Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

L’HEBDO DES INDÉPENDANTS N°173 – 19 mai 2022

Lire : l’HEBDO DES INDÉPENDANTS n°173 – 12 mai 2022Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Sommaire :

FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER & AFFAIRES ÉTRANGÈRES
. 149 candidats aux législatives des Français de l’étranger
. Diverses étiquettes politiques
. Soutien « total » d’Olivier Cadic à Laurence HELAILI-CHAPUIS
. Stéphane VOJETTA n’y voit rien de personnel
. M’jid EL GUERRAB renonce
. Les comptes des partis politiques et la parité
. Préavis de grève au Quai d’Orsay

LE CLUB DES INDÉPENDANTS
. Benoit LARROUQUIS, conseiller des Français du Mexique, suppléant d’Éléonore CAROIT, investie par Ensemble
. Nicolas HATTON, conseiller des Français du Royaume-Uni, suppléant de Laurence-HELAILI-CHAPUIS, candidate indépendante pour la majorité présidentielle

LE BLOG D’OLIVIER CADIC
. Émirats arabes unis
. En circonscription au Kenya

FRANCE
Actualités : Politique / Société

BRÈVES D’AILLEURS

CARNET & NOMINATIONS

Découvrir l’InfoLettre n°173

En circonscription au Kenya – Nairobi & Nakuru (11-14 mai 2022)

Compte tenu de l’intérêt de la réunion organisée par les CCEF à Rabat, en mars dernier, j’ai répondu à l’invitation de Yannick Chaumet (pdt CCEF Kenya) et d’Éric Bonnel (pdt CCEF Afrique & Océan Indien) de participer à une nouvelle réunion, le 13 mai à Nakuru. C’est dans la perspective de cet événement au Kenya que j’ai initié mon déplacement en Afrique (successivement : Tanzanie, Kenya, Ouganda, Rwanda et Afrique du sud).

Je remercie notre ambassadrice de France, Aline Kuster-Menager, et son équipe, pour avoir beaucoup facilité mon déplacement, organisé mes rendez-vous auprès des parlementaires kenyans et centré ma visite à Nairobi sur le développement du Lycée français, mon objectif prioritaire pour le Kenya.

Ma gratitude va aussi à Aude Demoustier, conseillère des Français de l’étranger, pour son appui dans la préparation de ce second déplacement au Kenya, ainsi qu’à tous ceux qui ont contribué à son succès.

(à l’image) Avec Aude, j’ai conclu ma visite au Kenya au musée de Karen Blixen, dont le roman autobiographique a été immortalisé par le film Out of Africa, en compagnie de Betty Robin, qui a fait partie des figurants lors du tournage.

Diplomatie parlementaire

Sénat (Nairobi)

Le Kenya se prépare à des élections générales en août prochain.

J’ai rencontré deux sénateurs sortants, soutenant chacun un des deux candidats à la présidentielle donnés au coude à coude.

Les entretiens ont eu lieu à la Résidence de France en présence de l’ambassadrice Aline Kuster-Menager, de Lionel Fabre (Premier conseiller), Ingrid Onzon-Kem (conseillère politique) et Gilbert Nyangor (attaché de presse).

Avec Johnson Sakaja, sénateur UDA de Nairobi, candidat au poste de Gouverneur de Nairobi, nous avons principalement discuté de sujets liés à la smart-city. Il observe qu’il y a eu trop de plans parcellaires sur la mobilité. Il envisage un plan global pour plus de cohérence. Son autre objectif est de réaliser des logements sociaux dans des immeubles de 15 étages

Avec la sénatrice Agnès Zani, secrétaire générale adjointe ODM, candidate au poste de Gouverneur de Kwale, nous avons évoqué les dossiers bilatéraux qui peinent à se concrétiser côté kenyan.

Ainsi, le programme d’échanges pour les jeunes qui prévoit un permis de travail gratuit de 2 ans n’a toujours pas été mis en œuvre au Kenya contrairement à la France.

