(à l’image) Entre Thibault Dufresne, directeur du centre Charles Péguy de Londres et Guillaume Dufresne, directeur général du groupe CEI. Comme habituellement, nous nous sommes rencontrés pour faire un point sur des questions de mobilité internationale. Ce 8 juin au Sénat, l’occasion était belle de me dédicacer un somptueux ouvrage : « Ouvrir le monde aux jeunes – 1947-2017 ».

J’ai découvert avec ravissement ce livre, copieusement illustré, qui retrace toute l’aventure du Centre d’échanges internationaux (CEI), dont le titre résume clairement la mission.

Pour célébrer ces 70 ans d’échanges internationaux, on ne pouvait espérer plus insigne reconnaissance qu’une préface du Président de la République.

Le texte d’Emmanuel Macron est un superbe éloge du chemin accompli. Lire : « Le CEI est né d’un immense espoir ».

Lors de la préparation de cet ouvrage, Guillaume m’a fait l’honneur de me demander mon témoignage qu’il a publié parmi celui d’autres personnalités considérées comme des « ambassadeurs » à titre divers du CEI. Le voici reproduit, ci-dessous, en guise de reconnaissance du travail formidable des équipes de Guillaume et Thibault :

« En 70 ans, le CEI aura accompli une œuvre immense pour le rapprochement des jeunes du monde entier.

Le vent de fraîcheur qu’il a levé ne faiblira pas tant que les nouvelles générations auront soif de rencontres et de curiosités. Partir une fois, c’est n’en avoir jamais fini avec cette quête. C’est pour cela que le CEI est né : rendre possible cette aspiration profonde et devenue si naturelle pour ceux qui sont nés dans un monde globalisé.

J’ai visité divers centres dans le cadre de ma mission de sénateur des Français résidant à l’étranger, étant un militant opiniâtre de la mobilité professionnelle.

À Londres, le centre Charles Péguy est un phare de la mobilité internationale qui rassure et préserve des dangers ceux qui touchent terre en Angleterre. Il apporte une réponse globale et immédiate à nos jeunes compatriotes qui déboulent de la gare St Pancras, un sac sur le dos et l’espoir en bandoulière. Je ne compte plus les personnalités, dont mes collègues parlementaires, que j’ai emmenés visiter ces lieux.

Là comme à Berlin, Saint-Malo ou bien encore Dublin, des équipes du CEI se dévouent à leur mission avec enthousiasme et succès, sans jamais se départir d’une étonnante humilité. »