Premier déplacement au Kenya, 93ème pays traversé depuis le début de mon mandat.

Les Kenyans disent des blancs qu’ils sont des Mzungus. En swahili, cela signifie «celui qui cherche sa route.» J’adresse toute ma gratitude à Jean-Pascal Naud, président de la CCI et Farah Bhanji, conseillère consulaire (à l’image), ainsi qu’à Betty Robin, présidente UFE Kenya et pour m’avoir permis, chacun leur tour, de trouver mon chemin au Kenya.

Ils m’ont remarquablement assisté lors de mes rencontres avec les acteurs économiques, éducatifs ou culturels. A la toute fin, ils m’ont mis sur les traces de Karen Blixen qui a inspiré le film Out of Africa.

Politique

Assemblée nationale

Entretien avec Kimani Ichungwah, président de la commission du Budget de l’Assemblée nationale du Kenya et président du groupe d’amitié France-Kenya, en présence de Jean-Pascal Naud, président de la Chambre de Commerce française au Kenya.

Ce parlementaire a développé la manière dont son pays envisageait de relever les défis auxquels il est confronté.

En matière budgétaire, 80 % de la dette du Kenya est détenue par la Chine.

Concernant les migrations, le Kenya compte des centaines de milliers de réfugiés, victimes de l’instabilité des pays mitoyens.

L’industrie ne représente que 7% du PIB.

Nous avons évoqué la question de la formation professionnelle pour mettre la main d’œuvre disponible en adéquation avec les besoins locaux.

Nous avons également échangé sur la présence des entreprises françaises au Kenya. Kimani Ichungwah m’a invité à encourager nos entreprises à investir dans son pays.

La visite du Parlement m’a offert l’opportunité d’admirer l’enceinte qui dispose face à face les députés de la majorité et ceux de l’opposition, dans le plus pur esprit britannique. +d’images

Entrepreneuriat

Chambre de commerce

Dès mon arrivée, j’ai assisté à la conférence organisée par la Chambre de Commerce française au Kenya, sur les perspectives économiques au Kenya.

Présidée par Jean-Pascal Naud et dirigée par Justine de Guerre, la chambre réalise deux événements par mois. Elle compte plus de 100 membres et s’est fixée pour objectif de doubler le nombre de ses adhérents dans les prochaines années.

Le rôle de la chambre consistant à faciliter les relations entre la France et le Kenya, elle soutient et accompagne les sociétés françaises qui s’installent au Kenya, sous divers aspects : implantation, démarche export ou développement local.

Afin de compléter mon information sur l’environnement des affaires au Kenya, Jean-Pascal et Justine m’ont organisé un dîner d’accueil en compagnie de Bruno Baroux (Thales), président de la section locale des CCEF ; Christian Yoka, responsable régional de l’AFD et Benoit Gauthier, chef du service Économique à l’Ambassade de France.

Les facilités offertes par le Kenya justifient que beaucoup d’entreprises y fixent leur centre d’opérations pour l’Afrique de l’est : liberté d’entreprendre ; main d’oeuvre bien formée ; pas d’actionnaires nationaux locaux imposés dans le capital ; liberté totale de circulation des capitaux ; facilité de transfert d’argent entre le Kenya et la France.

Autant d’atouts qui ne se retrouvent pas fréquemment sur le continent africain.

Bien entendu, tout n’est pas rose. On déplore de réels obstacles dans ce pays, où l’économie informelle est largement majoritaire. Par exemple, comme il est difficile de faire rentrer les taxes, l’administration fiscale est décrite comme particulièrement tatillonne et envahissante…

Ainsi, lors notre réunion du matin, un chef d’entreprise a suggéré l’absence garantie de contrôle fiscal durant les 5 premières années d’existence d’une start-up. +d’images

CCE & Vinci

Petit-déjeuner avec les conseillers du commerce extérieur de la France au Kenya, suivi d’une visite chez Sogea Satom, filiale africaine de Vinci, pour une rencontre avec Marc Grechi, le directeur régional.

La rencontre avec les CCEF s’est tenue en présence de Jean-Pascal Naud, président de la CCI française au Kenya, Benoit Gauthier, chef du service économique à l’Ambassade de France et Ghislain de Valon, directeur AFD Kenya.

