Au-delà de six mois de séjour en France, la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) ne peut maintenir l’affiliation de ses adhérents, même s’ils demeurent dans l’impossibilité de retourner dans leur pays de résidence du fait de la pandémie.

Dans un premier temps et en réponse à la lettre du sénateur Robert del Picchia que j’avais cosignée, le directeur général de la caisse, Eric Pavy, avait indiqué que les Français qui voulaient ré-adhérer à la CFE, lors de leur retour, ne subiraient aucun délai de carence et conserveraient même leur « bonus fidélité » éventuel, soit un rabais de cotisation (compte-rendu).

Le directeur vient d’annoncer, en complément, que les personnes qui seraient radiées du fait de leur séjour contraint et prolongé pourront ré-adhérer à la CFE en bénéficiant du tarif de leur ancien produit (désormais non commercialisé), si la démarche intervient avant le 1er septembre 2021.

Saluons cette nouvelle mesure prise par le Bureau du conseil d’administration, en date du 1er décembre 2020, qui répond à l’inquiétude des clients concernés face aux conséquences de la rupture de leur affiliation.

Lettre du directeur de la CFE