent d’élève) ; Tarik Otmani (parent d’élève et membre du conseil municipal).

Le 15 août, j’ai rencontré des parents élèves de l’école Eric Tabarly (réseau Osui) inquiets et mobilisés. Réunis par Grégoire Aubron, lui-même parent, dans son complexe hôtelier, ils m’ont expliqué à quel point ils étaient préoccupés par l’annonce de la fermeture de de la classe de Moyenne Section de maternelle à partir de l’année scolaire 2017/2018.

Leur émoi était fondé parce que cette annonce faisait suite à la fermeture, l’an dernier, des classes de Toute Petite Section et Petite Section de maternelle, ainsi que des classes de Seconde, Première et Terminale.

Sachant l’école en déficit chronique, les parents craignent à terme pour la scolarité de la centaine d’élèves que compte l’école depuis des années.

En cette période estivale, Jean-Christophe Deberre, directeur général de la Mission laïque française, était au bureau et j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec lui. Après examen de la situation, il m’a écrit qu’il allait admettre les 5 élèves déjà inscrits en MS à l’école française d’Essaouira, au grand soulagement de tous les parents.

Je remercie chaleureusement M. Deberre pour sa décision. Il n’en reste pas moins qu’il faut trouver une solution pour rétablir l’équilibre des comptes de cette école. La construction d’un projet d’école à Essaouira par les autorités locales destinée à accueillir l’école de l’OSUI pourrait permettre de voir l’avenir plus sereinement. Pour y parvenir, il faut compter sur l’appui de parents d’élèves positifs et dynamiques, suivis par les enseignants, et le soutien des pouvoirs publics marocains et français.

Je veux aussi saluer Georges Lapeyre, consul honoraire de France à Essaouira, pour son action déterminée et précieuse au service de nos compatriotes.

Entrepreneuriat

Ocean Vagabond

Essaouira est devenue depuis quelques années une destination de choix pour la pratique et l’apprentissage du kitesurf, l’univers de Marie Deflandre. Un vent puissant balaye la baie d’avril à octobre et offre une aire de jeu exceptionnelle à tous les amateurs de sensations.

Ocean Vagabond est la seule école au Maroc certifiée IKO.

Le Jardin des Douars

Le Jardin des Douars, dont Grégoire Aubron et Stéphanie Ernst sont les gérants, est un magnifique Ksar (palais) d’hôtes dédié aux amoureux de nature, de jardins luxurieux et d’authenticité, puisqu’il a été construit dans le respect des traditions et matériaux marocains.

Stéphanie et Grégoire bénéficient de l’essor touristique considérable que connait la ville.

Atmosphère d’Arganeraie

Architectes d’intérieur et décorateurs, Sabine et Philippe Luciani (à l’image lors de la réunion au Jardin des Douars) se sont installés au Maroc forts d’une expérience acquise pendant plus de 30 ans.

Leur cabinet Atmosphère d’Arganeraie multiplie les réalisations originales au Maroc (Marrakech, Essaouira, Tanger …) dans le cadre de projets très divers, allant de l’habitation à la maison d’hôtes, en passant par le bateau.

Communauté française

Père Jean-Claude Gons

Le Père Jean-Claude Gons est le prêtre de la paroisse d’Essaouira où il officie depuis exactement 30 ans. Son église est la seule du Maroc à faire retentir ses cloches.

Alors si vous passez par Essaouira, passez lui dire bonjour. Il vous vantera l’endroit comme personne et sa conversation vous enchantera.

HEBDOLETTRE n°85 – Le week-end prochain, tous aux urnes ! (édito) – Hommage : Manchester, Egypte – Législatives à l’étranger : utilisation du soutien UDI : méfiez-vous des contrefaçons ! – Communiqué : 24 élus UDI des Français de l’étranger répondent à « la main tendue » – En Bref du 01 au 21 mai 2017 (Sénat et Circo.) – En circo GRÈCE – Athènes / 30 avril au 4 mai 2017 – En circo MAROC – Tanger / 19 au 21 mai 2017 – UDI Actu : législatives.

Lire : l’HEBDOLETTRE n°85 – 01 juin 2017Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°85

Samedi (pour les Amériques) et dimanche (pour le reste du monde), les Français établis hors de France procéderont pour la première fois au renouvellement de leurs représentants à l’Assemblée nationale. 9 députés des Français de l’étranger sur 11 (82%) se représentent à vos suffrages, contre seulement 2 sur 3 (66%) pour le reste de l’Assemblée nationale.

