Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

INFOLETTRE n°134 – Édito : « Satisfaction » // Un plan de 220 millions pour soutenir les Français de l’étranger // Rapport « Désinformation, cyberattaques, cybermalveillance : l’autre guerre du covid-19 » (O. Cadic & R. Mazuir) // La gestion de l’Agence pour l’Enseignement français à l’étranger en question // Ces enseignants détachés à l’étranger et rentrés en France sans autorisation // Crise sanitaire : mes questions à Jean-Yves Le Drian // États-Unis : nos étudiants bloqués par des charges locatives // STAFE : les conseillers consulaires veulent être consultés sur le redéploiement des crédits // Médias // En circonscription au QATAR : Doha (28-29 fév. 2020) / JORDANIE : Amman (1-2 mars 2020).

Lire : l’INFOLETTRE n°134 – 04 mai 2020Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’InfoLettre n°134

Satisfaction

Au total, le gouvernement affectera 220 millions d’euros pour apporter à nos compatriotes qui résident à l’étranger un soutien à la fois sanitaire, éducatif et social face à la crise sanitaire.

Ce plan de soutien a été annoncé par la voix de trois ministres : Jean-Yves Le Drian et Jean-Baptiste Lemoyne pour le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, et Gérald Darmanin pour le ministère de l’Action et des Comptes publics.

En résumé, le plan d’urgence de 220 millions d’euros, se répartit ainsi : 20 millions pour le dispositif sanitaire, 50 millions pour l’aide sociale, 50 millions pour les bourses, 100 millions pour l’AEFE.

Gérald Darmanin a souligné que les fonds évoqués sont immédiatement mobilisables via le fonds d’urgence Covid-19.

Il concrétise ainsi l’article 1 de la proposition de loi « relative à la solidarité en faveur des Français établis à l’étranger » que j’ai déposé le 24/03/20 (lire la PPL n°390).

Cet article étend aux personnes inscrites au registre des Français établis hors de France le bénéfice du fonds d’urgence créé pour faire face à l’épidémie de covid-19.

Destiné à être efficace et à faire consensus, ce texte doit beaucoup à l’expérience de mon collègue Robert del Picchia, alliée à l’inspiration de sa collaboratrice Olivia Richard.

Cette PPL a été cosignée par des parlementaires appartenant à mon groupe Union Centriste (UC), mais également aux groupes Les Républicains (LR) ; La République en Marche (LREM) ; Les Indépendants et le Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). Parmi les signataires, trois sénateurs représentant les Français établis hors de France : Robert del Picchia, Damien Regnard et Richard Yung. Rassemblés au-delà des clivages, nous avons été efficaces.

Voilà qui réjouira tous les conseillers consulaires qui réclament de longue date une solution pour financer la solidarité et l’entraide pour nos compatriotes les plus exposés.Visuel HL125

J’ai une pensée particulière pour Jean-Louis Mainguy, conseiller consulaire Liban-Syrie, qui m’alerte assidument, depuis décembre 2019, sur l’impérieuse nécessité de venir en aide aux Français du Liban (infolettre n°128). La crise exceptionnelle traversé par ce pays a plongé 45% de la population en dessous du seuil de pauvreté.

Le gouvernement sera aussi jugé sur sa capacité de répondre à cette urgence sociale que vivent nos compatriotes à l’étranger. Il cherche à se donner les moyens d’y répondre vite et c’est heureux.

Reste à garantir que ces moyens soient tous orientés vers le but recherché par les ministres.

Il est donc impératif que les postes diplomatiques s’appuient instamment sur les conseillers consulaires pour construire les plans de soutien et organiser l’attribution des aides directes ou indirectes. Rien ne serait plus désastreux que de reproduire le type de décision que nous venons de vivre avec le retrait de l’attribution des crédits Stafe 2020 aux conseillers consulaires, sans qu’ils aient été consultés (lire le billet).