La situation de double imposition sur les prestations de service depuis la France vers le Kenya, dont j’avais fait ma priorité d’action, a été discutée lors de la rencontre entre les présidents de nos deux pays. Malheureusement, la situation perdure. +d’images

Enseignement

Lycée français Denis Diderot (Nairobi)

Retour au Kenya après mon premier passage tout juste avant le début de la pandémie.

J’ai souhaité faire le point sur l’évolution du lycée Denis Diderot en y consacrant un long moment de mon déplacement.

Mme l’Ambassadrice Aline Kuster-Menager a organisé trois séquences :

1️ Déjeuner à la Résidence dédié à la situation du Lycée français en sa présence, en compagnie de Cyril Gerardon (Conseiller Coopération et Action Culturelle), Bruno Maris (Proviseur), Claire Karadi (directrice du primaire) et Frédéric Roure (DAF).

2️ Visite de l’école en compagnie d’Aude Demoustier, conseillère des Français de l’étranger pour le Kenya.

3️ Entretien sur la situation financière de l’établissement.

Les effectifs ont diminué suite à la pandémie et affecté principalement les maternelles et le collège. Mais depuis mon précédent passage, j’ai noté des points d’amélioration qui m’ont réconforté. Tout d’abord, un DAF a été nommé. J’avais exprimé cette impérieuse nécessité pour redresser une situation financière préoccupante. L’ambassade et l’équipe du lycée ont fait un travail remarquable pour traiter les dossiers fiscaux. Tout devrait être soldé d’ici fin 2022.

L’équipe de direction a engagé un travail salutaire sur la maîtrise des coûts qui m’a réjoui. Nous avons évoqué les prochaines étapes pour reprendre le développement de ce lycée français afin de le rendre plus attractif en milieu anglophone, dans une ville qui accueille un siège des Nations Unies.

Le premier objectif serait la cession par l’Etat de son terrain au lycée. C’est impératif pour permettre à l’école de repartir de l’avant en matière immobilière.

Le second est de mobiliser la Chambre de commerce pour lui permettre de participer activement pour conforter la gouvernance de l’établissement.

Je ferai de ce sujet mon objectif prioritaire pour le Kenya afin d’appuyer cette équipe de direction qui mérite d’être soutenue activement. +d’images

Diplomatie économique

Chambre de commerce franco-kenyane (Nairobi)

Aude Demoustier, conseillère des Français de l’étranger pour le Kenya, a organisé une soirée avec des entrepreneurs en présence de Othmane Chaoui, Pdt de la Chambre de commerce française au Kenya, et de Laure Paugam, directrice.

Durant la pandémie, le nombre de membres de la chambre a progressé de 90 (fin 2020) à 120 en 2022. 52 événements ont été réalisés en 2021.

Accueillis dans le cadre exceptionnel du Fairmont, par Mehdi Morad, DG Kenya du groupe Accor, nous avons évoqué les conséquences de la crise Covid sur le secteur du tourisme au Kenya et le déploiement d’Accor dans la région.

Aldric Spindler, fondateur avec sa compagne de Red Lands Roses, m’a présenté sa société de 600 employés, qui produit des roses sur un terrain de 28 hectares. Ils viennent de la céder à un fond d’investissement franco-mauricien. Une vraie success-story.

Othmane a évoqué son expérience de bientôt dix ans au Kenya. Deux ans après son arrivée, il a créé son entreprise dans l’énergie et s’est spécialisé dans la distribution de carburant.

Antoine a créé sa start-up en début d’année 2022 et a lancé un service à domicile pour contrôler la vue et proposer des lunettes produites en Afrique.