En 2012, sur l’ensemble des 11 circonscriptions du monde, les candidats du second tour représentaient l’un ou l’autre des 2 candidats finalistes de l’élection présidentielle. Il en sera différemment cette année. Personne n’imagine en effet un candidat FN au second tour d’une législative à l’étranger. La barre est haute pour les candidats de la « République en Marche », soutiens du nouveau président Emmanuel Macron, s’ils souhaitent rééditer la performance du PS en 2012.

Visuel HL85 Les représentants du président Hollande qui venait d’être élu avaient alors emporté 8 des 11 circonscriptions, pourtant données toutes à droite par les pronostics. Cette fois, les trois sortants PS qui se représentent font dans la discrétion, après avoir échoué à obtenir l’investiture du parti d’Emmanuel Macron. La photo de François Hollande n’apparaît plus sur leurs professions de foi. Ils refusent même parfois d’assumer leurs votes lors du quinquennat. Ainsi, Axelle Lemaire a nié publiquement à Londres, lors d’un débat, avoir voté la CSG-CRDS sur les revenus immobiliers des non-résidents, alors qu’elle l’a fait comme tous ses camarades en juillet 2012.

L’incertitude du résultat est donc plus grande qu’en 2012… Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°85

En circonscription au Maroc – Tanger (19 au 21 mai 2017)

Je suis retourné à Tanger trois mois après mon dernier passage à la faveur de la célébration du centenaire de l’école Adrien Berchet.

En mars dernier, après avoir visité la zone franche où sont installées des entreprises de taille internationale, j’ai eu la conviction que Tanger serait bientôt à l’Afrique ce que Rotterdam ou Hambourg sont à l’Europe (rapport).

Cette fois, j’ai saisi l’occasion de visiter l’exceptionnelle usine Renault, en retrouvant sur place Pascal Capdevielle, conseiller consulaire UDI de Fès et Olivier Gattel, délégué régional de la CFCIM et délégué UDI Tanger.

Evénement

Gala du centenaire de l’Ecole Berchet

La fête a été exceptionnelle, ce 20 mai au soir. Et pour cause, on n’a pas tous les jours 100 ans !

Pour la circonstance, Rémy Cruz, directeur de l’école, arborait ses plus belles chaussures rouges. Son discours a célébré 100 ans de rayonnement français à travers cette école primaire qui donne aussi toute sa place à la culture marocaine. Adrien Berchet était le nom de l’un de ses instituteurs, aviateur héroïque, mort au combat pendant la Première guerre.

Cette joyeuses soirée m’a permis d’échanger avec des anciens élèves venus en nombre, comme les personnels et professionnels de cet établissement du réseau AEFE.

Entrepreneuriat

Usine Renault Tanger

L’usine Renault est implantée dans une zone franche de 300 hectares que l’on peut admirer en arrivant en avion. Il ne manque qu’un losange sur le toit…

(à l’image) Jean-François Gal, directeur de l’usine, m’a permis de visiter, en compagnie de Pascal Capdevielle, ce superbe outil industriel adapté à la gamme Dacia et prêt à répondre au décollage de l’Afrique.

Depuis la signature du protocole avec le Maroc, il aura tout juste fallu 10 ans à Renault pour atteindre le million de véhicules produits. Les 8000 employés (moyenne d’âge : 29 ans) fabriquent un véhicule chaque minute ! 95% des véhicules sont destinés à l’exportation dont 10-15% vers la France.

L’usine est « verte » affichant zéro émission carbone, puisqu’elle fonctionne avec 100% d’énergie éolienne et dispose d’une impressionnante chaudière biomasse.

La responsabilité sociale de l’entreprise se caractérise par deux objectifs : la lutte contre l’abandon scolaire des enfants vivant éloignés d’une école et la sécurité routière avec des outils pédagogiques adaptés aux enfants de 9-13 ans

Notons enfin que Renault a lancé à Tanger le premier institut de formation du Maroc aux métiers de l’automobile. 11.000 étudiants y ont déjà été formés. Un bac professionnel filière « Maintenance industrielle » a été créé.

Entrepreneurs français

Philippe Azoulay est le chef du restaurant ‘Le parcours des sens’, une maison renommée située au Kenzi Solazur Hotel. Son itinéraire international lui a permis d’élaborer une carte où la variété des mets est une invitation au voyage.