Je me réjouis également des crédits supplémentaires accordés pour l’enseignement français à l’étranger qui répondent très exactement aux demandes que j’ai exprimées.

Il faut désormais s’assurer que la procédure d’attribution des bourses réponde à l’urgence et ne se transforme pas en méandres bureaucratiques qui conduiraient les parents à renoncer.

Je suis circonspect concernant l’aide au réseau d’écoles via l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). D’autant que nous n’avons toujours aucun élément d’appréciation de la situation. « Il n’y aurait rien de pire que d’édicter une même règle pour tout le monde », nous a dit Jean-Baptiste Lemoyne. Tout à fait d’accord, ai-je répondu, mais le problème, c’est que l’AEFE fait très exactement le contraire. Je fais référence, ici, à la décision absurde d’interdire aux écoles du réseau d’accorder des remises sur les frais de scolarité en fonction des circonstances locales.

Je forme le vœu que le gouvernement se penche désormais sur l’article 2 de ma proposition de loi. Il permettrait de créer un fonds d’appui pour soutenir les initiatives solidaires des entrepreneurs français à l’étranger par l’intermédiaire du réseau des CCIFI et celui des CCCEF, à l’image de l’opération SOS Business en Nouvelle Zélande. Il est le fruit du retour d’expérience de nos entrepreneurs victimes du séisme en Équateur en 2016.

Si l’article 2 de ma PPL entrait dans les faits, nous pourrions dire à nos compatriotes entrepreneurs : aidez-vous les uns les autres et la France vous aidera ! Découvrir l’InfoLettre n°134

En circonscription en Jordanie – Amman (1-2 mars 2020)

Second déplacement en Jordanie, où j’ai retrouvé Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie, auparavant en poste à Madagascar, et Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak.

(à l’image) Laurence possède une énergie inépuisable pour assister nos compatriotes en difficulté et pour venir en aide aux réfugiés.

Portée par une foi à déplacer les montagnes, elle m’a raconté l’histoire de ces 12000 chrétiens d’Irak réfugiés en Jordanie. Ils n’ont plus confiance en l’état irakien pour les protéger et ne veulent plus rentrer chez eux. Alors, ils attendent un visa pour l’Australie ou le Canada.

Son empathie fait de Laurence une élue consulaire exemplaire au sens de l’intérêt général. Quatre ans après mon premier passage à Amman (compte-rendu), elle a encore gagné en assurance et s’est révélée un guide formidable lors de ce déplacement.

Communauté française

Consulat

À la faveur de mon retour en Jordanie, j’ai tenu à visiter le consulat en compagnie de Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak.

En l’absence d’Isabelle de Marguerye, consule, nous avons été remarquablement reçus par l’équipe du poste, conduite par Abdeslam Kannibou, responsable des affaires consulaires.

1 540 compatriotes sont enregistrés au consulat. Cette communauté bien intégrée se partage entre des résidents de longue date, des hommes d’affaires et des compatriotes engagés dans l’humanitaire. 90% sont établis à Amman, les humanitaires sont présents dans les camps situés dans le nord du pays.

Du fait des crises régionales (Syrie, Irak, Yémen) et depuis la fermeture de notre ambassade à Damas en 2012, la section consulaire traite les demandes d’asile et de réinstallation des réfugiés irakiens et syriens. Un travail volumineux : 15.360 dossiers syriens ont été traités de 2011 à 2019 concernant 60.000 personnes et 3.160 dossiers irakiens sur la période 2014-2019 pour 9000 personnes.

Depuis 2018, le poste est confronté à une hausse du nombre de touristes français. Ils ont été 90.000 en 2019. L’ouverture aux compagnies low-cost se conjugue avec une recrudescence de Français de passage qui rencontrent des difficultés (hospitalisation, retour frontières, rapatriement…). Ainsi, en 2019, deux personnes sont arrivées au consulat en maillot de bain. Tout leur avait été volé : papiers, valises et vêtements.

