Je suis retourné à Hong Kong deux ans exactement après ma première visite en septembre 2017 (Compte-rendu). Le contexte politique a brutalement changé et il est devenu clivant comme je l’ai observé au Parlement hongkongais.

J’ai répondu avec plaisir à l’invitation de Rebecca Silli, présidente de la Chambre de commerce (FCCIHK) et Marc Guyon, président de l’UFE Hong-Kong et Macao, qui organisaient tous deux leur événement de rentrée.

Mais la priorité avec laquelle je suis reparti concerne l’enseignement français. Je soutiendrai le conseil d’administration du lycée français international Victor Ségalen de Hong-Kong, présidé par Clément Brunet-Moret (à l’image), dans sa démarche courageuse de déconventionnement vis-à-vis de l’AEFE, tout en restant partenaire, afin de gagner de la marge de manoeuvre.

Politique

Parlement – Mouvement pan-démocrate

Premier entretien au parlement de Hong Kong avec Claudia Mo, présidente du groupe pan-démocrate, en présence de Marine Bouyssou, conseillère politique au consulat et de Clément Brunet-Moret, président du board du lycée français international de Hong-Kong.

Mme Mo s’est émue de la situation de Jason Ng, un « corporate lawyer » qui a été contraint de quitter BNP-Paribas après avoir exprimé des positions personnelles anti-gouvernementales sur sa page Facebook privée.

« Ce qui m’inquiète le plus est que la même chose peut se passer pour n’importe qui à Hong-Kong. Et cela ne va pas. » aurait déclaré Jason Ng.

Mme Mo a souligné que cet événement portait une ombre sur l’image de la France pour tous les démocrates.

Nous avons évoqué les discussions au Congrès américain susceptibles d’évaluer chaque année la situation politique à Hong-Kong et d’en tirer des conséquences sur le plan économique.

Auteure en 2015 du livre « Nous voulons une vraie démocratie », Claudia Mo a été réélue au Parlement avec le slogan « Autodétermination ».

Alors correspondante de l’AFP à Hong-Kong, Claudia Mo avait couvert le massacre de la place Tiananmen, un événement qu’elle décrit comme un « tournant décisif ayant cimenté ses principes journalistiques et ses convictions politiques. »

Parlement – Mouvement pro-Pékin

Second entretien au parlement de Hong Kong avec Holden Chow, député pro-establishment, vice-président du DAB (Democratic Alliance for the Betterment and Progress of Hong-Kong), en présence de Marine Bouyssou et de Clément Brunet-Moret

Opposé aux appels à l’indépendance ou à l’autodétermination de Hong-Kong, Holden Chow est un jeune député en charge des relations internationales pour le DAB .

Nous avons évoqué le débat organisé la veille entre Carrie Lam, chef de l’exécutif du territoire semi-autonome et 130 citoyens afin de mettre un terme aux manifestations.

Ne pouvant rien préjuger de l’avenir, Holden Chow exprime son désir de non-violence. Il remarque les pressions exercées sur la police, éreintée par les sollicitations multiples. Si le dialogue peut prendre du temps, il assure que la violence n’est jamais une solution pour régler un différend.

Face à ma préoccupation de voir l’armée débarquer de Chine continentale pour assurer l’ordre, Holden Chow m’a dit qu’à ses yeux il n’y avait aucune chance d’assister à ce type d’opération.

Si les deux parlementaires rencontrés sont aux antipodes l’un de l’autre en termes de vision politique, ils ont quelques points communs, comme leur souhait de voir Hong-Kong demeurer une place internationale de premier rang ou leur considération pour le lycée français international de Hong-Kong.

Holden Chow a assuré au président du board du lycée français qu’il serait heureux de visiter ses locaux et d’appuyer l’obtention du crédit promis par les autorités.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

À l’invitation de Sophie Leconte, directrice de la Chambre de commerce France – Hong-Kong (FCCIHK), j’ai eu le plaisir d’assister à l’Assemblée générale de cette Chambre bilatérale qui compte 900 membres.

Dans son intervention, la présidente Rebecca Silli a rappelé que la FCCIHK était la 5ème Chambre la plus importante par la taille après celles du Maroc, d’Allemagne, du Japon et de Pékin.

Félicitations à Thibaud Sarrazin qui a été élu pour rejoindre le board de la Chambre.