Nawal Sarehane est une architecte diplômée de l’Ecole d’architecture de Paris La Villette. Avec Olivier Richard, son mari également du métier, ils ont créé un atelier d’architecture et d’urbanisme. Après 10 ans de présence à Tanger, ils justifient d’une longue liste de clients et de 60 000 mètres carrés de bâtiments construits.

Enseignement

Ecole Adrien Berchet

Avant la soirée de gala qui a célébré le centenaire de l’école, j’ai eu le loisir de découvrir cette véritable institution à Tanger.

482 élèves fréquentent l’école Berchet, dont 110 inscrits à la maternelle.

L’enseignement bilingue est prodigué en français et en arabe.

Fait éloquent : l’école reçoit 5 fois plus de demandes que ce qu’elle peut offrir de places.

Lycée Regnault

Le lycée Regnault est lui aussi centenaire, puisqu’il a été fondé en 1913.

Les élèves viennent essentiellement et naturellement de l’école Berchet.

Ce superbe bâtiment du réseau Aefe scolarise 530 élèves, de la 6eme à la terminale, et affiche un taux de réussite au bac de 95%. Du reste, lors de mon passage, les élèves étaient en période d’examens pour décrocher leur sésame vers les études supérieures.

Statistiquement, deux tiers des élèves poursuivent leurs études en France.

Culture française

Institut français

La directrice des cours de l’Institut français de Tanger, Pascale Martin, m’a guidé à travers ses installations. 8000 élèves viennent y suivre des cours de français. Cette activité permet d’autofinancer l’Institut à hauteur de 80%. En termes de certification, on devait atteindre 600 DELF et 450 TCF en 2017.

Si la médiathèque a récemment été rafraichie avec habilité, le bâtiment vieillissant qui abrite les cours invite à quelques investissements pour retrouver son lustre d’antan.

Par ailleurs, Pascale compte 500 élèves en ateliers d’art plastique et, toujours pleine d’initiatives et de dynamisme, elle adapte actuellement des cours « Entreprises » pour les sociétés implantées en zone franche.

Je me suis également rendu sur l’autre site de l’IF en centre-ville, où se tenait une exposition photos dans la galerie Delacroix.

Communauté française

Diner-débat

J’ai assisté à un diner-débat centré sur la politique française, organisé par Pascal Capdevielle, conseiller consulaire UDI de Fès et Olivier Gattel, délégué UDI Tanger.

Pascal a répondu positivement à la main tendue par Emmanuel Macron auprès des élus du centre-droit pour faire réussir une majorité présidentielle et plurielle. Cette décision a été perçue positivement par nos compatriotes tangérois.

Médias

Le Journal de Tanger

Entretien privilégié avec Abdelhak Bakhat, directeur général du Journal de Tanger.

M. Bakhat fut maire de Tanger pendant 35 ans, à savoir 5 mandats consécutifs !

Une longévité au pouvoir qui lui a valu le surnom de « 20th Century Fox » pour son sens tactique et une habilité dignes d’un renard…

Abdelhak Bakhat est évidemment un observateur assidu et un fin connaisseur de la politique française.

En Bref – du 15 au 21 mai 2017

25 ans de l’Office International de l’Eau (16 mai)

Convié par Pierre Roussel, président de l’Office International de l’Eau et Jean-François Donzier, son DG, j’ai assisté au diner-anniversaire de l’OIEau à l’Aquarium du Trocadéro.

Depuis 1992, cet organisme a pour vocation à développer les compétences pour mieux gérer l’eau. Ainsi, 100.000 stagiaires ont été formés en 25 ans. Soucieuse du partage des connaissances, l’OIEau met à disposition 282.000 références de documents sur l’eau et les milieux. Enfin, l’Office apporte ses compétences aux gouvernements et aux municipalités partout dans le monde pour améliorer la gouvernance des services d’eau potable et d’assainissement. Comme l’a rappelé le Dr Fadi Comair, c’est dans cet esprit que ses représentants participent aux conférences sur l’hydro-diplomatie au sénat, dont je suis l’un des organisateurs.

Algérie : Jamel Daoudi (17 mai)

L’Algérie est une terre d’opportunités pour les entrepreneurs. C’est en deux mots le message de Jamel Daoudi, dynamique premier vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse-Annaba. Il m’a invité à revenir à Annaba pour un déplacement à dominante économique, dans le prolongement de ma venue de janvier 2015 organisée par Sabri Mêle, conseiller consulaire et président de l’UFE Annaba (rapport).