À l’image de ce que j’ai observé récemment en Tunisie, on retrouve pléthore d’histoires de coups de foudre. Comme le cas de cette Française venue visiter Pétra : arrivée un samedi, elle rencontre le lundi un Jordanien 20 ans plus jeune qu’elle, puis ils se rendent au consulat le jeudi … pour se marier.

Plus dramatique, les accidents fatals. Les assurances ont tendance à renvoyer l’assistance au rapatriement vers le consulat. Ces circonstances où il faut accueillir les familles en deuil ou en souffrance sont lourdes à porter pour les agents.

Enfin, la question des déplacements illicites d’enfants pèse sur l’action du poste. 8 dossiers sont en cours de traitement. Les agents regrettent que l’application systématique de la charria, dès lors que les familles sont musulmanes, se fasse au mépris du droit français. +d’images

Enseignement

Lycée français International d’Amman (LFIA)

Je me suis rendu sur le site de Yadoodeh du Lycée français International d’Amman, en compagnie de Laurence Ledger, conseillère consulaire et de Sophie Bel, conseillère culturelle.

Le LFIA est conventionné avec l’AEFE. Le site primaire à Deir Ghbar accueille 350 élèves de 2 à 8 ans. Celui de Yadoodeh, où nous a accueilli Philippe Gallienne, proviseur, reçoit 320 élèves de 9 à 18 ans.

Situé sur la route de l’aéroport, le lycée a été inauguré en 2013 pour accueillir le secondaire, rejoint par les élèves de CM1 et CM2 en septembre 2019.

Les effectifs ont progressé de 25% en 3 ans. Ils se composent d’un tiers d’élèves jordaniens, un tiers de français et un tiers affichant une autre nationalité.

L’association des parents d’élèves (APE) qui gère le LFIA, en lien avec l’AEFE et le poste diplomatique, élabore une stratégie sur 5 à 10 ans. Achat d’un terrain supplémentaire à proximité ou construction d’un niveau supplémentaire sur le bâtiment existant, tout est envisagé pour faciliter le changement d’échelle de l’établissement. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce & CCEF

Je remercie notre ambassadrice, Véronique Vouland-Aneini, pour avoir organisé un déjeuner avec les CCEF et le directeur de la Chambre de commerce pour faire le point sur la situation économique dans un pays qui compte 40% de chômeurs.

La Jordanie séduit plutôt les investisseurs, car le pays est bien géré sur un plan macro-économique. En outre, il présente de bonnes garanties en matière de stabilité politique et de sécurité publique.

Merci aux participants pour leurs précieux enseignements : Manal al Nammari, déléguée du pays de société Air France ; Alain Enjalbert, directeur régional de Carrefour Jordanie ; Nadim Abaouat, directeur général de la Société Générale de Banque Jordanie ; Stéphane Lapauw, directeur général de Total ; Ibrahim Kattan, directeur général de CAFRAJ, la CCI France Jordanie. +d’images

Politique

Diplomatie parlementaire

Entretien avec Issa Murad, sénateur et rapporteur de la commission des Finances, en présence de Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie.

Ancien président de la chambre de commerce d’Amman, le sénateur Murad a exercé de très nombreuses responsabilités dans le monde des affaires et il est à la tête d’un groupe d’entreprises en particulier dans l’électronique et les produits électriques.

Nous avons évoqué la bonne tenue de la devise jordanienne et le sénateur m’a donné des assurances sur la solidité du système financier jordanien.

Membre du groupe d’amitié Jordanie-France, Issa Murad m’a assuré de sa détermination à conforter les échanges bilatéraux entre nos deux pays. Ce sera bien venu, car nous pointons en 3ème position pour l’Europe, derrière l’Allemagne et l’Italie. +d’images

Hydro-diplomatie

Ministre de l’Eau

Entretien avec le ministre de l’Eau et de l’Irrigation, Raed Abu Saud, en compagnie de Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France en Jordanie et Luc Le Cabellec, directeur de l’AFD.

