Je reviens sur l’événement de Frethun, pour mettre à l’honneur deux entrepreneurs que j’apprécie particulièrement, d’autant que nos parcours se sont mêlés au sud de l’Angleterre depuis longtemps (Lire : « Pari gagné pour les 1ères Rencontres jobs transfrontaliers » du 5 octobre 2010). 

Olivier Cadic et Gregory Dumont, fondateur de SBE à Ashford

Gregory Dumont est le fondateur de SBE UK à Ashford (Société Boulonnaise d’Electronique). Il a débarqué quelques semaines après moi dans le sud de l’Angleterre en 1996, année de l’ouverture de la gare Eurostar à Ashford, seul arrêt avant Londres. Rejoint ensuite par David Rosenberg, cette société spécialisée dans la réparation d’appareils électroniques a connu un développement foudroyant et compte aujourd’hui 900 personnes au Royaume-Uni. Près de quinze ans plus tard, nous sommes encore là, tous les deux, pour témoigner et transmettre notre enthousiasme à la nouvelle génération. J’avais déjà évoqué les difficultés rencontrées par SBE pour trouver du personnel dont les Français de représentent que 5% des effectifs (Lire : « Vers une nouvelle génération de transfrontaliers » du 24 août 2010). 7 salariés de SBE font du covoiturage et utilisent le shuttle chaque jour entre Calais et Ashford.

Ronald Chandler, directeur d’Eikos, et sa nouvelle collaboratrice

Ronald Chandler, directeur d’Eikos, et sa nouvelle collaboratrice

Ronald Chandler, directeur d’Eikos, aide depuis plus de dix ans les entrepreneurs français à s’installer au Royaume-Uni, en leur fournissant notamment une structure d’accueil. Sa présence à la foire aux jobs de Frethun lui a permis de recruter une nouvelle collaboratrice qui posera ses valises à Ashford cette semaine même. De plus, Ronald a embauché deux stagiaires qui commenceront début janvier, ainsi qu’une assistante commerciale pour l’un de ses clients, distributeur de compléments alimentaires.

Inutile de préciser que Grégory et Ronald espèrent vivement l’avènement d’une navette ferroviaire transmanche entre Ashford et Calais-Frethun, pour rendre tous les emplois créés dans le Kent immédiatement accessibles aux habitants du Calaisis.

Tous les autres chefs d’entreprises présents aux Rencontres m’ont confié qu’ils avaient passé une journée bénéfique en soulignant qu’il fallait renouveler l’expérience.