J’ai renouvelé à M. Douadi mes propos tenus au Sénat à Makhlouf Chalal, ardent promoteur des produits du terroir algérien en France : c’est en nous aidant mutuellement à favoriser les échanges commerciaux, dans les deux sens, que nous atteindrons nos objectifs respectifs (rapport).

Chine : Jun Zhai, ambassadeur (18 mai)

Conférence et débat de l’Institut Diderot organisés autour de Jun Zhai, ambassadeur de Chine en France, sur ce thème : « L’avenir des relations franco-chinoises ».

L’ambassadeur s’est félicité que Jean-Pierre Raffarin, représentant de la France au sommet international sur les « nouvelles routes de la soie » de Pékin, ait été porteur d’une lettre d’Emmanuel Macron au président Xi Jinping.

La France est la première destination à l’étranger pour les touristes chinois, avec 2 millions de visiteurs par an. Par ailleurs, la Chine est le premier marché export pour le cinéma français.

Face au déficit de nos échanges commerciaux, son Excellence s’est déclarée prête à se faire l’avocat des produits « made in France » en soutenant qu’il faut explorer les complémentarités entre les marchés français et chinois. L’occasion de rappeler que parmi de nombreux succès français, Carrefour a été la première enseigne de grande distribution à s’être implantée en Chine. Elle compte désormais 200 hypermarchés sur ce territoire.

En circonscription au Maroc – Tanger / 19 mai au 21 mai 2017

Déplacement à Tanger dans la perspective d’assister au 100ème anniversaire de l’école Adrien Berchet, dirigée par Rémy Cruz. Sur place, ce fut l’occasion d’échanger avec des compatriotes-entrepreneurs et de visiter l’usine Renault Tanger dans une zone franche de 300 hectares. Egalement au programme : découverte de l’Institut français de Tanger. Rapport à venir.

En Bref – du 01 au 14 mai 2017

En circonscription en Grèce – Athènes / 30 avril au 04 mai 2017

(à l’image) avec Niki K. Kerameus, députée de Nouvelle Démocratie, parti d’opposition au gouvernement Tsipras.

Accueilli par Christophe Chantepy, ambassadeur de France, j’ai rencontré notre communauté dans un pays en plein marasme. Crise de l’euro, protection des frontières ou autorisation de la GPA… la Grèce est un condensé de tous les défis à relever pour redonner un élan à l’Union européenne. Lire le rapport.

2ème tour de la présidentielle (7 mai)

Devant le bureau de vote d’Ashford, j’ai croisé Francette Argivier faisant la promotion de la Petite Ecole Kentoise de Maidstone, une des 50 « petites écoles Flam du samedi matin » destinée à familiariser les enfants avec la langue française.

Félicitations à Emmanuel Macron pour sa brillante élection. A l’étranger, 9 Français sur 10 ont voté pour lui (95,12% au Royaume-Uni !). Notre pays a tant besoin d’un nouvel élan pour retrouver sa croissance et sa place en Europe. Le Président doit mobiliser toutes les forces vives en ce sens.

12e journée nationale des mémoires de la traite de l’esclavage et de leurs abolitions (10 mai)

Ce fut la dernière cérémonie officielle du président Hollande qui a rappelé que, dès 1794, le législateur français qualifiait l’esclavage de « crime de lèse-humanité », avant de l’abolir en 1848. A ses côtés, figurait le candidat élu Emmanuel Macron à quelques jours de la passation de pouvoirs.

Les deux hommes ont été accueillis dans les jardins du Luxembourg du Sénat par le président Larcher pour une cérémonie émouvante, en présence de nombreux parlementaires.

Maroc – Pascal Capdevielle (10 mai)

Réunion avec Pascal Capdevielle, conseiller consulaire à Fès, pour évoquer les préoccupations exprimées par les Français de la 9ème circonscription électorale qui regroupe 16 pays. J’ai lui ai livré mes constats à partir de mes récents déplacements au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

Entrepreneur dans le tourisme, Pascal œuvre depuis 25 ans à promouvoir nos entreprises et notre culture au Maroc, tout en renforçant les liens de solidarité entre les membres de la communauté française.

