Accueil      En circonscription      Sénat      Bilan de mandat      Revue de Presse          Parcours      Contact     
    

INFOLETTRE n°234 – Mai 2024

Lire : l’INFOLETTRE n°234 – Mai 2024Logo HebdoLettre bleu - Rond75

ÉDITO

La Chine est aux deux extrémités de la “supply-chain” du Narcotrafic

Madame, Monsieur, chers élus, chers amis,

La commission d’enquête sénatoriale sur le Narcotrafic pour laquelle je me suis engagé en qualité de vice-président a rendu son rapport ce mois-ci.

De nombreux enseignements en ont été tirés, et je salue l’engagement et le travail du président, le sénateur Jérôme Durain et du rapporteur, le sénateur Étienne Blanc.

À l’issue d’une tournée en Amérique latine de 12 jours qui m’a conduit successivement au Pérou, Bolivie et Paraguay, dans lesquels j’ai rencontré les trois ministres de l’Intérieur et le ministre des Affaires étrangères du Pérou, j’ai tenu une conférence de presse à Asuncion, pour que l’on cesse d’opposer pays producteurs et consommateurs de drogue.

Ils sont les deux faces de la même pièce.

Je suis reconnaissant envers Eduardo del Castillo, ministre de l’Intérieur de Bolivie, de m’avoir invité à assister à une journée d’action des forces anti-drogue au plus profond de la forêt amazonienne, qui a nécessité hélicoptères, pirogues et marches dans la jungle pour détruire deux laboratoires fabriquant la cocaïne et une piste d’atterrissage clandestine utilisés par les narco trafiquants.

Ces forces sont en première ligne d’une guerre dans laquelle les pays occidentaux ne mettent que trop peu de moyens.

Pas surprenant que, dans ces conditions, le crime organisé nous submerge, comme notre commission d’enquête l’a constaté.

Les précurseurs chimiques chinois composent 70% de la cocaïne.
J’ai pu constater leur présence dans ces laboratoires au plus profond de la jungle.

Ces produits chimiques de l’empire du milieu sont la source des drogues synthétiques comme le fentanyl à l’origine d’environ 120 000 morts aux USA en 2023.

Avec Hong-Kong, devenu le trou noir du blanchiment, Pékin est aux deux extrémités de la “supply-chain” du Narcotrafic, une des composantes de la guerre hybride à laquelle les démocraties sont livrées.

En réponse à la déclaration “Défendre la liberté, la stabilité et la paix !” portée par William Lai nouveau président de Taïwan, Pékin a encerclé l’île en guise de “punition” et promis que ces “séparatistes” de Taïwan finiront “dans le sang”.

À la veille d’un vote déterminant pour les élections européennes, il apparaît qu’aucun des 27 états de l’Union européenne n’a la taille critique pour relever seul les défis imposés par la guerre hybride qui est livrée aux démocraties.

Depuis le 11 septembre, le leadership des États-Unis sur le monde occidental est affaibli.
Le Parti communiste chinois s’impose comme le leader de tous les régimes autocratiques qui piétinent les droits humains.

Les partisans d’un développement qui respecte les libertés individuelles ont besoin d’une Europe solide pour constituer un co-leadership aux côtés d’une démocratie américaine affaiblie.

Voilà pourquoi j’espère que les Européens voteront pour des listes qui cherchent à renforcer l’UE plutôt qu’à l’affaiblir.

Fidèlement,

Olivier CADIC

Sommaire :

HOMMAGE
. Jean-François Pactet, ambassadeur de France au Sri-Lanka

FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER
. Violences faites aux femmes françaises à l’étranger ; Roumanie ; Rwanda ; Fête des écrivains

EN CIRCONSCRIPTION
> Éthiopie ; Pérou ; Bolivie ; Paraguay

SÉNAT CYBERSÉCURITÉ
. Chine ; Cyber-attaque contre les parlementaires par des hackers chinois ; LPM : moyens Cyber

SÉNAT NARCOTRAFIC
. Rapport de la commission d’enquête sur le Narcotrafic

SÉNAT COMMISSION DES AFFAIRES ÉTRANGERES, DE LA DÉFENSE ET DES FORCES ARMÉES
. Belgique ; PPL Ingérences étrangères ; Taïwan

MÉDIAS
. Revue de presse

Découvrir l’InfoLettre n°234

INFOLETTRE n°233 – Avril 2024

Lire : l’INFOLETTRE n°233 – Avril 2024Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Sommaire :

ÉDITO

Un acte de cyber-guerre

Madame, Monsieur, chers élus, chers amis,

Le 25 mars dernier, le ministère de la justice américain a dévoilé un acte d’accusation contre sept hackers chinois appartenant au groupe APT31.