Merci à Aude d’avoir réuni ces profils différents pour illustrer le dynamisme entrepreneurial des Français du Kenya. +d’images

Réunion CCEF Kenya (Nairobi)

En prélude de la réunion régionale à Nakuru des CCEF et des conseillers économiques de la DG Trésor, les CCEF du Kenya présidés par Yannick Chaumet (EGIS) se sont réunis en présence de Eric Bonnel, Pdt Comité Afrique des CCEF, et des Pdt CCEF des pays tiers : Pierre Egot (IBL Maurice) ; Jean Testemale (Canal+ Ethiopie) ; Laurent Charles-Nicolas (EGIS Ouganda) ; Sophie Tchatchoua (Canal+ Rwanda) ; Jean-Cloude Lassere (St Gobain Afrique du Sud).

Cela nous a permis de faire un point Afrique de l’Est et des problématiques rencontrées par les comités, lors d’un tour de table.

Eric Bonnel a présenté la feuille de route de la commission Afrique & Océan Indien (EFE + Désinformation & frenchbashing et un agenda des événements à venir.
Je suis intervenu sur la question des « Fake news » pour soutenir le discours volontariste d’Eric Bonnel qui appelle les CCEF à remonter au siège les nouvelles répandues sur le terrain destinées à nuire nos intérêts économiques.

Parmi les points relevés, suite aux différentes interventions, les questions de financement, de capital humain dont le manque de disponibilité de cadres administratifs et financiers sont revenus régulièrement.

La mise en place de la stratégie de développement Vision 2030 en 2008 a permis au Kenya d’atteindre le niveau des pays à revenu intermédiaire. Axée sur le développement des infrastructures, en particulier dans les transports et l’énergie, afin d’accélérer l’intégration du pays dans les échanges mondiaux, elle a permis d’élever le taux de croissance de 3,7% au cours de la décennie 2000 à 5,9% entre 2010 et 2018.

Après deux ans d’interruption, le secteur du tourisme affiche de très bonnes réservations pour les safaris haut de gamme. Le salaire minimum a augmenté de 12% au 1/05/22 et l’essence, deuxième source de coût pour alimenter les 4×4 voit son prix s’envoler. Ces paramètres vont peser sur les prix. +d’images

Réunion économique régionale Afrique de l’est (Nakuru)

Dans le prolongement de la réunion des CCEF Afrique à Rabat en mars dernier, j’ai été invité à suivre et contribuer aux débats de la réunion économique régionale pour l’Afrique de l’Est dans le parc de Nakuru situé à près de 3 heures de route au nord de Nairobi.

Lors des discours d’ouverture par Yannick Chaumet, Pdt CCEF Kenya, Jérôme Baconin, chef du service économique régional et Eric Bonnel, le Pdt Comité Afrique des CCEF a repris à son compte une formule pour mesurer les enjeux de l’Afrique pour l’Union européenne : « L’Afrique sera pour l’Union européenne soit son drame, soit son succès. »

Mon intervention sur l’impact de la guerre en Ukraine m’a permis de partager mes observations lors de mon passage à Kyiv pour témoigner de ma conviction que ce conflit pouvait s’installer dans la durée et évoquer les enjeux géopolitiques qui en découlent pour l’Afrique.

Des intervenants du Trésor ont abordé le mur de la dette en Afrique. Depuis l’annulation de la dette, l’Afrique subsaharienne s’est fortement ré-endettée à des taux plus élevés. Il apparaît qu’il faut développer les PPP (Partenariat Public-Privé) et financer les infrastructures qui correspondent à des projets viables et non pour favoriser des prêteurs peu scrupuleux.

Un panorama de la présence chinoise et de l’endettement que l’Empire du milieu fait peser sur le continent, a été dressé. La Chine est devenue le premier bailleur de fonds en Afrique subsaharienne. Elle détenait 62,1% de la dette bilatérale en 2020, à comparer avec 3,1% en 2000.
5 pays sont endettés à plus de 80% avec la Chine.
À l’évidence, la Chine est en Afrique pour pomper l’argent des pays et non pour leur permettre de créer de la valeur.
La Chine fait payer les pays deux fois : la première pour rembourser le prêt, la deuxième pour indemniser le prêteur de la non rentabilité de l’infrastructure qu’il a financé.