Ingénierie, infrastructures, logistique, assurance, négociants en vins et spiritueux, agro-alimentaire, pharmacie, tourisme, titres d’identité sécurisés… de nombreux secteurs d’activité étaient représentés.

Cela m’a permis d’appréhender les enjeux auxquels nos entreprises sont confrontées. Les relations avec le fisc local nécessitent d’importants efforts. Les crédits de TVA s’avèrent actuellement impossibles à récupérer.

Mais notre administration fiscale nationale n’est pas en reste. Le refus du fisc français de prendre en compte les quitus fiscaux de la WHT (with holding tax), fait subir à nos entreprises une double fiscalité qui pèse sur leur compétitivité.

La prise en compte du problème par Bercy va devenir mon objectif prioritaire pour le Kenya.

Puis, dans un second temps, il faudra envisager de réviser l’accord fiscal bilatéral pour prendre en compte les évolutions de la fiscalité kenyane.

Avec le représentant d’Egis, comme celui de Vinci, nous avons échangé sur le projet de « commuter rail » entre l’aéroport de Nairobi et le centre-ville, envisagé depuis 2016. Il consisterait en une liaison par voie ferrée de 15 kilomètres, dont 5 kilomètres de voie neuve. Ce chantier permettrait de voir intervenir simultanément Egis, Vinci et Thales. Le Trésor suit ce dossier de près pour lui apporter un concours afin de faciliter sa concrétisation. +d’images

L’Oréal

Accueilli par Serge Sacré, DG de L’Oréal, j’ai pu visiter le site en compagnie de Jean-Pascal Naud.

L’Oréal a acquis Nice & Lovely, une petite société locale de cosmétique. Créée dans les années 90 à partir de quelques euros, celle-ci a connu une croissance et une réussite fulgurantes.

Au cours d’un entretien passionnant, j’ai appris que les cheveux des Africains poussent de 0,8 mm par mois et qu’ils sont extrêmement fragiles, tandis que ceux des Européens grandissent de 2 centimètres par mois.

La peau des Africains possède une protection naturelle contre les UVB, mais pas contre les UVA. Ne pas protéger leur peau sous prétexte que le soleil ne la brûle pas est une erreur, car elle sera affectée par un vieillissement accéléré, au même titre que celle d’un Européen.

Tout passe donc par une éducation de la population et des ressources compétentes pour promouvoir les produits de l’Oréal qui adapte ses capacités d’innovation au marché africain. En effet, l’Afrique gagnera 1,5 milliard de consommateurs d’ici à 2030, c’est donc un marché stratégique pour la marque.

Nous avons également évoqué les produits de maquillage de la marque Maybelline contrefaits en Chine. La contrefaçon chinoise des marques industrielles françaises est une réelle source de préoccupation que je n’hésite pas à partager avec le plus grand nombre. +d’images

Schneider Electric

Entretien avec Edouard Heripret, DG East Africa de Schneider Electric, suivi d’une visite du site de production en compagnie de Jean-Pascal Naud.

Installée depuis 3 ans en Afrique, la société produit localement des tableaux électriques, suite au rachat de leur partenaire historique local. La structure compte 200 employés et dispose de bureaux commerciaux dans les pays environnants.

La zone offre un potentiel de croissance important. Le taux d’électrification du Kenya est de 65% et repose sur les énergies renouvelables avec, par ordre d’importance, l’hydroélectricité, la géothermie, l’éolien puis le solaire.

La société Schneider est victime de contrefaçons. Ainsi, en novembre et décembre 2019, deux conteneurs de faux produits de la marque ont été saisis sur le port de Mombasa en provenance de Chine.

La contrefaçon dans le domaine électrique peut provoquer des incendies qui tournent parfois au drame.

En réponse à l’objectif d’électrification générale de l’Afrique, voulue par Jean-Louis Borloo, Edouard Heripret m’a présenté une solution solaire à 20 dollars qui permet de faire fonctionner une lampe et de recharger un téléphone portable.

