Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

En circonscription au Émirats arabes unis (1/2) – Abou Dhabi (26 fév. 2020)

Heureux d’avoir retrouvé ambassadeur de France, Ludovic Pouille, pour mon 3ème passage à Abou Dhabi. Toute ma gratitude à Alain Thevenot (à droite à l’image), conseiller consulaire pour les Émirats et Oman, qui s’est pleinement investi pour permettre la réussite de mon déplacement dans les Émirats arabes unis. D’abord à Abou Dhabi, puis à Dubaï, il a été comme les fois précédentes à mes côtés de bout en bout.

Son engagement personnel dans l’accomplissement de sa mission d’élu est total.

Alain m’a permis d’aller à la rencontre de nos compatriotes installés de longue date aux Émirats, dont il connait tous les acteurs. Je remercie ceux-ci d’avoir partagé leurs projets pour améliorer la vie quotidienne des Français résidant localement.

Politique

Parlement

Entretien avec Ali Rashed Al Nuaimi, président de la commission des Affaires étrangères et de Défense (Federal National Council) en compagnie de Ludovic Pouille, ambassadeur, et Alain Thevenot, conseiller consulaire.

Nous avons évoqué de nombreux sujets sur la relation bilatérale. J’ai apprécié la vision du président, fondée sur la tolérance, la coexistence et la modération pour promouvoir la paix et la stabilité.

Les Émirats déploient de nombreux efforts pour favoriser le rapprochement des religions et des cultures.

Ali Rashed Al Nuaimi rappelle l’importance d’avoir un plan pour combattre le fondamentalisme religieux et s’est montré satisfait du discours d’Emmanuel Macron à Mulhouse contre le séparatisme islamiste. +d’images

Défense & forces armées

Base navale

Visite de la base navale des forces françaises aux Émirats arabes unis et entretien avec l’amiral Maleterre, en compagnie de Ludovic Pouille, ambassadeur.

La coopération de sécurité et de défense est un pilier du partenariat stratégique franco-émirien.

La base navale française célèbre ses 10 ans aux EAU. C’est un atout pour valoriser nos équipements. Deux corvettes armées sont actuellement en construction à Lorient, suite à une commande enregistrée l’an dernier.

L’entretien a été suivi d’une rencontre passionnante avec l’amiral Janicot dans le QG de l’opération européenne de surveillance du détroit d’Ormuz. +d’images

Frégate Forbin

La frégate Forbin était en escale à Abou Dhabi dans le cadre de la mission Agénor.

Aux côtés des officiers et de l’ambassadeur, j’ai accueilli les invités, parmi lesquels les conseillers consulaires Laurent Rigaut et Alain Thévenot et plusieurs ambassadeurs.

Très heureux d’avoir pu converser directement avec les marins qui m’ont confié les vicissitudes de la vie à bord et leur fierté de servir notre pays.

Merci au commandant du navire pour les précieux renseignements fournis sur le bâtiment et son système d’armes lors de la visite, en compagnie de l’ambassadeur et des élus consulaires.

Je lui adresse tous mes vœux de réussite ainsi qu’à son équipage dans l’accomplissement de leur mission. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

La Chambre de commerce française aux Émirats est organisée en deux business clubs. Celui d’Abou Dhabi se nomme le FBG (French business group) et compte 130 membres.

J’ai été accueilli avec Alain Thevenot, conseiller consulaire, par Nayla Samaha, directrice de la communication et Malika Hamdani, en charge du développement de la chambre. Toute l’équipe du FBG a été renouvelée il y a 2 ans, seulement quelques mois après mon précédent passage.

A noter que le FBG a lancé une bourse à l’emploi destinée à accompagner les conjoints d’expatriés pour leur permettre de trouver un emploi.

Le club accompagne les missions de prospection des entreprises françaises attirées par les Émirats. Il est observé que celles-ci créent une structure locale, parfois dans la précipitation, pour devoir fermer ensuite. Les Émirats sont en effet un marché ultra-concurrentiel où le ticket d’entrée peut s’avérer élevé.

Si Abou Dhabi attire principalement sociétés spécialisées dans l’armement ou l’énergie, les entreprises de services et de produits de luxe s’implantent avec succès sur le marché.

J’ai pu en discuter avec Alex Tarditi, V.I.E, qui représente les champagnes Vranken et Pommery, numéro 2 français. Son bureau est situé dans les locaux du FBG. Les Émirats constituent le 15ème marché mondial en matière de champagne.