Lors du cadrage macroéconomique sur l’impact de la crise ukrainienne, il apparaît que la région est organisée autour de 5 corridors principaux et d’un réseau de ports : Mombasa ; Dar es Salaam ; Port Soudan ; Djibouti et Berberra.

L’augmentation des prix des hydrocarbures de plus de 110% entre janvier 2021 et avril 2022 (dont +25% entre mars et avril 22) a eu un impact massif des coûts tout au long de la chaine logistique sur le transport en cargo/avion/camions/train. Un retour à la normale du fret n’est pas attendu au mieux avant fin 2023.

Eric Bonnel a rappelé les 20 recommandations faites par les CCEF à Franck Riester pour l’Afrique.

Les deux crises Covid et Ukraine révèlent les déséquilibres en agro-alimentaire.
Il recommande la mise en place d’un guichet unique agriculture pour l’Afrique par la DG Trésor. Il y a urgence à aider l’Afrique dans sa transformation en matière agricole. Un club Agro a été créé au Kenya dans la foulée de la visite de Franck Riester. L’insécurité alimentaire est grandissante et touche déjà plus de 25 millions d’Africains.

En conclusion, Eric a rappelé que la courbe démographique affiche un doublement de la population africaine susceptible d’atteindre 2 milliards d’individus en 2050. Cette perspective révèle les extraordinaires enjeux qui nous font face en matière de formation.

Il a rappelé que le secteur informel licite illustre une économie populaire qui a un rôle social. Il paraît important de ne pas le confondre avec le secteur informel illicite qu’il convient de combattre.

Merci à Yannick Chaumet et Éric Bonnel de m’avoir convié à cette rencontre qui me confirme dans l’idée que l’Afrique de l’est apparaît comme un territoire encore méconnu par les entreprises françaises. C’est un espace d’opportunités de croissance qu’il convient d’aborder sans attendre.

Voilà pourquoi, j’ai entrepris ce déplacement qui me permet de traverser successivement la Tanzanie, le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda, dans le prolongement de celui entrepris en mars dernier en Éthiopie et à Djibouti. +d’images

Rencontre avec Nathalie Lasserre (Nakuru)

Établie à Johannesburg et élue des Français de l’étranger, en mai 2021, pour une large circonscription comprenant entre autres l’Afrique du Sud, la Namibie, le Botswana, et le Mozambique, Nathalie Lasserre accompagnait son mari Jean-Claude, Pdt de la section Afrique du Sud des CCEF.

La soirée conviviale qui a suivi le séminaire nous a permis de nous rencontrer pour la première fois depuis son élection et d’échanger sur les attentes exprimées par nos compatriotes dans sa circonscription.

Une opportunité inattendue de faire connaissance et de préparer le déplacement au Cap, la semaine prochaine, pour contribuer à sa réussite. +d’images

Environnement – Parc de Nakuru

Il y a 34 ans, à la faveur d’un voyage pour découvrir les parcs animaliers du Kenya, je me suis rendu à Nakuru.

J’avais alors été subjugué par son lac couvert de flamants roses qui lui donnait un éclat rosé. Nakuru n’était alors qu’un village.

Le temps a passé. La ville s’est étendue. La forêt disparaît au profit d’une population humaine dont l’habitat se trouve désormais à proximité du lac.

Les inondations ont fait monter le niveau du lac incitant les flamants à trouver d’autres plans d’eau.

Il en coûte 60$ par jour pour sillonner le parc à la découverte des animaux qui sont toujours là et constituent une source d’émerveillement toujours renouvelée. +d’images

En circonscription au Kenya – Nairobi (20-21 fév. 2020)

Premier déplacement au Kenya, 93ème pays traversé depuis le début de mon mandat.

Les Kenyans disent des Blancs qu’ils sont des Mzungus. En swahili, cela signifie «celui qui cherche sa route.» J’adresse toute ma gratitude à Jean-Pascal Naud, président de la CCI et Farah Bhanji, conseillère consulaire, ainsi qu’à Betty Robin, présidente UFE Kenya et pour m’avoir permis, chacun leur tour, de trouver mon chemin au Kenya.

