Resi0Après le Mexique et le Costa Rica, mon déplacement s’est poursuivi au Honduras. Pierre-Christian Soccoja, notre ambassadeur de France (à l’image), m’a accompagné dans mes visites, avec beaucoup de points marquants, dont notre réception au congrès.

C’est Christophe Bouchard, alors directeur des Français de l’étranger, qui m’a inspiré ce déplacement avant de me rendre au Salvador. En effet, le consulat du Honduras a été déplacé au Guatemala. Il était opportun de faire le point sur une mesure qui sera appliquée prochainement au Salvador qui, lui aussi, dépendra alors du Guatemala.

Communauté française

AmbassadeRéunion consulaire

Les 300 Français inscrits au Honduras doivent donc désormais soit se déplacer au Guatemala pour leurs formalités consulaires, soit attendre le passage trois fois par an, de la consule qui les recevra au lycée franco-hondurien.

Les dossiers de bourse de ce lycée dépendent également du consulat au Guatemala. Mais du fait d’un découpage inconséquent lors de la réforme de la représentation des Français de l’étranger, le Honduras n’a pas été rattaché à la circonscription consulaire « Guatemala-Salvador » mais à la circonscription « Costa Rica-Nicaragua ». Ce sont donc les conseillers consulaires : Malika Rabia (Nicaragua), Maurice Manaut et Denis Glock (Costa Rica) qui sont appelés à siéger au Guatemala pour les bourses du lycée du Honduras. Un bel imbroglio à démêler lors de l’élection consulaire 2020 en rétablissant une cohérence de la carte électorale !
Resi2Soirée à la Résidence

Je remercie notre ambassadeur Pierre-Christian Soccoja de m’avoir permis de rencontrer notre communauté passionnante et chaleureuse lors d’une réception donnée à la Résidence.

Ma crainte se confirme sur le recul de la pratique de notre langue par nos enfants nés à l’étranger. J’ai appris qu’ils ne parlent plus le français dans 2/3 des familles binationales du Honduras. Au quotidien, nos compatriotes déplorent aussi une médecine qui coûte relativement cher et l’effort financier qu’impose l’enseignement français (+ de 3000 US dollars par an).

Derrière le décor de carte postale et la douceur de vivre que tous les Français soulignent, le risque criminel jette une ombre. Le taux d’homicide reste à un niveau préoccupant dans certaines zones même s’il a récemment diminué, suite à d’incontestables efforts du gouvernement.

Développement touristique

RV ministreAu ministère du tourisme hondurien

(g à d) Epaminondas Marinakis, président de la chambre nationale du tourisme ; Michelle Paredes, directrice adjointe au ministère du Tourisme ; Olivier Cadic ; Emilio Silvestre, ministre du tourisme et Pierre-Christian Soccoja, ambassadeur de France

20.000 touristes français viennent chaque année découvrir le patrimoine précolombien de Copan dans le prolongement d’un circuit au Guatemala, ou bien font une halte dans les iles à la faveur d’une croisière au départ de Miami. La volonté du Honduras est de faire de ce pays une terre de prédilection pour le tourisme.

congres1Au Congrès

(à l’image) Dans le prolongement de ma rencontre de la veille avec Emilio Silvestri, ministre du Tourisme, j’ai été reçu par Antonio Rivera Callejas, vice-président du Congrès et Óscar Álvarez, président du groupe du Parti National.

Au congrès, nos discussions ont porté principalement sur le développement touristique et la représentation des Français de l’étranger.

Comme 18% du PIB du Honduras vient des parents expatriés aux USA qui financent la famille restée au pays, l’idée d’une représentation de leurs expatriés au Parlement leur a paru une idée dont ils pourraient s’inspirer.

Congres2(à l’image) Ces visites furent pour moi l’opportunité de saluer dans les médias locaux l’action de Pierre-Christian Soccoja, notre ambassadeur au Honduras. Compte tenu des progrès enregistrés face à la criminalité, notre ambassadeur a plaidé pour que le Quai d’Orsay révise sa page Conseils aux voyageurs : les zones touristiques y sont désormais référencées en couleur jaune et non plus en orange.

Nos interlocuteurs ont été sensibles à cette décision qui encourage leurs efforts en matière de sécurité et de tourisme. D’autres améliorations sont envisagées de nature à consolider nos excellentes relations avec le Honduras.