Italie – Hugues le Cardinal (11 mai)

J’ai eu le plaisir de revoir, au Sénat, Hugues Le Cardinal, délégué consulaire UDI de la deuxième circonscription d’Italie (Milan), dans le prolongement de mon déplacement à Milan, fin avril. (rapport).

Nous avons évoqué les attentes de nos compatriotes, notamment en matière de scolarité, tout comme les opportunités de développement pour les entreprises françaises dans le nord de l’Italie. Hugues est lui-même chef d’entreprise, expert en aéronautique.

Pétrole et gaz naturel : levons les blocages français ! (12 mai)

Après avoir fait sa connaissance en septembre dernier à Aberdeen, j’ai eu le plaisir de retrouver Laurent Schirrer, CEO de Oilgen.

Laurent Schirrer m’a expliqué que l’Union Française des Industries Pétrolières (Ufip), voulait faire aboutir rapidement la refonte du code minier. Aujourd’hui, les entreprises n’ont aucune visibilité sur le déroulement des procédures d’octroi de permis pour l’exploration et l’exploitation d’hydrocarbures.

Dans ce domaine, comme dans bien d’autres, les blocages prennent leur source dans ce triste constat : en France, tout est interdit, sauf ce qui est autorisé. Je prône évidemment l’inversion de ce principe : tout doit être autorisé, sauf ce qui est interdit.

Diner UFE GB (12 mai)

Au restaurant du Sénat, 25 membres de L’UFE Grande Bretagne se sont réunis pour un diner-débat, autour de Carole Rogers, présidente et David Blanc, vice-président.

Il y a un an à peine, le Brexit n’avait pas été voté et semblait très hypothétique ; Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, venait de lancer un mouvement à Amiens… Ces derniers mois auront plongé les Français du Royaume-Uni dans des abîmes de perplexité. L’espérance viendra-t-elle de France ?

Communiqué : 24 élus UDI des Français de l’étranger répondent à « la main tendue »

Présidence de la République et nouveau gouvernement :

24 élus UDI des Français de l’étranger répondent positivement à la main tendue du nouveau président de la République :

Olivier CADIC, Sénateur des Français établis hors de France, président de l’UDI-Monde
Patricia CONNELL, élue consulaire Royaume-Uni, candidate UDI – 3ème circ. des Français de l’étranger
Benoit MAYRAND, élu consulaire Roumanie, candidat UDI – 7ème circ. des Français de l’étranger
Pascal CAPDEVIELLE, élu consulaire Maroc, candidat UDI – 9ème circ. des Français de l’étranger

Rejoignent l’appel de nombreux élus de droite & du centre et de Jean-Louis Borloo, à saisir la main tendue d’Emmanuel Macron, en choisissant Edouard Philippe, personnalité de droite, pour diriger le gouvernement.

La situation économique de notre pays est alarmante. Elle nécessite un rassemblement de toutes les énergies et les intelligences pour inverser la tendance. Notre pays est encore peu rompu à une approche démocratique plurielle qui s’incarne aujourd’hui à travers la composition du gouvernement.

Un mouvement profond est à l’œuvre qui souhaite ancrer la France dans la perspective de la croissance et du renouveau européen.

Entre les accents bellicistes d’une partie de l’opposition et l’amertume critique de l’autre, nous refusons de nous enfermer dans la citadelle de l’opposition systématique. Le dogmatisme droite-gauche est mort et la polarisation qu’il entraîne est devenue mortifère.

Notre seul prisme est l’amour de la France, associé à une volonté farouche de la voir réussir et rayonner au cours de ce nouveau quinquennat.

Elus consulaires UDI, également cosignataires:

Laurence HELAILI (Irlande), Jean-François LIESS (Suisse), Nicolas HATTON (Royaume-Uni), Marie-José CARON (Danemark), Marc Albert CORMIER (Canada), Claire PONCON (Nicaragua), Sophie ROUTIER (Royaume-Uni), Alain THEVENOT (E.A.U), François CESSIEUX (Brésil), David LUSSEAU (Royaume-Uni), Radya RAHAL (Algérie), Jean-Marc BESNIER (Chili), Michel MENINI (Argentine), Hugues LE CARDINAL (Italie), Tannya BRICARD (Equateur), Bruno THERET (Luxembourg), Pascal BADACHE (Danemark), Carole ROGERS (Royaume-Uni), Pierre-Olivier BOUSQUET (Espagne), Roland RAAD (Arabie Saoudite).

