Ravi d’avoir revu, ce 29 juin, Renaud Meyssonnier qui m’a offert son livre « Pour une poignée de faux dollars » qui relate sa mésaventure népalaise. Abusé par un escroc qui lui avait changé 160 faux dollars contre des vrais euros en Thaïlande, il avait été condamné au Népal pour trafic de fausse monnaie à une année de prison.

J’avais rencontré ce jeune homme, plus victime que coupable, dans sa prison de Katmandou. J’ai joué de tous les leviers diplomatiques et consulaires, en parallèle d’une d’une chaine de solidarité épatante, initiée ses parents Nadine et René, formidables de courage et volonté.

Libéré à la moitié de sa peine, en mai 2016, j’avais été accueillir Renaud à l’aéroport avec ses proches. Ce fut un immense soulagement.

Je remercie Martine Bassereau et Yves Carmona, ambassadeurs de France au Népal, qui se sont successivement engagés pour minimiser la peine de Renaud.