Le dîner annuel qui devait suivre l’AG a été reporté, du fait du débat organisé entre Carrie Lam, chef de l’exécutif du territoire semi-autonome, et 130 citoyens, tout à proximité du restaurant qui avait préféré annuler… la veille de l’événement.

Qu’à cela ne tienne, la FCCIHK a organisé un cocktail dans ses locaux pour prolonger les échanges.

Je remercie Rebecca Silli, Sophie Leconte et toute l’équipe de la FCCIHK pour la chaleur de leur accueil et je salue leur réactivité face à l’imprévu, sans jamais se départir de leur bonne humeur. +d’images

Communauté française

Soirée UFE

Marc Guyon, président de l’UFE Hong-Kong et Macao, m’a invité pour son grand cocktail de rentrée, organisé en partenariat avec la Banque Transatlantique, en présence d’Elsa Rochier, chef de chancellerie.

Dans son discours d’introduction, le président a salué la participation du Club VIE et des Alumni des écoles françaises : HEC, Essec, ESCP Europe, EDHEC, EM Lyon, IAE, Centrale Supélec, Mines ParisTech, Dauphine.

Cette soirée clôturait mon second déplacement à Hong-Kong.

Avec certains participants nous avons évoqué les inquiétudes de notre communauté au regard de la situation politique.

À la veille du rassemblement populaire célébrant le cinquième anniversaire du « Mouvement des parapluies » qui réclamait un véritable suffrage universel à Hong Kong, la tension n’est pas retombée.

Aucun de mes interlocuteurs n’a toutefois exprimé d’inquiétude au sujet de sa situation personnelle à Hong-Kong.

Félicitations à Marc Guyon pour la réussite de cet événement de rentrée qui m’a permis de renouer avec quelques représentants de nos 14.000 compatriotes inscrits à Hong-Kong.

Marc anime remarquablement sa section UFE, dont le dynamisme inspire l’UFE Monde. Bravo à toute l’équipe UFE qui l’accompagne. + d’images

Enseignement français

Lycée Français International Victor Ségalen

Le déconventionnent réussi du CFBL à Londres vis à vis de l’AEFE a inspiré d’autres établissements, à l’image du lycée français international Victor Ségalen de Hong-Kong.

Ma priorité pour ce pays est de soutenir son conseil d’administration pour favoriser la réussite de cette évolution.

Les mois qui ont précédé la décision de sortir de la convention ont révélé une ligne de fracture entre les adeptes d’un recrutement des personnels sous l’égide de l’AEFE et ceux qui préféraient un management plus autonome, afin d’ajuster la politique de l’établissement au plus près des attentes des parents.

Du reste, un vote des parents a révélé leur très large soutien au board, soit l’option du changement de statut et s’en tenant à un partenariat avec l’AEFE, comme le fait la grande majorité des écoles françaises à l’étranger.

À l’invitation de Clément Brunet-Moret, j’ai eu l’opportunité de passer une bonne partie de ma journée au lycée qui accueille près de 3000 élèves répartis sur 4 campus et affiliés à la section française ou la section internationale (préparant l’IB).

Tout d’abord, j’ai eu rendez-vous avec David Tran, proviseur, des représentants des parents et des personnels. Les parents d’élèves ont formulé le souhait que la rentrée de 2020 se déroule aussi bien que celle de 2019.

J’ai aussi eu le plaisir de retrouver François-Xavier Gabet, ancien proviseur du CFBL, Collège français bilingue de Londres. Son expérience réussie au Royaume-Uni a incité le board à lui confier un rôle de conseiller afin de faciliter la transition vers le nouveau statut qui sera effectif à la rentrée de septembre 2020.

Je me suis rendu ensuite sur le site Tseung Kwan O (TKO), inauguré l’an dernier. Ce campus qui accueille 900 élèves a nécessité un investissement de 65 millions d’euros et le soutien des autorités locales qui ont mis le terrain à disposition pour concrétiser ce projet.

J’ai été impressionné par l’effort d’innovation pédagogique déployé dans cette structure. Les 5 classes d’un niveau sont réunies dans un espace ouvert qui permet les échanges entre les enfants qui justifient d’un niveau éducatif jamais atteint.

Lors du déjeuner sur place avec la communauté éducative de TKO, j’ai dit aux enseignants que leur présent était le futur de toutes les écoles françaises à l’étranger.

La question est juste de déterminer à quel horizon y parviendront-elles ? +d’images