Nommé une première fois à ce même poste en 2005 et après avoir été ministre des Travaux publics et du Logement (2004-2005), Raed Abu Saud est retourné au ministère de l’Eau en octobre 2018.

Le ministre m’a confié qu’il avait côtoyé à Harvard le Dr Fadi Comair qui co-organise avec moi les colloques annuels au Sénat sur l’hydro-diplomatie.

La Jordanie est l’un des pays les plus pauvres en eau de la planète : l’approvisionnement en eau renouvelable ne couvre que la moitié de la demande, autrement dit la consommation d’eau est deux fois supérieure au renouvellement de la nappe.

Le ministre a rappelé que cette situation complexe a été aggravée par l’arrivée des réfugiés, notamment syriens, depuis 2011 (1 million de personnes environ soit 10% de la population totale), puis ceux venant d’Irak. De fait, la quantité d’eau disponible par habitant a été divisée par deux en quarante ans.

Le secteur de l’eau en Jordanie doit faire face à deux défis majeurs : d’une part, une faible disponibilité des ressources en eau nécessitant une forte consommation d’énergie qui en obère les coûts et, d’autre part, une situation financière structurellement déséquilibrée, notamment due à l’insuffisance du prix de l’eau, notamment pour des raisons sociales.

Les principaux enjeux actuels concernent :
1 – la restructuration des tarifs de l’eau et la réduction des pertes physiques et commerciales en eau ;
2 – l’amélioration de la gestion et de la performance des opérateurs du secteur ;
3 – l’optimisation des coûts de l’électricité pour le secteur.

La question de l’usage inefficient de l’eau agricole constitue également un grave sujet de préoccupation, non adressable politiquement en raison des pressions des tribus et de puissants intérêts fonciers. La manifestation que j’ai observée à mon arrivée devant son ministère en témoignait. +d’images

Réunion préparatoire sur l’Eau

Afin de préparer mon entretien avec le ministre jordanien, Véronique Vouland-Aneini, ambassadrice de France a organisé, à la Résidence, une rencontre sur le thème de l’eau avec Thierry Caboche, Premier conseiller ; Najwan Nakho, adjointe du conseiller économique ; Luc Le Cabellec, directeur de l’AFD ; Gilles Mori, responsable dossier eau et énergie ; Myriam Ababsa, chercheur associé, Ifpo.

Dans le prolongement de la conférence que j’avais organisée au Sénat sur le bassin du Jourdain, en 2016, avec le Dr Fadi Comair, nous sommes revenus sur le dossier mer Rouge-mer Morte et ses développements récents

L’ensemble des ressources en eau disponible totalise près de 1 milliard m3 par an qui est à peu près également partagé entre les usages agricoles d’une part, industriels et domestiques d’autre part. Ainsi la disponibilité annuelle d’eau douce avoisinant 500 Mm3 n’excèderait pas, chiffre indicatif, 80 m3/habitant/an, une des plus faibles de la planète.

Pour répondre à la demande croissante en eau, le projet régional mer Rouge-mer Morte avait pour objectif, dans sa première phase, de fournir 65 Mm3 d’eau potable à la Jordanie. La préparation du projet est achevée sur les plans technique, financier et environnemental depuis 2018.

Face au blocage politique actuel avec Israël, la Jordanie envisage le lancement d’un projet alternatif, autonome (Aqaba-Amman Water Desalination and Conveyance Project), qui resterait néanmoins compatible avec le projet mer Rouge-mer Morte et qui viserait un approvisionnement à terme de 130 Mm3 dans une première phase, à l’horizon 2025.

En circonscription en Jordanie – Amman / 23-25 juillet 2016

AmbassadeurJe remercie David Bertolotti, notre ambassadeur de France en Jordanie, pour son implication dans l’organisation de mon déplacement. Son engagement est total au service du développement économique français et il joue un rôle précieux au sein de notre communauté d’affaires.

