J’ai interrogé Delphine Gény-Stephann, secrétaire d’État auprès de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, au cours d’un débat, suite à un rapport d’information de Pierre Yves Collombat : « La crise en quête de fin – Quand l’Histoire bégaie ».

J’ai postulé que la finance n’était ni un bien, ni un mal, mais une nécessité pour irriguer l’économie. A toutes les phases de son développement une entreprise a besoin d’investisseurs. Depuis 10 ans les Français se sont détournés des marchés en actions, ce qui fait défaut à nos entreprises.

J’ai donc demandé à Mme la ministre, quelles mesures elle comptait prendre pour relancer l’actionnariat populaire et faciliter le retour des Français vers la Bourse qu’ils ont délaissée, justement depuis dix ans.

Voir la VIDÉO (4:20) – Question + Réponse