Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

HEBDOLETTRE n°77 – « Au fond du trou, le PS continue de creuser » (édito) – Disparition de Blandine Donot – En Bref du 23 janv. au 05 fév. 2017 – L’expatriation française en progression – En circonscription : NICARAGUA – Managua / Granada / Matagalpa / San Juan del Sur (18 – 21 janv. 2017) – UDI Actualités

Lire : l’HEBDOLETTRE n°77 – 13 février 2017Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°77

Même au fond du trou, le PS continue à creuser !

Parmi ses 60 engagements de 2012, François Hollande avait promis de ramener le déficit public en dessous des 3% en 2013 et de parvenir à l’équilibre budgétaire en 2017. Qui s’en souvient ?

Lui Président, il a d’abord décidé l’augmentation des impôts la plus lourde depuis des décennies.

Chaque année, il a ensuite opté pour une lente augmentation des dépenses en rabotant un peu plus les marges de manœuvre des ministères plutôt que de faire des choix courageux.

Accueilli au sénat jeudi dernier pour la présentation du rapport annuel de la Cour des comptes, son président Didier Migaud a acté l’échec des engagements pris. Il nous a déclaré : « La France est avec l’Espagne, le Portugal et la Grèce, l’un des quatre pays de la zone euro encore en procédure de déficit public excessif ». Et doute ouvertement que le déficit revienne sous les 3% en 2017.

Visuel HL55 C’est cruel, Didier Migaud a même confié que 40 % de la réduction de notre déficit public intervenue depuis 2011 est due à l’évolution à la baisse des taux d’intérêt décidée par la BCE et non à l’action du gouvernement.

Le Président de la République laisse à son successeur un pays avec une dette de 96% du PIB supérieure au niveau de dette moyen des États de la zone euro.

Le nombre de chômeurs a augmenté de 600 000 depuis 2012. Droit du travail toujours illisible, normes étouffantes, charges sociales anormalement élevées, la création d’un compte pénibilité qui sera aussi dévastateur pour l’économie que les 35 heures… … Lire la suite de l’édito et découvrir l’HebdoLettre n°77

En circonscription au Nicaragua – Managua / Granada / Matagalpa / San Juan del Sur (18-21 janv. 2017)

170ème déplacement et 54ème pays visité depuis le début de mon mandat, le Nicaragua est considéré comme l’un des pays le plus sûr d’Amérique centrale, même s’il est également le plus pauvre.

Le survol d’un volcan en activité m’a rappelé que le pays est situé dans une zone sismique et volcanique très active.

(A l’image) Claire et Clément Ponçon dans leur ferme de Matagalpa produisent du café, du cacao et du bois précieux.

Je remercie Claire Ponçon, conseillère consulaire Nicaragua, et son mari pour avoir organisé mes déplacements à Granada, Matagalpa et San Juan del Sur. Ils m’ont permis de découvrir des personnalités formidables et des entrepreneurs talentueux.

Tout au long de mon parcours, j’ai pu compter sur la présence de notre ambassadeur de France au Nicaragua, Philippe Létrilliart.

Ses précieux éclairages sur la situation politique locale et sur les enjeux pour développer notre présence économique se sont avérés déterminants, notamment à l’Assemblée nationale et devant les médias (à l’image).

Politique

Rencontre avec le ministre des Relations extérieures

Avec Denis Moncada, ministre des Relations extérieures du Nicaragua, nous avons évoqué le renforcement de la présence économique de la France au Nicaragua, notamment grâce à la création récente de la Chambre de commerce franco-nicaraguayenne.

J’ai illustré notre volonté de développer nos échanges en soutenant en particulier des projets dans le domaine des énergies renouvelables, des infrastructures et de l’eau-assainissement. Par ailleurs, nous avons également abordé le renforcement de notre coopération éducative et notre soutien à l’expansion du lycée Victor Hugo.

Visite à l’Assemblée nationale

Rencontre avec quatre députées de l’assemblée nationale nicaraguayenne, en présence de notre ambassadeur, Philippe Létrilliart. A ma droite, Marie Manuela Sacasa, présidente du groupe d’amitié parlementaire France-Nicaragua. A ma gauche, Martiza Espinales (en jaune) et Jenny Martinez, secrétaire du groupe d’amitié et plus jeune député du parlement.

Ces parlementaires invitent les Français à visiter le Nicaragua et même à y prendre leur retraite. Les élues ont souligné que l’Union européenne réalisait un apport économique essentiel en faveur de l’Amérique latine. Toutes souhaitaient donc fortifier leurs accords avec l’UE.

VIDEO – Accueil à l’Assemblée par Marie Manuela Sacasa la présidente du groupe d’amitié France-Nicaragua. LIEN

REVUE DE PRESSE – La voz del sandinismo ; Asamblea Nacional ; La Prensa ; Bolsa de Noticias   LIEN

Communauté française

Réception à la Résidence

(g à d) Claire Ponçon, conseillère consulaire Nicaragua : Olivier Cadic ; Philippe Létrilliart, ambassadeur de France

Plus d’une centaine de compatriotes se sont rendus à la cérémonie des vœux de l’ambassadeur en sa Résidence. Cela m’a permis d’échanger avec divers représentants de notre communauté au profil particulièrement dynamique.

