Tanger, première des cinq villes visitées sur une semaine lors de ce 11ème déplacement au Maroc depuis le début de mon mandat, organisé par Pascal Capdevielle, conseiller consulaire à Fès (à droite sur la photo).

Je remercie Thierry Vallat, consul général de France (au centre sur la photo), pour son accueil et son aide dans la préparation des différentes rencontres qui ont jalonné mon étape à Tanger.

 

Politique

Wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima 

Entretien approfondi avec M. Mohammed Mhiddia, Wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, en compagnie de Thierry Vallat, et de Pascal Capdevielle.

Seconde zone économique du pays, cette région fait preuve d’un grand dynamisme. Grâce à des infrastructures de premier plan (autoroute, train à grande vitesse, complexe portuaire, zone franche) et une main-d’œuvre compétitive, elle joue désormais les premiers rôles dans les domaines de l’automobile, de l’aéronautique, du textile et du fret en général.

Tanger a su tirer profit de sa position hautement stratégique, puisque ce sont plus de 100.000 bateaux qui traversent tous les ans le détroit de Gibraltar, en constituant le deuxième point de passage le plus fréquenté du commerce maritime mondial.

À l’image du détroit de la Manche entre le Kent et le Pas-de-Calais, la région de Tanger est soumise à la pression migratoire. Les défis auxquels sont confrontés les autorités de Tanger sont similaires à ceux rencontrés à Calais.

J’ai salué l’attention et l’intérêt que porte le Wali au développement de nos relations bilatérales. Ses propos ont été riches d’enseignements pour moi. +d’images

Entrepreneuriat

Zone Franche de Tanger – PME 

La zone franche située à Tanger offre de réelles opportunités de développement à des PME dirigées par des Français.

J’en ai visité 4 d’entre-elles en compagnie de Thierry Vallat, de Pascal Capdevielle, de Benoit Vaillant, délégué régional de la Chambre de Commerce et d’industrie au Maroc (CFCIM) pour Tanger, et d’Olivier Gattel, délégué adjoint.

Merci à la CFCIM d’avoir sélectionné ces entreprises aux profils divers pour me permettre de découvrir des compatriotes entrepreneurs bourrés de talent et d’énergie.

Medsofa

J’ai débuté ma visite par l’entreprise Medsofa, PME de 30 personnes dirigée par Kamel Bellahssan, qui conçoit et réalise des sofas sur mesure pour les entreprises.

Créée en 2015, elle va déménager pour s’agrandir.


ID2

Malik Derouiche, ancien de Framatome, m’a fait découvrir la filiale de l’entreprise marseillaise ID2 (IDCARRE), ID2 Manufacturing, dont il est le directeur général. Quand ID2 Enginneering réalise des prestations d’ingénierie dans ses bureaux à Marseille, ID2 Manufacturing réalise dans son usine de Tanger des équipements chaudrons ou mécano-soudés, des tuyauteries ou des machines spéciales selon les plans préétablis par le client. Les produits en-cours de fabrication étaient destinés à des usines nucléaires. Nous avons également visité le deuxième site qui va permettre à l’entreprise de poursuivre sa croissance dans la zone.

Lelma

Benoit Sentagnes, directeur, nous a ensuite présenté la filiale marocaine de Lelma, joint- venture entre 2 sociétés bordelaises pour faire du traitement de surface pour des pièces entrant dans la fabrication des avions, du nucléaire, de l’industrie ferroviaire ou maritime…

Myopla

Enfin, j’ai rencontré Denis Marsault, président-fondateur de Myopla qui emploie près de 700 collaborateurs dans ses centres d’appels et de BPO (front office et back office). Nous avons également visité l’immeuble où emménagera l’entreprise en fin de semaine. A fin 2019, plus de 1 000 collaborateurs travailleront au sein de Myopla. +d’images

.

Communauté française

Consulat

J’ai été reçu au consulat par Thierry Vallat, consul général de France. L’entretien a été suivi d’un déjeuner à la Résidence de France en présence de Myriem Bennani, conseillère consulaire à Tanger, des proviseurs de l’école Berchet et de l’école du Détroit.

Près de 3500 Français résident dans cette circonscription. On constate une progression régulière de 5%/an, lié au développement de l’activité économique et à l’arrivée régulière de retraités.

Une forte demande d’enseignement français est constatée. L’école du Détroit envisage de déménager pour s’agrandir. Pour les uns, l’enseignement doit être la priorité pour le Maroc, où 80% des jeunes de 16 à 24 ans sont sans activité. Pour d’autres, c’est la santé qui doit être prioritaire. 

En effet, la santé publique semble manquer de moyens. Beaucoup d’espoirs sont placés dans la construction d’un CHU à l’entrée de Tanger, dont l’ouverture est prévue en 2020.

Un des participants a suggéré de développer la collaboration entre les conseils de l’ordre en France et au Maroc pour permettre des échanges réguliers de médecins entre nos deux pays. +d’images

Réception avec les Français de Tanger

En fin de journée, j’ai pu échanger avec des représentants de la communauté française de Tanger à la Résidence de France. Ce fut l’opportunité de découvrir des personnalités au profil varié.

J’ai notamment été très ému d’avoir rencontré Pierre Liagre, ancien combattant de la 2ème guerre mondiale, âgé aujourd’hui de 97 ans, doyen des Français de Tanger.

Déporté en Silésie, évadé pour rejoindre la Résistance, il a intégré l’armée française et combattu pour la libération de notre pays jusqu’en Allemagne. Il sera démobilisé le 11 août 1945 après 40 mois de service pour la défense de notre patrie.

Pierre Liagre m’a remis une copie d’un ouvrage dans lequel il partage ses souvenirs concernant une période sombre de notre histoire. J’ai été touché par son humilité et son parcours. +d’images

Médias

Journal de Tanger

« Visite du sénateur français Olivier Cadic à Tanger »

Merci au Journal de Tanger d’avoir rendu compte de toutes les étapes de mon déplacement.

Lire l’article