Cela fait suite à une enquête du FBI consécutive à une cyberattaque d’envergure détectée en 2021.

Cette attaque visait 115 parlementaires issus de 15 pays, tous membres de l’IPAC, l’Alliance interparlementaire pour la Chine, qui suivent attentivement les actions de Pékin et du parti communiste chinois.

Le FBI a confirmé récemment à l’IPAC que 7 parlementaires français étaient concernés. J’en fais partie aux côtés de mes collègues sénateurs Isabelle Florennes et Bernard Jommier, la députée Anne Genetet, et nos anciens collègues sénateurs André Gattolin et André Vallini.

Depuis 2010, Advanced Persistent Threat 31, soit APT31, basé à Wuhan, ville qui semble incarner la propagation de virus en tous genres à portée mondiale, mène des campagnes de piratage informatique ciblant des dissidents politiques et leurs partisans présumés situés en Chine et à l’étranger, des responsables gouvernementaux et politiques et des milliers d’entreprises à travers le monde.

Nous sommes face à un acte de cyber-guerre, commis par une dictature 2.0.

Au cours de la dernière décennie, la Chine s’est ingérée de plus en plus dans le fonctionnement du système politique des démocraties, y compris le nôtre.

Trop souvent, ces actes graves et malveillants sont restés sans réponse.

Au moment où j’interrogeais le gouvernement dans l’hémicycle sur cette attaque, le Président de la République Emmanuel Macron remettait, à l’Elysée, la légion d’honneur à André Gattolin, cofondateur de l’IPAC ciblé par cette cyberattaque, en présence de Penpa Tsering, président du gouvernement tibétain en exil, et de François Wu, ambassadeur de Taiwan en France… à quelques jours de la venue de Xi Jinping à Paris.

Cette campagne de cyberattaques chinoise contre des représentants élus par le peuple français ne doit pas rester sans réponse solide et proportionnée.

Nous sommes déterminés à défendre les valeurs démocratiques et les droits humains en France et dans le monde.

Fidèlement,

Olivier CADIC

Dernière minute : “Avant la visite de Xi Jinping en France, l’épineuse question des droits de l’homme” (Le Monde – Article de Simon Leplâtre et Bruno Philip) LIEN

FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER
. Australie, Rwanda, Fiafe

MÉDIAS
. Public Sénat

EN CIRCONSCRIPTION
> Royaume-Uni, Rwanda, Burundi, Kenya, Tanzanie

CYBERSÉCURITÉ
. Chine, États-Unis

DIPLOMATIE PARLEMENTAIRE
. Lituanie, Liban, Émirats arabes unis, Oman, Monténégro, Ukraine, Égypte, Pays-Bas, Érythrée

COOPÉRATION
. Conseil d’administration de l’AFD

Découvrir l’InfoLettre n°233

Sénat – Sultanat d’Oman – Ambassadeur

Très heureux de cette prise de contact avec Ahmed Al Araimi, ambassadeur du Sultanat d’Oman en France, en présence de mon collègue Hervé Maurey, président délégué pour Oman.

Nous avons évoqué la situation internationale préoccupante dans la région et les nombreux sujets bilatéraux susceptibles de renforcer notre relation.

Venant de Bruxelles, où il a représenté son pays auprès de l’UE, l’ambassadeur connaît parfaitement le fonctionnement de nos institutions européennes et nationales.

Je le remercie sincèrement d’avoir initié cette rencontre le 20 mars dernier et de ses précieux enseignements.

