Pour mon premier déplacement en Serbie initié par Nicolas Bizel de la délégation de l’UE, j’ai enchaîné 23 événements (entretiens, visites, réunions publiques…) en 3 jours de présence à Belgrade et pu apprécier l’engagement d’Eric Grasser, conseiller consulaire pour la Serbie, en faveur de nos compatriotes.

C’est dire si je suis sincèrement reconnaissant envers Nicolas Faye, chargé de mission, et Maxime Renaud, Premier secrétaire auprès de l’ambassade, pour la qualité et l’amplitude du programme qu’ils m’ont concocté.

J’ai eu l’honneur d’avoir été reçu par Aleksandar Vučić, président de la République de Serbie et ses deux ministres qui œuvrent directement au succès de la candidature du pays à l’Union européenne.

Lors de son discours à la Sorbonne, en septembre dernier, le président Emmanuel Macron a allégué que les pays des Balkans avaient vocation à intégrer l’UE. Quelques jours plus tard, le président de la Commission, Jean-Claude Junker, fixait l’échéance du processus d’adhésion de la Serbie à 2025.

(A l’image : l’ambassade de France à Belgrade, véritable temple Art Déco.)

Politique

Président de la République

Je garderai un souvenir excellent de ma rencontre avec le président de la République de Serbie, Aleksandar Vučić, élu en avril dernier.

Le président Vučić a exprimé le vœu que le président Emmanuel Macron se rende en Serbie, l’année prochaine, pour commémorer le Centenaire de 1918 et ainsi l’alliance franco-serbe née de la Grande guerre.

Cette rencontre serait aussi l’occasion d’encourager la coopération entre nos deux pays et, point capital pour le président serbe, affirmer le soutien particulier de la France dans le processus d’intégration européenne de la Serbie. Résolument engagé sur ce chemin, le président m’a assuré de sa volonté de réforme pour permettre à son pays de remplir, un à un, les critères exigés par l’Union Européenne.

Le président Vučić devra toutefois surmonter les tentations nationalistes à l’œuvre en Serbie, et composer avec les velléités d’influence de la Russie ou de la Chine sur son pays. Lire mon éditorial (HL93 du 7.11.2017)

A l’heure du Brexit, la vision pro-européenne du président s’avère bien rafraîchissante et je l’ai assuré de mon entier soutien dans sa démarche.

Ministre des Affaires étrangères

Avec le ministre des affaires étrangères, Ivica Dačić, nous avons convenu qu’il existait de la marge pour intensifier les relations bilatérales entre la Serbie et la France dans tous les segments.

Le ministre s’est félicité de nos bonnes relations qui s’incarnent dans un dialogue politique constant et des projets communs. Par ailleurs, Ivica Dačić a insisté sur le rôle de la Serbie dans les Balkans occidentaux : la coopération avec l’UE est une condition essentielle pour la stabilité, la paix et le développement régional. Aujourd’hui, 68% des échanges commerciaux de la Serbie se réalisent déjà auprès de l’UE.

Le ministre m’a informé de la décision de la Serbie de passer du statut d’observateur à celui de membre à part entière au sein de l’Organisation internationale de la francophonie.

Ministre de l’Intégration européenne

Sur la voie de l’adhésion à l’UE, Jadranka Joksimović, ministre de l’Intégration européenne, a manifesté que la Serbie était un partenaire fiable et crédible qui veut participer activement à la résolution des enjeux actuels, en particulier la crise des migrants et le terrorisme.

l’UE représente un intérêt stratégique pour la Serbie, a résumé la ministre, estimant  que l’intégration européenne constituait pour tout pays des Balkans le meilleur mécanisme de développement global.

Pour preuve, les échanges entre la France et la Serbie qui ont presque doublé depuis l’entrée en vigueur de l’accord commercial intérimaire de 2010. Voir la vidéo de notre échange.

Délégation de l’UE

Rencontre avec Sem Fabrizi, ambassadeur de la délégation de l’Union européenne en Serbie.

Je remercie Nicolas Bizel qui a initié mon déplacement à Belgrade et facilité ce rendez-vous. Nicolas est en charge de la réforme de l’État de droit en Serbie et des liens avec la société civile pour le compte de cette délégation de l’UE. La Serbie doit redoubler d’efforts dans la mise en place d’un véritable État de droit garant des libertés fondamentales, dit-il, ce qui signifie faire reculer une corruption généralisée.