Ils m’ont remarquablement assisté lors de mes rencontres avec les acteurs économiques, éducatifs ou culturels. A la toute fin, ils m’ont mis sur les traces de Karen Blixen qui a inspiré le film Out of Africa.

Politique

Assemblée nationale

Entretien avec Kimani Ichungwah, président de la commission du Budget de l’Assemblée nationale du Kenya et président du groupe d’amitié France-Kenya, en présence de Jean-Pascal Naud, président de la Chambre de Commerce française au Kenya.

Ce parlementaire a développé la manière dont son pays envisageait de relever les défis auxquels il est confronté.

En matière budgétaire, 80 % de la dette du Kenya est détenue par la Chine.

Concernant les migrations, le Kenya compte des centaines de milliers de réfugiés, victimes de l’instabilité des pays mitoyens.

L’industrie ne représente que 7% du PIB.

Nous avons évoqué la question de la formation professionnelle pour mettre la main d’œuvre disponible en adéquation avec les besoins locaux.

Nous avons également échangé sur la présence des entreprises françaises au Kenya. Kimani Ichungwah m’a invité à encourager nos entreprises à investir dans son pays.

La visite du Parlement m’a offert l’opportunité d’admirer l’enceinte qui dispose face à face les députés de la majorité et ceux de l’opposition, dans le plus pur esprit britannique. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Dès mon arrivée, j’ai assisté à la conférence organisée par la Chambre de Commerce française au Kenya, sur les perspectives économiques au Kenya.

Présidée par Jean-Pascal Naud et dirigée par Justine de Guerre, la chambre réalise deux événements par mois. Elle compte plus de 100 membres et s’est fixée pour objectif de doubler le nombre de ses adhérents dans les prochaines années.

Le rôle de la chambre consistant à faciliter les relations entre la France et le Kenya, elle soutient et accompagne les sociétés françaises qui s’installent au Kenya, sous divers aspects : implantation, démarche export ou développement local.

Afin de compléter mon information sur l’environnement des affaires au Kenya, Jean-Pascal et Justine m’ont organisé un dîner d’accueil en compagnie de Bruno Baroux (Thales), président de la section locale des CCEF ; Christian Yoka, responsable régional de l’AFD et Benoit Gauthier, chef du service Économique à l’Ambassade de France.

Les facilités offertes par le Kenya justifient que beaucoup d’entreprises y fixent leur centre d’opérations pour l’Afrique de l’est : liberté d’entreprendre ; main d’oeuvre bien formée ; pas d’actionnaires nationaux locaux imposés dans le capital ; liberté totale de circulation des capitaux ; facilité de transfert d’argent entre le Kenya et la France.

Autant d’atouts qui ne se retrouvent pas fréquemment sur le continent africain.

Bien entendu, tout n’est pas rose. On déplore de réels obstacles dans ce pays, où l’économie informelle est largement majoritaire. Par exemple, comme il est difficile de faire rentrer les taxes, l’administration fiscale est décrite comme particulièrement tatillonne et envahissante…

Ainsi, lors notre réunion du matin, un chef d’entreprise a suggéré l’absence garantie de contrôle fiscal durant les 5 premières années d’existence d’une start-up. +d’images

CCE & Vinci

Petit-déjeuner avec les conseillers du commerce extérieur de la France au Kenya, suivi d’une visite chez Sogea Satom, filiale africaine de Vinci, pour une rencontre avec Marc Grechi, le directeur régional.

La rencontre avec les CCEF s’est tenue en présence de Jean-Pascal Naud, président de la CCI française au Kenya, Benoit Gauthier, chef du service économique à l’Ambassade de France et Ghislain de Valon, directeur AFD Kenya.

Ingénierie, infrastructures, logistique, assurance, négociants en vins et spiritueux, agro-alimentaire, pharmacie, tourisme, titres d’identité sécurisés… de nombreux secteurs d’activité étaient représentés.