Hommage à l’ambassadeur d’Oman en France

Ce 16 janvier, En qualité de président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe, j’ai organisé une soirée d’au revoir pour S.E. Cheikh Ghazi Al Bahr Al Rawas à l’occasion de la fin de ses fonctions d’ambassadeur du Sultanat d’Oman en France. S.E.M. Fahad Al Ruwaily, ambassadeur d’Arabie saoudite, s’est joint à l’hommage, ainsi que Ahmad Almulla, chef de mission adjoint à l’Ambassade des Émirats arabes unis, et Nasser Al Khalifa, conseiller à l’ambassade de Bahreïn.

Étaient également présents mes collègues Hervé Maurey, président délégué pour le Sultanat d’Oman, Nathalie Delattre, présidente déléguée pour l’Arabie saoudite, et Pierre Médevielle, vice-président.

S.E. M. Ghazi Alrawas a remercié chaleureusement les membres du groupe d’amitié pour les excellentes relations entretenues avec celui-ci durant toute la durée de son mandat d’ambassadeur en France.

Ont été par ailleurs abordés divers thèmes, tels que le dynamisme de la région du Golfe et de ses différents pays, l’actualité du Conseil de coopération du golfe (CCG), la situation politique en Israël et au Liban et ses répercussions régionales, les problématiques sécuritaires ainsi que le conflit en Ukraine.

Enfin, ont été évoqués le projet d’une rencontre au Sénat du groupe d’amitié avec des représentants des pays du CCG, ainsi que les modalités d’un déplacement d’une délégation du groupe dans le sultanat d’Oman en 2023.

Sénat – Oman – Visite de l’Ambassadeur

Notre groupe d’amitié France – Pays du Golfe a été très honoré d’accueillir S.E le Dr Ghazi Al Rawas, ambassadeur du sultanat d’Oman en France.

Nous l’avons remercié pour tous ses efforts destinés à conforter la relation bilatérale et à mieux faire connaître les opportunités d’affaires pour nos entreprises.

Nous avons évoqué plan de travail commun pour 2023 qui envisage un déplacement de notre groupe d’amitié dans le sultanat.

À 4 jours du coup d’envoi de la coupe du monde au Qatar, l’ambassadeur m’a indiqué que tous les pays arabes sont très fiers qu’un des leurs accueille pour la première fois cette compétition planétaire.

Sénat – Koweït

Après sept années en France, SE M. Sami Alsulaiman, Ambassadeur de l’État du Koweït en France achève sa mission qui a contribué à renforcer la relation bilatérale.

Afin de le remercier pour son influence positive qui a contribué à valoriser l’image de la France dans son pays, je l’ai invité au Sénat pour lui dire au revoir en compagnie de SE M Fahad Al Ruwaily, Ambassadeur du Royaume d’Arabie saoudite en France et SE M Ghazi Alrawas, Ambassadeur du sultanat d’Oman en France.

Cette rencontre nous a offert l’opportunité d’échanger sur les priorités du conseil de coopération du golfe (en anglais, Gulf Cooperation Council ou GCC). Cette organisation régionale regroupe six monarchies du golfe Persique : l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar. +d’images

En circonscription à Oman – Mascate (6-7 mars 2022)

100 !!! Le Sultanat d’Oman constitue le 100ème pays que j’ai visité depuis le début de mon mandat (28 sept. 2014) au service des communautés françaises à travers le monde.

Je remercie Véronique Aulagnon, ambassadrice de France à Oman, pour m’avoir proposé un programme en concertation avec les autorités omanaises qui m’a conduit à être remarquablement reçu à la chambre haute du Parlement (à l’image avec  le Cheikh Abdulmalik Abdullah Al Khalili, son président) et au ministère du Commerce et de l’Industrie.

Le volet économique méritait attention puisqu’une quarantaine de grandes entreprises françaises sont implantées au Sultanat, où elles disposent de parts de marchés significatives dans la production d’électricité et d’eau, la gestion des déchets, l’industrie pétro-gazière, la sécurité, la logistique ou la grande distribution. Oman, dont l’exploitation des hydrocarbures un tiers du PIB et les trois-quarts des exportations, recherche des partenariats dans le cadre d’un plan de diversification (industrie manufacturière, tourisme, logistique, pêche et minier…)

Dans ce pays de 5 millions d’habitants, le nombre de Français inscrits au Registre s’élève à 600. Toute ma gratitude à Matthieu Basselier, stagiaire de l’INSP qui m’a accompagné dans toutes les étapes.