Le pays est candidat officiel à l’adhésion depuis mars 2012. Les négociations ont démarré en janvier 2014. 8 chapitres ont été ouverts (sur un total de 35). La normalisation des relations avec le Kosovo et les progrès sur les chapitres liés à l’état de droit conditionnent cette adhésion.

Sem Fabrizi m’a encore précisé que la Serbie bénéficiait d’une allocation de 1,5 Mds d’euros de fonds européens de pré-adhésion, au titre de l’enveloppe 2014-2020.

Assemblée nationale Groupe SNS (Majorité)

J’ai échangé avec le chef du groupe parlementaire du Parti serbe progressiste Aleksandar Martinović et le chef adjoint, Vladimir Orlić.

Mes interlocuteurs m’ont exprimé le sentiment d’appartenir « naturellement » à l’UE et leur attachement à nos valeurs, tels que le respect des libertés individuelles, la liberté économique ou un niveau élevé de protection sociale. Aleksandar Martinovic s’est félicité que les investissements étrangers aient généré plus de 150.000 nouveaux emplois en Serbie, au cours des trois dernières années.

Assemblée nationale Groupe DS (opposition)

J’ai complété mes entretiens au Parlement avec Nataša Vucković, pdte du groupe d’amitié France-Serbie, et Balša Božović. du groupe parlementaire du DS.

Députés de l’opposition, Natasa et Balsa, sont soucieux de vivre dans un pays moderne et démocratique, fondé sur la primauté du droit, où le parlement joue un rôle principal. Dans cette voie, Natasa Vuckovic estime qu’il faut modifier la Constitution et redéfinir le rôle du pouvoir judiciaire.

Tous deux soutiennent vivement les négociations de pré-adhésion de l’UE, tout comme le dialogue entre Belgrade et Pristina et la coopération régionale. Enfin, ces parlementaires m’ont dit qu’ils aimeraient que la France prenne une part plus importante dans la sphère économique et culturelle du pays.

Entrepreneuriat

Chambre de commerce internationale France Serbie

La CCI France-Serbie, dirigée par Sanja Ivanic, réunit une centaine de membres. Ma visite a été suivie d’un déjeuner avec les conseillers du commerce extérieur de Serbie.

La Serbie constitue un véritable hub économique de la région des Balkans occidentaux, dont Belgrade est le cœur commercial. L’équipe de la Chambre et les CCEF déplorent que la destination Serbie demeure méconnue par les entrepreneurs français, malgré l’importance de son tissu industriel. En effet, en termes d’échanges commerciaux, la France ne pèse que 2,9%, bien loin derrière l’Allemagne et l’Italie, les deux principaux partenaires de la Serbie.

Il faut dire que les Allemands accompagnent le financement de projets remportés par leurs entrepreneurs. Nicolas Herriau, président de la section Serbie des CCEF, insiste pour que l’Agence française de développement (AFD) vienne opérer en Serbie.

Il demeure que 65 entreprises françaises y sont présentes, employant près de 10.000 personnes. Souvent de grandes enseignes pour répondre à de vastes chantiers (aéroport, métro…).

Groupe Coquelle

Entretien avec le directeur exécutif de la filiale serbe du groupe Coquelle, Sacha Stajkovic, créée il y a juste un an, pour développer ses activités dans les Balkans.

Coquelle Serbie est installée dans les locaux de la CCI France Serbie à Belgrade le temps de faciliter son implantation.

Cette société française, dont le siège est situé à Arras, s’est spécialisée dans le domaine des produits recyclés solides, avec une forte implication dans le domaine du papier, du carton, des pneus et autres déchets valorisables. Elle emploie 600 collaborateurs et affiche un CA de 80 millions d’euros.

Communauté française

Consulat

(à l’image) J’ai débuté mon séjour à Belgrade par une visite de l’antenne consulaire de 5 agents, dirigée par Rebecca Bourgin, vice-consule, en compagnie d’Eric Grasser, conseiller consulaire pour la Serbie.

Le nombre de Français enregistrés au consulat est en constante augmentation : 864 en 2004 et 1677 en 2017.

Si près des deux tiers des Français établis en Serbie ont moins de 40 ans, de plus en plus de compatriotes choisissent ce pays pour y prendre leur retraite. Le consulat s’en rend compte puisqu’il produit déjà 400 certificats de vie par an. Un chiffre en régulière augmentation.

Le consulat est situé dans le bâtiment de l’ambassade, construit en 1934 et emblématique du style Art déco.

Devoir de Mémoire

« Nous aimons la France comme elle nous a aimés ». C’est l’inscription qui figure sur le monument de Reconnaissance à la France, dans le parc de Kalemegdan, à Belgrade, devant lequel j’ai déposé une gerbe.

L’amitié franco-serbe est née d’une fraternité d’armes en 1918, lorsque l’armée d’Orient française s’est battue aux côtés des Serbes pour libérer leur pays. Un événement qui sera commémoré l’an prochain.  (photos: Tanjug).

Réception à la Résidence

A la Résidence de l’ambassade, le 2 novembre au soir, j’ai eu l’opportunité et le plaisir de rencontrer les acteurs de la communauté française de Serbie.

Près de 68% de la communauté française est établie à Belgrade. Le proportion des doubles-nationaux est importante (71%). Ils sont majoritairement issus de familles installées en France.

Enseignement

École française de Belgrade

Visite de l’EFB qui accueille 506 élèves, dont plus de la moitié est constituée de jeunes Serbes.

Son proviseur, Thibaud Millier, m’a fait part de résultats excellents au baccalauréat avec 91,6% de réussite.

Victime de son succès, l’école ne dispose pas des infrastructure pour répondre à la croissance de la demande. J’ai échangé avec l’équipe pédagogique qui s’est montrée dynamique et optimiste du fait de la construction d’un nouveau bâtiment, dont l’ouverture s’annonce en 2018 !

Le projet de déménagement de l’école française de Belgrade constitue désormais une des priorités de mon mandat. J’ai eu le loisir d’en parler au président de la République, Aleksandar Vučić, qui m’a assuré de son plein soutien.

Culture française

Institut français

Visite des locaux de l’IF de Serbie , opérateur culturel et éducatif de l’ambassade de France, en compagnie de Jean-Baptiste Cuzin, directeur, Florence Kohtz, attachée de coopération éducative et Bertrand Millet, coopération universitaire.

Situé dans la principale artère piétonnière, l’Institut occupe « l’immeuble de l’Union », construit dans les années trente pour accueillir de le siège de la compagnie d’assurances L’Union. Ce bâtiment est aujourd’hui une figure du patrimoine architectural de Belgrade.

Chaque année, plus de 1500 élèves suivent des cours de français dans l’un des trois sites de l’IF Serbie (Belgrade, Nis, Novi Sad). Et plus de 800 élèves ont passé le Delf scolaire dans une vingtaine de villes du pays.

Par ailleurs, l’IFS accompagne les professeurs de français en Serbie et coordonne un réseau de 8 établissements scolaires dotés de sections bilingues francophones.

Médias serbes

Les médias serbes ont couvert mes rencontres avec le président de la République et ses ministres, puis celle du groupe parlementaire SNS, ainsi que le dépôt de la gerbe en mémoire à notre fraternité d’armes.

Les deux chaines de télévision ont insisté sur mon soutien exprimé à l’adhésion européenne de la Serbie.

Presse audiovisuelle nationale : Télévision RTS (principal média d’information pour près de 60% de la population serbe) ; Télévision privée TV Pink

Presse papier : le quotidien Vecernje Novosti (titre : « Macron arrive l’année prochaine »), le tabloïd Informer (titre : « Soutien de la France sur la voie européenne de la Serbie »)

Presse en ligne : les portails de la RTS (« Sénateur Cadic : je soutien le chemin de la Serbie vers l’Union européenne et ses liens avec la France » et « Vučić exprime sa gratitude à la France », de TV Pink (« Vučić et Cadic s’entretiennent à propos de Macron et d’autres sujets »), du tabloïd Informer (« La France et la Serbie approfondissent leur coopération ! »), du quotidien Blic (« Vučić et Cadic s’entretiennent sur la visite du président Macron en Serbie »), de Vecernje Novosti et Srbija Danas.