En Bref – du 10 au 30 avril 2017

En circonscription au Maroc – Rabat & Casablanca / 11-13 avril 2017

(à l’image) Avec les consulaires Marie Patier (Rabat) et Pascal Capdevielle (Fès). A Casablanca, nous avons retrouvé l’élu Gilles d’Agescy.

Pour ce 8ème déplacement au Maroc, outre mes rencontres avec les entrepreneurs français, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Mohamed Abbou, ancien ministre du Commerce extérieur pour évoquer nos relations commerciales, ainsi qu’avec Abdeslam Seddiki, ancien ministre de l’Emploi, pour parler plus précisément du problème du Contrat de travail d’étranger (CTE). Lire le compte-rendu.

En circonscription au Royaume-Uni – Londres / 14-24 avril 2017

Soirée à la Résidence de France à Londres pour l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle. Les Français du Royaume-Uni ont plébiscité Emmanuel Macron: 51,12%. Marine Le Pen réunit 2,86% des voix. Nos compatriotes établis outre-Manche choisissent clairement un candidat qui promeut l’Europe !

(g à d) Sophie Routier, conseillère consulaire UDI Londres ; Eric Simon, écrivain et historien et Pascal Badache, conseiller consulaire du Danemark et délégué UDI Danemark ; Patricia Connell, déléguée consulaire UDI Londres ; Olivier Cadic.

J’ai assisté au lancement officiel de la campagne législative de Patricia Connell investie par l’UDI pour la circonscription Europe du Nord. Patricia réalise depuis des années un travail exceptionnel au bénéfice des Français du Royaume-Uni. Dès l’annonce du Brexit, elle a répondu à leurs attentes en organisant une série de conférences remarquées et remarquables à travers tout le pays.

Hommage national à Xavier Jugulé (25 avril)

Une attaque lâche et meurtrière a délibérément ciblé les forces de l’ordre sur les Champs-Elysées, le 20 avril. J’ai participé à la cérémonie d’hommage au policier décédé, Xavier Jugelé, à la Préfecture de police de Paris.

Beaucoup d’émotion pendant le discours de son conjoint : « Vous n’aurez pas ma haine, car cette haine elle ne te ressemble pas ». Xavier Jugelé a été promu par le président de la République au grade de chevalier de la légion d’honneur.

Bureau exécutif de l’UDI (25 avril)

A l’unanimité, le bureau exécutif de l’UDI a appellé à voter Emmanuel Macron le 7 mai, seul candidat démocrate présent au 2ème tour de l’élection présidentielle et il a réaffirmé sa volonté de faire battre Marine Le Pen.

Une victoire de l’extrême droite nous précipiterait vers un chaos moral, économique et social. Le monde nous observe. Pour l’image de la France et son avenir, je souhaite profondément que le résultat de l’extrême droite soit le plus faible possible. Lire l’édito de mon HebdoLettre n°83 (03 mai 2017).

En circonscription en Italie – Milan & Rome / 26-30 avril 2017

(à l’image) Chambre de commerce France-Italie : (g à d) Inès Cavayé-Ninu, conseillère consulaire Milan ; Annie Rea, membre du comité exécutif ; Nicolas Diers, vice-pdt ; Olivier Cadic ; Alexandre Bezardin, CC Milan et élu AFE Europe du sud.

Programme à Milan : conseillers consulaires, chambre de commerce France-Italie, lycée français Standhal ; Institut français // Programme à Rome : conseiller consulaire Jean-Claude Calisesi ; conseillers du commerce extérieur (CCEF) : association PonteVia ; lycée français Chateaubriand ; Institut Saint Dominique, l’Institut Français. Le compte-rendu est en préparation.

HEBDOLETTRE n°83 – Présidentielle (édito) – Tribune d’Alain Juppé : Non! – JC Lagarde, pdt UDI, vote E. Macron – Marc Cormier, conseiller consulaire Canada, rejoint l’UDI (portrait) – Répartition de ma dotation d’actions parlementaires 2017 (réserve) – Revue de presse – En circonscription : ALLEMAGNE – Hambourg (7-8 avril 2017) – En circonscription : MAROC – Rabat & Casablanca (11-13 avril 2017)

Lire : l’HEBDOLETTRE n°83 – 03 mai 2017Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°83

Emmanuel Macron : 40,40% ; Marine Le Pen : 6,48%. Le vote des Français de l’étranger au 1er tour de l’élection présidentielle a le mérite d’une grande clarté concernant les deux finalistes.

