C’est la rentrée des classes. Les élèves sont heureux de se retrouver, les nouveaux sont anxieux de pénétrer dans cet établissement qui leur semble gigantesque. Tous passent devant la stèle des anciens élèves du lycée Charles de Gaulle. Combien se soucient de lire leurs noms ? Et ces noms que signifient-ils ? Pourquoi sont-ils à jamais gravés dans la pierre ? Tout comme ces enfants qui courent et rient en toute insouciance, Muriel faisait sa rentrée au lycée Charles de Gaulle, il y a 70 ans.

Eric Simon, conseiller principal d’éducation de la section britannique du lycée CDG, auteur du livre, «Londres, balades au fil des ombres», a eu l’excellente idée de rédiger une biographie de Muriel Byck afin que je puisse la partager avec vous.

« Sur la stèle des anciens élèves du lycée français Charles de Gaulle figurent une dizaine de noms d’anciens, morts pendant la dernière guerre. Certains ont été tués par les Nazis à cause de leurs origines, d’autres furent abattus dans leur Spitfire, d’autres torpillés dans un convoi sur les pavés de l’Atlantique nord ; enfin quelque uns parachutés en France ne reviendront jamais à South Kensington ! » Lire la suite du texte d’Eric Simon « Muriel Byck, ancienne élève du lycée » (fichier pdf)