Cinquième déplacement en Tunisie, pour une visite de près de 72 heures.

Accueilli à l’aéroport par Isabelle Fradin-Thirode, consule générale, et les conseillers consulaires (à l’image) Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero, j’ai retrouvé un pays qui traverse une période de transition politique.

Je leur adresse toute ma gratitude pour m’avoir permis d’appréhender l’évolution des problématiques concernant notre communauté qui compte 23 580 inscrits, mais 900.000 Français de passage tout au long de l’année !

Communauté française

Consulat

La rencontre des chefs de service du consulat général, organisée par Isabelle Fradin-Thirode, m’a révélé que la première préoccupation concernait les mariages arrangés.

Ce phénomène concerne des Françaises en situation de faiblesse ou de détresse, afin de les amener à consentir un mariage. L’objectif étant évidemment d’obtenir à terme la nationalité française pour le prétendant. Cette pratique a conduit à deux drames fatals l’an passé.

Une autre technique en vogue consiste à faire un enfant à une Française pour obtenir un titre de séjour. En effet, même s’il est en situation irrégulière en France, en reconnaissant l’enfant, le père ne pourra plus être expulsé car père d’enfant français.

La Tunisie occupe la première place parmi les postes à mariage frauduleux (365), devant l’Algérie (187) et le Maroc (164).

Par ailleurs, une cellule de lutte contre les fraudes à l’aide sociale a été créée. Elle ne chôme pas et se trouve confrontée à des individus qui connaissent remarquablement le fonctionnement de notre système et se montrent très imaginatives pour exploiter ses failles.

Autre point de préoccupation, les dysfonctionnements de la Caisse des Français de l’étranger (CFE) qui nécessitent des interventions nombreuses du consulat qui peine à trouver des réponses. L’évolution des tarifs ou encore un mode de communication inadapté pour des adhérents âgés n’utilisant pas internet amènent les usagers à se tourner de plus en plus fréquemment vers le service social du consulat. Tunis n’est pas le seul poste affecté. Aussi, une réunion entre la DFAE et la CFE est prévue à Paris pour traiter cette question de manière globale. + d’images

Conseillers consulaires

La problématique de la CFE, concernant 2593 adhérents en Tunisie, est revenue abondamment durant la réunion avec les quatre conseillers consulaires présents (g à d ) : Laurent Caizergues, OC, Madeleine Ben-NaceurMichel Zucchero et Francis Gaetti.

30 à 40% des adhérents n’auraient jamais ouvert leur boite courriel par manque d’accès. Et lorsque les élus envoient des emails à la CFE, ils déclarent recevoir des réponses plusieurs jours plus tard sans toujours en comprendre le sens.

Par ailleurs, sur le sujet de la fiscalité, les élus déplorent que la CSG-CRDS sur les revenus immobiliers en France soit toujours appliquée aux Français résidant à l’extérieur de l’UE.

Ce fut un tour d’horizon très complet sur les difficultés rencontrées par nos compatriotes en Tunisie, mais leurs éloges sur la douceur de vivre dans ce pays nous font comprendre pourquoi tant de nos retraités choisissent de s’y établir. + d’images

Réception à la Résidence

C’est dans la résidence de la consule générale, Isabelle Fradin-Thirode, que mon 5ème déplacement en Tunisie s’est conclu, là où le premier avait commencé. Je remercie notre consule générale, d’avoir accueilli cet événement en présence d’Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France, qui m’avait reçu en tête à tête, juste auparavant.

Les conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur, Laurent Caizergues, Martine Djedidi et Michel Zucchero m’ont également fait l’honneur de leur participation, tout comme de nombreux représentants de la communauté française, dont plusieurs présidents d’associations, parmi lesquels Paule Badra (UFE Tunisie), Roselyne Cordin (UFE Sousse), Ludovic Bernard-Manusset (Tunis Accueil)…

Cela m’a permis de retrouver Martine Gambard Trebucien, qui m’avait reçu en qualité de consule générale en ces mêmes lieux en janvier 2015, mais également Patricia Elias, établie auparavant au Liban et qui intervient pour l’ONU Femmes en Tunisie.

Cette ultime soirée m’a permis d’exprimer ma reconnaissance envers tous ceux qui s’engagent en faveur des Français en Tunisie.

Et en particulier pour l’action du service culturel qui grâce au leadership de l’ambassadeur Olivier Poivre d’Arvor a incité de nombreux acteurs privés à s’engager. En 2 ans, on compte 11 écoles supplémentaires et 5 nouveaux projets. J’ai souhaité que les bonnes pratiques observées en Tunisie inspirent d’autres pays.

J’ai également souligné l’importance de l’action sociale de la société d’entraide et de bienfaisance (SFEB) présidée par Michel Delattre et du foyer familial Delarue-Langlois, dirigé par Rita Mangogna. + d’images

Enseignement

Institut et Enseignement

Entretien avec Sophie Renaud, conseillère culturelle et directrice de l’Institut français en présence des conseillers consulaires Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero, ainsi que de Claudie Pion, attachée de Coopération éducative.

