J’ai participé, dimanche 6 septembre, à une commémoration militaire à Elvington, ancienne base aérienne utilisée par deux escadrons de bombardiers français durant la Seconde guerre.

Avec le colonel de l'armée de l'air Patrice Morand, nous avons déposé une gerbe à la mémoire des équipages français qui ont sacrifié leur vie pour vaincre la barbarie nazie.

Avec le colonel de l’armée de l’air Patrice Morand, nous avons déposé une gerbe à la mémoire des équipages français qui ont sacrifié leur vie pour vaincre la barbarie nazie.

Cet aérodrome, situé à proximité de la ville de York, est devenu un grand musée à ciel ouvert, the Yorkshire Air Museum, ainsi que le Mémorial des Forces Aériennes Alliées.

A l’invitation de Ian Richardson, responsable de la communication du musée, j’ai eu l’honneur de prononcer un discours officiel sous le signe de l’alliance fraternelle entre le Royaume-Uni et la France.

Ce fut l’occasion de rappeler qu’il y a 70 ans les deux escadrons français (« Guyenne » et « Tunisie ») de 16 bombardiers chacun retournaient en France. Arborant la croix de Lorraine sur leur fuselage, nos pilotes avaient effectué près de 3000 missions en décollant de la base d’Elvington.

Mon discours en anglais, traduit en français.

Le site de l’ambassade de France relate l’événement : Hommage rendu aux forces aériennes de la France libre de la Seconde Guerre mondiale

Dans le diaporama : En compagnie de Jeremy Burton, consul honoraire à Leeds, j’ai eu le plaisir de rencontrer Timothy Kirkhope, député européen, ainsi que de revoir Marie Blanche Camps, déléguée consulaire à Londres et rédactrice en chef de L’Echo, un bimestriel destiné aux familles françaises vivant à Londres.