Cela m’a permis d’appréhender les enjeux auxquels nos entreprises sont confrontées. Les relations avec le fisc local nécessitent d’importants efforts. Les crédits de TVA s’avèrent actuellement impossibles à récupérer.

Mais notre administration fiscale nationale n’est pas en reste. Le refus du fisc français de prendre en compte les quitus fiscaux de la WHT (with holding tax), fait subir à nos entreprises une double fiscalité qui pèse sur leur compétitivité.

La prise en compte du problème par Bercy va devenir mon objectif prioritaire pour le Kenya.

Puis, dans un second temps, il faudra envisager de réviser l’accord fiscal bilatéral pour prendre en compte les évolutions de la fiscalité kenyane.

Avec le représentant d’Egis, comme celui de Vinci, nous avons échangé sur le projet de « commuter rail » entre l’aéroport de Nairobi et le centre-ville, envisagé depuis 2016. Il consisterait en une liaison par voie ferrée de 15 kilomètres, dont 5 kilomètres de voie neuve. Ce chantier permettrait de voir intervenir simultanément Egis, Vinci et Thales. Le Trésor suit ce dossier de près pour lui apporter un concours afin de faciliter sa concrétisation. +d’images

L’Oréal

Accueilli par Serge Sacré, DG de L’Oréal, j’ai pu visiter le site en compagnie de Jean-Pascal Naud.

L’Oréal a acquis Nice & Lovely, une petite société locale de cosmétique. Créée dans les années 90 à partir de quelques euros, celle-ci a connu une croissance et une réussite fulgurantes.

Au cours d’un entretien passionnant, j’ai appris que les cheveux des Africains poussent de 0,8 mm par mois et qu’ils sont extrêmement fragiles, tandis que ceux des Européens grandissent de 2 centimètres par mois.

La peau des Africains possède une protection naturelle contre les UVB, mais pas contre les UVA. Ne pas protéger leur peau sous prétexte que le soleil ne la brûle pas est une erreur, car elle sera affectée par un vieillissement accéléré, au même titre que celle d’un Européen.

Tout passe donc par une éducation de la population et des ressources compétentes pour promouvoir les produits de l’Oréal qui adapte ses capacités d’innovation au marché africain. En effet, l’Afrique gagnera 1,5 milliard de consommateurs d’ici à 2030, c’est donc un marché stratégique pour la marque.

Nous avons également évoqué les produits de maquillage de la marque Maybelline contrefaits en Chine. La contrefaçon chinoise des marques industrielles françaises est une réelle source de préoccupation que je n’hésite pas à partager avec le plus grand nombre. +d’images

Schneider Electric

Entretien avec Edouard Heripret, DG East Africa de Schneider Electric, suivi d’une visite du site de production en compagnie de Jean-Pascal Naud.

Installée depuis 3 ans en Afrique, la société produit localement des tableaux électriques, suite au rachat de leur partenaire historique local. La structure compte 200 employés et dispose de bureaux commerciaux dans les pays environnants.

La zone offre un potentiel de croissance important. Le taux d’électrification du Kenya est de 65% et repose sur les énergies renouvelables avec, par ordre d’importance, l’hydroélectricité, la géothermie, l’éolien puis le solaire.

La société Schneider est victime de contrefaçons. Ainsi, en novembre et décembre 2019, deux conteneurs de faux produits de la marque ont été saisis sur le port de Mombasa en provenance de Chine.

La contrefaçon dans le domaine électrique peut provoquer des incendies qui tournent parfois au drame.

En réponse à l’objectif d’électrification générale de l’Afrique, voulue par Jean-Louis Borloo, Edouard Heripret m’a présenté une solution solaire à 20 dollars qui permet de faire fonctionner une lampe et de recharger un téléphone portable.