Le plan éducatif répond à trois questions :
1 – quels objectifs pour les écoles françaises ?
2 – comment contribuer à redynamiser le système éducatif tunisien ?
3 – comment favoriser l’employabilité dans un pays qui compte 30% de chômeurs diplômés ?

Pour répondre à l’objectif 1, un travail en partenariat public-privé a permis de développer le « projet Pilote » pour créer de nouveaux établissements scolaires français en Tunisie. L’impulsion d’Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur de France en Tunisie, s’est révélée déterminante. Son aura a incité de nombreux acteurs privés à s’engager. Deux ans plus tard, on compte 11 écoles supplémentaires et 5 nouveaux projets.

L’objectif est également de contrôler et cadrer le développement d’écoles françaises en Tunisie. On recensait 11000 élèves dans le réseau en 2017. On anticipe 22000 élèves en 2024 et 30000 en 2030.

J’ai félicité l’équipe du SCAC pour son travail qui, je l’espère, inspirera d’autres postes.

L’entretien a été suivi d’une visite de l’Institut français et d’une rencontre avec son équipe. En janvier 2015, je visitais ce lieu qui n’était alors qu’un chantier. Cinq ans plus tard, je suis resté admiratif en parcourant ce lieu de vie destiné à tous les Tunisiens et orienté vers la jeunesse. + d’images

Lycée Pierre Mendes-France

Visite du lycée Pierre Mendes-France, EGD de l’AEFE en compagnie des conseillers consulaires : Madeleine Ben-Naceur et Michel Zucchero.
Accueilli par le proviseur Thierry Verger et son équipe de direction pour un entretien sur le plan de développement de l’établissement, j’ai ensuite participé à une réunion en présence des élus, des représentants des parents et ceux du personnel.

Le lycée créé en 1956 comprend trois sites : le lycée-collège Pierre Mendes-France, l’école Robert Desnos et l’école Georges Brassens. L’ensemble accueille 3 000 élèves et affiche un taux de réussite au bac de 98%.

Le lycée est responsable de la formation continue des personnels d’enseignement sur la zone Maghreb-est.

Le site de Robert Desnos poursuit un plan de rénovation de ses structures d’accueil conçu en 3 phases qui s’achèvera en 2023.

J’ai néanmoins pu entendre l’inquiétude des parents devant le manque de transparence propre au fonctionnement des établissements en gestion directe par l’AEFE. Les choix concernant la construction et le plan de développement les rendent perplexes. C’est la raison pour laquelle je plaide sans relâche pour une démocratisation de l’EGD en faveur des parents qui contribuent principalement aux coûts de fonctionnement. + d’images

Entrepreneuriat

Brod-Tunis

Visite d’une PME de 15 personnes spécialisée dans la broderie, créée il y a 25 ans. Didier Duranton a décidé de passer progressivement la main à Raymond Cornu, directeur du site depuis l’été dernier, pour prendre à terme une retraite bien méritée.

Cette entreprise travaille exclusivement pour l’exportation : 80% vers la France et 20% vers la Suisse.

Madeleine Ben Naceur a attiré mon attention sur les tracasseries administratives du quotidien d’une PME locale, à la faveur de cette rencontre. Avec beaucoup de finesse et d’humour, Didier Duranton m’a décrit un univers réglementaire, parfois kafkaïen, mais qui n’a jamais émoussé son optimisme, ni son envie d’animer son entreprise, dont les salariés sont assimilés à une famille. Longue vie à Brod-Tunis ! + d’images

Solidarité

SFEB

Entretien avec Michel Delattre, président de SFEB et les représentants de la Société d’entraide et de bienfaisance (SFEB), en compagnie de Rita Mangogna, directrice du foyer familial Delarue-Langlois.

La SFEB a été été créée en 1882 pour assister matériellement et moralement des personnes résidant en Tunisie qui traversent une situation difficile. Cette structure offre une présence amie à tous les stades de la vie qui va de l’aide à la constitution de dossiers administratifs et médicaux jusqu’à l’hébergement provisoire de Français de passage en grande difficulté. Parfois, l’assistance s’étend aux obsèques pour des familles démunies.

L’objectif de mes interlocuteurs est de créer une plateforme commune d’intervention qui s’appuie sur le triptyque « consulat-SFEB-maison de retraite », coordonnée avec un accueil en France pour les personnes rapatriées.

La maison de retraite n’est pas une structure adaptée pour des personnes qui devraient être placées sous tutelle. Il lui faudrait également une convention pour faciliter le rapatriement en cas de non-respect des obligations du résident.

J’ai exprimé ma gratitude et mon admiration pour l’empathie et l’engagement des responsable de la SFEB. Ils incarnent à merveille la fraternité, pilier de notre république. + d’images