Leur message était attendu. Il n’a pas déçu.

La France fait désormais face à un péril. Une victoire de Marine Le Pen ne constituerait pas un saut dans l’inconnu pour notre pays mais un saut dans le chaos : chaos moral car le FN a toujours cherché à diviser les Français, chaos économique et social, car la sortie de l’euro, le retour de la retraite à 60 ans ou bien les 160 milliards de dépenses supplémentaires que propose Le Pen se traduiraient par l’appauvrissement de tous les Français après une dévaluation massive, un déficit et une dette qui conduiraient la France vers la banqueroute.

Pour conjurer ce danger absolu, je voterai pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.

De nombreuses calomnies circulent actuellement sur les réseaux sociaux pour porter atteinte à sa candidature. Alain Juppé en a souffert lors de la primaire. Nous avons observé ces propagations de fausses nouvelles pendant la campagne sur le Brexit et la présidentielle américaine.

Il me paraît donc opportun de vous faire partager ma perception.

Visuel HL55Les 133 heures de débats au Sénat sur la loi « Croissance, activité et égalité des chances économiques » portée par Emmanuel Macron au printemps 2015 nous ont permis de découvrir un ministre courageux et combatif, face aux attaques qui venaient bien souvent de son propre camp.

Membre de l’opposition, j’avais déposé 56 amendements à son projet de loi. Fait rare et preuve de son ouverture d’esprit, le ministre était venu devant les sénateurs de mon groupe UDI-UC pour expliquer son texte et dialoguer avec nous avant l’ouverture des débats en séance publique (lire l’article).

Pour remercier les sénateurs de toutes tendances qui participaient aux sessions de nuit, il nous proposait à l’occasion de prolonger nos échanges autour d’une collation en toute convivialité. Je trouve que ce n’est pas anecdotique.

C’est grâce à cette proximité que j’ai pu lui soumettre le projet du CIFME au Liban initié par Jean-Louis Borloo alors ministre (lire l’article). Il en a immédiatement compris l’importance. Comme il me l’a promis, quelques jours plus tard, il débloquait la situation auprès de l’AFD. J’ai apprécié son écoute et son efficacité. Je ne doute pas de sa volonté de rassembler des personnalités d’opinions diverses afin de créer une nouvelle cohésion nationale.

Suite au Brexit, on nous promettait une désagrégation de l’Union européenne. Après le déclenchement de l’article 50 par le Royaume-Uni, le Conseil européen s’est réuni. Les 27 chefs d’Etat de l’U.E. ont été unanimes pour défendre l’Union. Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise.

Le monde nous observe. Pour l’image de la France et son avenir, je souhaite profondément que le résultat de l’extrême droite soit le plus faible possible et que nos compatriotes se rassemblent pour défendre ensemble nos valeurs républicaines en votant en masse dimanche pour Emmanuel Macron. Découvrir l’HebdoLettre n°83

En circonscription au Maroc – Rabat / Casablanca (11 au 13 avril 2017)

(à l’image) Je remercie les consulaires Marie Patier (Rabat) et Pascal Capdevielle (Fès) pour leur participation active lors de mes rencontres. L’élu consulaire Gilles d’Agescy est également venu de Casablanca pour être des nôtres.

Pascal est le candidat investi par l’UDI pour les législatives dans la 9ème circonscription des Français établis hors de France. Français né au Maroc, entrepreneur talentueux et élu dévoué, il incarne remarquablement la nouvelle génération voulue par l’UDI pour représenter nos compatriotes au Parlement.

Pascal aura beaucoup facilité l’organisation de mon 8ème déplacement au Maroc depuis le début de mon mandat.

Relations commerciales

Rencontre avec Mohamed Abbou

Il y a tout juste deux mois, Mohamed Abbou, ministre RNI du Commerce extérieur du précédent gouvernement m’avait fait l’honneur de me recevoir à son domicile, la veille de ma visite à Tanger pour y découvrir la zone franche (lire).

Ce nouveau déplacement à Rabat m’a permis de retrouver l’ancien ministre. Nous avons partagé un regard optimiste sur les synergies existantes ou potentielles, mais toujours nombreuses, entre le Maroc et la France.

Je suis convaincu que le développement mutuel de nos échanges commerciaux doit reposer sur une stratégie bâtie en concertation avec les membres de la CFCIM. Rappelons que la CFCIM est la plus importante chambre de commerce bilatérale à l’étranger en réunissant 3300 membres.