Diplomatie parlementaire

Majlis A’Dawla

Pour mon premier déplacement au Sultanat d’Oman, qui est le 100ème pays que j’ai traversé depuis mon entrée au Sénat, j’ai eu le privilège d’être accueilli au salon d’honneur par un membre du Majlis A’Dawla, chambre haute du Parlement.

J’ai été reçu ensuite par le Cheikh Abdulmalik Abdullah Al Khalili, président de la chambre haute pour un entretien en tête à tête.

Durant les deux heures d’échanges, nous avons eu l’opportunité de partager nos visions respectives sur de nombreux sujets de politique étrangère : Conseil de coopération des états arabes du Golfe, Yémen, invasion de l’Ukraine par la Russie, accords d’Abraham entre Israël et les Émirats arabes unis, Iran, Ouïgours….

La diplomatie omanaise est fondée sur des principes constants : assurer la sécurité régionale en particulier dans le détroit d’Ormuz (Oman partage avec l’Iran le contrôle du détroit) et ne s’impliquer dans aucun conflit. Pour y parvenir, le Sultanat ne rompt les liens diplomatiques avec personne.

Le Sultanat joue un rôle de facilitateur discret qui permet de faire avancer parfois les discussions, comme cela est avéré avec l’accord sur le nucléaire iranien en juillet 2015.

Le président de la chambre haute m’a encouragé à poursuivre l’objectif d’organiser une visite du groupe interparlementaire France-Pays du Golfe à Oman en 2023. +d’images

Presse

Le président du Conseil d’État reçoit le président du groupe d’amitié parlementaire entre la France et les pays du Golfe (6 mars 2022)

Traduction : Son Excellence Cheikh Abdul-Malik bin Abdullah Al-Khalili, président du Conseil d’État, a reçu ce jour Olivier Cadic, membre du Sénat français représentant les résidents à l’étranger et chef du groupe d’amitié parlementaire entre la France et les États du Golfe, dans le cadre de sa visite au Sultanat d’Oman du 5 au 8 mars.

Son Excellence le président du Conseil d’État a salué les relations existantes entre le Sultanat d’Oman et la République française, espérant que la visite contribuerait à élargir les horizons de coopération entre les deux pays amis, à développer les relations bilatérales et à les pousser vers des horizons plus larges.

Pour sa part, le sénateur français s’est félicité de cette visite, soulignant que son pays attache une grande importance au développement de la coopération avec le Sultanat d’Oman, cette coopération comportant de nombreuses pistes qui servent les intérêts des deux pays amis.

Il a indiqué que sa visite actuelle au Sultanat d’Oman s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une visite future de tous les membres du groupe d’amitié entre le Sultanat d’Oman et la France. voir l’article

State Council Chairman receives French senator (6 mars 2022)

Muscat: Shaikh Abdulmalik bin Abdullah al Khalili, Chairman of the State Council, received Olivier Cadic, the French senator for French citizens living abroad and President of the France-Gulf States Friendship Group, within the framework of his current visit to the Sultanate of Oman from March 5 to 8.

The chairman of the State Council commended the existing relationship between the Sultanate of Oman and the French republic, hoping that the visit will enhance cooperation and bilateral relations between the two countries. lire la suite l’article

Diplomatie économique

Ministère du Commerce et de l’Industrie

Entretien avec Mme Asila Al Samsani, sous-secrétaire d’État auprès du ministre du Commerce et de l’Industrie pour évoquer les priorités d’Oman en matière d’orientation économique, en présence de Françoise Puig-Inza, Première conseillère et conseillère de coopération et d’action culturelle à l’ambassade.

En matière d’investissements, alors que Total Énergies a annoncé, fin décembre 2021, la signature de plusieurs accords de développement gaziers, la France confirme qu’elle est un acteur économique de premier plan au Sultanat.