Pommery y vend des dizaines de milliers de bouteilles chaque année. Une performance lorsqu’on sait que le marché de Dubaï, lui, est fermé du fait d’un accord d’exclusivité entre distributeur local et LVMH. +d’images

Communauté française

Ambassade


Notre ambassadeur, Ludovic Pouille, m’a accueilli dans la nouvelle Résidence de France en compagnie d’Alain Thevenot, conseiller consulaire, et divers représentants du monde des affaires dans les domaines de l’armement, de l’énergie, de la santé et du commerce.

Les Émirats vont accueillir l’Exposition universelle à Dubaï dans 240 jours. L’objectif est d’attirer 25 millions de visiteurs. Une perspective qui reste incertaine dans un contexte géopolitique local très tendu, situation aggravée par la propagation du coronavirus.

Je me réjouis que notre relation bilatérale soit au beau fixe. La récente visite de Bruno Lemaire a permis de concrétiser l’apport d’un milliard d’euros de la part des Émirats au fonds souverain français destiné à stabiliser le capital des grandes entreprises françaises.

Dans le secteur de l’énergie, les Émirats envisagent de construire une usine de 2 giga watts. Ce projet photovoltaïque constituerait la plus grande usine du monde. Paradoxalement, Dubaï construit la première centrale à charbon de la région…

Il y a 30 mois lors de mon précédent passage (compte-rendu), j’avais assisté avec Ludovic Pouille à la cérémonie inaugurale des Worldskills et découvert cette compétition internationale qui change notre regard sur la formation professionnelle.

Que de chemin ensuite parcouru jusqu’à la victoire de Lyon, en août dernier à Kazan, qui a décroché l’organisation des Worldskills 2023. +d’images

Coopération culturelle

Musée du Louvre

Visite du Louvre Abou Dhabi en compagnie de Ludovic Pouille et Alain Thevenot. J’ai été émerveillé par le chef d’œuvre architectural accompli par notre compatriote, Jean Nouvel.

Le musée a été inauguré le 8 novembre 2017 par Emmanuel Macron.

L’avenue qui permet d’y accéder porte le nom de Jacques Chirac, président en fonctions lors de la signature de l’accord intergouvernemental entre la France et l’émirat d’Abou Dhabi en 2007.

Ce musée, regroupant un patrimoine universel, constitue l’emblème d’une coopération culturelle d’exception entre la France et les Émirats. Il a accueilli plus de 2 millions de visiteurs en 2 ans ! +d’images

Colloque au Sénat : l’hydro-diplomatie ou le partage équitable de l’eau et son utilisation raisonnable, au service de la paix

En parallèle de la COP21, le 1er décembre au Sénat, j’ai eu l’honneur de coprésider avec Arthur Nazarian, ministre de l’Energie et de L’Eau du Liban, un colloque intitulé « L’hydro-diplomatie et le changement climatique pour la paix au Moyen-Orient ».

Les intervenants lors des discours d'ouverture et de clôture: Sophie Auconie, gouverneure au Conseil mondial de l’Eau et co-présidente du Cercle français de l’Eau ; Fadi Comair, directeur général des Ressources hydrauliques et Electriques au ministère de l’Energie et de l’Eau Libanais ; Arthur Nazarian, ministre de l’Energie et de l’Eau au Liban ; Olivier Cadic

Les intervenants lors des discours d’ouverture et de clôture: Sophie Auconie, gouverneure au Conseil mondial de l’Eau ; Fadi Comair, directeur général des Ressources hydrauliques et Electriques au ministère de l’Energie et de l’Eau Libanais ; Arthur Nazarian, ministre de l’Energie et de l’Eau au Liban ; Olivier Cadic

L’eau est déjà, sans nul doute, l’or bleu du XXIème siècle, rappelle Fadi Comair, directeur des ressources hydrauliques et électriques du Liban, au sein du ministère dirigé par M. Nazarian.

Lorsqu’une eau est abondante, de qualité et pérenne, elle devient vecteur de paix entre les peuples. On peut alors parler d’hydro-diplomatie, un concept forgé par Fadi Comair, dont il m’a parlé la première fois en février dernier, lorsque j’ai fait sa rencontre au Liban par l’intermédiaire de Patricia Elias Smida, avocate et déléguée UDI-Liban.

Depuis, nous nous sommes revus plusieurs fois à Paris et j’ai soutenu son idée d’organiser un colloque ciblé sur la région du Proche-Orient, où la coopération hydro-diplomatique s’avère plus cruciale que jamais. L’eau est une source d’enjeux transfrontaliers pour les gouvernements du Liban, de la Syrie, de la Jordanie, de la Palestine, d’Israël, de l’Egypte et de la Turquie.

