Accueil      En circonscription      Sénat      Revue de Presse          Parcours      Me Contacter      Mes 31 défis
    

HEBDOLETTRE n°49 – Parrainage des candidats à la présidentielle par les conseillers consulaires (édito) – En circonscription / Audit du plan Ecole du Royaume-Uni (22, 29 janv. 4 fév. 2016) – Vidéo : débat sur Public Sénat (Modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle) – 140 idées pour la France par les anciens de Sciences-Po – UDI Actualités et Médias

Lire : l’HEBDOLETTRE n°49 – 23 février 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°49

La proposition de loi relative à la « modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle » nous offrait une belle occasion de valoriser le statut des élus consulaires et leur travail, en leur accordant le droit de parrainer un candidat à l’élection présidentielle.

J’avais déposé un amendement en ce sens afin d’étendre cette prérogative à l’ensemble des conseillers consulaires, prolongeant ainsi la démarche initiée par Martine Schoeppner (UDI), vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire à Munich.Visuel HL48
Des positions similaires ont été défendues par Jacky Deromedi et Christophe Frassa, lors des discussions en commission des Lois.

Malgré la pugnacité de ma collègue Joëlle Garriaud-Maylam en séance, la majorité du Sénat en a décidé autrement. A une nuance près, fruit d’un petit compromis en commission des Lois : les vice-présidents des conseils consulaires auront la capacité de parrainage, du moins si l’Assemblée nationale le confirme. On parle de 130 élus au total. Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°49

 

VIDEO – Public Sénat – invité de l’émission « Sénat 360 » (diffusée le 10.02.2016) – Débat sur la modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle –

Une proposition de loi, déjà adoptée par l’Assemblée nationale, arrive au Sénat. Elle vise à modifier quelques règles de jeu des élections présidentielles, au sujet du parrainage, du financement ou encore du temps de parole dans les médias.

Sur ce dernier point, j’ai exprimé toutes les réserves de mes collègues UDI. Ce serait créer un déficit démocratique de transformer 5 semaines d’égalité de temps de parole entre les candidats, comme c’est actuellement le cas, en 2 semaines d’égalité seulement et 3 semaines… d’équité.

Le plateau animé par Delphine Girard m’a également permis de dénoncer deux mesures relatives aux Français de l’étranger, dans le cadre de cette proposition de loi. D’abord, la suppression de la possible double inscription sur une liste électorale consulaire et sur une liste électorale en France ; ensuite, la radiation automatique de la liste électorale, dès lors que l’expatrié est radié du registre consulaire (par exemple, si celui-ci ne se manifeste pas tous les cinq ans auprès du consulat…).

J’étais sur le plateau avec Catherine Tasca, sénatrice (PS) des Yvelines ; Maxime Vernier, président de l’Association des jeunes de France et Loïc Blondiaux, professeur en sciences politiques à la Sorbonne.

HEBDOLETTRE n°47 – Parrainage des candidats à la présidentielle par les conseillers consulaires – En circonscription en Bulgarie / Sofia (17 et 18 janvier 2016) – 10eme Rencontres sur la sécurité des entreprises françaises à l’étranger – UDI Actualités et Médias

Lire : l’HEBDOLETTRE n°47 – 03 février 2016Logo HebdoLettre bleu - Rond75

Edito de l’HebdoLettre n°47

Le 20 mars prochain, il reviendra aux adhérents de l’UDI de dire s’ils veulent porter un projet devant les Français en 2017 ou bien se rallier au vainqueur de la primaire LR, en participant à la joute ou pas d’ailleurs.

Je ferai mienne la décision des militants et je la défendrai vaillamment. Ce même esprit démocratique me conduit à saluer la démarche initiée par Martine Schoeppner(UDI). La vice-présidente de l’AFE et conseillère consulaire à Munich souhaite que les conseillers consulaires soient habilités à parrainer un candidat à la présidentielle.Visuel HL47 Martine ne comprend pas que ces Français élus par le vaste peuple des expatriés ne disposent pas de cette prérogative républicaine, pourtant reconnue à nombre d’élus de l’Hexagone.

C’est donc bien à travers le prisme du respect de la fonction de conseiller consulaire – et à travers eux, les 1,6 millions de Français inscrits au registre mondial qu’ils représentent – que je veux amender en ce sens la proposition de loi relative à la « modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle ». Lire la suite et découvrir l’HebdoLettre n°47