Elle dispose de parts de marché significatives dans la production d’électricité et d’eau, la gestion des déchets, l’industrie pétro-gazière, la sécurité, la logistique, la grande distribution et les services aux entreprises.

À la suite de l’échange avec la ministre, son équipe a partagé une présentation des opportunités d’investissements s’inscrivant dans le cadre de la vision Oman 2040. +d’images

Conseil économique

Véronique Aulagnon, ambassadrice de France à Oman, organise régulièrement un conseil économique avec les conseillers du commerce extérieur (CCEF) du Sultanat, dont la section est présidée par Patrick Thienpont, CEO de Barka Desalination Company.

L’achèvement des contrats aéronautiques, la fermeture du Sultanat dès mars 2020 dans le cadre de la crise Covid et l’effondrement des importations françaises en provenance d’Oman ont conduit à une régression historique des échanges économiques bilatéraux en 2020. Un déficit commercial avec Oman a été enregistré pour la première fois en 2021.

Plusieurs CCEF observent que la reprise est en vue à la faveur de l’amélioration des perspectives macro-économiques, suite à la progression du prix du pétrole.

Les CCEF d’Oman sont confiants et ont pour objectif de faire venir des PME pour leur présenter les opportunités du marché.

Lors du déjeuner dans son restaurant français « La Brasserie », Sulaiman Al-Harthi, président de l’Oman France Amitié et CEO d’Alizé islamic Bank, m’a confié pour sa part qu’Oman offrait d’excellentes perspectives dans les énergies renouvelables, ainsi que de nombreuses opportunités d’acquisition pour restructurer des entreprises du secteur du tourisme ayant souffert de la crise. +d’images

Barka – Usine de dessalement (Suez)

Visite de l’usine de dessalement de Barka, opérée par Suez, en présence de Patrick Thienpont, directeur de l’usine, président des CCEF Oman et de Matthieu Basselier, stagiaire INSP à l’ambassade de France.

Cette installation, localisée à 50 km au nord-ouest de Mascate, a été construite en seulement 30 mois. Elle est un élément essentiel au développement de la production d’énergie et d’eau pour le réseau principal d’Oman.

Il faut récupérer environ 2 litres d’eau de mer pour 1 litre d’eau potable.

L’usine produit 281.000 m3 par jour, soit 20% de l’eau potable du Sultanat.
Pour y parvenir, l’installation extraie 650.000 m3 d’eau de mer, quotidiennement.

Après 4 ans d’existence, toutes les sociétés omanaises qui oeuvrent dans le secteur de l’eau et l’énergie ont obligation de coter sur le marché local 40% de leurs actions, dont la moitié à destination du grand public.

La société Barka Desalination Company a été introduite en bourse, début février, avec succès et cotée pour la première fois le 27/02/22.

Une réussite qui illustre l’expertise française dans ce domaine. +d’images

Enseignement

Lycée français de Mascate

Accueilli par Christine Riez-Nogueira, directrice au lycée français de Mascate, j’ai visité l’établissement et rencontré des représentants des parents d’élèves.

Créé en 1995 par Elf Atochem, l’école française de Mascate est devenue en 2015 le lycée français de Mascate, un établissement privé de droit omanais, géré par le comité de gestion de l’association des parents d’élèves, à but non lucratif.

Celui-ci est conventionné avec l’AEFE et homologué de la petite section de maternelle à la classe de troisième ; toutes les classes du lycée à partir de la seconde sont sous le régime du CNED.

L’établissement accueille actuellement 215 élèves de la petite section de la maternelle à la terminale.

Les effectifs étaient de 300 élèves avant la crise sanitaire. Mais la gestion financière serrée pour surmonter le départ de familles lié au Covid et une approche budgétaire prudente permettent d’envisager l’avenir avec optimisme.

Le lycée français de Mascate a été l’un des deux derniers établissements avec Panama à obtenir la garantie de l’état pour son emprunt immobilier au travers de l’ANEFE. +d’images

Centre franco-omanais

Visite du Centre franco-omanais (CFO) avec Aurélien de Chappotin, directeur, suivie d’une rencontre avec une dizaine d’enseignants et d’étudiants.