Autre innovation, la station Villaya Emergency, lancée il y a un an. Il suffit de 20 minutes pour sa mise en route. 128 écoles sont déjà électrifiées avec Villaya. +d’images

Communauté française

Conseillers consulaires

Lors de mon passage à l’ambassade de France, je me suis entretenu avec Isabelle Gozalbo, consule adjointe, avant une visite des services consulaires, puis d’une discussion avec le colonel Marc de Block, attaché de Défense, au sujet des questions de sécurité.

Je me suis ensuite rendu à l’Alliance française pour un déjeuner avec les conseillers consulaires Farah Bhanji et Christian Caldara, en présence des présidents d’associations Betty Robin (UFE) et Gilbert Laloge (ADFE-FDM).

Le nombre des Français établis au Kenya s’élève à 2033. Il a progressé de 17% en moins de 5 ans. Plus de 8 sur 10 habitent la capitale Nairobi. 55.000 Français se sont rendus dans le pays l’an dernier.

Les élus m’ont fait part de certaines situations sensibles qui pourraient nécessiter un rapatriement. Betty Robin a regretté la disparition de la Société française de Bienfaisance, dont l’absence prive désormais notre communauté et l’administration d’un levier essentiel pour gérer les cas relevant de l’action sociale.

Par ailleurs, les situations de conflits personnel-direction du lycée Diderot ont été longuement évoquées. +d’images

Enseignement

Lycée Denis Diderot

Visite du Lycée français Denis Diderot et entretien avec Benoît Keirel, proviseur en compagnie de Farah Bhanji, conseillère consulaire pour le Kenya.

Créé en 1962, le lycée compte 680 élèves, dont 400 en maternelle-primaire et 91 au lycée.

En fonctions depuis la rentrée de septembre dernier, le proviseur doit relever de nombreux défis entouré du board : revoir l’organisation des effectifs en rationalisant l’organigramme ; s’assurer que toutes les procédures soient respectées afin de garantir une bonne gestion de l’établissement ; accompagner le board pour se conformer à la réforme fiscale et enfin assurer sa mission pédagogique en créant du lien de la maternelle au lycée.

La situation est complexe, du fait de malversations passées subies en cascade par l’établissement, qu’elle appelle beaucoup d’interrogations fiscales. J’ai recommandé que le proviseur soit secondé par un directeur administratif et financier venant de Paris. +d’images

Culture française

Alliance française

Visite de l’Alliance française en compagnie de Sabrine Tebessi, directrice adjointe de l’Alliance française de Nairobi.

Cette Alliance située dans le cœur de capitale a fêté ses 70 ans d’existence en 2019, ce qui a donné lieu à une programmation culturelle exceptionnelle.

Chaque année, l’AF accueille 100.000 visiteurs et enseigne le français à 3000 étudiants. Le restaurant « La belle époque », situé dans l’enceinte de l’Alliance, est dirigé par un des conseillers consulaires. +d’images

Devoir de mémoire

Karen Blixen

Le roman autobiographique de Karen Blixen a été adapté au cinéma à travers le mythique « Out of Africa ». Lorsque j’ai vu ce film, j’avais aussitôt décidé de découvrir le Kenya à travers ses fameux parcs… c’était y a tout juste 32 ans.

Betty Robin m’a invité à dîner au club dont Karen était membre, et m’a confié qu’elle avait fait partie des figurants lors du tournage d’Out of Africa.
Jean-Pascal Naud m’a fait découvrir la maison où Karen a vécu de 1917 à 1931, avant de repartir au Danemark en 1932, suite à la faillite de sa ferme.

Une fois de retour au Danemark, Karen Blixen a lutté pour l’égalité des droits des femmes. Elle n’est plus jamais revenue en Afrique.

Sa maison a été rachetée par l’état du Danemark en 1963, un an après la mort de Karen Blixen, et offerte en guise de cadeau au Kenya au moment de son indépendance.

Cette maison a été transformée en musée pour le centenaire de la naissance de Karen en 1985. Le Kenya a voulu ainsi rendre hommage à son humanisme, car elle s’est illustrée en respectant et protégeant la population locale, tandis que d’autres n’y voyaient qu’une source d’exploitation à bon marché. +d’images