Entrepreneuriat

Contrat de travail d’étranger (CTE)

Entretien avec Abdeslam Seddiki, ministre de l’Emploi et des Affaires sociales dans le précédent gouvernement de sa Majesté Mohammed VI.

Cette rencontre fût l’opportunité pour moi de remercier M. Seddiki pour avoir pris à cœur le dossier du CTE et contribué à faire progresser la protection des salariés français.

L’affaire du contrat de travail d’étranger constitue ma priorité pour le Maroc. J’ai posé une question écrite au Garde des Sceaux sur ce sujet, le 23 février dernier (lire).

Le problème vient du fait qu’un salarié français ne peut jamais être titulaire d’un CDI au Maroc, contrairement au salarié marocain. Tout vient du fait que l’autorisation de travail délivrée au Maroc doit être formalisée par un visa à durée limitée apposé sur le contrat de travail. Cette précarité entretenue concerne près de 3000 Français au Maroc.

Nous avons évoqué ce dossier avec Jean-François Girault, notre ambassadeur au Maroc et Florence Caussé-Tissier, consule générale de France à Rabat.

Je salue Caroline Traverse et Nicolas Arnulf, respectivement présidente et vice-président de l’Association de défense des travailleurs français et européens résidant au Maroc (ADFEM) qui travaillent avec ardeur et talent sur cette problématique du CTE (lire).

Rabat

Nicolas Arnulf, délégué UDI Rabat, a organisé une rencontre auprès de mes compatriotes entrepreneurs. L’occasion d’un échange passionnant au cours d’un dîner avec des représentants de tous secteurs d’activité : bâtiment, transport, aéronautique, agroalimentaire, restauration, textile, tourisme, téléphonie… La seule présence de tous ces centres d’intérêts économiques témoigne de la vitalité de l’économie marocaine.

A noter que les Français de Rabat offrent des structures d’accueil pour tous les goûts et budgets : du somptueux Sofitel, dirigé par Hassan Barguach, avec son jardin des 3000 roses au Riad El Maâti, tenu par Laurence Er Rarhiol Kerdad, niché dans la Médina.

Casablanca

Lors d’une réunion à Casablanca facilitée par Franck Dautria, administrateur à la CFCIM, j’ai eu un échange privilégié avec Amine Souhail, DG délégué de Sopriam, importateur et distributeur de PSA au Maroc et Guillaume Hotelin, DGA d’industriels français au Maroc.

Ce fut l’opportunité de discuter de la future usine de PSA qui sera implantée à Kénitra.

Enseignement français

Lycée Descartes de Rabat

Accueilli par le proviseur de l’établissement, Gilles Joseph, j’ai découvert le collège-lycée, homologué AEFE, qui accueille 2500 élèves, dont 48% d’élèves français. 500 d’entre eux passent le bac chaque année avec un taux de réussite de 98%.

L’établissement offre également des classes préparatoires aux grandes écoles de commerce.

Le proviseur m’a présenté le projet ambitieux de rénovation immobilière du site. La première tranche qui débutera en septembre 2017 mobilise un investissement de 3,8 millions d’euros.

A noter enfin que la zone Maroc de l’AEFE comporte 36 établissements (22 en gestion directe et 14 partenaires) et scolarise plus de 30.000 élèves.

Santé / Solidarité

Maison de retraite de Souissi

Deux mois seulement après ma visite de la maison de retraite de Souissi, j’étais de retour pour participer à l’inauguration d’un nouveau bâtiment dédié à l’accueil de jour thérapeutique.

(à l’image) Lors de cette cérémonie, j’étais entouré des élus consulaires Pascal Capdevielle (Fès) et Gilles d’Agescy (Casablanca) qui avaient fait spécialement le déplacement pour se joindre à leurs homologues de Rabat.

Administrée par l’Association française d’entraide et de bienfaisance de Rabat-Salé, la maison de retraite développe un centre de gériatrie d’excellence qui inclut une résidence sécurisée, un club sénior et un accueil de jour thérapeutique.

J’ai chaleureusement félicité Sylvie Belakbir, directrice de l’établissement et Raymond Fabre, président du comité d’administration pour cette merveilleuse réalisation. La création d’un réseau de maisons de retraite françaises à l’étranger constitue un défi majeur pour les années à venir.