Le dialogue que j’avais entrepris le mois dernier avec Jean Bassères, directeur général de Pôle Emploi, au sujet de la mobilité internationale se poursuit efficacement. Il m’avait averti qu’il était en train de refondre son offre de service internationale (lire : « Pôle emploi international doit donner des ailes à la mobilité professionnelle » du 14 décembre 2014).

Le 21 janvier, j’ai eu le plaisir de recevoir au Sénat ses collaborateurs directs, Thomas Cazenave, DG adjoint et Annie Gauvin, son adjointe, tous deux relevant de la direction Stratégie et Relations extérieures. Guillaume Dufresne s’est joint à notre réunion pour nous éclairer de son expérience en qualité de président du CEI, Centre d’échanges internationaux, et président du centre Charles Péguy de Londres.

Olivier Cadic ; Guillaume Dufresne, pdt du CEI et du centre Charles Péguy de Londres ; Annie Gauvin, adjointe au DGA ; Thomas Cazenave, DG adjoint de la direction Stratégie et Relations extérieures de Pôle Emploi. Sénat - 21.01.2015

Olivier Cadic ; Guillaume Dufresne, pdt du CEI et du centre Charles Péguy ; Annie Gauvin, adjointe au DGA ; Thomas Cazenave, DG adjoint de la direction Stratégie et Relations extérieures de Pôle Emploi. Sénat – 21.01.2015

Chaque année, le centre Péguy accompagne 10.000 de nos jeunes compatriotes et fournit un job à un millier d’entre-eux. Chacun sait que des gisements d’emploi existent hors de nos frontières, comment la puissance publique considère-t-elle le phénomène, au moment où la ligne budgétaire « Emploi et Formation » de 800.000€ vient d’être rayée d’un trait de plume du budget de l’Action extérieure de l’Etat ? (lire : « Mobilité professionnelle : l’Etat se désengage » du 05 novembre 2014)

« Nous partageons la conviction que les opportunités ne sont pas suffisamment exploitées, ni suffisamment accompagnées », a dit d’emblée Thomas Cazenave. Evidemment, les choses sont plus simples dans nos départements limitrophes où les travailleurs transfrontaliers sont légions, a-t-il nuancé.

Autrement dit, vis-à-vis des 150.000 demandeurs d’emploi qui ont repérés par Pôle Emploi comme candidats à une mobilité internationale, « les investissements ne sont pas à la hauteur des opportunités que cela représente ». Aujourd’hui, Pôle Emploi ne compte que 160 conseillers spécialisés à l’international, 100 d’entre-eux bénéficient du label Eures, la plate-forme européenne d’emplois.

Le directeur général nous a présenté son plan qui s’articule en deux points principaux.

En premier lieu, il s’agit de mieux repérer les candidats à la mobilité. Dans toutes les agences, « chaque conseiller doit être capable de détecter le besoin ou l’envie de mobilité. Cela doit devenir un réflexe »

En second lieu, l’offre internationale sera bientôt gérée par une dizaine d’équipes d’une dizaine de personnes. Ces équipes seront spécialisées sur un champ géographique et elles vont travailler « selon des modalités 100% web, déjà expérimentées, afin d’accompagner les demandeurs d’emploi à distance », a détaillé Annie Gauvin.

La directrice adjoint ajoute que l’agence va concevoir, en parallèle, une offre de service digitale à l’international, incluant par exemple des tests de langue ou une aide à la réalisation de CV selon les pratiques locales.

Guillaume Dufresne, dont le CEI est implanté dans 70 pays, est catégorique : « Il faut une équipe de chaque côté de la frontière. » Dans son idée, l’équipe française doit préparer les candidats à l’expatriation, notamment pour lever leurs appréhensions, tandis qu’une autre équipe, hors frontière, prépare l’arrivée de ces candidats, parce qu’elle connait bien le terrain et les réseaux.

Cette approche a retenu toute l’attention de Thomas Cazenave puisqu’il chercher à imaginer de nouveaux partenariats. « Avec qui nos conseillers vont-ils travailler pour alimenter un flux d’offres ? », s’interroge-t-il.

Emboitant le pas à Guillaume, je pense que Pôle Emploi International devrait fonctionner comme un « hub », capable de s’interfacer avec les ressources locales et privilégiant le partenariat public-privé (auquel croit beaucoup le directeur du centre Péguy) qui se dispense de l’embauche de fonctionnaires.

Annie Gauvin en convient en estimant qu’il faut « jouer sur une palette de partenariats ».

Les deux responsables de Pôle Emploi ont été chaleureusement invités par Guillaume Dufresne à visiter le centre Péguy de Londres. Cette étape viendra certainement étoffer leur réflexion, d’autant qu’un tiers des Français qui vont travailler à l’étranger choisissent le Royaume-Uni.