Le 27 décembre dernier, le centre Charles Péguy de Londres a fait l’objet d’un reportage diffusé au cours du JT de 20h de TF1.

Réunion d’information au centre Péguy de Londres auprès de candidats à l’emploi au Royaume-Uni (JT de TF1)

Le sujet s’intitulant « En quête d’un emploi, ces jeunes Français qui traversent la Manche », il aurait été impossible de faire l’impasse sur le travail exceptionnel du centre en faveur de l’emploi de nos jeunes compatriotes. Chaque jour ouvrable, deux ou trois d’entre-eux trouvent une embauche au Royaume-Uni. Aussi, sur l’année 2013, le centre Péguy prévoit de placer plus d’un millier de jeunes, notamment grâce au renfort récent d’un chargé Emploi, recruté grâce à la générosité de six entreprises françaises implantées localement.

Qui sont-ils ces jeunes déboulant plein d’espoir au centre Péguy ? 35% des candidats ont au moins le niveau BAC+4, contre 10% de jeunes qui n’ont aucune qualification.

Les autres constituent le cœur de cible du centre, soit des jeunes de 18-20 ans de qualification CAP à BAC+2 avec un faible niveau d’anglais, nous a précisé Marine Deneux, directrice du centre, lors de la réunion du comité consulaire pour l’Emploi et la Formation professionnelle du 6 décembre.

Toutefois, « leur nombre a diminué cette année au profit des 20-25 ans, nuance la directrice. On note également un glissement vers des profils BAC+2 à BAC+5 qui représentent aujourd’hui 60% des adhérents contre 50% l’an dernier ».

Sur la question des diplômes, Catherine Jentile correspondante à Londres de TF1 a expliqué, à juste titre, que « les Britanniques s’intéressent souvent plus à la personnalité qu’aux diplômes des candidats ».

Merveilleuse opportunité avec l’essor de la mondialisation ou dernier recours à l’emploi en période de crise, l’éventail des raisons de solliciter le centre Charles Péguy s’élargit chaque jour. C’est pourquoi, nous avons fait de cette institution, présidée par Guillaume Dufresne, le dispositif clé du plan Emploi (lire : « Le plan Emploi accomplit son premier objectif » du 22 octobre 2012).

Grâce au renforcement des équipes de traductrices bénévoles, au nombre de quatre cette année contre deux l’an dernier, Péguy a pu particulièrement aider les jeunes sans qualification et tous ceux dont l’anglais est balbutiant. Permettre à chacun de se sentir un peu moins seul, un peu plus en confiance est aussi la mission sociale du centre qui multiplie les activités et les rencontres dans ce but.

Voir le reportage du JT de TF1 : «En quête d’un emploi, ces jeunes Français qui traversent la Manche»