Geoffrey Party, conseiller consulaire pour les pays baltes et la Finlande et conseiller AFE pour l’Europe du Nord m’a permis de marquer mon premier déplacement en qualité de sénateur par un symbole pour un entrepreneur. J’ai pu participer au premier diner de gala de la chambre de commerce franco-lituanienne qui réunissait dans un cadre prestigieux plusieurs centaines d’entrepreneurs internationaux autour de ministres lituaniens et de notre ambassadeur Maryse Berniau.

Ce rendez-vous m’a permis de faire la connaissance de Philippe Berthaud, une personnalité hors du commun. Conseiller du commerce extérieur, Président d’honneur de la Chambre de Commerce Internationale Franco Lituanienne, de l’Union des Français de l’Etranger Lituanie-Pays Baltes et de l’école française Montesquieu de Vilnius, Philippe est un chef d’entreprise talentueux qui illustre la France qui gagne à l’international.

Ecole française Montesquieu : Geoffrey Party, conseiller AFE pour l’Europe du Nord,  Aiste Cierniauskaite, présidente du comité de gestion et Gilles Dervieux, directeur de l’école

Ecole française Montesquieu : Geoffrey Party, conseiller AFE pour l’Europe du Nord,
Aiste Cierniauskaite, présidente du comité de gestion et Gilles Dervieux, directeur de l’école

Geoffrey m’a ouvert les portes d’une communauté française vivante et chaleureuse à l’image même de la ville de Vilnius, capitale d’un pays balte qui a fièrement conquis son rang en Europe.

Ce fut le cas, dimanche 9 novembre, au cours d’un petit déjeuner organisé à la boulangerie Thierry de Vilnius, ouverte par Thierry Lauvray, un de ces chefs d’entreprise qui font honneur à la France en promouvant notre savoir-faire. J’adresse le même compliment à Frank Reul, le patron du Novotel.

Alexander Husty, président de la chambre de Commerce, et Alain Moulia, attaché de Défense, sont venus rejoindre les entrepreneurs français de Lituanie dans cette boutique. Ils ont partagé leurs expériences pour imaginer un nouveau modèle destiné à développer le commerce international de la France sans faire appel à l’argent public.

Ils ont paru surpris d’échanger avec un sénateur si familier de leurs préoccupations entrepreneuriales. Eux aussi m’ont surpris par le tableau dressé de leur environnement de travail. En Lituanie, la simplicité prévaut sur tout : un taux unique de 15% qu’il s’agisse d’IR, d’IS, de dividendes, etc. De même, le code du travail est « extrêmement léger ».

La Lituanie est aussi un merveilleux pays pour familles expatriées. Au total, près de 400 de nos compatriotes y vivent. Ils disposent d’un lycée français de 300 places ! 90% des élèves sont évidemment lituaniens. Une école superbe et chaleureuse, où le buste de Montesquieu cohabite avec celui le Petit Prince dans l’entrée.

Maryse Berniau, ambassadeur de France et Olivier Cadic, lors du diner de gala de la chambre de commerce franco-lituanienne au palais du Grand Duc à Vilnius – 08-12-2014

Maryse Berniau, ambassadeur de France et Olivier Cadic, lors du premier diner de gala de la chambre de commerce franco-lituanienne au palais du Grand Duc à Vilnius – 08-12-2014

En charge de faire des « têtes bien faites », le directeur de l’établissement, Gilles Dervieux, fait l’unanimité autour de lui. Tous les présidents du comité de gestion qui se sont succédés à Vilnius ont partagé un déjeuner avec le directeur, Geoffrey et moi. Ils se sont montrés curieux du concept du plan Ecole, tel qu’il existe au Royaume-Uni. Dans le méandre du partage des responsabilités au sein de l’Education nationale, l’idée de mettre tout le monde autour d’une table semble encore une idée neuve et nécessite d’être formalisée. Ils ont exprimé leur souhait de pouvoir choisir un jour le directeur de leur école et de pouvoir le conserver au-delà de la limite de 4 ans imposée par l’administration centrale. Je suis confiant lorsque je vois l’engagement de ces parents d’élèves au service de l’enseignement français à l’étranger.

Cette école montre combien une petite communauté en nombre peut être solidaire et avoir un immense rayonnement.