Le 11 novembre approche et les Poppies vont refleurir immuablement sur les cols de tous les Britanniques dans un élan patriotique et fraternel. J’avais raconté, l’an dernier, l’histoire de ces coquelicots en papier que l’on porte en souvenir de ceux qui fleurissaient réellement sur les champs de bataille de la Somme et des Flandres… pour disparaître la guerre finie (lire : « 11 novembre, jour des Poppies » du 13 novembre 2010).

Au cours de la Seconde guerre mondiale, on arborait son poppy pour exalter la ténacité du peuple anglais face à l’agresseur. A l’instar du coquelicot, combien savent aujourd’hui que l’on portait le Bleuet en France, couleur rappelant l’uniforme bleu horizon des Poilus ?

En 2011, le colonel Laurent Kolodziej, attaché des Forces terrestres, veut rallumer le flambeau en sa qualité de responsable au sein de la mission Défense du volet « Devoir de mémoire » : « (re)lancer la dynamique du « Bleuet de France » dans notre communauté pour faire écho à celle du « Poppy » qui est ici un succès spectaculaire. Le but serait de faire porter à nos compatriotes voire à nos amis britanniques le Bleuet aux côtés du Poppy qui est arboré à peu près par tous ici. Bleuet et Poppy ont la même origine, véhiculent les mêmes valeurs de solidarité et de souvenir et les réunir aurait donc beaucoup de sens. » On ne saurait dire mieux que ces quelques mots rédigés à l’attention des responsables de nos réseaux consulaires et diplomatiques outre-Manche.

J’adresse au colonel Kolodziej toutes mes félicitations pour cette initiative et je l’assure de mon soutien, d’autant que cette idée me trotte dans l’esprit tous les ans connaissant l’existence du Bleuet qu’il s’agit bien de rappeler et faire connaître à notre communauté, comme l’entend le colonel.

Pour l’anecdote, la vente traditionnelle de Bleuets remonte à 1934, à l’initiative conjointe d’une infirmière et d’une fille de général, et elle n’est pas tout à fait tombée en désuétude puisque l’association Les  Bleuets de France en propose toujours, tous les 11 novembre et 8 mai, sur la voie publique. Grâce aux fonds récoltés, cet organisme caritatif vient en aide annuellement à près de 20.000 anciens combattants, victimes de guerre et pupilles de la Nation, tout en finançant quelque 450 manifestations mémorielles dans toute la France (voir le prospectus des Bleuets). Vous pouvez évidemment faire un don en ligne sur leur site.

Si notre ambassadeur de France, Bernard Emié, décide de lancer l’opération, nous aurons à nouveau une belle initiative émanant de Londres. Le colonel Kolodziej ne doute pas du succès de la démarche qui a déjà acquis à sa cause, l’an dernier, la représentation militaire française au sein de l’Otan. Bernard Masson, président de l’association des membres de l’Ordre du mérite a déclaré son soutien à cette initiative. C’est un premier pas.

Et si le prochain 11 novembre, tous les ministres, élus et hauts fonctionnaires arboraient le Bleuet ? Qu’en pensez-vous ?

J’en ai donc parlé à mon ami et collègue Jacques Janson, élu du Canada à l’AFE et rapporteur de la commission temporaire des Anciens Combattants. Il soumettra cette idée à la commission qui se réunira ce lundi au Sénat.  J’en suis heureux et je le remercie sincèrement de porter ce projet au sein de l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE).