L’image fut savoureuse aux yeux des Niçois : Camille Muffat, Yannick Agnel, Charlotte Bonnet, Clément Lefert , tous licenciés à l’Olympic Nice Natation et médaillés olympiques à Londres, juchés sur un bus à impériale pour défiler sur… la Promenade des Anglais, évidement.

Christian Estrosi et Olivier Cadic au Club France à Londres

Puis, la municipalité azuréenne offrit une fête en leur honneur, ponctuée d’un feu d’artifice. Pour nos nageurs, il faisait bon de rentrer en héros à la maison et de trinquer avec Christian Estrosi, remis de ses émotions, puisque le député-maire de Nice était au bord du bassin olympique, comme au bord de la Tamise où j’ai eu le grand plaisir de le rencontrer au Club France.

En ce même lieu, Nicolas Sarkozy avait prononcé son discours aux Français de Londres en janvier 2007. Christian Estrosi a apprécié que je lui rappelle l’anecdote, lui qui vient de marquer son attachement à l’ancien président de la République en cofondant l’association des Amis de Nicolas Sarkozy, en session de travail à Nice actuellement.

J’ai aussi saisi l’occasion de lui confier mes inquiétudes, en sa qualité d’ancien ministre de l’industrie, face aux déclarations de son successeur Arnaud Montebourg, notre ministre du « Redressement productif » qui mériterait bien une médaille de nage en eaux troubles.

Le ministre socialiste vient de présenter l’expert Sartorius comme la personnalité capable de dire ce qu’il convient de faire pour la filière automobile française. L’homme ne m’est pas inconnu. J’ai vu à l’oeuvre cet expert, il y a près de dix ans, lorsque que Nicole Fontaine, alors ministre de l’industrie, l’avait missionné pour sauvegarder la filière électronique française.

Vous trouverez ci-dessous l’édito que je lui avais consacré à l’époque, car j’avais été particulièrement frappé par sa capacité… à enfoncer les portes ouvertes. Lire ‘Sartorius‘, édito du magazine Pistes de Pastilles, de mai 2004 (fichier pdf).