TribunaPresse locale

Le quotidien national La Tribuna s’est fait l’écho de ma visite au Congrès et de mes discussions avec les députés Antonio Rivera Callejas (vice-président du Congrès) et Óscar Álvarez (président du groupe du Parti National), plus particulièrement sur le thème de la promotion du tourisme.

Suivez ce lien pour lire l’article

Commerce extérieur

CCEFRencontre avec les CCE

(A l’image) avec Patrice Blois, président de la section Amérique centrale des conseillers du commerce extérieur (CCE) et Marianne Cadario (CCE). Patrice et Marianne sont également très engagés en faveur de l’UFE. Leur expérience bénéficie aux 500 Français résidant au Honduras.

Leur remarquable connaissance du Honduras m’a permis de découvrir les opportunités de ce marché encore méconnu. Effectivement, il n’y a aucune présence française visible. Aucune société implantée, sauf quelques représentations commerciales, même si Renault, Peugeot, Citroën ont fini par renoncer. Dans les supermarchés, ne cherchez pas davantage nos produits alimentaires. Ce désintérêt est lié à une plus grande attractivité d’affaires du Guatemala voisin.

Sur place, j’ai eu le plaisir de rencontrer notre compatriote Guy de Pierrefeu, président de la Chambre hondurienne. Son groupe MSP détient 75% du marché des parfums et des montres et il représente Air France, GGM-CGA. Il caresse l’idée de créer une antenne France au sein de la Chambre de commerce.

Enseignement

Lycee_HLycée franco-hondurien

J’ai visité le lycée franco-hondurien de Tegucigalpa en compagnie du proviseur Philippe Poggi qui m’a mis en face d’une surprenante réalité : 97% de ses élèves sont honduriens. Ainsi sur un total 600 élèves, 27 sont non honduriens, dont une dizaine de petits Français, enfants d’enseignants.

On compte 18 élèves en terminale, ils seront 30 en 2017. L’an dernier, le lycée a justifié d’un taux de réussite de 100% (15 mentions, dont 4TB). Sur les 17 bacheliers, 14 sont partis en France (dont 3 en prépa et 2 à Sciences Po). Le proviseur se félicite du fait que presque tous ses élèves optent pour l’enseignement supérieur français. Il contribue ainsi à former une génération d’où émergeront les futurs cadres du Honduras.

Alors que le lycée fête ses 50 ans cette année, un projet de nouvel établissement est très avancé pour répondre à une demande croissante. Il devrait se concrétiser d’ici trois ans.

Culture française

AFAlliance française

Accompagné de notre ambassadeur et de l’attaché de coopération, Jonathan Dupain, j’ai découvert l’Alliance française de Tegucigalpa, dirigée par le hondurien Ernesto Paz Aguilar, président du comité directeur.

Fondée en 1964, l’Alliance propose des cours de français de tous niveaux et adaptés à des publics variés. Ils sont assurés par une équipe pédagogique dévouée à sa mission et soutenue par les nouvelles technologies.

Notre AF du Honduras est également un centre culturel dont la vocation est de faire connaître la création française, tout comme les artistes honduriens, à travers de nombreux événements (spectacles, expositions ou conférences). Cet espace d’expression est ouvert à tous, par exemple aux lycéens d’une classe de seconde que l’on avaient programmés en mars pour y présenter deux exposés, l’un sur le Réalisme et l’autre sur le Naturalisme.

ONG

TeguVisite de Paris-Tegu

(à l’image) Mathilde Thiebault, présidente de l’association Paris-Tegu, m’a fait découvrir le centre culturel Art & Amitié (CCAA) géré par cette ONG franco-hondurienne dans le but d’aider la jeunesse du Honduras. Elle offre un espace de vie commune qui constitue un refuge où il fait bon vivre pour des jeunes qui vivent dans des quartiers où règnent l’insécurité.

Mathilde est arrivée dans le pays en 2005 « seulement avec son sac à dos ». Elle a reçu une distinction du Sénat en 2011 pour son action.

Le travail de terrain de cette fondation passe par un programme de bourse, des campagnes de prévention et divers projets, dont le CAP cuisine-restauration qui est une fierté. Des stages dans les hôtels de la ville mettent le pied à l’étrier de ces jeunes qui se découvrent un avenir dans une profession qui leur offre de nombreuses perspectives.

J’ai rencontré une équipe particulièrement dynamique et motivée. Un très beau souvenir.