Nommé en 2015, il effectue sa première mission en qualité d’ambassadeur en Jordanie, un pays qui se veut un exemple de modération et de modernité au Proche Orient. La relation franco-jordanienne est aujourd’hui exemplaire, tant sur le plan politique qu’économique et culturel.

La Jordanie du roi Abdallah II est un acteur important en faveur de la paix dans la région et l’accueil des réfugiés syriens (1,3 millions). Mais cette hospitalité accentue les tensions économiques et sociales dans ce pays de 10 millions d’habitants déjà en prise avec de nombreux réfugiés palestiniens et irakiens.

Hydro-diplomatie

MIERencontre avec Hazim El Nasser, ministre de l’Eau

Hazim El Nasser, ministre de l’Eau et de l’Irrigation en Jordanie m’a reçu en compagnie de David Bertolotti, ambassadeur de France, Fadi Comair, directeur général des Ressources Hydrauliques et Électriques au ministère de l’Énergie et de l’Eau du Liban et Georges Comair, ingénieur Suez Consulting.

La Jordanie est le 4ème pays le plus pauvre en eau du monde. Elle dispose de 156 m3 d’eau par habitant et par an, une quantité bien inférieure au seuil de pénurie d’eau fixé à 1000 m3, et également en dessous du seuil de pénurie absolue fixé à 500 m3 d’eau par an et par personne.

En comparaison, la France dispose de 3000 m3/habitant/an.

Le ministre a été impliqué dans de nombreux projets relatifs à l’eau, comme la plus grande usine de traitement des eaux usées du pays (Samra), le projet Disi ou les études du projet du canal Mer Rouge/Mer Morte. Hazim El Nasser est ainsi devenu un expert des questions hydrauliques et une personnalité incontournable pour relever les défis de son pays.

Ce fut aussi l’occasion d’évoquer le projet d’organisation d’une seconde conférence sur l’hydro-diplomatie au Sénat le 13 décembre 2016, à l’initiative d’Arthur Nazarian, ministre de l’Eau et de l’Energie du Liban et de Fadi Comair.

DISI2Station de pompage et de contrôle de Disi (Suez)

Jean-Marc Ponte, directeur exécutif de DAOM (« Disi Amman Operation Maintenance »), filiale 100% de Suez Environnement, m’a accueilli sur son site au sud d’Amman, en compagnie de Souhir Agha, attachée au service économique à l’ambassade de France en Jordanie et de Patricia Elias Smida, déléguée UDI Liban.

DISIDAOM a remporté un contrat de services de 25 ans pour l’acheminement vers Amman de 100 millions de m3/an d’eau potable, en provenance de la nappe fossile géante de Disi (325 km) sur la frontière de l’Arabie Saoudite.

L’infrastructure, prévue pour durer 50 ans, fournit désormais un quart de l’eau potable consommée dans le pays.

Le site industriel visité comprend la station de contrôle de l’infrastructure et la dernière station de pompage avant la capitale.

Relations commerciales

MICRencontre avec Yousef Al-Shamali

Entretien avec Yousef Al-Shamali, secrétaire général du ministère de l’Industrie et du Commerce jordanien et David Bertolotti, ambassadeur de France en Jordanie.

L’Union européenne est le premier fournisseur de la Jordanie, devant l’Arabie Saoudite, la Chine et les Etats-Unis.

A souligner que la France se place au 6ème rang des investisseurs étrangers, derrière les Etats du Golfe et à parité avec les Etats-Unis !
CCI1CCI France Jordanie (Cafraj)

(g. à d.) Olivier Cadic ; David Bertolotti, ambassadeur de France en Jordanie ; Ibrahim Kattan, directeur général de la CCI France Jordanie ; Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie ; Najwan Naicho, en charge du soutien aux entreprises à la CCI ; Patricia Elias Smida, déléguée UDI Liban.