Autre innovation, la station Villaya Emergency, lancée il y a un an. Il suffit de 20 minutes pour sa mise en route. 128 écoles sont déjà électrifiées avec Villaya. +d’images

Communauté française

Conseillers consulaires

Lors de mon passage à l’ambassade de France, je me suis entretenu avec Isabelle Gozalbo, consule adjointe, avant une visite des services consulaires, puis d’une discussion avec le colonel Marc de Block, attaché de Défense, au sujet des questions de sécurité.

Je me suis ensuite rendu à l’Alliance française pour un déjeuner avec les conseillers consulaires Farah Bhanji et Christian Caldara, en présence des présidents d’associations Betty Robin (UFE) et Gilbert Laloge (ADFE-FDM).

Le nombre des Français établis au Kenya s’élève à 2033. Il a progressé de 17% en moins de 5 ans. Plus de 8 sur 10 habitent la capitale Nairobi. 55000 Français se sont rendus dans le pays l’an dernier.

Les élus m’ont fait part de certaines situations sensibles qui pourraient nécessiter un rapatriement. Betty Robin a regretté la disparition de la Société française de Bienfaisance, dont l’absence prive désormais notre communauté et l’administration d’un levier essentiel pour gérer les cas relevant de l’action sociale.

Par ailleurs, les situations de conflits personnel-direction du lycée Diderot ont été longuement évoquées. +d’images

Enseignement

Lycée Denis Diderot

Visite du Lycée français Denis Diderot et entretien avec Benoît Keirel, proviseur en compagnie de Farah Bhanji, conseillère consulaire pour le Kenya.

Créé en 1962, le lycée compte 680 élèves, dont 400 en maternelle-primaire et 91 au lycée.

En fonctions depuis la rentrée de septembre dernier, le proviseur doit relever de nombreux défis entouré du board : revoir l’organisation des effectifs en rationalisant l’organigramme ; s’assurer que toutes les procédures soient respectées afin de garantir une bonne gestion de l’établissement ; accompagner le board pour se conformer à la réforme fiscale et enfin assurer sa mission pédagogique en créant du lien de la maternelle au lycée.

La situation est complexe, du fait de malversations passées subies en cascade par l’établissement, et appelle beaucoup d’interrogations fiscales. J’ai recommandé que le proviseur soit secondé par un directeur administratif et financier venant de Paris. +d’images

Culture française

Alliance française

Visite de l’Alliance française en compagnie de Sabrine Tebessi, directrice adjointe de l’Alliance française de Nairobi.

Cette Alliance située dans le cœur de capitale a fêté ses 70 ans d’existence en 2019, ce qui a donné lieu à une programmation culturelle exceptionnelle.

Chaque année, l’AF accueille 100 000 visiteurs et enseigne le français à 3 000 étudiants. Le restaurant « La belle époque », situé dans l’enceinte de l’Alliance, est dirigé par un des conseillers consulaires. +d’images

Devoir de mémoire

Karen Blixen

Le roman autobiographique de Karen Blixen a été adapté au cinéma à travers le mythique Out of Africa. Lorsque j’ai vu ce film, j’avais aussitôt décidé de découvrir le Kenya à travers ses fameux parcs… c’était y a tout juste 32 ans.

Betty Robin m’a invité à dîner au club dont Karen était membre, et m’a confié qu’elle avait fait partie des figurants lors du tournage d’Out of Africa.
Jean-Pascal Naud m’a fait découvrir la maison où Karen a vécu de 1917 à 1931, avant de repartir au Danemark en 1932, suite à la faillite de sa ferme.

Une fois de retour au Danemark, Karen Blixen a lutté pour l’égalité des droits des femmes. Elle n’est plus jamais revenue en Afrique.

Sa maison a été rachetée par l’état du Danemark en 1963, un an après la mort de Karen Blixen, et offerte en guise de cadeau au Kenya au moment de son indépendance.

Cette maison a été transformée en musée pour le centenaire de la naissance de Karen en 1985. Le Kenya a voulu ainsi rendre hommage à son humanisme, car elle s’est illustrée en respectant et protégeant la population locale, tandis que d’autres n’y voyaient qu’une source d’exploitation à bon marché. +d’images