Créé en 1979, le Centre est une école de langues et un centre culturel. Le CFO est placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères français et celle du ministère de l’Éducation omanais.

Installé dans une très belle villa du quartier central de Madinat As Sultan Qaboos, le CFO accueille 250 étudiants de langue française par session et propose un programme culturel ciblé vers le jeune public.

Adultes comme enfants peuvent fréquenter sa médiathèque, ses 11 salles de cours équipées de TBI ou son agréable jardin paysager.

Le CFO, seul centre d’examens officiels pour le DELF/DALF et le TEF/TEFAQ, héberge également un bureau d’informations sur les études en France (Campus France).

Nous avons échangé sur la nécessité pour la France de relancer l’offre des bourses universitaires qui ont chuté ces dernières années. +d’images

Oman – Ambassadrice de France

Premier entretien avec Véronique Aulagnon, ambassadrice de France auprès du Sultanat d’Oman, ce 28 janvier.

Nous avons évoqué mon projet de déplacement à Oman le mois prochain afin de lister les sujets qu’il serait opportun d’aborder.

La communauté française y est modeste en nombre (650 personnes) et n’est pas confrontée à des difficultés particulières.

Nous avons parlé du lycée de Mascate qui est l’un des deux derniers établissements du réseau à avoir bénéficié du soutien de l’ANEFE au travers d’une garantie de l’état pour leur crédit immobilier.

La diplomatie économique offre un champ d’action important pour développer notre relation bilatérale.

Oman est un pays qui n’est pas si méconnu que cela des Français, puisque même en période Covid, 15.000 compatriotes y ont fait du tourisme en 2021.

Oman – Réception à la résidence de l’Ambassadeur

Ce 9 décembre, en ma qualité de président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe, j’ai conduit une délégation de sénateurs en réponse à l’invitation de S.E M. Ghazi Alrawas, ambassadeur du Sultanat d’Oman en France, pour un déjeuner en sa résidence.

J’étais accompagné du président délégué pour Oman, Hervé Maurey, et les sénateurs Remy Pointereau, président délégué pour Bahreïn, Guillaume Chevrollier, Fabrice Genet, Medevielle Pierre, Abdallah Hassani et Emmanuel Capus.

Notre délégation a été vivement intéressée par les opportunités d’échanges bilatéraux évoquées dans le cadre du plan Oman Vision 2040. +d’images

Sultanat d’Oman – Réception par l’ambassadeur Sheikh Dr. Ghazi S. Al Rawas

Ce 23 juin, en qualité de président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe et avec mon collègue Hervé Maurey, président délégué pour le Sultanat d’Oman, je me suis rendu à l’invitation de l’ambassadeur du Sultanat d’Oman en France, Sheikh Dr. Ghazi S. Al Rawas, en sa Résidence à Paris.

Nous avons échangé sur les relations culturelles et économiques privilégiées entre nos deux pays qui existent depuis plus de 200 ans.

Nos discussions se sont également portées sur le plan Oman Vision 2040 de Sa Majesté Haitham bin Tariq qui a défini une vision stratégique et les priorités nationales pour le Sultanat.

GIA France-Pays du Golfe : rencontre avec l’ambassadeur du Sultanat d’Oman En France

Merci à S.E Sheikh Dr. Ghazi S. Al Rawas, ambassadeur du Sultanat d’Oman en France, pour sa visite au Sénat et le chaleureux échange, suite à ma nomination en qualité de président du groupe d’amitié France-Pays du Golfe, en présence de Mme Muna Albaiti, conseillère de l’ambassadeur et Hervé Maurey, président délégué pour le Sultanat d’Oman.

Nous avons évoqué le rôle historique du Sultanat d’Oman pour la construction d’une paix durable au Moyen-Orient, ainsi que les relations culturelles et économiques privilégiées entre nos deux pays qui existent depuis plus de 200 ans.

L’ambassadeur appelle les investisseurs français à considérer les opportunités offertes par la zone industrielle au port de Doqm. Nous avons également évoqué le plan Oman Vision 2040 de Sa Majesté Haitham bin Tariq qui a défini une vision stratégique et les priorités nationales pour le Sultanat.