"Tous les pays d'un bassin déterminé doivent avoir suffisamment d’eau pour assurer le bien-être social et la prospérité économique des générations futures. Favoriser l'hydro-diplomatie c'est d'aboutir à une paix durable" Fadi Comair, initiateur du concept d'hydro-diplomatie

« Tous les pays d’un bassin déterminé doivent avoir suffisamment d’eau pour assurer le bien-être social et la prospérité économique des générations futures. Favoriser l’hydro-diplomatie c’est d’aboutir à une paix durable » Fadi George Comair, initiateur du concept d’hydro-diplomatie

Sur la voie de l’hydro-diplomatie, un projet avait été lancé en 2007 par la France à travers Jean-Louis Borloo, initiateur du projet régional de Centre pour l’information et la formation aux métiers de l’eau (CIFME), labellisé par l’UpM (Union pour la Méditerranée). Lire « Projet CIFME – Mon engagement pour la création d’un centre aux métiers de l’eau au Liban » du 21 avril 2015

Nous sommes reconnaissants à Shahdad Attili, ministre palestinien chargé des négociations sur l’eau, à Pierre Roussel, président de l’Office international de l’Eau et Serge Lepeltier, ancien ministre, président de l’Académie de l’Eau de nous avoir fait l’honneur de présider, chacun, une table ronde.

On retiendra que ce colloque a reçu une brillante caution universitaire de la part du Texas et de l’Italie. Venu d’Austin, le professeur Daene McKinney représentait l’université du Texas. A ses côtés, était Georges Comair, docteur de cette même université (et aujourd’hui ingénieur Suez Consulting). Parmi nos amis italiens, nous avons accueilli Maurizio Martellini, professeur à l’université Insurbia et Roberta Ballabio, chef de projet à Insurbia, ainsi que Stephano Bocci, professeur à l’université de Milan.

Nous remercions cordialement les 17 intervenants qui nous ont fait l’honneur de partager leur expertise et leurs convictions dans le but de créer une véritable culture de l’eau, essentielle pour la préservation de cette ressource et la garantie d’une paix entre les peuples. « Il aura une vie après le pétrole, il n’y aura pas de vie après l’eau », prévient Sophie Auconie, gouverneure au Conseil mondial de l’Eau.

Le séminaire en résumé…

IntervenantsDans la région du Sud-Est méditerranéen, la problématique est la suivante : tandis que l’eau est une ressource rare et inégalement répartie, le changement climatique va accentuer l’irrégularité des pluies et diminuer leur volume. Dès lors, certaines nations peuvent mettre en danger la sécurité alimentaire ou énergétique d’un pays voisin, en le privant de son approvisionnement en eau.

Pour traiter la question, nous avons décliné l’hydro-diplomatie en trois thématiques faisant chacune l’objet d’une session de travail (Lire le programme et découvrir le parcours de tous les intervenants).

Session 1 – Les bassins : territoires pour l’adaptation
Il est impératif que tous les États riverains des bassins transfrontaliers collaborent dans le but d’assurer un partage équitable et une utilisation raisonnable de la ressource, illustrant ainsi le concept d’hydro-diplomatie.
Cette session fut l’occasion de présenter le livre, publié par l’Unesco : « Science diplomacy and Transboundary water management: The Orontes River case »

Avec la présence exceptionnelle de Shahdad Attili, ministre Palestinien chargé des négociations sur l'eau, qui a présidé la table ronde sur la sécurité des approvisionnements

Avec la présence exceptionnelle de Shahdad Attili, ministre Palestinien chargé des négociations sur l’eau, qui a présidé la table ronde sur la sécurité des approvisionnements

Session 2 – Les outils technologiques : innovation pour l’adaptation
La délimitation exacte des bassins internationaux nécessite l’accès à des Systèmes d’information géographique (SIG), ainsi que l’utilisation d’outils d’aide à la décision, via certains logiciels. Seulement à partir de données objectives, les experts peuvent limiter les risques et les diplomates négocier.

Session 3 – Sécurité d’approvisionnement en eau et production énergétique
Certains pays donnent la priorité à la production hydro-électrique au détriment d’autres secteurs, tandis que pour d’autres nations, l’irrigation, l’eau potable ou bien la prévention des crues sont considérées comme objectifs prioritaires pour tout projet de développement.

Lire le programme et la présentation des intervenants