L’invasion de l’Ukraine décidée par Vladimir Poutine laissera une tâche de sang sur l’histoire de la Russie. À l’initiative du maire de Londres, Sadiq Khan, une marche de solidarité avec l’Ukraine a réuni des milliers de Londoniens, le 26 mars, sous un soleil radieux.

Avec Nicolas Hatton, conseiller des Français de l’étranger et président de l’association the3million, nous avons défilé de Park Lane à Trafalgar Square, en passant par Piccadilly Circus. J’ai aussi relayé le rassemblement mondial sur les réseaux sociaux, « Stand up for Ukraine » pour venir en aide aux réfugiés.

Merci à Amelie Mallet, conseillère des Français de l’étranger à Londres, pour avoir organisé l’ensemble de mon déplacement.

Enseignement

Point de situation

En présence de Nicolas Hatton, j’ai pu faire le point sur l’actualité des deux établissements londoniens nés suite au plan École du Royaume-Uni auprès de Mireille Rabaté, proviseur du Lycée international de Londres Winston Churchill (LIL) et de David Gassian, chef d’établissement du CFBL, Collège français bilingue de Londres.

La veille, je me suis entretenu avec Laurent Batut, delegué consulaire, et auparavant conseiller culturel adjoint en charge de l’animation du plan Écoles du Royaume-Uni qui a abouti à créer 2500 places dans les écoles françaises de Londres.

Le CFBL a ouvert il y a dix ans à Kentish Town. L’établissement accueille 700 élèves de la maternelle au collège. Au LIL, on a vu la première génération de bacheliers en 2018. Depuis, le lycée a toujours connu toujours un taux de 100 % de réussite.

Dîner de gala de lycée CDG

Retour au Hurlingham Club, ce 24 mars 2022, car après deux ans d’interruption, les trustees du LFCG Families Charity Fund et l’Association de Parents d’élèves du Lycée Français Charles de Gaulle, l’APL, ont renoué avec le dîner de gala au profit des élèves du lycée et de ses écoles primaires de South Kensington, Wix, André Malraux et Marie d’Orliac.

Pour l’association, présidée par Salima Triki (à l’image), l’objectif de ce gala est de lever de l’argent pour aider les élèves dont les familles traversent des difficultés financières, en participant notamment au paiement des frais de scolarité, frais de voyages scolaires, frais de bilans et séances d’orthophonie, frais liés à l’accompagnement d’enfants à besoins éducatifs particuliers.

C’est un rendez-vous pour notre communauté, rassemblée et solidaire, afin de permettre à ces élèves de poursuivre leur scolarité dans de bonnes conditions. Nous sommes tous très attachés aux valeurs de mixité sociale et d’école inclusive.

Le dîner de gala clôture la campagne de fundraising qui a démarré en novembre avec un appel aux dons auprès de la communauté parentale et des entreprises : dons d’argent, dons de lots pour les ventes aux enchères ou tombola, achat de places pour la soirée.

Plus 700 enfants ont été aidés grâce aux différentes campagnes de fundraising depuis 2005 et rien que pour l’année dernière, 85 élèves ont été soutenus financièrement pour un total de près de £200,000. +d’images

Petite école d’Ealing (Flam)

Visite de la Petite école d’Ealing pour un échange avec trois classes de lycée de jeunes âgés de 14 à 17 ans, ayant un parent francophone pour un total de 35 grands adolescents.

Leur enseignant, Phi Hung LE, nous a accueillis avec Nicolas Hatton et Christian Ravel, ex-pdt de la Petite école d’Ealing et ancien président fondateur du Parapluie Flam, la fédération des petites écoles FLAM au Royaume-Uni.

Ce fut une conversation très enrichissante qui permet de prendre en compte des priorités marquées par le réchauffement climatique.

Gouverner, c’est prévoir. Cette jeune classe d’âge voit loin et mérite toute l’attention des politiques actuels.

Mes pensées à Joëlle Simpsons qui a lancé la petite école d’Ealing en 1986 et qui préside toujours le Parapluie Flam pour le plus grand bonheur de la cinquantaine d’associations FLAM qui sont ainsi fédérées. +d’images

Solidarité

Dispensaire français de Londres

Accompagné par Nicolas Hatton, conseiller des Français de l’étranger pour la circonscription de Londres, j’ai visité le dispensaire français.
Cécile d’Angelin, présidente de la Charity et la directrice Magali Chabrelie nous ont accueillis.

Suite à sa fusion avec la Société Française de Bienfaisance, le dispensaire a poursuivi et développé sa mission d’aide médicale et sociale auprès des francophones les plus démunis et les plus vulnérables.

L’année 2021 a vu l’activité augmenter de 13% par rapport à 2019 (avant la pandémie), avec une offre accrue de créneaux de consultations (9 par jour) suite à l’arrivée de plusieurs nouveaux médecins bénévoles. La plupart des consultations se sont tenues en présentiel, au grand soulagement des patients.

Le Dispensaire français a soutenu financièrement et de manière régulière des sans-abris qui ne pouvaient ni trouver un travail, ni rentrer en France. Grâce aux bénévoles du comité social, l’équipe a continué à rendre visite aux personnes âgées du club senior qui auraient été particulièrement seules au cours de l’année qui s’est écoulée.

Depuis le mois de septembre, l’activité de l’espace Santé Jeunes, à l’écoute de tous les jeunes de 13 à 25 ans dont la santé mentale a été particulièrement affectée pendant la pandémie, s’est considérablement développée.

Chaque jeudi après-midi, Marie Claire Sparrow, avocate et conseillère des Français de l’étranger pour la circonscription de Londres, assiste bénévolement des visiteurs en quête de conseil juridique.

Des travaux de modernisation et de sécurisation vont être entrepris dans l’espace d’accueil du jardin qui s’avère être un excellent endroit pour favoriser l’écoute.

Vous pouvez soutenir l’action du dispensaire en contribuant à son financement sur www.df-sfb.org.uk +d’images