Le 10 décembre, la commission des Affaires sociales a entendu Jean Bassères, candidat proposé par le Président de la République pour poursuivre sa mission à la direction générale de Pôle emploi. J’ai pu l’interroger sur la notion de mobilité professionnelle (lire le compte-rendu).

(g. à d.) Jean Bassères et le président de la commission, Alain Milon - Sénat

(g. à d.) Jean Bassères et le président de la commission, Alain Milon – Sénat

J’ai rappelé qu’à Calais, il y a près de 20 % de chômeurs, tandis que 30 km plus loin, la région du Kent affichait 4 % de chômage et n’a pas accès à la main d’œuvre du Nord-Pas-de-Calais.

En Alsace, un actif sur douze travaille en Allemagne ou en Suisse, soit près de 64.000 travailleurs frontaliers (source Insee). On ne peut pas enraciner nos chômeurs dans notre pays alors que l’environnement est de plus en plus mouvant et international.

Concrètement, est-il normal que des conseillers Pôle emploi international ne parlent que le français ? Est-il normal le site ne propose cette semaine que 9 offres internationales dans la banque ? Que dire de cette offre de CDD de 120 mois (10 ans !) par la Marine nationale via le Royaume-Uni ? Quid des offres d’emplois de Eures, le portail de la mobilité professionnelle, créé par la Commission européenne ?

M. Bassères m’a répondu clairement et en toute honnêteté que « nous devons encourager la mobilité internationale. Nous sommes en train de refondre l’offre de service internationale. Il serait effectivement souhaitable que les conseillers qui en sont chargés maîtrisent une langue étrangère. »

Je me suis également enquis de savoir ce qu’il advenait des accords bilatéraux d’échange conclus par Pôle emploi avec des pays hors de l’Union européenne. Le futur directeur de Pôle emploi s’en est tenu à dire qu’après une période difficile, suite à la fusion, l’organisme public mettait désormais l’accent sur les partenariats et la territorialisation.

J’ai eu le loisir d’échanger avec Jean Bassères, en aparté, après la réunion de la commission. Il m’a promis de revenir vers moi début 2015 pour poursuivre notre dialogue au sujet de la mobilité professionnelle.

Ce thème m’importe d’autant plus que le budget de l’Action extérieure de l’Etat a été totalement amputé de l’aide financière aux services d’accompagnement à l’emploi à l’étranger. De plus François Rebsamen, ministre du Travail, n’a pas accepté ma requête de reprendre à son propre compte ce budget abandonné par le ministère des Affaires étrangères, au nom de la mobilité professionnelle (lire : « Mobilité professionnelle : l’Etat se désengage » du 05 novembre 2014).