790 Français sont inscrits au Nicaragua (+15% en 3 ans), et plus de 10.000 Français viennent visiter le pays chaque année (+49% en 5 ans).

Visite de l’ambassade

Dans la même journée se sont succédés un petit déjeuner de travail avec l’équipe de l’ambassade, une visite des divers services du poste diplomatique et une réunion consulaire pour évoquer les attentes des Français du Nicaragua.

Au 1er mars 2017, la section consulaire de l’ambassade sera fermée et transférée au Costa Rica. L’ambassadeur a annoncé qu’il prévoyait la création d’un poste de consul honoraire à Granada pour offrir des services consulaires de proximité. Une initiative bienvenue qui mériterait d’être reproduite ailleurs.

Union européenne

Action de l’UE

Rencontre avec Kenny Bell, ambassadeur de l’Union européenne au Nicaragua, en compagnie de notre ambassadeur, Philippe Létrilliart.

L’UE est le premier contributeur d’aide au Nicaragua avec un budget de 204M€ pour la période 2014-2020. Les 3 priorités définies sont l’appui au secteur productif, l’enseignement professionnel et l’adaptation au changement climatique.

Écossais et européen fervent, Kenny Bell  coordonne l’action des divers ambassadeurs représentant les pays de l’Union.

Relations commerciales

Les CCEF et la Chambre de commerce

Rencontre avec les Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) et plusieurs membres de la Chambre de commerce franco-nicaraguayenne, en compagnie de Claire Ponçon, conseillère consulaire et Philippe Létrilliart, ambassadeur.

Présidée par José Enrique Solorzano et dirigée par Helena Rodriguez, la Chambre rassemble déjà 30 membres en tout juste un an d’existence, un chiffre remarquable si on le compare avec les 45 membres la Chambre de commerce allemande ouverte depuis… 25 ans.

Encore méconnu par les entreprises françaises, le Nicaragua dispose pourtant d’un cadre incitatif et des opportunités de marché certaines, notamment dans les secteurs des énergies renouvelables, des infrastructures, de l’eau-assainissement, de l’agro-industrie et du tourisme.

Afin de partager sur les atouts de ce marché et de lever les freins au développement commercial, toutes les chambres de commerce de l’Union européenne se réunissent chaque mois au siège de la délégation.

Secteur touristique à Granada

Située à une quarantaine de kilomètres de Managua, la ville de Granada est un site touristique incontournable, en bordure du lac Nicaragua.

C’est dans cet écrin naturel au décor colonial préservé que de nombreux Français ont fait le choix de vivre. Ils travaillent essentiellement dans le tourisme.

J’adresse mon souvenir amical à toutes les personnes qui m’ont accueilli ou accompagné à Granada : Eric Maunier de la Esprelia, Etienne Vanoye (Hôtel Colonial), Jean-Philippe Hildebrandt (Eurofumigacion) avec une mention spéciale à Pascal Picot (directeur général de l’hôtel Estrada) pour son implication personnelle dans la réussite de cette visite.

Succès story à Matagalpa

Visite de la propriété (finca) « La Cumplida », fondée et dirigée par Claire et Clément Ponçon à Matagalpa dans le centre du pays. Cette gigantesque ferme, modèle de développement durable, produit du café, du cacao et du bois précieux pour l’ameublement.

… et à San Juan del Sur

Sur la côte Pacifique, à la frontière avec le Costa Rica, les époux Ponçon ont créé une autre ferme qui comprend un complexe touristique haut de gamme pour une clientèle essentiellement nord-américaine. Situé sur une plage paradisiaque isolée, ils l’ont appelé Morgan’s Rock, du nom de ce sénateur américain qui s’était opposé à la création d’un canal qui aurait traversé le Nicaragua pour relier l’Atlantique au Pacifique.

La réussite commerciale du couple est hors du commun. Elle repose sur la capacité d’innovation de l’entreprise, nourrie de partenariats dans la recherche et d’interactions avec la communauté environnante.

Enseignement français

Lycée Victor Hugo

Toujours en présence de Philippe Létrilliart et de Claire Ponçon, j’ai visité le lycée franco-nicaraguayen, puis la maternelle qui vient d’ouvrir ses portes dans un quartier résidentiel de Managua, en pleine expansion.

Le directeur du lycée, Philippe Séverac, nous a présenté son établissement qui affiche 100% de réussite au bac depuis 2007, dont 85% de mentions ! Créé en 1971, le lycée, homologué jusqu’à la terminale S, accueille 322 élèves dont un tiers de Français. L’objectif de M. Séverac est de doubler ses effectifs d’ici 10 ans !

Culture française

Alliance française de Managua

Présentation de l’Alliance française de Managua par Juan Francisco Bonil, son directeur et rencontre avec les membres du comité.

Créée en 1951, cette Alliance accueille un millier d’étudiants. Elle a fait passer le DELF à 208 d’entre eux, l’an dernier. Ses excellentes infrastructures contribuent assurément au rayonnement culturel français : 118 évènements culturels en 2016 pour 7500 visiteurs.