Créé en 1998, le club d’affaires franco-jordanien (Cafraj) se transforme en chambre en 2012 et intègre le réseau CCI France International. La Chambre compte 318 membres et constitue le premier réseau de la communauté d’affaires franco-jordanienne. Un forum d’affaires sur le grand projet « Mer Morte – Mer Rouge », qui constitue un marché d’un milliard de dollars, aura lieu le 3 octobre 2016.

La CCI prévoit également l’organisation de la 2ème édition de la French Week, du 20 au 26 novembre prochain, incluant notamment un événement mettant en valeur les produits français et la destination France au sein du nouveau quartier d’affaires d’Abdali.

OrangeTechnocentre Orange d’Amman

Le technocentre a été créé en 2008. Sa mission principale est de définir la stratégie produits et services d’Orange dans les 20 pays de la région « Moyen-Orient et Afrique du Nord » (Mena), où le groupe possède des filiales.

Jerome Henique, CEO d’Orange Jordanie, nous a présenté ses installations, ainsi que les derniers développements de notre opérateur en matière de télécoms. L’enjeu consiste à s’adapter aux changements de la demande locale.

Orange est bien implanté sur le marché jordanien en pleine croissance. La concurrence est intense et axée sur les nouvelles technologies (4G, fibre optique) plutôt que sur les prix.

DinerDiner de la communauté française et d’affaires

Après m’avoir accompagné au ministère du Commerce, au ministère de l’Eau, puis à la Chambre de Commerce, notre ambassadeur David Bertolotti a organisé un diner à la Résidence de France pour me permettre d’échanger avec de nombreux représentants de la communauté d’affaires (Société Générale, Carrefour, Suez, ADP, Orange, DAOM, CCI…).

Notre ambassadeur a soutenu que la prospérité économique était une clé essentielle pour la stabilité politique de la Jordanie, pays plus que jamais ami de la France. Amplifier nos relations commerciales, dans les deux sens, doit contribuer de manière déterminante à renforcer cette économie.

En 2014, le montant des exportations de la France vers la Jordanie était de 289M, contre 12M€ d’importations françaises.

Communauté française

ConsulatRéunion au consulat

Au consulat avec deux acteurs de la communauté française de Jordanie (g. à d.) Laurence Ledger, conseillère consulaire pour la Jordanie et l’Irak et Dounia Liabastre, présidente de l’UFE Jordanie. Elles font preuve d’un dévouement exemplaire auprès des expatriés français, dont certains sont confrontés à d’immenses difficultés.

ConsulAujourd’hui, 1739 Français sont inscrits au Registre, dont 40% de binationaux. Du fait des crises régionales et de la fermeture de notre ambassade à Damas en 2012, la section consulaire est plus en plus sollicitée pour une aide financière ou d’accompagnement (hospitalisation, rapatriement…). 27 dossiers ont été traités en 2015.

Dans le prolongement de ces entretiens, Arnaut Rayar, consul général en Jordanie (à l’image), m’a décrit une communauté de ressortissants bien intégrée et relativement sereine, partagée entre des résidents de longue date, des membres de la communauté d’affaires et des humanitaires (MSF, MDM, Handicap International, ACF, ACTED…).

Politique

NadiaRencontre avec Nadia Hashem Aloul

(g. à d.) Patricia Elias Smida, déléguée UDI Liban ; Olivier Cadic ; Nadia Hashem Aloul, ex-ministre des droits de la Femme de Jordanie.

La condition féminine s’est progressivement dégradée, nous a confié Nadia Hashem Aloul. Elle était meilleure il y a 20 ans !

A cet égard, le contenu des manuels scolaires est révélateur depuis que les religieux s’en occupent. On constate l’évolution des mentalités dans les illustrations, par exemple. Auparavant, on pouvait voir une fille jouer au ballon avec un garçon. Avec le temps, subrepticement, ce sont les garçons qui jouent au ballon et la fille qui regarde. Aujourd’hui, celle-ci porte un voile et elle est séparée du garçon. De manière insidieuse, la femme est mise de côté. La Jordanie a désormais le plus faible taux d’occupation des femmes au travail dans tout le Golfe.