C’est une bonne nouvelle d’aspect pratique : notre projet « Périmètre des bureaux de vote : Elections 2012 » a été validé mercredi dernier par la DFAE, Direction des Français à l’étranger, dépendant du ministère des Affaires étrangères.

Je l’ai appris par Edouard Braine, notre consul général, qui avait transmis ce projet après avoir en compte les remarques et suggestions des élus de l’AFE, Assemblée des Français de l’étranger, des présidents d’association, et de la direction du Centre Charles Péguy. Il est ressorti des diverses consultations que Londres avait grand besoin d’un nouveau centre de vote pour les présidentielles et législatives en 2012, car le lycée Charles de Gaulle était totalement engorgé à certains moments de la journée lors des dernières élections. C’est chose faite. La capitale anglaise devrait disposer de deux centres :

Centre n°1 : Londres Sud + Ouest – 11 bureaux au Lycée français Charles de Gaulle, 35 Cromwell Road – Londres SW7 2DG
Centre n° 2 : Londres Nord + Est – 5 bureaux à l’Ecole de Kentish Town / Collège Français bilingue de Londres – 22 Vicar’s road – Londres NW5 4NL

Soulignant le besoin de fluidité des élections à Londres, le projet « Périmètre des bureaux de vote : Elections 2012 » ambitionnait également un meilleur maillage du territoire britannique en proposant 7 centres de vote décentralisés, contre 4 en 2007.

En 2007, j’avais constaté le nombre élevé de Français vivant dans Kent contraints de se déplacer au lycée londonien pour assumer leur devoir citoyen. Il faut prévoir environ deux heures de trajet aller et encore deux heures au retour, sans compter le temps d’attente au bureau de vote : certains ont dû patienter près de 2 heures pour déposer leur bulletin ! Tout ceci en intégrant le coût financier d’environ £20 par personne pour chaque déplacement aller-retour.

Avec quatre tours de scrutin prévus en 2012 pour 2000 inscrits environ, il a paru opportun d’ouvrir un bureau de vote à Ashford qui est le nœud ferroviaire de ce Comté. Je suis heureux que ma suggestion d’ajouter un bureau dans le Kent ait été suivie et j’en remercie Edouard Braine, ses services et la DFAE.

Dans la même logique, deux autres villes, Liverpool et Nottingham, auront leur propre bureau de vote.

Reste en suspend la question du bureau de vote de Belfast. Le nombre d’inscrits y est très faible (actuellement 266). Si la possibilité du vote par internet et par correspondance se confirme, il sera difficile de justifier le coût d’un bureau de vote physique en Irlande du nord.

Le consul général devra désormais identifier, avec l’aide de ses consuls honoraires, quels sont les locaux susceptibles d’accueillir 4 week-ends de scrutins en 2012 dans les sept villes décentralisées : 3 nouvelles (Ashford, Liverpool, Nottingham) et 4 anciennes (Belfast, Birmingham, Bristol, Leeds).

Je pense que toutes ces initiatives sont essentielles pour augmenter le taux de participation qui s’était élevé à 30,6% au second tour de la présidentielle en 2007.

Photo Flickr de Clementine Gallot